Partagez | 
 

 Quête : Alchimiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quête : Alchimiste   Jeu 2 Juin 2011 - 10:06

Avant : http://www.ephaelya.com/t2018-l-alchimiste#37517

La route était longue, il y en avait pour deux jours de marche au rythme d’Estel, un rythme que peut de gens pourraient suivre, quand elle était seul, elle marchait à vive allure, faisant bien attention à ne pas faire trop de bruit et à bien écouter les alentours, son secret pour ne pas être senti par les bêtes sauvages ? Son odeur d’orchidée, comme elle se recouvrait le corps entier de ce parfum, elle avait alors une odeur naturelle, une odeur que peut de monde connaissait, les orchidées étaient si rare, mais les animaux eux en étaient habitué et elle passait donc inaperçu. Son voyage commençait donc de la foret de l’éternel à Thaodia, sur la tombe de Drack, c’était une route qu’elle empruntait régulièrement pour aller le voir, sentir son corps et son esprit. Pour Estel, l’esprit de Drack était partout, mais il était bien plus fort là ou sont corps reposait, alors elle n’hésitait pas à se mettre en danger pour mieux le ressentir.

Le plus dur était d’entrée sur le territoire des loups, mais son odeur masqué l’aidait fortement, toutefois, la meute de son amant reconnaissait cette odeur entre mille, les loups garou avait un nez bien plus fin que les autres bêtes et ils ont aussi une excellente mémoire, ils savent donc dire quand Estel est là, là plus part arrivant à sa rencontre, pas pour lui faire du mal, non bien au contraire, les plus anciens leurs ont donné la raison pour laquelle elle venait et ce qu’elle était pour leurs chef de meute. Certain trouvait ça désobligeant, immoral, une honte pour leurs races qui veut à présent être la plus pur possible, mais l’amour vécu par ces deux personnes n’avaient rien demandé à personne, Estel soignait les loups et c’est le loup qu’elle avait aimé avant l’homme, il en allait de même pour Drack, c’est d’abord la bête qui s’était éprit de la belle, beaucoup de femme aurait eut peur de ce monstre qu’il cachait en lui, mais pas cette elfe de la nature, leurs amours avaient commencé alors qu’ils ne s’en rendaient pas encore compte, les plus anciens le savaient et ils respectaient cela, car Drack n’aurait permit à personne de faire du mal à Son Estel !

Arrivant sur Thaodia avec cette brise qui la suivait depuis son départ, elle remplit une de ses pochettes de tissu par la tormentille, en prenant un grand nombre, de toute façon si la vielle dame en avait assez, ça servirait beaucoup à Estel et la fleur poussait comme de l’ordure alors il ne fallait pas s’en priver. Il ne lui fallait pas beaucoup de pas pour être sur le territoire de Drack, un vieux loup l’attendait déjà, se transformant devant elle, la prenant dans ses bras pour l’accueillir comme il se doit.

Bonjour dame Estel,

Bonjour Gildas, heureuse de vous voir encore en vie, comment allez-vous depuis tout ce temps ?

Je vais bien, j’enseigne au plus petit et j’attendais avec grande impatience votre arrivée parmi nous, afin de montrer à tous ces jeunes la force de leurs maître, leurs montrer à quel point son esprit et encore sur ces terres et il n’est jamais plus fort quand votre présence, j’ai beau avoir vu ça des centaines de fois dans ma vie, c’est toujours aussi fantastique à chaque visite.

Ils se décollaient enfin, se regardant dans les yeux, avec le grand sourire d’Estel envers ce compagnon, cet ami de longue date de Drack, leurs regards remplis de tristesse et de joie à la fois, la joie de se revoir encore et encore, si seulement il était encore là.



Je resterais dans la foret pour ne pas vous déranger, j’avais hurlé mes élèves dès que je vous ai senti, ils sont déjà là bas entrain d’attendre plus où moins sagement, au revoir Estel et dites lui bonjour de ma part.

