Partagez | 
 

 "Vous êtes le contact ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oyin
Invité



MessageSujet: "Vous êtes le contact ?"    Dim 15 Avr 2012 - 4:10


Les mains glacées, le jeune fromager attendait assis dans l'herbe. Depuis combien de temps patientait-il déjà ? Deux heures, peut-être trois, la nuit était sûrement déjà fort avancée et le commanditaire n'arrivait toujours pas. La surprise qui l'avait frappé en ne le trouvant pas au lieu de rendez-vous avait rapidement laissé place à l'angoisse. Il lui fallait absolument effectuer cette livraison, sans quoi ses finances risquaient de se trouver en grand péril dans les mois à venir.

Il repensa aux difficultés qu'il avait rencontrées pour mener son voyage jusqu'en territoire vampire et ne pouvait s'imaginer le quitter sans avoir accompli ce qui l'y avait amené. Il s'allongea et laissa la tension de son corps s'évader en détendant son dos. Il n'était pas en territoire humain et cela n'aidait en rien à le calmer.

Elizabeth se tenait couchée à ses côtés et son menton reposait sur les genoux d'Oyin. La brebis somnolait en silence, remuant la queue de temps à autre, sûrement au gré du rêve qui animait son esprit à ce moment. En la contemplant, Oyin se surprit à repenser à son premier voyage qui les avait réunis...

Le sol était dur et de fortes douleurs se faisaient ressentir dans son fessier. Malgré la fraîcheur ambiante, de petites gouttes de sueur ne cessaient de perler sur les tempes de l'humain. Il les écarta d'un revers de manche et tenta de se concentrer sur les senteurs qui l'entouraient. L'atmosphère qui régnait dans le Parc était pesante et froide mais la nature florissante  qui s'y était développée semblait se nourrir de cette particularité. Des arbres imposants dominaient Oyin en formant tout autour de lui une constellation gigantesque. L'environnement entier paraissait menaçant envers cet humain qui n'était pas à sa place.

Non loin de lui, une branche craqua. Il sursauta et scruta des yeux les alentours mais ne put rien remarquer dans la pénombre qui dominait les lieux. Elizabeth s'éveilla mais le fromager lui intima le silence d'un geste vif. Il n'était pas vraiment préparé à subir une agression. Dans de telles conditions, il était probable que n'importe quel Vampire pourrait avoir raison de lui et ce, sans difficultés.

Il abandonna ses pensées pour se focaliser sur le présent, quelque chose approchait ! Ce quelque chose marchait vite et semblait pressé. Lorsque la Vampire passa près de lui, il eut tout juste le temps de se réfugier dans un buisson. Il tenta de contenir sa respiration haletante et se roula en boule en enveloppant de son corps sa brebis. Il attendit plusieurs minutes dans cette position, à guetter le moindre bruit et lorsqu'il fut certain que plus rien ne se trouvait aux environs, il sortit de son buisson, tout doucement.


Dernière édition par Oyin Bib le Jeu 6 Déc 2012 - 1:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abygaël De Szentes
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 59
Age du personnage : 229
En couple avec : Ciëlanys Bellianötë

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Lun 16 Avr 2012 - 2:41



QUI EST LA ?!

Il faisait nuit noire et rares étaient les personnes qui pouvaient voir plus loin que le bout de leur nez en cette soirée si sombre. Rares étaient aussi ceux qui étaient de sortie. Ce soir-là le vent était glacial et l'atmosphère légèrement tendue. De gros nuages gris traversaient le ciel, cachant la plupart du temps la belle lumière blanche de la lune. Le silence pesait sur la région de Màvreah. Cette contrée n'était pas des plus réputées surtout quand il devait s'agir de calme et de sérénité. Ici, l'ambiance était plutôt pesante et effrayante. Le parc régional des vampires représentait une vaste étendue verdoyante parsemée d'arbres. Mais ce paysage qui aurait pu être idyllique ne l'était pas du tout. L'absence de bruit était souvent inquiétante et bien plus quand des corbeaux ou d'autres animaux sauvages poussaient des cris à donner la chaire de poule. Beaucoup de vampires se donnaient rendez-vous ici, sachant que peu de gens osaient pénétrer sur cette parcelle de la contrée.

