Partagez | 
 

 Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.    Lun 2 Jan 2012 - 20:08

Papa aimait courir après les jolies femmes, moi après les papillons. Je me disais qu'un jour, l'une de ces étranges créatures volantes nous mènerait à maman. Je crois que papa a besoin d'elle, il est un peu maladroit avec moi même si je sais qu'il m'aime. Aujourd'hui, nous nous baladons à travers 'notre territoire'. Papa ne veut pas que j'aille plus loin, je suis toujours accompagnée par un membre de la meute. Nous marchons à travers Mirë, à travers ces arbres verts et sous ce soleil rayonnant pour mon plus grand bonheur.

Soudain, je m'arrête devant un petit arbre parsemé d'étranges formes rouges. Je ne connais pas cela, mais la ressemblance avec les fruits que nous mangeons parfois est très forte. Je profite que papa aie le dos tourné pour en arracher un et le porter à ma bouche afin de le gouter. Beurk, comme c'est mauvais ! Je recrache immédiatement et me tourne vers papa en lui montrant cet étrange fruit :

« - Papa ! C'est pas bon ça, pas bon du tout ! C'est quoi ? »

Je lâche ce que j'ai dans la main et continue de marcher en m'émerveillant devant ces sublimes nuances de couleur. Je suis jeune mais je sais déjà que je me plairais toujours sur ce territoire parmi ces gens bienveillants. Papa me dit souvent que la meute est une grande famille et que l'on peut compter sur tout le monde ici. Moi je ne comprends pas encore, maman me disait que ma seule famille c'était elle et personne d'autre. Je suis tiraillée entre les deux adultes qui m'ont permis de venir au monde...

« - Papa, tu vas voir comme je cours vite ! »

Soudain, je me mets à courir dans cette immense forêt malgré ma peur de me perdre. Je veux montrer à papa que je suis devenue plus rapide que la dernière fois. Oh bien sûr je n'égale pas les adultes mais si je m'entraine depuis mon plus jeune âge, j'espère être aussi fort que papa un jour. Je rigole la tête tournée vers papa qui me suit en courant. Les mains devant, j'essaye de me frayer un passage dans la nature abondante de Mirë pour courir plus vite. Mes cheveux blonds me brouillent la vue mais je continue de courir aveuglément. Puis je tombe.

Je reste surprise et durant quelques secondes mes yeux s'écarquillent. Je pleure enfin, je me suis fait mal mais mes larmes reflètent ma tristesse et non ma douleur. Papa m'a rattrapé et moi je n'ai pas su être prudente. Je ne suis absolument pas fière alors mes pleurs coulent à flots. Je m'assois dans l'herbe humide et porte mes petites mains à mes yeux pour essuyer mes larmes. Puis je m'adresse à papa en espérant qu'il me comprenne à travers mes sanglots :

« - Je me suis fait mal papa... * snif * Et tu m'as rattrapé... * snif * Papa je suis nulle ! »

Oh comme j'étais triste, je ne voulais pas décevoir papa. Je désirais juste être la petite fille mignonne et appréciée qui faisait sa fierté. Je savais que papa et maman n'avait pas voulu de moi, alors je faisais tout pour leur prouver le contraire, pour leur prouver que je pouvais les rendre heureux. Maman était partie, ça n'avait pas marché alors j'espérais de tout mon cœur que papa ne me laisse jamais seule, jamais.

Je tends les bras vers papa pour qu'il me réconforte après cette chute. J'en ai besoin, je suis jeune et l'amour de mes parents me permet de me remettre de mes échecs. J'espère qu'il me pardonnera d'être si faible parfois, car je voudrais être aussi forte que lui. J'espère que papa me pardonnera, car je l'aime beaucoup.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.    Ven 6 Jan 2012 - 22:58

Sadko courait derrière une petite fille de quatre ans qui suivait de très près les papillons. Qui aurait cru que cette petite tête blonde n’était autre que la fille du jeune capitaine de portes de la meute Croc-Noir ? Personne mais la ressemblance entre eux était frappante. En effet sa fille avait récupéré ses traits et elle avait ses yeux bleus, nuancés d’une lueur verdâtre. Lorsqu’il posait ses yeux sur elle, on ne voyait dans le regard de Sadko que de la tendresse, chose très rare. Il l’aimait cette enfant malgré les circonstances de sa naissance. Il se rappelait même très bien de ce qu’il s’était passé il y a plus de quatre ans.

