Partagez | 
 

 La bataille du lac (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La bataille du lac (terminé)   Mer 10 Aoû 2011 - 23:23

La fin de la bataille du lac
_______________________________________________________________________
L’arrivé des trolls annonçait quelques complications, Mognar resta quelques instants impressionné par tant de ces créatures rassemblées dans une même bataille. Leur avancée irrésistible figea quelques instants la bataille, mais leur marche les amena rapidement proche du corps à corps contre les armées alliées. Mognar se retourna d’un coup, étonné de ne plus voir de tirs d’artillerie, les Taillepierres ne faisaient plus leur travail de soutien. Loin de la bataille, plus personne ne semblait regarder ce petit camp en retrait d’où déferlait régulièrement des tirs de canons et de catapultes. Leur camp était attaqué, plus aucune armée ne pouvait les aider, trop occupé à se préparer à l’impact contre les trolls.

Mognar prit un léger temps en regardant le front, comme pour vérifier s’il n’y avait pas un petit groupe reculé pouvant rapidement venir soutenir les Taillepierres. Mais que ce soit les elfes prêt de la caverne de Kruk, ceux attaquant les Ophales à l’Ouest, les lycans renforçant le mur de défense nain qui se préparait au combat, il n’y avait plus beaucoup d’options… Mognar regarda ses troupes proches, sept conseillers, dix gardes du palais et lui-même. Ce serait suffisant. Il prit alors la parole :
-Les armées sont prêtes au dernier affrontement au Sud, nous devons venir en aide à Garik et sa famille au Nord !
Tous montrèrent au Molgor qu’ils étaient prêts au combat et suivirent d’un pas décidé leur chef suprême vers le camp des Taillepierres.

La famille Taillepierre est réputée pour sa force physique. Afin de permettre aux Gardebois de soutenir les soldats au Sud de leurs arbalètes, Garik Taillepierre décida de prendre en charge leurs armes de siège. Rapidement sollicité afin de tuer les créatures de grande taille à longue portée, ils s’efforcèrent de suivre les instructions que donnaient Mognar, plus au Sud, concernant les cibles à détruire. Le temps passait et les robustes combattants portaient de lourds projectiles avec une grande facilité jusqu’à ce que la bataille touche presque à sa fin, lorsque les trolls arrivèrent en masse. Ils tentèrent quelques tirs mais un petit groupe de peau verte les prit par surprise. Tapis dans l’ombre depuis quelques temps, une trentaine de gobelins attaquèrent et visèrent directement les armes de sièges. Les guerriers Taillepierres prirent rapidement leurs armes, principalement des marteaux à deux mains. Leur lenteur ne permettait pas de bien protéger les deux canons et les six catapultes. Ils tuaient des gobelins mais d’autres arrivaient.

Mognar arriva proche de la position militaire de Garik et des siens, il y avait là des gobelins un peu partout qui se faisaient un malin plaisir de tourner en bourrique les lents nains. Voyant que la cinquantaine de combattants n’avaient pas de soucis à se faire, il analysa à distance la situation. Derrière une colline, les gobelins arrivaient par petits groupes, comme par magie…
Il comprit rapidement et un de ses conseillers, le maître tunnelier Gast Germolish, prit alors la parole :
-Une sortie de tunnel ! Des gobelins viennent surement de sous terre, ils ne peuvent pas apparaître comme par magie !
Mognar sourit à son neveu et avança vers l’endroit « magique », il semblait que ce petit retard dans la bataille allait rapidement se terminer. Arrivé à quelques mètres, les gobelins qui arrivaient se mirent à attaquer le groupe de Mognar, mais par petites vagues de quelques gobelins, les tuer était aussi simple que de boire une bière… Ils avancèrent sans grand soucis et constatèrent qu’ils avaient vue juste. Mognar s’exclama en riant :
-Encore un trou dans ce gruyère qu’est notre belle terre !
Les nains rirent et Mognar reprit :
-Conseillers, l’ouverture est petite, nous allons rester ici pendant que nos gardes iront demander aux Taillepierres de nous rapporter de quoi combler ce trou de rat !Rapidement, les dix gardes laissèrent Mognar et ses conseillers pour rejoindre Garik et ses Taillepierres.

Garik n’en pouvait plus, il détestait les gobelins. Ceux-ci lui donnaient de quoi les détester, ricanant et courant partout donnant de temps à autre des coups sur les armes de siège, il ne pouvait pas se battre contre eux à la loyal. Ses lents frères d’armes, maniant des armes à deux mains, finirent par se battre à mains nues, tentant d’agripper les gobelins de leurs mains potelées afin de les étrangler ! C’était presque pitoyable à voir… Les gardes arrivèrent enfin et plus aucun gobelin ne venait en renfort. Quelques instants plus tard, les derniers gobelins fuirent et Garik put donner ordre à tous les nains de prendre une grosse pierre à amener au Molgor. Quelques pierres plus tard, la petite entrée fut scellée tandis que la bataille était déjà finit au Sud.


_______________________________________________________________________
[HRP]
-J’ai profité de l’ouverture offerte par les rps d’Orick concernant quelques gobelins ayant put passer avant qu’il n’organise un rempart à leur avancé souterraine.
-Ce tour est le dernier, donc terminez bien vos rps, il ne doit rester que 90 trolls environ… Je vous fais confiance !
-Je prépare déjà le prochain rp, je compte faire un rp rapide permettant à chacun de se rejoindre et de parler de ce qui se passe (tous les participants de la bataille du lac pourront alors discuter lors d’une sorte de conseil des combattants, et permettra de nous insérer à la prochaine bataille de cette guerre, surement la dernière).
-La prochaine bataille sera celle de Kazad Duraz.

Voici la dernière carte de la bataille, grâce au travail de Ayliän




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La bataille du lac (terminé)   Jeu 11 Aoû 2011 - 6:17

Sheiz se tut un instant , le sol tremblait .

- Des trolls !!!!! hurla l'un des loups .

Le second se tourna vers le meute .

- PRÉPAREZ VOUS A LA GLOIRE MES FRÈRES !!!





Il leva son glaive au dessus de sa tête et les loups hurlèrent de rage , de nouveau près au combat . Le meneur des loups pu compter 5 trolls, tous plus imposant les uns que les autres. Il abaissa son épée, annonçant la charge. Tous ensemble, les croc noirs foncèrent aux contacts. Sheiz courut aux cotés de ses frères, le bout de sa lame touchant le sol. Le lycan en tête , juste devant le second, fut brutalement projeté en l'air et disparu derrière un tas de gobelin. Le second passa entre les jambes du troll, il frappa dans le mollet de la bête tout en continuant sa course. Les peaux vertes avaient repris leurs assauts. Les nains et les loups tentaient déjà de repousser le groupe de troll, la situation devenait alarmante. La météo s'était empiré, à présent il pleuvait sur le champ de bataille.

