Partagez | 
 

 Enfant et titan [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Enfant et titan [Abandonné]    Jeu 29 Déc 2011 - 4:20

Les loups sont des animaux. Ils vivent en meute et forme une sorte de grande famille même si les liens du sang ne les unissent que très rarement tous. Ses canidés sont des animaux solidaires qui, malgré qu'ils soient déjà de très bons prédateurs, on choisis de vivre en clan pour des questions d'instincts et de facilité. Ce mode de vie étant une sorte de tradition dont aucuns de ses représentants ne semblent se laisser. À leur image, les hommes ont vue la force du regroupement et ont commencer à créer des amoncellement de population qui leur garantissait une bien meilleure protection et une qualité de vie bien plus élevée. Dans un style de vie inspiré de ses deux clans, l'un animal et l'autre civilisé, les loup-garous de la meute des Drack se complaisent désormais. Première meute de lycan à se baser autant sur les avantages de la vie des hommes, ils restent néanmoins très proches de leur forme lupine qui est, malgré les apparences ou croyances de certains, loin d'être reniée. Cet attroupement d'homme-loup cherchant simplement à trouver le juste milieu que leur impose leur double existence en ce bas monde. Leur repaire ressemblant d'ailleurs bien plus à une contrée humaine que le campement de tout autre meute. Au sein de cet attroupement de lycans, Dilan ne se retrouvait donc que très peu dépaysée. En fait, pour elle, le plus troublant n'était pas de vivre au sein de cette nouvelle société, mais plutôt de savoir en être une louve elle-même et ne pas contrôler ses transformations le moins du monde. Et quand on parlait de manque de contrôle, c'était flagrant chez Dilan, ses aléas entre la fillette et le louveteau étant au gré d'une force la dépassant. Chose qui commençait d'ailleurs sérieusement à miner le morale de la petite. L'enfant n'avait rejoint les Drack que très récemment avec le chef de ses derniers. Le hasard faisant bien les choses, l'orpheline y avait aussi trouver un père aimant pour se soucier d'elle. La vie semblait enfin vouloir sourire à la gamine, mais pour cette dernière, entre sa nouvelle appartenance à la race lycane et sa vie de famille toute récente, il était difficile de s'accoutumer. C'était toute sa routine qui était perturbée. Elle aimait bien ce Gilh'Or, mais en même temps... elle ne savait simplement pas comment s'y prendre.

D'un côté, elle voulait l'appeler "papa" et démontrer à tout le monde qu'elle le considérait tel quel, mais de l'autre, elle était un peu intimidé à l'idée de le rabaisser dans son rôle de chef. Car oui, de ce qu'elle avait pu comprendre, il était une sorte de roi ici. Du coup, il n'était pas rare qu'il soit occupé, de temps à autres. C'était durant ses courtes absence que la petite en profitait pour partir dans mille et une escapades. Sa nature de canidé toute nouvelle lui donnant un goût de l'exploration qu'elle ne s'était jamais découvert jusqu'à maintenant. À chaque fois, elle souhaitait aller toujours plus loin, découvrir ce qui se déployait au-delà de la portée de sa vue. C'était sa façon de se dépasser. Toutefois, aujourd'hui, son audace l'avait menée un peu plus loin qu'à l'accoutumée. Profitant de la foule, pour la première fois depuis son arrivée dans sa horde, elle quittait l'enceinte de la forteresse des Dracks. Ses pattes, désormais guéries, lui permettant de se déplacer allègrement. Un petit ensemble marron composé d'une tunique, un pantalon et une casquette recouvrant sa courte chevelure était ce qui la caractérisait dans ce paysage. Ses nouveaux bottillons aux pieds et l'écharpe blanche autour du coup, elle entamait son premier périple dans les marécages ceinturant les établissements de sa nouvelle demeure. Normalement, ce genre de décor aurait pu lui être repoussant, mais son être lui faisait ressentir tant de nouvelles sensation, notamment ses oreilles et son nez, qu'il lui était impossible de résister à l'appel de la nature sauvage. Une première bêtise dans sa nouvelle vie. Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour perdre de vue les murs qui l'avait abritée ses derniers jours. Marchant sur les énormes racines, elle ne savait plus sur quoi poser son regard et encore moins sur quoi focaliser son flair. Tout ça faisait parti d'un monde inconnu et la passionnait au plus haut point. Mais qui dit louveteau imprudent fait sonner la dinette des prédateurs les plus sombres. Le marécage des torturés grouillait d'une faune particulièrement variée dans le domaine des dangers. Dilan ne pouvait ce douter que les ailerons passant derrière son sillon de temps à autres appartenaient à des bêtes bien plus mal intentionnées que de simples petits poissons... Heureusement qu'elle se tenait sur les énormes racines d'arbres caractéristiques de cette partie du marais. Mais cela suffirait-il à la préserver du danger?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Jeu 29 Déc 2011 - 6:10

Le temps nuageux est un climat que tout le monde considère comme neutre. Ce n'était pas le cas pour le vieux lycan. Ce temps était des plus appréciables pour continuer ses activités : la température était suffisamment tempérée pour activer ses mouvements avant la fatalité, puis après post mortem la douceur d'une bise serpenta le long de ses formes physiques et robustes comme une mère qui berce son fils avec une douceur toute particulière. Thorolf se gratta un moment la barbe et fixa sa prochaine proie ... Jamais il n'avait rencontré de situation où il avait le maximum de contrôle sur sa nouvelle victime. Un léger souffle de vent ébouriffa ses cheveux d'un blanc neige et rafraichit ses muscles fatigués et actifs par le travail qu'il allait accomplir d'un moment à un autre : un meurtre.

"La bouche béante, Je vais te tuer comme j'aurai décimé une bonne partie de tes frères et soeurs. Meurs maintenant !"

Une hache pourfendit le ciel et s'abattit brutalement sur ... une bûche de bois. Le coup vertical sectionna le bois en deux, les deux parties tombèrent dans des coins opposés sur une large couverture en lin. Plus tard, il aidera ce dénommé Olaf à transporter et distribuer la matière première afin de garantir les meilleurs préparations de mets sur un bon feu de bois. Sa véritable activité était bien lointaine comparé à ces maigres labeurs, mais il fallait mettre à profit la fraternité qui unissait l'ensemble de la meute ... et préserver par la même occasion les apparences de ses nombreux meurtres évidemment. Il se baissa et installa une nouvelle bûche en face de lui, puis répéta la même opération sous les yeux de Olaf qui l'écouta envoûté par ses histoires complètement fausses où Thorolf aurait vaincu des vampires "méchants et sauvages" et surtout en les tuant d'un seul et unique petit coup. La vérité était toute autre, mais le jeune lycan n'était pas prêt à supporter une aussi lourde confession. L'illusion le satisfaisait complètement et tout allait très bien ainsi.

"Wouah ... C'est sanglant ce que tu lui as dis ! J'aurai voulu voir sa tête ! Et ensuite, que c'est il passé ?"

"C'est sanglant" ... Le malheureux était innocent et ne savait pas du tout de quoi il parlait. Oh mon petit, si tu savais à quel point je peux faire jaillir des cascades de sang rien qu'en usant de mes poings ... Tu me supplierais d'arrêter avant de te laisser noyer dedans. Olaf était un de ces jeunes lycans qui avait hâte de grandir sans profiter de sa jeunesse, ni même de l'instant présent. Il n'était pas désagréable en soi et encore moins naïf, mais ses questions incessants à propos du Colosse et rien que sur le Colosse l'importuna un peu. Il ne sût quoi dire pour qu'il arrête, étant habitué à trancher la gorge pour moins que cela ou à écarteler les deux ouvertures buccales dans deux directions contraires.

"Ensuite je suis parvenu à transpercer son torse jusqu'à la cage thoracique. Le sang afflua comme des longues et fines rivières sur mes pieds. C'était
chaud, délicieux au contact ... J'avoue que malgré mon âge, j'eus une érection à ce moment précis. Il réprimanda une agonie étouffée par le sang qui s'est libéré de sa chair, il supplia de l'achever mais j'introduis mes pouces dans ses globes oculaires et ..."


Et c'était ce que voulu raconter Thorolf au jeune Olaf. Mais impossible de débiter une explication pareille, il ne l'aurait pas supporté. Même dément, le prédateur comprit que ce n'était pas le moment pour partager ses petits secrets avec de la nouvelle chair qui débordait de motivation à apprendre les rudiments d'un guerrier ... Ou simplement emmagasiner toutes informations qui pourraient tomber sous sa main. Pour répondre officiellement à sa question, il soupira et les mots d'un ton caverneux s'échappa de ses lèvres :

"Il mourut sur le coup. Ensuite je suis parti sans me retourner."

La nouvelle bûche ne fit pas non plus le poids face au tranchant de la lame. Les deux côtés tombèrent paresseusement sur la couverture. Couper du bois n'était pas aussi motivant que de retirer de la peau. Il n'y avait pas de sang, ni d'eau, ni de pus jaunâtre après que la plaie soit gravement infectée ... Aucune substance salissante, chaude et visqueuse qui pouvait réconforter son moral de psychopathe. Cet appétit tout autant naturel que la faim et la soif était à son sommet : il commettrait une petite tuerie quelque part bien en-dehors de sa meute bien entendu. Gïlh'Or, le puissant leader de la meute, l'incorruptible lycan était devenu un symbole de fierté, de dignité et de puissance aux yeux des représentants de la meute. Mais aussi curieusement que cela puisse paraître, il symbolisa les restes d'humanité de Thorolf. Après tout, c'était grâce à lui et au code de Drack s'il s'empare uniquement des vies de personnes pourris et corrompus jusqu'à la moelle, d'accepter des tâches ingrates pour le bien de la populace et surtout de pouvoir garder une loyauté saine et propre envers une nouvelle famille autre que les vestiges des Gunnar. Il avait entendu dire qu'un changement radical avait chamboulé son rythme de vie ... Un roi ayant la vie perturbée sans qu'il y ait une petite alarme ? Le prédateur ne put mettre la main sur l'élément déclencheur de cet événement nouveau. Une arme secrète peut-être ? Une magie oubliée et réelle enfin traduite et utilisable pour rétablir paix et justice dans Thaodia ? Mille hypothèses parcourut le fil de ses pensées.
Gentiment, il lâcha la hache de bûcheron et se retourna vers le jeune lycan qui débordait déjà d'énergie et de fierté. Il lui fit un signe de tête et attendit sa réponse :

"Merci Thorolf pour le coup de main, je crois que nous en avons assez ... Comme quoi tu ne fais pas ton âge ! Entre nous, où as-tu manié si bien la hache ?"

Encore une de ces questions délicates auxquelles il fallait faire attention ... Mais ce ne fût pas le cas pour celle-ci :

"Je suis un boucher, j'aime découper des ..."

