Partagez | 
 

 Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Dim 1 Avr 2012 - 23:28

♠Walk on the Wild Side♠

Cela faisait déjà plusieurs jours que Cerrarë piétinant les jeunes pousses, observant les astres... Chaque jour il avait patienté en ce lieu reculé de la forêt des sanglots attendant patiemment sa proie. Cela faisait exactement quatre jours, et le piège était toujours intact, immaculé de toute trace, de tout viol.
Pourquoi ? Pourquoi ne pouvait il pas prendre une forme animale comme le faisaient tous ceux de sa meute ? Comme le faisaient tous les Lycans...
Ce sont ces questionnements qui incitèrent le chasseur à enfin trouver les réponses. Cela ne pouvait plus durer ainsi. Il ne pourrait plus cacher son infirmité longtemps, et la méfiance commençait à le suivre comme la peste...

♠Flashback♠

Un soir qu'il somnolait sur une paillasse faite d'épais branchages et de fourrures, il avait fait un rêve. Il avait vu sa meute se transformer et sauter un ravin de plusieurs pieds. Seulement, son apparence humaine n'avait pu le soulever aussi loin, et il était tombé dans le gouffre béant de la gueule d'un monstrueux Lycan...
A son réveil, Cerrarë avait voulu trouver une solution à son problème. Rapidement, il apparu que le plus simple était de poser la question à un autre Lycan. Ainsi jeta t'il son dévolu sur la meute 'Croc-noir' qui était entrée en guerre contre tous les autres peuples, et avec qui il ne risquait pas d'avoir plus d'ennui qu'il n'en avait déjà. Il avait donc pris son arc, avait aiguisé ses deux épées courtes et son poignard qu'il avait respectivement rangé à sa ceinture et à l’intérieur de sa botte gauche. Il était ensuite descendu chez un armurier afin de racheter des flèches et était partit dans la forêt des Damnés à la recherche de Lycans...


Le soleil commençait à tomber et à dessiner au sol des ombres rougeoyantes, se mouvant comme le feu, dansant au gré des brises venues de l'ouest et qui venaient délicatement caresser le visage du chasseur. Ainsi se retrouvait il à nouveau dans la position qui était la sienne, celle qu'il préférait, celle du prédateur, du chasseur traquant patiemment sa proie, prêt à refermer ses crocs sur la moindre opportunité qui se présenterait à lui.
Au sol, le piège était toujours intacte, les fins branchages retenant toujours les pousses qui les recouvraient et qui les dissimulaient aux yeux de quelque observateur peu attentif. Le trou creusé par dessous, profond de 2 bons mètres permettrait au chasseur de lancer sur sa prise des rets qui l'immobiliseraient. Si les choses venaient à mal tourner, le chasseur avait réussi à trouver quelques grenouilles toxiques dont le poison pourrait immobiliser le Lycan trop excité.

Alors que les premiers oiseaux commençaient à chanter la gloire de la nuit, les feuillages en face du chasseur se mirent à frémir. Un halètement sonore résonna et une bête en sortit. La noire créature au pelage épais courait sans le savoir dans la direction du piège, et ce fut dans un craquement de tous les diables que la bête tomba dans le trou creusé il y a plusieurs jours.
Sonnée, la bête resta quelques instant immobile au fond du trou, laissant au chasseur le temps de contempler sa proie.
Alors voila, il avait réussi, il avait capturé un Lycan, d'une taille raisonnable. Mais lorsque ce dernier repris son apparence humaine, le chasseur en perdit sa froideur. Gêné que cette femme soit nue devant lui, Cerrarë lui lança sa fourrure qui couvrit alors parfaitement ses formes féminines. Une femme, plutôt de petite stature, aux cheveux d'un noir profond le regardait à présent, la peur et la surprise se mélangeant dans ses yeux d'un bleu infini.
Lorsque Cerrarë y plongea les siens, le chasseur perdit toute froideur, toute animosité. Il s'adressa alors patiemment à la captive.

-Excuse moi de te piéger de la sorte, je ne te veux aucun mal, je te pris de me croire. Je m'appelle Cerrarë, et je suis un Lycan, comme toi. Si tu accepte de me tenir compagnie et de répondre à mes questions, sans chercher à fuir, je te libère de mon piège.

Quand il eu prononcé ces mots, le chasseur posa sa main en évidence sur son arc, pour montrer à la Lycane que fuir ne lui serait d'aucun secours.

-Je sais que je te prend un peu de court. Mais je te prie de bien vouloir m'aider...

Sans perdre un seul instant son ton autoritaire mais paternel, le chasseur s'approcha du trou et y tendit la main. Pas suffisamment pour que la jeune femme puisse l'attraper, mais il tenta de gagner sa confiance en lui souriant, révélant par la même sa dentition parfaitement aiguisée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Lun 2 Avr 2012 - 0:17

Prise au piège...

« Je marchais calmement dans la forêt. J’avais faim. Je m’étais éloignée depuis peu de la meute et pour cause. Tant de haine habitait mon peuple que je ne le reconnaissais plus. Ils s’énervaient pour un rien. A maintes reprises, les mâles dominants de la meute s’échauffaient et évidemment j’avais récolté en claque le fruit d’une haine palpable. Une guerre se préparait et cela se ressentait dans l’atmosphère. J’errais donc, la faim dévorant mes entrailles avec lenteur. Je pistais depuis de longues heures ce lapin. Mes pensées étaient confuses et totalement focalisées sur l’animal qui fuyait. Je réussis à chopper l’animal entre mes crocs. J’en dévorais la douce chaire, sans me préoccuper du pelage. Humaine, j’aurais surement trouvé cela répugnant. Mais mon instinct animal et surtout mon instinct de survie prenant le dessus, je me régalais de ma trouvaille. Moi pour les guerres je ne me préparais point. J’étais là, au taquet, pour ma famille.

Une fois nourrie je repris ma route. J'avais soif cette fois-ci. Je sentis une présence non loin. J’accélérais aussitôt le rythme de mes foulées. Il ne fallait pas que je tombe sur un elfe. Je ne voulais point être un de ses otages qu’on retient, pour en savoir plus sur la guerre qui se prépare.

Soudainement je chute. Je ne sais où. La chute semble sans fin. Et lorsque je touche enfin le sol, une de mes pattes émet un craquement sinistre. Point habituer aux pièges je reste un instant, sonnée au fond du trou sans réagir. Ma forme humaine reprend le dessus sous la douleur. Mon bras gauche me lance des éclairs. La douleur en est presque insupportable. Je souffre. Me mordant fermement l’intérieure des joues, j’évite ainsi de crier. Des larmes bordent mes yeux mais je résiste. Si l’ennemi m’avait eu, il ne fallait point que je me montre faible.

Il fait très froid. Le froid et le fait de ne me pas être nourrie depuis plusieurs jours me rendait atrocement faible. Je relève mon visage vers la lumière et constate que cet endroit est creusé bien trop profondément pour moi. Je ne pourrais en sortir sans aide. Je suis bien trop petite. En haut, près de la lumière, un personnage masculin me fixe. J’émet un grognement et me plaque contre une des parois du piège. Il me lance une fourrure qui atterrit a mes pieds. Je me plaque d’avantage contre la parois et laisse couler quelques larmes murmurant :

« Un chasseur de lycans… Ô Sên ! »

Lorsqu’il porte sa main a son arc je ferme les yeux, attendant le coup fatal. Il me parle mais je n’y prête pas attention. Il faut que je fuie. Au plus vite. J’ai peur que ça soit un des chasseurs dont on doit se méfier car ils font un marché aux esclaves. J’ouvre prudemment les yeux. N’a-t-il pas parlé de questions ? Cerrarë ? Et tenir compagnie ? Mais j’étais la plus mauvaise des compagnes et je savais rien…Cependant, une fois sortie de ce trou a rat, je pourrais surement m’enfuir… Cela avait quelques désavantages mais à la clef je ne serais pas captive. Quelques mots résonnent à mes oreilles :

-Je sais que je te prend un peu de court. Mais je te prie de bien vouloir m'aider...

Il me tend sa main, je la fixe sans réagir. Avec lenteur je vois qu’il esquisse un sourire.
J’inspire un bon coup, et dit d’une voix légèrement tremblotante à cause des spasmes des pleurs :
« Je ne sais rien. Je ne sais pas ce que vous me voulez mais je vous en supplie… Croyez-moi. Je suis innocente. Je… J’aimerais… Des vêtements. Pas… Pas... D… De la peau de loup.J...J'ai...F..Froid...»