- Greywood !!! Repoussez les !!!!

Le chef de l'archerie Lycane se tourna et vit le petit bataillon de gobelin approcher. Il leva sa main droite et une pluie de flèches s'abattis sur les peaux vertes. Le première ligne tomba mais le groupe était bien plus important que prévu. Les archers loups eurent juste le temps de sortir leurs épées quand la marais verte s'écrasa sur eux.
Sheiz évita de justesse l'énorme bras de l'un des trolls en roulant sur le cotés. Devant lui, son armée reculée face aux imposantes créatures. Il regarda autour de lui et vit un grand rocher, il prit sa respiration et se mit plusieurs coup sur la tête pour se donner du courage. Le second sprinta de toutes ses forces et monta sur la grosse pierre, arrivant au sommet il sauta, glaive levé, à présent à plusieurs mètres du sol. Le temps semblait s'être arrêté, peut être était ce son dernier acte. Il arriva à la hauteur du visage du plus gros des trolls, son épée pénétra l'oeil de celui ci. Sheiz s'accrocha à sa corne de son autre main. Le monstre ragea et balança des coups autour de lui, bousculant les autres de son espèce. Le second resta bien accroché, il retira son glaive de l'oeil du troll. La bête hurla de fois plus, elle semblait incapable d'attraper le lycan. Ses grosses main rasait les pieds de Sheiz. Le second se tourna, l'un des autres trolls le regardait. Celui ci prit une grosse pierre et la souleva en grognant. Le lycan resta immobile un instant et lâcha la corne, faisant une chute de plusieurs mètres. Le troll frappa sur la tête de son congénère avec la grosse pierre, lui explosant la tête. Sheiz s'écrasa violemment par terre. Les lycans et les nains hurlaient de joie voyant l'un des trolls tomber. Ils chargèrent tous les trolls dans un fracas terrible. Le second rampa difficilement hors du combat, sa cheville le faisant souffrir. Il s'adossa contre un tronc d'arbre mort et souffla un instant. Après un court instant de répit le loup se releva et s'étira mais sa cheville était encore très douloureuse , il s'écrasa sur le ventre dans une hurlement de douleur. Il tendit la main pour ramasser son glaive mais quand il releva la tête il vit face à lui le troll à l'oeil crevé, le visage de la bête était en lambeaux. Il y eu un court silence, le lycan fixa la créature blessé qui titubait. Puis d'un dernier élan, elle souleva une pierre et se laissa tomber brutalement sur Sheiz. Le second se couvrit le visage incapable de bouger, la mort était apparemment la seule issue. Il ferma les yeux, attendant l'impacte quand une force le poussa. Le loup fit plusieurs roulade, derrière lui il entendit la bête s'écraser sur le sol.
Sheiz se retourna, le troll était sur le ventre complètement essoufflé en train d'agoniser. Que c'était-il passé?
Le second s'avança vers le monstre qui respirait difficilement, il prit son glaive et l'enfonça dans la tempe de la bête jusqu'au fourreau. Le troll eut une spasme puis la vie l'abandonna.
Sheiz se laissa tomber contre la bête et ferma les yeux pour reprendre son souffle.

- Sheiz...

Une petite voix faible le fit rouvrir les yeux. Il regarda autour de lui. Sous la pierre que le troll avait ramassé gisait un corps. Le second rampa difficilement, encore étourdi il ne comprit pas tout de suite.

- Mon frère .. aide moi ...

Il connaissait cette voix, le second se releva d'un mouvement, sa cheville craqua bruyamment et la douleur le traversa mais tant pis. Il avança le plus vite possible et tomba à genoux face a son frère. Voilà pourquoi il était encore en vie , voila ce qui l'avait poussé.

- Tär .??

Son meilleur ami, Tär Blok se trouvait écrasé sous le rocher, seul la partie haute de son corps en dépassée. Il agonisait dans une marre de sang. Dans cette bataille, il y avait bien une chose qu'il voulait éviter et c'était ça. La vision du corps brisé de son frère, son seul ami, la seule personne qui avait une once d'importance à ces yeux, face à lui en train de mourir.
Sheiz prit la pierre de ses deux mains et tenta de la soulever. Le rocher devait peser plusieurs tonnes.


- Arrête !! supplia tär, le visage en larme.

Le second lâcha la pierre et tomba en arrière.

- Ecoute moi.. tu ne peux rien faire ..

Sheiz observant le visage blanchâtre de son frère, incapable de bouger. Tär lui avait sauvé la vie.

- Je vais allé chercher quelques loups et on va te sortir de là, ne t'inquiète pas!

Sur ces mots, il se leva et boita rapidement vers la bataille.

- Non !!! Ne me laisse pas seul !!

Le second s'arrêta et fit demi-tour , il s'agenouilla aux cotés de son frère qui posa sa tête sur sa cuisse.

- Ca va aller Tär ne t'en fais pas, je vais trouver une solution.

- Non .. Tu sais bien comme moi que je vais mourir ici. Mais je ne vais pas mourir en vain.

Le loup blessé souri à son frère. Sheiz tremblait, sa gorge gonflée.

- Ne dis pas ça !!!! Ne dis pas ça !! Pourquoi tu as fais ça ? Pourquoi ?

Les yeux du second s'emplirent de larmes.

- Tu ne peux pas me laisser, je n'ai que toi Tär. Tu n'as pas le droit de mourir.

- Tu .. tu n'as pas que moi Sheiz, toute la meute compte sur toi, nous vivons tous de toi.

Sheiz se mit à pleurer les dents serrés, il ne voulait pas accepter la situation.

- Mais.. Mais j'ai besoin de toi moi ... Comment je vais faire tout seul?

- Je ne serais jamais loin de toi mon frère..

Tär toussa, sa voix était de plus en plus faible.

- Qu .. qu'est ce que je dois faire? Je .. Je sais pas quoi faire..

Pour la première fois, le second avait perdu le contrôle. Il regardait autour de lui, attendant un miracle, cherchant à éviter l'inévitable.

- Guide nos frères, bats toi pour eux, mène les crocs noirs vers la gloire ...

Sheiz baissa les yeux sur son frère puis posa son front contre le sien.

- Je .. Je te le promet Tär .. Je te le promet... Je te le promet ..

Le second faisait des va et vient , serrant son ami contre lui. Ses yeux fermés, ses larmes coulant sans cesse.

- Ne meurs pas .. Je t'en supplie ne meurt pas ...

