Partagez | 
 

 Sev Gayl : l'enfant-loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sev Gayl
Ephaëlyen experimenté
avatar

Messages : 288
Alignement : Chaotique, bon
Ennemis : La faim, le froid et la soif ...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Sev Gayl : l'enfant-loup   Mar 17 Juil 2012 - 23:19

Prénom : Sev
Nom :Gayl
Sexe : Masculin
Âge du personnage : Environ 13 ans
Race : Lycan
Meute/Tribu (pour les lycans/centaures) : Sans meute pour l'instant

Description physique (8 lignes minimum):

La première fois que vous rencontrerez Sev Gayl, vous n'apperceverez sûrement que sa forme lupine : une petite masse noire à la fourrure épaisse et bien garnie dans laquelle se détachent deux grands yeux dorés ainsi que des crocs luisants et acérés.
Les rares occasions où vous pouvez le voir sous forme humain se présentent lorsque Thaodia se réchauffe ; révélant alors une peau claire qui n'a eu que peu de contact avec les rayons du soleil. En effet Gayl reste constamment caché, aussi bien dans la végétation que dans les rares grottes qu'il trouve . Très jeune, il s'est rendu compte que le seul avantage que lui offrait cette forme était le fait qu'il pouvait grimper aux arbres pour s'y réfugier. Suite à la pénurie de coiffeurs dans les contrées sauvages de Thaodia, ses longs cheveux noirs qui tombent en cascade de nœuds jusqu'à ses reins, cachent ses yeux d'or.
Dans ses deux formes il est de petite taille, ce qui lui permet de se faufiler dans les fourrés pour surprendre le gibier. La plupart du temps ses proies se composent d'oiseaux, d'écureuils et de lapins, ce qui n'a pas permis de le rendre trapu. Il a vite appris à se nourrir de toutes sortes de plantes et racines afin de vaincre la faim. Malgré tout,la couleur de sa fourrure est un très gros inconvénient pour lui ,car il ne passe pas facilement inaperçu dans la neige.

Description mentale (8 lignes minimum) :

Comme vous pouvez aisément vous l'imaginer, un gamin qui a grandi dans la forêt en ayant pour seul compagnie des animaux sauvages le prenant pour un gâteau appéritif, ne doit pas être très loquace. Le fait qu'il n'a appris le langage que vers huit ans auprès de Narung son père adoptif, n'a pas permis d'accentuer son côté bavard. Dès qu'il a eu l'usage de la parole, ses instincts ont commencés à lui chuchoter des conseils au creux de l'oreille. Des voix qui le poussent toujours à se méfier à nouveau, à se cacher et à redevenir l'animal craintif qu'il était avant leur rencontre. Car, en effet, Narung avait réussi à le faire s'imposer, à avoir confiance en ses capacités comme la rapidité et l'agilité. Il fit de son mieux pour contribuer à le rendre moins paranoïaque. Depuis sa mort, une autre voix se fait entendre dans l'esprit de Sev. Celle de Narung, l'encourageant à être plus le chasseur que la proie. Cette voix s'impose souvent aux autres et lui donne du courage. Malgré ça, ses sens sont toujours en alerte.
L'une des choses que lui enseigna Narung fut son respect envers Annushka. Gayl prit l'habitude de sacrifier de petits animaux en son nom sans rien demander en retour afin de lui prouver son dévouement. Souvent Sev hurle à la lune, ce petit rituel sert à montrer à la déesse qu'il a survécu aux pièges de la nature.

Histoire du personnage (15 lignes minimum): (Aussi appelée "La conspiration du cochon sauvage", je trouve que ça fait très classe comme titre ^^)

Narung Fayer fut la première personne que le garçon rencontra -ou du moins la première dont il se souvint-. Narung ne put jamais savoir comment et quand l'enfant avait commencé à vivre à l'écart des autres dans la forêt. Il avait dû y être abandonné très jeune, ce qui expliquait l'absence de souvenir. Fayer avait émit quelques hypothèses à ce sujet, la plus plausible étant celle qu'une mère-louve solitaire était morte en laissant son petit agé de quelques années derrière elle. La moins probable de ses hypothèses -et sans doute la plus fantasque- était que c'était un fils d'Annushka que la déesse avait laissé livré à lui-même afin de faire ressortir le côté bestial du lycan. L'homme se plaisait à y croire car, après tout, ce devait être l'œuvre des dieux si l'enfant-loup avait survécu jusque là.