J’hume doucement l’odeur environnante. Dans l’odeur de terre, je distingue une odeur lupine. Serait-ce un cimetière a loup ? Ou bien… Serais-ce lui le garou ?
J’inspire une nouvelle fois et murmure :

« Mal au bras… Peut pas le tendre vers vous…Il … Dans ma chute, j’ai eu mal. Très mal. »

Si c’était un garou, il devrait m’entendre avec aisance. Je déglutie bruyamment. Après tout, il voulait des réponses a ses questions, il devrait se contre-ficher de moi. A tout moment j’avais peur que de la terre tombe sur mon corps…Et qu’on oublierait pour toujours Nina-Lou…

Avec lenteur je m’assois au sol et glisse mes bras autour de ma poitrine. Je rabats mes jambes repliées contre mon buste et baisse le visage. Mes cheveux tombent en cascade devant mon visage, venant cacher mes larmes. Je me sentais si mal…Si faible…Et surtout prise au piège… J’avais si froid…Mon corps semblait s’affaiblir… Mes yeux se ferment avec lenteur… Je perds connaissance…Sans le vouloir…Au fond d’un piège… Sous les yeux de l’homme… Sous les yeux de cet inconnu… Face à un miroir j’aurais pu jurer qu’en fermant les yeux, mes lèvres prirent une teinte bleutée ! »





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Lun 2 Avr 2012 - 19:43

La prise était là, tombée dans son piège, comme n'importe quel animal que le chasseur aurait traqué. Mais la bête ne se défendait point. Pire encore, elle restait sourde à ses appels. Blottie contre l'une des parois creusée à même le sol, elle restait immobile, comme endormie, plongée dans un rêve profond, imperturbable, dans un lourd sommeil, que le chasseur ne parvenait à percer.
Alors que la brise recommençait à souffler une nouvelle odeur parvenait aux récepteurs olfactifs de Cerrarë. Ce n'était plus l'odeur du fauve, ni celle de la femme, mais de ces odeurs que seuls les chasseurs savent reconnaître. Une odeur qui vous glace le sang, vous gèle, vous frigorifie de terreur. L'odeur que sentent les chasseurs avant de donner la mort à leur prise...
La Mort... Elle rôdait, prête à ajouter une nouvelle âme à son royaume. Mais en aucun cas le chasseur la laisserait s'emparer de sa proie, de sa prise... Personne n'avait jamais osé lui voler son dû, auquel cas il n'était plus présent pour en conter les faits. Et cela n'allait pas commencer aujourd'hui.
Cerrarë attrapa un cordage elfique, unique héritage de son défunt père, le fixa solidement à un arbre proche dont le tronc lui semblait vigoureux et robuste, attacha l'autre extrémité à sa taille et descendit dans son propre piège.
Arrivé au fond du trou, il s'approcha de la jeune femme. Un frêle souffle se faisait entendre, faible et saccadé... La bête n'allait pas bien du tout. Il prit alors soin de prendre les fonctions vitales de la Lycane. Il posa sa main froide et rugueuse sur sa gorge chaude, écouta les battements de son coeur encore fébrile, et compta sa fréquence de ventilation.
Aucun doute possible, la bête était mal en point.
Il remarqua bien vite une rivière sanguinolente ruisseler le long de son avant bras, et sans attendre un instant de plus se mit en charge de la remonter pour lui administrer les quelques secours qui la retiendrait à la vie.

-Tu n'as pas le droit de partir, ma jolie. Pas avant de m'avoir donné les réponses que j'attend, et que j'aurais.

Cerrarë enveloppa la Lycane nue dans la fourrure de cerbère qu'il lui avait lancé quelques secondes auparavant mais qu'elle avait ignoré.
Attachant la jeune fille avec la corde pour pouvoir la remonter, le chasseur écoutait toujours le souffle de la Lycane consciencieusement, ne voulant perdre sa chance de comprendre pourquoi la bête en lui ne voulait se montrer.
Une fois de retour à la surface, la chasseur entreprit de soigner la belle. Son poignet était foulé, et une longue coupure descendant de son avant-bras, laissant un filet de sang s'y échapper. Il appliqua sur son poignet un bandage épais, immobilisant l'articulation. Il appliqua quelques onguents sur la plaie et enroula un fin bandage de soie en plusieurs couches sur sa profonde blessure, probablement causée par une branche lors de sa chute. Les onguents devraient permettre à la Lycane de se réveiller sans percevoir les intenses douleurs qui avaient provoquée son retour son sa forme humaine. Il posa sa tunique de cuir sur la jeune femme, qu'il recouvrit de sa cape en fourrure afin de la garder au chaud et s'employa à faire un feu.
Le foyer fit danser les ombres et se refléter mille éclats dans les noirs cheveux de la Lycane qui se perdaient dans la fourrure colorée du même noir. Des légendes se dessinaient sur la peau pâle de la jeune femme, contées par les esprits des lieux.

-Vous avez invoqué le nom de Sên, tout à l'heure... Je vous ai entendue. Et je prierais la déesse pour votre rétablissement.

Le jeune chasseur se pencha sur sa proie, comme un prédateur prêt à donner la mort à sa victime, faible et inoffensive, observant le moindre de ses gestes, le moindre clignement de cils, aussi imperceptible qu'il fut, et commença à prier la déesse qu'il chérissait. Il roula quelques herbes, dont il avait entendu les vertus lors de ces multiples périples dans certaines tavernes douteuses, dans une feuille d'un arbre millénaire environnant et alluma la feuille dont il aspirait la fumée qu'il recrachait en formant des ronds qui allèrent e perdre dans la végétation environnant, s'adonnant à quelques rituels chamaniques, implorant les dieux, quels qu’ils soient de laisser sa jeune captive en vie, et ainsi lui permettre de comprendre ce qu'il ignorait depuis toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Lun 2 Avr 2012 - 20:41

~ Sous le regard scruteur du bourreau...

« Il faisait noir autour de moi. Le froid rongeait mes muscles. Pétrifiée, incapable d’ouvrir les yeux, je restais recroquevillée sur moi-même.
C’est alors que je sentis une main sur ma gorge. Les tremblements se multiplièrent aussitôt. Je devais éviter cette main. C’était la main de l’ennemi.Et peut-être la main de la mort qui voudrait me tuer. Hélas mes forces me quittèrent et je réussis avec peine à garder conscience. Une voix lointaine parvint à mes oreilles :

-Tu n'as pas le droit de partir, ma jolie. Pas avant de m'avoir donné les réponses que j'attends, et que j'aurais.

J’essaye d’émettre un grognement, en vain. Quel culot de m'appeler de la sortes !! Quelque chose de chaud se glisse sur mes bras nus, puis sur mes cuisses. Douce sensation qui revigorait avec lenteur ma circulation sanguine. Je touche le sol…
L’odeur de la terre disparait avec lenteur et laisse place rapidement a une forte odeur de verdure. J’étais au sol ! Je devais me relever ! Vite ! Fuir !

[Perte de connaissance]
Le monstre qui venait de la capturer saisit son poignet. Prenant soin de sa captive, il confectionne avec aisance un bandage, soignant ainsi la plaie. Son bandage est essentiellement constitué de pommade permettant ainsi à Lou de se réveiller sans souffrance.
[Reprise de connaissance]
Allongée au sol, je sens des tissus bien trop oppressant sur mon corps. Une voix proche parvint à mes oreilles, c’est toujours celle du chasseur :

-Vous avez invoqué le nom de Sên, tout à l'heure... Je vous ai entendue. Et je prierais la déesse pour votre rétablissement.

Je sens une présence tout près de moi. Une forte odeur lupine, mais aussi un parfum plaisant qui réveilla la louve en moi. Une odeur de fumée, celle du feu, et celle des herbes qu’il fumait me fait toussoter. C’est douloureux. Mes membres sont encore engourdit. J’essaye de m’assoir en ouvrant faiblement les yeux, mais en voyant son visage si près du mien je lâche un petit cri de terreur. Aussitôt je ramène la première fourrure contre mon corps. L’instant d’après je retombe allongée et le fixe de mes yeux semi clos sous la lumière vive. Je soulève légèrement la peau et émet un maigre grognement en constatant que j’étais effectivement nue, et que ce n’était pas un rêve. Je regarde le feu, puis je le regarde avant de m’assoir doucement en tendant les bras vers la source de chaleur ultime.

Je me décale légèrement détestant cette proximité avec ce bourreau. J’émets un grognement bestial, pour le mettre en garde. Mais mon ventre lui, émet un grognement l’air de dire que je suis faible, et que je me suis pas nourrie depuis plusieurs jours. J’étais bien décidée a ne pas répondre a ses maudites question. Après tout, on venait de me tendre un piège… Et je craignais cet ennemi… Plus que tout.

Je lui jette quelques regards, de peur qu’a un moment ou un autre, il profite de cette faiblesse pour m’attaquer. Je passe une main dans mes cheveux qui sont en bataille et remarque alors qu’il m’a soigné.

Je glisse ma main non blessée vers le bandage, bien déterminée à retirer cette attention venant de l’ennemi… Qui sait… Si sa se trouve il m’avait glissé du poison la dessous…Intérieurement je comptais bien retirer ce bandage et détaler sous forme animale... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Mar 3 Avr 2012 - 17:51

Comme toutes les proies ainsi piégées, ainsi soumises à leur bourreau, les yeux de la louve se mirent à implorer les dieux. Cerrarë le voyait bien, son visage avait été l'espace d'un instant suffisamment près pour qu'il eu pu sentir son faible souffle, et voir ses yeux, d'un bleu aussi profond que les mers abyssales, s'entrouvrir. Toute la terreur de la jeune femme, la peur de l'inconnu de cet ennemi dont elle ignorait probablement les intentions, les origines et les motivations, la peur de mourir. L'odeur empestait maintenant cette peur. L'odeur des victimes n'attendant plus que leur bourreau pour rejoindre leur ancêtres et quitter la terre. Mais les intentions du chasseur n'étaient pas de celles ci. Ainsi l'avait il gardée en vie, l'avait il soigné du mieux qui l'avait pu.