Tär ne répondit pas. Sheiz releva lentement la tête et regarda son frère, les yeux mi-ouvert.

- Tär ? ... Tär ? TÄR ???




Le lycan secoua la tête de colère puis la leva brutalement vers le ciel les dents serrés, il explosa de douleur.
Il hurla à plusieurs reprise .

- Je ... je reviendrais te chercher au plus vite.

Il ferma les yeux de son ami et déposa lentement la tête de celui ci dans l'herbe. Le second se leva, sa cheville semblait ressoudée. Il retourna vers la bataille, a présent plus qu'un des trolls tenait debout, l'armée des loups et de nains n'arrivait pas à avancer vers le monstre, bloqué par un tas de gobelin.

- Sheiz !! Je vous croyais mort Chef !!! hurla un lycan quand le second apparut.

Greywood rattrapa Sheiz.

- Qu'est ce qu'on fait ? Nous sommes en train de nous faire repousser !!! Donnez un ordre chef vite !! Chef !!!

Le second ne répondit, il marchait droit dans la direction du troll.

- Chef ??? Sheiz ???

Greywood prit l'épaule du loup et retourna brutalement. Sheiz lui prit la tête sous le bras et lui brisa la nuque d'un seul mouvement. Les autres loups reculèrent et laissèrent le second passer sans un mot.
Il arriva proche de la bataille, des nains , des loups et des gobelins qui s'entre tuaient devant lui.
Sheiz para l'épée du premier gobelin et lui mit son pied droit dans la tête, le projetant au sol. Il balaya tel un animal tout ceux qui lui barré la route. Le second fut freiné par deux nains qui reculaient face aux gobelins.
Sans un mot, sa lame traversa le dos du Taillegorge. L'autre nain se tourna vers lui, les yeux ronds mais avant qu'il ne puisse agir, plusieurs gobelins lui sautèrent dessus. Il arriva proche du Troll quand il réalisa qu'il était seul.
Les autres loups se battaient loin derrière lui. Sheiz était encerclé par les gobelins.
Les petites créatures se préparaient à lui sauter dessus. Le second leva son glaive et chargea.

- Loups de Croc Noir !!!! Chargez !!!!! hurla une voix familière derrière lui.

D'énorme loups apparurent, déchiquetant les peaux vertes autour de Sheiz puis les faisant fuir, ils sautèrent tous sur le dernier troll. Le second se tourna.

- Gilh'Or Rwênoskraj ?

Son chef de meute apparut.



- Oui .. Je suis venu avec une cinquantaine de loups. Je vois que tu ne t'en sors pas .. Je dirige à présent. Depuis le début je t'observe..

Il jeta un oeil au nain mort.

- Quelqu'un d'aussi dangereux que toi ne peux pas avoir un tel pouvoir... Je te retire ton rang Sheiz, tu n'es plus rien. Tu n'es personne.

Sheiz grogna à son chef, qui lui tourna le dos.

- Reformez les rangs !!!!

Les loups se regroupèrent après avoir tué le dernier troll et formèrent une ligne. Le dernier bataillon de gobelin approchaient. Gilh'Or leva sa grande épée et chargea.
Sheiz ne bougeait pas, il observait les Crocs Noirs s'abattre sur les peaux vertes dans un fracas d'acier.
Il était là, au milieu de cadavre de gobelin , de loup et de nain. Il se sentait si seul, il avait failli...
Quelque chose en lui semblait avoir disparu depuis la mort de Tär. Il ne ressentait plus rien sauf pour cette solitude.
Il observa Gilh se battre au loin. Personne n'avait le droit de lui parler de la sorte ... Personne...
Les loups et les nains semblaient avoir repoussé le dernier bataillon de gobelin, Sheiz marchait en direction de Gilh, son glaive à la main, son regard remplit de haine.
Il arriva dans le dos du chef et leva son glaive mais le sol se mit à vibrer, le faisant perdre l'équilibre.

- Qu'est ce qu'il se passe ???

- Les souterrains de Kruk s'effondrent !!! Reculez !!!

Le second fit le sol se fissurer entre ses jambes, il se mit à courir le plus vite possible. La terre semblait aspiré de l'intérieur. La grotte n'avait pas supporter tout le tapage et avait fini par céder. Sur la droite de Sheiz, Gilh disparut dans le sol.

- Sheiz !!! Ne me laisse pas !!!

Le lycan se tourna, son chef était accroché à une racine, suspendu dans le vide. L'ancien second avança puis fit un sourire mauvais.

- Tu n'es plus rien ...

Puis il se tourna, et reprit sa course. Le sol s'écroula sous ses pieds et il chuta son tour dans l'ombre.
Sheiz heurta la paroi du souterrain et roula sur plusieurs mètres. Il s'écrasa sur le dos brutalement, le souffle coupé.
Il se redressa en toussant, au dessus sa tête il pouvait voir la surface. L'ancien second se releva et marcha lentement dans la fumée, devant lui se tenait une ombre.

- Sheiz ...

Le jeune lycan sursauta.

- Gilh...

Le loup ne voyait pas grand chose dans l'épaisse fumée de poussière. Il entendit un bruit d'acier, le bruit d'une lame qui glisse hors d'un fourreau. Il sortit son glaive à son tour, cherchant son chef.

- Tu as voulu laissé mourir ton chef ? Ce n'est pas digne d'un Croc noir.

Sheiz regarda autour de lui en restant immobile. La voix de Gilh résonnait contre les parois de la vielle grotte.
Soudain une ombre apparut, un reflet brillant fila dans la poussière. Sheiz para le coup et recula d'un geste vif.
Son chef disparut à nouveau.

- Je t'ai vu tuer l'un de tes frères de sang froid .. Tu es une honte pour nous tous ..

Sur la gauche du second, Gilh le percuta , le propulsant contre le mur. Sheiz eut juste le temps de se baisser quand l'épée de son chef se planta dans le mur. Le jeune lycan fit une petite roulade et chargea à son tour. Un combat acharné commença, Sheiz avait beau tenter toutes sortes de coups, le vieux loup parait à chaque fois. Le second prit un coup de pied dans les cotes qui le projeta au sol. Il se releva rapidement et hurla de rage.

- JE ! suis le chef des Crocs Noirs!

Un faux rire se leva dans la grotte, l'écho rendait le rire presque effrayant.

- Toi ? Chef de Croc Noir ? Jamais .. Tu nous conduiraient tous à la mort..

Sheiz courut, fit un tour sur lui même et sauta. Son pied droit heurta la joue de son chef, le faisant tomber à son tour.
Gilh se releva et essuya le sang de sa bouche.




- Qu'il en soit ainsi..

