Partagez | 
 

 Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Lun 23 Juil 2012 - 21:09


 J'avais marché pendant des heures avant de trouver cette petite clairière, l'endroit idéal pour passer la nuit. Enfin, si l'on exceptait les étranges bruits que j'entendais et dont j'espérais qu'ils étaient à l'origine de petits animaux inoffensifs, et les ombres inquiétantes produites par le feu que j'avais allumé. Tout, autour de moi, s'était teinté d'orangé, et cela ne faisait que plus ressortir la noirceur du lieu. Je frissonnai, peu rassurée.
J'avais des raisons de me méfier : j'avais déjà été attaquée une fois depuis que j'étais entrée en Thaodia. Cette contrée recelait bien des dangers...
 Je donnai une dernière caresse sur le museau de ma monture et m'enveloppai dans mes couvertures. Je laissai le feu allumé, cela m'aiderait à dormir. Sans m'en rendre compte, je fermai les yeux et sombrai dans le sommeil, la lumière rougeoyante toujours imprimée sur mes rétines. Ma dernière pensée fut que j'étais bien heureuse que cette maudite neige ait disparu.
_____________________________________________________________________________________________________________

 Astralÿs était toujours dans la forêt, mais cette forêt-ci était bien plus accueillante. Les arbres étaient plus espacés et avaient plus d'envergure. Ils paraissaient de bienveillants géants centenaires, gardiens des lieux. La terre était douce et tiède sous ses pieds nus. Des brindilles craquaient parfois, notes discordantes dans le chant mélodieux des oiseaux. Le soleil perçait à travers les frondaisons, produisant des piliers de lumière un peu verte qui éclairaient l'endroit. La jeune elfe était emplie d'un bonheur sans limites. Elle se mit à courir en riant, faisant fuir quelques lapins terrifiés sur son passage.
 Mais bientôt, elle n'eut plus envie de rire. L'obscurité était là, et il faisait froid. Chaque arbre ressemblait à présent à un pilier d'onyx sortant droit des entrailles de la terre. Des feuilles mortes tombaient en tourbillonnant dans un ballet sinistre et sans fin...  Astralÿs s'arrêta net, immobile, et regarda avec nostalgie les feuilles tomber. A part cela, tout était immobile, même l'air. Un petit vent glacé la fit frissonner, jouant un instant avec ses longs cheveux, et elle croisa les bras sur sa poitrine en quête d'un peu de chaleur. Elle s'assit au sol, intimidée. Elle voulait partir d'ici, mais ne savait pas comment. Le silence régnait, envahissant, oppressant.
 La jeune elfe avait l'impression d'être dans un rêve qui ne tarderait pas à tourner au cauchemar, sans pour autant se douter que c'était peut-être le cas...

Et, dans toute cette immobilité, quelque chose bougea avec un bruissement. Astralÿs se leva en un bond, sursautant, et se remit à courir. Haa. Haa.
 Elle ne savait pas ce qu'elle fuyait, mais elle avait l'intuition que plus elle en serait loin, mieux elle s'en porterait. Elle sautait par-dessus des racines noueuses aux allures de doigts griffus et difformes, se faufilait entre les broussailles, passait sous les branches basses dans sa course effrénée. Haa. Haa.
 Essoufflée, elle se réfugia entre deux racines d'un chêne particulièrement imposant. Elle pensait être bien dissimulée, ici. Son cœur battait vite et fort, sous l'emprise de l'angoisse et encore sous l'effet de sa fuite.
 De ses grands yeux bleus, la jeune elfe scruta la pénombre avec appréhension. Rien. Elle lâcha un long soupir de soulagement, sans se rendre compte que, quelques mètres derrière elle, une ombre grandissait en s'approchant...


Où finit la lumière...

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Astralÿs Mae-noTelii le Dim 29 Juil 2012 - 20:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mer 25 Juil 2012 - 7:27



Où finit la Lumière et commence l'Ombre ~

La fin de la nuit tombait un peu plus tôt que ce que je n’avais prévu, j’avais dû rentrée, forcé à la course pour ne pas terminer carbonisé par les rayons mortels du soleil. Je rageais quelque peu, je n’avais pas eu le temps de mettre fin à mon travail en extérieur et avais dû laisser filer cette occasion de me faire un peu plus connaitre parmi mon peuple. Peuple encore en en misère face à la destruction de la cité et ravagé par la neige, blanche, mais emportant avec elle un mal immense. Il m’était difficile de laisser le peuple reconstruire sa confiance en moi en si peu de temps, les vampires son loin d’être des personnes charitable qui ont le cœur sur la main et le pardon facile. J’étais tout simplement épuisé… Je me laissais choir sur le lit une fois les rideaux de la pièce fermés, bien que la lumière ne pénétrait pas vraiment l’endroit, et je me laissais tomber dans un sommeil lourd et profond.

____________________

Je quittais lentement cet endroit morne et gris qu’était ma demeure pour sans savoir par quel chemin ou quel miracle je m’étais retrouvé dans cette forêt aux allures allègres. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans un endroit pareil, le cœur anormalement léger et l’esprit sans autre soucis que celui d’où je pouvais bien me trouver. Je ne me souvenais pas d’une forêt comme celle-ci dans les alentours de Màvreah.

Les oiseaux chantaient perchés sur les branches d’arbres centenaires au feuillage danse dans lequel la lumière du jour faisait ressortir plusieurs teintes de vert. Les ombres dansantes et les libellules qui passaient parfois tout près de moi donnait à l’endroit un côté mystérieux et étrangement enjôleur que je ne saurais expliquer. Mais attendez… j’ai bien mentionné le soleil qui passait au travers des feuilles, faisant planer des colonnes de lumières qui ne me brûlaient pas la peu?

Je regardais alors ma main baignant dans la lumière comme si elle ne faisait plus partie de mon corps. Aucune douleur, aucune brûlure ne me faisait hurler de douleur alors que j’étais complètement immergé par les rayons de chaleur. Je n’y comprenais rien… Étais-je vraiment le monstre que j’étais devenue? Ou toujours humain? Je ne savais pas… C’est à ce moment que l’atmosphère bascula, alors que je cédais lentement à la panique, un rire de femme heureuse retentit, mais me glaça le sang tellement il était décalé avec l’ambiance qui régnait désormais.

Quelques bestioles détalèrent, terrifiés par je ne savais quel chose qui se cachait dans la forêt devenue hostile et effrayante. La forêt se mourait littéralement, les feuilles vertes et pleines de vie se mirent à tomber, m’obstruant un peu la vue tellement il y en avait. Je me mis à courir pour ne pas me retrouver noyer sous les végétaux et ne pas mourir avec la forêt devenue sombre et froide en un clin d’œil.

Le vent glacial soufflait, me rappelant ma condition de créature de la nuit quand je touchais ma peau découverte, qui étant humain, aurait dû pulser d’une douce chaleur. Je voulais fuir ce mal et retrouver cette sensation de bien-être de la première forêt, retrouver cette sensation d’être humain, d’être en vie, mais je ne pouvais, je devais courir, courir encore pour ne pas me faire engouffrer. J’avais l’impression de courir dans de l’eau… cet effort rigoureux se voyait plutôt inefficace, mais je parvins à m’en sortir. Je me retrouvais devant un arbre ô combien imposant contre tous les autres qui avaient été asséchés et noircies par la mort de la forêt. Refusant de m’arrêter face à ce géant je me glissais entre ses branches, le souffle court, j’essayais de calmer ma respiration, ne sachant plus du tout ce que je fuyais.

Les racines de ce chêne étaient immenses, je me promenais entre celle-ci sans trop savoir pendant encore combien de temps j’allais m’engouffrer là-dedans. Il me semblait ne pas être seul réfugié dans cet arbre, j’ignorais cependant s’il ne s’agissait pas de ce que j’avais craint. Si tel était le cas je devrai encore courir, j’avais bien trop peur pour affronter cette chose. La vérité est effrayante sous sans toutes les fioritures dont on l’entourait…

Ma respiration s’était calmé, je ne faisais plus aucun bruit, me confondant même parmi les ombres. C’est là que je l’aperçus, cette petite chose qui semblait tout aussi effrayé que moi et qui me rappelais vaguement une forme humaine recroquevillé entre deux grosse racines. Je m’approchais doucement, ne pas l’effrayer était important. Elle semblait sans défense, elle était sans défense, me tournant le dos ainsi à moi, bête assoiffé de sang. Allait-elle seulement sentir ma présence? Et peut-être avoir le sursis d’une minute ou deux avant que mes crocs ne s’enfonce dans sa chair? Avais-je simplement envie de la faire hurler un peu de terreur? Que le cauchemar se continue dans la joie et l’allégresse des cris d’épouvantes que pousserait cette petite chose sous mes griffes.

J’étais là à guetter le moment propice, le moment idéal ou je bondirais sur elle et la viderais de son sang.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra


Dernière édition par Alistair Luen le Dim 12 Aoû 2012 - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mer 25 Juil 2012 - 22:07

... et commence l'ombre
Inspire. Expire. Une fois, une autre... Petit à petit, Astralÿs s'était calmée, blottie entre les racines. Elle n'était plus si sûre que cet endroit était une bonne cachette, il était trop à découvert. Lentement, silencieusement, elle se redressa. L'obscurité était plus dense, plus inquiétante que jamais, mais il ne semblait pas y avoir de vie aux alentours : l'endroit était mort. La jeune elfe fit trois ou quatre pas prudents, ses pieds nus ne faisant pas plus de bruit que les pattes d'un chat sur le lit de feuilles mortes. On aurait juré que ses cheveux émettaient une vague lumière dorée, la seule lumière alentours. La tension qui régnait dans l'air était presque palpable.
Astralÿs tourna lentement sur elle-même, à la recherche d'une cachette plus sûre, mais ne distinguait que de vagues formes sombres et anonymes. Soudain, elle s'immobilisa. L'une de ces ombres dont était faite la forêt n'avait pas la forme noueuse et étrange des autres. Elle avait une forme plus régulière, et très familière. Elle avait forme humaine, la forme d'un homme. Elle n'était pas seule ! Sentant son cœur faire un bond dans sa poitrine, la jeune elfe s'avança un peu, jusqu'à pouvoir distinguer sur le visage de l'inconnu un air un peu effrayé. Elle sentit son aura autour de lui... C'était une aura morte, une aura sanglante dans laquelle perçait un léger sadisme. Comme si elle avait pris une gifle, l'elfe recula en titubant, inspirant une lampée d'air qui siffla dans sa gorge sous l'effet de la peur.

Cet homme était un vampire, elle en était certaine. Il fallait qu'elle fuie... Elle trébucha contre la racine près de laquelle elle se tenait quelques instants plus tôt, et bascula en arrière. Elle se ramassa douloureusement sur le dos et en eut le souffle coupé, des étincelles rouges clignotant un instant devant ses yeux. Elle continua de reculer, s'aidant de ses mains, animée par sa terreur irrationnelle. Elle ne savait pas si le vampire voulait l'attaquer, mais elle s'en fichait : invariablement, plus loin de lui elle se trouverait, mieux elle s'en porterait. Les vampires, même si elle savait qu'ils n'étaient pas tous mauvais – elle en avait rencontré un très gentil, un jour – étaient sa phobie, son cauchemar.
En temps normal, elle se serait contentée de s'éloigner... Mais on ne pouvait pas appeler ce moment « temps normal ». L'ambiance était bien trop glauque, et dans l'obscurité la jeune elfe perdait tout ses repères, ce qui n'était pas pour la rassuer.

Et, d'un coup, il n'y eut plus de sol. Une nouvelle fois, Astralÿs bascula dans ce qui semblait être un trou. Désespérément, elle en griffa les parois pour se raccrocher à quelque chose. Au bout de deux secondes de panique, sa main se referma sur un bout de racine. Elle l'agrippa à deux mains, le souffle court et ses jambes sa balançant dans le vide. Mais que venait faire ce trou ici ? C'était aussi vrai qu'improbable... La jeune elfe risqua un coup d’œil en contrebas, pour juger la profondeur de la faille, et déglutit. En bas, il n'y avait rien. Rien que le noir. A supposer qu'il y ait un fond – car elle avait l'étrange sensation qu'il n'y en avait pas et que, si elle lâchait son frêle bout de bois, elle tomberait à l'infini – celui-ci se trouvait à plus de vingt mètres de profondeur. Alors que faire ? Si elle remontait, elle devrait se confronter au vampire, si elle lâchait, elle se fracasserait les os sur le sol, beaucoup plus bas. Ou si, comme elle le pensait, le trou n'avait pas de fin, elle chuterait jusqu'à mourir de soif, de fatigue ou de faim.

La jeune elfe raffermit sa prise et déglutit. Entre l'inconnu et le connu, elle préférait le second choix. De plus, le vampire ne nourrissait peut-être pas de mauvaises intentions à son égard... elle l'espérait. Aussi, elle se résigna à essayer de remonter et à faire face à sa pire crainte, faire face au vampire. Restait à savoir comment remonter. Prudemment, elle sonda la paroi de son pied gauche pour essayer de trouver une faille, une anfractuosité qui lui permettrai de prendre un appui pour l'escalade. Elle en trouva une, à son grand soulagement, et glissa ses orteils dedans. Elle se hissa ensuite jusqu'à la branche à laquelle elle s'était accrochée, et se mit debout dessus en attrapant un bout de roche de ses deux mains.
A partir de là, elle était coincée. Elle eut beau chercher encore et encore une prise, ce fut en vain. Une sueur froide coula dans son dos, la faisant frissonner. Elle était donc perdue. Elle allait finir par lâcher et être précipitée au fond de la terre. Elle allait disparaître ainsi, discrètement, sans laisser sa trace dans ce monde, alors qu'il lui restait tant d'années à vivre... C'était fini. A moins que...
Elle pouvait demander de l'aide au vampire, s'il était toujours là. C'était la seule chose à faire.
L'elfette prit donc une inspiration et se prépara à appeler.