Il s'arrêta net et une légère nausée s'empara de lui. Il se rattrapa comme il put.

" ... des cuisses de poulet afin ... afin de faire bénéficier à toute la meute. Le poulet, c'est bon."

Pouvait-on faire plus ridicule que cela ? Eh bien non. Mais le garçon ne le soupçonna même pas, peut-être le trouvait-il curieux ou juste stupide pour son vieil âge. Le grand-père racontant sa vie en y incluant des éléments fictifs étaient très courants ... Mais cette fausse idée lui convenait tout à fait. Quoiqu'il en soit, Olaf repartit un sourire aux lèvres en transportant les deux sacs. Thorolf profita pour s'échapper un peu dans la nature en ôtant son haut. Il n'avait que ses gantelets, ses javelots et un pantalon de cuir et un collier en bronze qui se balançait au rythme de ses pas accroché à son cou vigoureux. Sa hache dut être confisqué pour remise en état ... Après tout, il dût s'expliquer avec difficulté quand à la raison de l'énorme utilisation de sa hache. Selon le forgeron, "la meute de Drack n'est pas en guerre à ce que je sache !" et les combats étaient rares entre Crocs-Noirs et cette même meute. Quoiqu'il en soit, la faune des marécages ne lui faisait pas réellement peur ... Au contraire, il se sentit prendre la place du lion, le roi de cette fameuse jungle humide décorée de végétations très diverses.

Il s'engouffra profondément dans cette nature qui lui était familière et partit à la recherche d'un nouveau prédateur se sentant surpuissant afin de briser ses idées préconçues et d'imposer la force de sa position : ce sont les lycans des Dracks qui dominent la faune, pas l'inverse. Il prit le temps d'attacher ses cheveux restants sur la tête en forme de palmier avec un lacet de cuir épais. Il huma l'air et ses nombreuses odeurs ... Peut-être qu'une bête sauvage l'attaquerait en premier avec des griffes acérées ? Il suivit une piste et arriva à un endroit où le soleil avait du mal à transpercer les alentours de ses rayons lumineux ... De son oeil valide, il parcourra les moindres recoins, attentif au moindre bruit. Rien ... Un vide complet, un silence de mort que même les morts s'arracheraient les cheveux en devenant fous et suppliant d'écouter la moindre tonalité ou mélodie. C'est alors qu'il l'aperçut : un animal gros avec une mâchoire claquante et recouvertes de crocs. La langue de Thorolf se glissa sur la totalité de ses lèvres : il allait se régalé. Qui dit grosse proie, dit baignade de sang. Il s'approcha doucement sans le quitter des yeux en tentant de faire le moins de bruit possible. Il était à plus de cinq mètres, la distance diminuait à vue d'oeil. C'était une chance qu'il ne l'avait pas encore repéré ! Il prit soigneusement un javelot et leva le bras assez haut pour obtenir une plus grande vitesse. Mais son geste se paralysa de surprise quand il vit qu'une petite fille fonça droit sur l'animal sans même se soucier de savoir ce que c'était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Ven 30 Déc 2011 - 0:44

L'ignorance était un bien vilain défaut. Une malédiction à petite échelle capable des pires maléfices. Ce fléau étant malheureusement bien trop présent chez les jeunes enfants. L'éducation menant à la maturité se constitue d'un chemin long et sinueux. Une allée de dalles pavées de mille et un pièges plus ingénieux les uns que les autres. Là où les adultes, de par leurs expériences et leur sagesse, découvraient la supercherie derrière le voile de l'anodin, les gamins devaient se fier à l'instinct, la chance et parfois... faire face au pire. Dilan était de ses jeunes pousses qui ne connaissaient pas encore grand chose des mystères et subterfuges de la vie. À juste cause puisque les enseignements que l'orphelinat lui avait prodiguée étaient d'une incroyable légèreté. Sans compter que le changement brusque de territoire qu'elle avait subit dernièrement ne faisait que rétrécir son faible champ de connaissance du milieu. Peut-être était-ce justement pour combler cette lacune que son tout nouveau côté bestial la poussait à vouloir voir plus loin que le bout de son nez? Sans aucunes connaissances géographique, cartographique et encore moins de savoir tant qu'aux créatures peuplant le marécage des torturés, la petite expédition de Dilan pouvait sembler sacrément risquée. Néanmoins, malgré son jeune âge, la gamine n'avait pas une notion du risque très poussée. Là où beaucoup d'enfants ressentiraient crainte ou appréhension, elle faisait preuve d'une audace sans borne n'ayant pour seul égale que sa témérité. Si elles pouvaient faire office de grandes qualités, cette combinaison de sensations pouvait aussi se révélée être une arme à double tranchant. La peur ne se voulant pas être qu'un sentiment nuisible, mais aussi, une manifestation de cette petite conscience intérieur qui semblait vouloir vous prévenir du danger... vous en préserver. Dommage que le vécue de la gamine l'est trop souvent poussée à ignorer ce petit appel des sens. Il lui faudrait réapprendre à vivre. S'adapter à son nouveau milieu de vie. À condition d'y survivre suffisamment longtemps pour.

La "truffe" en l'air, la petite lycane, sous sa forme humaine, progressait sur les énormes racines de ses arbres tortueux, inconsciente du danger la guettant pas à pas. S'il lui avait été donnée de connaitre l'odeur du marais, peut-être aurait-elle identifiée d'elle-même la présence d'un éventuel prédateur... Malheureusement, le marais n'était qu'un entremêlement d'odeurs et de sons totalement inconnus à son nez et ses oreilles. Rien ne lui semblait familier, pas même l'odeur des quelques plantes de l'endroit. C'était un peu comme si on l'avait relâchée dans un univers différent du siens. La faune et la flore n'avait rien à voir avec celle d'Oryenna. D'ailleurs, en parlant de faune... tandis que le Vajuras guettait son futur encas, sa crête dorsale le faisant passer pour l'une des plantes du lieu au yeux de Dilan, mais pas aux yeux de l'autre lycan, cette dernière avait entre-aperçut quelque chose. Flasque, gluant voir même gélatineux, une petite bête lui faisait face. Doté d'un visage à vous rendre morose, le maraudeur avait stoppé net l'avancée de la jeune enfant en s'imposant dans son chemin. Faisant la grimace, la petite regardait la chose avec un mélange d'appréhension et de dégout. Cette petite bête, un esprit pacifique, l'un des rares, des marécages semblant avoir identifier le danger de la zone plus rapidement qu'elle et voulait la dissuader. Malheureusement, ses tentacules verts n'inspirait en rien la confiance à la petite effrontée qui se mit à tenter de le contourné, comme il ne semblait pas vouloir lui sauter dessus...


-Dégage sale bête! Je veux passer et c'est pas un truc comme toi qui va m'en empêcher! J'ai déjà distribuée des raclées pour moins que ça! Hors de mon chemin!

Alliant le geste à la parole, elle bouscula son agresseur qui se fit soudainement bien plus insistant. L'un voyant son geste comme une tentative d'aide, la seconde, comme une agression! Le maraudeur tentant d'empêcher la crédule créature de se lancer dans la gueule du loup, il ne réussit qu'à s'attirer les foudre de la jeunette. Ses tentacules commençant à enserrer poings et taille de la gamine. La sauvageonne ne voyant pas cela d'un très bon oeil, rapidement, ses petits coups de pieds commencèrent à fuser contre celui voulant simplement lui éviter quelques ennuis. Pestant contre son potentiel sauveur, ce dernier eut néanmoins le temps de voir le danger venir. Aussi brusquement qu'il s'était saisit d'elle, il la relâcha prestement. Dû à tous les efforts fournis pour partir dans la direction inverse à son attaquant, le relâchement soudain de toutes entraves à ses membres l'amena à effectuer une poussée involontaire suivit d'une roulade qui faillit la faire chuter de sur les enchevêtrement de racines. Accrochée à la portion d'arbre tortueuse, les pieds battants dans le vide, la gamine se hissait de nouveau sur la surface plane en maudissant la bête verte lorsqu'elle le vit. Ce piège humain constitué de tentacules n'était plus qu'un cadavre difforme au milieu d'une gueule qui mâchouillait lentement la chair et faisait craquer les os.

Le Vajuras n'avait pas eut la patience d'attendre la gamine plus longtemps, il avait donc décider de tenter un assaut tandis que la petite pièce de viande se disputait avec l'une de ses créatures visqueuses si peu nourrissante. Faisant disparaitre l'animal pacifiste, sous les yeux rond comme des billes, dans sa gueule immense, le mixte de l'homme et du monstre marin posa ses yeux d'un bleu glacial et hypnotique sur la seconde pièce de viande. Il n'y avait pas besoin d'un dessin ou même du moindre geste pour comprendre ses intentions. Après l'épisode du renne déchainé, c'était bien sa vaine tiens! Se relevant doucement, la petite, terrorisée bien qu'elle ne le laissait pas trop paraitre, cherchait à se rapprocher du tronc. Elle ne pouvait pas espérer gagner au corps à corps avec cette bête sauvage qui faisait dans les trois mètres! Et vu la chose, l'eau c'était plutôt ridicule pour fuir. Sa meilleure chance était donc de s'élever loin de sa portée... Espérant qu'il ne savait pas grimper aux arbres. La monstruosité fit alors un pas vers l'avant, la course contre la montre était lancée. Se lançant dans un sprint, la gamine sauta sur l'arbre le plus proche et commença a y grimper. Sa tendance à s'habiller comme les garçons l'aidant à perpétrer une telle action. Loin de souhaiter laisser la moindre chance à sa proie, la créature aux crocs aussi tranchants de des rasoirs s'élança à son tour. Arrivant à la hauteur de la gamine lorsque cette dernier atteignait les premières branches. Hissant un maximum de son énorme masse sur le tronc de cet arbre pourrissant, sa dentition se referma sur un bout de tissu. Arrachant un glapissement à la petite qui, avec l'énergie que lui procurait l'adrénaline, donnant de bons coups de pieds au visage de son prédateur en s'exclamant:

-Lâche moi saleté ou je te ferai cuire à la broche!