Le vieux loup chargea, il frappa rapidement , Sheiz fut incapable de parer tout les coups. Il perdit son glaive et tomba à genoux . La lame de Gilh s'arrêta sous la gorge du jeune loup. Il se fixèrent un court instant puis le vieux loup abaissa son épée.

- Je n'ai pas aboli la peine de mort pour en arriver là ... Tu vas quitter notre meute et ne jamais revenir. C'est clair ?

Il tourna le dos à l'ancien second et marcha dans la fumée. Sheiz resta à genoux, tête baissé. Il leva lentement les yeux. Il glissa sa main dans sa ceinture et sortit son tomahawk. Gilh était toujours de dos à chercher un moyen de remonter à la surface.

- Je t'ai toujours dis que ta pitié te tuerais ..

Le vieux eut juste le temps de se tourner quand la hachette de Sheiz se planta dans sa poitrine. Le chef leva les yeux vers le jeune loup. Les sourcils levés, il semblait ne pas y croire. Gilh tomba à genoux en crachant du sang.

- Sheiz !!! Lâche !! Traître !!! Pourriture !!!

Le lycan ramassa son glaive et avança jusqu'aux vieux loup.

- Je suis le chef de meute à présent.

Il leva son épée au dessus de Gilh. Le chef l'implorait du regard, c'était la première fois que Sheiz voyait de la peur dans ses yeux . . Pendant un long moment, Sheiz resta sur place. Comment avait il pu en arriver là ?
Il retira son tomahawk du dos de Gilh et le laissa pour mort. Puis remonta à la surface en escaladant la paroi.
Une fois dehors, il respira un grand coup. Les gobelins avaient fuis dans les bois, d'autre bataille faisait encore rage au loin mais pour l'heure l'alliance était victorieuse. Sheiz marcha difficilement vers les autres loups de sa meute qui hurlaient de joie et de fierté avec les nains.

- Sheiz ? Victoire !!! Ou est Gilh ? Ou est notre chef ??? demanda l'un des loups.

- Mort ... Gilh est mort .. C'est moi votre chef à présent.

Sur ces mots, les loups observèrent Sheiz et levèrent leurs armes en son honneur mais le nouveau chef disparu. Il partit récupérer le corps de son meilleur ami afin de l'enterrer avec dignité..
.




HRP :

- Il reste 210 loups en vie. ( 200 à l'origine + 50 renforts qui les ont rejoins , 40 sont mort en tout )
- Tär Blok est mort.
- Gilh ( ancien chef ) est mort.( Sheiz est maintenant le chef de meute)
- Les gobelins ont été repoussés.
- Une partie de la grotte de Kruk s'est écroulée.

- Il pleut !!!!!


Dernière édition par Sheiz Vulcain le Mar 6 Sep 2011 - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Les pleures...   Ven 26 Aoû 2011 - 3:15

Quand le ciel vint à s’assombrir ne laissant que peu de place au soleil pour éblouir les guerriers du lac des mystères, quelques rayons vinrent tout de même à percer le mur épais de nuages gris. La pluie n’en viendra qu’un peu plus tard certainement et ravagera de ses larmes le sol teinté de rouge par le sang des braves combattants.

La petite colline surplombant la bataille d’Angaïla par le nord-ouest n’avait de cesse de grandir de par les troupes elfiques attendant leur valeureux commandant. La presque totalité des elfes de la bataille étaient présents, certains ne pouvaient venir, combattant vaillamment contre le malin venu assiégé la paisible contrée des nains, prit entre deux feux. Contrée qui maintenant se voyait meurtri par la quête du pouvoir et le plaisir de conquête. Toute guerre alimentait la haine entre les peuples, tous peuples se devant d’avoir leurs propres valeurs, toutes valeurs se devaient elles-mêmes d’être respectées… sur la terre des nains, au bord du lac des mystères, le respect s’en était allé… les peuples se soumirent à la haine et le sang devint nourriture à la terre, alimentant la rage à travers ses entrailles…

Ayliän Faën et les deux nains de feu Lenka Dangel, commandant naine, s’étaient séparés, l’un d’eux se devait d’enterrer dignement la commandante, l’autre s’immisçant à travers les troupes d’Evanya à la rencontre d’une race bien peu connue et tant détestée tandis que le commandant s’en était allé dans une tente de fortune afin de se préparer à la dernière offensive.
La dernière de cette bataille…

Il y eu quelques discussions entre les généraux d’Evanya, mais cela ne dura guère longtemps car en bas des soldats se battaient jusqu’à en mourir contre la vermine verte et les sbires neutres venus des quatre coins de la contrée, attirés par les remous de la terre et extériorisant leur folie meurtrière à un paroxysme de rage bien plus supérieur qu’à la normale. Le capitaine Filgrim Taniäré, le lieutenant Hëras Mandë et le lieutenant Nandarô Pilinethär se tenait à proximité de l’entrée du campement de fortune, faisant face aux nombreux elfes, ils n’attendirent que quelques minutes avant que le commandant ne réapparaisse.

Ayliän Faën, Commandant d’Evanya, Gardien de la Nature et Protecteur de la contrée elfique sortit de la tente de guerre. Il avait revêtit l’armure officielle du commandant de la contrée elfique, abandonnant son armure bleutée, le dessus se voyait être l’une des tuniques vertes qu’il chérissait tant avant de passer par-dessus l’armure flamboyante de tout commandant d’Evanya. Celle-ci lui allait parfaitement à en croire qu’il était destiné depuis toujours à ce poste. Les elfes ne l’avaient jamais vu ainsi, et à vrai dire, c’était une première aussi pour Ayliän. Une armure d’or symbolisant de par des ailes, les faucons d’Evanya, quelques parures et autres joyaux encrés dans la matière dorée, du bleu et du jaune, sa cape se mit à valser au vent comme noyée dans les airs. Tenant fermement une longue épée courbée devant être normalement tenue à deux mains, il avait abandonné l’arc et ses autres affaires dans la tente. Son visage n’était réellement perceptible dû à son casque ce qui donna une impressionnante assurance au protecteur elfique, une présence imposante et un cœur pur par l’éclat de son armure. Celle-ci était tant légère et souple qu’il se pouvait d’effectuer tout mouvement possible et tant solide que même les flèches se devaient d’être lancées par de grands archers tels que les elfes pour qu’elles puissent avoir une chance de s’y planter.