« Heu... Hé ho ! Vous êtes toujours là ?... Vous pourriez m'aider, s'il vous plaît ? »

Il ne restait plus qu'à attendre. Elle espéra de toutes ses forces que le vampire ne soit pas un fruit de son imagination, son ombre se confondait tellement avec toutes les autres. Quelques feuilles mortes tombaient encore, tout était silencieux.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mer 8 Aoû 2012 - 8:42

Cette petite chose semblait illuminer dans la noirceur glauque de l’endroit, je la surveillais étroitement, ne la quittant pas une seconde de mes yeux qui devaient briller d’une lueur malsaine. Je la voyais qui s’avançait vers moi, je ne bougeais pas, m’avait-elle seulement vu? Un sourire carnassier se dressa lentement sur mon visage, laissant luire mes crocs dans le noir, grâce à la douce lumière que dégageaient ses cheveux dorés. L’expression de son visage changea rapidement lorsqu’elle fut assez près de moi pour distinguer les traits de mon visage pâlot, frayeur et crainte se lisaient sur son minois. J’en souris que d’avantage, elle avait sentis le danger qui m’entourait, qui la visait sans aucun doute. Évidement elle ne resta pas figée là, comme si nous nous étions transformés en aimant et que nous nous répulsions à cause du même magnétisme, l’elfe détala dans l’autre sens, s’éloignant sans remords. Plus solidement ancré dans le sol, je restais sur place, mon magnétisme plus puissant que le sien, mais ma proie était en train de filler loin de moi. Je n’avais pas bougé, je n’en avais pas besoin, elle s’était prise les pieds sans une racine et s’échouait lamentablement sur le sol alors que j’avançais lentement vers elle.

Je faillis rire d’une manière absolument méprisante et sardonique en la voyant ramper pour m’échapper aussi pathétiquement sur le sol recouvert de feuilles mortes et de poussière. Je me figeais en la voyant basculer dans le vide, elle avait disparu subitement, aspirer dans un grand trou qui venait de se former dans le sol. Des arbres s’engouffraient également dans la fente béante qui s’était formé si soudainement. Je ne bougeais plus, quelque pas de plus et j’avais failli finir au fond de ce trou noir moi aussi…

J’attendis que tout redevienne calme avant de bouger à nouveau, surprit par le son que la terre avait fait en se déchirant, je secouais un peu la tête. Le cri des entrailles de la terre... ça donnait froid dans le dos… même pour moi… créature au sang glacé… Je m’avançais lentement vers le bord de ce gouffre, persuadé qu’il ne resterait rien de ce qu’il avait avalé et que je me retrouvais seul dans ce cauchemar…

« Adieu petite chose… » Murmurais-je pour celle qui fut presque mon repas l’espace d’un instant et qui avait tragiquement terminé son existence dans le ventre de la terre…

Je regardais un instant dans le vide, sans trop oser m’approche du précipice au cas où les contours s’effriteraient et me feraient tomber à l’intérieur à mon tour. Je jugeais rapidement que le retour en arrière de cette situation ne se proposait et n’existait pas et allait rebrousser chemin lorsque j’entendis l’écho d’une petite voix qui m’appelait visiblement. Je m’arrêtais, surpris que le gouffre me parle ainsi et par sa voix si fluette pour un monstre comme celui-ci. Il me demandait mon aide, mais mon aide à quoi? Comment je pouvais aider un vide sans fond? En le remplissant? Hors de question que je me jette dedans pour le rassasier! Je me mis à rire nerveusement, et bruyamment, enfin… l’écho amplifiait pas mal les ondes sonores.

« Moi t’aider? » Nouveau rire sec cette fois-ci et je m’avançais à la limite du gouffre pour le narguer. Je vis alors la petite chose lumineuse accrochée à une racine, terrorisée. C’était elle qui appelait à l’aide… pas le trou… Sans même me sentir complètement idiot je m’accroupissais sur la pointe des pieds - ce n’était pas le moment que le vent souffle trop fort et me fasse perdre l’équilibre - et je regardais dans sa direction le visage paré d’un sourire trahissant tous les vices qui habitaient mon âme. « Si je te laisse-là, qui viendra t’aider? Surement pas les racines… celle sur laquelle tu te tiens à l’air sur le point de craquer~ Mais si je te tends la main pour te sortir de là, tu te sauveras comme tout à l’heure? Peut-être même que tu me pousserais dans le trou à ta place… Ce serait dommage de t’avoir fait confiance… » Je souris encore un peu, cette fois plus mesquinement. « Alors, Petite Chose, je te sors de là ou pas? » Je tendais alors la main vers elle, pas assez pour qu’elle ne l’attrape, mais pour lui montrer que j’avais le contrôle sur sa misérable vie.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mer 15 Aoû 2012 - 0:49


L'elfe raffermit sa prise nerveusement. A présent qu'elle était aux portes de la mort, il lui apparaissait que la vie était la chose la plus merveilleuse qui fût. Elle s'y accrochait désespérément, elle voulait tout faire pour survivre. Il lui restait tant de choses à vivre, à éprouver... Et elle tenait absolument à voir longtemps encore le soleil se lever chaque matin et se coucher quand vient la nuit. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Le vampire tardait à répondre... Et soudain, un rire fort retentit plus haut. Un rire un peu nerveux qui avait des allures de folie, aux yeux de la jeune elfe. Mais peut-être que cet aspect n'était qu'un fruit de son imagination dû à l'ambiance du moment...

« Moi t'aider ? »

Le ton était moqueur et ces deux mots furent suivis d'un nouvel éclat de rire, plus bref. Astralÿs sentit son cœur sombrer. Elle ne pouvait donc pas compter sur l'aide de cette créature nocturne... Elle était condamnée. Les larmes montèrent de nouveau, et ce fut alors qu'elle tentait de les refouler qu'elle entendit un pas s'approcher du bord du gouffre. L'instant d'après, la silhouette sombre de l'homme se dessina. Elle pouvait distinguer de là où elle était ses crocs et ses yeux luire, et elle déglutit. Le vampire s'accroupit, si dangereusement instable qu'au moindre déséquilibre il était susceptible de se retrouver dans la même situation qu'elle. Elle voyait à présent les traits de son visage, qui formaient pour le moment une expression purement sadique. Le vampire dévoilait ses dents pointues dans un sourire inquiétant et malsain – plus un rictus qu'un sourire.

Astra décida de tout tenter, absolument tout, pour le convaincre de la sortir de là. Elle éprouvait une détermination qu'elle avait rarement. Elle n'eut soudain plus du tout envie de pleurer, bien que le désespoir soit encore là. Le vampire au rictus prit de nouveau la parole, semblant lister les raisons qui pourraient le pousser à lui venir en aide, pesant le pour et le contre. Et il y avait plus de contre que de pour... C'était comme s'il s'adressait à la fois à lui-même et à elle, et l'effet était plutôt réussi : il jouait, sadique, comme un chat jouait avec une souris ou un poisson hors de l'eau. Pour lui montrer à quel point, dans ce moment, il avait du pouvoir sur sa vie, il tendit la main, l'agitant juste assez haut pour que l'elfette ne pût pas l'attraper.

Comme pour confirmer les dires du vampire au rictus, la racine sur laquelle elle reposait émit un craquement inquiétant. Tout n'était plus qu'une question de minutes, voire de secondes.

« Alors, Petite Chose, je te sors de là ou pas ? »

Astra détesta immédiatement ce qualificatif de « Petite Chose ». A ses yeux, cela montrait que Rictus la considérait comme quelque chose de faible, vaguement humain et à peine capable de sentiments. Elle brûla, l'espace d'une poignée de secondes, de répliquer qu'elle ne s'appelait pas ainsi, mais sa raison l'emporta. Il n'était pas bon de se montrer désagréable avec une personne qui tenait sa vie entre ses mains, fût-elle insultante à l'extrême. La jeune elfe s'employa alors à trouver les mots qui pourraient décider Rictus de la tirer de ce faux pas.

« Je te jure – elle insista sur ce mot – que si tu m'aides, je ne te précipiterai pas dans l'abîme. Je ne suis pas cruelle... »

Elle ne put s'empêcher d'ajouter, dans un murmure presque imperceptible : « Pas comme toi... »
Elle regretta aussitôt. Rictus l'avait-il entendue ? Il ne valait mieux pas pour elle. Elle poursuivit, empêchant comme elle pouvait sa voix de trembler. Le tutoiement était venu tout seul dans cette situation désespérée, puisque le vampire l'avait employé également.

« Quant à me sauver... tout dépend de si tu comptes – elle hésita – euh... me... me faire du mal. »

En regardant l'air maléfique de Rictus, Astralÿs supposa immédiatement que la réponse serait « oui ». Elle poursuivit donc comme elle pouvait.

« Mais de toute façon, je doute fort que je puisse m'enfuir... Enfin, je promets de ne pas le faire dans l'immédiat. »

L'elfe avait conscience que son argumentation n'était pas des meilleures. Elle ferma un moment les yeux, comme pour faire un dernier adieu à la vie. Elle était plus consciente que jamais des battements de son cœur. Soudain, il fut trop tard. La racine cassa, et elle se retrouva de nouveau les pieds dans le vide. Fébrilement, elle parcourut la paroi du trou de ses orteils jusqu'à finalement trouver une autre racine, minuscule, qui ne résisterait pas plus d'une minute. Son poids était à présent retenu en majeure partie par ses bras, qui étaient parcourus de tremblement. Elle ne tarderait pas à céder, malgré elle. Levant des yeux implorants vers le vampire au rictus, elle lâcha dans un souffle :

« Sors-moi de là. S'il te plaît. »

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 4 Sep 2012 - 19:41

Comme je m’amusais à la voir se cramponner solidement à cette petite racine qui menaçait de craquer et de la faire tomber dans ce gouffre d’un moment à l’autre. Sa survie ne comptait que sur moi et ma « bonne » foi, je pouvais la tirer de là en moins de deux, mais aussi la faire languir encore un peu. Je l’observais avec attention, la main toujours tendu dans le vide, juste un peu trop loin pour qu’elle ne puisse la saisir. L’elfette essayait de me convaincre qu’une fois sortie d’affaire, elle ne me jetterait pas dans l’abime, mais j’en restais peu convaincu. Comment pouvait-elle juger si elle était cruelle ou non? Elle ne semblait pas l’être, son air innocent, surtout en cet instant où elle vacillait entre la vie et la mort. Je captais les mots qu’elle prononçait à voix basse, mais fit comme si je ne les avais pas entendus. Un sourire sournois se dressait pourtant sur mon visage, presque imperceptible, mais bien présent.

« Mais dis-moi, si je ne te tire pas de là et te laisse tomber au fond de ce trou, si seulement il y a un fond, te ferais-je du mal? Alors comment peux-tu affirmer qu’en te sortant de là je compte t’en faire, puisque en t’évitant la chute je te ferais du bien? »

Je passais la langue sur l’un de mes crocs, tirant plaisir à la faire mijoter sur place. Je savais pourtant que si je voulais continuer de la tourmenter je ne pourrais pas la laisser tomber. Ses faibles argumentations ne m’auraient en temps normal pas suffit, mais elle avait promis et si une chose était encore juste chez moi c’était l’honneur d’une promesse tenue.

La situation devenait urgente, j’eus un léger tressaut quand la racine craqua pour de bon, pensant que je venais de la perdre pour de bon, mais cette petite chose était tenace et se tenait encore accroché à la paroi du bout de ses orteils. Je savais par contre que la minuscule racine de rechange ne tiendrait pas plus que la première, et lorsqu’elle me supplia enfin de la sortir de là, je tendis un peu plus la main vers elle pour l’agripper et la hisser hors du trou.

Légère, je n’éprouvais aucun mal à la tirer par le bras et la remonter alors que les bords du précipice s’effritaient peu à peu. Je l’éloignais par la même occasion du trou, qui sait, si elle voulait vraiment me pousser dedans, mieux valait se méfier. Je ne lâchais toutefois pas son bras, elle avait parlé de ne pas s’enfuir dans l’immédiat, mais comment pouvais-je savoir à quel moment elle comptait le faire. Je posais donc mes yeux sombres sur cette elfe, sans cacher ce sourire malicieux, mais toutefois sincère de l’avoir sortis de là.

« On est mieux sur ses pieds que dans le vide non? Tu n’es pas blessé Petit Chose? » Je ne lui demandais que par principe, elle ne semblait pas s’être fait mal dans la chute, mais sans doute avait-elle eut plus peur.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra


Dernière édition par Alistair Luen le Mar 2 Oct 2012 - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 8 Sep 2012 - 19:05


Astralÿs aurait pu répondre quelque chose au vampire. Elle aurait pu lui dire que les façons et moyens de faire du mal étaient nombreuses, voire infinies. Elle aurait pu lui dire qu'après « lui avoir fait du bien » en la sortant de là, il pourrait la blesser, la torturer, faire tout ce qu'il voulait sans qu'elle puisse se défendre convenablement. Elle aurait pu dire d'autres choses, encore... mais elle était trop concentrée sur sa survie, sur ses chances de survie qui se résumaient à Rictus et à cette toute petite racine prête à céder. Lorsqu'il vit l'elfe prête à tomber, le vampire se décida enfin à la hisser hors du trou. Elle crut qu'elle allait exploser de soulagement, il lui semblait n'avoir jamais frôlé la mort d'aussi près. Quand ses pieds touchèrent de nouveau la terre ferme, elle tremblait tellement qu'elle avait du mal à tenir debout. Heureusement, sont tremblement disparut vite et elle reprit contenance, les joues un peu rosies par la peur.

