Partagez | 
 

 A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)   Dim 11 Mar 2012 - 21:01

Mêrisïa courait à perdre haleine, fuyant un danger rapide et mortelle. Elle fuyait pour sa vie mais aussi pour celle d'un louveteau orphelin. Ce dernier gémissait de peur, ne se sentant guère à l'abri dans les bras de l'elfe. Mêrisïa aurait du se douter que cela lui arriverait en entrant en terre lycanne. Elle était partit d'Evanya pour aller en Thaodia, cherchant une meute qui accepterait de "l'adopter". L'elfe vivait seule depuis qu'elle a quitté la meute qui l'avait recueilli et élevée. Elle avait rencontré beaucoup de personne, mais leur rencontre ne durait pas et Mêrisïa n'arrivait pas à créer de liens solides avec les autres. Tout ses proches disparraissaient, les uns après les autres, souvent en silence. Les seules personnes qui l'avaient vraiment comprise et aimé étaient mortes durant une bataille contre les vampires.

*FLASH-BACK*

Cachée au milieu de son groupe, Mêrisïa se sentait en sécurité. Elle avait l'impression que rien ne pourrait les arrêter. Elle sentit le souffle d'un de ses amis, proche d'elle. L'elfette lui sourit. Il le lui rendit, puis elle se reconcentra pour rester cachée. Elle serra son arme un peu plus fort. Le voyage de Thaodia jusqu'au abords de Mavrëah avait été très long et fatiguant, mais la meute tenait bon. Le soleil n'était pas encore couché mais le ciel se teintait déjà de rouge et d'orange, comme si il savait ce qui allait se passer. La tension était palpable dans le camp. Tout les lycans étaient aux aguets, prêts à attaquer. Ils leur suffirait d'un signe du chef pour attaquer et détruire ce groupe de vampires.
Une main se posa sur l'épaule de Mêrisïa qui se retourna en sursaut. Ce n'était que le fils du chef qui dirigeait son groupe.

- Tu es sûre que ça va aller ? lui demanda-t-il.

- Je ne serais pas là, sinon ! répondit naïvement l'elfette.

Le jeune homme sourit et passa sa main dans les cheveux de l'elfette, coupés à la garçonne.
Le ciel était désormais rouge sang. Le soleil était quasiment couché. Le silence s'était fait dans le camp. Tout le monde attendait le signal, le regard tourné vers Mavrëah. Le drap bleu de la nuit se répendait au-dessus des têtes, assombrissant encore plus la scène. Quelque étoiles brillaient déjà. Le temps lui-même semblait s'être figé. Mêrisïa inspira profondemment, se préparant intérieurement au combat. Après ce qui sembla à tout le monde une éternité, on entendit le signal venant du campement ennemi. Le chef lança son signal. Un long hurlement de loup. Certains lycans se transformèrent. D'autres hurlements se firent entendre. La bataille pouvait commencer.

* * *

Mêrisïa trébucha mais réussit à se rattraper. Elle entendit un hurlement derrière elle. Il était proche. Le louveteau gémit. Mêrisïa l'avait trouvé à côté de deux cadavres, ses parents sûrement. Elle s'était approché près du louveteau terrifié. Elle s'était retournée et l'avait vu. Un lycan fou. Il n'était ni humain, ni loup, un véritable monstre. Des tâches de sang sur la gueule et les pattes indiquaient clairement que c'était lui, le meurtrier. Sans plus attendre, l'elfe avait attrapé le louveteau et s'était enfuie. Depuis combien de temps courrait-elle ? Une demi-heure ? Deux heures ?
Mêrisïa sentit d'abord le sang couler dans son dos, suivi d'une atroce douleur. Elle s'écroula. Le loup l'avait rattrapé et était sur elle. Elle sentit les griffes du loup dans son dos, ses bras et ses jambes. Il la faisait souffrir tout en la maintenant en vie... Pourquoi ? En voulait-il au louveteau ? Mêrisïa n'allait surement pas le laisser faire et toucher ne serait-ce un poil de ce jeune loup ! Mais elle n'allait pas tenir longtemps....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)   Mar 13 Mar 2012 - 16:43