-N'essayez pas de vous relever jeune femme. Les soins que je vous ai prodigués ne seront guère efficaces si vous ne restez pas allongée.

Le chasseur entendit l'estomac de la Lycan crier famine. Et lui même n'avait pas mangé ces quatre derniers jours, restant à l’affût de la moindre prise qui viendrait à tomber dans son piège, et le pain qu'il avait récupéré avant de partir de la dernière taverne visitée ne pouvait plus le contenter. Il avait besoins des protéines contenues dans la viande. Mais à aucun moment n'avait il été traversé de l'idée d'aller chasser et se restaurer, risquant de rater sa prise et de voir sa chance de comprendre fuir avec sa proie.
Mais il ne pouvait se résoudre à laisser fuir sa proie. Il n'avait pas passé quatre jours sans manger, à attendre patiemment dans cette sinistre foret pour que sa prise ne s'évade en quelques instants. Surement n'irait elle pas loin ainsi affaiblie, mais il y avait trop de risques à la laisser partir. Et le premier de ces risques était qu'elle ne succombe de ses blessures.

Elle recouvrait vite ses forces, et la Lycane se tenait à présent légèrement redressée, s'écartant de lui. Cerrarë remarqua son intérêt tout relatif pour les bandages.

-Je vous conseille de ne pas toucher aux bandages. Vous vous êtes foulé le poignet, et votre avant-bras est sévèrement entaillé. Si vous décidiez de les retirer, je ne donnerait pas chère de votre peau. Ainsi blessée dans cette forêt pour le moins hostile, vous ne pourriez survivre, d'autant plus que vous ne réussiriez qu'à vous vider de votre sang avant même d'avoir atteint le village le plus proche.

Cerrarë se rapprocha de la jeune femme, terrorisée. Il écrasa les feuilles qui ornaient ses lèvres quelques instant auparavant, ce qui eu pour effet de créer un petit nuage de fumée dans l'herbe grasse et verte, avertit des quelques règles de bienséance qui régissaient le monde. Il agrippa son bras de sa forte poigne, inspectant le bandage qui, malgré son épaisseur, n'avait pu retenir le sang qui s'écoulait, et avait perdu sa couleur d'un blanc immaculé pour virer au rouge écarlate. Il fallait le changer, et remettre une dose d'onguent. La blessure risquait de s'infecter en l'absence d'un bandage qui permettrait à la blessure de cicatriser.

-Je sais que je vous demande beaucoup, mais si vous voulez que je vous laisse tranquille, il va falloir me laisser refaire le bandage de votre bras. Après j'aurais quelques questions à vous poser.

Sans attendre réellement de réponse, le chasseur commença à défaire le bandage de la Lycane. Imprégné de sang, et malgré son épaisseur, le bandage se déchira sous les mains du chasseur alors que le flot de sang resurgissait. Il s’affaira rapidement pour remettre un peu d'onguent sur la plaie et à refaire un bandage. Délicatement, il reposa le bras de la jeune femme et posa sa main sur son front. La température avait chuté. Délicatement, il reposa le bras de la jeune femme et posa sa main sur son front. La température avait chuté. Lorsque le chasseur avait touché son front avant de la remonter, elle était bouillante. Signe que la Lycane reprenait des forces...
Ne quittant pas le yeux de sa proie, le chasseur esquissa un sourire, qu'il voulu emplit de compassion et de gentillesse.
Il s'écarta alors de la Lycane, attendant patiemment que la farouche créature lui accorde enfin sa confiance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Mar 3 Avr 2012 - 21:23

~ Questions et réponses tant attendues...

« Mes doigts se glissèrent légèrement sous le bandage imbibé de sang. Une voix autoritaire résonne à mes côtés :
-Je vous conseille de ne pas toucher aux bandages. Vous vous êtes foulé le poignet, et votre avant-bras est sévèrement entaillé. Si vous décidiez de les retirer, je ne donnerais pas chère de votre peau. Ainsi blessée dans cette forêt pour le moins hostile, vous ne pourriez survivre, d'autant plus que vous ne réussiriez qu'à vous vider de votre sang avant même d'avoir atteint le village le plus proche.

Le dénommé Cerrarë saisit mon poignet avec fermeté. Je me débats légèrement mais ma faiblesse est telle, que je n’arrive point à me défendre réellement. Une fois encore, il parle et remet sur le tapis l’histoire des questions.

Je comptais bien rester muette. Mais une douleur fugace traversa mon bras et je lâchais un petit cri, prouvant ainsi que je n’avais point perdu la parole sous la peur.
Le lycan retirait le bandage à mon bras et aussitôt le sang coula. Je détournais avec peine mon regard de ce flot sanguin. Le mystérieux lycan me soigna une nouvelle fois et relâcha avec douceur mon bras. Une main se pose sur me front et aussitôt j’émets un grognement. Je fais une fois encore un mouvement de recul, gardant la peau plaquée contre ma nudité. L’homme ne me quittait pas des yeux et esquissait un sourire. Je détestais ce type de sourire qui se voulait gentil, et surtout qui désirait exprimer de la compassion…Alors qu’il n’en avait pas…

Je ne lâche pas son regard. J’ouvre ma bouche, mais aucun mot n’en sort. Je voulais le remercier de m’avoir soigné, mais… C’était lui qui me détenait après tout ! Je laisse mon regard planté dans celui de l’ennemi.

Je l’observe réellement. Il est tout d’abord très grand… Je pense que côte à côte, tous deux debout, il doit bien avoir trois ou quatre têtes de plus que moi. Voyant sa cicatrice, passant de son sourcil jusqu’à sa joue droite, je ne peux m’empêcher de passer un doigt dessus. Ma main glisse sur sa joue… Avec douceur je la caresse puis je laisse tomber ma main au sol, en détournant le regard. Son regard si profond me perturbait au plus haut point. J’y lisais plusieurs choses, mais surtout de la souffrance. Peut-être de la solitude. Je n’en savais trop rien. Chose sur,la cicatrice barrant son visage me prouvait qu’il avait souffert…
Je me demandais si c’était un errant ou s’il faisait partie d’une meute. Je murmure d’une voix hésitante :

« Je…Je… »

Je déglutie bruyamment et inspire un bon coup, en regardant le sol :

« Je suis Lou. Et... Je…Suis…Innocente. »
Ma gorge se noue. J’ai peur qu’il me tue en apprenant mon prénom. J’ai peur qu’il veuille du mal à croc-noir et que j’en paye les frais.
Rajoutant d’une voix chevrotante :

« Je…Je promets…Que…Que… J’ai rien fa…Fais. »

Je relève mon regard vers lui et voyant son regard braqué sur moi je murmure dans un rire nerveux :

« J’ai peur de vous… Et surtout, de ce…C… Ce regard. »

J’esquisse un maigre sourire. Si j’étais vivante c’est qu’après tout il ne voulait pas ma mort. Je le fixe puis mon regard glisse jusqu’à son arme. Je savais qu’il analysait mes expressions, de peur surement que je prenne la fuite. J’espérais qu’en regardant son arme, il comprendrait que la vue de ses instruments de mort, m’apeurait d’avantage que lui. Je passe une main dans mes cheveux, et tend mes mains vers le feu. Focalisant mon attention sur la douce lumière et le crépitement du bois je murmure d’une voix douce :
« Que… Que puis-je pour vous Cerrarë ? Vos... Questions... Sont ? »

Mon comportement avait soudainement changé. J'espérais regagner au plus vite un petit coin de paix, où je pourrais dormir tranquillement, sans avoir peur de frôler la mort... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Mer 4 Avr 2012 - 1:27

La main inoffensive de la bête captive et blessée venait caresser délicatement le visage fort et rugueux, marqué par de nombreuses années de solitude et de débauche, du chasseur, du prédateur, du bourreau. Étrangement, le chasseur n'eu pas envie que cette main parte. Sentir les douces caresses de la Lycane apaisaient Cerrarë. Son index avait suivie la ligne tracée par sa cicatrice, celle qui faisait de lui un homme. Intérieurement, il aurait aimé que ce moment dure, encore un peu plus, un peu plus longtemps, sentir à nouveau quelques frissons parcourir son échine. La proximité féminine, il connaissait, mais il connaissait surtout les courtisanes...
Sa vie de solitaire ne lui avait jamais permit de trouver chaussure à son pied. Mais cela ne lui important que peu. Sa vie... Cette vie, il l'avait choisit, il l'avait toujours désirée, et aujourd'hui, il ne la quitterait pour rien au monde.

-Je…Je…
Je suis Lou. Et... Je…Suis…Innocente.


Enfin elle se résignait à parler, et enfin Cerrarë pouvait mettre un nom sur le visage qui le fixait. Au fur et à mesure, la Lycane reprenait sa vigueur, et elle parlait maintenant en continu, certes ses phrases étaient saccadées, entrecoupées de profondes respirations et d'inspirations tout aussi violentes, mais elle était enfin en mesure de lui répondre, et pour le chasseur c'est ce qui importait le plus.