Le commandant se plaça au milieu des généraux, se tenant fièrement face aux siens venus en Angaïla pour le soutenir.
Il s’avança de quelques pas et regarda un moment la bataille. Le mur des nains au sud semblait prêt à encaisser les coups des troupes gobelines et trolliennes s’y précipitant avec furie, des lycans se joignirent au combat et le sang ne cessait de parsemer le sol telle une marée de douleurs. Respirant profondément, son regard vint à rencontrer ceux des faucons d’Evanya. Son cœur battait bien plus qu’il n’en fallait. Bien plus forte et plus rythmée, la cadence de ses battements se mirent à bouleverser ses sens, les décuplant jusqu'à l’excitation. Mais était-ce une joie que de ressentir cela? Ou pire encore, le sadisme s’éprenait t’il d’Ayliän? Même lui n’y croyait pas… serein bien qu’effrayé, la peur s’immisça en son cœur mais la rage dépassa cette faiblesse… elle n’était non pas révoltée et incontrôlable… elle s’en venait à pourfendre la paix et donc à briser le pourquoi de son existence. Et ça, il ne pouvait l’accepter…

Levant la tête fièrement, il inspira un grand coup, laissant l’air s’engouffrer à ses poumons comme à s’en dire qu’il n’en aurait plus jamais l’occasion. Une dernière bouffée d’air pure pour le dernier descendant des Faën. Il se prononça et le silence prit place parmi les soldats, les cavaliers, les dompteurs de cerbridés et les survivants de Kruk.

- PAR DELA LES FRONTIERES DU NORD…
A L’OREE DE LA FORET ANCESTRALE…
FAISANT FACE A LA TOUR DE DEFENSE…
NOTRE TERRE… CELLE D’EVANYA…

AUJOURD’HUI, NOUS N’Y SOMMES PAS…
AUJOURD’HUI, NOUS NOUS RISQUONS A MOURIR ICI...
LOIN DE NOS FAMILLES ET DE NOS PERES…
LOIN DE NOS FRERES ET DE NOS TERRES…

SUR LE SOL D’ANGAILA LE SANG DES ELFES MARQUERA A JAMAIS NOTRE VENU…
IL COULERA DANS LES VESTIGES DE CETTE GUERRE…
IL S’ENGOUFFRERA DANS LE NEANT DES CAVERNES ET GRAVERA A JAMAIS LE SYMBOLE D’UNE ALLIANCE RACIALE A LA PRESERVATION DE LA PAIX EN EPHAELYA!!!


Le commandant Faën leva sa longue épée avec force d’une seule main à l’assemblée en prononçant ses dernières paroles.
Les chevaux se tinrent sur deux jambes tandis que les cavaliers brandirent leur arme, les cerbridés hurlèrent à leur tour d’un cri strident, accompagnant leur dompteur et les nains firent de même en exposant leur arme à deux mains. La colline aurait bien pu trembler par les vibrations du chœur, mais elle se retint de vaciller, gardant une neutralité déstabilisante à exposer les fiers combattants qu’elle portait.

Le commandant ne perdit plus de temps et rejoignit son faucon millénaire, chevauchant celui-ci, l’oiseau s’envola à quelques mètres au-dessus du bataillon elfique. Son armure dorée étincela aux dernières lueurs du soleil qui moururent à la noirceur nuageuse. Relevant une nouvelle fois son imposante épée, Ayliän guida les siens vers la pente vertigineuse qu’ils se devaient de dévaler pour rejoindre le combat. Arrivée à celle-ci, les battements d’ailes de Yalmenël furent plus rapides afin de voler sur place.
Il y eu un long silence ne durant pourtant que quelques secondes avant que le commandant ne lâche Evanya…

- POUR EPHAELYA, FAUCONS D’EVANYA!!!!!!!!!

A ces mots, la petite armée elfique dévala la pente, suivant leur commandant en première ligne quelques mètres plus bas.
Les généraux eux-mêmes se mirent à rattraper le Gardien de la Nature, restant à sa hauteur, ils se devaient de protéger Ayliän. Un commandant mort n’était pas une simple perte, elle s’en voyait démoraliser le cœur des soldats et détruire le symbole même de leurs actes. D’en bas, le spectacle qu’offraient les elfes devait être des plus impressionnants, certaines troupes gobelines se mirent à stopper en pleine course, ne sachant s’ils devaient fuir ou attendre une mort certaine tandis que les trolls n’avaient que faire de cet événement et avançaient vers le mur des nains sans y prêter attention…


L’impact fut brutal, sanglant et sans pitié, telle une déferlante les elfes s’écrasèrent contre les trolls. Les coups de lames et de flèches vinrent à caresser les colosses des bois comme la mort cracherait sa haine à qui la toucherai. La vague trollienne se fracassa sur le mur de nains, véritable rempart tandis que les elfes se frayèrent un chemin à travers les trolls, brisant en deux leur troupe.
La première vague se devait d’être les dompteurs de cerbridés, plus rapides que les cavaliers et plus petits, ils lacérèrent les jambes des trolls afin que ceux-ci s’agenouillent à terre pour qu’ensuite, la deuxième vague elfique, les cavaliers, égorgent les colosses. Malheureusement, les trolls en surnombres ne pouvaient être tous tués et beaucoup de dompteurs et cavaliers perdirent leur monture avant de se retrouver face aux monstres avec un arc ou une épée pour seule défense. Mais la vraie valeur des soldats ne se voyait qu’en cet instant de désespoir, quand la vie ne tenait plus qu’à un fil et bien que cela puisse en être effrayant, les soldats foncèrent têtes baissées à la mêlée. La mort ne leur faisait à présent plus peur car elle en était la seule alternative… au nom de la paix.

Pour Evanya… Pour Angaïla… Pour Ephaëlya… et tous les gens qui croient en eux…

Si la mort s’en venait à se matérialiser en soldat à cet instant même, elle se reculerait face aux troupes elfiques tant la vie symbolisait leur courage.

Le commandant Faën, quant à lui, traça un chemin à travers les troupes trolliennes, maniant sa longue épée avec aisance de ses deux mains comme lui avait apprit son père. Il ne lui fallait parfois qu’un tournoiement de celle-ci pour ôter la vie d’un ou deux trolls. Mais quand il comprit que les elfes commençaient à diminuer derrière lui, il sauta du faucon qui continua sa route dans les airs et fit face avec les siens aux troupes ennemies. Un commandant se devait de se tenir loin de tout danger pour préserver le pouvoir de ses troupes et son honneur… lui ne le pouvait… préférant combattre avec ses hommes.

Un regard à gauche, des elfes sur le sol, agonisants, sans vie, des trolls les piétinants, des nains d’autre troupes venant du mur se frayant un chemin aux côtés des elfes, la poussière et le sang…

Le ciel se mit à gronder, une violente pluie s’abattit alors sur le champ de bataille, le sang sur le sol se mit à reprendre vie, s’écoulant un peu partout, s’engouffrant dans les petites crevasses, formant des flaques nauséabondes.