Elle le voyait partir, se transformant en cette bête impressionnante, elle était à quelques mètres de la tombe de Drack, cette tombe couverte de rose noir, leurs fleurs préférées. Elle s’avançait doucement, le vent retombait, comme ci il avait le souffle coupé, plus un bruit, plus de vent, un silence glacial, elle entendait simplement la respiration lointaine et les murmures du vieux Gildas, leurs expliquant que même le vent ne les gênait pas, comme ci Drack contrôlait le vent. Arrivant au début des roses, elle marchait à pas délicat pour ne pas les abimer en marchant dessus, cherchant des petits endroits libre pour déposer la pointe de ses pieds. Elle avançait prudemment, regardant la tombe à chaque pas, devant celle-ci, il n’y avait aucune fleur, un ovale de terre libre, le corps de Drack reposant en dessous, elle mit un pied la dessus puis son corps entier, une grande pierre devant elle, où un loup avait été taillé dessus, puis le nom et le prénom du loup en question, elle eut alors un sourire puis elle mit une main sur la pierre en murmurant.

Bonjour mon amour.

A ce moment là, un tourbillon enveloppait le corps d’Estel, on aurait dit le début d’une tornade, les cheveux de l’elfe se retrouvant dans les airs, on pourrait croire qu’elle s’envolerait par ce vent terrible qui l’entourait. Pour elle pas de doute, Drack était content de la voir et il lui faisait savoir par cette brise , elle retombait doucement, l’elfe se mit en position assise devant lui puis commencait à discuter, à lui dire qu’elle l’aimait encore et encore, lui dire à quel point il lui manquait, lui parler de sa vie, des gens qu’elle avait rencontré, parfois elle sentait une légère brise sur son corps, comme ci il l’a caressait, où l’embrassait, parfois une brise bien plus forte pour montrer son désaccord. Les loups étaient parti car ce moment d’intimité ne les regarder pas, elle restait ainsi environ pendant deux heures puis se levait enfin, lui disant au revoir, envelopper de nouveau de ce tourbillon de tendresse, elle quittait les terres des loups, se retournant pour le voir une dernière fois, la brise voulant la ramener vers lui, mais elle ne le pouvait pas, alors elle partait souvent à contre cœur, mais heureuse de l’avoir vu. De nouveau sur les terres d’Evanya direction les humains.


Dernière édition par Estel Varno va in Cala le Ven 10 Juin 2011 - 14:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quête : Alchimiste   Jeu 9 Juin 2011 - 15:16

De nouveau sur les terres d’Evanya direction les humains, regardant une dernière fois vers lui, vers cet endroit qu’elle aimait, où elle venait de laisser son odeur, une partie de sa vie et de ses rêves. Les loups la regardaient partir au loin, s’assurant qu’elle prenait le bon chemin en toute sécurité, elle eut un dernier sourire envers Gildas, puis ne se retournait plus, séchant sa tristesse, reprenant sa marche, vers Oryenna.

Ne se pressant plus pour le reste de son voyage, n’ayant plus de raison de se précipiter, elle marchait à une vitesse normale pour un humain ne voyageant pas souvent, repensant à ce qu’elle lui avait dit, tous ces nouveaux hommes dans sa vie et plus particulièrement les deux derniers qu’elle avait rencontré, l’un humain dont le destin était lié au sien, mais il n’avait vu aucune autre femme, ne connaissait rien d’autre de la vie que ce qu’elle avait bien voulu lui accordé jusqu’ici. Il était des plus gentils, des plus adorables, très mignons, un homme comme elle les aimait, mais deux jours plus tard, il y avait eut l’autre. Un elfe, un elfe si pur et si gentil, qu’il avait alors prit dans son cœur une place bien spécial, il était l’elfe dont elle avait toujours rêvé, celui qui prendrait soin d’elle, qui la protégerait des autres tout comme l’avait fait Warren et Drack, il était le nouvel amant de son cœur pour le moment, seulement de son cœur, mais il lui avait bien plus plut que Victor pourquoi ? Vic était si bien pour elle, alors pourquoi Ayliän avait il prit le dessus ? Peut être parce qu’il était l’homme que tout le monde lui avait toujours conseillé ? Parce qu’il avait sa longévité et qu’elle allait pouvoir vivre bien plus longtemps avec lui qu’avec Victor qui lui ferait une nouvelle blessure au cœur ? Elle ne savait pas très bien le dire, elle laisserait le temps s’en charger, le destin choisir. Puis une odeur lui vint au nez, celle de cet elfe à qui elle pensait hallucination où réalité ?