Au centre du parc, une silhouette se tenait là, regardant de toute part. Une belle vampire regardaient avec attention les grandes statues de marbre. Celle-ci représentaient des vampires maintenant disparus mais connus. Sur cette partie de l'étendue d'herbe, rien n'était visible, même pas un morceau de ciel. Les épais taillis et les feuillages trop nombreux bouchaient la vue sur la voie lactée.

Abygaël soupira en lâchant de ses yeux les œuvres sculptées. Pourquoi était-elle là ? Tout simple. Elle recherchait sa véritable famille. En effet, il y a quelques temps, semaines même, la jeune vampire avait appris qu'elle avait été adopté. Ses véritables parents l'avaient déposé durant la guerre des Titans dans une famille paysanne en promettant de venir la récupérer dès que toute cette bataille serait terminée. Malheureusement, personne n'était venue réclamait le nouveau né. Petite poupée merveilleusement belle, elle fut donc adoptée par cette famille... Qui le lui cachèrent durant toutes ses années. Qu'étaient devenus ses géniteurs ? Peut-être que ses parents étaient mort à la guerre mais ... elle avait aussi appris l'existence d'une grande sœur. Celle qui aurait du lui apprendre la vie dans les rires et dans les pleurs. Sa sœur était encore petite à l'âge de la Guerre des Titans, elle devait donc être encore en vie. Aby devait la retrouver. Elle ne pouvait vivre dans l'ignorance, elle qui était tout le temps habitée par la curiosité.

Famille De Szentes. C'est leur manoir que la vampire devait chercher, mais à priori, elle n'était pas encore arrivée. Mais ce n'était pas pour lui déplaire, elle adorait découvrir de nouvelles choses, de nouveaux lieux. Ses deux katanas dans son dos, Abygaël reprit sa traversée du parc. Son pantalon en toile moulant ses jambes parfaites et son corset serrant sa taille fine détachaient sa silhouette du fond sombre, lui donnant un air mystérieux et attirant. Son regard scrutait les environs, ses pas ne faisant pas un seul bruit. Elle semblait si légère, si aérienne...

Une odeur vint chatouiller l'odorat développe de la belle. Un humain ? Que faisait-il ici à une pareille ? Etait-il si insouciant, si naïf ? Il allait se faire dévorer tout cru s'il restait ici. Abygaël se dirigea lentement vers le fumet puis un autre vint le rejoindre, celui d'un animal. Pas celui d'une bête effrayante, mais une simple brebis trainait dans les parages. Étaient-ils tous fous ce soir ? Des brindilles parsemaient le sol, et Aby fit bien attention à ne pas les écraser pour ne pas effrayer le petit homme. En effet, celui-ci était assis au pied d'un arbre, son dos appuyé contre le tronc. Une jolie brebis était allongée à ses côtés, sa tête sur ses jambes. Le tableau était assez amusant et la vampire, trop occupée à les observer ne remarqua pas LA branche qui craqua sous ses pieds. Le silence fut donc brisé.

Que faire ? Abygaël décida de faire comme si de rien n'était, inutile de faire avoir une crise cardiaque à cet humain. Elle reprit donc sa route initiale, marchant d'un pas rapide, mais elle avait mal calculé son coup et passa tout près de l'homme qui bondit rapidement dans un buisson, suivit de son animal de compagnie. La vampire pouffa doucement et continua sa route. Pourtant, sa curiosité n'était pas loin. Elle se hissa dans l'arbre qui surplombait l'humain et l'observa. Il semblait paralysé puis après plusieurs minutes, il se glissa hors de sa cachette. Assise sur une branche, la belle regardait l'homme qui souffla, soulagé. Souriante, elle se retint de rire. Celui-ci semblait si content qu'il déposa un baiser sur le museau de sa chèvre. Debout au milieu de la petite clairière, il resta un court moment sans bouger. Peut-être se demandait-il quoi faire...

Un sifflement puis un rire. Abygaël n'avait pu se retenir et avait attiré l'attention du jeune homme qui se retourne rapidement, cherchant du regard la source du bruit dans les feuillages. La vampire pouffa en le voyant si perdu puis elle bondit avec légèreté de son perchoir et s'avança dans le noir vers le...fromager ?! Une odeur de fromage entourait l'homme, ce qui eut pour effet de faire froncer le nez à Aby.

" Vous ne devriez pas être ici... C'est dangereux les... vampires ! "

Passant dans un faisceau de lumière de la lune, elle sourit à l'humain.