Un regard à droite, des lycans et des gobelins, des loups sans vie jonchant le sol, l’éboulement d’une partie de la caverne de Kruk absorbant quelques guerriers de Thaodia et autres gobelins et trolls, les cris de douleurs, les voix écorchées et les sanglots…

Au milieu… le commandant d’Evanya, essoufflé, combattant avec acharnement, levant de ses mains son épée afin d’éviter de perdre la vie, le regard perçant, quelques flèches gobelines s’écrasant contre son armure, le cœur battant…

La boue devenait un handicap pour tous, les monstres glissaient à courir si vite, tombant à la renverse pour se faire assenés de coups de lames alors que les peaux vertes en devenaient presque esclaves de celle-ci, ne pouvant qu’avancer avec mal avant de se soumettre à la rapidité des elfes fauchant leur vie.

Un coup bien placé, l’énorme massue cloutée d’un troll vint à propulser Ayliän à cinq mètres de là, atterrissant sur le dos dans la boue, il recracha une nouvelle fois du sang bien que son armure empêcha les cloues d’atteindre sa peau. L’un des colosses projeta son pied à la tête du commandant, profitant de sa position. Ayliän roula sur le sol l’esquivant de peu avant de planter sa lame dans son pied et de se relever. Un autre vint à venir derrière lui mais le guerrier, l’ayant vu bien assez tôt, balança sa longue épée par l’arrière, la poussant aussi haut que le cœur du troll ne pu qu’encaisser la lame elfique. Le monstre s’écroula tandis qu’Ayliän reprit le combat avec le précédent au pied ensanglanté. Un glissement furtif à sa carotide et le sang du monstre aspergea le commandant avant que le colosse ne tombe à terre lui aussi.

Le Gardien de la Nature respirait difficilement, n’ayant pas le temps de reprendre son souffle, il posa un genou au sol… l’impact de la massue à son armure fut tant violente qu’il n’arrivait en s’en remettre. Son corps se perdit dans l’inconscience et il s’écroula, plaquant son visage dans une flaque de sang verte et rouge.

Alors que tout semblait perdu, son collier se mit à vibrer, une chose qui ne s’était pour ainsi dire jamais passée.
La voix de son père retentit en son esprit et le collier se mit à émaner une lumière blanche, voir étincelante.

- Tu n’es pas seul, Ayliän.

Le casque du commandant s’emplit de sang et de boue lorsqu’il rouvrit les yeux avant de se relever difficilement. Quand il fut sur pieds, il vacilla quelque peu, l’épée à la main. Son regard se porta droit devant lui et vit un vieux nain à la barbe grise dont le mollet gauche semblait saigner abondamment, une flèche en était la cause, de plus le bout de son casque ressemblait vraisemblablement aux symboles des faucons d’Evanya. Le nain semblait tout aussi perturbé à la vision d’Ayliän et se mit à prendre finalement de l’élan avant d’envoyer sa hache en sa direction… était-ce la fin pour le commandant d’Evanya…? Un nain parmi tant d‘autres profitant de la bataille pour tuer un elfe de haut rang… son collier s’arrêta d’émaner de la lumière et revint à la normale alors que la hache naine frôla le visage d’Ayliän pour se planter en pleine poitrine trollienne. Le monstre s’écroula sur le sol en relâchant sa massue pour ne plus se relever… Le guerrier elfe se retourna vers le vieux nain qui lui sourit comme à s’en dire qu’il venait de sauver la vie d’un être cher…

Le temps n’était aux remerciements, la menace était toujours présente bien qu’elle diminuait de minute en minute. Ayliän se retourna et brandit sa lame, courant à la rencontre des gobelins restant et des trolls toujours debout. Le combat dura encore quelques minutes avant que le restant de gobelins et de trolls ne finissent par tapisser le sol humide et que les survivants de la bataille du lac n’admirent l’horrible spectacle de la mort…

Ayliän se redressa… s’en était finit de la bataille du lac…



Le commandant Faën retira son casque et le laissa tomber par terre avant de faire de même pour le haut de son armure qui s’était renfoncé par l’impact de la massue jusqu’à bloquer sa respiration. Le sang et la boue sur son visage se dissipa de par la pluie de larmes froides qu’offrait le ciel d’Angaïla qui s'assombrit bien plus encore. Ses cheveux se voyaient imprégner de boue qui s’étala quelque peu, lui donnant une teinte grisâtre et ses yeux se mirent à virer au vert clair comme jamais... signe de grande victoire… mais pour qui?

Les cadences de son cœur vinrent à se stabiliser, sa respiration fut plus lente…
La victoire… elle ne l’était pour lui… et comprit que bien que les survivants s’aimaient à se prendre dans les bras, à sympathiser avec quelques nains ou même à danser sous la pluie… il y avait un prix à payer que seul un commandant se devait de supporter ; la mort des soldats qu’il envoya au combat… l’atroce douleur des cris de ceux-ci dans son cœur…

Des cris que lui seul ne pouvait qu’entendre, des cris qui ne cesseront de nourrir son être jusqu’à sa mort.

Une grande tristesse prit son cœur en esclavage, il comprit la vraie responsabilité d’être commandant en temps de guerre, ce n’était non celle de commander, de protéger ou bien même de faire de grands et beaux discours… non, on reconnaissait un vrai commandant à son endurance mentale, se devant de supporter seul la mort de ses soldats. C’est ce qu’Ayliän ressentait en cet instant même… la fatalité d’une victoire par le sacrifice des siens… sous son propre commandement.

Le regard vide, le commandant se tenait au milieu de tout, au milieu de rien… au milieu d’un néant bien trop présent où jonchaient les corps inertes de gobelins, trolls, nains, lycans et elfes… où le sang ne faisait à présent plus qu’un avec la terre… où la vie s’en était allé pour beaucoup et où elle ne reviendrait jamais…

Pensant à toutes ses familles impatientes du retour de leurs frères, de leur père, de leurs amis ou de leur amour… Toutes ses familles s’en voyaient à présent détruites sans qu’elle ne le sache, espérant encore un retour glorieux des troupes elfiques… et au centre de ce massacre… se trouvait Ayliän… le cœur meurtri par sa première bataille en tant que commandant.
Il ne l’oubliera jamais... il envoya ses hommes à la mort... et il en payera le prix seul.



Ayliän Faën

Ephaëlya pleurait à tous ses morts, déversant ses larmes sur les survivants de la bataille du lac, elle lava les guerriers et autres combattants, elle redora l’armure du commandant… mais n’effacera jamais les plaies qui venaient de s’entrouvrir en son cœur.