Elle se souvint ensuite qu'elle était tout de même face à un vampire, et un de ceux qui n'avaient pas de scrupules à mordre, elle n'en doutait pas. Elle décida donc de s'écarter un peu de Rictus mais, à sa plus grande surprise, elle n'y parvint pas : il la tenait encore fermement par le bras et ne semblait pas pressé de la lâcher. Mais pourquoi ? La réponse ne tarda pas à s'imposer dans son esprit : il ne voulait pas qu'elle s'enfuie. Mais pour quelle raison ? Astralÿs était décontenancée, et elle le fut encore plus lorsque Rictus lui adressa un sourire malicieux, pas un rictus malsain cette fois-ci. Elle fronça cependant les sourcils lorsqu'il l'appela de nouveau « petite chose ».

« Effectivement... Non, je vais bien, plus de peur que de mal. Merci beaucoup de m'avoir aidée, je te suis reconnaissante... et je te le serais encore plus si tu ne m'appelais pas « Petite Chose » en fait... »


Elle tourna la tête, observant le décor et remarquant avec étonnement qu'il avait changé depuis son séjour dans le trou. Les arbres s'étaient changés en piliers noirs et semblaient soutenir un ciel obscur et chargé de menaces. Le sol était devenu lisse, mais le trou le perçait toujours à quelques mètres de là, béant comme la gueule d'un monstre des enfers. Malgré le fait qu'il n'y avait aucune source de lumière, tout était parfaitement clair. Quoique... il semblait y avoir une source de lumière. Lointaine, très lointaine. Elle paraissait tremblotante et prête à s'évanouir dans le néant au moindre coup de vent. Astralÿs commença à se diriger vers elle mais fut arrêtée net par la poigne de Rictus. Elle se tourna vers lui.

« Tu sais, tu peux me lâcher. Je ne vois pas où je pourrais m'enfuir, ici. Et j'ai trop peur de tomber dans un deuxième trou... »

Elle soupira. Elle n'avait qu'une légère sensation de froid, et pourtant une bouffée de buée s'échappa de sa bouche. Elle se sentait perdue, acculée, piégée. Elle voulait sortir de cet endroit, de cette forêt de piliers sinistres qui lui rappelaient trop les barreaux d'une cage. Peut-être que cette lueur lointaine pourrait l'aider ? Elle se demanda furtivement si Rictus était dans le même cas qu'elle. Il devait cependant être plus à l'aise. Les ténèbres n'étaient-elles pas son univers, après tout ? Soudain, une idée la frappa. Si Rictus s'était retrouvé ici comme elle, peut-être en savait-il plus sur le moyen de sortir.

« Est-ce que... tu vis ici, ou bien... Tu as une idée de comment en sortir ? Tu penses qu'on doit se diriger vers la lumière, là-bas ? »

Elle désigna la lueur qu'elle avait remarqué, évitant sans cesse le regard du vampire et se tenant aussi loin de lui qu'il était possible. Elle n'était pas à l'aise.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 2 Oct 2012 - 6:55

Une sensation de brûlure se faisait ressentir de ma paume jusqu’au bout de mes doigts, habituellement glacés jusque dans l’os. Le picotement incendier me laissait perplexe quant à la nature de cette petite chose que je tenais dans ma main et pourtant je me refusais à la laisser aller. Était-ce ça la chaleur humaine? Je ne me souvenais plus… trop longtemps s’était écoulé depuis que mon sang avait pris cette température polaire. L’elfe me sortit de ces tristes réflexions lorsqu’elle voulut s’éloigner, ma poigne se refermant automatiquement d’avantage sur son bras. Je plissais un peu le nez, relevant légèrement la moitié de la lèvre supérieur lorsqu’elle daigna finalement me répondre.

Au moins elle n’était pas blessée, cela me réjouissait quelque peu, d’autant plus qu’elle se disait reconnaissante. Je souriais vaguement quand elle exprima le désir que je ne l’appel plus par le charment petit surnom que j’avais trouvé pour elle. Je penchais un peu la tête sur le côté, affichant un sourire un peu mesquin.

« Mais alors, comment souhaites-tu que je te nomme, Petite Chose? »

Petite Chose… ce nom m’était venu tout simplement et remplaçait, selon moi, à merveille le nom inconnu de cette jeune elfe. Si elle me donnait son nom je pourrais l’appeler plus convenablement certes, mais je ne me voyais pas lui donner un nom autre que celui-là. Non pour moi c’était décidé et indiscutable.

Je l’arrêtais à nouveau quand elle voulut s’éloigner encore, je n’étais pas décidé à bouger, ce qui ne semblait pas être son cas. J’hésitais à accéder à sa demande, elle pouvait tout aussi bien mentir et fuir entre le décor sombre qui avait encore changé. Je la regardais un instant et finis par relâcher son bras. D’un point de vue elle avait raison, mieux valait qu’elle reste avec moi, au cas où ses pas maladroits la feraient de nouveau atterrir sur le bord d’un précipice au gouffre sans fond, ou peut-être pire. Je jetais un coup d’œil à ma main qui ne la tenait plus, aucune traces de brûlure apparente, et pourtant je ressentais encore ce feu parcourir le bout de mes doigts. Je me mordis distraitement la lèvre en réfléchissant, c’était trop étrange pour être réel.

Je relevais ensuite les yeux vers elle, qui me posait une question que je jugeais comme complètement idiote. Affichant une moue entre l’amusement et la moquerie je fis quelques pas dans la direction qu’elle avait voulu prendre avant de lui répondre.

« Cet endroit me semble peu propice à l’habitation. » Disais-je en désignant l’endroit glauque d’un grand geste de la main. « Je n’ai donc aucune idée de comment sortir d’ici, pas plus de l’endroit où nous somme, ni de comment je suis arrivé ici. »

Et oui, le grand vampire que j’étais, était tout aussi paumé que cette pauvre Petite Chose perdue. Je venais de l’admettre sans une once de gêne ou de honte. Si je voulais sa confiance, autant être sincère. Je me retournais vivement vers elle lorsqu’elle parla de suivre la lumière. Affichant un bref instant une mine prise d’effroi, je me mis ensuite à sourire nerveusement, dévoilant une bonne partie des crocs qui me garnissaient la bouche.

« Suivre la lumière… » J’émis un rire nerveux et sonore. « C’est de loin l’idée la plus saugrenue qu’on ait pu me proposer… c’est donc comme ça que tu penses te débarrasser de moi? En me faisant naïvement suivre la chose la plus dangereuse pour un vampire~ » Je ris encore, cette fois du moins ce n’était pas par nervosité, mais parce que je trouvais l’initiative assez ironique de sa part.

Je la suivis néanmoins quand elle commença à s’éloigner, je ne voulais pas la perdre de vue et me retrouver à nouveau seul dans cet endroit bizarre et dénué de toute logique. Je ne voulais pas non plus perdre mon potentiel casse-croûte.

« Attend moi! Astralÿs… »

Je la rejoignis assez rapidement, ne lui ayant pas laissé la chance d’aller bien loin.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 2 Oct 2012 - 22:01


Ses rictus effrayaient Astralÿs de façon non négligeable. Parfois, il retroussait ses lèvres sur ses crocs, ce qui la faisait invariablement déglutir, et puis il n'arrêtait pas de sourire, d'une façon qui variait de la sincérité au sadisme, en passant par la mesquinerie. C'est l'un de ces sourires qu'il afficha, penchant la tête sur le côté, en demandant comment il devait l'appeler si elle n'acceptait pas le surnom de « Petite Chose ». Cette question la décontenança légèrement. Comment voulait-elle qu'on l'appelle ? Comment l'appelait-on, en général ? Cela lui échappait, c'était comme de vouloir attraper quelque chose de glissant qui, à chaque fois qu'on l'effleurait, s'éloignait encore un peu. Elle commença, hésitante :

« Astr... Je... je ne sais pas. Mais autrement. Pas Petite Chose. »

Confuse, la jeune elfe avait l'étrange sentiment de ne plus rien comprendre, de ne plus se comprendre elle-même. Au fond, qui était-elle donc ? Et cela avait-il vraiment une importance ?. Elle chassa cette nouvelle préoccupation de ses pensées. Rictus, lui, semblait réfléchir encore. Sa poigne se fit tour à tout plus relâchée et plus ferme, jusqu'à complètement disparaître lorsqu'il décida enfin qu'il y avait peu de risques qu'elle s'enfuie. Elle s'empressa de prendre quelques distances et de masser machinalement son bras, observant au passage l'intensité avec laquelle le vampire fixait sa main, comme si elle l'avait brûlé, en se mordant la lèvre inférieure. Avait-il des problèmes mentaux ? Au regard moqueur qu'il lui jeta ensuite, elle eut l'impression qu'il se demandait si elle avait un tant soit peu d'intelligence et de bon sens, et elle n'en comprit la raison que lorsqu'il la formula. Aussitôt, elle se hérissa.

« Je n'en sais rien, vous êtes des créatures de l'obscurité vous autres vampires, or cet endroit est obscur. Et comment puis-je savoir s'il ne renferme pas des proies potentielles et gorgées de sang, comme moi ? »

Elle se tut brusquement et rougit. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler ainsi, ni de parler aussi librement des vampires et de leurs habitudes alimentaires. Était-ce la peur qu'elle avait eue qui l'avait mise en état de choc et rendue plus agressive ? Ou bien encore était-ce cet endroit lui-même qui modifiait son caractère ? Après avoir dissimulé ses traits sous un rideau de cheveux blond-doré, elle redressa la tête, ayant repris contenance. Rictus ne savait donc pas où et comment sortir de cet endroit glauque... ils étaient bien avancés. Astralÿs se tourna de nouveau vers lui et perçut une expression fugitive de peur légère mêlée de surprise peindre ses traits, rapidement remplacée par l'un de ses habituels sourires, cette fois-ci tendu et plein de crocs blancs et pointus. Elle recula par pur réflexe : si elle ne s'attendait pas à voir une émotion sur le visage de son « sauveur », c'était bien celle de l'effroi.

« Qu'est-ce qu'il y a ? »

Rire retentissant de Rictus. La lumière était la chose la plus dangereuse pour un vampire, et il le rappela à l'elfette. Celle-ci décelait avec stupeur dans ses paroles qu'il se méfiait d'elle encore, après l'avoir vue aux affres de la mort, après l'en avoir tirée, après avoir compris qu'elle ne pouvait pas lui échapper. Après tout cela, il pensait encore qu'elle songeait à le piéger, à se débarrasser de lui. Nouveau rire.

« Tu songes encore que je pense à me débarrasser de toi alors que tu es peut-être la seule personne qui puisse m'aider ? Alors que toute seule, je ne serais pas moins en danger ni plus avancée ? C'est toi qui es naïf, mon cher. », dit-elle en affichant un pâle sourire sinistrement amusé. « En plus, il me semble que c'est uniquement la lumière du jour qui est dangereuse pour ta race. Or rien ne nous dit que cette lueur est celle du soleil, et j'en doute assez, vu sa faiblesse. »

Astralÿs commença alors à marcher d'un pas qu'elle voulait décidé, mais néanmoins prudent – on n'était pas à l'abri d'un nouveau trou infini – et sans jeter de regard derrière elle. Il lui sembla entendre les pas de Rictus, qui la rattrapait.

« Attend-moi ! Astralÿs... »

Elle s'arrêta net. Oui, c'était bien cela. Ce nom, c'était ce qui avait refusé de se montrer à elle dans sa mémoire, quelques instants plus tôt. Astralÿs... c'était comme ça qu'elle s'appelait. Comment – comment avait elle pu oublier quelque chose de si fondamental ? Elle accusa l'ambiance étrange du lieu et les émotions de la soirée. Ou peut-être était-ce de la journée ? Elle n'en savait rien. Elle prit sa tête entre ses mains, embrouillée comme rarement vu. Elle se redressa, rougissante de confusion, et jeta un coup d'oeil à Rictus qui l'observait étrangement – et il y avait de quoi. Puis, elle se remit en marche, plus lentement, et finit par articuler :

« Comment... est-ce que tu connais mon nom ? »

Il y avait des accents d'accusation dans sa voix. Pourquoi s'était-il rappelé de son nom sans le savoir, alors qu'elle le savait depuis toujours et n'avait pas pu mettre la main dessus ?
Le sol était froid et sous ses pieds nus. Il semblait être fait de pierre lisse, ou bien de métal, difficile d'en savoir plus. Où était passée la terre, l'humus d'il y avait quelques instants ? C'était comme une mort de la vie, une disparition de tout ce qui pouvait être fertile. Il lui apparut avec un choc qu'elle était le seul être vivant alentour. Car Rictus n'était pas vivant : c'était un vampire. Alors, son impression de solitude s'accentua, étouffante. Elle accéléra, elle voulait approcher de cette lueur, unique espoir. Elle n'en pouvait plus, des ténèbres. Elle se promit de ne plus jamais laisser l'obscurité l'assaillir.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Ven 5 Oct 2012 - 7:27

Elle n’avait su me donner son nom, ce qui impliquait que le surnom que je lui avais donné restait la façon dont je nommerais cette elfe. Un rictus moquer parut sur mes lèvres à cet instant, ne savait-elle plus comment elle s’appelait? Oublier son nom c’était quelque chose d’assez particulier, même de très embêtant. À moins qu’elle ne jouait les amnésiques pour mieux me berner par la suite. Alistair Luen, c’était mon nom à moi, et jamais il ne me viendrait à l’esprit de l’oublier, ou même de le renier. J’haussais un sourcil lorsqu’elle parla de proie potentielle à égorger, se désignait-elle à l’instant comme la victime de mes crocs? Et oui… au moins ça elle l’avait comprise assez rapidement. La question qu’elle devait cependant se poser était d’avantage si l’endroit ne contenait pas d’autre prédateur… plus féroce et avide de sang que je ne l’étais. Tout ceci me tira un autre sourire, un peu plus carnassier de la voir se « révolter » de la sorte, surtout lorsqu’elle se tu et se mit à rougir. Avait-elle honte de sa réaction?