Non l’odeur était réellement là, elle venait de plus bas, du lac, il était là, son voyage avait été entamé, devait elle le rejoindre ? Elle le désirait au plus profond d’elle, alors ne cherchant pas a attendre plus longtemps, elle prit la direction de ce point d’eau en terre d’Evanya, accélérant le pas, puis une autre chose la fit stopper net, une odeur qu’elle venait de sentir prêt de cet elfe qu’elle aimait, une odeur de loup, de loup garou ! Elle entamait alors une course époustouflante vers le lac, sautant au dessus des troncs d’arbres, ses pas si léger ne donnait aucun bruit, même dans cette précipitation elle n’émettait presque aucun bruit. Son allure si vive, faisait volé ses cheveux derrière elle, elle se devait de l’aider, de le sauver de cette situation si dangereuse, que faisait un loup sur les terres elfiques, que voulez ce loup à cet être aimé, elle devait le sauver, elle savait ou elle se dirigeait car elle connaissait l’endroit, là où elle arriverait, elle pourrait sauter de la falaise atterrissant dans l’eau, de la sachant nager avec vitesse elle gagnerait très vite la berge, mais il serait peut être déjà trop tard ! Elle détachait alors son arc, le passant au dessus de sa tête sans ralentir sa course, de son autre main, une flèche vu sorti de son carquois. Arc bandé, prête à dégainé, le haut de la falaise à quelques mètres, puis soudain une voix, sa voix vint aux oreilles d’Estel, juste au moment où elle se trouvait au bord du rocher, le cherchant des yeux et ne mettant pas beaucoup de temps à le découvrir.

Il n’y a pas de plus doux baiser que le vôtre, mais votre regard m’a convaincu bien avant celui-ci. C’est un honneur d’être votre première rencontre elfique, j’en suis réellement touché.

Votre présence m’apaise énormément et je ne voudrais la perdre pour rien au monde, j’espérais rester à vos côtés, moi aussi.


Ce fut le choc, ils étaient l’un à coté de l’autre, un baiser venait d’être échangé, des mots difficiles à entendre pour elle, il avait eut les mêmes pour elle, sauf qu’il n’avait pas voulu rester avec elle ! Elle désarmait son arme, la tristesse dans ses yeux pouvait se lire à des kilomètres à la ronde, la douleur était terrible, mais une autre chose prenait alors le dessus, la colère ! Oui ce sentiment qui était peu connu de son âme, cette envie de tout casser, de tout détruire, de ne plus rien avoir autour de soi. Ses yeux avaient changé de couleurs, plus foncé comme le ciel qui s’assombrit lors d’un orage ! En moins de deux secondes son arc fut de nouveau bander, mais lequel devait-elle toucher ! La louve ou lui ! Qui allait se prendre la flèche, elle avait tellement envi de tuer les deux en un coup ! L’arme partait alors de son arc, elle venait de choisir qui toucher ! La flèche partait droite, elle était sur ça se lisait sur son visage, Estel était froide, s’était rare de la voir ainsi, les yeux remplit de colère, la flèche arrivait à son but, passant derrière la tête d’Ayliän, effleurant ses cheveux, ne le touchant pas finissant dans la foret, sans effleurer aucun arbre, ni fleur. Elle tournait le dos, partant pour ne plus les voir, elle était incapable de faire du mal a quelqu’un et surtout pas à lui, même si il venait de lui déchirer le cœur…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quête : Alchimiste   Mar 12 Juil 2011 - 14:08

Le choc ! Oui elle venait de l’avoir en se réveillant prés de la pierre tombale de Drack, elle s’était assoupie contre celle-ci, faisant se rêve horrible sur le rencontre qui lui avait changé son cœur, cet elfe si beau et si naturel avec cette louve, pourquoi avait elle eut une telle image dans sa tête ! La nuit était proche le soleil commençait à laisser place à son amie la lune, changeant la couleur de la lumière naturelle, passant d’un rouge orangé à une lumière blanche, d’un rayon éclatant. Ainsi tout cela n’était donc qu’un rêve quel soulagement ! Elle reprit alors ses esprits, sachant pertinemment qu’elle se devait de partir de ces terres avant la nuit, sous risque de payer cher cet étourdissement. Elle remit ses affaires en place, puis en déposant un baiser sur sa main qui atterrissait ensuite sur la tombe, un vent fort reprenait place autour d’elle, comme ci le vent ne voulait la laisser partir ! Elle eut du mal à se libérer de cette emprise mais il le fallait pour sa propre sécurité, heureusement le vieux loup était toujours présent, accompagnant son ami jusque la frontière, il eut le droit à un au revoir dans les bras de l’elfe, pleurant même son départ, puis elle se dirigeait sur les terres elfiques en direction de celle des hommes.