-Je…Je promets…Que…Que… J’ai rien fa…Fais.
J’ai peur de vous… Et surtout, de ce…C… Ce regard.

Peu lui important en vérité qui elle était, mais la remarque qu'avait fait Lou sur son regard l'intriguait. De quel regard pouvait elle avoir peur ?

Le chasseur s’arrête net, voyant la jeune femme fixer étrangement son arme. La peur, qui semblait avoir laissée place à l’hésitation, la curiosité et la timidité, reprit alors comme une mauvaise herbe qui repousse inlassablement, laissant se flétrir les autres herbes alentours...
La louve fixa encore quelques instants l'arme, jusqu'à ce que Cerrarë détache la lanière qui retenait la lame. Il lança l'épée au loin et fit de même avec la seconde, attaché à la lanière de cuir maintenant son carquois. Voyant les yeux de la louve s’apaiser, le chasseur retourna s'asseoir un peu plus loin, restant à proximité du feu et de sa captive.

-Que… Que puis-je pour vous Cerrarë ? Vos... Questions... Sont ?

La question fit sursauter le chasseur. Quel changement d'attitude chez la Lycane ! D'une farouche bête indomptable, elle s'était métamorphosée en douce et docile louve. Un sourire gêné traversa le visage de Cerrarë.

-Vous parler de cela m'en coûte. Ce que je m’apprête à raconter ne dois tomber dans aucune autre oreille que la vôtre.
Etes vous prête à me le jurer ?


Il fallait à tout pris comprendre pourquoi cela lui était impossible. Et par dessus tout, il ne fallait pas qu'un autre Lycan ne soit au courant de son... Handicape... Si ce bruit venait à se répandre, comme le font ce genre de bruits, comme une traînée de poudre, une poignée de sable lancé aux quatre vents, il ne serait plus en sécurité en Thaodia.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Mer 4 Avr 2012 - 19:46

~ Si proche... Et pourtant si distant...

« Le lycan détachait la lanière de cuir qui retenait ses lames. Il les déplaça hors de ma vue, à mon grand soulagement. Un soupire de satisfaction s'échappa d'entre mes lèvres closes.
Je remarquais qu’il sursautait à ma question et aussitôt je le fixais sans relâche, de peur qu’il décide soudainement de m’attaquer. L’homme esquisse un sourire et je me détends légèrement.
C’est alors qu’il me surprit en me posant une question. Allant droit au but l’homme me demande :

-Vous parler de cela m'en coûte. Ce que je m’apprête à raconter ne doit tomber dans aucune autre oreille que la vôtre.Etes-vous prête à me le jurer ?

Je me relève un instant et fait quelques pas. Je garde la peau plaquée sur ma poitrine, et marche a moitié nue sur l’herbe. Soudainement des vertiges me prennent d’assauts. Retournant vers lui je m’assois à contre coeur.
J’avais envie de lui hurler dessus, de lui dire : Que je ne lui devais rien. Que c’était moi la captive. Que c’était LUI qui devait me jurer quelque chose, qui n’était autre que ma ‘ non-mort ‘. Que j’étais une âme charitable en faisait l’effort de lui répondre. Que je lui accordais du temps. Que j’avais pitié de sa détresse. Que son regard me dérangeait car j’avais l’impression qu’il me scrutait jusqu’aux entrailles. Que moi, je le trouvais plutôt mignon, et que dans un autre contexte il m’aurait surement plut. Que je n’avais pas fuis… Que je ne m’étais point donner la mort pour ne pas répondre à ses question.

Au lieu de quoi, j’haussais doucement les épaules :
« Je n’ai… N’aime… P…Pas jurer. »
Je relève mon regard vers lui, et ma frange cache partiellement ma vue. J’émets un grognement et murmure dans un souffle :
« Mal… Mal… Pourq… Pourquoi guéris pas ? »
Je glisse ma main sur mon bandage et me laisse aller contre lui, déposant mon visage sur son épaule musclée.Mon don d'auto guérison ne prenait visiblement pas effet. J’étais trop fatiguée, et surement trop affamée. Je ferme les yeux, restant contre mon bourreau. Je murmure une fois encore :
« Posez vos questions. Et … Je… Promet, ou jure. Sauf si vous avez tué des… Innocents. » J’entrouvre légèrement mes yeux. Aussitôt ma gorge se noue en voyant son visage. Je murmure avec peine :

« Pou…Pourrais… Je ren… Rentrer ? Ap.. Après ? S..S’il vous… Pl..Plait ? »

Je garde la peau et les autres couches de tissus sur moi et m’y emmitoufle, fermant à nouveau les yeux, attentive. Je mourrais a petit feu, de soif, de faim, de fatigue, de froid… C’était l’horreur…J’étais là, tout contre mon bourreau, espérant qu’il me relâcherait au plus vite ; pour que je puisse ainsi me rendre auprès de ma meute pour subir les soins nécéssaires. »


HRP :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Jeu 5 Avr 2012 - 1:14

La Lycane avait beau tenter de casser sa faiblesse, tentant de se levant par instant, Cerrarë n'était pas dupe. En aucun cas, elle ne pourrait fuir. En aucune mesure elle ne pourrait parcourir plus de cinq mètres sans avoir besoins de repos. Lorsqu'elle s'était levée, gardant tout contre elle la fourrure qui lui servait de cape, qu'il utilisait pour se réchauffer et luter contre le vent qui vous gèle les os, vous glace le sang, elle avait titubé, signe qu'elle était encore loin d'être remise, et que le chasseur pouvait s'absenter pour aller chercher quelque chose afin de remplir leurs estomacs définitivement vide, qui hurlait leur famine.

-Posez vos questions. Et … Je… Promet, ou jure. Sauf si vous avez tué des… Innocents.

A nouveau, la Lycane cherchait à lui parler. En entendant cette dernière phrase, le chasseur grimaça, conscient du mal qu'il avait pu causer, il y a de cela plusieurs années. Oui, le sang des innocents recouvraient ses mains et apparence propre. Personne ne pouvait savoir. Personne ne devait savoir qui il avait été, et qui il ne serait plus jamais.

-Pou…Pourrais… Je ren… Rentrer ? Ap.. Après ? S..S’il vous… Pl..Plait ?

Une immense détresse se lisait maintenant dans les yeux de la Lycane. Ce n'était plus de la peur, certes, mais du désespoir. Et il n'était surement pas du au seul fait d'être la captive d'un geôlier inconnu.

-Le sang des innocents tache malheureusement mes mains. Mais pour le moment, il n'est pas question que vous parliez. Vous dépensez déjà trop d'énergie pour vous lever et me répondre. Energie qui pourrait être utilisée pour vous rétablir. J'ai bien vu à quel point vos blessures cicatrisaient, à quel point il vous a été facile de vous remettre de votre chute. Je ne suis pas né de la dernière pluie vous savez. Votre don n'est surement pas sans conséquences pour votre corps...

Lorsqu'il eu finit sa phrase il fixa longuement la Lycane. Elle ne répondit rien. Il s'approcha d'elle et la fit glisser en arrière, l'allongeant avec une extrême précaution sur la matelas herbeux. Il posa son index sur ses lèvres, lui indiquant qu'il fallait se taire, puis il ajouta :

-Vous avez faim... Vous voyez, vous ne pouvez rien me cacher ! Dit-il en souriant. Je vais aller chercher quelque chose à manger, je doute que le reste de pain qu'il me reste vous suffise.
Ne bougez pas d'ici, vous risqueriez de vous faire du mal.
Je vous promet que vous recouvrez votre liberté si vous acceptez de m'aider et de coopérer.


Lorsqu'il se releva, le chasseur empoigna ses lames et son arc, et s'engouffra dans un sentier quelques mètres plus loin. Il guettait, attendant le moindre indice, le moindre signe trahissant la présence d'un quelconque gibier. Dans son état, et ce malgré son étrange pouvoir de guérison, la louve ne tiendrait pas longtemps sans manger.
Il devait lui trouver quelque chose, même s'il n'y en avait pas assez pour lui, le plus important était que sa captive se restaure et puisse le plus rapidement l'aider. Mais puisqu'elle allait découvrir la vérité, il était peu probable qu'elle reparte aussi facilement. Sa tribu était ennemie à celle des Crocs-noirs qui pullulaient dans la région. S'il ne la sentait pas fiable, le chasseur pourrait très bien décider de l’empêcher de communiquer à vie... Ou quelque chose de plus... Radical...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Ven 6 Avr 2012 - 0:49

~ Accepter les faits, pour fuir au plus vite ! !


-Le sang des innocents tache malheureusement mes mains. Mais pour le moment, il n'est pas question que vous parliez. Vous dépensez déjà trop d'énergie pour vous lever et me répondre. Energie qui pourrait être utilisée pour vous rétablir. J'ai bien vu à quel point vos blessures cicatrisaient, à quel point il vous a été facile de vous remettre de votre chute. Je ne suis pas né de la dernière pluie vous savez. Votre don n'est surement pas sans conséquences pour votre corps...