Je la vis reculer lorsque je lui rappelais que la lumière était nocive pour les vampires et j’en tirais une nouvelle moue dégoûtée. Elle essayait de me convaincre que je n’avais rien à douter d’elle, comment pouvait elle me dire cela alors que je ne connaissais même pas son nom! Je grognais légèrement en répondant, peu enjoué à ce qu’elle me porte jugement.

« Je ne suis pas naïf, mais prudent ma chère. Là est toute la différence. »

Je l’écoutais ensuite me parler de ses suspicions sur cette lumière qui ne lui semblait pas être celle du jour. Je plissais le nez, m’attardant à observer cette lueur qui ne me rassurait nullement. Je me retournais vers elle, la mine sérieuse et la regardait de haut, mais n’eut pas le temps de la confronter qu’elle était déjà en train de s’éloigner. Je la rattrapais en disant un nom, son nom. Je ne m’en aperçus pas de suite et enchaînait avec ce que j’avais prévu lui dire quelques secondes plus tôt alors qu’elle s’était arrêté.

« Le soleil nous est mortel, oui, mais cette lumière au loin pourrait très bien être la sienne, simplement masquer par du brouillard ou des nuages. Ça expliquerait sa faiblesse. » Elle repartit… je fronçais les sourcils et repartais après elle. « Mais tu m’écoute au moins? Je n’irais en aucun cas vers cette lumière, quoi que puisse en être sa source! »

Mais qu’est-ce qu’il lui prenait soudainement à cette elfe? Elle avait employé ce ton chargé d’accusation pour me répondre et évitait du même coup le sujet de la lumière. Je plissais le nez, prenant par la suite un air innocent. Je ne savais pas non plus d’où je tenais son nom… Il m’était venu comme ça… sans raison apparente… comme si je l’avais toujours su. Chose étrange puisque je venais de rencontrer cette Astralÿs…

« J… je ne sais pas… » J’haussais les mains et les épaules de façon innocente. « Je l’ai dit c’est tout… Est-ce si dramatique? » Je l’observais un instant d’un air curieux. « Tu saurais dire comment je me nomme? »

Simple curiosité et question que me semblait logique… si j’avais su connaitre son nom sans la connaitre, peut-être qu’il en serait de même pour elle… A moins que ce ne soit cet endroit étrange qui détraquait tout? Après tout, le décor ne cessait de changer sans que nous en ayons souhaité le moindre aspect. Je ne sentais pas la froideur du sol avec mes bottes, contrairement à Petite Chose qui marchait pieds nus et même si moi aussi j’avais eu les pieds dénudés, je n’aurais pas sentis grande sensation, ma peau étant déjà glacé. Je regardais ses pieds à l’instant… ça ne devait pas être très pratique de se balader sans chausses… marcher sur un petit caillou par mégarde était si douloureux… Heureusement que le sol du moment ne présentait pas d’aspérité pouvant blesser ses petits pieds nus. De la pierre lisse et noire remplaçait la terre et l’herbe sur lesquels nous marchions plus tôt, je pouvais presque voir mon reflet sur cette surface polie. Mes pas résonnaient tandis que ceux de la jeune elfe s’étouffaient dans sa chaire.

Qu’allait-il nous arriver? Suivre la lumière n’était pas une bonne idée selon moi, beaucoup trop de risque de finir carboniser. Qu’avait-il comme autre solution?


_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 6 Oct 2012 - 17:03


Astralÿs était toujours effrayée. Après tout, il y avait de quoi : elle se trouvait dans un lieu vaste, sombre, inconnu et recelant peut-être mille dangers, et elle était seule avec cette créature de ses cauchemars. Oui, elle avait peur... mais étrangement ce n'était pas cela qui dominait, pour le moment. Pour le moment, l'elfe était presque en colère – ses yeux s'étaient assombris et avaient pris une couleur de nuit – sans qu'elle ne comprît pourquoi. En colère contre qui ? Car elle était certaine qu'elle n'en voulait pas à Rictus, après tout il ne lui avait rien fait. Presque. Et de toute façon, elle avait toujours été prompte à pardonner. Mais alors en colère contre... quoi ?
Cette humeur affectait ses gestes, les rendant plus saccadés, et c'était aussi peut-être à cause de cela qu'elle parlait aussi sèchement depuis quelques minutes. Cette émotion violente... c'était comme une bulle brûlante qui gonflait, gonflait, tendue. Et qui allait forcément exploser à un moment ou un autre.

La jeune elfe avait à peine prêté attention aux hypothèses du vampire sur cette lumière, préoccupée comme elle l'était par le fait qu'il ait su son nom. Face à son accusation, il leva les mains en affichant un air innocent qui changeait tant de ses sourires mesquins et carnassiers qu'Astralÿs eut l'impression de se retrouver face à une tout autre personne. Lui non plus ne semblait pas comprendre d'où il tenait ce savoir soudain, mais plus que surpris, il semblait curieux.

« Tu saurais dire comment je me nomme ? »

L'elfette s'arrêta de nouveau, plus déconcertée encore si c'était possible. Elle réfléchit de toute ses forces, fouillant dans ses souvenirs, ses intuitions, fixant Rictus d'un regard vide. Lorsqu'elle baissa les yeux, elle n'avait toujours aucune idée du nom de cet homme. Elle secoua la tête silencieusement, emplie d'un vague sentiment d'injustice : pourquoi n'était-elle capable ni de se rappeler son propre nom, ni de connaître celui du vampire alors que celui-ci savait les deux ?
Alors, ce mélange de colère et d'injustice produisit un effet étrange d'indifférence. Après tout, à quoi bon se mettre dans tous ces états ? A quoi bon se débattre pour n'obtenir que douleur ? A quoi bon se démener pour sortir d'ici alors que ce qui était « là-bas » n'était pas forcément meilleur ? L'indifférence... et pourtant cette bulle de tension était toujours là, quelque part. Astralÿs soupira longuement, avant de reprendre la parole.

« Alors tu ne veux vraiment pas aller voir cette lueur ? »

Question plutôt rhétorique, puisque Rictus avait clairement exprimé son refus de la suivre jusque là-bas. Alors elle avait deux choix : aller voir cette lumière seule, ou trouver un autre moyen de sortir en restant avec le vampire. La première solution était celle qui lui paraissait instinctivement la meilleure, et pourtant... pourtant, elle ne voulait pas s'éloigner seule vers ce phénomène inconnu qui, après tout, recelait possiblement des dangers. Et affronter un danger seul était tout de même plus difficile qu'à deux. De plus, si l'endroit avait été un peu plus accueillant, elle aurait préféré de loin la solitude, or dans ce cas-là la compagnie, même si c'était celle d'un vampire, lui paraissait préférable... Elle s'assit finalement parterre et dit :

« D'accord. Mais alors que fait-on ? »

L'écho de sa voix se répercuta à l'infini contre les piliers noirs. L'obscurité ne réussissait décidément pas à Astralÿs. Peut-être était-ce sa nature d'elfe, peut-être son caractère y était-il pour beaucoup... Mais elle se sentait mentalement oppressée, comme si d'un instant à l'autre tout pouvait basculer dans l'horreur. Si elle avait ne serait-ce qu'une bougie, tout lui paraîtrait peut-être plus clair. Son regard se perdit dans un horizon sombre où les piliers semblaient de moins en moins espacés, formant peu à peu une forêt dense et rigide. Soudain, quelque chose bougea dans ce sinistre tableau. Le temps de cligner des yeux, ce qu'il lui avait semblé voir avait disparu. Elle sursauta et se mit debout d'un bond, dans tous ses états, les yeux devenus franchement noirs.

« Tu as vu ?! »

Dans sa précipitation, elle trébucha sur une mèche de ses propres longs cheveux et s'étala durement au sol, le souffle coupé. Sans s'en préoccuper, elle se redressa en position assise et jeta un nouveau regard dans la direction de ce qu'elle avait vu, apeurée. Car, l'espace d'un instant, une paire d'yeux rougeoyants l'avaient bel et bien fixée.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Jeu 11 Oct 2012 - 2:10

Ne perdant pas une miette de la réflexion de l’elfette sur la recherche de mon prénom dans sa petite tête à la chevelure blonde dorée, je me questionnais à savoir comment nous pouvions sortir de ce monde étrange… Ne sachant pas comment nous étions arrivés ici à la base, cela rendait la tâche plus difficile encore. Petite Chose finit par baisser la tête après m’avoir longuement fixé avec son regard vide, dont la couleur océanique m’avait semblé prendre une autre teinte. Je la dévisageais d’une grimace alors qu’elle ne me répondait que par une question dont elle connaissait déjà la réponse. « Hors de question. »

Je me demandais pourquoi elle insistait encore à vouloir m’emmener vers cette lumière alors que je lui avais clairement fait comprendre que je ne voulais pas y aller. Elle me questionna ensuite sur le qu’allions nous faire dans cet endroit hostile et lugubre? Un petit sourire en coin naquit sur mon visage pâle de vampire, elle avait employé le « nous », ce qui signifiait qu’elle acceptait ma présence. Cela m’étonnais presque de sa part puisqu’elle tentait toujours de me faire voir le soleil… mais surtout parce que j’avais noté chez elle cette peur qu’elle éprouvait pour les vampires. J’avais pu m’en rendre compte lorsqu’elle avait tenté de me fuir et quand elle avait parlé des vampires… à croire que je n’étais pas effrayant… ou bien sa seule chance… Mais oui, en y réfléchissant bien, j’étais la seule personne qui pouvait l’aider à sortir d’ici. Elle profitait donc de moi? C’était une question à creuser… mais pas maintenant…

« Je ne sais pas… il faudrait trouver un refuge… avant que le jour ne se lève complètement… »

Voilà ce qui me pressait à l’esprit désormais… La lueur était peut-être loin, mais elle signifiait peut-être un levé du jour?! Hypothèse affolante quand vous étiez un vampire en cavale comme moi et que vous n’aviez aucune idée d’où vous vous trouviez, ni de quel temps il était. Encore pire lorsque le décor avait tendance à changer. Les piliers noirs et lisses semblaient vouloir rester pour l’instant, mais cela restait incertain. L’elfe semblait peu rassurée, même s’il elle était assise sur le sol, se rendant vulnérable à la moindre attaque… mais bon… il n’y avait personne d’autre qu’elle et moi et je n’allais pas l’attaquer ainsi sans raison.

Mes pas résonnèrent sur le sol de pierre noire, alors que je m’éloignais à peine d’Astralÿs pour observer, chercher un repère entre ces immenses colonnes sombres. Il ne semblait n’y avoir aucune vie mis à part nous deux, pas de végétaux, ni d’animaux… pas même un cours d’eau… le vent semblait également s’être éteint… Seule la voix de Petite Chose retentit dans le silence et je me retournais vivement vers elle. Elle semblait affolée soudainement, je la cherchais des yeux, mais ne la trouvais pas de suite, ce qui me paniquait légèrement. C’est en regardant au sol que je la vis… étalé par terre, entremêlée dans ses propres cheveux dorés…

« Non… je n’ai rien vu d’autre que l’ombre qui rôde entre ses piliers… Pourquoi, qu’est-ce que tu as vu? »

Je me rapprochais d’elle, main posé sur la garde de mon poignard. Son air apeuré ne me disait rien de bon, mais je me concentrais à rester calme et à décrypter le point fixe qu’elle regardait. Une créature pouvait bien se cacher dans l’ombre et attendre le moment propice pour bondir sur nous, sur elle qui était encore par terre. Je ne me laisserais pas piquer ma proie si facilement.

Je sentis un grand frisson me parcourir l’échine, comme sir une main glacée avait glissé dans mon dos, pour me saisir au niveau de la ceinture et me tirer vers l’arrière. Ce n’était pas un mauvais pressentiment, c’était la réalité! Je me retournais prestement, assénant un coup de poignard dans le vide… Il n’y avait rien… pourtant je m’étais fait tirer, j’avais reculé… je n’avais aucun doute là-dessus. Je regardais un peu bêtement l’endroit où il devait se trouver quelqu’un. À moins que ce ne soit une créature dotée d’invisibilité, il n’y avait absolument rien. Je retournais vers Astralÿs, la forçant à se redresser d’un coup.

« Ne reste pas planté là. » Et comme si elle ne l’avait pas remarqué. « C’est dangereux. »

J’étais désormais décidé à quitter cet endroit au plus vite, je savais me battre contre plusieurs ennemis, mais pas contre une force invisible. Et l’ennemi actuel, me semblait simplement être le décor, à mes yeux en tout cas.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 13 Oct 2012 - 21:52

Le vampire pouvait bien être préoccupé par cette lueur, par la lumière du jour qui lui était mortelle, par la façon de sortir de cet endroit, pour l'instant Astralÿs n'en avait rien à faire. Seuls importaient les yeux rougeâtres qui l'avaient dévisagée, et la créature auxquels ils appartenaient. Sa petite chute lui avait cependant rendu ses esprits et refoulé sa panique soudaine.