Leur chemin s'étaient croisés lorsque la chaleur était à son paroxysme sur la terre des lycanthropes. Narung était alors un loup vagabond d'une quarantaine d'année. Il avait choisi la solitude par haine des conflits entre meutes, malgré lui, il commençait à regretter la présence des autres loup-garous. Quand il constata la disparition de la viande séchée qu'il avait mis de côté dans son campement, il commença à se sentir moins seul. A la première des ses 'mystérieuses disparitions', il mis ça sur le compte d'un cochon sauvage qui avait dû en flairer l'odeur et qui s'en était emparé. Il changea donc ses restes de cachette. Au bout du troisième kidnapping, Narung, désespéré, décida de placer sa nourriture dans une cavité de la grotte dans laquelle il avait élu domicile. Il pensait qu'elle y serait en sécurité. C'était un endroit inaccessible à moins d'être un bon grimpeur, son ennemi le cochon sauvage ne pourrait rien faire contre la verticalité des parois ("mouahaha" ai-je envie d'ajouter^^). A son grand désespoir, le lendemain la viande avait disparu. Ce ne pouvait pas être l'œuvre du cochon sauvage. A moins qu'il n'est été aidé par des oiseaux ? Il chassa vite cette idée de sa tête. Les oiseaux étaient trop arrogants pour faire une alliance avec un cochon... Il n'y avait qu'une seule explication : quelqu'un de plus intelligent que lui l'épiait pour ensuite aller voler dans ses réserves. Fayer devait attraper le coupable. Depuis quelques semaines, les heures qu'il passait à la chasse étaient réduites à néant. Il prépara alors un piège, il était très simple. La nuit prochaine, il ferai semblant de dormir après avoir placé l'appat -une belle carcasse de lièvre- près de lui. Son traquenard devait réussir. Gardant son couteau contre lui, il ferma les yeux pour se concentrer sur ses autres sens. Il attendit une heure et dû lutter pour ne pas s'endormir avant d'entendre quelque chose. Au bout de quelques instants, les sons se rapprochèrent et il put distinguer de légers bruits de pas que des oreilles humaines n'auraient pas décelées. Lorsqu'il put entendre la respiration discrète du pique-assiette, il bondit puis le plaqua au sol. La petite chose qu'il avait capturé se débatait. Elle se retourna tout en gigotant et lui mordit l'avant bras jusqu'au sang. Fayer lacha prise en étouffant un cri de surprise. Il fit alors face à l'intrus. Il avait vu juste, la créature qu'il avait devant les yeux n'avait rien d'un cochon sauvage. "Un gosse ?" s'étonna-t-il. Et c'était un garçon d'après ce que révélait sa nudité. Narung se tenait entre lui et la sortie. Le garçon en avait conscience et grognait en montrant les crocs. L'homme s'approcha doucement puis s'arrêta, l'autre se plaquait à la parois rocheuse en ayant l'air encore plus menaçant.
"Je...Désolé si je t'ai fait mal petit...Tu n'as pas à avoir peur ni à te méfier, je ne te ferai aucun mal..."
Fayer lui-même n'aurait pas cru à ses paroles s'il avait été à la place du gamin. Il lui avait sauté dessus en hurlant "AH-AH j'te tiens !!" avec ce petit air de psychopathe mal luné bien à lui. N'importe qui se méfierait. En plus de ça c'est lui qui avait mal...
Pour lui prouver sa bonne foi, il lui lança le lièvre qui atterrit à ses pieds. Puis sous les yeux ébahi du vagabond, l'enfant devint loup. Il attrapa la proie dans sa gueule et s'enfuit frôlant Narung à toute vitesse pour rejoindre la masse rassurante de la forêt.
"Euh...Au revoir... Ah ça, je l'avais pas vu venir !"
Il s'assit, abasourdis, puis se coucha tout en faisant le bilan de sa journée. Pas de cochon sauvage finalement... Ni d'oiseaux comploteurs non-plus... Mais un lycan, un autre lycan. Il n'était plus seul.