" Qui êtes-vous ? "


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Mer 24 Oct 2012 - 22:55

Inéluctablement, Oyin avait fait une erreur de jugement, et pas une mince. Il fit un tour sur lui-même sans parvenir à capter la source du sifflement. Un rire survint pour ne faire qu'amplifier son désarroi. On l'observait et on se moquait de lui.

Une voix s'éleva finalement derrière lui et il se retourna pour en connaître l'auteur.

" Vous ne devriez pas être ici... C'est dangereux les... vampires ! "


Un Vampire, ou plutôt non une Vampire se tenait face à lui. Son sourire était inquiétant, ce n'était celui d'un prédateur mais il témoignait d'une confiance en soi qui ennuyait d'ores et déjà Oyin.

" Qui êtes-vous ? "

Lorsqu'elle fut exposée à la faible lumière qui tombait devant eux, il put constater sa grande beauté et en oublia pour quelques instants ses problèmes.

Celle qui se tenait devait lui était en effet extrêmement envoûtante. Cependant, même s'il était un peu rassuré par son ton bienveillant, il n'avait pas la moindre envie de se voir confronté à quelque Vampire qu'il soit.

Qui était-il ? Dans ces cas-là, il était toujours préférable de garder l'anonymat. Il avait abordé bien peu de Vampires de très près et il ne souhaitait recroiser aucun de ceux-là. Oui, il y aurait beaucoup à en dire...

« Je suis Ash, Ash Buchanan. Je ne cherche pas l'affrontement. »


Il leva les bras en signe de bonne foi. Peu importe les intentions de son interlocuteur, il lui fallait abréger les choses, en douceur si possible.

Il évalua rapidement les capacités de combat de sa potentielle adversaire et constata la présence de deux sabres dans son dos. Il devait abandonner toute idée de combattre. Dans cet environnement sombre, contre un Vampire, il n'avait aucune chance.

« Hum... Vous... Enfin vous... »

Il remuait nerveusement la tête...

« Vous avez l'air d'être ici pour une raison précise, je ne souhaiterais pas vous retenir plus longtemps. Je vais prendre congé... D'accord ? »


Aussitôt après avoir prononcé ces mots, il commença à reculer doucement, pas à pas.

*Pas de geste brusque... Surtout ne pas la provoquer.*


Dernière édition par Oyin Bib le Jeu 6 Déc 2012 - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abygaël De Szentes
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 59
Age du personnage : 229
En couple avec : Ciëlanys Bellianötë

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Jeu 29 Nov 2012 - 20:36



La nuit était belle et chaude mais si sombre. Pourtant, l’atmosphère était lourde et une certaine chaleur semblait régner sur le territoire des vampires. La lune semblait jouer à cache-cache avec les nuages alors que quelques étoiles parvenaient à percer cette couche épaisse semblable à du coton. Les bois portaient un doux fumet sauvage et naturel qu’Abygaël affectionnait tout particulièrement. En effet, elle avait grandi loin des villes mais non sans moyen. Toujours chérie comme une petite princesse, elle était pourtant à la recherche de ses parents. Ceux qui l’avaient laissée à sa tante et son oncle dans un coin reculé de Màvreah. La petite fille avait donc mûri dans une famille d’adoption, certes ils étaient de son sang, mais ils n’étaient pas ses géniteurs. Ils avaient tout fait pour leur fille de substitution en lui apprenant l’art du combat, les sentiments et le respect de la nature. Aussi, Aby ne s’était pas sentie dépaysée en venant dans ce parc régional. Il y avait eu juste une chose, des plus étranges, qui avait titillé son odorat : le fumet d’un humain.

Alors qu’elle avait parlé d’une voix dangereusement sensuelle, elle s’était avancée dans le seul faisceau de la lune que les nuages laisseraient passer. L’homme avait fait volte-face rapidement alors qu’Abygaël pouvait entendre son pouls s’accélérer et les airs s’emplirent de l’odeur de la peur. Pourtant, quand elle sentit le regard de l’homme se poser sur elle, celui-ci parut déconcerté pendant un instant. Le doute et la surprise purent se lire sur son visage. La question qui trottait dans son esprit était on ne peut plus claire : gentille ou méchante ?