QUAND SON DESTIN EST SCELLÉ PAR LA FOLIE


Cela faisait plusieurs lunes maintenant qu’Emilie était à la tête de Sang-Chaud. Son ancien compagnon et aussi ancien chef de la meute, avait disparu mystérieusement. Personne ne savait ce qu’il était devenu. Avait-il fui ses responsabilités ? Avait-il était enlevé ? Ou le pire lui était-il arrivé durant l’une de ses excursions dans les territoires ennemis ? Chaque membre de la meute exposait ses hypothèses, des plus farfelues aux plus étranges, des plus simples aux plus terrifiantes, mais au final, personne ne savait ce qu’il était advenu vraiment de Denaro. Ce chef à la fois intelligent et imposant, plein de courage et de générosité, Emilie craignait de ne pouvoir être à sa hauteur un jour. Avait-il fait le bon choix en la prenant au poste de seconde ? De toute façon, tout cela était fait. Si un jour, sa meute décidait qu’elle ne correspondrait plus, elle les écouterai et quitterai son poste de chef de meute.

Tout était calme et aucun danger ni complications n’avait bousculé le train-train quotidien de la meute. Pour le moment, la jeune chef n’avait pas eu de choix décisif ou compliqué à faire. Bien sûr, il faut un début à tout. Ce matin là, un hurlement puissant donna l’alerte dans le village. Emilie était penchée sur son bureau, étudiant des archives et autres parchemins, dans une grande pièce digne d’une bibliothèque. Elle ne comprit pas de suite de qu’était ce signal, plongée dans ses recherches. Puis la porte de son bureau s’ouvrit dans un fracas. Emy leva des yeux choqués vers le lycan qui était rentré. Celui-ci était un des gardes des frontières, il portait une armure légère et une expression perdue s’était figée sur son visage. La jeune chef se leva et haussa un sourcil, il s’empressa alors de parler.

" Madame ! Excusez moi du dérangement mais… Il y a urgence. Un lycan fou a été vu sur nos terres. Il faut au plus vite l’arrêter avant qu’il ne fasse des blessés ou pire. "

Emilie bondit par-dessus son bureau sans plus attendre et passa en trombe devant le lycan sans un mot, dévalant les escaliers du Palais. Les sept dernières marches restantes furent sautées par une belle louve blanche. Sans prendre la peine d’enlever ses vêtements, la jeune lycanne s’était transformée et avait bondit vers la sortie. Devant le palais, poussant un hurlement, elle alerta une dernière fois le village, disant à quelques loups de la suivirent dans un ordre silencieux. La petite troupe fila à toute allure, traversant le village avec rapidité, sous les regards inquiets de quelques femmes et enfants.

Les lycans se déployèrent, dans la forêt, comme s’ils comprenaient ce qu’avait en tête leur chef. En petit groupe de deux ou trois, ils s’éparpillèrent pour couvrir toute la zone. La louve blanche préféra rester seule et aucun de ses loups ne fit de réflexion, vacant à leur tâche. Une fois que le silence flotta autour d’Emy, elle tendit le museau pour humer les bois, son regard azur fouillant chaque parcelle qu’elle pouvait apercevoir. Reprenant sa course, elle semblait courir légèrement au dessus du sol, ses coussinets amortissants les bruits des feuilles qui craquelaient sous ses pattes puissantes. Ralentissant son allure, ce fut à ce moment là qu’elle sentit cette odeur. Ou plutôt ces odeurs. Celle de la folie et de la démence, celle d’un jeune louveteau et d’une … d’une elfe ? Que faisait-elle par ici ? Ce n’était pas son territoire et elle était en danger par delà ces terres. Des bruits de pas d’une course effrénée vinrent titiller l’ouïe fine de la louve. Puis une chute, plus rien.