Après l'incident, les semaines passèrent sans qu'ils se recroisent. Néanmoins, Narung sentait sa présence. Pour tenter d'établir le contact, il plaça délibérément de la nourriture autour du camp. Il accrochait des ficelles aux arbres au bout desquelles pendaient des écureuils. Tout disparu bien sûr, mais il n'était pas certain de l'identité de celui qui se régalait de ses victuailles. Le doute ne fut plus permis lorsqu'il trouva lui aussi de petits animaux morts dans son 'chez lui'. Ce devait être des cadeaux du petit garçon qu'il nourrissait pour faire copain-copain avec lui. Il le remerciait sûrement pour sa générosité et sa bienveillance naturelle. Ou alors le climat en Thaodia avait beaucoup changé ces derniers temps et il pleuvait des rats morts. Peu à peu, l'enfant semblait prendre confiance. Bien entendu il gardait une distance de sécurité entre eux deux. Mais Fayer arrivait maintenant à l'apercevoir. Souvent, la nuit, il pouvait observer dans les buissons ses deux grands yeux jaunes qui luisaient à la lumière des flammes. Il leur lançait alors un morceau de viande, et les deux éclats dorés disparaissaient dans l'obscurité. Un jour, alors que Narung courrait après une biche dans la forêt. Quelque chose sauta d'une branche d'arbre, pour se changer en un petit loup noir. Ce dernier fondit sur la bête, qui prise par surprise se fit saisir par le cou et mourut sous le choc. Le plus agé des deux loups s'était arrêté pour observer la scène. L'autre releva son museau couvert de sang. Il semblait attendre quelque chose. C'est alors que Narung s'approcha, doucement d'abord puis voyant que le louveteau ne bronchait pas, en accélérant le pas. Quand il arriva près du cadavre, le plus jeune arracha une pièce de viande et commença à la dévorer. Il l'imita. Ce fut le premier repas et la première chasse qu'ils partagèrent. D'autres s'ensuivirent.
Peu de temps après, ils dormaient ensemble, et l'enfant se sentait pour la première fois en sécurité. Après quelques jours passés à poser des questions qui n'obtenaient jamais de réponse, Narung se dit que le gamin n'avait peut-être jamais appris à parler. Il décida de le garder avec lui pour y remédier. De plus, un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal. Il se dit que la première étape était de lui donner un nom. En effet l'appeler "petit" n'était pas très reluisant. Il le nomma Sev Gayl, affirmant que c'était approprié. Les mois passèrent, et leur relation évolua pour devenir celle d'un père et d'un fils. Sev sortit petit à petit des mots en plus des sons bizarres que Narung qualifiait de 'grognements communicatifs'. En plus du langage, il lui enseigna de nouvelles techniques pour se nourrir. Fayer lui appris à poser des collets et à pêcher. Gayl se révéla doué aux deux. En revanche quand l'autre tenta de lui apprendre à se servir d'un arc, il se révéla catastrophique. Il trouvait ça trop encombrant et préférait attraper lui-même ses proies. L'adulte essaya de lui rappeler qu'avec les collets c'était la même chose, mais il ne voulut rien entendre et se contenta de hausser les épaules. Ensuite, Narung lui montra comment se défendre.