" Je suis Ash, Ash Buchanan. Je ne cherche pas l'affrontement. "

Le mensonge semblait tinter dans cette phrase, mais la belle lui tirerait les vers du nez plus tard pour savoir comment il s’appelait réellement. Il leva les bras, prenant un air innocent et pas du tout rassuré. Le regard de l’homme à l’odeur puante de fromage détailla rapidement le corps de la vampire. Qu’espérait-il ? Fuir peut-être ? Ce jeune fou ne savait peut-être pas que les vampires étaient beaucoup plus véloces que les humains… Puis ses yeux se posèrent sur ses katanas. Aby sourit en comprenant enfin. Il avait espéré pouvoir se battre mais une légère mine déconfite s’était affichée sur son visage. Il faisait nuit, dans un environnement rempli de vampire, elle était rapide et était une experte avec des armes. Il n’avait aucune chance c’était clair et net.

" Hum... Vous... Enfin vous... Vous avez l'air d'être ici pour une raison précise, je ne souhaiterais pas vous retenir plus longtemps. Je vais prendre congé... D'accord ? "

Il secoua la tête nerveusement, apeuré c’était certain. La belle fit la moue. Pourquoi fallait-elle toujours qu’elle fasse peur aux autres personnes qui n’étaient pas de sa race ? Le petit homme commençait à reculer légèrement, faisant un ou deux pas en arrière alors que sa brebis avait déjà filé pour se réfugier dans un buisson avoisinant. Aby fit le même nombre de pas que lui.

" Je ne pense pas que vous vous appeliez Ash. Personnellement, je suis Abygaël de Szentes, enchantée de vous rencontrer. "

La vampire s’avança vers lui en lui puis passa à côté de lui pour aller s’asseoir sur un rocher qui se trouvait non loin derrière l’homme. Ses yeux d’or fixèrent son invité du soir et elle lui sourit, non pas d’un air carnassier comme elle l’aurait fait habituellement mais avec une réelle gentillesse. Passant la main dans ses cheveux, elle arrangea ses lames dans son dos et s’assit en tailleur sur la grosse pierre. Les arbres semblaient faire une barrière à quiconque souhaiteraient entrer ou sortir de cette clairière.

" Vous savez, je ne vous ferai rien qui puisse me nuire ou même à vous. Par contre, si vous partez et que vous continuez votre chemin à travers ma contrée, vous finirez vite vidé de votre sang… ou bien comme moi, avec des dents pointues. "

Abygaël rit doucement, s’imaginant le froussard en vampire. La brebis était toujours présente, elle pouvait le sentir, mais celle-ci ne bougeait pas. A nouveau, la belle fronça le nez.

" Si je puis me permettre… Vous empestez le fromage. Vous en faites grâce à cette biquette ? "


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Jeu 6 Déc 2012 - 0:52

À mesure qu'il reculait, la Vampire avançait au même rythme dans sa direction. Il se savait coincé, impuissant. Il n'avait pas d'autre choix que de faire ce qu'elle lui demandait.

" Je ne pense pas que vous vous appeliez Ash. Personnellement, je suis Abygaël de Szentes, enchantée de vous rencontrer. "

Allons bon, elle avait en plus de ça senti son mensonge... Mais cela n'avait pas tant d'importance, cependant, il ne se connaissait pas d'ennemis chez les Vampires en particulier. Alors qu'il réfléchissait à toute vitesse, elle le frôla puis alla s'installer sur un rocher à quelques mètres du fromager. Le tableau était curieux. Une Vampire assise en tailleur lui souriait, presque comme une enfant. Son interlocutrice le sortit de ses pensées :

" Vous savez, je ne vous ferai rien qui puisse me nuire ou même à vous. Par contre, si vous partez et que vous continuez votre chemin à travers ma contrée, vous finirez vite vidé de votre sang… ou bien comme moi, avec des dents pointues. "

Avertissement ou menace ? Il n'aurait su le dire mais il préféra jouer la carte de la sûreté en restant docile et ne répondit pas. Elizabeth était allée se réfugier dans un buisson et il brûlait lui-même d'envie de partir d'ici. Seulement, la Vampire s'était installée et ne semblait pas pressée de clore leur entrevue. C'était un de ces moments où il maudissait sa condition d'Humain. Ce rapport de force n'était pas un nouveauté, mais il était rarement dans une situation telle que celle-ci. Un rire faible, presque imperceptible se fit entendre, la situation d'Oyin devait probablement être risible du point de vue d'un être aussi puissant...