Cinq années plus tôt,

Ma formation d’officier s’était achevée et je savais que j’étais affecté dans l’unité des Gardiens des Portes, cette fameuse unité prestigieuse qui gardait courageusement les frontières du territoire de la meute. J’avais été heureux d’avoir été accepté dans la meute par le chef Sheiz Vulcain et aujourd’hui encore plus, donc mes collègues loups avaient décidés de me traîner dans une auberge afin de célébrer comme il se devait ma réussite. Mais j’avais refusé car je souhaitais être tranquille ce soir afin d’être prêt pour ma première patrouille. Donc je m’étais transformé en loup et je m’étais élancé dans la pénombre.

Je courus durant des heures sous ma forme lycanthrope puis j’avais atteint une magnifique clairière où j’avais fait une rencontre qui allait à jamais changer ma vie. La jeune femme qui s’appelait Eliresa était tout simplement sublime avec ses cheveux blonds qui flottaient dans l’air. Je m’étais approché doucement d’elle et vu qu’elle était entièrement nue, je l’avais recouverte de mon manteau. Puis les choses étant ce qu’elles étaient, la suite de la rencontre était facile à savoir. En effet une nuit d’amour avait uni les deux jeunes gens, une nuit torride…

Cependant le lendemain, elle avait disparu, et que des bouteilles traînaient par terre, totalement vides… Dégoûté par ce que j’avais du faire cette nuit là, j’étais retourné dans la meute pour occuper enfin officiellement mon poste. Pendant des mois, je n’avais plus eu de ses nouvelles, puis un jour j’étais retourné dans cette clairière, en espérant la revoir afin de m’excuser de cette nuit où j’avais sous l’effet de l’alcool, malencontreusement fait l’amour avec elle. Comme je l’avais prévu et étant donné que je l’avais gravé sur une pierre, elle était revenue et c’était à ce moment-là qu’elle m’avait présenté au fruit de cette nuit d’amour : un bébé… Une fille plus précisément… Dès que mes yeux se sont posés sur elle, j’étais aussitôt transporté dans un autre univers. Tous les fibres de mon corps étaient attirés par mon enfant donc en la prenant dans mes bras, j’avais demandé à la mère de venir vivre avec moi dans la meute. Elle avait refusé et on était arrivé à un accord où je verrais ma fille tous les soirs de pleine lune. Mais un soir où j’avais trop insisté pour qu’elle vienne vivre auprès de moi avec notre enfant, elle avait piqué une crise et avait disparu en laissant l’enfant à ma charge qui n’avait qu’un an…

Voilà maintenant trois que je ne l’avais pas revue ni même ouï parler d’elle… Je souhaitais la retrouver pour le bien de ma fille.

Aujourd’hui,


Sadko, après s’être perdu dans ses pensées, revint à lui et regarda tendrement sa fille qui venait de prendre un fruit étrange, qui n’était pas bon du tout. Au moment où il voulut la prévenir, elle porta le fruit à la bouche et croqua dedans. Elle recracha aussitôt, en faisant une expression de dégoût, puis se tourna vers son père qui souriait en la regardant d’un air protecteur. Elle dit de sa petite voix d’enfant :

« - Papa ! C'est pas bon ça, pas bon du tout ! C'est quoi ? »

Puis sans même attendre la réponse de son père, elle s'était à nouveau retournée pour admirer des choses que le capitaine ne pouvait voir. Sa fille lui rappelait son enfance, lui aussi aimait s'émerveiller devant de petites choses. Puis elle se tourna à nouveau vers lui et dit en souriant:

« - Papa, tu vas voir comme je cours vite ! »


Sur ces mots, elle s’était lancée en courant à vive allure à travers les bois de Mirë. Sadko sourit en voyant son petit ange courir, donc il se mit à courir également afin de ne pas la perdre de vue. Il était dans son sillage tout en faisant mine de trainer. Il était fier de son enfant, elle avait hérité de sa volonté de fer et le jeune capitaine savait qu’un jour elle deviendrait une lycanthrope renommée de Croc-Noir. En effet elle avait tout pour s’épanouir plus que les rares autres louveteaux de la meute. Il rit intérieurement puis reporta son attention sur la petite tête blonde qui courait toujours devant lui.

Soudain, il la vit trébucher, donc il accéléra sa course et se retrouva à la hauteur de sa fille qui pleurait à chaudes larmes. Lorsqu’elle le vit, elle dit de sa petite voix triste mêlée de larme :

« - Je me suis fait mal papa... * snif * Et tu m'as rattrapé... * snif * Papa je suis nulle ! »

Elle lui tendait les bras. Le jeune capitaine ne put résister à la demande de son enfant, donc il la prit tendrement dans ses bras et commença à la dorloter. La petite fille se blottit contre lui, tandis qu’il lui caressait tendrement le dos et les cheveux. Il murmura à son oreille d’un ton rassurant :

« Non tu n’es pas nulle, mon petit ange… Tu es encore petite c’est normal et je suis si fier de toi. Je t'aime mon enfant »

Puis après avoir rassuré sa fille, il examina ses blessures puis lui sourit en déposant un baiser sur son front tout en murmurant qu’elle n’avait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.    Dim 19 Fév 2012 - 17:06


Papa me prit dans ses bras pour me réconforter. Cela me faisait plaisir, et j'en avais besoin. Vous savez, lorsqu'on est si petite, on se sait pas encore se relever seul. Alors souvent, on a besoin de nos parents et moi j'avais mon papa, le plus puissant des lycans à mes yeux. Je me blottis contre lui et j'entendis son murmure rassurant :

« Non tu n’es pas nulle, mon petit ange… Tu es encore petite c’est normal et je suis si fier de toi. Je t'aime mon enfant »

Ouf, papa n'était pas déçu ! Je souris de toutes mes dents, heureuse d'être la fierté de papa. Par précaution il m'examina à la recherche de blessures, mais je suis solide comme lui. J'ai hérité de la dureté de papa et j'en suis fière, je me blesse très peu malgré mes nombreuses chutes souvent dues à mes inattentions. Mais ne blâmez pas mon papa, il n'y est pour rien. Je suis seule fautive même si je ne suis encore qu'une enfant et que les adultes remettent souvent la faute sur les parents. Non, mon papa à moi est le meilleur !

Je me souvenais vaguement de ce jour où papa m'avait pris en charge. C'était il y a très longtemps alors il ne me reste que quelques images que je dessine parfois, mais je pense que plus tard, je demanderai à papa de me raconter tout pour que je le puisse le graver dans ma mémoire. Après tout, je me dois de connaître mon histoire pour que plus tard, je puisse aussi la conter à mes enfants ! Hihi, mais j'ai le temps de m'amuser avant de connaître les malheurs d'être adulte !

« - Je peux grimper sur ton dos s'il te plait ? Dis oui papa, dis oui ! »

Papa était assez fort pour me porter et courir vite, très vite ! J'adorais sentir le vent sur mon visage, et il me disait parfois que lorsque je serai assez grande pour devenir une Croc-Noir à part entière, j'aurai beaucoup d'occasion de tester ma rapidité. Qu'est-ce que je suis impatiente de connaître tout ça et de devenir une vraie guerrière pour ma meute ! Car oui, papa m'avait déjà transmis toutes ces valeurs, tous ces principes qui font la solidarité de la meute. Je souris à cette pensée, à cet avenir que j'attendais avec hâte.