Ses lèvres prirent une tournure dramatique et quelques larmes s’échappèrent, se dissimulant à celles des cieux, elles tracèrent un chemin à ses joues avant qu’elles ne se brisent lorsque d’un murmure douloureux, il exprima sa souffrance pour tout le mal qu’il a causé et pour tout le mal qu’il causera.

Pour toutes les souffrances à venir…

- Pardon…


Arrow ~ Angaïla ~ Lac des mystères ~ Victoire de la bataille du lac ~

[HRP]
- Selon les premières estimations, 34 elfes ont péri durant la dernière offensive.
- Une pluie torrentielle s'abat sur le champ de bataille désolé.
- La bataille du lac est terminée.

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~


Dernière édition par Ayliän Faën le Sam 24 Sep 2011 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La bataille du lac (terminé)   Mer 31 Aoû 2011 - 23:20

Kirin continuait de combattre les trolls les uns après les autres, appuyé par une poignée de cavaliers archers de l’armée d’Evanya. Les trolls tombaient, le sang fut rapidement répandu sur tout le champ de bataille lorsque la pluie vint griser ce décor effroyable. Le temps était à la gloire mais aussi à la tristesse. Les nains et les lycans combattaient avec fureur tandis que leur nombre diminuait peu à peu. Kirin était éloigné des grands affrontements, continuant à servir l’effort de guerre en position reculée. Au bout de quelques instants, il vit l’armée du Commandant d’Evanya, Ayliän Faën, déferler sur les positions naines et lycanes afin de prouver leur attachement à la victoire des nains.
____________________________________________________________

Kirin sentait en lui l’honneur de participer à un événement aussi décisif d’Ephaelya, il continua ses combats jusqu’au dernier des trolls qui vint s’écraser sous les coups de sa lourde hache. Il n’avait tué que quelques gobelins et cinq trolls, mais c’était un fait d’arme exceptionnel à ses yeux. Il se retourna alors souriant sur le reste des armées victorieuses et son sourire disparu aussi vite qu’il était venu. Le ciel pleurait sur un paysage sinistre où les survivants finissaient de leurs armes les ennemis au sol tandis que d’autres cherchaient les corps de leurs alliés. Les nains étaient regroupés en familles, chaque combattant mort avait autour de lui ses frères et sœurs qui baissaient leur tête comme priant, honorant leurs morts. Il regarda alors du côté des elfes, commandé par un elfe qui semblait lui aussi se recueillir, sans un mot, baissant la tête. Derrière son casque lourd, il masquait un visage triste qu’il finit par découvrir. Les lycans étaient encore au combat, une sorte de combat interne à leur race semblait avoir prit le dessus sur la bataille du lac. L’un d’entre eux ressorti d’une caverne, probablement le nouveau chef dominant de leur meute.
____________________________________________________________

Kirin rejoint les cavaliers qui l’avaient appuyé, puis se dirigea sur le reste des troupes elfiques. Il pensait que s’en était fini, qu’il allait pouvoir retrouver le sentier d’Artor.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La fin d'une bataille...   Dim 18 Sep 2011 - 16:55

Sur les terres d’Angaïla, au bord du lac des mystères, au centre d’un massacre sans pareil où toutes races confondues semblaient caresser la cape de la troublante faucheuse à chaque pas des effectifs, la guerre contre les gobelins faisait rage et d’une violence inouïe, les morts s’entassaient les uns sur les autres qu’ils soient gobelins, trolls, lycans, elfes, nains ou autres… La terre tremblait de peur, soutenant le mal et les souffrances, le sang s’y répandit comme la gangrène à travers ses entrailles.



Au centre de ce massacre… un nain, un vieux nain, un vieux bougre, une vieille loque… hache à la main, furie dans les veines, le courage corrompu par la victoire… il se battait tel un dragon face à mille hommes. Mais il n’était seul, ses vaillants confrères l’accompagnaient dans cette dure épreuve… celle d’une contrée libre… Sa hache tournoya aveuglement à plusieurs reprises, déchiquetant à la volée quelques têtes gobelines, quelques abdomens de troll à savoir pourtant qu’il était sûr d’y laisser sa vie car le moindre de ses pas le faisait à présent souffrir. La flèche qui s'était incrustée à son mollet n’avait bien d’autre envie que de tourmenter sa plaie et l’affaiblir à chaque instant. Espérant par moment qu’il n’ait plus à supporter un tel fardeau, il s’imaginait s’amputer le membre. Mais le temps ne pouvait être son allié en cet instant difficile, car bien des morts attendaient sa venue… ce qu’il se refusait, déclinant l'invitation mortuaire… si vieux… si faible… peut-être pas autant tout compte fait…

Raaaahhhhh la guerre!!!! La guerre, vieux croûton!!! Le sang et la gloire!!!

Thrag Zagaz se débattait tant bien que mal, échappant à la mort à plusieurs reprises, le sang de ses ennemis vint à tapisser son corps blessé, marchant sur les cadavres gobelins et trolliens pour atteindre le visage de ceux-ci, le vieux nain était dans une telle trance sanguinaire que rien ne semblait plus l’arrêter… la démence sembla prendre le dessus, excitant le nain à un tel acharnement, un niveau de tuerie bien plus élevé que ceux des gobelins et des trolls qui ne pouvaient que contempler une mort certaine à son arrivé.

RRRAAHHHHHHHH C’EST BON CA, VIEUX CROUTON!!!!! NE T’ARRETE PAS!!!

Un sourire à ses lèvres ensanglantées, un regard accroché à ses cibles, quelques boyaux et viscères s’extirpèrent du ventre de trolls… un regard à gauche, un regard à droite… droit devant lui, le Grand Thorin Brisefers… non, il n’était tombé… il combattait avec force et bravoure, ingurgitant du sang, quelques morceaux de chair s’en voyaient s’éjecter à sa bouche… la furie des nains… la colère d’Angaïla!

Les dernières lueurs du soleil apparurent à la noirceur nuageuse car les seuls restantes exposaient une colline au loin, de cette colline les troupes elfiques se ruèrent en direction du champ de bataille. Des cavaliers… des cerbridés… des arcs et des flèches, de longues épées et des dagues… la fierté d’Evanya dévala celle-ci avec une impressionnante vitesse, donnant un spectacle des plus grandioses aux combattants d’Angaïla et un affolement général aux peaux vertes. Mais voilà bien une chose qui interpella le vieux nain, stoppant sa frénésie meurtrière pour en venir à contempler le chef des troupes elfiques en armures d’or, il semblait décidé à pourfendre le malin sur le dos de son faucon millénaire… un scène impressionnante à voir les nombreux elfes le suivre. Lorsque les longues oreilles s’écrasèrent contre l’armée trollienne et gobeline, les troupes ennemies se séparèrent en deux et il fut bien plus facile pour les combattants de briser la cohésion irrégulière des monstres et ainsi diminuer grandement leur effectif… la victoire était si proche à présent que Thrag abandonna du regard le commandant elfique lorsqu’il sauta de son faucon et disparut dans la mêlée.