Emilie bondit en avant, sautant par-dessus des fourrés, des branches mortes et autres obstacles pour atteindre les personnes en danger. Dans une clairière sombre, où le soleil ne perçait pas à travers les feuillages, une elfe était allongée au sol, un petit loup apeuré entre ses bras. L’odeur du sang parvint aux narines de la lycanne. Elle aperçut enfin le loup fou. Grande bête au pelage gris, dans ses yeux la démence y brillait alors que ses pattes et ses crocs étaient pleins de sang. Il bondit sur le dos de l’elfette, lacérant et mordant tout son corps. Le visage de la jeune elfe était pétrifié par la douleur, mais pourtant, elle ne lâcha pas un seul instant le louveteau qu’elle tenait contre sa poitrine. Serait-elle prête à mourir pour un lycan ? Emilie s’avança dans le peu de luminosité qui éclairait la petite clairière, grognant d’un air menaçant. Le grand loup noir lâcha sa proie du regard et rendit son grondement à la louve blanche. Celle-ci aboya dangereusement pour faire reculer l’animal qui le fit, prudent. Il ne montrait pas son inquiétude mais l’atmosphère se remplit d’un léger parfum, celui de la peur. Entre les deux loups, le corps de l’elfe gisait toujours, sa respiration saccadée se faisant plus basse. Prenant le lycan par surprise, la jeune chef bondit par-dessus le corps au sol, assenant un coup violent de patte dans la mâchoire du loup noir. Celui-ci couina, mais se reprit, montrant ses crocs, le regard posé sur l’elfe ensanglantée.

La louve blanche bondit sur lui, enfonçant ses crocs dans sa nuque, dressée sur ses pattes-arrières comme son ennemi. Les aboiements et grognements faisaient rages. Dans un tourbillon de morsures et autres coups, la poussière du sol voletait autour d’eux. Concentrée dans son combat, Emy n’entendit pas de suite les pas et hurlements qui venaient dans leur direction. Les loups de Sang-Chaud vinrent lui porter secours, plaquant le lycan malade au sol. D’un signe de tête, la louve couleur neige leur ordonna de rentrer. Ils ne remarquèrent pas l’elfe mourante et s’éloignèrent, ramenant le loup noir au camp. Le flanc droit du beau pelage blanc était recouvert de sang, une plaie ouverte saignant abondamment. Elle se lécha doucement pour se désinfecter et reprit sa forme humaine. La douleur lui arracha un petit gémissement, mais elle se précipita vers la jeune femme au sol. Haletante sous la douleur, Emilie sut qu’il n’y avait plus rien à faire. Soit elle devenait lycanne, soit elle mourrait. S’agenouillant à côté d’elle, la chef de meute l’allongea sur le dos et caressa son visage. La panique brillait dans son regard, alors qu’elle jetait des coups d’œil partout autour d’elles, cherchant surement le loup d’ébène.

" N’aies pas peur… Il n’est plus là. Calmes toi... "

Emilie lui murmura cela d’une voix douce et chaleureuse pour la rassurer. Il allait falloir qu’elles se fassent mutuellement confiance maintenant. Surtout si Emy devait l’aider à supporter la transformation. Elle se rappela soudain la douleur qu’elle avait éprouvé quand elle s’était faite mordre. Ce sentiment d’explosion et de brulure qui prenait au corps, l’impression que tous les vaisseaux sanguins explosent, les os qui se brisent pour redevenir d’autres plus solides. Elle sourit tendrement à l’elfe. Ce moment serait dur mais au final, elle deviendrait quelqu’un de bien, c’était certain. Emilie tendit ses bras vers le louveteau qu’elle n’avait pas lâché.

" Fais-moi confiance, donnes le moi… Je te le rends après, mais crois-moi tu vas avoir besoin de toutes tes forces… "

Souriant, elle attrapa le louveteau qu’elle posa sur ses genoux, lui-même était apeuré mais l’odeur d’Emy sembla le rassurer. Celle-ci prit la main de l’elfe.

