Partagez | 
 

 Un Marcheur dans la cité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 55
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un Marcheur dans la cité    Dim 24 Juin 2012 - 4:55

Eramos n'entendait plus que la douloureuse plainte que produisait sa respiration. Autour de lui, la scène se produisait avec une lenteur théâtrale. Il voyait clairement le visage du marcheur de tête se déformer, devenant un rictus d'angoisse et de soudain désespoir. Elle avait été blessée, elle savait que cela augurait sa fin. Avec la même lenteur, -et sans prendre le soin de s'écarter- l'homme d'âge mûre resta spectateur de la bataille titanesque qui se déroula entre le vampire et elle, mais cela ne l'intéressa qu'une demie seconde, son regard bifurquant vers le champ de bataille dévasté. Çà et là s'empilaient un nombre incalculable de cadavres. Pas un des cent hommes qu'il avait dirigé n'était en vie, seuls restant ses généraux qui combattaient avec la hargne du désespoir. Il laissa venir à lui la culpabilité d'avoir envoyé sa compagnie à la mort sans tenter de la repousser, des larmes dégringolant son visage marqué par la guerre jusque sur la terre morte et cendreuse.

Il sentit ses deux lames lui échapper des mains en se croisant sur elles-mêmes et il ne pu s'empêcher de les comparer à son âme déchirée par son passé. La dague, plus courte, représentait son humanité et sa dévotion à sa rédemption. Faite d'une argent qui brillait de mille feux, elle attirait tout êtres capable de regarder en surface, se fiant plus à la beauté de l'arme qu'à sa réelle efficacité. À côté reposait une épée faite d'un fer noire aussi sombre que la dense des ombres. Durant sa vie, il s'était servit de cette arme à maintes reprise et jamais elle ne l'avait abandonné, un peu comme son passé trouble qui lui collait à la peau. Là résidait son Lui réel, dans le métal inconnu qui résidait dans cette épée indestructible et à la l'allure laide et terrifiante, sanglante et efficace.

Une sensation brûla le mur de glace qui le bloquait de la réalité. Portant la main à son ventre, il la regarda emplit de son propre sang. L'angoisse que son instinct de survie envoya le fit trembler dans l'appréhension de l'inconnu, de la mort, car il savait qu'une blessure aussi profonde dans cette région du corps était à tout coup fatale. Puis, une vague de calme balaya sa peur, la remplaçant pas un état serein, voir passif, ce qu'il n'avait jamais ressenti avant aujourd'hui. Il envia ses hommes et les marcheurs étendus face contre terre, maintenant dans l'au-delà, peut-être à rire de leur crainte de mourir. La vie sur Ephaëlya devenait éphémère une fois confronté à la mort.

Ses forces l'abandonnèrent, faisant fléchir ses jambes. La chute l'emmena à genoux, un souffle presque satisfait s'extirpant de sa gorge. Quelque chose clochait autours de lui. Nathaniel, empreint à une rage vampirique, était retenue par Séléna qui lui versait déjà son propre sang dans la gorge. S'ajoutant au chaos, Cerrarë devint sous l'emprise d'une force ténébreuse qui lui fit perdre la tête. Quand il s'approcha pour attaquer le duo, Eramos réussit à lui tirer un carreau d'arbalète en plein sternum, le faisant chuter lourdement au sol. Il savait que sa pointe n'était faite que d'acier et que cette blessure, quoi que douloureuse, ne ferait que ralentir la progression mortelle du lycanthrope.

Ce fut sa dernière action avant de tomber dos au sol.

- Séléna, appela-t-il faiblement.

Elle vint, une tristesse dont il n'avait jamais vu chez elle portée sur son visage. Elle s'agenouilla près du vieil homme, mais fut coupée dans son élan de vouloir le sauver par celui-ci.

- C'est trop tard, ne m'enlève pas ce que je veux depuis si longtemps.

Les larmes de la jeune femme mouillèrent son visage salit par la poussière et le sang. Il sentit son âme se laver partiellement de ses erreurs.

- Tous les Hommes meurent...

Tendant l'arbalète double, il ajouta:

- … mais les légendes perdurent.