« - Papa, tu crois que le chef m'acceptera comme toi quand je sera grande ? Je veux devenir une des meilleures comme toi tu sais ? »

Je ne mens pas, papa me dit que c'est mal. Alors c'est la vérité lorsque je dis que papa est un des meilleurs, il commande même d'autres lycans. La seule chose que j'aurai pu lui reprocher du haut de mes 4 ans, c'était de ne pas aller chercher maman et de la convaincre de nous rejoindre. Mais l'on m'a déjà dit qu'il est difficile d'exprimer ses sentiments en étant adulte, alors je n'en veux pas à mon papa pour cela. Je l'aime beaucoup !

Sur le dos de papa, je frôle toutes les branches des arbres mais c'est amusant et je ne risque rien. Mes cheveux seront tout décoiffés après mais ce n'est pas grave, je ne suis pas en âge de faire comme papa et de plaire à quelqu'un. Je ne me fais pas mal, je cueille au passage pleins d'étranges fruits qui me plaisent beaucoup. Je ris avec papa pour qui je suis un poids plume. J'espère qu'après il voudra bien me dire si ces fruits se mangent, car moi, j'ai très faim !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.    Ven 2 Mar 2012 - 20:29

Le sourire de cet ange blond fit aussitôt le coeur de pierre de ce jeune capitaine des Portes. Sadko aimait sa fille plus que tout au monde et il donnerait sa vie pour qu'elle puisse vivre en paix loin des conflits et des problèmes de la vie adulte. D'ailleurs c'était l'une des raisons pour lesquelles il refusait systématiquement de lui apprendre à se battre... Pourquoi? Parce qu'il avait peur de la perdre.. Cette enfant qu'il avait eue avec son plus grand amour était devenue sa source de vie et il ferait tout pour elle... Il se mit à sourire lorsqu'elle lui sourit puis de sa petite voix fluette elle demanda:

« - Je peux grimper sur ton dos s'il te plait ? Dis oui papa, dis oui ! »

Le jeune homme ne refusait jamais rien à sa fille sauf bien entendu de lui apprendre à se battre parce qu'elle avait le temps pour ça. Toujours souriant, il la mit tendrement sur son dos et lorsqu'elle se fut bien accrochée à son cou, il se mit à courir comme il avait toujours l'habitude de le faire lorsqu'elle était sur son dos. Entendre son petit rire d'enfant prouvait qu'elle était en bonne santé et qu'elle était heureuse et c'était la seule chose que souhaitait Sadko pour sa fille: son bonheur. Il ralentit légèrement puis progressivement il se mit à s'arrêter. Il inspira longuement tout en sentant le vent fouetter son visage... Un beau moment en famille mais il manquait une personne importante... Pour Kalla, il devait trouver Eliresa... En regardant sa fille tendrement, sa décision fut prise: il la chercherait et lui demanderait de venir habiter avec eux de la manière la plus convaincante possible... Il fut tiré hors de ses pensées par la voix de sa fille qui lui demandait:

« - Papa, tu crois que le chef m'acceptera comme toi quand je sera grande ? Je veux devenir une des meilleures comme toi tu sais ? »

Il rougit légèrement parce que ça lui faisait toujours bizarre quand sa fille disait qu'il était le meilleur... A vrai dire il adorait ça mais il était modeste car il souhaitait devenir un exemple pour sa fille. Inspirant doucement, il lui sourit et la remit dans ses bras tendrement. Fixant ses yeux qui étaient exactement comme les siens, il dit d'une voix douce:

" Mon ange, tu es ma fierté et oui je sais que tu deviendras aussi forte que papa. J'en suis sur, tu en as le potentiel et le chef t'accepte déjà. Qui ne t'accepterait point? Tu es tellement belle... Je suis fier d'être ton père."

Silence

" Je te promet de retrouver ta maman pour qu'enfin tous les trois, nous pourrions vivre ensemble comme une vraie famille. "

Il lui sourit et déposa un tendre baiser sur son front...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Assumer ses erreurs de jeunesse n'est pas de tout repos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité
» A la jeunesse de mon pays
» Igor le chat, roman jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-