Partagez | 
 

 Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]    Lun 15 Aoû 2011 - 20:55

Armand avait tiré le lourd cercueil, à l'aide d'une corde, sur des kilomètres et des kilomètres. Laissant la cicatrice de son œil gauche saigner, se nourrissant à peine, ne se reposant que rarement, continuant de marcher comme si il devait faire le tour du monde en compagnie de sa précieuse relique...

Ce qu'il fut non loin de réaliser, car à force de semaines d'errances, sa folie s'était quelques peu apaisée et les taches de sang qu'il laissait derrière lui avait cessée de couler... Il arrêta donc sa marche, pour la première fois depuis des heures aujourd'hui, et observa les lieux autour de lui: La déchirure, cela ne faisait aucun doute.
Il était donc parvenu jusque chez les Lycans, c'était pour lui un peuple détestable en théorie... Leur haine violente et indifférente envers les vampires étaient coupable, à bien des égards, de la mort de son grand frère.
Il s'assit sur un rocher proche, faisant cliqueter ses épée contre la pierre rêche, et essuya le sang qui avait coulé de son œil avec un mouchoir en tissu. Puis il sortit un peu de viande séchée et la mâcha lentement pour apaiser sa faim.

Il avait voyagé si loin... Il aurait bien du mal à repartir. Pourquoi diable lui avait il pris la folie de voyager avec ce cercueil? Il y pensa avec respect, car il contenait tout de même le symbole le plus important de son grand frère.
Il le ramènerait sain et sauf et le ferait reposer dans les landes éternelles, afin que nul ne puisse le déranger... A part lui.
Armand, ayant gardé sa cape de voyage malgré la chaleur, s'imaginant le fruit de sa dernière épreuve.

Il resta assis la pendant un certain temps, se nourrissant avec de la viande séchée et buvant de petites gorgées d'eau prise dans sa vieille gourde. Ces temps ci il n'avait pas beaucoup d'appétit, c'était à ce demander pourquoi, au vu de toute l'énergie qu'il avait dépensé ce dernier moi...
Il se passa une main dans la nuque et sentit les deux nouvelles petites cicatrice qu'il devait ajouter à sa collection; un souvenir de cette vampire si charmante, et indirectement un souvenir de son frère.

Il releva la tête, et inspecta les lieux plus attentivement cette fois:
la déchirure portait très bien son nom, car on aurait dit qu'un gigantesque coup de griffe avait donné dans la terre, rendant celle si aride et rocailleuse. Et si Armand n'avait pas gardé sa cape de voyage pour s'assoir, il aurait surement d'avantage sentit la forme effilée et torturée des rocailles omniprésentes.

Il passa une main dans ses cheveux, les plaquant légèrement en arrière.
Si il n'avait pas eu ces runes tatouée sur le dos, peut être que son corps n'aurait jamais supporté ce si long voyage... Il ne se souvenait plus vraiment si il était dangereux de trop solliciter ses runes ou pas; mais dans son insouciance, il n'y pensa pas beaucoup plus.
Il se releva et se saisi de la corde reliée au cercueil, près à repartir et à traversée la déchirure. Car avant de partir, il espérait pouvoir trouver un point d'eau pour refaire ses provisions. Et si il rencontrait un habitant des lieux, il aimerait de tout cœur lui poser quelques questions.

-"C'est repartit..."

Le solide cercueil se mit en branle au premier pas du jeune homme, et il continua donc sa marche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]    Mer 24 Aoû 2011 - 1:53

Eliresa avait continué sa route, dans le plus grand silence. Sa solitude enfin retrouvé lui fit le plus grand bien. Elle ne courrait presque pas, analysant chaque odeur. Depuis sa dernière rencontre un lycan plus qu'étrange, la louve avait choisi de prendre le chemin opposé qu'elle avait prit il y a seulement deux jours. Tout d'abord elle avait quitté ce marécage puant, il lui avait fallu pas moins d'une demi-journée pour se dépêtrer de cet endroit ou n'importe qui se perd. Lorsqu'elle reconnu enfin la forêt des damnés, décida de ne surtout pas aller à droite pour ne pas croiser la meute des crocs noir, mais également de ne pas aller à gauche pour éviter cette fois si la meute de Drack. Puisque que derrière elle, se trouver le marécage, il ne restait à la louve que le chemin devant elle.