" Si je puis me permettre… Vous empestez le fromage. Vous en faites grâce à cette biquette ? "

Le fromager s'attendait à tout, sauf à cette approche. Il laissa échapper un rire nerveux :

« Vous parlez d'une entrée en matière... Je pense qu'il y a d'autres moyens pour un Vampire de se divertir sans évoquer l'odeur de sa proie... »

Coincé pour coincé, Oyin reposerait au moins ses jambes, il s'adossa à un arbre et s'assit, face à la magnifique Vampire qui continuait son examen silencieux.

« Vous avez l'odorat fin, je travaille effectivement dans l'alimentaire, mais ne me faites pas croire que cela vous intéresse. Je devine à vos vêtements que vous êtes un genre de guerrière et ne me dites pas le contraire, ce que vous portez dans le dos n'est pas utilisé pour couper le concombre. Vous êtes quoi... Un assassin envoyé pour tuer tous les fromagers du continent ? »

Devant l'absence de réaction de la Vampire, il préféra se taire. Après tout, peut-être était-elle véritablement sincère quant à sa promesse de le laisser en paix ? Il ramassa une brindille et se mit à la tordre nerveusement. Que croire ? Il préférait effectivement qu'elle soit pacifique, mais le sourire qu'elle lui adressait lui rappelait celui qu'on adresse à un enfant et il n'aimait pas cette position faible.

Il abandonna sa brindille et sortit machinalement sa gourde. Il avala une gorgée de lait, pour se remettre les idées en place mais surtout pour se donner une contenance. La nuit était toujours aussi noire et le temps semblait passer au ralenti.

N'y tenant plus, il se leva :

« Vous n'allez donc pas me faire de mal ? J'attendais quelque chose de plus effrayant de la part d'un Vampire avec des Katanas pour être honnête... »
Revenir en haut Aller en bas
Abygaël De Szentes
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 59
Age du personnage : 229
En couple avec : Ciëlanys Bellianötë

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Mer 12 Déc 2012 - 13:22



Se sentir traquée, en position de faiblesse… La belle ne savait pas ce que cet état signifiait vraiment. En effet, Abygaël était toujours le prédateur, la tueuse et non la proie. Pourtant, dans le regard de chacune de ses conquêtes ou victimes, à un moment ou un autre, la panique et le désespoir pouvait se lire au plus profond de leur âme. Plusieurs fois, elle s’était demandée ce que signifiait avoir peur de la chaîne alimentaire. Car c’était certain, les hommes se trouvaient en dessous des vampires. Jamais l’être à la peau blanchâtre n’avait eu à se soucier de cette peur. Cependant, elle avait entendu parler de ses lycans, qui se hissaient au titre de « chasseur de vampires ». Peut-être que si un jour elle se trouvait face à eux… elle aurait une réponse concrète. Peut-être qu’elle aussi éprouverait cette crainte ne serait-ce qu’un instant. Mais elle en doutait. Elle avait été taillée et entraînée pour survivre et se battre. Ces loups ne seraient qu’un petit obstacle de plus pour elle, elle n’en ferait qu’une bouchée… Mais là, n’était pas la question…

L’homme à l’odeur des plus étranges avait eu peur, son regard l’avait trahi. Il se savait impuissant, sans ressource face à cette femme dangereusement belle et aux katanas tranchants. Son cerveau semblait en ébullition alors que la réflexion pouvait se lire sur son visage. Assise sur son rocher, Aby sentit l’incompréhension de l’homme. En effet, n’importe quel vampire aurait déjà sauté à la gorge de ce petit être sans défense, mais elle non, ce n’est pas ce qu’elle recherchait ce soir. La belle lui avait parlé et posé une question, mais il semblait ne pas réagir, préférant rester silencieux. Soit. Elle continua donc, parlant de cette odeur de fromage qui semblait flotter au-dessus de lui. Pour le coup, il réagit. Un rire nerveux s’échappa de ses lèvres et prit enfin la parole, peu sûr de lui :

" Vous parlez d'une entrée en matière... Je pense qu'il y a d'autres moyens pour un Vampire de se divertir sans évoquer l'odeur de sa proie... "