Il la posa dans sa main qui se resserra tristement sur l'arme de prédilection de celui qu'on appelait l'Assassin.

- Cœur d'aigle ne peut pas encore mourir. Le monde a besoin d'un exemple à suivre. Il n'y a plus de place pour moi ici... Maëlia... m'attend.

Son souffle s'arrêta, son cœur aussi. Il accueillit la mort comme une amie et la laissa le guider jusqu'à sa famille dans le Monde Blanc où tous se rejoignent un jour.

- Ma fille...

Et il mourut.

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Journal de Cœur d'aigle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un Marcheur dans la cité    Lun 2 Juil 2012 - 14:30

Nathaniel se débâtait férocement alors que Cerrarë venait de bondir sur lui. Le Lycan semblait également avoir perdu le contrôle pour d'autres raisons... Après quelques minutes au sol les deux combattants se séparèrent... Le Lycan alla grogner auprès des Faucheurs tandis que Nathaniel fixait avec avidité les humains qui se trouvaient là... Sa blessure empirait. Le sang de titan progressait dans tout son corps, lui provoquant d'horribles douleurs et lui faisant perdre le contrôle sur la bête en lui... Les veines noires avaient progressé sur son torse et sur la moitié de son visage. Il posa un genou à terre, prit sa tête entre ses mains et poussa un cri de douleur incomparable... Siegfried qui gisait au sol non loin de là était aidé par plusieurs membres de la Guilde de l'Equilibre. La blessure était sérieuse mais il allait s'en remettre... Celui-ci était à peine conscient... Il posa son regard sur Nathaniel et murmura un simple "Pourquoi... " D'une voix à peine audible. Nathaniel se retourna alors vers lui. Les yeux injectés de sang et un sourire macabre sur ses lèvres. Il venait de perdre totalement le contrôle. Le sang tu titan palpitait dans ses veines tel un poison mortel qui lui détruisait l'esprit. Il ramassa son katana en argent et lentement il s'avança vers Siegfried. La lame trainait au sol, laissant derrière elle une ligne dans la neige. Les faucheurs étaient tous apeurés par la folie qui s'était emparé des deux généraux. Ils savaient qu'ils ne feraient pas le poids en combat singulier. Et aucun d'eux ne pouvait se résoudre à frapper un compagnon d'arme. Au loin, Eramos venait de tomber dans la neige, inerte... La vie venait de quitter le vieux général... Mais Nathaniel ne le remarqua pas. Il ne voyait rien d'autre que des poches de sang sur patte devant lui. Il détestait cette sensation de faim et cette envie de meurtre en lui, mais le sang de Titan ne lui laissait pas le choix et lui torturait le corps comme l'esprit. C'est Alors que Séléna s'interposa devant lui, le poignet ouvert grâce à une lame. Nathaniel ne réfléchit même pas et se jeta sur elle. Il la plaqua au sol et s'empara de son poignet. Sans la moindre hésitation il la mordit au poignet et commença à boire son sang. Lentement, les veines noires commencèrent à disparaître... très lentement... Mais Nathaniel était toujours incontrôlable. Après lui avoir mordu le bras il monta jusqu'à son cou pour boire à nouveau. Eramos était l'un des seuls de la guilde à savoir comment arrêter Nathaniel. Seuls quelques faucheurs connaissaient cette histoire. Ce fût alors sans surprise que plusieurs faucheurs arrivèrent pour aider Séléna. Ils plantèrent plusieurs dagues en argent dans son bras droit infecté. Le vampire poussa un cri de douleur et se plia en deux... D'un coup, Beaucoup plus rapidement les veines noires se rétractèrent pour finalement se contenter du bras droit de Nathan. Les yeux du Faucheur s'illuminèrent à nouveau. Il semblait s'être réveillé d'un horrible cauchemar. Il ne savait pas ce qu'il faisait là ni pourquoi il avait plusieurs armes plantés dans le bras... Il se fichait pas mal de la douleur car quand il baissa les yeux il vit qu'il se tenait juste au dessus de Séléna et qu'elle avait des marques de morsures au cou.