"C'est comme la chasse, sauf que là c'est toi qui est chassé. Donc même si celui qui veut ta peau est plus gros que toi -et vu ta taille, il le sera sûrement souvent- tu peux quand même réussir à l'avoir. Pense toujours à attaquer le cou et l'abdomen... Tu sais le ventre ? En général la peau y est plus fragile. Ne le laisse surtout pas te dominer, ne montre pas ta peur, c'est comme ça qu'on fini en dessert. Ah et surtout, s'ils sont plusieurs, part en courant et ne te retourne pas. S'ils sont très gros, va vers la forêt, ça freinera leur course..."

Narung ne se rendit compte de l'éxistence des voix de son petit protégé, que quand il comprit que Gayl, quand il parlait, ne s'adressait pas toujours à lui. Il tenta de se renseigner sur l'identité des interlocuteurs de Sev. Mais il n'obtint pas réponse exploitable. Peut-être communiquait-il avec les dieux eux mêmes ?! Décidément ce petit devait être béni par Annushka. Il lui demanda donc si les voix étaient plutôt féminines et si elles avaient l'allure divine. Mais il abandonna en se souvenant que le garçon n'avait jamais ni vu ni entendu de femme. "Le pauvre..."
Il maudit sa curiosité débordante lorsque Gayl lui demanda de lui expliquer ce qu'était une femme. Il éluda la question en poussant un "J'ai faim pas toi ?". Son cerveau n'était pas au point pour l'explication prolongée d'un mot compliqué à un gosse au vocabulaire limité.

Ils vécurent ainsi pendant environ quatre ans. Lorsque Sev trouva le corps de son père, il cru d'abord qu'il s'était endormi. Mais il ne se réveillait pas, c'était comme quand il brisait la nuque des oiseaux qu'il attrapait. Il en avait d'ailleurs eu trois qu'il comptait partager avec lui jusqu'à ce qu'il le trouve tout raide... Il se rappela que Narung disait des proies qu'elles étaient mortes. Et d'après lui toujours, c'était définitif. Mais qui avait pu rendre son précepteur à l'état de proie ? Il était pourtant un loup très fort, et quand il combattait d'autre créatures dans la forêt, il ressortait toujours vainqueur. Mais pourquoi avoir tuer Narung pour ne pas le manger après ?Peut-être voulait-il prévenir d'autres animaux pour le transporter jusqu'à sa propre tanière. Sev faisait ça souvent avec Narung lorsque le résultat de sa chasse était trop encombrant... Mais s'il avait été battu par une bête elle devait être gigantesque... Un autre détail le dérangea, s'il avait été attaqué, il aurait dû avoir des traces de griffes de cornes ou de dents. Rien de tout ça... Peut-être avait-il avalé une mauvaise plante. Ca n'avait pas vraiment d'importance, Narung Fayer l'avait abandonné, il était seul... Il se sentait vide, mais pas parce qu'il avait faim, c'était autre chose. Une autre émotion, et il n'aimait pas cette émotion même s'il ne savait pas ce que c'était. * C'est de la tristesse à vrai dire Sev... Je t'en avais parlé, souviens-toi...*lui sussura une de ses voix. Il sursauta, cette voix était celle de Narung. Pourtant il ne l'avait pas vu bouger les lèvres. Il comprit alors que son père ne l'avait pas abandonné, il était là, dans sa tête.
Soudain Gayl se figea, il avait entendu un bruit. Un craquement de feuille pour être éxact. Quelque chose l'observait. Si le garçon n'avait pas eu des oreilles humaines, on les aurait vu se coucher. Le prédateur était revenu chercher Fayer pour le manger ! Une dizaine de voix se mirent à lui chuchoter qu'il devait s'enfuir et se cacher. Il leur obéit en emportant les oiseaux qu'il avait chassé. Il ne revint jamais au campement. Bien-sûr, il ne sut jamais que le monstre terrifiant qui avait eu la facheuse manie de faire craquer des feuilles mortes ce soir là, était en fait un cochon sauvage qui poursuivait des glands. Mais, après tout, peut-être avait-il un lien avec la mystérieuse mort de Narung Fayer ? Ca personne ne le saura jamais... Car tout le monde sait que ces créatures-là gardent très bien leurs secrets.
Quant à Sev Gayl, une année a passé et il chasse toujours en solitaire. Peut-être le trouverez-vous sur votre route ?
________________