La petite se montrant plus menaçant qu'elle ne l'était réellement, il était difficile de dire si elle le pensait sérieusement ou si elle tentait vainement d'impressionner le monstre. Ce fut finalement un coup de pied bien placer dans le globe oculaire qui fit lâcher brise à la bête, dans une longue plainte guttural. Un coup de chance au milieu de cette frénésie. Une bonne fortune qui ne dira pas. Si la petite réussit à se hisser suffisamment haut pour se retrouvée hors de portée du carnassier, le poids de ce dernier provoqua une situation bien ennuyeuse. Cet arbre, ayant vu plus d'une lune défiler, cédant au niveau du tronc sous le poids de l'imposant monstre marin. Dans un cri strident, la gamine rejoins donc les eaux sales du marais. Buvant la tasse un moment, elle s'accrocha aux restants flottant des vestiges de son refuge. Son visage ne conservant qu'une couleur blême après une constations désastreuse... La bête n'était plus dans son champ de vision!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Sam 31 Déc 2011 - 5:33

Alarmé, curieux, surpris ... Ces notions s'entrechoquaient les unes contre les autres avec une facilité particulière. Il ne s'attendait pas à cette apparition aussi soudaine, ce changement de rythme aussi radical où les réflexes devaient agir promptement avant que la fatalité frappe l'innocente fille. Son odeur émanait de son corps frêle ... Une jeune lycanne ? Mais plus il pensa à agir, plus son corps le retint ... Même si elle faisait partie de sa race. Etait-ce réellement nécessaire ? Elle ne l'avait pas encore vu, personne dans les alentours ... Sa véritable venue en ces lieux était de libérer avant toute chose sa réelle nature, sa personnalité à l'appétit sanguinolent et démesuré. Il n'était pas responsable de cette petite, sa conscience ne lui dicta pas non plus de la sauver impérativement. Elle devait apprendre de ses erreurs et surtout la faute de ses parents de ne pas l'avoir surveillé d'assez près. Thorolf ne devait pas s'arrêter à cela. Son manque d'humanité n'était pas autant développé pour se sentir obliger à aider son prochain, dû moins sans raison apparente ... Camouflé derrière deux troncs remplis de mousse verdâtre et végétale, il abaissa lentement son arme et suivit la fillette et le passage du Vajura sauvage qui se fit petit pour avoir un avantage tactique en attrapant sa future proie. Son oeil valide et brillant suivit le parcours du prédateur et de sa proie, insouciante encore de la situation et le danger dans laquelle elle se trouvait en ce moment même. Bien qu'elle portait la sainte innocence au fond de son coeur, sa personnalité était toute autre. Elle se montra impétueuse face au premier obstacle qui lui barra la route mais elle fut rapidement pris pour cible par cette bestiole à tentacules . La bête n'était pas très hostile, juste assez prétentieuse pour barrer son agresseur et ainsi faciliter la tâche des prédateurs ... En d'autres mots, c'est exactement ce qui se passait à cet instant. La voix de la petite fusait violemment en mêlant injures et menaces, détruisant le silence apaisant des marais. Nom de Thaodia ! Comment pouvait-on chasser et tuer dans des conditions pareils ?

Le Vajura était jeune, il le remarqua à son aileron et à ses palmes plus petits que la moyenne ... Mais il n'en demeurait pas aussi carnassier et affamé qu'un adulte. Thorolf observa la petite se faire attraper sans aucune difficulté ... Mais la colère attisa sa puissante haine, cela ne fit qu'aggraver la situation. Thorolf soupira, bien qu'il fut en admiration par la ténacité de cette jeune femelle ... Un soupir dans un moment pareil aurait été mal vu auprès de n'importe qui. Le monde aurait pointé honteusement du doigt sur le vieux lycan qui évita de s'y impliquer tout en risquant un oeil afin de connaître la conclusion logique de cette scène : la petite allait être dévoré. Lorsqu'il l'a vit enchainé à cette petite bête, le Vajura s'approcha d'elle ... C'était fini. Thorolf secoua la tête et quitta sa cachette pour marcher dans la direction opposée. Mais soudain, le bruit d'une lutte et d'une prochaine poursuite anima sa curiosité. La petite était parvenue à esquiver les attaques et à courir à toutes jambes pour se terrer dans une cachette. Ses réflexes étaient justes et sa stratégie bonne ... Elle ne se réfugia pas à n'importe quel endroit et cela d'une manière inconsciente. Non, elle grimpa sur l'arbre et ... Attendez ...

"Cette odeur ... "

Une odeur très familière lui transperça l'odorat ... Il aurait reconnu cette odeur entre mille autres ... Une odeur fruité, comme une fleur d'oranger séché sur un ruban de cuir ... L'odeur de Gïlh'Or. Brusquement, sa tête se tourna en direction du danger. Il pesta un juron, puis la course débuta. Il arriva tout juste au même moment où la créature mi-homme mi-poisson détruit la seule échappatoire de la lycanne. Avant que ce dernier eut le temps de plonger dans le but de dévorer enfin sa proie, Thorolf ôta un javelot de son fourreau et se jeta contre lui. Tout deux plongèrent dans les abîmes des marais, le bras du Colosse manipula son arme et le planta difficilement dans la partie la plus tendre de cette monstruosité maritime. L'eau se glissa rapidement ses bottes, il sentit cette fraîcheur glaciale qui l'envahit et le paralysa un instant. Le Vajura se tortilla dans les profondeurs des marais afin de déstabiliser au mieux son agresseur. Il remonta à la surface en remuant furieusement ses palmes, Thorolf prit appui sur son javelot transpercée profondément dans la chair de la bête. Il ne se laissa pas intimider par l'instinct défensif de la bête et put tant bien que mal retirer la seconde lance avant de décrire un arc de cercle et de pénétrer la pointe au plus profond de sa tête. Il dût répéter l'opération à plusieurs reprises, l'arme étant plus petite et bien moins mortel que sa hache. Une fois arrivée aux derniers instants de vie de l'animal, il empoigna un de ses énormes globes oculaires d'une couleur océan et la retira en forçant de toutes ses forces. Il fut projeté en arrière et atterrit lourdement sur le sol terreux des marécages. Le monstre gémit et hurla d'une sonorité sourde et particulière à sa nature avant de s'effondrer dans les entrailles et les abysses des marais.

Essoufflé, sa poigne ne relâcha pas l'énorme œil de la créature au fond de son poing. Le sang bleu s'échappa encore du trophée et serpenta toute la longueur du bras du vieux lycan. Il se mit en position assise, le dos à l'appui contre une énorme racine qui s'enroula autour de deux troncs côte à côte. Il perdit deux javelots dans la bataille, mais la femelle portant l'odeur commun de son supérieur et mentor était sauve. Il leva les yeux en sa direction et réclama d'un ton sarcastique :

"La prochaine fois, je te prêterai ma hâche et tu t'en chargeras toi-même."

Non, Thorolf n'allait pas lui faire la simple morale du parent responsable. "Alors Gamine, que fais-tu ici ? C'est très dangereux !". Des mots dénués de sens que le Colosse ne pouvait comprendre. La survie dépendait de chacun, il fallait la dompter le plus tôt et ainsi pouvoir anticiper chaque obstacle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Dim 1 Jan 2012 - 2:22

Cette créature innommable avait peut-être réussit à rameuté la petite dans son terrain de jeu préféré, mais l'enfant ne comptait pas lui faciliter la tâche! Depuis qu'elle ne voyait plus son attaquant, la gamine n'avait plus qu'une seule idée en tête : Se tirer des eaux glaciales du marais. Trempée de la tête aux pieds, s'extirper de l'eau vaseuse ne fut pas une tâche facile... elle y laissa d'ailleurs son veston qui lui donnait une charge supplémentaire bien trop importante une fois imbibé d'eau. Ça serait beau que de tenter d'expliquer la disparition du vêtement et les morsures dans le bas du pantalon au paternel... Cela n'étant toutefois pas sa plus grande source d'angoisse pour le moment. Ce poisson immense devait être quelques part sous les flots, mais où!?! Son nouvel ouïe et son odorat étonnamment aiguisé ne lui étant d'aucuns secours tant que ce truc resterait terrer sous cette surface aqueuse. S'étant entièrement extirpée du liquide glacé, la petite ne tarda pas à se mettre debout sur le tronc qui flottait passivement. Bien vite, malgré une panique que son corps traduisait par de vives montés et descentes de son poitrail, elle se saisit d'une branche et la cassa. Son intention? Combattre la chose avec son gourdin improvisé! Fallait pas croire qu'elle se laisserait manger sans au moins lui donner l'indigestion de l'année! Ne sachant pas d'où et quand la bête pouvait ressurgir, l'enfant tournait sur elle-même et jetait des regards furtifs dans toutes les directions. Il va s'en dire que jamais, jusqu'à maintenant, son cœur n'avait battu si rapidement! Un tintamarre comparable à celui des grands tambours étant le son que lui laissait entendre et ressentir cet organe vital. Serait-ce bientôt son dernier soubresaut? Peut-être bien, si elle ne lui fracassait pas son bout de bois suffisamment fort sur la tête! Bien que sa détermination à vivre et son tempérament explosif la tenait de se tenir droit et d'attendre son adversaire, les membres de son frêle petit corps tremblait. Bien sur qu'elle avait peur! Qui ne serait pas effrayé, à cet âge, face à une telle horreur!?

Bientôt, le stress fut moins... laissant place à un sentiment que la jeune fille n'aurait pas cru ressentir dans une telle situation. La perplexité. Mais où était donc cette chose? Elle aurait eut le temps de lui sauter à la gorge au moins cinq fois depuis le temps! Alors que le mystère gagnait en épaisseur, une réponse jaillit des flots. Une solution au problème s'imposant plus abruptement que tout ce qu'il lui aurait été donné d'imaginer. Là, au travers des eaux devenues sanglantes, se menait une lutte. Le monstre marin combattant un homme d'âge mûre à la tignasse blanche. Plus surprenant encore, pour la jeune enfant, c'était le guerrier qui semblait avoir le dessus! Une arme, que la jeune fille n'aurait su décrire autrement que par une grande perche aux pointes affutés, transperçant la bête du marais comme s'il n'avait s'agit que du beurre! Le combat fut sans merci... Le plus surprenant est que jamais, la bête n'eut le dessus sur l'homme qui semblait la chasser aussi aisément que la meute avait déjà chassée le renne. Un spectacle suffisamment impressionnant pour laisser la gamine bouche bée. Et seuls les dieux savent à quel point, cela n'est pas aisé que de lui retirer les mots de la bouche. La violence de cette distribution de coups n'était pas sans rappeler à la petite l’écœurante vision du dépeçage des rennes. La scène lui tirant toujours une légère grimace. La peur avait fait place à la surprise qui avait cédée son monticule à l’hébétement. Son premier geste de retour à la réalité se résumant à se servir de son gourdin d'occasion pour pagaille vers la terre ferme. Le plus près possible de celui qui venait de prendre son dû sur la carcasse de son ancien agresseur. C'était qui ce type? Elle aurait pu s'en montrer méfiante, voir très méfiante même après se massacre, mais son odeur avait un petit quelque chose de familier. Quoi? Elle n'aurait su le dire, distinguer les arômes lui était encore très compliqué, sa transformation étant plutôt récente. Mais elle connaissait une partie de ce qu'il dégageait, c'était certain. Toutefois, elle perdit rapidement ce genre de notion lorsque l'homme au ton bourru s'adressa à elle. Piquée au vif parce qu'elle croyait être une moquerie, la petite réagit au quart de tour :


-Si j'avais eut une hache, il n'y aurait plus d'oeil pour tenir dans votre main!