" Sais-tu ce qui va t’arriver ? "



-------------------------

[HRP: J'espère que ça te va. Si quelque chose te perturbe, n'hésites pas.♥]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)   Mer 28 Mar 2012 - 18:00

Alors qu'elle pensait que se serait vraiment la fin, Mêrisïa entendit un hurlement de loup un peu plus loin. Puis de la poussière, des grognements et un peu de sang au-dessus d'elle. Un combat faisait rage, mais elle n'en avait pas vraiment conscience, étant à demi-morte. D'autres hurlements se firent entendre. D'autres loups. Enfin, tout se calma. L'elfe entendit des pas venir vers elle et on la retourna. Mêrisïa s'affola et chercha du regard le lycan fou. Il n'était plus là... Une voix féminine la rassura quelque peu. Enfin, l'elfe regarda la personne qui lui avait parlé. Une femme... nue. Ce n'était qu'un détail et Mêrisïa n'y fit pas attention, trouvant la lycanne magnifique. Elle lui demanda alors de lui donner le jeune lycan. Elle allait refuser lorsqu'elle pensa à l'avenir de l'enfant. Non... elle devait le laisser. C'est ce qu'elle fit et le laissa partir. Elle s'attendit presque de voir la lycanne partir. Mais cette dernière resta. Elle lui demanda si elle savait ce qui allait lui arriver. Mêrisïa souffla, comme si parler allait lui user le peu d'énergie qui lui restait.

-Peut-être.... la... mort...ou...lycanne....Elle ferma les yeux et secoua la têteJe...voudrais...revivre....

Le silence se fit. Au bout d'un moment, Mêrisïa sentit une cuisante douleur dans son épaule. La lycanne avait excausé son souhait, apparemment, vu que l'elfe sentit en elle la douleur se propager. Elle ne saurait décrire toutes ces douleurs et ces sensation, mais elle sût qu'elle se transformait en louve. Elle sentait désormais cette présence bestial qui voulait se manifester. Lorsqu'elle fût debout, elle résista à cette force qui voulait prendre possession d'elle. Elle fixa le jeune louveteau... Diriger sa pensée...

* FLASH-BACK *

Elle ne devrait pas être là. Un visiteur était venu dans la meute. Elle s'en souvenait, s'était elle qui l'avait accuelli. Elle n'aurait su lui donner un âge et il avait demandé à voir le chef. Après l'avoir emmené auprès de lui, le chef demanda à l'elfette de partir. Elle l'avait fait à contre-coeur et maintenant, elle pouvait se faire gronder si on la découvrait. Elle avait suivi le groupe qui lui avait semblé suspect. Si l'Ancien, le Maître et le chef se réunissaient autour de cet étranger, c'était sûrement pour une bonne raison.

Mêrisïa observa le Maître se transformer en loup... et mordre l'étranger ?! Elle en fût abasourdie. Un humain vouloir être un lycan ? C'était rare et elle allait assister à sa première transformation. Elle savait que c'était dangereux, mais elle resta. L'homme se transforma en loup. C'était un moment décisif. Elle entendit alors le Maître parler :

- Dirige ta pensée, maintenant. Dirige ta pensée ! Concentre-toi sur une chose et mets-y toute ta force bestiale.

Le nouveau lycan leva la tête et huma l'air. Recroquevillé dans son coin, Mêrisïa attendait avec impatience la suite des évènements. Tout d'un coup, le lycan se tourna et se dirigea vers elle. L'elfette prit peur mais ne bougea pas. Elle voyait dans les yeux du lycan une certaine rebellion et une très forte envie de se contrôler. L'Ancien la vit et lui ordonna de partir. Non, elle resterait...