Elle massa son crâne douloureux à cause du tiraillement de ses cheveux dans sa chute, et ramena ceux-ci par-dessus son épaule pour éviter qu'une telle chose se reproduise. Puis, elle scruta nerveusement l'horizon sombre, sans grand succès : ses yeux n'étaient pas si performants dans l'obscurité. Elle entendit, comme en écho au fond de son esprit, ce que lui disait Rictus. Il n'avait rien vu... il ne saurait donc pas ce à quoi ils devraient se confronter, ce de quoi ils devraient se méfier. Mais après tout, elle non plus n'en savait pas grand chose : tout se résumait à cette paire d'yeux.

« Deux grands yeux qui irradiaient une lueur rouge. Ils nous fixaient. »

Elle ne pouvait pas être plus précise, et se tourna vers le vampire comme pour lui transmettre par le regard ce qu'elle avait vu exactement. Elle remarqua alors qu'il était armé... depuis quand ? Il ne lui semblait pas avoir remarqué ce poignard. Mais peut-être n'était-elle pas assez observatrice. Elle ne put s'empêcher d'être un peu rassurée, malgré le faible poids que pouvait jouer cette lame dans leur défense. D'un coup, l'elfette sursauta : Rictus venait de reculer en titubant, puis de se retourner brusquement et de flanquer un coup de poignard... dans le vide.

Il regarda fixement l'endroit dont il avait brassé l'air de son arme, et Astralÿs le regarda lui, les yeux grand ouverts dans une expression d'interrogation. Un instant passa et s'enfuit aussi vite qu'il était arrivé, puis, soudain, le vampire se tourna de nouveau vers elle en l'exhortant à se lever, une expression sévère sur le visage.

« C'est dangereux. »

Sans blague... Elle obtempéra sans dire un mot, le visage fermé, puis tourna sur elle-même, observant le décor qui lui sembla brusquement aussi vivant qu'un monstre gigantesque et sanguinaire. Il fallait partir d'ici au plus vite, et si le vampire refusait catégoriquement de se diriger vers cette lueur, il ne fallait pas non plus se rapprocher du danger. Et, par-dessus le tout, il fallait trouver un endroit potentiellement à l'abri du soleil... L'elfe aux longs cheveux ne tenait pas particulièrement à voir son « compagnon de route » se consumer sous ses yeux, d'une part parce qu'elle ne voulait pas se retrouver seule à la merci de cet endroit, d'autre part et surtout parce qu'elle ne supporterait pas de voir une telle souffrance. Mais prendre en compte tant de paramètres ne laissait pas beaucoup de choix...

Elle montra donc du doigt une direction où les piliers semblaient s'aligner pour former une sorte de chemin.

« Je pense qu'on devrait aller là-bas, c'est à l'abri de la lumière et à l'opposé de la direction vers laquelle j'ai vu la... Chose. »

Astralÿs commença à marcher d'un pas pressé, glissant parfois sur le sol lisse, vérifiant que le vampire la suivait. Elle ne savait pas ce qu'elle craignait, au juste : que la créature fasse une soudaine apparition ? Que Rictus disparaisse sans raison ? Après tout, il lui semblait que tout pouvait arriver... mais tout ce qui pouvait arriver de pire.
L'atmosphère s'était brusquement refroidie, et de la buée sortait de la bouche de la jeune elfe au rythme de ses expirations. Elle frissonna, et laissa flotter une poignée de secondes un sourire sans joie sur ses lèvres. Elle devait offrir un bien piètre spectacle : tremblante, sans défense, une expression de peur sur le visage, les cheveux en bataille, les pieds nus et rougis. Un aspect général bien dépenaillé.
Le sol de pierre noire comme l'encre s'était légèrement craquelé. Des lignes brisées couraient, plus sombres encore. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ?

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Ven 19 Oct 2012 - 8:54

La jeune elfe prétendait que des yeux rouges les avaient observé, mais selon moi, ça n’avait rien à voir avec un ennemi invisible. Car s’il était invisible… on ne pouvait pas voir ses yeux… Cela prouvait juste que cet endroit était encore plus dangereux. L’atmosphère qui m’avait semblé totalement mort et dénudé de vie, affichait maintenant tous le contraire. Rien de bon à présager.

Astralÿs semblait du même avis que moi, n’ayant pas rouspéter lorsque je la forçais à se relever pour partir d’ici au plus vite. Me montrant même une direction à prendre, je suivis de mes yeux sombres le chemin qu’elle semblait vouloir emprunter et sans que je ne puisse y ajouter quoi que ce soit elle se mit à marcher vers ce point. Je me mordis la lèvre un instant en analysant le chemin qu’elle désirait emprunter, l’elfe n’avait pas tort de choisir cette direction qui me semblait également le meilleur choix à faire, bien qu’il me restait un doute. Après tout, le danger se trouvait partout.

Je la suivis sans discuter son choix, ne la laissant pas trop s’éloigner de moi. La perdre équivalait à perdre la seule compagnie que j’avais ici et me retrouver seul dans cet endroit ne me plaisait pas du tout. Je m’efforçais de rester calme et maître de la situation en apparence, mais au fond je ne savais pas du tout ce qu’il allait nous arriver et cela m’inquiétait beaucoup.

Je remarquais que la jeune elfe perdait parfois pied sur la surface lisse qui servait de sol et me jetait de brefs coups d’œil, comme si elle craignait que je ne sois plus derrière elle, mais j’étais toujours là, prêt à la relever si elle tombait ou se blessait.

Apparemment la température s’était refroidit, de la bué s’échappait de la bouche de la créature à sang chaud qui marchait devant moi… Je n’avais pas cette baisse de chaleur ma température corporelle étant déjà glacée. L’elfe par contre grelottait de froid… évidement, à se balader pieds nus dans la nature et avec des vêtements qui ne devaient pas vraiment tenir chaud… Je soupirais presque de voir cette imprudence face aux intempéries.

« Tu as froid? »

Sans attendre qu’elle dise quoi que ce soit, je retirais mon manteau rouge, usé à la corde, mais toujours très utile, pour le lui tendre. Je n’avais pas besoin de l’avoir sur le dos, car je ne craignais pas le froid et il lui serait beaucoup plus pratique qu’à moi. Peut-être un peu large pour elle, au moins elle cesserait de trembler comme un feuille d’automne secouée par le vent. Sans mon manteau j’avais cependant l’impression de me retrouver nu puisqu’il ne me quittait presque jamais. N’ayant pas l’habitude de porter quelque chose en dessous, il ne me restait que mon pantalon, ma ceinture, mes bottes et mon poignard, laissant le haut de mon corps à découvert et donc voyantes les cicatrices sur mon ventre et mon cou. Peut-être elle ne le remarquerait pas…

Un léger son attira mon attention sur le sol… celui de craquement qui se faisait entendre au loin. Je baissais le regard sur celui-ci pour constater que des cassures le parcouraient. Un léger frisson me parcouru l’échine, le sol était en train de se fragmenter lentement, donnant à notre fuite, l’aspect d’une course contre le temps.

« Je crois qu’il faudrait presser le pas… » Toujours calme, je lui signifiais les failles qui s’ouvraient lentement derrière nous. J’accélérais donc mon rythme de marche, de marche oui, ce n’était pas encore assez urgent pour se mettre à courir… et je ne m’en faisais pas pour cela, les vampires pouvaient attendre une vitesse assez surprenante quand ils le désiraient. Par contre, s’il fallait se dépêcher à ce point, Petit Chose allait représenter un problème… La transporter était cependant envisageable dans un cas d’extrême nécessité.

Les hauts piliers noirs disparaissaient plus nous avancions, presque translucides, ils nous donnaient un aspect déformé de cette réalité onirique qui nous entouraient. Un grondement sourd un peu plus fort que les autres me poussait à avancer encore un peu plus rapidement, vers cette plaine noire et lisse qui s’offrait devant nous. Je ne savais pas si c’était une bonne idée de s’y aventurer, mais cela me semblait toujours mieux que de tomber dans une autre crevasse. Il fallait toujours trouver un abri… peut-être qu’après cette plaine se trouvait une ville… ou même une cabane à bois, ça m’était égale, tant que la lumière du soleil ne pouvait pas m’atteindre et que l’on était en sécurité.


_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 20 Oct 2012 - 23:44

L'elfe fut tirée de ses réflexions par le soupir quelque peu exaspéré du vampire derrière elle, puis par sa voix qui lui demandait si elle avait froid. En fait, la température avait chuté de beaucoup, mais Astralÿs supposait également que le lugubre de l'endroit y était pour quelque chose dans ses tremblements... Mais Rictus ne lui laissa même pas le temps de répondre, et l'instant d'après elle sentit un poids et le contact d'un tissu usé sur ses épaules. En jetant un coup d’œil, elle vit qu'il s'agissait du manteau écarlate de la créature de la nuit ; aussitôt une bouffée d'odeur lui monta au nez : des effluves caractéristiques à l'odeur d'une personne, mais qui ne parvenaient pas tout à fait à masquer une odeur de sang. Imperceptiblement, l'elfette vacilla, pâlissant de façon presque invisible : cette senteur était de celles qui lui étaient insupportables. En fermant les yeux quelques fractions de secondes, elle parvint à se concentrer sur autre chose que sur le sang, et se sentit mieux : elle avait nettement moins froid, malgré ses pieds nus et l'obscurité du décor.

Soudain un peu gênée, elle se tourna vers le vampire pour lui rendre son vêtement, pensant naturellement qu'il devait avoir froid également, mais elle se rappela juste à temps que les gens de son espèce n'avaient pas ce genre de sensation dans leur corps de mort-vivant. Alors, elle dit :

« J'ai moins froid, maintenant. Merci. »

Elle ne put s'empêcher de remarquer que, sans son manteau, Rictus était torse nu – ce qui augmenta légèrement sa gêne – mais surtout qu'il était marqué de balafres sur le cou et le ventre, lignes plus sombres sur sa peau pâle. Sur le moment, cela lui fit un choc, puis elle s'interrogea brièvement sur les raisons de ces blessures. Enfin, elle s'efforça de penser à autre chose : il ne servait à rien d'être torturée par sa curiosité alors qu'elle savait pertinemment qu'elle n'oserait jamais poser la question au vampire. Alors, elle passa ses bras dans les manches du vêtement et le referma. Le tissu était froid et glissait sur sa peau, mais il ne tarderait pas à se réchauffer.

Astralÿs ramena ses pensées sur les craquelures du sol, qui donnaient plus que jamais au lieu l'aspect d'une terre brûlée, stérile à jamais et glacée jusqu'à ses plus grandes profondeurs. Brusquement, ce sol émit un craquement retentissant dans le silence ambiant, et l'elfe sursauta. Confirmant ses craintes, Rictus suggéra de presser un peu le pas, ce qu'ils firent tout deux. On pouvait à présent ressentir l'urgence dans l'atmosphère, une urgence pressante, omniprésente. Pour seule musique, le bruit des respirations des deux êtres.
Peu à peu, le paysage changeait de nouveau : ces maudits piliers noirs semblant se prolonger à l'infini vers la stratosphère étaient entrain de disparaître, se faisant translucides, puis transparents, et certains même plus visible du tout. Le décor en était rendu étrangement distendu, déformé. Un grondement s'éleva des entrailles de la terre noire, d'abord doucement menaçant, puis prenant de plus en plus d'ampleur, pressant les deux jeunes gens.

L'elfe, dans l'angoisse, sentait le sang affluer dans son cœur, dans ses tempes, battre dans chaque parcelle de sa chair. Ses yeux étaient à présent aussi sombres que le ciel lourd, reflétant tout son tourment. Les fissures, dans des craquements successifs, s'élargissaient lentement, mais sûrement. Il semblait que le seul destin possible était maintenant la cassure de la terre et la chute... puis, invariablement, la mort. Aucun des deux ne parlait, trop préoccupés qu'ils l'étaient par leur survie, séparés par leur silence suffocant mais reliés par leur inquiétude commune. Ils allaient survivre ensemble, ou mourir ensemble. Le vampire devait avoir raison : ce qui n'avait été qu'une petite lueur, au loin, avait pris un peu d'ampleur. En effet, même s'ils s'en étaient éloignés, elle paraissait toujours avoir la même taille en perspective. A moins que ce ne fut parce que cette lumière les suivait d'une manière ou d'une autre. Ou peut-être encore était-ce qu'ils n'avaient finalement pas avancé dans ce monde où les distances semblaient abolies. Si, pour Astralÿs, cette lueur était l'incarnation matérielle de l'espoir, pour Rictus elle n'était qu'un danger supplémentaire, aussi l'elfe bannit définitivement de ses pensées l'idée de s'en approcher.

A l'horizon, une silhouette imposante et massive semblait se détacher du fond noir, mais peut-être après tout n'était-ce qu'une illusion. De plus, au fur et à mesure qu'ils marchaient vers elle, elle ne paraissait pas plus nette ni ne semblait se rapprocher. L'elfe commença :

« Tu crois que... »

Elle s'interrompit en hoquetant : dans un nouveau craquement, plus fort que les autres, l'une des fissures avait atteint une largeur de plusieurs pieds, et elle avait bien failli s'y précipiter la tête la première. Les autres craquelures du sol n'allaient pas tarder à faire de même, mais ils disposaient encore de pas mal de temps devant eux.