Oui oui, elle se montrait hautaine! Pas question de laisser croire à celui-là que juste parce qu'il avait foutu une raclée à un monstre puant qu'il lui était supérieur! Fallait pas rêver! Elle serait, sans conteste, la prochaine louve Alpha! Bon d'accord, il lui fallait encore prendre quelques centimètres, mais ça, ça ne tarderait surement pas! Après tout, elle en avait gagnée beaucoup cette dernière année! Hé puis, l'idée qu'on la voit comme la fragile petite demoiselle en détresse la rebutait. Pourquoi fallait-il toujours que les grands se croient meilleur que les plus petits hein? Surtout les hommes... Faisant fit de toute appréhension envers l'individu, elle quitta son radeau de fortune de où elle avait crier ses mots et vint se placer devant le concerné d'un pas vif. À proximité, ce colosse était encore plus impressionnant qu'à distance. Presque assez pour donner une raison aux bêtes du coin de geindre de honte. Sa carrure était encore plus imposante que celle de Gilh'Or. Que du muscle, une vraie montagne à l'état brute. De plus, ses traits possédaient une dureté que ceux du chef des Drack n'exprimait que lorsque fortement contrarié. Ce type là, c'était un dure à qui, ça se sentait, ça se dégageait de sa personne sans même avoir besoin d'une analyse. Intimidée, Dilan tâchait néanmoins de ne pas se montrée abasourdie devant une telle manifestation. Trop orgueilleuse pour donner le moindre signe de faiblesse même face à un individu la surpassant en tout point, elle ajouta, presque plus polie que précédemment :

-Enfin... Merci. Comme j'étais désarmée cette fois-ci, ça aurait été compliqué! Mais avec une bonne arme, j'en serais venue à bout toute seule!

Dans un petit marmonnement un peu plus proche du grommellement, elle ajouta, pour elle-même :

-Avec quelques années de pratiques et quelqu'un pour me montrer à manier les armes...

Première rencontre... se terminerait-elle en premier conflit? Aller savoir. Mais avec tout cela, la petit hésitait désormais entre deux possibilités. Rentrer dans les murs d'enceinte de la meute ou continuer son exploration. Aussi peu sécuritaire puisse être cette exploration, elle risquait déjà d'être dans la mouise avec son père alors, un peu plus ou un peu moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Jeu 5 Jan 2012 - 1:44

La charogne du Vajura n'était plus visible que si quelqu'un aurait eu la curiosité de plonger sa tête à l'intérieur des marais . Mais qui d'autres pouvaient rôder sans raison apparente à part Thorolf et cette jeune lycanne qui a pris un énorme risque en s'aventurant non seulement dans un endroit sans arme, mais encore dans un lieu où elle ne connaissait nullement les chemins à éviter. comme des nids de sangsues géantes ou d'autres localisations où il valait mieux être accompagné par un bataillon de trois personnes au moins. Voilà un programme improvisé qui n'était pas attendu par le vieux lycan ... Il laissa ainsi donc son trophée dénué de toute vie au fond de l'eau malpropre. Il aurait pu aller le rechercher pour en extraire les écailles ou tenter de le cuire et d'ingurgiter les parties de la bête avec un peu d'herbes aromatiques qu'il aurait pu demandé à ses fidèles et nouveaux compatriotes chez les Dracks ... Chez lui. Cela sonna tellement faux à ses yeux, il avait enfin une maison, un domicile comportant une famille unie où la fraternité et l'obéissance étaient deux notions inestimables. Surtout un chef, Gïlh'Or, qui avait la coutume d'être clair, direct et de réfléchir. D'avoir cette force de déchirer les voiles du doutes en exposant les mensonges à la lumière, évitant ainsi que la meute de Drack s'écarte de son droit chemin. Mais cette petite ... Cette jeune lycanne au ton fourbe qui aurait fait pâlir n'importe quel homme, qui était-elle ? Son nom l'importait peu, il avait suivi le code des Dracks en aidant son prochain. C'était le plus important, pour préserver sa dignité. Thorolf souffla, l'oeil gluant et bleuté toujours enfoui derrière ses doigts épais et fermés. La masse visqueuse s'écoula sur son bras et commença à goutter à partir de son coude abimé par sa récente chute. Il ferma son oeil et se détendit, comme si ce qu'il venait de se passer n'était qu'un jeu innocent, une simple tâche à exécuter et à éradiquer ... Sur ce point, cela avait été un succès. Mais il ne se rendit pas compte tout de suite que la très jeune lycanne était un nouveau combat à aborder. Voilà que ses paroles scandées par une voix forte et aigüe lui titillèrent les oreilles. Il ouvrit à nouveau son oeil pour le plonger dans les siens. Il resta bouche bée un instant ... ça, cette gamine en avait dans le ventre ! Toutes personnes normales auraient écouté ses dires et rigoler un peu devant cette charmante innocence qu'exprimait la petite fille, mais Thorolf l'écouta avec attention comme s'il s'agissait d'une vérité absolue, sa démence ayant de la peine encore à faire la distinction entre le réel et la fantaisie.

"Epatant."

La voix de Thorolf était sincère, confiant de ce que la petite pouvait réserver comme ressources physiques ... Un si petit être capable de tenir ma hache et de la virevolter mieux que moi-même ? C'est épatant, je le répète. Le Colosse aurait aimé voir cela de plus près en lui prêtant sa hache ... Il l'aurait imaginé en train de trancher n'importe quel être vivant en l'utilisant avec panache et courage, mais il n'eut pas l'ombre d'un doute qu'elle puisse à peine le soulever de ses petites mains. Sa frimousse vira à un rouge assez discret lorsqu'elle ouvrit à nouveau la bouche pour remercier son acte généreux. Mais elle revint sur sa position de force en exprimant clairement qu'elle aurait pu anéantir n'importe quoi en usant une bonne arme. Tout en se passant l'oeil de l'ancienne bestiole d'une main à l'autre, Thorolf acquiesça de la tête en étant pensif et répondit d'une voix caverneuse :

"Je n'en doute pas. Mais une bonne arme ne suffit pas, tu peux me croire."

Le lycan se remit debout en s'appuyant un moment sur le tronc de l'arbre. Une fois sur pieds, il la fixa et l'observa sous toutes ses coutures ... Petite, des yeux colériques et très fiers, une tignasse foncée, pas bien grosse ... Thorolf douta peu à peu de ses paroles. Il regarda ses propres bras et les compara avec celle de l'enfant. La différence était gigantesque ... Il dut baisser sa tête et regarder presque ses propres genoux pour pouvoir l'apercevoir en face d'elle. Elle semblait très petite ... Et pourtant elle affirma pouvoir faire mieux que lui ? Cette révélation le perturba, il ne sut quoi répondre désormais ... Entre la logique et son mensonge poussé par la fierté, Thorolf ne comprit pas tout de suite que les paroles de la jeune lycanne ne pouvait pas être réaliste ... Dû moins pour le moment. Mais ce qu'il comprit, c'était l'audace de la gamine. Il appréciait. Une réelle franchise, un désir de détruire chaque obstacle qui lui ferait face ou de les empiéter lourdement pour démontrer et laisser une image mémorable de sa position de force. Lorsque la lycanne fini de parler, tout devint clair ... Mais pas seulement dans ce qui tracassait Thorolf. Ce dernier vit son avenir, tel un devin parcourant les astres et la fraicheur du vent afin de limiter les possibilités de son destin. Elle avait déjà le caractère d'une puissante guerrière, confiance et sûre d'elle, arrogante au point de narguer l'ennemi et de l'affaiblir par la pensée ... Elle possédait les atouts d'un chef autoritaire capable de lever une armée pour elle toute seule et conquérir par la bénédiction ou la crainte du peuple ses ennemis. Il ne lui manquait plus qu'un peu d'aide pour pouvoir manier une arme ... Chose que Thorolf accomplissait à la perfection.
Soudain, un maraudeur torturé apparut derrière des buissons fourrés ... Trop loin pour que la petite puisse le voir. Son visage triste inspira la mélancolie à n'importe qui. Comme ce veut la coutume, il n'était pas seul mais accompagné de deux autres. C'était peut-être la seule espèce dans tous les marais qui avaient le mérite de préserver leur généreuse vie. Il regarda les marais, écrasa l'oeil au fond de sa poigne d'acier et jeta les débris au fond de l'eau. Il parla d'un ton rude :

"Sais-tu que tu pourrais devenir quelqu'un de plus puissant que ce que tu es à présent ?"

Ses mains commencèrent à plonger dans l'eau afin de nettoyer les restes de ce sang gluant qui s'imprégna sur sa peau caucasienne. Les frottements étaient énergiques, le liquide ne partit pas tout de suite.

"Que tu pourrais remplacer cette branche que tu portes dans la main avec une vraie lame ?"

Thorolf ne comprit pas qu'il était trop tôt ... Il ignora totalement son âge, mais la maturité était venu en avant pour qu'il en prenne compte tout de suite. La maturité s'acquiert avec le temps, non avec l'âge. Cela était une réponse pour le vieux lycan. Plus l'individu était jeune, plus il avait de possibilités à anticiper et à se prendre tôt pour connaître les aptitudes et les compétences d'un véritable guerrier. Mais à nouveau, ce parfum envahit ses narines ... Il avait presque oublié la raison de ce qui la poussé à sauver cette enfant. Il tourna la tête en sa direction et l'interrogea indirectement sur cette odeur :

[color]"Je suppose que la future terreur de Thaodia a un nom ?"[/color]

Le nom l'importait peu à nouveau, seul son identité devait être révélé ... Pouvoir mettre un nom probable à cette odeur qu'il reconnut mais qu'il ne voulut pas avouer que c'était celui de son maître. Gïlh'Or ayant une fille ... Et pis quoi encore ? La prochaine fois, ce sera la révélation que son supérieur deviendra un Croc-Noir à nouveau ? Non, tout cela était absurde. Elle devait l'avoir enlacé ... Mais alors enlacer durant un bon nombre de fois et surtout durant plusieurs heures pour obtenir un parfum autant fort et révélateur.