- Qu'est ce que-

Plusieurs flashes lui apparurent alors... La transformation de Victoria... Sa mort... du sang... du sang encore du sang et toujours du sang... Horrifié il se releva, jetant son katana par terre. Paniqué il semblait avoir perdu tout ses repères. Les faucheurs tentèrent de le maîtriser mais il ne se laissa pas faire. il recula encore, et trébucha dans la neige. Sylar apparut alors devant son maitre. Il poussa un cri infernal qui fit même trembler le sol. Le dragon plaqua alors sa grosse patte sur le torse du vampire pour l'immobiliser au sol. Pour la première fois depuis plusieurs siècles, une peur véritable se lisait dans le regard du vieux Vampire... Puis, il perdit connaissance... Pendant plusieurs minutes les faucheurs se dépêchèrent de réorganiser tout cela. Il fallait maitriser Cerrarë, s'occuper de la blessure de Siegfried, de celle de Séléna.... et s'occuper du corps d'Eramos. Lorsque le vampire se réveilla, il était allongé sur un lit de camp. Son dragon était juste à côté de lui. Sa lance et son katana étaient posé non loin de là et on l'avait habillé. Il portait à nouveau sa chemise noire, bien qu'elle fût tachée de sang et transpercé par plusieurs armes mais aussi sa cape rouge. Lorsqu'il voulut se relever, Sylar grogna. Pas pour l'intimider, mais simplement pour lui dire de rester coucher car il avait énormément besoin... Mais Nathaniel l'ignora et se releva... Les quelques faucheurs qui le veillaient s'approchèrent de lui, inquiets. Parmi eux, plusieurs humaines. Lorsqu'elles s'approchèrent et tendirent les mains pour voir si Nathan allait bien il les repoussa d'un geste du bras. Il détourna le regard, honteux de s'en être pris ainsi à ses compagnons d'armes. Sylar suivit son maitre pendant un petit moment. Le calme semblait être revenu sur le champ de bataille. Mais de nombreux corps gisaient par terre. Nathan finit par retrouver le centre du champ de bataille, là ou Alondra avait été défaite... Parmi les corps, il y avait celui d'Eramos. Le vampire posa les deux genoux à terre et baissa la tête, complètement abattu.

- Qu'est-ce que j'ai bien pu faire aux Dieux... Pour mériter une telle malédiction... Pardonne-moi Eramos...

Depuis plus de deux siècles, le vampire n'avait pas versé la moindre larme... Ce fût ses premières depuis le décès de Victoria. Il posa son regard sur son bras droit qui le faisait encore souffrir. Il lâcha un juron, puis deux, puis trois, et laissa éclater sa tristesse tout en frappant le sol du poing. Les larmes coulèrent sur son visage et se cristallisèrent en touchant la neige. Il resta ainsi devant le corps du Général pendant plusieurs longues minutes avant de se relever pour se diriger à nouveau vers l'armée de l'Equilibre qui venait d'installer de quoi tenir un petit camp temporaire. A son arrivé les faucheurs devinrent silencieux... Lorsqu'il s'approcha plusieurs s'écartèrent de lui, effrayé par cette malédiction qui lui rongeait le corps... Désormais beaucoup dans l'armée de l'Equilibre allait craindre ce pouvoir. Nathan avait tout essayé pour le cacher mais cette bataille fût plus un massacre qu'autre chose... Même Cerrarë avait perdu le contrôle. Maintenant qu'Eramos n'était plus là il ignorait qui allait diriger la guilde de l'Equilibre mais surtout ce qu'il pourrait faire lui. Ambroisie était en ruine, Eramos était mort, la Guilde semblait être au cœur de tensions vraiment intenses... Il avait blessé Siegfried, blessé Séléna, perdu le contrôle de ses pulsions, et le sang de Titan avait une nouvelle fois montré l'étendue des ravages qu'il pouvait causer. Son dragon approcha la tête pour avoir une caresse. Nathaniel posa sa main sur le museau de son compagnon qui ronronna légèrement. Il retourna ensuite dans sa tente, ne voulant pas être dérangé. De toute façon les faucheurs n'oseraient plus s'en approcher.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un Marcheur dans la cité    Dim 26 Aoû 2012 - 22:51