« On court ! »

Et l'elfette joignit l'acte à la parole. Elle n'allait pas trop vite encore, ne tenant pas à s'essouffler trop rapidement, mais gardait une allure très soutenue : le peuple elfique, en dépit de son apparence svelte et fragile, était tout à fait respectable en ce qui concernait la force et la rapidité physiques. Bien sûr, rien qui ne puisse égaler un lycan, un centaure ou un vampire. Mais la peur de l'inconnu et celle de la mort donnaient à Astralÿs une vigueur accentuée. Concentrée, elle bondissait entre les failles, prenant garde à ne pas glisser vers l'une d'entre elles et disparaître entre les mâchoires voraces de la terre.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Jeu 25 Oct 2012 - 5:13

Je n’avais pas du tout pensé que l’odeur qui trainait sur mon manteau puisse incommoder l’efle au point de la faire pâlir de la sorte. Je ne trouvais pas qu’il avait une drôle d’odeur… et même celles qui s’était imprégnée dans le tissus usé avait quelque chose de rassurant à mes yeux. À moins que ce ne soit mon odeur qui lui faisait cet effet? Cela avait quelque chose de légèrement insultant même si je ne saurais dire pourquoi. Plissant le nez et le menton un peu relever grâce à ses réflexions, je la vie se retourner comme si elle allait refuser, mais au lieu de ça elle me remercia. J’haussais un sourcil, légèrement incrédule, mais appréciais la politesse. De toute façon, si elle refusait, elle gelait, alors tant pis pour elle. Je souris brièvement lorsqu’elle referma mon manteau sur sa petite personne, content qu’elle obéisse en quelques sortes.

En parfait accord avec le fait que nous devions nous presser pour éviter de s’engouffrer dans le sol qui craquait et formait d’immenses rayures, l’elfe se mit à courir. Je la regardais un instant d’un drôle d’œil alors qu’elle s’éloignait au pas de course, esquivant habilement les veines de la terre qui s’ouvraient maintenant jusqu’à nous. Leur progression était étonnante, un instant elles étaient derrière nous et celui d’après elles nous avaient rejoint sans aucun mal, faisant sombrer dans ses ouvertures profondes, les piliers translucides. Je n’avais aucune envie de finir comme l’un d’eux, broyé entre deux plaques ou même cassé par la chute, ce n’était pas une fin digne d’un vampire tel que moi.

J’imitais bientôt Petite Chose qui s’efforçait de ne pas retomber dans un trou immense et évitait en sautant par-dessus les gouffres étroits de la terre noire qui grondait. Comme si elle nous grognait dessus des ordres sourds et violents, qu’elle voulait nous aspirer pour nous garder en son centre pour l’éternité, le seul désir que j’avais était de lui désobéir et fuir le plus loin possible… mais comment faire si nous vivons sur une planète entièrement ronde et faite de cette terre?

L’horizon était toujours aussi sombre que de l’encre, un mouvement presque imperceptible donnait l’impression d’une silhouette sombre se cachait dans le rideau noir, mais quelque chose de plus terrifiant encore qu’une ombre noire se dissimulait dans cet encre. De l’eau… l’eau diluait l’encre du ciel, l’éclaircirait, lui donnant une teinte plus clair, comme le levé d’un jour.

Je me figeais à cette vision laissant l’elfe continuer de sautiller entre les failles, mais je ne bougeais plus. Terrorisé à l’idée de partir enfumer comme une feuille de papier que l’on allumait. « Continue… sans… moi… vers la lumière… » La voix assez forte pour qu’elle m’entende d’où elle se trouvait, elle transportait néanmoins avec elle cette crainte, cette résignation et même cette légère mélancolie qui m’habitait soudainement. Je ne pouvais point la suivre dans cette direction qui s’avouait mortelle pour une créature immortelle comme moi. Je la regardais s’éloigner avec sur le dos une flopée de mes souvenirs, précieux comme miséreux, rouge comme blanc.

La terre noire grondait toujours, réclamant ce corps qui aurait dû lui être rendu il y avait maintenant une cinquantaine d’années. Un sacrifice pour une vie… tous les chemins me conduisaient vers la mort, alors qu’elle avait une chance de s’en sortir… Injustice ou triste sort de la vie… c’était ici que la mienne allait s’achever.

Je fermais les yeux, attendant que les fissures fassent tomber ce bout de terre lisse sur lequel je m’étais arrêté, dans un gouffre semblable à celui duquel j’avais sortis Astralÿs.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 27 Oct 2012 - 13:46

« When darkness turns to light,
It ends tonight,
It ends tonight. »
The All American Rejects


A mesure que la force des tremblements de terre et celle du grondement que faisaient les failles en s'ouvrant augmentaient, Astralÿs accélérait. Si elle avait écouté sa raison, peut-être n'y aurait-elle pas dépensé autant d'énergie : courir pour aller où, dans ce monde obscur et changeant aux horizons sombres ? Où, dans ce monde où tout était tromperie et mascarade, où l'on ne voyait pas se profiler la moindre issue ? Mais pour l'instant, la raison n'était pas de la partie. Seul l'instinct de survie animait l'elfette : il fallait fuir, plus loin, plus vite. Elle oubliait tout, se concentrant uniquement sur son chemin et sur les fissures qui s'ouvraient sous elle, sur la répercussion des chocs répétés que produisaient ses pieds en martelant le sol. Jamais elle n'avait aussi pleinement utilisé ses sens que dans ce moment consacré à sa survie.

Dans le ciel, au loin, la lueur restait inchangée, comme si l'on avait dilué les ténèbres à cet endroit. Plus Astralÿs l'analysait du regard, plus elle lui semblait attirante. Elle commença à se diriger vers elle, oublieuse de tout le reste, oublieuse même de Rictus, derrière, hors de sa vue. Les paroles du vampire lui parvinrent comme en écho, lointaines et confuses. Elles mirent du temps à cheminer jusqu'à son esprit, qui tout d'abord les ignora. Puis, quelque chose interpella l'elfe. « Continue sans moi ». « Sans moi »... Seule. Rictus ? Brusquement, l'hypnose se rompit contre la réalité comme une bulle contre la pierre... Perdue. Elle était perdue. Elle s'arrêta sans mesurer l'ampleur des risques qu'elle prenait et regarda en arrière sans comprendre. Le vampire était immobile au loin, sur une plate-forme pierreuse qui, lentement, sombrait dans un gouffre ténébreux. Les piliers devenus translucides se brisaient en tombant, projetant en tous sens des éclats luisants. Tous repères perdus, confuse encore d'avoir été envoûtée, Astralÿs tourna son regard en direction de la lueur vers laquelle, il y avait quelques instants, elle se précipitait sans considération. Plus elle l'analysait, moins cette lumière lui paraissait lumineuse. En clignant une ou deux fois des paupières, elle se rendit compte avec rage et désespoir qu'il ne s'agissait encore que d'un nouveau masque, un maquillage du ciel d'encre, un trompe-l’œil. Cette lueur qui lui avait paru aussi éclatante que celle du jour naissant n'était qu'une imposture, une image sans profondeur.

Après avoir réalisé cela, une seconde idée frappa l'elfe avec violence. Le sol était entrain de disparaître sous elle. Hurlant, elle bondit juste à temps loin de cette roche sur laquelle elle se tenait, pour la voir s'évanouir en morceaux dans un nouveau fossé. Elle se remit à courir en tous sens, puis se rappela Rictus. Rictus, qui était quelque part, entrain de tomber lui aussi. Elle le chercha du regard instinctivement, et le vit, toujours debout, raide sur sa plaque de pierre, une expression étrange figée sur le visage.

Sans réfléchir, elle se précipita près de lui... trop lentement. Elle freina au bord de la faille dans laquelle le vampire descendait, de plus en plus profondément – inaccessible. Hébétée, elle le regarda être englouti dans l'obscurité. C'était donc ainsi que tout finissait, ainsi que finissait une vie. Si tout pouvait s'arrêter aussi facilement, quel était l'intérêt de se battre pour survivre ?

Son sang battait à ses oreilles et son cœur contre ses côtes, essences même de l'existence. Malgré tout, malgré le danger et la peur, elle était là, elle pensait, elle éprouvait. Elle était là, avec son passé, son présent et son futur... Voilà, voilà pourquoi il fallait se battre.

Mais il était trop tard... Au terme d'une nouvelle secousse, l'elfe lâcha le bout de roche auquel elle était faiblement agrippée, et fut précipitée, elle aussi, dans le gouffre. Au début, tout parut lent, comme si ce n'était pas à elle que cela arrivait, comme s'il ne s'agissait que d'une nouvelle illusion dans ce monde instable. Puis, l'accélération. L'ouverture du trou se faisant de plus en plus étroite avec la perspective. Le défilement des parois autour d'elle. Elle sombrait, elle sombrait de nouveau, mais cette fois il n'y avait aucune main secourable pour l'aider. Elle allait tomber, tomber à n'en plus finir dans cette obscurité sans limites. Disparaître. C'était irrépressible, inévitable, inexorable.
Maintenant qu'elle avait accepté cette idée, Astralÿs ne ressentait plus aucune panique. Juste de la mélancolie. Elle essaya de se rappeler sa vie dans son intégralité, de déterminer enfin qui elle était. Elle eut, en passant, une pensée pour Rictus. Tombait-il encore ? Avait-il fini par s'écraser quelque part, et si oui allait-elle aussi se heurter bientôt au cœur de la terre ?

Brièvement, elle se demanda depuis combien de temps elle tombait (des minutes ? des heures ? des jours?) puis elle jugea que cela n'avait pas d'importance. Elle était là, en vol, le cœur encore débordant de vie pour le moment.

Çà et là, dans les ténèbres insondables, de petits scintillements stellaires firent leur apparition, emplissant les yeux de l'elfe de leur douce lumière. Alors, c'était cela la mort ? C'était beau ; Astralÿs en eut les yeux emplis de larmes. Étendant les bras, elle tenta de toucher ces bulles de lumière – ses doigts se refermèrent sur le vide. C'est alors qu'elle se rendit compte que les étoiles (ou quoi que ce fût, peut-être bien des morceaux de ces piliers transparents) ne bougeaient pas par rapport à elle... Cela voulait-il dire qu'elles tombaient en même temps qu'elle ? La seconde possibilité était invraisemblable : peut-être l'elfe était elle en apesanteur, projetée dans la nuit, dans l'espace...

Invraisemblable... et pourtant ce qui était entrain de se passer y ressemblait beaucoup. Elle ne chutait plus, non. Mais elle n'avait pas non plus atterri. Elle flottait ici, quelque part entre ombre et lumière, entourée de ces petites lueurs. Prudemment, elle tenta de se mettre debout, et à sa grande surprise elle y parvint. C'était une sensation étrange : oui, elle se tenait debout, sans pour autant être en appui sur un sol. Incrédule, elle tenta de faire un pas en avant, la peur de reprendre sa chute toujours ancrée en elle. Un pas. Puis deux. Elle marchait bel et bien dans le vide. Tournant lentement sur elle-même, elle observa l'environnement dans lequel elle avait ainsi atterri, si l'on pouvait toutefois parler d'atterrissage. Les « étoiles » étaient toujours là, lointaines, inaccessibles... Et pourtant, il y en avait une qui semblait n'être qu'à quelques mètres d'Astralÿs. Suspicieuse, elle s'en rapprocha doucement, et tendit la main. Le temps qui séparait ses doigts de la petite pierre semblait se distendre... Il s'écoula une éternité avant qu'elle n'attrape enfin l'étoile. Et ce fut la fin du monde. L'étoile s'éteignit, et avec elle toutes les autres.

« … Non ! »

L'elfette n'avait pas voulu déclencher cela. Le fait de savoir qu'elle avait annihilé toutes ces petites étoiles, qu'elle avait tué toute lumière... Cela la rendait malade.
Avant que l'ombre n'engloutisse tout, elle regarda dans sa main : il n'y avait plus qu'une petite pierre translucide. Tout devint noir, et Astralÿs perdit ses repères, ainsi que tous ses moyens. Oppressée, elle se mit à courir avec affolement, jusqu'à se heurter à quelque chose.

« Aaaah ! »

Elle recula précipitamment et se recroquevilla contre ce qui semblait être un mur rocheux.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 17 Nov 2012 - 8:02

Saut ultime dans le monde, dernière chute à jamais. Libération de mon corps, salvation de mon âme. J’attendais cette délivrance presque avec impatience, retrouver celle que j’avais laissé derrière, enfin me faire pardonner. Les yeux clos, la respiration tranquille, je comptais les secondes avant la fin, espérant que l’atterrissage soit brut et rapide.

Au dernier moment j’ouvris les yeux, sentant que quelque chose clochait. N’ayant pas entendu l’elfe me répondre j’avais présumé qu’elle avait filée sans demander son reste, mais je la vis sur le bord du précipice. Cette vision éveilla en moi la colère et avait chassé cette sensation bienfaitrice de retourner vers la lumière, je ressombrais vers l’ombre.

« VAS-T’EN ASTRALŸS! SAUVE-TOI! » Lui criais-je alors pour qu’elle se remette à courir vers la lumière et ne tombe pas avec moi. La voix déformée par l’irritation qu’elle causait en revenant vers moi était assez visible, mais je devais également parler pour me faire entendre. Les craquements de sol résonnaient fort et les piliers qui se cassaient faisaient un vacarme assourdissant. La terre grondait comme le ventre d’un ogre qui cri famine depuis trop longtemps et tremblait comme un géant sautait à la corde sur notre pauvre planète.

Trop tard, l’elfe sombrait avec moi dans le gouffre sans aucune échappatoire. Aucune de nos deux vies n’avaient pu être sauvé nous étions tous les deux condamnés. Les yeux de nouveau clos j’acceptais ce sort tragique qui tardait à venir. Aucune sensation douloureuses, ni bienfaitrices de la mort ne se faisaient ressentir dans mon corps ou mon esprit. Était-ce l’une des punitions qui nous étaient infligé à nous vampire? Ne plus pouvoir accéder au monde de la lumière lorsque l’on trépassait finalement? J’ouvris les yeux afin de m’assurer de l’endroit où je me trouvais… l’obscurité totale m’envahissait, je n’avais aucun repère, le haut et le bas n’avaient pas de sens propre. Je pouvais bien avoir les pieds au-dessus de la tête que je ne m’en serais pas aperçus. Mais surtout, je ne savais pas à quelle distance je me trouvais du sol… si seulement il y en avait un… J’avais heurté quelques débris qui tombaient avec nous, mais sans plus, je ne m’étais pas écrasé sur le sol et brisé comme je l’avais prétendu.