Son choix s’était porté sur le désert, de la elle allait pouvoir trouver deux sortes de fleurs, les scorpions ainsi que la vipère, de plus la nature l’avait renseigné sur le temps qu’il allait faire le lendemain, il n’allait pas y avoir de grosse chaleur, ainsi elle serait à l’aise au niveau du désert, et la nuit en ces lieux lui paraitrait moins fraiche. Pour le moment le désert était bien loin, mais la nuit commençait son cycle, les prédateurs les plus méchants allaient bientôt sortir de leurs tanières, elle se devait de se mettre à l’abri. Ainsi, elle choisit un arbre, assez haut pour résister au saut d’un animal terrestre puissant, assez solide pour lutter à des charges sans merci, et assez touffu pour la cacher des animaux aérien, elle y déposait ses affaires sur les quelques branches autour d’elle, puis somnolait pour regagner des forces ainsi que l’énergie suffisante à entamer sa marche du lendemain. Elle ne dormait que rarement lorsqu’elle était en vadrouille, le sommeil trouvé sur la terre des loups étaient dût au fait qu’elle se sentait en sécurité auprès de son amant, il n’y avait qu’ainsi qu’elle savait dormir, lorsqu’elle se sentait bien, ainsi il n’y avait qu’auprès de Drack ou dans sa maison qu’elle arrivait à dormir pour de vrai, les autres étaient des siestes, car elle se réveillait au moindre bruit, toutefois elle n’eut pas trop à se réveiller cette nuit là, car rien ne l’avait dérangé !

Les premiers rayons elle les avait aperçut de son perchoir, profitant de cette petite chaleur douce et calme sur son visage, elle redescendait affaire en main, afin de ne pas perdre une minute de sa journée, elle devait se dépêchait car elle préférait subir la chaleur de la journée du désert plutôt que la froideur de sa nuit. Ainsi elle fit route dans un silence infaillible, vers le désert du Zénith, sur les terres d'Oryenna, elle y fut assez vite remplissant sa gourde juste avant la traversait, rafraichissant son corps par cette même eau ainsi que sa gorge, remplissant sa soif au maximum, puis elle commençait son périple sous une température déjà haute malgré le milieu de la matinée. Le sable était chaud, elle le sentait sous ses souliers, ses cheveux brulant malgré le voile clair qu’elle leurs avait posé dessus et qui retombé dans le bas du dos couvrant ainsi ses épaules, mais elle tenait bon, elle se devait de donner à cette dame, ce qu’elle désirait et puis elle ne ferai qu’un seul voyage non loin de ses terres alors que de l’autre coté elle aurait dut en faire deux ! Elle se donnait ainsi courage, se racontant qu’elle devait ressortir de ce désert avant la nuit.

Soudain elle eut un premier soulagement, la fleur était là, cette Gentiane de couleur bleue, jaunes et blanches, cueillant délicatement la fleur pour elle et les racine pour sa cliente, elle la déposait dans un des sacs donné par la vielle dame, une deuxième puis une troisième, cette dame n’avait pas donné de nombre exact sur la quantité, alors Estel se permit d’en prendre une dizaine, elles étaient nombreuses et se développaient bien, de toute façon elles n’étaient pas perdu elle s’en servirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quête : Alchimiste   Sam 17 Sep 2011 - 15:42

Satané désert ! Ce vent, cette chaleur, ce sable dans les yeux, la bouche sèche tout comme le sol qu’elle avait sous les pieds, elle venait de trouver la racine de Gentiane et par sa précipitation en Thaodia, n’avait pas prise de Tormentille, ainsi c’est ce qu’elle cherchait dans ce désert aride ! Le soleil n’allait pas tarder à se coucher, d’ici une heure environ, elle se devait de se précipiter pour sortir de ce volcan, qui une fois la nuit tombée deviendrait l’endroit le plus glacial sur terre. Elle avait également attrapé en chemin quatre des sept scorpions, mis dans le bocal de verre, ils étaient bien moins énervés et agressif que lorsqu’elle les avait ramassé, la chaleur dans cette prison de verre devait en être la cause, ne voulant leurs faire plus de mal, Estel les avait gardé dans son sac en compagnie des plantes, sous un châle blanc, afin que la lumière se reflète et que tous ne souffrent pas de cette chaleur.