* * *

Diriger sa pensée... Le jeune lycan et la lycanne observait sûrement cette louve au pelage blanc avec des reflets bleuté se lever et avancer de quelque pas. Mêrisïa s'entendit grogner tandis qu'elle essayait de se battre contre elle-même. Mais la fatigue d'avoir couru et ses blessures prirent le dessus. L'elfe lycanne s'écroula. Elle entendit un cris de surprise ou quelque chose y ressemblant, puis se fût le noir.

***

L'elfe reprit peu à peu conscience. Elle était dans un lit. Elle entrouvrit les yeux, mais les referma aussitôt. Il y avait trop de lumière là-dehors. C'est à peu près à ce moment là qu'elle sentit qu'il y avait une présence avec elle, car cette présence bondit hors du lit. Mêrisïa entendit une porte s'ouvrire puis se fermer en faisant grands bruits. Elle écouta le bruit de pas d'un enfant jusqu'à ce qu'elle ne les entendes plus, ce qui prit plus de temps qu'à l'accoutumée. Elle se retourna et se mit sur le dos. Que faisait-elle là, déjà ? Elle se souvint d'une douleur à l'épaule... d'une lycanne... Oui, ça lui revenait en mémoire ! Elle était poursuivi par un lycan fou couleur d'ébène pour sauver un jeune lycan. Ensuite une lycanne est intervenue, elle l'avait mordu puis... le noir. Que c'était-il passé entre-deux, elle n'en savait rien. La seule chose dont elle était sûre, c'est qu'elle était dans un lit, chez quelqu'un qu'elle ne connaissait pas... peut-être chez la lycanne ?

La porte se rouvrit sur une silhouette féminine. Le temps que les yeux de l'elfe se réhabitue à la lumière, la lycanne était à ses côté, avec le jeune louveteau sous forme humaine... Comment l'avait-elle reconnue ? Elle ne le savait pas trop.


- Où... où suis-je ? demanda-t-elle

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)   Jeu 12 Avr 2012 - 9:31



La jeune elfe au sol semblait complètement perdue et terrorisée. Pourquoi était-elle venue ici ? Thaodia est dangereux pour ceux qui ne savent pas se battre, et cela, tout le monde le sait. Pourtant la jeune elfe était là, allongée, mourante sur la terre dure. Qu’est-ce qui avait bien pu la mener jusqu’ici ? La curiosité ? La solitude ou peut-être qu’elle avait tout simplement marché, jusqu’à se retrouver sur le territoire des lycans. Malheureusement, elle n’était pas tombée au bon endroit et au bon moment… Mais si cette hypothèse était juste, pourquoi tenait-elle ce petit louveteau dans les bras ? Pourquoi avait-elle essayé de lui sauver la vie ? Qui était-il ? Qui était-elle ? Elle semblait tenir à lui, alors pour cette petite raison, Emilie n’avait que pu décider d’essayer de lui sauver la vie. La jeune chef avait lu dans les archives de la bibliothèque du village des Sang-Chaud que certains elfes étaient devenus lycans. Pas impossible mais difficile. Beaucoup étaient morts lors de la transformation, ne laissant que pour reste des corps ni humains, ni animaux : des anomalies. Pourtant, les quelques êtres aux oreilles pointues qui parvenaient à survivre à cette dure épreuve devenaient souvent des lycans très prometteur. Soit très bons combattants, s’ils étaient déjà des guerriers. Soit très bons chasseurs, s’ils savaient être en contact avec la faune. Ou même de très bons « chercheurs », dotés d’un flair hors du commun et d’une aptitude à la guérison, si dans leur passé leur empathie ne les avait jamais quittés.

Il fallait que l’elfe choisisse… Mourir en étant certaine que le petit loup serait en sécurité maintenant ou vivre pour veiller elle-même sur lui. Emy en était sûre. Sa seule motivation était ce petit bout qui n’était pas de son espèce. Comment s’être attachée à quelqu’un qui ne vous ressemblait pas ? La jeune lycanne avait du mal à concevoir la chose, ayant été repoussé par ceux de sa race après qu’elle devienne une louve. Mais l’elfe ne détachait pas son regard de la petite boule de poils. Dans un effort ultime, elle souffla et secoua la tête, les paupières closes.