Je flottais? Drôle de sensation que j’avais de n’être nulle part, comme une bulle de savon trop lourde pour monter avec le vent, mais trop légère pour tomber complètement et éclater au sol. Coincé entre deux plans… Sans être désagréable, cela commençait à s’éterniser… enfin j’en avais l’impression.

Je distinguais finalement une lueur au loin, quelques petits puits de lumière bougeaient doucement, restant en apesanteur comme moi. Je ne pouvais dire à quelle distance ils se trouvaient, mis à part qu’elles étaient très éloignées. Inévitablement je fus attirer par elles, comme un papillon en transe devant une source lumineuse, mais je ne pouvais pas bouger. Je distinguais mal mon corps dans la pénombre, mais une chose était sûr, je n’avançais pas comme désirer vers les lumières. Je restais bloquer, flottant dans cet espace sombre. Je ne pouvais que contempler l’inatteignable sans pouvoir m’en approcher. Sentiment d’impuissance… je n’avais pas l’habitude, moi qui avais appris à me faire respecter et à agir sans grandes restrictions.

Soudain, les petites étoiles se mirent à disparaitre! Je m’agitais pour aller les rejoindre, mais mon corps refusait de se mouvoir. « Non! » Tentative vaine de faire stopper se carnage, toutes les lumières furent éteintes et le noir fut complet. Il me semblait avoir vu du mouvement près des lumières, une silhouette un peu naïve qui poursuivait celles-ci sans se rendre compte. Une légère frustration se mélangea à ce désespoir de flotter à jamais entre deux réalités.

Une idée me traversa l’esprit, si la silhouette était celle de l’elfe? – Ça lui correspondait bien. – Cela voulait dire qu’elle avait survécus elle aussi… ou qu’elle se trouvait dans la même dimension que moi. Un léger espoir me prit, elle se déplaçait! Petite Chose pouvait venir jusqu’ici et… me tirer sur le plancher? Mais je ne la voyais plus… comme de fait, une seule des petites pierres translucides se mit à illuminer près de moi. D’une teinte plus souillée que la lumière blanche qui se dégageait des autres, elle dégageait une aura rougeâtre, donnant juste assez de lumière pour distinguer na silhouette de l’ombre.

« Astralÿs… » Appelais-je d’une voix beaucoup plus faible qu’à l’habitude… comme un murmure qui me demandait des tonnes d’énergie à prononcer. Espérant qu’elle capte cet appel répété, je fermais les yeux, espérant que ce ne soit pas un rêve. Même si je ne bougeais pas, je pouvais sentir se déposer en extrême délicatesse sur ma peau découverte cette poussière translucide causé par l’effritement des piliers transparents. Un peu comme un meuble ou la poussière s’accumule avec le temps et qu’on ne nettoie pas.

« Astralÿs… » Encore je l’appelais sans avoir la certitude qu’elle était bien là, mais espérait toujours. « Petite Chose… »

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 27 Nov 2012 - 23:25


Pa-pam. Pa-pam.

Aucun signe de mouvement.
Aucun bruit de présence.
Aucune sauvage attaque. Astralÿs était seule... pour le meilleur ou pour le pire ? Elle se redressa doucement en parcourant le mur de pierre auquel elle s'était heurtée des doigts. C'était froid, c'était lisse. C'était de la pierre. Que convenait-il de faire lorsqu'on était perdue, seule, dans les entrailles obscures de la terre ? L'elfe ferma xles yeux pour ordonner ses pensées. Céder à la panique n'était pas la meilleure solution. Par vagues, des flashes de souvenirs lui revinrent. Le sol se déchirant avec fracas. Cette lueur d'aube qui n'en était pas une. Le vampire lui criant de ne pas revenir vers lui... C'était peut-être ce qu'elle aurait dû faire. Elle ne se serait pas retrouvée ainsi dans cette situation étrange et effrayante... Seule elle aurait été sauvée, mais ç'aurait déjà été ça. Oui, c'était ce que, raisonnablement, elle aurait dû faire. Mais non. Non, elle n'aurait pas pu. Continuer à vivre en sachant qu'elle avait laissé disparaître son « compagnon de route » ne valait pas mieux que de se retrouver ici. Peut-être même ce sentiment de culpabilité était-il pire ?

Astralÿs rouvrit les yeux et posa un regard sans émotion sur le noir ambiant. Si seulement elle avait eu une bougie et quelque chose pour l'allumer... C'était seulement en cette situation critique, seulement maintenant qu'elle se rendait compte à quel point une bougie était utile et agréable ! L'elfette tendit la main devant elle : son bras blanc semblait se dissoudre dans l'atmosphère sombre au niveau de l'avant-bras. Allait-elle mourir ici ? La situation était tellement pathétique que tout d'un coup, elle fut submergée, étouffée par une vague de désespoir qui partit de son cœur en même temps que son sang, monta tout le long de sa gorge et finit par dégouliner le long de ses joues en sanglots incontrôlables. Malgré le manteau écarlate du vampire, elle avait froid. Etait-ce le silence qui produisait cet effet ? Sûrement. Le silence... Lorsque le bruit est omniprésent, c'est ce que l'on désire plus que tout. Et pourtant, lorsqu'il est présent, il oppresse plus les oreilles et l'esprit que n'importe quel vacarme. Ce silence ! Ce silence rythmé par les sanglots d'Astralÿs, par ce murmure qui l'appelait...

… Ce murmure ? L'elfe se redressa une nouvelle fois et écarquilla les yeux dans l'obscurité comme pour essayer de voir quelque chose – ce qui était strictement impossible. Elle tendit l'oreille et tua ses sanglots pour mieux entendre.

« Astralÿs... »


Sans aucun doute, elle avait bien entendu : on l'appelait. Le timbre de cette voix était plutôt difficile à déterminer à cause du murmure et de l'écho, mais il n'y avait pas tant de possibilités : cela ne pouvait être que Rictus. Il était donc encore vivant... elle n'était plus seule !
Ne prenant même pas le temps de réfléchir, l'elfette prit, à tâtons, la direction que semblaient indiquer les murmures. « A tâtons » était un grand mot : les murs semblaient avoir totalement disparu, elle était de nouveau dans le vide total. Serrant les dents, elle s'interdit d'avoir peur et continua à avancer, lentement et avec détermination.
Elle avait l'impression de glisser sur le sol, si toutefois il y avait bien un sol. Avançait-elle seulement ? Les appels ne se rapprochaient pas, mais l'écho était de plus en plus faible...

Rien, elle ne voyait rien... mais elle sentit quelque chose sur sa peau tout d'un coup. C'était léger et cela se déposait sur chaque parcelle de peau nue, ainsi que dans les cheveux. Astra ne sursauta qu'à peine. On aurait dit de la poudre. L'atmosphère paraissait avoir... ralenti.

« Astralÿs... »

Plus aucun doute, l'origine de la voix était tout près.

« Petite Chose... »

A quelques mètres...
Astralÿs s'immobilisa. Ici, le son de ses pas était inexistant : la personne qui était là ne pouvait pas l'avoir entendue s'approcher. Elle était prise d'un horrible doute. Et si ce n'était pas Rictus ? Pouvait-ce être quelque monstre des profondeurs, tout prêt à lui sauter dessus ?
Elle serra les poings, et se lança. Tout, tout plutôt que cette solitude, cette incertitude.

« Je t'avais dit de ne plus m'appeler comme ça... »

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Astralÿs Mae-noTelii le Dim 24 Fév 2013 - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Sam 9 Fév 2013 - 22:33

Les yeux toujours clos sur l’obscurité de cette caverne instantanément formée autour de moi, nous. Je ne bougeais toujours pas, à quoi bon puisque je n’en étais pas capable… je prenais la poussière tout simplement en attendant de… de mourir? Non… de m’endormir. Dormir pour l’éternité… mais le destin en avait décidé autrement.

« Je t'avais dit de ne plus m'appeler comme ça... »

J’ouvris les yeux. La voix de l’elfette avait résonnée, je ne rêvais pas! – paradoxe. J’en restais silencieux le temps de réaliser qu’elle était bien là, d’évaluer sa position… d’ailleurs, dans laquelle je me trouvais moi… je flottais toujours entre ciel et terre, ou plutôt entre tréfonds et sol…?

« Petit Chose~ » Elle avait râlé, autant en ajouté un peu juste pour l’agacer un peu plus, enfin il ne fallait pas la faire fuir encore, je me retrouverais bien mal. « Astralÿs, ou tu es? Tu me vois? Je ne peux pas bouger… »

J’essayais de remuer les bras encore une fois, et si un infime petit mouvement paraissait, il n’était pas encore assez suffisant pour me faire regagner terre.

« Aide-moi… … … s’il-te-plaît… »

Mon orgueil venait d’en prendre un coup, je demandais de l’aide à ma Petite Chose plutôt que de me laisser sombrer… l’argument me semblait valide en tout cas. Et puis… à part nous, il n’y avait personne pour nous voir et me rappeler cela. J’attendais qu’elle veuille bien m’accorder son aide, enfin je n’avais pas trop le choix, je ne pouvais même pas remuer un orteil dans mes bottes! Ah si! Ils bougeaient! Mais je n’irais pas loin avec un orteil qui remue à peine.

« Tu n’es pas blessée au moins? »

Au vu de notre chute il était probable qu’elle se soit cogné quelque part, mais si elle était arrivée jusqu’à moi elle pouvait se déplacer. Peut-être avait-elle flotté comme moi à l’instant, mais avait trouvée comment se sortir de l’immobilité…


_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Dim 24 Fév 2013 - 20:55


La voix s'éleva de nouveau, cette fois moqueuse. « Petite Chose. » Astralÿs comprit qu'il en rajoutait pour l'embêter, ce qui l'agaça vaguement, mais elle ne put s'empêcher d'être soulagée.
Elle souffla silencieusement. C'était bien Rictus. Pas un songe, pas une créature de l'ombre, pas un monstre, pas une hallucination... Le vampire reprit la parole, et l'elfe nota avec un mince sourire (les coins de ses lèvres frémirent, et ce fut tout) qu'il l'avait cette fois nommée par son prénom. Se fiant à l'origine de la voix, dont l'écho avait totalement disparu, elle s'approcha un peu encore. Il faisait toujours sombre, et sombre était un bien faible mot pour désigner cette obscurité compacte.

« Je ne te vois pas... Mais je sais où tu es. »

Les paroles du vampire avaient un léger accent de détresse qui alarma légèrement l'elfe. Etait-il blessé ? Non, sinon elle aurait senti l'odeur du sang. Mourant, peut-être ? Que s'était-il passé ? Cela ne devait pas être de mince ampleur, puisque Rictus venait de reléguer son orgueil au second plan, ce que, visiblement, il n'avait pas l'habitude de faire. Il lui demanda même si elle était blessée, d'un ton teinté de sincérité. Avait-il perdu son sadisme dans la chute ? « Non, ça va... » lâcha-t-elle, un peu étonnée. « Plus de peur que de mal. »
Alors, Astralÿs s'approcha encore, à tâtons, pour voir si elle pouvait aider le vampire, et le frappa sans le faire exprès en plein visage.

« Ah ! Pardon... Pourquoi est-ce que tu ne peux pas bouger, qu'est-ce qui s'est passé ? »

Elle se guida au toucher jusqu'à attraper le bras du vampire. Il ne semblait pas être à terre, mais debout. Il avait donc été paralysé... mais comment ? L'elfe tira doucement sur le bras, pour voir ce qui allait se passer.
Le silence alentours ne semblait plus aussi vide, mais grouillant de possibilités. Elles bourdonnaient contre les oreilles, faisaient onduler les vêtements et les cheveux. Le silence respirait. Le silence était vivant.

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 12 Mar 2013 - 21:21

Les presque inaudibles bruit de pas qui se faisaient entendre, comme ceux d'une petite souris qui doucement se glissait dans un placard pour subtiliser la nourriture qu'il contenait, ils s'approchaient doucement et un instant je me doutais qu'il ne s'agissait pas de l'elfette, mais son odeur de fleur et de peur mélangé m'indiqua que c'était bien elle. Et puis sa voix finit par retentir dans l'obscurité. Moi qui croyais que les elfes avaient une bonne vision nocturne... elle ne me voyait pas? Elle avait du se guider au son de ma voix dans un premier temps, car je la sentais qui se rapprochait de moi, un peu plus et elle me trouverait. Je fus soulagé qu'elle ne soit pas blessé, je m,en serais voulu si il lui était arrivée quelque chose à cause qu'elle ne m'ait pas laissé derrière et n'ait pas sauvée sa vie comme je lui avait dit de le faire. Plus de peur que de mal avait-elle dit, je pouvais la sentir cette peur, sensation qui d'ordinaire faisait ressortir les instincts de chasseur des vampires. Étant immobile c'était un peu compliqué... mais je n'avais pas envie de la chasser. Elle était mon alliée.

Je me concentrais sur ma respiration et sur tous les muscles de mon corps que je pouvais bouger de quelques millièmes de centimètre lorsque soudain une douleur me prit sur la pommette. Je venais de me faire frapper? Par Petite Chose? Elle avait trouvé le moyen de me donner un coup alors que j'étais immobile?!