Finalement c’est au bord du désert qu’elle put mettre dans un des sac trois pied entier de Tormentille, les trois derniers scorpion et surtout la senteur revivifiant d’une source non loin de la ! Elle ne mit pas longtemps à retirer les plantes de son sac, trois petits bout de tissu contenant déjà les trois fleurs et leurs précieuses racines, ainsi en trempant ces petits sacs ; elle allait garder le tout humide pour que les plantes puissent enfin respirer et se rafraichir elle aussi. Elle pausait les scorpions non loin de la rive, pour qu’ils refroidissent doucement, puis une fois regardé au alentour, se dévêtit complètement afin de profiter elle aussi de la fraicheur de l’eau et des derniers rayons de soleil pour se sécher. La baignade fut courte, mais assez pour retirer la sueur du corps de l’elfe, la mauvaise odeur de transpiration, voyant que celle-ci avait atteint ses vêtements, elle ne put faire autrement que de les laver eux aussi, par chance elle avait dans son sac, sa couverture elfique qui lui tiendrait bien chaud pour la nuit qu’elle s’apprêtait à passer.

C’est donc nue, qu’elle escaladait le plus gros des arbres de la lisière, montant avec elle ses habits, son sac, les petites sacoches humides, les scorpions et qu’une fois tout le monde accroché, elle s’emmitouflait dans sa couverture chaude, qui apportait à l’intégralité de son corps dénudé, une douceur esquisse. Elle prit un bout de viande séché, ainsi qu’un peu de pain elfique pour se rassasier l’estomac, la route était encore longue, car demain elle se devait de trouver une émeraude et nulle n’étaient aussi belle que celle des nains creusant dans leurs montagnes. Certes leurs deux peuples ne s’aiment pas vraiment, les nains étaient plutôt de nature insociable avec les autres races, très radin envers les autres, égoïste au plus haut point et râleur sur tout. Il est vrai que les elfes n’ont pas non plus tout les atouts, trop sur d’eux, faisant ami-ami avec tout le monde, se mettant en valeur à la moindre occasion, pour eux nul n’était plus fort qu’un elfe. Il en va de soit que ces deux races sont incompatibles, par chance, Estel n’était pas du tout ainsi, essayant de discuter avec eux, elle fini par trouver un couple de nain bien sympathique, qui ayant vécu avec d’autres races pendant des années, avait trouvé une certaine paix dans leurs façon de vivre, oui demain Estel irait leurs dire bonjour.

La nuit fut bonne, sa cachette était excellente, trop haut pour de simple voyageur mais assez pour un autre elfe, touffu au dessus d’elle, les prédateurs volant ne l’auraient jamais découvert. Elle remettait en place, avec adresse, sa tenue vestimentaire propre, heureuse de ressentir à nouveau de frais et l’orchidée. Elle refermait alors son sac remplit de tout ce qui trainaient, puis parti en direction d’Angaïla, territoire des seigneurs nains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quête : Alchimiste   Lun 6 Fév 2012 - 16:31

En route vers les terres naines, elle savait que ça ne serait pas facile de part les montagnes redoutables des seigneurs de la guerre, mais aussi à cause de cette querelle lointaine de ce peuple avec le sien. Elle ne savait toujours pas l’expliquer, pourquoi ces deux peuples se détestaient-ils autant ? Etait-ce de la jalousie ? Etre jaloux de personne vivant dans des mines, qui ne font pas plus de 1m20 de haut, qui ne courre pas vite, ne sont pas souple et agile ! Comment être jaloux alors que l’on a une nature débordante de richesse autour de nous, un physique qui fait que nous pouvons courir, grimper sans difficulté et voir loin, très loin… Etait-ce la richesse qui les faisait se haïr ? Ces pierres précieuses qu’ils retiraient de leurs mines avaient donc assez de valeurs pour une telle haine les uns entre les autres ? Non elle n’arrivait toujours pas à comprendre cette distance entre ces deux races !

Elle était entrain de gravir une première montagne dans celle-ci, elle devait y trouver du Dictame blanc, fleur assez rare sur les autres contrée, mais qui poussait avec facilité dans des endroits rocheux, la nature est bien difficile à cerner parfois, comme beaucoup de chose sur cette terre ! Elle préférait gravir cet endroit avec le soleil dans le dos, ainsi ça éviter au monstre très dangereux de sortir de leurs tanières. Le premier marchand n’était pas très loin de la ou elle se trouvait, il était l’un des meilleurs vendeurs de sa région. Une fois par semaine, il allait se ravitailler en ville, puis la récolte dans sa carriole, il partait dans sa cabane, sur le chemin menant chez les hommes et les elfes, leurs vendant ainsi pierres, armes, armures de très bonne qualité et toute qualité avait un prix. Oui Estel connaissait bien Arnaqualix, avec lui elle ne déboursait jamais un sous, elle échangeait ses potions apaisantes, ses massages relaxants pour l’aider à ressentir moins ce mal de dos qu’il trainait depuis des années. En échange, dès qu’elle en aurait besoin, Estel aurait le droit à ce qu’elle voudrait, ne demandant pas souvent grand-chose, Arnaqualix lui donnait des pierres, des bijoux d’une certaines valeurs, sachant que tout ce qu’elle avait fait jusque là, les valait bien.