Je l’ai regardé, il m’a regardé, on s’est regardé. Je n’ai pas parlé, il n’a pas parlé, on n’a donc pas parler. Enfin bref, il s’est approché de moi, et avec délicatesse ma fait glisser sur l’herbe. Ses mains rugueuses se glissèrent me repoussèrent vers le sol avec une infinie douceur, comme si, il avait peur de me briser. Je désirais me relever, et protester. Mais lorsque j’ouvris la bouche, il posa son index sur mes lèvres. J’hésitais un maigre instant à avoir une réaction puérile et à lui mordre le doigt. Au lieu de quoi, je me contentais de le fixer, sans réagir. Cerrarë prit donc la parole :
-Vous avez faim... Vous voyez, vous ne pouvez rien me cacher ! Dit-il en souriant. Je vais aller chercher quelque chose à manger, je doute que le reste de pain qu'il me reste vous suffise.
Ne bougez pas d'ici, vous risqueriez de vous faire du mal.
Je vous promets que vous recouvrez votre liberté si vous acceptez de m'aider et de coopérer.


Il se leva…Saisit ses armes et s’engouffra dans la forêt… Me laissant…Seule… Totalement seule. Je ferme un instant les yeux et m’endors aussitôt, bercée par le bruit du bois qui se consumait avec lenteur.
Une douce lumière vint effleurer mon visage. L’herbe fraiche et légèrement humide du matin, le brouillard, tout me prouve que j’ai passé la nuit dehors. Je m’assois avec prudence dans l’herbe. Je n’ai plus aucune migraine. J’ai toujours ces couches de vêtements masculins sur moi. L’odeur de Cerrarë s’était imprégnée sur ces vêtements et c’était plus que plaisant. Je détestais cet homme pour me tenir captive mais en même temps je l’appréciais pour être aux petits soins pour moi. Mes pensées vis-à-vis de ce lycan étaient donc plus que confuses. Ce que je sais a l’heure actuelle c’est que :
Je me sens beaucoup mieux. Mon poignet lui semble guérit. Cette nuit de sommeil fut plus que bénéfique.

Une odeur de viande légèrement cramée parvint à mes narines. Mon ventre aussitôt s’affole et émet un long grognement. J’esquisse un sourire : Cette nuit de sommeil m’a fait énormément de bien. Je me relève avec lenteur et m’étire. C’est alors qu’à travers le brouillard, la triste réalité me frappe de plein fouet : L’homme, le lycan Cerrarë, ce bourreau est toujours là. Il fait cuir deux animaux sur une broche improvisée. Involontairement la commissure de mes lèvres s’affaisse. Je perds avec lenteur mon sourire et saisit rapidement la fourrure. La plaquant contre mon corps, je m’assois auprès du feu et observe la nourriture qui cuit. Je tends la main vers, avant de m’arrêter et de regarder Cerrarë. Je n’avais pas demandé l’autorisation…C’était plutôt impoli. Ainsi je le regarde et soupire en laissant ma main retomber sur ma cuisse. Calmement je demande :
« Vous… Avez bien dormit ? »
Il m’autorise à manger un morceau disant qu’après tout ce gibier il l’avait chassé pour moi. M’emparant d’une cuisse je la dévore en un instant et sans attendre sa réponse j’enchaine, la bouche pleine :
« Hum… Vous savez bien cuisiner ! Posez vos questions, je pars dans quelques heures ! »

Oui il n’avait pas son mot à dire. C’était mon choix c’était ainsi… S'il ne voulait pas me laisser partir, alors je forcerais avec peine le ' passage '. Car après tout, j'étais la, je n'avais point fuis, j'acceptais de l'aider, et je ne l'agressais pas. Mon engagement, ma part du contrat forcé, était plus que respecter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Sam 7 Avr 2012 - 20:53

Un lapin bien gras et une perdrix généreuse, embrochés, cuisaient au dessus d'un feu dont les flammes venaient lécher amoureusement les corps nus dont la couleur virait au doré à mesure que la cuisson avançait. Une délicieuse odeur se rependait dans la forêt, celle de la nourriture cuite, celle qui présage un bon repas.
Cerrarë n'avait pas dormi de la nuit, passant un temps à chasser le gibier qui allait servir de repas, passant l'autre moitié du temps à regarder sa captive plongée dans un sommeil perturbé, se retournant sans cesses, ne semblant trouver à aucun moment une position confortable. La fourrure avait joué avec son corps, et ses formes n'avaient tardé à se retrouver sous la lumière nocturne, sous l'éclat lunaire. Il s'était levé plusieurs fois pour remettre la fourrure en place, et quand les premiers rayons de l'astre solaire avaient transpercé les épais feuillages, Cerrarë avait entreprit de faire cuir son butin.
Lorsque la Lycane se releva, il la regarda un instant, dévisageant à nouveau sa captive dont un léger sourire s'estompa de sa bouche. Elle plaqua la fourrure contre son corps et s'approcha du feu sous les ordres de son estomac pour quémander sa part. Hésitante, elle avait regardé longuement les deux corps qui cuisaient avant de se risquer à faire quoi que se soit.

-Vous… Avez bien dormit ? Questionna la Lycane qui tendait sa main vers le lapin, dans l'espoir d'y retirer un morceau bien cuit. Quand Cerrarë tourna la tête pour lui répondre, Nina retira sa main, comme une enfant que l'on aurait surprise en train de faire quelques bêtises. Il s'en amusa, souriant à son tour en regardant ses prises.

-Oui, merci. Servez vous, ces gibiers sont d'abord là pour vous.

Semblant soulagée par cette permission la Lycane s'empara de l'une des cuisses du lapin, la dévorant à une vitesse prodigieuse. Pour avoir faim à ce point, la jeune femme devait être réellement éprouvée. Sa guérison miraculeuse, sa captivité... Les derniers évènements avaient durement touché la Lycane, et elle avait bien mérité un bon repas. Après tout, elle n'avait à aucun moment tenté de fuir. Restant sagement aux côtés de son geôlier. La bouche encore pleine de viande, Nina enchaîna :

-Hum… Vous savez bien cuisiner ! Posez vos questions, je pars dans quelques heures !

Quelques heures ? Comment pouvait elle en être aussi sure ? Elle était toujours suffisamment faible pour qu'il puisse l’exécuter en toute quiétude, sans que personne n'en soit au courant, et pourtant, elle semblait sure d'elle, terriblement sure d'elle, à tel point que Cerrarë lui répondit sèchement, mais calmement, comme un maître d'école donnant à ses élèves un ultimatum.

-Vous partirez quand je l'aurais décidé, pas avant. Je n'ai rien contre vous Nina, comprenez moi bien, mais vous n'êtes pas en position de dire quoi que ce soit de plus que les strictes réponses à mes questions...

Quelque peu dérangé par cette remarque et par la réponse qu'il avait du formuler, Cerrarë était pourtant soulagé. Elle était maintenant à même de répondre à ses questions, enfin remise, tout du moins suffisamment. Troublé par sa réponse et par ce qu'il allait devoir lui expliquer par la suite, le chasseur baissa la tête, affichant une mine grave.

-Tout d'abord je souhaiterais m'excuser. Il marqua un temps, n'osant croiser le regard de sa prisonnière. Mais vous devez comprendre que ce que je vais vous révéler maintenant vous octroie la possibilité de me tuer à tout moment. Je m'explique... Cerrarë prit une grande inspiration, et, s'armant de courage, réussit à trouver le regard de Nina. Ce regard enfantin et innocent. Un regard qui lui redonna la force de parler, et effaça ses craintes. Je suis né de mère Lycane... Mais de père Elfe. Ma mère m'a élevé seule, et j'ai toujours appris à me comporter en Lycan. Mais qu'importaient les efforts, tant les miens que les siens, jamais je n'ai pu adopter forme animale. Jamais je n'ai pu réveille la bête qui sommeille en moi, et je sais qu'elle dort profondément, quelque part, jamais... Jamais je n'ai senti ne serait-ce que le frisson de la bestialité couler dans mes veines, faire dresser mes poils aiguiser mes crocs... Ainsi Nina, maintenant vous comprenez aisément ma position. Mon clan ignore cette faiblesse, mais ce handicap pourrait bien réduire à néant mes chances de survie en Thaodia. Et c'est pourtant ici que je me sens bien...

Tout en parlant, le chasseur n'avait décroché son regard de celui de la belle, captant son attention du mieux qu'il pouvait afin d'obtenir l'aide tant espérée.

-Ma question est la suivante : Comment faites vous ? Par quel don que je ne maîtrise pas, parvenez vous à dompter cette bête ? Dites moi, Nina, dites moi comment faire.

A présent, son ton devenait presque suppliant. Après tout, si son secret venait à être révélé au grand jour, les Dracks auraient toute légitimité de le renier. Ainsi perdrait il sa meute, et sa seule chance de survie en ces terres.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Dim 8 Avr 2012 - 16:17

« -Vous partirez quand je l'aurais décidé, pas avant. Je n'ai rien contre vous Nina, comprenez-moi bien, mais vous n'êtes pas en position de dire quoi que ce soit de plus que les strictes réponses à mes questions...