Elle arriva après plusieurs autres heures à un mont. Lorsqu'elle n'était encore qu'une simple petite humaine naïve, elle avait souvent entendu parler d'une légende. Un des repères le plus apprécié des lycans se trouvait sur un mont. La nuit, le silence était plus glacé que le sang des vampires, l'odeur de peur qui y régnait était encore plus forte que l'odeur d'un nain, et le sol était couvert de sang comme ci des elfes avaient voulu y faire un parterre de coquelicot. Mais lorsque le soleil se levait, les premiers cris se faisaient entendre. Les pleure d'un enfant, la cri d'une mère serrant son bébé mort contre elle, et les hurlements des hommes qui se faisaient doucement, délicatement déchiqueté. Eliresa avait souvent cru que cette histoire, n'était qu'une légende de bonne femme pour éloigner les enfants de la contré de lycans. Mais lorsqu'elle entra dans ce lieu, elle ressentit encore les souffrances des êtres morts sur cette terre, mais elle vu surtout et avant tout, le sang séché sur les rochers aussi coupent que le meilleur outil d'un boucher.

La louve sentit sur elle un regard perçant. Elle haïssait ses regards qu'on pouvait poser sur elle, comme ci la personne pouvait voir ses plus sombres secrets. Vu se qu'elle pouvait ressentir, la louve sut que ce regard n'avait rien d'humain, ni même de lycantrophe. Son coeur se mit à battre un peu plus fort. Elle se préparait à combattre d'une minute à l'autre. Quelque chose se mit à marcher à coté d'elle, sans vraiment réfléchir la louve se retourna et se mit à grogner. Le spectacle qui s'offrit à elle, la laissa dans une confusion complète. Devant elle se trouvait deux créatures extrêmement étranges. Elle ressemblait bizarrement à l'arachnide qu'elle avait vu mourir dans la forêt des damnés, mais pourtant elles avaient la taille d'un enfant de 10 ans. ( Arachnéens ). L'une d'elle avait l'air terrorisé par la louve. Sans jamais baisser sa garde, la louve se releva légèrement. Lorsque le bruit d'un corbeau se fit entendre l'une des créatures se retourna et se mit à courir dans une petite grotte. Se sentant seule, la deuxième créature recula doucement plongeant son regard dans celui d'Eliresa. De nouveau seule, la louve resta quelques minutes sans bouger pour essayer de comprendre se qui venait de se passer.

La louve finit par reprendre son chemin, elle surveillait toute les odeurs des environs, ne voulant surtout pas arriver dans la contré des nains, où elle serait certainement chasser par ces petits êtres idiots, voulant protéger leur terre. Mais la terre n'appartient à personne, chaque être humain, vivant dessus n'est que locataire, cela seule le peuple des Elfes l'avaient bien comprit. C'était aussi pour ça que la louve détestée encore plus les meutes, s’appropriant des terres, sous le prétexte qu'il avait tué tout les autres personnes dite " possédant un peu d'intelligence". Elle finit par arriver à un endroit curieux. Les rochers c'étaient comme déchiré, laissant un espace assez important entre eux. La louve décida donc d’emprunter ce chemin.

Une odeur de mort s'éleva dans l'air, mais celle ci était plus ressente que celles que la louve avait déjà peut sentir. Mais il n'y avait pas que cela d'étrange, sur le sol d'une longue marque était présent. Eliresa pensa en premier que cette trace ne pouvait être naturel, mais également qu'elle n'était pas ancienne. La louve pensa alors à quelque chose de plutôt lourd que l'on tirait. Par curiosité, la louve avança un peu, marchant juste à coté de cette fameuse trace. Au bout de quelques petites minutes, la louve peut voir au loin un homme, portant un... un cercueil. Eliresa grogna légèrement, maudissant sa curiosité. Mais lorsqu'elle voulu repartir, l'homme se tourna vers elle, et leurs regards se croisèrent...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]    Mer 24 Aoû 2011 - 16:48

Armand ne s'attendait guère à croiser quelqu'un ici... Mais ce qu'il aperçut n'était pas vraiment quelqu'un; c'était un loup plutôt imposant.
Que pouvait bien faire cette pauvre bête dans un endroit aussi désolé?
Leur regards se croisèrent alors, et il décela une chose bien étrange dans les yeux de l'animal... Quelque chose d'humain.
Il lâcha la corde du cercueil, s'étant retourné, et s'approcha de l'étrange créature, à petit pas, légèrement penché en avant, comme si il craignait de l'effrayer.
Il ne s'y trompa guère en l'examinant de plus prêt, cette lueur humaine dans les yeux du loup ainsi que son comportement général laissait transparaitre que c'était en fait...

-"Un lycan...!"

Il s'arrêta d'avancer vers la bête, se redressa et croisa les bras. Il la regardait à présent comme on regarde quelqu'un qui n'a rien à faire ici. D'un regard empli de méfiance, les sourcils froncés.