" Peut-être.... la... mort...ou...lycanne.... Je...voudrais...revivre.... "

Emilie soupira doucement. Jamais elle n’avait mordu quelqu’un et si elle avait pu ne jamais le faire, cela l’aurait arrangé. Pourtant, elle ne pouvait rester indifférente face à un tel tableau. Cette elfe devait être sauvée, et elle était la seule à pouvoir le faire. La jeune chef ferma les yeux, son esprit embrumé par les doutes. Devait-elle le faire ? Pourtant après une longue réflexion, elle pencha doucement son corps nu au dessus de l’elfe en même temps que sa forme lycanne reprenait le dessus. Ce fut une belle louve blanche, au regard couleur saphir mais triste qui mordit l’épaule de l’elfe au sol puis l’animal se recula doucement, reprenant forme humaine. La belle femme brune aux longs cheveux bouclés reprit le louveteau dans ses bras et attendit. Elle s’assit en tailleur. Elle savait que la transformation durerait. L’elfe ne se rendait certainement pas compte du temps écoulé mais quelques minutes passèrent. Emilie songeait à ce que pouvait ressentir l’elfe. Elle avait ressenti cela elle aussi. La douleur, la curiosité et la souffrance. Cette sensation de brûlure incessante qui semblait carboniser vos veines. Celle qui vous brisait les os pour les re-souder plus solides qu’auparavant. Celle qui enveloppait votre cœur dans un voile doux pour le protéger de toutes attaques. Celle qui résonnait dans votre esprit, vous insufflant la loyauté et le courage. Et pour finir, ce tourbillonnement au fond de la cage thoracique qui vous persuadait de devenir une bête. Ces sensations plus étranges et nouvelles les unes que les autres parcouraient chaque partie du corps transformé, et l’elfe ne serait pas une exception.

Quelques minutes s’écoulèrent puis l’elfe se releva avec difficulté. Mais elle n’était plus elle, du moins pas dans le physique. Une belle louve blanche et aux reflets bleutés se tenait face à Emy et au petit lycan. La chef des Sang-Chaud se leva, prête à combattre. Malheureusement, elle savait que certains nouveaux lycans n’arrivaient pas à se contrôler, que lors de leur première transformation, ils tuaient la première chose qui passait. Emilie était donc prête à prendre sa forme lupine pourtant, elle ne bougea pas, debout face à la bête. Un grondement sourd monta dans le poitrail de la louve, son instinct prenait légèrement le dessus. La belle femme ne broncha pas, plantant son regard vers dans celui de l’elfe sous forme de loup. Rapidement, les pattes de l’animal vacillèrent sous le poids de la fatigue précédente cumulée à celle de la transformation. Emy poussa un petit cri de surprise et se jeta pour rattraper la tête de la louve, qui s’abattait au sol lourdement, avant que son crâne ne heurte le rocher proche.

Le corps de la bête redevint rapidement celui de la mince elfe qui se tenait couchée au même endroit peu de temps auparavant. Emilie sourit. Elle n’était pas morte en devenant lycanne, c’est un bon début. Peut-être était-elle destinée à rejoindre les Sang-Chaud… Reposant sa tête au sol, la lycanne se transforma et poussa un hurlement mélodieux mais digne d’un chef. Bien vite, plusieurs loups firent leur apparition à travers les fourrés. Les interrogations se lurent dans leurs regards mais ils ne firent aucune remarque. Dans un ordre silencieux de leur chef, deux d’entre eux saisir le corps fragile de l’elfe et l’emmenèrent rapidement au camp. Emy adressa un hochement de tête vers les autres loups qui repartirent chacun de leur côté pour vaquer à leurs tâches. La louve blanche posa son regard sur le petit lycan. Celui-ci ne bougeait pas et dans un regard d’entente, il la suivi sans un mot. La jeune chef reprit le chemin du village au pas pour que le louveteau fatigué suive le rythme.