Presque au même moment, les trois Maraudeurs Torturés firent leur apparition. Thorolf les regarda calmement, sachant pertinemment que ces créatures étaient pacifiques ... Mais il regarda avec anxiété la petite. Savait-elle qu'elle ne risquait rien ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Sam 7 Jan 2012 - 11:52

Le marécage qui ceinturait la cité de Drack n'avait jamais été un lieu que l'on puisse qualifier de sécuritaire. Les vajuras n'y étant que l'un des minimes dangers que pouvait comporter se terrain spongieux s'étendant à perte de vue. Même les moins avisés ne s'aventuraient pas dans la région sans un minimum de préparation et d'équipements. Pourtant, pour une personne encore dans la période de la tendre enfance, ses notions étaient bien plus complexes à assimiler. Les instincts de la petite lui ayant simplement ordonnée de sortir et, elle les avait tout bonnement écoutée. Quel mal y avait-il à cela? Sa nature lui était encore toute nouvelle, rien n'aurait pu lui être moins familier, et pourtant ô combien attrayant, que cet appel d'une nature jusque là inconnue à sa personne. Une sorte de petite voix, une voix tentatrice lui suggérant des choses qui ne lui étaient pas destinée autrefois. Avant d'être lycanthrope, il n'y avait jamais eut ce genre de pulsions qui s'était fait sentir en elle. Bien sur, il lui avait été souvent donnée de penser à fuir l'orphelinat, mais rien ni personne ne lui avait jamais fais le moindre suggestions à ce sujet. Depuis cette morsure, tant de choses avaient changés... d'abord cette métamorphose incontrôlée ennuyeuse au pas possible, et puis ça. Ça se traduisant par une sensation de papillons dans l'estomac. Une forte pression sur les battements du coeur et une énergie débordante accompagnée par une petite voix intérieure... un beau mixte qui semblait la pousser à vouloir élargir ses horizon, découvrir le monde l'entourant.

Pour une enfant comme Dilan, les périls n'apparaissaient pas aussi aisément qu'aux yeux d'un adulte accompli comme l'était le guerrier sanguinaire qui avait terrasser la bête à sa place. Ne semblant posséder qu'un seul oeil, ce type était un combattant certifié, même aux yeux de la petite, en plus de posséder un bien plus vaste réseau de connaissance de cet environnement bien plus hostile que tout ce que le moindre ignare pouvait se figurer dans ses songes les plus fous. D'ailleurs, en parlant de cet œil, ce dernier ne tarda pas à entrer en collision avec le regard d'émeraude de la petite. Une confrontation des plus étranges, surtout de par l'intérêt qu'il semblait évoquer de par un certain éclat au fur et à mesure qu'elle déblatérait ses paroles. Mais cela ne fut rien en comparaison de la réaction de l'adulte lorsqu'elle se tut. Un seul mot, un unique qualificatif... épatant. Ça sonnait presque trop beau pour être vrai. Ce n'était pas pour dire, mais cette simple déclaration suffit à gonfler et satisfaire le grand égo de la fillette. Ne la laissant pourtant pas sans une certaine surprise. Normalement, dès qu'elle tentait d'afficher sa force, autant physique que de caractère, les adultes lui riaient au nez! Jamais on ne la prenait au sérieux! Comme si parce qu'elle était petite, et féminine de naissance, elle se devait d'être une menteuse de par ses dires! Les idées pré-faites au sujet des femmes lui semblant pour beaucoup dans cet histoire. De quoi lui hérisser les poils de la tête! Combien de fois l'avait-on sous-estimer ouvertement? Elle ne le comptait plus. Les seuls à avoir retenus la leçon jusqu'à maintenant étant les garçons de son ancien orphelinat ayant appris la vérité à leur dépends. Ça semblait presque inimaginable qu'aujourd'hui, là, maintenant, quelqu'un finisse par enfin la prendre au sérieux un tant soi peu! Alors que le colosse continuait de lui répondre, affirmant croire en ses capacités, la gamine n'en fut que déstabilisée. Ayant toujours l'habitude de devoir défendre ongles et griffes le moindre de ses propos, se voir être crue aussi aisément la laissait quasiment sans voix.

Le tout était si anormal à ses oreilles qu'elle faillit se mettre à rougir face à tant de confiance en sa si petite et frêle personne. Car oui, elle était bien plus fragile qu'elle ne voulait le laisser croire, bien que cela, ne vous attendez pas à l'entendre de sortir de sa propre gorge. Être ainsi appuyée dans ses croyances et ses dires la déroutant du tout au tout. Inconsciemment, très probablement, le géant sur pattes s'attirait peu à peu les faveurs de la petite pousse. Cette dernière étant très sensible à toute reconnaissance qui soit. Devenant, par le fait même, étonnamment attentive au dire de son aîné qu'elle aurait probablement soit snobée, soit royalement ignorée en faisant mine d'écouter dans d'autres circonstances. Car oui, tant qu'on obtenait pas un minimum de respect auprès de Dilan Rwênoskraj, il était très difficile de se faire entendre, et encore bien plus de se faire obéir, par sa petite personne. Dotée d'un très fort caractère, s'imposer devant un adulte ne lui amenant aucunes craintes. Pour une fois donc, elle ne manqua pas cette leçon, bien que d'une phrase, que lui donnait le grand individu. Ne manquant pas de marquer une première déclaration prouvant que son oreille était attentive :


-Mais tous les guerriers ont de bonnes armes! On peut pas se battre avec des bouts de brindilles et des tartelettes!

Oui, on ne pouvait normalement pas croire que l'arme faisait le chevalier. Et pourtant, dans tous les contes populaires, infiniment présents même dans les orphelinats, il était toujours mentions d'épées magiques, d'armes enchantés, ou de lames exceptionnelles lorsqu'on parlait du grand héros ou des plus effroyables protagonistes! Tous avec de ses choses symboliques de leur exploits réalisés avec ses merveilles de la guerre. Comment donc ne pas s'imaginer que la lame elle-même peut suffire à nous rendre bien plus fort? Bête logique d'un enfant, mais pouvait-on réellement le lui reprocher? Elle qui avait dû se raccrocher si souvent aux illusions pour ne pas s'effondrer sous le poids écrasant de la dure réalité. Une dimension froide et cruelle qui lui avait déjà menée la vie bien difficile à plusieurs reprises. Mais probablement pas autant qu'à son vis-à-vis puisqu'il y avait perdu un oeil et pas elle! D'ailleurs, en parlant de lui, il lui faisait quoi là? Même sans un œil expert, il ne fallut pas longtemps à la demi-portion pour comprendre que non seulement, on l'évaluait, mais on la comparait! Être comparée à un homme de cette stature aurait pu être flatteur pour elle qui prônait l'égalité des sexes, pour ne pas dire la dominance des dames, mais ses airs hébétés passant sur le visage du concerné ne tardèrent pas à lui tirer un petite moue boudeuse! Hé oh! Mais il allait pas vraiment faire comme si elle lui était inférieure juste parce qu'il a -quelques- têtes de plus qu'elle et un peu plus de masse musculaire! Les bras croisés, un mine affichant un ton entre le défi et l'offusquée, elle soutient son inspection jusqu'au dernier moment. Lorsque le titan écrasa quelques chose au fond de sa main, un liquide visqueux sembla s'en échapper... Tirant une grimace à la petite qui trouvait non pas la scène répugnante, mais plutôt la texture du tout que peu appétissante. Les garçons et leurs idées loufoques...

-Bien sur! Je le sais puisque je compte devenir toujours plus puissante! Je mettrai la raclée à quiconque me chercheras des problèmes et deviendrai toujours plus forte! Ainsi, même les garçons seront obligés de reconnaitre que je leur suis supérieure! C'est eux les petites natures, pas le contraire! Même que...

Mais elle se coupa là. Le titan amenant un point bien plus intéressant que celui qu'elle était entrain de défendre à son encontre. La piqûre de l'orgueil faisant place à l'ouverture de l'intérêt. il lui parlait à nouveau d'armement. Et mieux que cela, il parlait de SON futur armement! De quoi capturer l'attention d'une petite brute dans son genre sans le moindre problèmes. Même si ce dernier ne lui accordait pas son regard, ce qui aurait pu la vexée voir même l'outrée dans une autre situation, elle ne put s'empêcher de rêver de ses quelques mots. Le jour où elle porterait une arme. La jeune fille s'était toujours vue dégainer sa grande épée brillante et terrasser les mille et un monstres pouvant oser se mettre au travers de sa route. Rendant sourire aux bons concitoyens et laissant les hommes bouches béantes sur son passage. Eux ne pouvant même rêver d'atteindre un potentiel aussi grand que le siens! Car elle serait la meilleure sans conteste! Revenant sur terre et regardant la branche que le colosse avait nommée, elle reporta son regard sur lui un moment et demanda finalement, avec une première hésitation, ayant du mal à réalisée qu'on lui parlait sérieusement :

-Vous pensez que je le remplacerai par quoi ce truc?

Puis, vint la question fatidique. On lui demandait son nom. Ah euh... voilà qui allait être quelque peu compliqué. Cela ne faisait pas bien bien longtemps que la lycane avait été prise sous l'aile protectrice de son nouveau père. Même le terme de nouveau père sonnait un peu faux... Disons plutôt du seul père qu'elle puisse dire avoir connu. Si bien que, le nom de famille, avec son manque d'attention plutôt fréquent, lui était quelque peu... comment dire... difficile à retenir? En même temps, fallait dire que c'était pas le truc le plus simple qui soit! Ça pouvait pas être un truc du genre de Bellerive - Verte-Forêt ou autre truc du genre. Non, il avait fallut qu'elle se retrouve avec le ramassis de lettres bien compliqué. Déjà que son niveau de lecture et d'écriture, c'était pas tout à fait ça... Néanmoins suffisamment respectueuse pour répondre à la demande de l'imposant personnage, d'autant plus qu'il la prenait par les sentiments, elle déclara avec droiture et force :

-Je m'appelle Dilan Rwâfonage... Rwînosmage... non pas ça... Rw... Rwên... Enfin Rwênmachintruc!

Rougissant une bonne fois pour toute de son échec au niveau de sa tentative, la petite alla jusqu'à pousser son complexe en tournant littéralement dos à son sauveur. Détestant toujours autant être prise en défaut, peu importe dans quel domaine ou situation. Ce fut cette initiative qui l'amena à les voir, ou revoir, les maraudeurs. Inutile de dire qu'elle ne connaissait rien de ses créatures flasques et visqueuses. Cependant, gardant un mauvais souvenir de sa première rencontre avec l'un d'entre eux survenue quelques minutes plus tôt, elle poussa quelques grommellements menaçants et pesta quelques peu dans la direction de ses choses en déclarant :

-Allez-vous en saletés! Vous ne m'aurez pas deux fois. Si l'une de vous m'approche encore cette fois-ci, je lui en mettrai une qu'elle se souviendra toute sa vie! Oust-oust!