-"La politesse vous incomberait de prendre forme humaine à présent... Monsieur ou Mademoiselle... Je ne le sais."

Il avait formulé cette phrase d'un ton plutôt neutre de conversation lambda.
Il ne voulait pour rien au monde faire croire à ce lycan qu'il en avait peur... Mais il ne laissa cependant pas les préjugé ou la haine dicté son impression: peut être cette personne était pacifique, et qu'elle n'avait aucune intention malveillante... Armand passa une main dans ses cheveux en examinant le loup devant lui. Il ne devait pas oublier à son tour la politesse, il tint donc à se présenter.


-"Je suis Armand Esher, je voyage en quête de réponses sur les terres lycanes... J'espère ne pas vous incommoder."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]    Jeu 25 Aoû 2011 - 1:26

Eliresa n'aima pas ce qu'elle vu au fond de l'oeil de l'homme. Quelques frissons parcouru même son pelage. Que faisait un homme seul au milieu de cette terre? Surtout lorsque celui ci se promener en compagnie... Eliresa se pencha vers la droite et regarda le "bagage" de l'homme. Ce dernier ressemblance fortement à un cercueil. Et l'odeur de mort qui s'en échapper confirmait l'intuition de la louve. Alors qu'elle était occupée sur ce détail, l'inconnu en profita pour avancer doucement vers elle. Lorsqu'elle s'en rendu compte, il avait déjà fait un quart du chemin qui les séparait. Puis il prononça deux petits mots, "Un lycan..." Il avait été rapide à reconnaître le vrai fond de la louve! L'odeur de l'homme, montrait à la louve que lui en revanche était un simple humain. Il était bien insouciant et fou de venir seul sur cette terre.

La louve se sentit comme étrangère sous le regard de l'inconnu. Pour qui se prenait-il? Lui avec ses airs supérieurs et sa tête de prince. L'homme avait les yeux remplit de méfiance, et c'était bien le seul point commun qu'il avait avec la louve, quoi que cette dernière avait également beaucoup d'agressivité au fond de sa pupille. Eliresa grogna, dévoilant ses crocs aiguisé. En plus d'être étrange, cet homme était prétentieux et exigeant. Se croyait il mieux que tout le monde pour osait demander à Eliresa de reprendre sa forme humaine. Elle jeta son sac de vêtements à coté d'elle et leva ses yeux vers l'inconnu. Elle plongea alors son regard de prédatrice dans celui de l'humain. Dans un dernier grognement, elle murmura:

-Mademoiselle...

Allait-elle devoir se battre? Elle savait qu'elle sortirait vainqueur de ce combat, même avec sa carrure, l'inconnu ou comme il le dit quelques secondes plus tard, Armand ne serrait pas de poids contre la furie d'un lycan. Puis elle se rendit compte d'une chose, il était humain, cela voulait dire qu'il ne pouvait comprendre le langage d'Eliresa que lorsque celle ci prenait sa forme humaine. Elle était donc là, devant cet homme, mais surtout contre un dilemme. Sa forme de louve voulait dire, protection, sécurité mais sa forme d'humaine voulait dire faiblesse, perdante. Devait-elle se transformer? S'enfuir? Attaquer? Depuis le début de son voyage, la louve se posait bien trop de question à son goût. Il y avait moins d'un mois, alors qu'elle vivait encore tranquillement mais surtout toute seule, inexistante pour le reste de la terre, elle n'écoutait que ses instincts de louve, mais à présent, cette solution de facilité était impossible si elle ne voulait pas mourir toute suite.

Eliresa n'était pas vraiment une femme dit pudique. C'est pourquoi, elle reprit sa forme humaine sous les yeux de l'homme. Nu, elle fixa l'homme avec toujours ses yeux de prédatrice, avant que ce dernier puisse articuler quelque chose, la jeune femme prit son sac de vêtements et enfila un simple maillot qui suffisait à couvrir les parties de son corps dite, "A ne pas montrer au public". Cela faisait longtemps que ses cheveux n'avait pas vu brosse, pourtant ses cheveux descendait en cascade sur ses épaules, les rayons du soleil jouant avec ses reflets blonds et verts. Remettant une mèche derrière son oreille, elle s'adressa à l'homme avec une voix plutôt dur.

-Ce n'est certainement pas ici que vous allez trouver des réponses, alors partez maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un lourd fardeau: une route droite mais escarpée. [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rob Lucci, vivre avec un lourd fardeau
» LA DROITE ET LA GAUCHE HAITIENNE PARTAGENT EN COMMUN UN BILAN LOURD ........
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-