Un sourire éblouissant s’afficha sur les lèvres de la guerrière, amusée par la répartie de cet humain. Il allait lui plaire celui-là, alors elle ne stopperait pas la conversation de suite. S’adossant à un arbre, le dos contre l’écorce, il se glissa au sol pour s’asseoir. La vampire et l’humain se scrutaient du regard, détaillant la moindre chose étrange chez l’autre. Le petit homme se lança à nouveau :

" Vous avez l'odorat fin, je travaille effectivement dans l'alimentaire, mais ne me faites pas croire que cela vous intéresse. Je devine à vos vêtements que vous êtes un genre de guerrière et ne me dites pas le contraire, ce que vous portez dans le dos n'est pas utilisé pour couper le concombre. Vous êtes quoi... Un assassin envoyé pour tuer tous les fromagers du continent ? "

Abygaël haussa un sourcil, mais ne dit rien pour le moment, le laissant faire. Le fromager semblait soucieux et pleins de questions, il hésitait. Tordant une brindille entre ses doigts d’un air machinal et nerveux, il ne bougeait pas, regardant les moindres faits et gestes de la vampire. Puis il sortit sa gourde et la porta à ses lèvres pour boire le liquide. Un léger sourire se glissa sur les lèvres d’Aby, ce n’était certainement pas du sang qu’il y avait dans cette gourde. L’impatience pouvait se lire peu à peu dans les mouvements de l’homme. D’un coup, il se leva, l’air désorienté mais intenable :

" Vous n'allez donc pas me faire de mal ? J'attendais quelque chose de plus effrayant de la part d'un Vampire avec des Katanas pour être honnête... "

La demoiselle aux crocs acérés ne put s’empêcher de partir dans un rire doux et mélodieux. Elle détacha ses lames de son dos, les posant au sol, près d’elle et passa une main dans ses cheveux, calmant peu à peu son rire. Sa moue amusée ne quitta pourtant pas ses traits de porcelaine. Redressant légèrement son dos, elle était maintenant semblable à l’un des statuts du parc, belle et imposante, voir majestueuse.

" Pour commencer, tout m’intéresse, Ash. Pour ce qui est de mon travail, dirons-nous, je n’en ai pas de fixe ou de particulier, mais ne me faîtes pas croire que cela vous intéresse. Je doute que votre gourde cache une dague et votre brebis se transforme en une chimère. "

Reprenant ses mots, d’un air amusé, elle guetta la réaction de l’humain. Elle n’était pas comme les autres, elle était juste différente.

" Et non, je ne vais pas vous faire de mal, sauf si vous le souhaitez bien entendu. Je ne suis pas venue ici pour me nourrir, mordre ou tuer. J’ai d’autres projets en tête… "

Abygaël ne bouge pas, songeant une fois de plus à ces vampires qui étaient sa famille et devait se trouvaient non loin de là. Une lueur de tristesse passa dans son regard doré. Passant une main sur son visage, ses yeux d’or fixèrent à nouveau l’homme qui était face à elle, debout et anxieux.

" Je peux comprendre que vous doutiez de ma sincérité. Après tout, nous ne sommes pas pareils, nous sommes différents, chacun à notre manière. Attention, je ne méprise en rien la race humaine, c’est votre condition. Je vous admire même. Beaucoup d’entre vous deviennent de valeureux guerriers sans être prédisposé à l’être… Et si vous me donniez votre vrai prénom ? "


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Mar 26 Mar 2013 - 22:53

Oyin soupira, impuissant...

« Bien... Je suppose qu'on ne trompe pas un Vampire aussi facilement, hein ? Je m'appelle Oyin mais vous n'en saurez pas plus à moins d'user de torture ! »

Il frémit un instant de peur d'avoir été mal compris et se sentit obligé d'ajouter :

« …Ce que je ne vous demande pas de faire bien entendu, je tiens à partir d'ici en entier. Quoiqu'il en soit, je doute effectivement que vous me veuillez du mal après m'avoir fait honneur de votre présence aussi longtemps... Abygaël. Je peux vous appeler Abygaël ? »

Il se détendit sensiblement. Peut-être était-ce pure folie, mais il était tout simplement fatigué de se cacher. La nuit n'était pas finie et il préférait profiter au mieux de la compagnie de sa charmante « ravisseuse » plutôt que de risquer de perdre la vie en fuyant.