Je le regarde… Et j’émets un long grognement. Je partirais, quand je le désirais. Qu’il le veuille ou non. Le fixant dans les yeux je le surprends à baisser le visage. Il reprend la parole comme si de rien était :

-Tout d'abord je souhaiterais m'excuser. Il marqua un temps, n'osant croiser le regard de sa prisonnière. Mais vous devez comprendre que ce que je vais vous révéler maintenant vous octroie la possibilité de me tuer à tout moment. Je m'explique... Cerrarë prit une grande inspiration, et, s'armant de courage, réussit à trouver le regard de Nina. Ce regard enfantin et innocent. Un regard qui lui redonna la force de parler, et effaça ses craintes. Je suis né de mère Lycane... Mais de père Elfe. Ma mère m'a élevé seule, et j'ai toujours appris à me comporter en Lycan. Mais qu'importaient les efforts, tant les miens que les siens, jamais je n'ai pu adopter forme animale. Jamais je n'ai pu réveiller la bête qui sommeille en moi, et je sais qu'elle dort profondément, quelque part, jamais... Jamais je n'ai senti ne serait-ce que le frisson de la bestialité couler dans mes veines, faire dresser mes poils aiguiser mes crocs... Ainsi Nina, maintenant vous comprenez aisément ma position. Mon clan ignore cette faiblesse, mais ce handicap pourrait bien réduire à néant mes chances de survie en Thaodia. Et c'est pourtant ici que je me sens bien...

Au courant de son récit, il avait replanté son regard dans le mien. Je ne lâchais pas son regard alors qu’il me demandait d’une voix suppliante :

-Ma question est la suivante : Comment faites-vous ? Par quel don que je ne maîtrise pas, parvenez-vous à dompter cette bête ? Dites-moi, Nina, dites-moi comment faire.

La belle jeune femme le fixe… La belle jeune femme c'est moi. Moi qui me perd avec lenteur dans mes pensées...

Flashback : Assise autour du feu… J’écoutais les anciens et leurs légendes… Les ombres du feu dansaient autour de nous… C’était au tour du fameux Thébératha de raconter sa vision des choses… La plus réelle des visions selon moi… Le vieillard prit la parole. Du calme, et de l’expérience se dégageait de cette voix douce :
« Bien maintenant taisez-vous ! Et écoutez-moi jeunes loups a la recherche du savoir ! Je vais vous racontez la légende du jeune Thébératha. » Tout le monde le regardait, surpris. Il racontait donc sa propre histoire ? Qu’il considérait comme une légende ? A la vue de nos visages surpris, le vieillard s’esclaffa « Vous devriez voir vos têtes ! Ahah ! Enfin, passons ! Il était une fois, un petit lycan né d’une union entre un elfe, et une lycanne… L’enfant n’obtient que les gênes de son père. Ainsi, né au milieu d’une meute, il fut rejeter dès son enfance, car il n’eut jamais de forme animale. Un jour, une bagarre explosa entre les enfants du village. Ils prenaient tous forme animale pour se défendre. Sauf un ! Thébératha ! Sa mère comprit rapidement qu’il reçut plus de gènes paternels que maternel. Elle aimait son fils…Son fils qui se fit mordre en plein dans le cou par une des furies durant la bagarre. L’enfant prit forme animale de suite. Le loup qui sommeillait en lui depuis une 40ènes de cycles prit vie. Il fut séparé a temps de la meute d’enfant qui s’entretuait. Lui ne se fit qu’attaquer au cou. Les autres enfants eux, étaient dans un sale état. Mais sa forme lupine était en éveil constant depuis ce jour-là… » Fin du flashback.

Revenant à la réalité je continuais de l’observer. Je bredouillais :
« Je n’ai pas réponse a … La question… »

Voyant son visage se déformer sous la colère, je murmurais rapidement :

« Je… Je m’en… Vais. » Je pris forme animale et à la dernière minute me jetais sur lui. L’effet de surprise était tel, qu’il ne réagit pas vraiment. C’était l’effet voulu ! Manquait plus que mon ancien bourreau me plante une dague dans le cœur !

Mes crocs se plantèrent dans son cou. Avec force et rage, je marquais sa nuque de mes quatre crocs, surement pour le restant de sa vie. Puis je m’élançais dans la forêt. Un grognement rugit. Je pus voir deux yeux vairons qui me fixèrent. Je devais fuir. Ma jambe me lançait des éclairs. Rapidement, un loup barra ma route…
C’était lui… Qu’allait-t-il me faire pour sa transformation ? Je craignais déjà le pire… J’ouvre la gueule en lâchant un long grognement… Je ne voulais pas lui apprendre dompter le loup… Cela serait long… Difficile et douloureux pour moi, qui n’aurait la force de le repousser à chaque attaque… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Dim 8 Avr 2012 - 17:59

Un long silence suivit sa question. Cerrarë continuait de fixer Nina qui semblait se perdre dans ses pensées. Était ce si difficile de se transformer ? Elle baissait la tête et semblait marmonner quelques paroles que le chasseur ne pu saisir. Troublé, il n'osait pas déranger la Lycane, et pourtant, il eu un mauvais pressentiment.

« Je n’ai pas réponse a … La question… » Finit elle par répondre.

Pas de réponse ? Comment pouvait elle ne pas avoir de réponse à quelque chose d'aussi normal pour elle ? Ne pourrait il jamais apprendre à se transformer ? Ce secret était il trop bien gardé pour lui ? Un tourbillon de questions ravageait son esprit. Torturé et fatigué, le chasseur laissa retomber tout son sang-froid, toute sa façade glaciale, et commençait à bouillir intérieurement. Il eu envie de la secouer, de l'attraper par les épaules et de la regarder droit dans les yeux en demandant les réponses, mais il savait que cela ne changerait rien, que la jeune femme ne saurait lui répondre. Durant les quelques heures qu'il avait passé à ses cotés, il avait commencé à s'y attacher, découvrant petit à petit les méandres de son esprit, de son caractère. Il savait qu'utiliser la force ne ferait que braquer encore un petit peu plus la Lycane.

« Je… Je m’en… Vais. » Annonça Nina, d'un ton hésitant.

Cerrarë baissa la tête, sentant la Lycane prendre forme lupine et courir au loin. En passant à ses cotés, la louve fit un violent volte face et bondit sur le chasseur, sans réaction. Ses crocs se plantèrent profondément dans le cou de ce dernier. Il lui avait laissé sa chance, il lui avait donné la possibilité de s'enfuir, mais elle préférait donc le tuer ? A mesure que les canines de la Lycane se plantaient, toujours plus profondément dans sa gorge offerte, Cerrarë sentait son pouls ralentir, l'abandonner. Il ferma les yeux, et adressa ce qui lui semblait être son ultime prière à Sên.
Mais la vie ne semblait pas vouloir le laisser partir ainsi, la déesse lui murmura que son heure n'était pas venue et que son salut venait de son bourreau.
Il sentit son pouls revenir. Mais ce dernier était différent, il était beaucoup plus rapide, beaucoup plus... Animal.
Courrait en lui un nouveau souffle.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il vit les yeux de la louve tout proches. Suffisamment proches pour y déceler la peur. De quoi avait elle peur ? En plongeant encore un peu plus dans les yeux de la Lycane, il eu une vision d'horreur, mêlée à un étrange soulagement. La personne qui s'y reflétait n'était pas le chasseur. Il y voyait un grand loup noir, un puissant mâle aux yeux vairons dont la fourrure hirsute le faisait paraître bien plus imposant qu'il ne l'était réellement.
Il voulut lui ordonner de fuir, sentant qu'il ne contrôlait pas ce nouveau corps, mais le seul son qui s'échappa de sa gueule fut un hurlement rauque et puissant. Il luttait intérieurement, tentant de rester sur place, n'ignorant pas que s'il venait à se lancer sur la frêle louve, il n'en ferait qu'une bouchée. Elle était affaiblie et de petite constitution, il était fort, en pleine possession de ses moyens et emplit d'une fureur destructrice qui ne demandait qu'à sortit pour s'exprimer pleinement. Ne lâchant pas le regard de sa proie, Cerrarë tenta de faire quelques pas en arrière, mais l'animal qui venait de se réveiller en lui le tétanisait. Luttant comme un beau diable pour ne pas le laisser prendre le dessus, Cerrarë émit quelques glapissements de douleur, de terreur et de colère, qui allèrent se perdre en échos dans la forêt environnante. Il ne serait pas assez fort pour empêcher le loup de prendre le dessus au final, comme la louve ne serait pas assez forte pour le repousser. Cerrarë venait de perdre le rôle qu'il affectionnait, celui du chasseur, pour devenir la proie de cette joute mentale face au féroce animal, à l'indomptable bête qui, dans une rage indicible, dans un sursaut bestiale, réussit à prendre les rênes, seul, du terrible animal que le chasseur venait de réveiller.
Il sentit la bête s'élancer et donner un violent coup de crocs sur la louve, renversée sous le poids de l'assaut fulgurant de la bête, qui vint faire couler le sang sur la noire fourrure de la Lycane impuissante. Un long grognement s'ensuivit, témoignant de la douleur de la jeune femme. Mais Cerrarë n'abandonnait pas la lutte, le chasseur qu'il était savait que la partie de chasse n'était finit que lorsque l'un des camps était totalement décimé et, même s'il venait d'abandonner son corps au loup, il lui restait son esprit, seul champs de bataille spirituel possible, puisque la bête tout fraîchement libérée déployait sa fureur physique. Ainsi, s'il ne pouvait se battre pour recouvrer le contrôle de son corps et reprendre une forme plus humaine, le chasseur devrait reprendre le contrôle mental, et c'est ce qu'il parvint à faire avec plus ou moins de réussite.
Dominant toujours Nina, le grand loup noir recula et s'allongea dans l'herbe, tentant de fermer ses yeux vairons.
Il se concentra et sentit son rythme cardiaque ralentir, alors que la bête cédait de plus en plus de terrain au chasseur. Finalement, et dans un effort surhumain, Cerrarë parvint à faire taire la bête, qui se replia, retournant dans les profondeurs de son coeur et de son ésprit noircis par la haine qui venait de la traverser. Il reprit conscience et se releva, s'assurant qu'il venait de retrouver sa bipédie. Exténué par le combat qu'il venait de gagner et de remporter, le chasseur s'effondra dans l'herbe grasse et humide qui amortit sa chute. Il parvint à garder les yeux ouverts un court instant, du moins suffisamment longtemps pour voir la louve bouger. Il esquissa un sourire et cru entendre son pas vif et léger s'éloigner dans les dédale de la forêt.