Le carreau toucha Cerrarë en pleine peau. Lancé à l'assaut l'impact fit tomber lourdement le loup au sol qui se débattit un temps contre le sol et l'air ambiant avant de retrouver ses appuis. La blessure n'était pas importante, il sentait déjà les muscles et les nerfs se ressouder alors qu'il arrachait le carreau d'un coup de mâchoire. Un petit ruissellement sanguin apparu sur son pelage tacheté de sang et se referma aussitôt tandis que la chair reprenait place. Stoppé dans son élan meurtrier, le Lycan s'éloigna de son adversaire. Et le laissa se repaître du bras offert de la jeune humaine. Les effluves de sang parvenaient à ses narines comme les milliers de gouttelettes d'une pluie fine mais soutenue. Puis vint une effluve différente. Alondra était tombée. Mais elle n'était pas tombée seule. Eramos gisait un peu plus loin, au centre d'un champs de bataille recouvert de corps sans vie. La bataille était terminée. L'Equilibre avait gagné. Mais l'Equilibre avait perdu son chef. Et nombre de faucheurs avaient suivi le vieil homme. Un instant, le loup réalisa les pertes. Il était impossible de déterminer combien avaient péris ici. Ce nombre avait beau n'avoir aucune importance face au prix de la victoire, la bête ne put s'empêcher d'admirer un temps le massacre qui venait de se jouer. Quelques faucheurs survivants s'approchèrent de lui, surpris par cette frénésie qui l'avait habité. Ils portèrent leur main sur leur arme, conscient de l'instabilité de la bête, murmurant quelques questions inaudible à la créature. Cette dernière les écarta d'un mouvement de patte, se frayant un passage jusqu'au centre de la plaine ensanglantée.
Arrivé devant le corps sans vie du vieil homme qui avait été son chef, le Lycan se redressa sur ses pattes arrières, reniflant l'air saturé d'hémoglobine. Le prix de la guerre avait été payé. Maintenant ils devraient marcher sur la cité. Un coup d'oeil rapide lui indiqua qu'Ambroisie n'était pas si loin. Les fortifications tranchaient le ciel écarlate au loin.
De l'autre coté, la nature reprenait ses droits. Sên était apparue. Elle lui indiquait la direction à prendre.
Le Lycan se reposa sur ses quatre pattes, puis alla installer son museau sur la poitrine inanimée d'Eramos. Un coup de langue sur le visage sans vie du vieil homme et le Lycan releva la tête en arrière, adressant un long hurlement plaintif à la plaine couverte de sang.
La noirceur qui l'avait habitée quelques instants auparavant remua en lui. Il pouvait sentir ses muscles pris de frissons incontrôlables, ses babines saliver devant l'afflux de sang, ses yeux s'emplirent de fureur. Mais le carnage était terminé. Il n'y avait plus de sang à verser. Et pourtant, cette violence qui l'emplissait à nouveau en voulait plus. Plus les secondes s'égrainaient et plus il la sentait monter, monter et monter en lui, inéluctablement. Il sentait une envie carnassière lui couler dans les veine. Le sang coulerait à nouveau...
Comme une bête apeurée, le loup lança ses yeux vers Ambroisie, puis vers la nature sauvage qui lui tendait les bras. Il se retourna pour dévisager le vampire qu'il avait croisé quelques instants plus tôt. Nombre de faucheurs se précipitèrent sur lui pour lui faire lâcher l'étreinte qui exerçait sur Séléna.
Profitant de ce nouveau chaos parmi l'Equilibre, le Lycan balança ses corps musculeux vers l'étendue végétale, à l'opposé de la cité vampirique. Ses pattes le portèrent alors qu'il filait, fuyant ceux qu'il ne protégerait plus.
Fuyant l'Equilibre...


HRP :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Marcheur dans la cité    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un Marcheur dans la cité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Chasse au Jedi dans la cité des nuages (Pv Yaelna)
» Combat dans la cité basse
» Une promenade dans la cité.
» Cramage de voiture, soulèvement dans les cités
» [ANTRE] - Dans la cité de Minas Morgul.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-