Code : Vu par une pirate rousse
Comment es-tu arrivé ici? Metter Lingh me l'a conseiller, enfin disons plutôt qu'elle en a beaucoup parlé et que j'ai décider de venir voir par moi-même...
Que penses-tu du forum pour le moment? Le forum dans son ensemble a l'air pas mal (j'ai pas encore eu le temps de fouiner partout mais ça viendra ^^), et techniquement si je m'y inscris c'est qu'il doit bien me plaire ^^. (en plus y a des were-wolf...)
Voulez-vous un parrain? Je vais essayer de me débrouiller seule, ça risque d'être comique (au moins je vous aurai prévenu ^^)

Je pense que vous aurez tous compris que j'aime les petits yeux angles droits et les cochons sauvages...^^


Dernière édition par Sev Gayl le Jeu 19 Juil 2012 - 1:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sev Gayl : l'enfant-loup   Mer 18 Juil 2012 - 0:25

Bonjour Sev Gayl,

J'aime bien ton histoire ; le fait que ton personnage ait été "éduqué" par un autre lycan et qu'il est vécu hors des siens... Smile

Par contre, j'ai pu dénicher quelques fautes mais c'est pas bien grave !
Des oublis d'accents sur des -a- et sur des accords pour les masculin-pluriel !

Et sinon, tu parler d"hiver" dans ta description physique ; Il n'y a pas de saisons sur Ephaelya.

Je te donne quand même mon premier "Oui" en espérant que tu corriges ces petites erreurs ! Il te manque l'accord d'un de mes collègues pour être validé !

Bonne continuation et n'oublies pas te te trouver un avatar ! Wink



Dernière édition par Thargas Kor'gosh le Jeu 19 Juil 2012 - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skul Sarihn
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 382
Métier : Guide Spirituelle de Sang-Chaud
Alignement : Neutre / Bon.
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : Moins de tensions ces derniers temps. La seule étant réellement présente : celle envers Croc-Noir.
Double Compte : Emrys Dalmore

Feuille de personnage
Réputation: 600
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sev Gayl : l'enfant-loup   Mer 18 Juil 2012 - 21:32

Bonjour et bienvenue petit Loup !

Je t'accorde mon oui ! Une très belle qualité d'écriture, je n'ai décelé aucune faute majeure, bref tout est parfait ! Une belle idée que d'incarner un enfant sauvage !

Je t'accorde alors mon "oui" en espérant que tu rejoignes vite la meute de Sang-Chaud pour que je puisse te prendre sous mon aile ! (non je ne fais pas ma pub de guide spirituelle super-méga-intentionnée ! Bref ! Bienvenue sur les terres d'Ephaëlya !

_________________
This animal I have become ....


It is the real me !

En possession du parchemin "Murmure de Gaïa", lui conférant le pouvoir de communiquer avec les animaux sauvages et créatures d'Ephaëlya.



[♦️ Capture de ma chimère de feu : Ici.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sev Gayl
Ephaëlyen experimenté
avatar

Messages : 288
Alignement : Chaotique, bon
Ennemis : La faim, le froid et la soif ...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sev Gayl : l'enfant-loup   Jeu 19 Juil 2012 - 0:47

Pour les accents manquants sur les "a", les seuls que j'ai repéré sont sur les majuscules et je sais pas les faire sur les majuscules. Pour les saisons, j'avais oublié ce détail et je vais le corriger. Ensuite pour l'avatar je n'en ai pas trouvé qui rappelait Sev.
Quant à l'invitation à rejoindre la meute des sang-chaud je vais y réfléchir mais l'offre est très alléchante ; ensuite merci d'avoir pris la peine de commenter mon texte, ça m'a fait très plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sev Gayl : l'enfant-loup   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sev Gayl : l'enfant-loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remus J. Lupin
» Gijinkas
» Enfant de Loup - Vortigern
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Présentations validées :: Lycans-