Le ciel gronda, la furie des divinités, certainement… et la pluie diluvienne s’en suivit, balayant le sang sur la vieille peau du nain d’Okri. Après quelques secondes à peine, la boue prit possession des lieux, Thrag avait de plus en plus de mal à se déplacer bien que les gobelins s’en voyaient en être esclaves et que les trolls de leur maladresse légendaire et de leur stupidité reconnue, trébuchèrent, glissant à s’étendre par terre avant que le vieux nain et d’autres n’en profitent à les écraser de leurs armes.
Lorsque vint enfin les dernières troupes ennemies, un nain tenant un flambeau se mit à courir à travers le champ de bataille, hurlant avec force et courage quelques mots qui ravivèrent les nains à leur redonner espoir.

- TENEZ BON, FRERES D’ARMES!!! LA VICTOIRE EST PROCHE!!!!




Il courut en direction de l’ouest et Thrag sans raison apparente le suivit tout en continuant à massacrer quelques gobelins et blesser bien des trolls à son passage mais quelques minutes suffirent pour qu’il le perde, ce nain à la torche… Le vieux guerrier d'Okri se retourna et une vibration vint à faire trembler son bras droit, celle-là même qui tenait sa hache… car voilà bien quelque chose d'anormale, quelque chose qui ne s’était jamais arrivé auparavant… sa hache se mit à trembler toute seule, tel que le vieux nain en fut déstabilisé, la tenant fermement pour qu’elle ne s’échappe. Et d’un coup, les bruits autour de lui cessèrent, non pas que la guerre était fini mais qu’il n’entendait plus rien, seules les gouttes d’eaux se fracassant à sa visage permettaient au chasseur d’Okri de réaliser qu’il était toujours en vie à sentir le froid s'écouler sur sa peau ridée. Ne sachant ce qui lui arrivé, il laissa sa hache guider son regard et une vision bien étrange vint à se tenir face à lui… le commandant d’Evanya, de son armure d’or, gisait au sol, dans la boue… son collier se mit à émaner de la lumière et Thrag comprit que sa hache en était liée… mais pourquoi?

- Mon vieil ami… Sauve mon fils…

La voix qui venait de retentir dans sa tête lui provoqua une grande stupéfaction, ses lèvres se mirent à bouger sans qu’aucun son n’en sorte, bien qu’il fût facile de comprendre ce qu’il voulait dire.

- « Khalän…. »

Le regard du vieux nain se porta au commandant elfe, une longue épée à la main, il venait de se relever avec mal tandis que derrière lui, un troll leva le poing pour le broyer… Le jeune elfe regarda Thrag face à lui, son regard se perdit au sien… Le vieux nain se positionna rapidement de sorte à prendre de l’élan, sa main droite vint à valser à l’arrière avant qu’il ne la balance vers le troll qui n’avait d’autres desseins qu’anéantir… le fils de Khalän… Sa hache fendit l’air, tournoyant à briser les gouttes de pluies en deux avant de s’introduire dans l’abdomen du monstre qui s’écroula en arrière par la puissance du lancé de hache. Le collier du jeune elfe s’arrêta d’émaner de cette lumière si intense et les tumultes incessants reprirent places aux oreilles du nain, comme s'il ne s’était rien passé… Un sourire se dessina à ses lèvres, offrant celui-ci à l’elfe qui d’un regard le remercia avant de poursuivre sa route dans la bataille.

Thrag n’en revenait pas, quelque chose venait bien de se passer… mais il n’aurait pu dire quoi… et de toute manière, il se devait de continuer à combattre au lieu de rester bêtement debout à ne rien faire. Il se faufilla dans la bataille et décrocha sa hache du ventre de la bête afin de reprendre le combat. Il n’eu fallut que quelques minutes plus tard pour que les troupes du bien ne repoussent définitivement les gobelins et autres trolls des forêts. La bataille venait de finir sous une pluie des plus torrentielles… les nains se mirent à crier, hurler leur joie, leur souffrance, leurs pertes… jusqu’à ce qu’un d’eux ne vienne à prendre Thrag dans les bras par surprise tout en échappant quelques mots euphoriques.

- AHAHAH PAR LA BARBE DU GRAND THORIN, TU ES VIVANT, TOI!!!

Lorsqu’il vint à le relâcher, ils regardèrent autour d’eux les conséquences... un massacre… une pluie de douleurs, les cris des blessés, les pleures des meurtris… la victoire d’une guerre…

- JE PENSAIS QUE LES GOBELINS ETAIENT PLUS NOMBREUX QUE CELA!! BAHH TOUS DES LACHES!!! dit-il en crachant par terre aprés ses mots.

- SALOPERIE DE GOBELINS!! NOUS ALLONS FESTOYER A KAZAD DURAZ, ON VA NOUS ACCEUILLIR COMME DES HEROS!! AHAHAH

Les dires du nain des Brisefers firent tout de même sourire le vieux bougre qui ne pensait vivre un tel événement avant sa mort. Le nain à ses côtés était celui qui l’avait accueilli chez les Brisefers quand Thrag s’immisca dans les rangs de Thorin. Bien que l’idée de revenir en héros à la capitale naine plaisait au vieux guerrier, il se mit à s’inquiéter pour ses frères d’Okri… étaient-ils en vie…? il l’espérait tant car la perte de Brock Brisedent était bien difficile à admettre. Son esprit miroita entre les siens et le jeune Faën… il se voulait tant de comprendre les événements étranges qui s’en vinrent à troubler son esprit tout autant qu’à répondre à certaines questions…

Sous une pluie battante, les survivants de la bataille du lac se relevèrent, combattant psychologiquement à la pire des sensations en vue des innombrables morts qui jonchaient le sol de la terre d’Angaïla… Thrag Zagaz resta sur place ne pouvant qu’admirer l’atroce paysage se dessiner autour de lui, ne sachant s’il devait en être heureux ou en pleurer…

Les plus grandes victoires se doivent d’endurer les plus grands sacrifices, vieux croûton!


Ceux qui touchent à Angaïla connaîtront sa colère...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bataille du lac (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La bataille du lac (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La bataille du lac (terminé)
» Victoire de la bataille du lac (terminé)
» Bataille aux bains [Terminé]
» La Bataille de Nanterre [Terminé]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-