Bien évidemment, il lui était difficile d'assimiler d'elle-même la nature pacifique de ses quelques bestioles aux nombreux tentacules. Était-elle bonne pour sa première leçon sur la faune de la région? Si c'était le cas, le plus tôt serait le mieux car, la boxeuse à l'essaie risque bien de défigurer le seul lot de bestiaux du coin ne risquant pas de vouloir lui arracher la tête avec les dents. Des bêtes qui pourraient peut-être même lui venir en aide un jour! Comme l'avait tenter le défunt maraudeur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Mar 10 Jan 2012 - 1:20

Malgré l'épaisseur de la faune, il fallut que la vérité éclate derrière les murs de la forteresse des Dracks ... Dans d'autres circonstances, Thorolf aurait fermé les yeux et éviter cette enfant à tout prix, ne voulant pas risquer de faire tomber le masque d'un monstre sanguinaire qui ne connaissait aucun répit sur la destruction d'un Homme. Il ne l'aurait même pas suivi des yeux un seul instant, même s'il aurait pu la remarquer être avec son père et affirmer son statut ainsi que son nom. Mais désormais, la seule personne à mériter la vie, le seul être encore vivant et respirant à pleins poumons qui a osé défier n'importe quelles sources d'obstacles était cette gamine. Il arrivait que d'autres guerriers bien mieux aguerris ont su partagé le même caractère ... Mais cela s'appelait de la naïveté. Un guerrier se croyant insensible, luttant sans relâche pour le devenir, se transforme rapidement en jouet. En effet, il suffit de sectionner une main, d'écarteler les deux bras ou encore de lui arracher l'oeil avant de la machouiller devant lui et de le recracher avec dédain pour le terroriser et éradiquer son idée préconçu. Ce n'est qu'une couverture, pas un bouclier. Les guerriers pensent que cela est bénéfique pour eux, mais ils se voilent le visage par une image de surpuissance qui se brise au premier os rompu. Mais cette fille ... Cette jeune lycanne portait l'essence même de cette signification. Elle n'avait encore aucune expérience de combat ou de guerre, elle n'a pas été construite à cause de cela ... Tout est devenu si naturel, si lucidement. Cela était une énorme valeur qu'elle ne voyait probablement pas encore, mais qu'il ne fallait pas ignorer. C'est grâce à cette valeur, à ce sentiment d'ignorer la peur, que Thorolf porta toute son attention auprès d'elle. Lui-même était dépassé par cela car il n'eut jamais un pareil caractère dès son enfance. Pour le moment, elle n'était qu'une jeune fille optant une personnalité hautaine et peu intimidante ... Mais qui serait-elle une fois adulte ? Qu'elle effet un adversaire ressentira lorsqu'il la verra pour la première fois, arme à la main, les yeux froncés dans un mélange de défi ? L'oeil du vieux lycan scruta les petites paluches de la lycanne ... Bientôt, et il en était convaincu, ces mimines feront de sacrés dégâts.

Thorolf sourit à la première remarque de la gamine ... Elle portait déjà une réflexion sur la qualité de l'équipement que devait porter impérativement un guerrier pour se défendre. Après tout, il ne pouvait pas la blâmer ... Pas pour son âge, mais parce que tout le monde pensait ainsi. Pour emporter la victoire au bout de la lame, un combattant standard est persuadé qu'il faut une épée et un bouclier. Un équipement polyvalent pour contrer toutes les situations risquées. La seule chose est qu'une fois que l'équipement est retiré, que lui reste-il ? Il devient une cible, une proie mais encore pire ... Un enfant nu. Il larmoie, il supplie en sanglotant à genoux ... Rien que cette image, Thorolf aurait voulu la tordre afin de la déchirer et de la faire disparaître aux yeux du monde. Pour ce dernier, lorsqu'il n'avait plus sa hache, ni ses javelots, il devait regarder autour de lui une arme assez puissante pour percer la peau et assez résistante pour pouvoir trancher la chaire. Oh bien sûr, les mains robustes du colosse étaient également un atout majeur ... Mais lors d'un combat, la recherche d'une arme improvisée doit être instinctive pour enfin rapprocher toutes ses chances. Tout en continuant à se laver les mains, il haussa l'oeil en sa direction :

"Avec cinq brindilles, je peux les regrouper et étrangler quelqu'un. "

Il marqua une pause et pensa qu'il était utile d'ajouter des précisions afin que la petite ait toutes les informations possibles au plus tôt.

"En appuyant le fagot contre la gorge et mon genou contre les omoplates de mon adversaire, je peux lui tordre le cou au point de lui briser les cervicales."

Il ne vit pas la réaction de la petite, trop concentré par le nettoyage de ses mains presque propres désormais ... Il esquissa un sourire en coin complice et jeta un oeil malicieux mais chaleureux, comme si sa réponse était purement légère et normale dans un monde ordinaire :

"Quand aux tartelettes ... Je pourrai toujours les manger en face de mon ennemi en agonie."

Sa voix s'éleva en un gloussement en premier lieu, puis il pouffa d'un rire rauque, ses larges épaules s'élevaient au rythme de son rire. Décidément, c'était une chose à accomplir lorsqu'il y penserait ... Quelle tête ferait son opposant ! Pour la suite de la conversation, il laissa la petite s'exprimer et affirmer à nouveau sa position qui rappelait une hiérarchie élevée en surpuissance. Mais à nouveau, Thorolf ne vit pas cela comme une farce mais un atout majeur. Une pensée partagée dès son âge était un bonus capable d'améliorer bien plus rapidement n'importe quelle technique de combat. Elle pouvait acquérir des ressources incroyables, elle pouvait même ... le surpasser.

Sa question le perturba ... Etant habitué de traquer des proies afin de les assassiner le plus brutalement possible, il ne se souvint pas qu'il devait affirmer son premier rôle qui se montrait comme le plus important : Maître de guerre. Cela voulait dire également qu'il fallait mettre l'enseignement en avant. Que pouvait-elle remplacer par son bâton ... ? Il dévisagea la petite de haut en bas ... Une hache ? Non, trop fine ... Une épée à deux mains alors ? Non, ce n'était pas encore ça ... Peut-être un fléau ?
Raah, il fallait qu'il cesse de penser aux armes qui paraissaient légers à ses yeux afin de se mettre à la place de l'enfant. Peu à peu, il comprit que ce n'était pas lui essentiellement de décider ... Il souffla avec douceur avec de venir déposer ses quelques mots :

"Ce que tu veux. Tu dois pouvoir accompagner ton arme affliger des blessures mortelles et la contempler ensanglantée sans en ressentir un quelconque dégoût. "

Il se mit debout et se dégourdit un peu les jambes en les balançant d'un côté, puis de l'autre, sans la moindre gêne.

"Une flèche transperce, une lame tranche, une hache décapite ... Mais rappelle-toi que toutes les armes entrainent une agonie plus ou moins lente."

Et pour cela ... Il fallait en effet qu'elle visionne cette agonie et qu'elle perçoive ses limites. Il compta chasser avec elle ... Ce qui n'était pas une mauvaise chose, même s'il ne possédait plus de javelots. Il fallait trouver une arme improvisée, ce dont il avait parler tout à l'heure, puis se mettre à la tâche. Finalement, toutes ses explications avaient un sens, un fil rouge que personne ne pouvait façonner. Les anciens maîtres pensaient pouvoir enseigner à se battre dignement ... Qu'il y a une façon humaine de tuer quelqu'un. c'est absurde. ça leur anesthésient. Ils ont besoin de cette idée pour endurer l'horreur sanglante de la mort. Thorolf ne compte pas suivre ce chemin, mais bien d'embrasser la mort afin de pouvoir la dompter et d'y devenir insensible. C'était là la meilleure défense qu'il possédait. Il se sentait tout à fait capable de se jeter seul contre une armée entière, même s'il savait que son acte ne lui garantit pas du tout la victoire. Mais qu'importe si la dignité peut être préservé ? Remplaçons cette seule personne qui charge aussi sauvagement par une autre armée complète et la victoire ne peut qu'être assurée et définitive.

Les maraudeurs firent leur apparition et la petite ne négligea pas son caractère imperturbable pour autant ... Elle les envoyait valser, ces derniers l'admirant avec dédain et méfiance. Mais ils ne firent rien, l'image de la tristesse se lisait dans leurs yeux. Thorolf rit de bon coeur ... Et partagea quelques précisions :

"J'ai eu la même réaction que toi lorsque je les ais rencontré la première fois ... Ils te collent à l'arrière train si tu ne réponds pas à leur invitation."

Il se passa un doigt sous son oeil pour retirer une larme de joie et secoua sa tête pour reprendre ses esprits.

"Il m'a fallu tuer quelque uns de leur espèce pour comprendre que ce sont des êtres inoffensifs ... Si tu te perds à cette endroit, ils t'indiquent le chemin afin que tu puisses quitter les marécages. Apparemment, ils ne servent qu'à cela ... Même leur viande n'est pas très bonne."

Mais sitôt que la petite commença à balbuter et à hésiter sur un nom qui le foudroya sur place, il ouvrit peu à peu ses lèvres pour finir la phrase commencée :

"Gïlh'Or Rwênoskraj ?!"

Lui, un ermite, un ancien chef déchu ... Une fille ?! Comment ... Quand ... D'où ... Bon sang, qui était donc la mère ?! Cette nouvelle l'envoya abasourdi ... Le cri qu'il avait explosé avait raisonné dans toute la faune ... Les maraudeurs se sont rapidement éclipsés, apeurés par une activité aussi soudaine qu'hostile. Elle, cette petiote ... La fille de son supérieur ? Etait-ce réellement raisonnable de partager son enseignement à ses propres risques ? Tiens, depuis quand Thorolf était raisonnable ? En ayant réfléchi à cette interrogation, il envoya bazardé le code paternel et s'approcha d'elle gentiment. Il ne savait pas si son hurlement avait agit comme un grondement auprès d'elle, mais il s'agenouilla devant elle pour se mettre d'égal à égal.

"Tu veux commencer ton initiation ... Dilan ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Dim 15 Jan 2012 - 16:40

Dilan n'était habituellement pas une enfant docile. Loin de là, la plupart du temps, elle était même ce que l'on pouvait qualifier de farouche. Vivre dans un milieu constitué uniquement d'hommes durant les premières années de sa vie l'ayant amenée à se forger un sacré caractère. C'est probablement aussi ce qui l'avait menée à adopter un style vestimentaire bien plus masculin que plusieurs des autres fillettes de son âge. La jeune Rwênoskraj était peut-être la première à défendre la cause féministe, mais elle n'était certainement pas la meilleure représentante de leur féminité. Plusieurs la qualifierait très certainement même de garçon manqué, à leurs risques et périls. Néanmoins, aujourd'hui, quelqu'un ne la jugeait pas, au tout du moins, pas uniquement, que pour son apparence extérieur. Ce colosse, celui pour qui il aurait été pourtant si simple de se moquer de sa petite taille, ses petits bras ou encore de son corps de simple enfant, la prenant pourtant au sérieux comme aucuns adultes qu'il lui avait été donnée de rencontrer au par avant. Bon d'accord, Gilh', son père adoptif, avait lui aussi une certaine aisance à se dépêtré de manière à ne pas toucher l'orgueil de la demi-portion, mais pourtant, il y avait quelque chose de différent. Le chef de meute, comme tout bon père se devait de faire, voyait toujours Dilan comme une gamine, peut-être un brin immature, dont l'éducation était encore à parfaire avant d'atteindre le rang d'égalité avec les grands de la meute. Ici, les choses semblaient différentes. Non... en fait, à bien y penser, ce n'était pas les choses, mais bien l'individu à la source de cette discussion qui était différent! Ce titan à la chevelure de neige n'avait rien de commun avec les autres "garçons" que notre louveteau avait pu connaitre jusque là. L'attention qui lui portait était particulière... presque trop sérieuse pour être sincère. Il semblait toutefois bien plus agréable pour la petite fripouille de croire que cette admiration était pleinement mérité.