« Vous admirez la race humaine, hein ? Je peux vous assurer que vous êtes pas nombreux chez vous à penser comme ça et pas seulement ceux qui nous réduisent en esclavage. Enfin, pour votre défense, ce mépris qui nous surplombe n'est pas le propre des Vampires. Certains le cachent mieux que d'autres, mais les humains savent que les autres Peuples les regardent toujours de haut... sauf peut-être les Nains, ah ah... »

Il s'interrompit et constata que la Vampire le fixait sans ciller, visiblement satisfaite qu'il se soit remis à parler. Cela le gêna atrocement et il sortit un morceau de fromage pour se donner une consistance. Il croqua nerveusement dedans tout en regardant ses pieds, pour éviter de tomber dans la contemplation d'Abygaël. Comme de nombreux Vampires, elle avait un charisme presque effrayant, ce genre d'aura qui vous hypnotise. Il est très rare de croiser des humains d'une telle prestance, le choc est donc généralement d'autant plus violent pour les humains.

« Dites, vous parliez de projets un peu plus tôt. Quels sont-ils ? J'ose espérer que vous êtes tombé sur moi par hasard et que vous vous rendiez ici pour une raison précise. Vous voulez m'en dire un peu plus ou on continue à se fixer jusqu'à ce que je m'évanouisse ? »

Un instant, il se demande si la Vampire n'était pareille à ces statues qui les entouraient dans le Parc, elle ne bougeait absolument plus. Après tout, il avait pu rêver cette rencontre, il se sentait si épuisé qu'il ne distinguait plus bien le rationnel de l'irrationnel de sa situation actuelle. Il se leva pour en avoir le cœur net et s'approcha tout près de son visage pour sentir son souffle...
Revenir en haut Aller en bas
Abygaël De Szentes
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 59
Age du personnage : 229
En couple avec : Ciëlanys Bellianötë

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    Mer 27 Mar 2013 - 1:08



La nuit se déroulait lentement, semblant suivre le rythme de la conversation des deux seules silhouettes présentes dans le parc régional de Màvreah. Le silence régnait sur le petit coin fait d'une nature simple et la conversation de la vampire et du fromager se confondait avec la brise soufflant dans les feuillages. Abygaël n'osait pas bouger, de peur d'effrayer l'homme qui commençait cependant à se mettre plus à son aise, la peur quittant son regard et cessant d’imprégner l'air par la même occasion. Les sens de la belle étaient en éveil. En effet, elle voulait éviter que son compagnon de soirée finisse entre les crocs d'un vampire qui ne serait pas aussi compréhensible qu'elle. Analysant chaque craquement de brindille, ses muscles se tendirent même alors qu'un oiseau nocturne passait au dessus de sa tête. Sérieusement, serait-elle capable de sa battre avec un membre de sa race pour un simple fromager ?...

D'ailleurs, celui-ci était toujours assis contre son arbre, le dos collé contre l'écorce, sa biquette à ses côtés. A quoi pouvait-il bien penser ? La situation devait être d'une étrangeté sans limite pour lui. Il était dans la contrée vampirique, accompagnée de sa meilleure amie à priori, bavassant tranquillement avec une vampire en pleine nuit, au beau milieu d'un parc désert. C'est clair que cela devait être extrêmement perturbant. Il soupira comme pour confirmer les pensées d'Aby.

" Bien... Je suppose qu'on ne trompe pas un Vampire aussi facilement, hein ? Je m'appelle Oyin mais vous n'en saurez pas plus à moins d'user de torture !…Ce que je ne vous demande pas de faire bien entendu, je tiens à partir d'ici en entier. Quoiqu'il en soit, je doute effectivement que vous me veuillez du mal après m'avoir fait honneur de votre présence aussi longtemps... Abygaël. Je peux vous appeler Abygaël ? "