Tout était calme à présent. Plus aucun bruit ne filtrait, plus aucune sensation ne lui parvenait. Il plongea dans un lourd sommeil, profond et noir comme une nuit sans lune, de ces nuits où seuls les chasseurs expérimentes savent déceler leur proie, retrouver leur route et exécuter le cible.


Quand il ouvrit les yeux, le ciel était rouge, un rouge écarlate qui cachait l'astre solaire lui même. L'air chaud lui caressait doucement les visage, et pourtant, la lune trônait haut dans le ciel, blanche et immaculée. Il se releva et vacillait sur l'herbe ensanglantée qui dansait avec la brise. Le grand loup noir qu'il avait combattu se tenait devant lui, ses yeux bicolores le fixant rageusement...
Un corps gisait sans vie devant ses pattes, en le reconnaissant, Cerrarë serra les poings, se sentant délicieusement emplir de colère et de vengeance. Nina...
Il ouvrit sa gueule couverte de sang, sans bouger de l'endroit où il se trouvait, gardant le cadavre de la Lycane devant lui.

-Comment as tu osé me donner un ordre ? Toi qui m’enferme dans ces geôles nuits et jours depuis ces 194 longues années, tu voulais me connaitre ? Me dompter ? M'apprivoiser en un claquement de doigts ? Ta mère était bien trop faible, bien trop peureuse pour me laisser sortir de ma cage, et voila que cette Lycane accepte, simplement par amour ? Alors tu veux à présent t'enfermer dans cette prison dorée qu'est l'amour ? Tu tiens à perdre cette liberté que tu as depuis toujours chérie ? Laisse moi sortir, laisse moi te montrer ce que signifie 'Liberté'. Grogna le loup.

Cerrarë parvenait à comprendre aisément ces mots, bien qu'ils ne fussent dit dans une langue qui lui était inconnue. Il rassembla ses forces et se tint droit, se rapprochant maladroitement de la sanglante bête qui ne soutenait son regard injecté.

-Je suis le seul maître de ce corps. Tu n'as pas à me dire qui je suis, où je dois aller. Personne ne me dit ce dont j'ai besoins, personne ne me dit ce que je veux. Tu n'es que le poison qui corrompt mon être. Jamais plus, tu ne reprendra le contrôle ainsi.

Puis dans un ultime effort, le chasseur banda son arc et tira une lourde flèche entre les yeux du loup qui ne réagit pas. Il se contenta de s'évanouir dans les ombres, laissant la flèche transpercer son corps fantomatique en laissant échapper un grognement.

-A partir de maintenant, je fais partie de toi, que tu le veuilles ou non, Cerrarë. Je te laisse 2 jours pour me prouver ta valeur. Sinon quoi, le rêve que tu vis actuellement pourrait bien devenir la triste et sanglante réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Dim 8 Avr 2012 - 18:41

~ Perte de connaissance

«
Face à moi… La bête se jette sur moi… Je n’eus le temps de fuir… Je roule sur le côté, le poids du lycan sur mon faible corps lupin. Un râle monte le long de ma gorge. Ses crocs s’enfoncent dans ma nuque. Je griffe l’air, totalement impuissante. Qu’avais-je donc fait pour mériter cela ?! Avant qu’il charge une nouvelle fois, je me relève. Je me sens affaiblie… Terriblement affaiblie. C’était bien pire qu’au début. Cet homme n’était qu’un monstre. Je me laisse tomber quelques mètres plus loin. Reprenant forme humaine je me glisse contre un arbre.
Un grognement retentit non loin… Il devait être en lutte contre lui-même… La plaie à mon cou saigne abondamment. Ai-je seulement le temps pour me soigner ? Non…Les ténèbres me prennent d’assaut. Le vent effleure ma peau… Des frissons parcourent mon corps… Il fait si froid…


[Néant] Les jours défilent avec lenteur. Lou est prisonnière de sa forme humaine. Toujours nue un maigre progrès se fait ressentir sur son cou : La plaie guérit avec lenteur. Endormie profondément, la belle ne remarque pas que les jours défilent plutôt rapidement… Vitaeï ,Terrïa ,Akuanïa, Aerïa ,Ignïa ,Sangnïa,Mortaeï …

Reprenant conscience avec lenteur j’observe les alentours. Je suis allongée dans un lit… Le bruit du crépitement du feu se fait entendre. La chambre est plutôt spacieuse. Je ne sais pas qui m’a ramené ici et encore moins, pourquoi je suis ici. Quelques bougies sont allumées ici et là. Je n’ai aucun souvenir des jours précédents. Je ne sais pas combien de temps j’ai dormi. Ni où je suis. Me relevant avec lenteur, je constate avec effrois que je suis nue. Et...Et si j’avais procréé durant la nuit ? Non impossible je m’en rappellerais !

Mes jambes soutiennent mon poids avec peine. J’arrive à me glisser jusqu’à la grande armoire, au fond de la chambre. J’y sors des sous-vêtements et une robe que j’enfile avec lenteur.

J’ai la vague impression que mes gestes sont lents… J’hume l’odeur environnante. J’essaye de me concentrer pour essayer d’ouïr quelque chose…En vain… Mes sens lupins semblent avoir disparus.

Avec lenteur je me glisse face à la coiffeuse et observe mon reflet. Mes joues sont terriblement creuses. Je peux distinguer mes os au niveau des coudes et des genoux. Mes cheveux sont souillés par le sang. Mes yeux qui brillaient d’une étincelle de joie, sont devenus complètement inexpressif. Et si la louve en moi venait de fuir ? Avec lenteur je me relève jusqu’à atteindre la porte de la chambre. Je tourne calmement la poignée. Mon cerveau une fois encore semble réagir au ralentit. Et je constate en lâchant un faible grognement que ma porte est fermée à clef. J'insiste légèrement puis laisse tomber.

Aucun souvenir de ces derniers-jours. Je me rappelle simplement avoir fait une petite chasse dans la forêt…
Me dirigeant vers la fenêtre j’en ouvre le rideau et observe l’extérieur. J’étais donc hébergée dans une auberge. Je m’assois au bord de fenêtre et ferme les yeux en déposant mon visage contre la vitre.
La poignée de la porte se tourne, la porte émet un grincement et laisse entrer un homme. Il a un plateau entre les mains… Je meurs de faim. Aussitôt, sans réfléchir je me jette vers le plateau en saisit plusieurs fruits et retourne au bord de la fenêtre, lui lançant un regard. Je mange les aliments ainsi volés, ne le quittant pas du regard. Comment me nommais-je déjà ? Lou ? Nina-Lou ? Oui c’était ça mon prénom. Nina-Lou… Je me rappelais que j’étais une lycane. Mais ? C’était tout… Je ne sus dire où je me trouvais la veille.

Je me rappelais d’avoir un physique plus que correct. Quelques formes avantageuses au niveau de la poitrine et des fesses. Des hanches creuses. Des cheveux toujours propres. Un corps sain, et propre aussi. Des yeux qui brillaient de joie. Des lèvres légèrement pulpeuses… Tout l’inverse de ce que j’étais à présent.

Etait-ce un rêve ce physique que je pensais avoir subis ?