On captait rarement l'attention de la principale concernée. Enfant quelque peu turbulente, la théorie n'avait jamais été son fort, rien ne valait le terrain et l'apprentissage sur le tas! Ce qui avait souvent mené à de grandes difficultés niveau écoute et tout autant niveau respect. Ce n'était pas pour se vanter, mais rare étaient les adultes à l'avoir obtenu! Pourtant, cet inconnu avait su trouver le sujet pouvant susciter son intérêt et une attention plutôt impressionnante de ses oreilles. Sans compter une touche de respect pour avoir terrasser une bête devant ses yeux, bien qu'elle n'avouerait jamais qu'il lui avait sauvé la vie pour autant. À la surprise de plusieurs s'ils avaient pu voir la scène, même Dilan si elle ne s'était pas montrée si instinctive, la tornade à échelle réduite s'était sagement posée. Assise docilement sur une souche, morte tandis que son unique vis-à-vis lui faisait toujours dos. Les traits quelques peu adoucis par rapport à sa mine renfrognée habituelle, la nouvelle "élève" semblait concentrer davantage que lors de toutes autres leçons reçues jusqu'à maintenant. La forêt de ses yeux semblant avoir passé de l'orage menaçant aux firmament étoilés. Nul doute que les paroles traitées l'absorbait réellement. De plus, les enseignements du maître était plutôt... imagés? Comme tout autre bambin de son âge, il n'était pas difficile pour la louve en bas âge, que de s'imaginer les mots sous formes de films ou encore de simples défilements de clichés de la réalité. Si au début, l'idée de voir cinq malheureuses petites brindilles retirer la vie à qui que ce soi lui tira un sourire, frôlant la moquerie, tenter d'imaginer les yeux d'une personne perdant la vie peu à peu lui tira plutôt une forme de grimace. Si ça ressemblait aux yeux du monstre du marais alors "biuuuhhhh"... La phrase suivante aurait peut-être pu l'aider à visualiser encore d'avantage la triste scène, mais cette fois-ci, trop de mots vinrent lui tirer des interrogations. Au point même d'en briser, ou presque, sa fine concentration. Fagot... Omoplate... Cervicales... des mots ne rappelant pas grand chose à une fille nouvellement adopté n'ayant jamais réellement eut droit aux institutions d'enseignements. À l'orphelinat, on lui avait apprise à se taire, à jouer avec les garçons et à faire deux trois corvées, point final.

Le commentaire sur les tartelettes fut le seul à réussir à réellement lui ramener les pieds sur terre. À moins que ce ne fut ce rire tonitruant en lui-même qui fut la source de son réveil? Quoi qu'il en soit, étonnamment, son cerveau avait réussit à enregistrés les derniers mots. Manger un dessert au dessus d'un mort? Mais c'était quoi cette idée!? Depuis quand les guerriers transportaient-ils leur quatre heure pour le manger entre un ou deux dragons, monstres marins, ou autres bêtes immondes! C'était à n'y rien comprendre! Il se payait sa tête? Plus désarçonnée qu'insultée, elle le regardait néanmoins s’esclaffer sans savoir si elle devait rejoindre son rire ou plutôt, lui lancer une série d'injures de son cru. C'était si difficile de suivre les idées des adultes parfois... Ses gens-là, on dirait vraiment qu'ils sortent d'un autre monde! Au moins, peu importe le sens de tout cela, il se donnait au moins la peine de répondre presque clairement à ses questions. D'ailleurs, une réponse l'intéressait bien plus que ce dont ils avaient causés jusqu'à maintenant : son arme! Enfin, sa future arme. Ce type semblait s'y connaitre dans la matière et, la jeune fille avait plus qu'envie de savoir avec quoi, les guerriers l'imaginait ratatiner la racaille. C'est donc avec une certaine facilité que les mots concernant l'art de la guerre atteignirent ses oreilles à l'ouïe fine. Malheureusement, la réponse ne lui parut pas tout à fait satisfaisante.

Tout ce qu'elle voulait en autant de pouvoir manier? C'était plutôt large. En plus, elle ne connaissait pas grand chose d'autre que les haches, les épées et les lances... et il fallait dire qu'elle n'avait jamais réellement eut une occasion quelconque que de voir une lame de près. Ça ne l'aidait donc pas du tout à se faire une idée. Si plusieurs auraient appréciés avoir le choix, cela faisait plus croire à l'enfant que l'adulte la menait en bateau! S'était rangeant, même pas une petite direction vers laquelle s'orienter! Bien mauvaise menteuse lorsqu'il s'agissait de cacher son agacement, la corps de la demi-pousse ne se gênait pas pour le laisser transparaitre de par des sourcils légèrement froncés et des pieds tambourinant le sol. Cherchant néanmoins, pour une rare fois à ne pas se montrer "trop"chiante, elle déclara avec un certain dédain et une pointe d'ironie dans la voix:


-Donc, je vais devoir me promener avec des flèches pour transpercer, une épée pour taillader et une hache pour faire tomber des têtes? Génial, me faudra aussi un cheval pour transporter le tout sans me ralentir de trois tonnes de fer?

Puis ensuite, le moment fatidique où il lui avait été donnée de faire de nouveau face à ses choses rampantes hideuses au pas possible. Elle détestait ses choses grâce à l'initiative du dernier de leur représentant qui lui avait été donnée de rencontrée. Bon sang qu'elle n'aimait pas ses machins... ce qui sembla déclencher l'hilarité du personnage titanesque une fois de plus. Non mais, il allait pas bien celui-là? Il s'amusait réellement de la voir au pris avec ses saletés? Cette fois-ci, véritablement piquée au vif, la petite s'apprêtait à dire deux trois mots sur sa manière de penser au monsieur lorsque ce dernier la prit de vitesse... avec des explications des plus... embarrassantes. Elle se battait contre des trucs ne lui voulant aucuns mal? Nah, il se payait encore sa tête, c'était certain!

-Ça ne peut pas être des trucs inoffensif! Tout à l'heure, il y en avait un qui arrêtait pas de s'agripper à moi et à me toucher avec ses tentacules visqueux! C'est des sales bêtes je te dis!

Plus entêtée à épargner son égo du ridicule de cette situation plutôt que d'entendre raison, la petite peste ne tenait pas plus que cela à avouer son erreur sur ses choses. Si bien qu'elle se contenta d'écouter encore un peu les explications un peu plus détaillées que lui en fit Thorolf et, sans jamais avouer ses tords, déclara :

-Autrement dit, une pelleté d'affreuses bébêtes qui servent à rien...

Plus ronchonne à cause de sa propre ignorance que pour cause qu'on lui donnait une leçon, la petite garda néanmoins un oeil sur ses bestioles qui lui faisait horreur. Apparemment, celles-ci l'intimidait bien plus que toutes éventuelles représailles du géant lui tenant compagnie. Que se soit son corps musculeux, sa tête où un oeil manquait ou ses manières quelques peu brutales, rien ne semblait vraiment l'effrayer chez lui. Le fait qu'il soit son héros de la journée aidait probablement à une telle réalisation bien que sa forme plus "humaine" à ses yeux, que cette chose, lui donnait aussi un avantage de familiarité. En plus, il avait cette odeur... Les Dracks. Enfin, c'était un peu flou, avec toutes les odeurs du marécage dans l'air, mais comme c'était l'une des rares odeurs permanente qu'elle est connue ses derniers jours... Ils étaient de la même meute alors? Possible, Dilan comprenait encore un peu mal le principe même de la chose alors...

Puis, un nom fut hurlé. La petite s'arrêtant brusquement ses faibles reniflements et faisant un demi-bond, prise de court, par l'arrière. L'appellation du nom complet de son père ayant été suffisamment bruyante, notamment pour sa toute nouvelle ouïe en pleine accoutumance, que cela n'avait pu faire autrement que de la tirer de toute rêverie avec une brutalité exemplaire. Le coeur battant à tout rompre suite à cette agression sonore, elle regarda le géant avec une expression entre le tétanisme et la faible rage. Sans véritable intimidation, d'un ton mécontent, la jeune fille grommela :


-Oui, c'est lui mon papa... Quelle idée d'avoir un nom aussi compliqué à retenir aussi... Il devrait avoir que son prénom!

Puis, vint la "conclusion" intéressante de cette première conversation. Cette attrayant à une formation ô combien plus intéressante en perspective que celle qu'apportait les livres! Ah mais... de quelle initiation il parlait? À vrai dire, ils n'avaient parlés que des armes et du quoi de droit à leur sujet... Il allait lui apprendre à manier une arme? Là, toute suite? Dans ce trou puant? Agitant ses petites pattes à bon rythme, comme pour évacuer le trop plein d'énergie que lui procurait une telle possibilité de cheminement pour le restant de la journée, la petite demanda donc :

-Je veux bien, mais je veux savoir d'abord de un, ce qu'on va faire, et de deux, ton nom. J'ai pas envie de t'appeler monsieur, professeur, le grand, ou autre machin du genre tout du long! Hé puis, c'est mieux de prendre des surnoms à partir des vrais noms. C'est moins compliqué à retenir.