Quelques jours passèrent alors que l’elfe était plongée dans un long sommeil d’inconscience. Emilie passait la voir tous les jours, trouvant souvent le petit lycan aux côtés de la rêveuse. Celui-ci la veillait et lui racontait des histoires qu’il n’était pas certain qu’elle entende, mais il continuait. La jeune lycanne en avait appris beaucoup sur lui-même si jamais il ne lui avait donné son prénom où même raconté ce qu’il s’était passé et d’où il venait. Il avait du subir un traumatisme et préférait garder le silence pour le moment. Emy le comprenait et ne le força pas. Il attendait sûrement le réveil de sa sauveuse. La jeune elfe, nouvelle lycanne, avait été installé dans une grande chambre aux couleurs chaudes comme l’orange et le rouge.

Un beau matin, alors que la belle brune travaillait dans son bureau, la porte s’ouvrit brusquement. Le petit garçon souriait comme si c’était le plus beau jour de sa vie. Dans son regard brillait la joie mais aussi l’appréhension. Emilie n’eut aucun mal à comprendre. L’elfe s’était réveillée… Bondissant de derrière son plan de travail, elle courut derrière le bambin qui s’élançait déjà dans les couloirs du Palais des Sang-Chaud. Le trajet sembla plus long qu’habituellement mais la jeune chef ne perdit pas du regard la petite silhouette qui courait devant elle. Ils arrivèrent enfin devant la porte. Emy fit un sourire au petit gars qui le lui rendit et, une main sur la poignée de la porte, elle rentra.
L’elfe était allongée dans son lit, clignant des paupières comme pour s’habituer à la luminosité ce qui fit encore sourire la jeune lycanne. Emilie s’avança vers le lit et se posta, debout à côtés. Le petit lycan était derrière elle, accrochée à sa cuisse, à demi caché. Il observait la femme allongée. Celle-ci parla d’une voix enrouée.

" Où... où suis-je ? "

Emilie plissa ses yeux comme pour montrer son amusement. Elle devait se douter qu’elle était chez celle qui l’avait transformé, le seul problème était : se souvenait-elle de quoique ce soit ? Se rappelait-elle que c’était Emy qui l’avait mordu, savait-elle qu’elle était une lycanne maintenant ? Les questions devaient se bousculer dans sa tête et la jeune chef allait certainement pouvoir y répondre. Elle posa une main sur celle de l’elfe en souriant et parla de sa voix douce et chaleureuse.

" Bon retour parmi-nous… Vous êtes au village de la meute de Sang-Chaud. Sachez que vous serez la bienvenue tant que votre santé en aura besoin et surtout autant de temps que vous le souhaiteriez. "

La lycanne était sincère. Si elle avait transformé cet elfe, ce n’était pas pour que celle-ci finisse par se faire tuer par une autre meute ou autre mort tragique. Emilie fit un pas un avant et s’assit sur le bord du lit. Le petit lycan trottina au pied du lit et monta dessus. Il s’assit en tailleur face à l’elfe, ne la quittant pas un seul instant des yeux. Emy reprit la parole :

" Vous n’avez rien à craindre ici. Je suis Emilie Spaärk, chef de la meute de Sang-Chaud. Puis-je savoir quel est votre nom ? "

La chef espérait qu’elle ne soit pas trop choquée pour parler et surtout que le choc ne l’avait pas rendue amnésique ce qui était parfois arrivé chez certains lycans. Peut-être pourrait-elle lui expliquer pourquoi elle était là, pourquoi était-elle venue en Thaodia et surtout pourquoi en être arrivée là ? Emilie planta son regard compatissant dans celui de la nouvelle louve et sourit tendrement…


-------------------------

[HRP: Ca vous va chef ? Razz]


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la recherche d'une meute (PV Emilie Spaärk)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A la recherche d'une meute (PV Kimaya )
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-