Ces deux amis avaient réussi à montrer à leurs peuples que leurs entendent étaient possible, mais pour les elfes, le nain profitait des dons de leurs guérisseuses et pour les nains, l’elfe profitait de leurs richesses ! Ainsi, ils ne discutaient plus autour d’eux de leurs ententes. Ainsi elle trouvait cette fleure sauvage en pagaille sur l’une des parois rocheuse, elle remplit alors un de ses sac, prenant soigneusement la totalité de la fleur, racine comprise. Elle en prit douze en tout, puis entamait sa descente, afin de retomber sur le chemin la menant à son ami. La pause déjeunée se fit une fois sur la terre ferme, accolé à la montagne, mâchant doucement ce pain elfique, très gouteux et extrêmement calant. Sa pause bien faite, Estel remit le tout dans son sac, qui devenait de plus en plus lourd, entre les fleurs ramassé, les scorpions qui bougeaient mécontent de leurs installations de mauvaise fortune et les effets personnel de l’elfe, oui il était temps que cette quête se finisse !

Elle entendait alors enfin, la voix sympathique de son ami, qui essayait encore de marchandé. Pour ça il était très fort et très rusé, il en tirait toujours un bon prix, plus qu’il ne le fallait parfois, ce qui faisait sa bonne humeur, mais hors de question de l’arnaquer ! Elle attendait qu’il n’y est plus personne, se postant sur le coté de la roulotte, puis le calme enfin là et les contentements de son ami sur l’or gagné, elle fit son apparition devant lui, créant alors un sursaut de celui-ci, qui ne perdant pas le fil, sortit son épée.

Oh, Estel, sacre bleu, pourrais-tu prévenir la prochaine fois ! J’aurais pu te tailler en pièce en pensant que tu étais une voleuse !


Tes gestes sont rapide, mais pas autant que les miens mon ami, j’aurais esquivé ton coup bien plus vite qu’il ne serait venu !

Ils se mirent à rire ensemble, puis il l’invitait dans sa roulotte, il était temps de rentrer pour ne pas avoir de mauvaise rencontre, mais Estel ne voulait pas faire marche arrière, ainsi elle allait droit au but de sa visite. Pour la première fois, elle demandait quelque chose et son ami était très surprit, mais heureux de pouvoir enfin lui faire plaisir. Sans même savoir pourquoi, il regardait dans ses réserves et lui donna « la plus belle » qu’il avait, mais Estel était contre, elle en voulait une de bonne qualité, mais pas la plus belle, elle voulait qu’elle soit bonne mais pas forcément belle. Ni comprenant rien, il lui donnait alors ce qu’elle désirait, puis ils se séparèrent après avoir discuté encore pendant une dizaine de minutes, l’elfe repartait sur son territoire, pour retourner voir la vielle dame, alors que son ami rentrait chez lui, heureux de sa journée.

Sur la route pour la maison et la fin de sa quête Estel trouvait les derniers éléments, remarqué lors de son départ, ainsi elle attrapait et remplissait les derniers sacs qu’elle possédait avec les feuilles de millepertuis, s’approchant de la maison près de laquelle coulait un petit ruisseau, elle trouvait facilement la grenouille qu’elle laissait vivante dans un des bocaux, quand à la vipère, avec un peu plus de mal, elle finit par la trouver derrière un rocher, évitant son venin et l’enfermant à son tour dans un des bocaux. Tout était réunit, elle pouvait donc aller frapper chez cette vielle femme et attendre sa récompense.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quête : Alchimiste   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quête : Alchimiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CATALOGUE d'Elessarion l'alchimiste
» A la recherche de l'alchimiste Todd Curaï (destin)
» Quête : Alchimiste
» Errok Barbe-Brûlée - Runiste, ingénieur et alchimiste
» [Histoire : le rêve de l'alchimiste] Chapitre 1 : le catalyseur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-