Fébrile, et surtout, enthousiaste à l'idée de recevoir un premier enseignement lié à la castagne, la petite n'en pouvait plus et commença rapidement à dépenser son énergie renouvelée à tout bonnement inspecter les environs, escalader diverses enchevêtrements de racines et branchements pour se ramener à la hauteur du colosse, si possible, ou simplement se délier les jambes le temps de quelques pas. C'était toute une mini-machine qui était en marche désormais et pleinement heureuse de son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    Ven 20 Jan 2012 - 3:44

Débuter une initiation pour une fille de si bas âge ? Etait-ce sûr ?Une centaine de mâles sauvages auraient été étonné de cette action, plusieurs dizaines de femelles endurcies l'auraient traité de monstre sans coeur ... Même les rois peuvent le regarder avec mépris pendant que les pauvres crachent leur plus beau crachat jaunâtre sur ses bottes en fourrure, Thorolf savait percevoir le moment où un être était prêt à combattre. Cela ne devait pas s'ébruiter au-delà des marécages pour le moment et surtout ne pas en parler à son plus fidèle et seul compagnon : Gïlh'Or. Il ne comprendrait pas pourquoi le monstre aurait agit comme cela. Le vieux lycan la regarda. Ses atouts physiques semblaient être très limités pour le moment, mais il dut admettre d'avoir vu la gamine s'échapper avec une agilité toute particulière de l'ancien Vajura. Des ressources ? Elle en possédait. Et inévitablement, c'était son mental qui regorgeait de mille richesse. Un guerrier peut savoir manier une épée en portant la plus résistante des armures, mais s'il n'a pas la volonté, la bravoure ou la résistance d'un guerrier, il pâlit, puis faiblit et enfin se laisse aller dans les bras osseux de la mort elle-même. Il savait déjà que son avenir était scellé dans l'art du combat, une attitude ainsi faite n'était pas disponible pour le commerce ou d'exécuter les durs labeurs d'une ferme. Il savait qu'il entreprenait le meilleur des chemins avec elle à ses côtés, un monstre modelant une guerrière redoutable du futur. Cela était vrai, qui pourrait le blâmer ? Est-ce que les cruels gobelins épargnent les plus jeunes ? Et les vampires ? Et toutes les créatures bestiales qui errent dans la nature ? Qui dans ce monde de fou peut retenir son poing suffisamment longtemps pour admettre qu'achever un être aussi jeune ne se fait pas ? Personne ne le peut, car même les enfants aux frimousses les plus adorables ont gravé sur leur front les termes d'ennemi et de cible. Ce que le vieux lycan exécutait à l'instant n'était de loin pas pire que de laisser un bambin trop curieux se faire arracher les intestins par un ours sauvage qui aurait plonger son museau jusqu'au plus profond de ses entrailles.

Dilan Rwênoskraj était son nom. Une identité que Thorolf fut frapper de stupeur et qu'il n'arrivait pas à admettre la vérité. Sa fille ? Elle, si petite ? Qui était donc la mère ? Malgré sa fougue éternelle qui brûlait dans son coeur, il sentit bien qu'elle n'avait pas encore adapté son corps à la vie d'un loup. Il ignora d'ailleurs si elle était née ainsi ou mordue. Mordue par Gïlh'Or peut-être ? Thorolf secoua machinalement la tête en signe de refus. Il devait se calmer, les réponses viendront tôt ou tard. Il reporta toute son attention à la petite demoiselle qui scanda déjà une vérité d'une logique imparable. Thorolf s'approcha d'elle et se mit à son niveau, un genou contre terre, pour éviter qu'elle ressente un sentiment de supériorité vis à vis d'elle. Les voici donc d'égal en égal, face à face, leur visage à quelques centimètres. Ses grands yeux d'un vert-forêt étaient en train de rencontrer les siens. Le faciès massif du lycan s'étira d'un faible sourire en coin. Elle possédait une manière de détruire ses idées préconçues sous un ton sarcastique qui lui était propre. Il baissa son visage en signe d'affirmation et entonna simplement :

"Tu marques un point."

Thorolf la regarda plus en profondeur ... Et passa en revu tout ce qu'il avait pu déjà voir et apprendre de cette jeune pousse. Elle savait nager, s'emparer d'une arme improvisée même si l'arme en question était définitivement pauvre en efficacité et surtout ... Elle savait courir, grimper et esquiver tant bien que mal. Il connaissait des enfants de la Meute qui se seraient déjà fais englouti par le défunt Vajura, mort de trouille ou paralysé par les sanglots. Cette fille, Dilan, n'avait exprimé aucune faiblesse. Juste des petits cris craintifs évidemment, mais son corps était actif et l'adrénaline qu'elle du sentir à un pareil moment était aussi pur qu'intact.

"Ce ne sont pas tes paroles qu'il faut que j'écoute, mais ce que tu as là-dedans, dit-il en tapotant son doigt robuste sur le coeur de la jeune fille. T'es agile, courageuse, rapide ... Je te vois déjà avec un arc souple, des flèches perforantes et une dague légère pour commencer. Ta taille est bénéfique pour te cacher dans n'importe quel recoin, tu peux même mieux te camoufler que quiconque si tu sais comment t'y prendre."

Thorolf retenait cette leçon car il avait prévu d'en faire une expérience ... Se camoufler voulait aussi dire ne faire qu'un avec les recoins qui nous entourent. Être aussi immuable que le ruisseau à côté, silencieux que la pierre qui paresse sous son pied ... Il ne fallait pas se cacher, mais se fondre dans la nature comme un réel caméléon. L'équipement était une chose, mais il fallait maintenant parler de la classe qu'elle pourrait posséder. Autrement dit, la manière de se battre. Mais cela, la réponse pouvait être aussi divulgué. Etait-elle prête à devenir une simple archère ? Ou plutôt une chasseuse ? Et si son goût pour le sang se prononçait, ne serait-elle pas mieux en tant qu'une assassine ? Le crâne du vieux lycan chauffa à bloc, les pensées s'entremêlaient aux idées les plus folles qui ces dernières commençaient déjà à élaborer des plans stratégies.

"Dis-moi, tu as déjà ôté la vie ?"

Cette question était critique. En cas de réponse négative, cela allait être aussitôt une de leur première leçon. Un individu qui ôte la vie à un animal ou à un homme se métamorphosait. Mais avec Thorolf à ses côtés, il estima qu'elle ne risquait pas de prendre autant de goût que lui-même. Après tout, le Colosse ne faisait pas que tuer ... Tuer était un geste primitif, un geste simple à exécuter pour régler un problème. Non, ce que le vieux lycan avait l'habitude d'accomplir était la destruction totale d'un être en éradiquant ses idées, sa nature, son identité ... Et surtout son intérêt pour la vie. En effet, il mettait ses victimes dans des conditions qu'eux-mêmes larmoyaient grandement en beuglant à s'arracher la gorge de les achever. Son oeil toisa maintenant les bêtes qui avaient décampé il y a à peine une minute ... Thorolf écouta la jeune fille sortir sa rage intérieure par rapport aux maraudeurs. Il la regarda un peu plus sérieusement et avoua :

"Tu aurais mille raison de me tuer car je n'aspire ni à la confiance, ni à la sécurité. Et pourtant, tu sais que je ne te ferai pas de mal. Distingue les bons éléments des mauvais, Dilan. Oh, je ne te demande pas d'être gentille, il m'est arrivé de tuer un maraudeur pour poser ma tête sur son cadavre charnu car j'avais besoin de repos pour une nuit, mais sache que tu peux les manipuler pour garantir tes chances de survie."

Il y a trois nuits de cela, Thorolf n'aurait jamais pensé pouvoir donner des leçons à une louve si jeune ... Et pourtant, le voilà. Expliquant minutieusement son savoir et partageant son expérience de vie avec son prochain, c'était une première ! Souvent, il était complètement désintéressé d'entrer dans les détails, mais pour cette "Dilan", il sentait qu'il devait argumenter d'une manière plus personnelle. Sûrement parce que c'était la fille de son supérieur, mais ... Il confessa que la puissante caractère de la petite aurait dressé les cheveux à n'importe qui était pour lui un symbole bénéfique qui le réjouissait amplement. Une ténacité de ce tempérament était si rare ... Même lui n'en avait pas possédé à un aussi bas âge. Quand la petite confirma que son père était bel et bien Gïlh'Or, le chef de la meute des Dracks en personne, il resta silencieux. A vrai dire, il ne savait quoi dire de plus ... Il devait simplement s'adapter à une vérité comme celle-ci. Cela devait être facile, mais pas pour Thorolf. Il ne s'attendait pas à ce que l'ancien ermite qui possédait un âge avancé puisse avoir à ses côtés une aussi petite lycanne. C'était une farce, une mauvaise blague ... Et pourtant, elle était là, juste en face de son nez légèrement crochu. Mais bientôt, le nom de l'ermite fut remplacer par une interrogation très personnelle ... Elle voulait connaître son nom. Ou plutôt un diminutif de son propre nom, histoire de ne pas compliquer les choses.

"D'accord. Appelle-moi Thor, ça suffira."

Il marqua une courte pause pour réfléchir aux conditions de la demi-portion ... Tiens, par où devraient-ils commencer ? Cela était une bonne question, mais plusieurs réponses étaient disponibles. Il se leva gentiment et dévoila un sourire malicieux.

"Suis-moi et tu verras. L'enseignement doit marquer l'esprit lorsqu'il s'y attend le moins ."

Thorolf prit les devant mais dû rapidement ralentir la cadence pour ne pas se laisser distancer par la jeune louve. En effet, lui qui était doté de jambes énormes devait s'habituer à ralentir la cadence. Ils marchèrent ainsi tout deux dans une direction prédéfinie pour le vieux lycan, silencieux et assez réjoui de voir enfin de l'action. Ils plongèrent donc plus profondément dans les marécages ... Le soleil avait de la peine à illuminer les horizons avec ses vives lueurs. L'endroit était parfait, ni trop sombre, ni trop éclairé. Thorolf stoppa la marche et se retourna lentement :

"Première leçon. La bestiole en forme de poisson que tu as vu avant se nomme "Vajura". Mais ce sera un monstre très différent qui viendra en ces terres. Je sais par intuition qu'il arrive que l'un des sangsues quitte le groupe pour se réfugier à l'ombre de cette zone avant de replonger dans les marécages. Je vais en attirer une vers toi et tu as tout intérêt à ne pas prononcer un seul mot et à doser ta respiration. Si tu réussis, tu auras fais un énorme pas en avant."

Il reprit la marche puis s'arrêta et se retourna à nouveau :

"Oh, et avant que j'oublie ... Tu as plusieurs éléments où tu pourras te cacher avec efficacité. Ne fais qu'un avec la nature. Nous verrons bien si tu en es capable."

Thorolf prit une certaine distance et revint aux pieds des marécages ... Il ramassa plusieurs grosses pierres et s'amusa à les jeter au fond de l'eau. Les marais désormais en ébullition accueillaient enfin une de ces monstruosités. Son cri strident résonna dans toute la faune, et ce ne fut pas qu'un seul, mais bien trois qui les poursuivait. Thorolf s'échappa à vive allure, il pouvait facilement les distancer car la vitesse était un facteur très différent entre un loup et une de ces créatures. Une fois arrivée à la zone promise, il chercha des yeux la petite Dilan. Il ne la remarqua pas, cela était une bonne nouvelle. Il s'éclipsa encore plus loin et se laissa fondre dans le décor.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfant et titan [Abandonné]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Enfant et titan [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gretel sans Hansel...
» A la file indienne, triplés, divins & enfant de Titan [Fe]
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Modeliste : Titan Warhound

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-