J’haussais les épaules pour moi-même, me disant que sa serait une question à poser à l’inconnu qui venait de rentrer. Etait-ce mon amant ? Mon compagnon ? Mon frère ? Un inconnu ? Qui était-t-il ? Vivions-nous ensemble ? Vivions-nous ici dans cette chambre ? M’avait-t-il remplit ma garde-robe ?
Je me rappelais… J’étais une louve non ? Pourquoi ne pouvais-je donc pas sentir son identité ? Humain ? Vampire ? Garou ? Centaure, elfe, surement pas, il n’en avait point la carrure. Encore moins nain… J’ouvris la bouche puis la refermais. Etais-je réellement obliger de parler ? Et si, je n'en avais point envie ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Lun 9 Avr 2012 - 0:33

♠Born to be Wild♠

Lorsque les premiers rayons du soleil avaient illuminé l'herbe alentour, le chasseur se réveilla, endoloris par de nombreuses courbatures. Il se massa le dos, et s'assit, essayant de faire le tri des évènements qui venaient de se dérouler...
Une lycane, il avait capturé une femme pour avoir des réponses à son handicape qui lui empêchait de réveiller le loup en lui. Il l'avait veillée une nuit entière, lui avait prodigué les soins dont elle avait besoins, et lorsqu'elle avait reprit connaissance, il lui avait fait à manger, attendant qu'elle soit remise. Il lui avait posé ses questions et... Et c'est là que tout s'assombrissait. Elle l'avait mordue... Il avait frôlé la mort pour se retrouvé dominé par le bête qui venait de se réveiller... Il avait perdu conscience après avoir terrassé intérieurement son démon. Puis ce rêve... Cet étrange rêve où le démon lui avait parlé, il lui avait laissé un ultimatum avant de saccager ce que Cerrarë voulait protéger...
Il devait dompter sa bête avant les deux prochaines lunes.

Le chasseur tourna la tête et remarqua que, contrairement à ce qui lui avait semblé, la Lycane était toujours allongée dans l'herbe. Il s'en approcha. Elle respirait, ce qui eu pour effet de soulager Cerrarë qui se souvint qu'il l'avait profondément mordu. Mais elle ne saignait déjà plus.
Le chasseur savait qu'il irait bien plus vite en forme lupine avec sa belle sur le dos, mais il ne voulait prendre le risque de perdre à nouveau le contrôle et de ne pas pouvoir se ressaisir...
Il transporta donc la jeune femme dans ses bras, marchant plusieurs heures avant de trouver une auberge. Le refuge de la Griffe Noire offrait chambre et couvert pour une somme raisonnable. Il demanda à l'aubergiste une chambre et y laissa la louve, la posant délicatement sur le lit douillet. Il posa un baiser sur son front et ferma délicatement la porte qui grinça un peu avant de se fermer dans un déclic métallique.
Il posa sur le comptoirs l'équivalent de deux jours de chambrée et repartit vers la forêt toute proche.

Une fois de retour, le chasseur savait que l'épreuve qui l'attendait, et ce pour le restant des deux prochains jours serait compliquée. Il devait apprendre à maîtriser une bête qui avait été retenue prisonnière 194 années durant et qui affichait aujourd'hui une soif de liberté inextinguible.
Mais comment faire resurgir la bête ? Comment desceller à nouveau les chaines qui gardaient le loup prisonnier ?
Le chasseur se concentra, tentant de se souvenir de l'instant où il avait abandonné son corps pour celui de la bête. Il tentait de retrouver les sensations, les sentiments qui l'avaient traversé.
Il se souvint que son pouls s'était violemment accéléré, que sa respiration avait été difficile. Il se souvint de la tétanie qui l'avait paralysé, puis de la perte de contrôle. Mais il était toujours incapable de réveiller à nouveau la bête. Il supplia Sên de lui accorder une autre chance, de lui montrer comment faire pour maîtriser la bête, mais curieusement, la déesse ne sembla pas lui répondre, laissant le chasseur sombrer dans un sommeil profond. Il ferma les yeux et sentit son corps tomber sur l'herbe moelleuse qui sembla former un lit pour réceptionner sa chute.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, le cauchemars du Lycan avait reprit.
L'herbe rouge sang, le ciel écarlate, le soleil absent, la lune immaculée, et toujours ce puissant loup qui l'épiait. Devant ses pattes, une petite stèle.
Le demon la prit dans sa gueule et la déposa devant le chasseur. Puis il ouvrit une large gueule laissant une haleine putride se dégager jusqu'aux narines de Cerrarë.

-Bien joué... Je ne pensais singulièrement pas que tu accomplirais la première étape en si peu de temps. Maintenant, ne tardes pas à te réveiller si tu ne veux pas voir ton rêve bousculer la réalité...

Puis, comme lors de la première fois, le loup hirsute disparut dans un brouillard, poussant cette fois un long hurlement.

Lorsque Cerrarë rouvrit les yeux sur le monde matériel, il courait dans la forêt ne faisant qu'un bouchée des animaux qui croisaient sa route, éclaboussant de leur sang écarlate le vert tapis qui s’étirait sous ses pattes. Encore une fois, il avait prit forme lupine.

-Prêt Cerrarë ? Chuchota une fois dans sa tête.

Mais à peine la voix évanouie que le démon tentait déjà de reprendre le contrôle du Lycan. Comme la première fois, Cerrarë lutta, tentant vainement de résister au loup qui, malgré tous ses efforts, gagnait en terrain à chaque seconde... Comment s'en sortirait il ? La première fois, le démon avait été surpris de se retrouver ainsi libéré, mais maintenant qu'il possédait pleinement le contrôle de la situation, le repousser ne serait pas aussi facile.
Plusieurs heures s'écoulèrent pendant lesquelles le loup croqua encore moult animaux, faisant encore un peu plus rougir l'herbe, transformant tout un paysage, donnant vie au rêve de Cerrarë. Il ne pouvait rien faire... Et à mesure que la nuit tombait, le combat devenait de plus en plus puissant pour le chasseur qui perdait toujours plus de terrain face à la bête qui gagnait en rage et en volonté à chaque instant.
Finalement, le loup s’arrêta, laissant Cerrarë reprendre forme humaine. Le démon retourna se tapir au plus profond de l’esprit du chasseur murmurant quelques mots.

-Je te laisse quatre heures de repos. Dans quatre heures je reprendrais possession de ce corps...

Puis le chasseur tomba face contre terre, ayant une dernière pensée pour Nina, seule dans la chambre du refuge...

A nouveau, il ouvrit les yeux dans ce monde fantasmagorique qui accompagnait ses nuits. Toujours les mêmes couleurs, toujours le même loup, et maintenant, cette stèle, qu'il parvenait à lire. Il passa sa main sur la pierre, retirant une fine pellicule de poussière et commença à lire ce qui y était inscrit.

"Cherchant l'aventure
Dans quelque chemin que ce fut,

Inspire la fumée et la lumière
Ecoute la fureur du tonnerre,
Court avec le vent
Et laisse toi guider par tes sentiments

Cette femme va le faire...
Emprisonner la bête dans une étreinte amoureuse,
Brûler tes doutes et tes peurs anxieuses
Te faire quitter la terre...

Comme un enfant de Sên
Tu es né, et restera sauvage,
Tu pourra grimper par dela les nuages
Jamais ne mourra
Né pour rester sauvage..."


Lorsque le chasseur rouvrit les yeux la stèle avait disparue, mais lui courait à présent sous forme lupine. Il reconnaissait ce chemin, il se dirigeait vers le refuge...
Cerrarë ferma les yeux, et réussit à stopper le loup, surpris par le sursaut du chasseur. Rapidement, il tira avantage de la surprise, et enferma à nouveau la bête.
Exténué, le Lycan puisa dans les ultimes forces qui lui restaient et atteignit le refuge avec une vitesse digne de la célérité. Je passais devant l'aubergiste, prenant la direction des cuisines. Je m'emparais d'un plateau et embarquais dessus fruits et morceaux de viandes. Nina devait être affamée depuis le temps... Était elle au moins réveillée ?
En montant les escaliers, Cerrarë sentit la fatigue qui le rattrapait. Mais l'adrénaline qui emplissait à présent ses veines l’empêchait de la sentir. Bizarrement, le démon ne profita pas de l'instant pour revenir à la charge et mettre ses paroles à exécution. Était il fatigué ?
Quoi qu'il en soit, le chasseur tourna la poignée de la porte de la chambre dans laquelle il avait déposé Nina, et un long grincement s'en échappa.

Elle était là. A la fenêtre, le regard plongé dans le néant. Quand il s'approcha, elle bondit et vint piquer les fruits qu'il lui apportait, sans un mot, mais plantant son regard dans le sien sans interruption. Elle retourna à la fenetre et Cerrarë se risqua à parler...

-"Vous allez mieux Nina ? Je m'excuse, je suis désolé de vous avoir encore causé tant de soucis..."

Il marqua un temps, posa le plateau sur une petite table de bois, seule décoration de la chambre hormis le lit et le placard, et s'approcha d'elle, posant sa main sur son épaule.

-"Pourquoi ne parlez vous pas ? Que se passe t'il ?"

Quelque chose d'étrange en effet, venait perturber le chasseur. La lycane avait changée. Elle n'avait plus la même odeur, et pourtant, il en était persuadé, c'était bien elle. C'était bien elle qui avait été sa captive, puis son bourreau. C'était la femme, la Lycane du nom de Nina. Aucun doute possible... Et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   Lun 9 Avr 2012 - 1:28

♥ Merci pour ce beau rp, la suite ici ~> http://www.ephaelya.com/t4683-le-debut-la-connaissance#67436
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]
» come and take a walk to the wild side ☆ 26.06, 20h31
» Morgane O'Hara ミ Take a walk on the wild side
» Siobhan ※ take a walk on the wild side
» FELIA D. RIMENEZ ❋ Take a walk on a wild side.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-