« Aie.... »

Pas que j'avais vraiment eu ml, mais je devais lui signaler que cette chose qu'elle venait de percuter et bien c'était mon visage. Au moins elle s'excusait... elle n'avait probablement pas fait exprès.... Elle me demandait ensuite pourquoi je ne pouvais pas bouger... comme si je le savais!

« C'est une bonne question... aide-moi plutôt que de poser des questions inutiles... » Légèrement vexé parce qu'elle avait réussit à me frapper... aussi parce que de rester immobile commençait à m'agacer sérieusement.

Au moins, même si je ne pouvais pas bouger, mes sensations étaient toujours présentes. Je sentis ses petites mains venir me prendre la bras et tirer sur celui-ci, me plissant légèrement la peau puisque mon manteau la recouvrait toujours elle et pas moi. La force de la jeune elfe eut au début qu'un effet de papillon qui essaierait de traîner un cailloux beaucoup trop lourd pour lui... autant dire que ce n'était pas efficace.

« Je suis coincé... »

Mais coincé à quoi... il ne me semblait pas que j'étais bloqué ou même encastré dans le sol? Pourquoi je ne pouvais pas bouger? Et puis, comme si toute la pression qui me retenait avait soudainement lâchée prise sur mon corps, la force de l'elfette fut quadruplée et moi, propulsé dans le direction où elle tirait. Lui rentrant dedans sans le vouloir par la même occasion.

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astralÿs Mae-noTelii
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 469
Métier : Serveuse
Age du personnage : 105
Alignement : Bon
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : La violence, la brusquerie, ses hallucinations...

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Mar 26 Mar 2013 - 23:40

Elle fronça les sourcils. Elle l'aidait, elle montrait sa sollicitude en lui demandant comment il en était arrivé là, et lui la remballait sévèrement. Tout d'un coup, cela lui rappela le froid qui émanait de sa peau, qu'elle avait pu sentir en le heurtant au visage. Tout d'un coup, cela lui rappela qu'elle était face à un vampire. Elle se raidit imperceptiblement, bien qu'au fond d'elle elle sût que le vampire était plus susceptible que réellement méchant. Pour le moment. Elle pinça les lèvres pour toute réponse, et tira un peu plus fort, d'un coup cette fois sec. Rien.

« Je suis coincé... »
Sans blagues. Cependant, comme si ces paroles avaient eu un effet de formule magique, Rictus put de nouveau bouger. Astralÿs ne voyait rien, mais elle le sut lorsqu'il s'écroula sur elle, ce à quoi elle ne s'attendait absolument pas. Elle ne put prévoir sa stabilité et bascula à son tour, en arrière. S'attendant à heurter le sol, elle ferma les yeux. Le choc ne vint pas. Elle rouvrit les paupières, et la vision d'un Rictus aussi surpris qu'elle s'imposa. Elle tourna légèrement la tête en arrière : rien que le noir complet. Ils tombaient.
Encore.

Peut-être était-ce d'avoir été trop confrontée à l'inconnu, peut-être était-ce d'avoir angoissé tant de foi en si peu de temps, d'avoir affronté une quasi chute, une fin du monde, une première chute, un perte de tous ses sens dans l'obscurité... Mais cette fois-ci, Astralÿs n'avait plus peur. Elle ne ressentait qu'une vague lassitude, ainsi qu'un sentiment qui la poussait à s'éloigner de Rictus. Ce qu'elle tenta en battant légèrement des bras. Ce qui ne fonctionna pas. Elle commença alors à se sentir opprimée par cette impuissance, la colère de tout à l'heure rejaillit. D'un geste presque rageur, elle se débarrassa du manteau écarlate du vampire, qui accentuait cette oppression.
« Je te le rends, merci ! »
Cette phrase paraissait un peu décalée dans ce contexte, mais, de toute façon, que dire d'autre ?
Au moment où elle lui tendait le vêtement, et où il l'attrapait d'un geste machinal, le monde se mit confusément à tourner. Bien sûr, à cause de ce noir ambiant, on ne pouvait pas le voir (y avait-il seulement quelque chose à voir?), mais cela se ressentait jusque dans les entrailles. Et puis les cheveux de l'elfe tournaient également autour d'elle, comme si elle avait été embarquée dans une ronde rapide, infernale, infinie. Le sursaut qu'elle fit à cette soudaine mise en mouvement se traduit par une vive inspiration. Elle risqua de nouveau un coup d'oeil vers le bas et, cette fois, elle y vit quelque chose. Des lumières. Colorées. Colorées, et qui croissaient, croissaient pour former une sorte de maelström d'énergie pure. La peur refit son apparition.

Ils chutaient, et invariablement cela allait se terminer dans l'estomac de cette... chose. L'instinct commandait d'éviter cela. Toujours cramponnée au manteau, Astralÿs lança à Rictus la première idée qui lui passait par la tête.
« Essaye de voir si il n'y a pas des parois autour de nous, quelque chose auquel s'accrocher pour freiner la chute ! »
Elle-même obtempéra, et après quelques instants passés à battre le vide des doigts pour essayer de trouver quelque chose à quoi se rattraper, elle conclut qu'il n'y avait rien. Et puis, de toute façon, s'il y avait eu quelque chose, les lumières en contre-bas auraient permis de le voir. Il n'y avait plus rien à faire. Alors, qu'est-ce qui se passe maintenant ? On va mourir cette fois ? Ou pas encore, et on va encore atterrir dans un endroit étrange... ? Ou... Elle n'eut pas le temps de finir sa pensée. Les lumières, en se rapprochant, s'étaient faites plus vives et avaient contraint l'elfette à clore les yeux. Elle essaya de les rouvrir, malgré son instinct. Si elle devait mourir, autant voir comment ça se passait.

Et, de nouveau, sans prévenir, le monde retrouva son sens. La pesanteur, le sol sous les pieds. Et il y avait la brume.
Je suis... debout. Et... je vois ! Je vois la brume, je vois Rictus. Je sens l'étoffe de son manteau encore serrée entre mes doigts. Et, d'un coup, je m'éloigne. Il s'éloigne. Une tension dans le manteau... Non ! Je ne lâcherai pas. Rictus...!
L'étoffe se déchira, et l'elfette se retrouva avec un bout de tissu écarlate entre les mains. La vitesse de l'éloignement explosa. Astralÿs voyait la silhouette sombre de Rictus s'éloigner, de plus en plus vite.
« Rictus ! »
Elle allait se retrouver seule, une nouvelle fois, sans savoir quoi faire.
« Rictus ! »
Dans se brouillard, une nouvelle fois privée de sa vision...

« Alistair ! »

_______________________________________________________________________

Je me réveillai, ce seul mot sur les lèvres. Mélopée me regardait, comme avec inquiétude. Jamais je n'avais si mal dormi : dos courbaturé, soif intense. Et ce rêve, dont je me souvenait confusément, et qui tentait de m'échapper. Je m'assis et fermai les yeux, tentant de tout remémorer : peine perdue. Alistair, de la peur, du brouillard, des lumières. C'est tout ce qui restait. Je me levai et m'étirai. Au fond de moi, je savais que ce rêve, dont je n'arrivais pas à savoir si c'était un cauchemar ou un simple songe, était ancré dans ma mémoire. Il suffisait de le retrouver. D'une démarche malhabile, je ramassai mes diverses affaires éparpillées partout, et me mis en selle. D'une légère pression des talons, je demandai à ma monture d'avancer, en quête d'un point d'eau quelconque. Ce ne fut que lorsque, pensivement, je me mis à regarder le ciel à travers les frondaisons, que je me rendis compte que je tenais fermement quelque chose dans ma main droite. Je dus me forcer à ouvrir mes doigts raidis pour faire apparaître une morceau d'étoffe déchirée. En temps normal, je l'aurais jeté, mais je sentais que ce simple bout de tissu avait quelque chose d'important. Je le fourrai dans une poche intérieure, certaine de ne pas le perdre, pour pouvoir y repenser plus tard. J'avais trop mal à la tête pour percer quelque mystère que ce soit.

Les sabots de Mélopée tapant contre le sol terreux, je repartais sur les routes avec, pour tout souvenir d'un songe, quelques images et un morceau d'étoffe.


Où finit la lumière et commence l'ombre, là où les couleurs apparaissent...

_________________
(new) Fiche

Thème
Roses (14):
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair Luen
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 172
Métier : Baron de Màvreah
Age du personnage : 80
Alignement : Neutre Mauvais
Double Compte : Xaelis Kasaros Everys

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   Dim 28 Avr 2013 - 5:48

M'attendant à heurter violemment Astralÿs lorsqu'elle m'avait tiré hors de l'immobilité, je fus surprit, pas tant que ça, de continuer de tomber sans vraiment buter dans l'elfette. C'était peut-être une chance, je lui aurais sans doute fait mal en lui tombant dessus, ou l'aurais écrasé... Le sol ne venait pas, la chute était comme les autres, interminable. Ça devenait agaçant tient... Je ne pouvais pas faire autrement que de filer vers un endroit inconnu, un peu comme Alice qui tombait dans le trou du lapin blanc... Il fallait juste espérer que lorsque la fin de ce tunnel viendrait, on ne s'écraserait pas comme des galettes.

Attendant de toucher le fond sans trop bouger, je percevais légèrement les mouvements de l'elfette, ainsi que ses paroles. « Je te le rends, merci ! » Elle se débarrassait de mon manteau rouge pendant la chute? Moi je l'aurais gardé sur le dos, il lui offrait une certaine protection contre ce qui pouvait l'égratigné et contre le froid... tant pis pour elle. Je tendais la main pour le récupérer, mais tout ce mit à tournoyer, ce qui m'empêcha de mettre la main sur mon bien. Malgré l'obscurité intense je ressentais que ça tournais, ayant toujours eut l'estomac un peu fragile à ce genre de chose. Je retenais quelques haut le cœur pendant la chute, incapable de reprendre mon manteau et puis elle avait dû s'y cramponnée lorsqu'elle s'était rendu compte que le monde entier tournait autour de nous.

Le noir ambiant se tinta de couleurs vive, d'abord comme des lueurs à nos pieds, puis elles se firent plus intenses, presque aveuglantes. Je ne comprenais pas ce qui se passait... Allions-nous entrer en contact avec des soleils? Je n'espérais pas trop brûler maintenant... mais tout était coloré, ce ne devait pas être ça.... mais quoi?

C'était vraiment étrange... l’incompréhension devait paraître sur mon visage froid. Je tournais alors vivement la tête vers ma coéquipière de chute libre sans parachute, « Essaye de voir si il n'y a pas des parois autour de nous, quelque chose auquel s'accrocher pour freiner la chute ! ». Je la regardais un peu bêtement, sans bouger. À quoi voulait-elle qu'on se cramponne? Il n'y avait rien ici mis à part ces boules lumineuses dont je retissais à toucher... voulait-elle me essayer de me tuer une fois de plus? Elle semblait pourtant convaincue qu'il y avait de l'espoir, mais elle revint rapidement à la conclusion qu'il n'y avait rien. Rien pour nous sortir de ce très mauvais pas.

Je fermais les yeux, les protégeant même avec mes bras lorsque les lumières se firent ardentes, les traits tirés dans une moue de frayeur. Et d'un coup je ne tombais plus, le sol avait refait surface sous mes pieds, nos pieds. Debout dans une épaisse brume je me tenais près d' Astralÿs, puis l'instant d'après une force étrange me tirait loin d'elle. Je tentais de résister, mais s'était impossible, comme si s'était la terre elle-même qui s'éloignait. Elle avait toujours le manteau entre les mains, mais celui-ci semblait être habité par un fantôme et se débattait pour lui échapper... lui échapper et me retrouver... le crissement de l'étoffe qui se déchirait résonna dans ce monde brumeux et je compris que c'était la fin. La voix de l'elfette qui m'appelait résonnait elle aussi dans le vague de l’environnement... je ne savais même plus comment appeler cet endroit...

Avant que mon manteau ne me revienne complètement je hurlais, « Astralÿs!!! », pour être certain qu'elle m'entende, mais Petite Chose semblait être déjà perdu au loin, un point doré dans la brume qui m'envahissait. L'obscurité refit surface sans prévenir, de nouveau privé de lumière. La brume m'étouffait, rendant ma respiration difficile. Je tombais à genoux dans la terre et laissais la brume me prendre, incapable de prendre un souffle.


____________________
Pourtant je resterai dans l'ombre...



Je me réveillais brusquement en cherchant à respirer à nouveau, remplir mes poumons d'air et non de brume. Mon cœur tambourinait dans ma poitrine comme si je venais d'échapper à une hordes de loups des ténèbres. Sans que je ne sache pourquoi un sentiment de manque m'envahissait, quelque chose me manquait sans que je ne puisse savoir quoi. Je mis même un instant à me remémorer l'endroit ou j'étais et évidement je me trouvais en bas de mon lit, j'avais du tomber et me réveiller brusquement à cause de ça... Pfff... Je prenais le temps de me calmer un peu, il n'y avait rien de dangereux dans cette pièce, c'était ma chambre...

_________________
- Alistair Luen - Vampire - Baron de Màvreah -
- Écrits d'un Bâtard -
"Ali c'est un peu le bigorneau sur le rocher Ephaëlyen." Cerra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Où finit la Lumière et commence l'Ombre [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Presentation de Taiki Kago dit L’Épéiste de l'Ombre [ terminé en attente de validation ]
» Un peu de lumière dans l'ombre ne serait pas de refus.
» Prêtresse de la lumière || Haliana Saraël || Terminé
» Massko, Pokémon de L'Ombre [Terminée]
» La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère [PV Miyuki Tatsuki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Utopia - Royaume des Rêves-