Abygaël sourit, ravie qu'il ait enfin le courage de lui avouer sa véritable identité. Elle rit même quand il se rattrapa, pensant certainement qu'elle aurait pu mal interpréter ses propos. L'écoutant dans son petit monologue, elle n'osa pas le couper et hocha simplement de la tête pour l'inviter à l'appeler par son prénom. Après tout, comme l'aurait-il appelé sinon ? Dame vampire ? Il y avait plus amical... Oyin, de son vrai nom, semblait moins tendu qu'à leur rencontre, peut-être rassuré ou juste en avait-il marre d'avoir peur ? Il continue alors parler, la belle l'écoutant en souriant alors qu'il réagissait sur ses propos précédents. Le petit homme n'avait pas tort du tout. Les vampires ayant de l'admiration ou ne serait-ce qu'un minimum de respect pour les humains étaient rares, très rares. Les elfes et les lycans aussi se sentaient supérieurs. Bien qu'ils ne considéraient pas les hommes comme de vulgaire verres de sang, beaucoup ne pouvaient s'empêcher de mépriser les autres races. C'était certains, les humains le savaient mais ils restaient calmes et humbles, une qualité qu'Aby admirait aussi. Puis le fromager fit une blague sur la taille des nains. Un sourire en coin s'afficha sur le visage de la vampire, il fallait bien un bouc-émissaire pour les hommes aussi !

Oyin s'arrêta de parler, constatant certainement qu'elle ne bougeait plus, l'écoutant avec attention. La gêne put se lire dans ses yeux alors qu'il la fuyait du regard pour fouiller son sac. Sortant un morceau de fromage, -étonnant pour un fromager, n'est-ce pas ?- et croqua dedans, le regard plongé vers le sol. Abygaël fronça les sourcils et loucha. Avait-elle quelque chose de louche sur le bout du nez ? Se regardant de haut en bas pour chercher ce qui clochait, le bonhomme reprit la parole.

" Dites, vous parliez de projets un peu plus tôt. Quels sont-ils ? J'ose espérer que vous êtes tombé sur moi par hasard et que vous vous rendiez ici pour une raison précise. Vous voulez m'en dire un peu plus ou on continue à se fixer jusqu'à ce que je m'évanouisse ? "

Abygaël ne comprit pas de suite tout ce qu'il avait dit. Oui, le projet, c'était la famille, le domaine, et tout cela mais pourquoi devait-il s'évanouir ? Puis l'idée revint percuter l'esprit de la guerrière. Les vampires exerçaient une attraction rare sur les humains. Mais c'est vrai qu'elle avait toujours eu du mal à comprendre ce phénomène. Après tout, elle ne pouvait pas le connaître mais aurait aimé être dans la peau d'une humaine pour ressentir cela. Ses joues rosirent, désolée de faire cet effet au petit fromager, ce n'était pas ce qu'elle voulait mais la nature en avait décidé autrement. De plus, Oyin la fixait toujours étrangement. De part sa nature, la vampire n'avait pas besoin de respirer ou même de bouger. Dans d'autres circonstances, elle aurait fait les gestes humains mais ce soir, elle était à l'aise alors se comportait comme elle l'aurait fait chez elle. Bien entendu, le brun était complètement déboussolé. D'ailleurs, il se leva et s'avança à pas menus d'Aby qui le regarda faire, sans bouger pour voir sa réaction. Il approcha son visage du sien, vraiment proche comme pour sentir son souffle. La chasseuse resta figée pendant quelques secondes et souffla fort sur le visage d'Oyin qui fit un bond en arrière alors qu'elle se retrouvait déséquilibrée et tombée derrière son rocher, sur les fesses.

" Aïeuuuuuuh... N'importe quoi vous, je suis réelle hein, faut pas me regarder comme ci je n'était faite que de pierre. "

Toujours par terre derrière son rocher, se frottant le bas du dos, Abygaël partit d'un rire sincère, s'allongeant dans l'herbe et se tenant les côtes. Elle venait de se rendre du ridicule de ce qu'elle venait de faire mais riait de sa bêtise. Souffler à la figure d'Oyin et ensuite se tomber à la renverse... Le pauvre fromager devait avoir eu une attaque. A cette pensée, la vampire se redressa rapidement et eut un soupire de soulagement en voyant de le petit homme toujours en train de respirer. Reprenant un peu de consistance, le regard toujours rieur, elle se racla la gorge et prit la parole.

" Excusez-moi... Vous me faîtes beaucoup rire... Pour ce qui est de mes projets, je recherche ma famille. Que je n'ai jamais vu... "

A cette révélation, un éclair de tristesse passa sur son visage pour presque repartir de si tôt. Le moment était venu de retrouver le sourire...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Vous êtes le contact ?"    

Revenir en haut Aller en bas
 

"Vous êtes le contact ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» Qui vous bloque sur msn?
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Màvreah - Contrée des Vampires :: • Parc régional de Màvreah •-