Partagez | 
 

 Aux lames acérées [ Abandonné ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Aux lames acérées [ Abandonné ]    Mar 7 Aoû 2012 - 11:12

Au cours de tous ses nombreux voyages, il était un lieu où Gwellaouën n'avait jamais mit les pieds de toute son existence. Thaodia, la contrée lycanne. Ce n'était pas un hasard... Jusqu'ici l'elfe n'avait jamais osé y mettre les pieds, ce lieu étant l'habitat naturel des créatures qui avait tué tout ce qu'il restait de son clan, Le Peuple des Eternels. Cependant, ayant appris qu'il était plutôt rare d'en croiser et avide de découverte ainsi que poussée par la curiosité typiquement elfique, elle voulu donc remédier à cela.
Ainsi, plusieurs jours durant, elle avait voyagé depuis Mavreàh jusqu'ici sur le dos de Skoll, son Fenrir. Et qu'était-ce "ici ?" Visiblement elle se trouvait dans l'un des endroits les plus haut de la contrée. Une sorte de colline montagneuse où se dressait au plus haut point un majestueux et immense rocher en légère ascension vers le ciel. L'idée de le gravir lui traversa l'esprit. Après tout, de là bas, elle pourrait admirer tout l'horizon de Thaodia et ainsi décider du prochain endroit où se rendre. Elle descendit dus dos de son compagnon, le jaugeant du regard. Il avait visiblement compris les intentions de l'elfe et, au vue de sa queue remuant joyeusement, l'idée devait lui plaire. Ils grimpèrent donc tous les deux.
Une fois dans les hauteurs, Gwellaouën, légèrement essoufflée par cette escalade se débarassa de son baluchon de toile et de son épée, ayant appartenue à son père pour s'installer en tailleur, tournée vers le paysage merveilleux qui s'offrait à elle et profitait de la vue. Elle se sentait bien ici. Le soleil réchauffait sa peau laiteuse et une légère brise faisait virevolter sa chevelure de jais. Commençant peu à peu à sentir la faim tirailler son estomac, Gwellaouën tira de son baluchon le cadavre d'un lapin qu'elle avait chassé sur le chemin en prévention de ce moment. Avec son couteau de chasse, elle le dépeça et le vida par la suite. Il lui aurait fallut faire un feu... Mais pour ce faire, elle serait obligée de redescendre pour aller chercher des branches sèches et des petites buches. Ne s'en sentant pas le courage, elle mordit dans la chair crue de l'animal mort, s'éclaboussant de son sang abondant. Après tout, ça ne serait pas la première fois qu'elle doit manger de la viande qui n'a pas été cuite au préalable. Cela ne l'a jamais rendu malade pour autant. Elle tendit la moitié de l'animal à Skoll qui, du bout des crocs le ramnera près de lui avant de se jeter dessus tel un loup affamé. Ce que, somme toute, il était. Une fois son festin froid terminé, elle s'essuya les lèvres d'un revers de main et jeta la carcasse du lapin dans le vide, en ayant au préalable vérifié que personne ne se trouvait en dessous pour se retrouver avec un squelette sur la tête. Rassasié, l'elfe etira ses jambes et pencha son buste vers l'arrière, se maintenant sur ses coudes, la tête presque contre le flan du Fenrir, lui aussi allongé.

Tandis qu'elle levait la tête vers le ciel, profitant du vent qui rebondissait sur ses joues, un bruit de pierres roulantes se fit entendre derrière elle. Intinctivement, elle se redressa et posa la main sur son épée mais ne se retourna pas pour autant. Pas encore tout du moins.

(HRP : Je suis désolée du petit post que je viens de faire mais je dois avouer ne pas avoir beucoup d'inspiration aujourd'hui. ça va revenir, t'inquiète Wink ! )
EDIT : Quelques mots modifiés car j'avais oublié un détail : J'ai une monture maintenant xD Donc j'ai incorporé mon fenrir à l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux lames acérées [ Abandonné ]    Mer 8 Aoû 2012 - 22:24

Quitter ce pays maudit...

Tant que je vivrais parmi les lycans, cette envie de meurtre ne cesserait de défigurer mon âme et de broyer mon esprit par ces migraines insoutenables.
Depuis que j'avais été mordu, le terme "Lycan", ou l'un d'eux me nommant "frère" suffisait à ranimer cette soif de sang. Pourtant je faisais des progrès. J'arrivais à un consensus avec ma partie sauvage, à la création d'un nouveau "moi". Mais certaines choses semblaient trop profondément ancrées dans ma haine pour que je cille.

Je devais donc quitter Thaodia... Mais pour aller ? La question était judicieuse.. Avais-je encore un foyer ?
Mais tandis que j'aurai pu me laisser aller à de nouvelles pensées dépressives, une odeur de sang vint à mes narines, réveillant mon estomac plutôt que mon esprit.

Assis dans la brousse, ayant profité de l'air d'altitude pour réfléchir, je me relevais, vérifiant mes sangles et mes armes.
Comme tout bon chasseur, je suivais mes sens pour repérer ce qui deviendrait ma proie, avant que je sache si j'avais affaire à une personne amie, ennemie, ou neutre. Courbé, ma course était rapide et silencieuse, et mon habit couleur terre et vert se fondait à merveille dans le plateau luxuriant.
Cette course dura quelques minutes, ne laissant pour seul bruit que celui de ma sacoche raclant doucement ma jambe. Puis d'un coup, je me laissais tomber à terre.

Assis en tailleur dans un bosquet, mon odeur, ma position ou autre n'étaient repérables que par un oeil qui en plus de me chercher, savait ou et comment me chercher.
Somme toute, j'étais à un point d'observation parfaite pour épier cette... Femme ?


Décidément, je ne croisais que cela.. Depuis Th.. Depuis celui qui m'avait mordu (je ne devais pas prononcer ce nom qui alimentait ma fureur). Trop tard, le simple fait d'y penser suffisait à m'irriter au plus haut point.
Toujours était-il que depuis Lui, je n'avais rencontré que des femmes, à croire que Thaodia était un pays d'amazones louves. La blague..

D'autant que, proche de son sillage, je sentais une odeur beaucoup plus... Enfin, beaucoup moins.. Disons que l'odeur était différente. La silhouette aussi d'ailleurs.
Même si je salivais devant la viande crue qu'elle dévorait -régime réservé souvent aux lycans- j'étais certains que je n'avais pas affaire à une de mes.. Soeurs. Ni a une humaine, je connaissais très bien leurs odeurs.
Alors quoi ?

J'aurai du bouger pour avoir un meilleur point de vue. Mais en déplacement, j'avais toutes les chances de me faire repérer. Assez proche, je devais attendre qu'elle se retourne. Du moins aurais-je du...
Attiré par la faim, un animal, d'ici je ne le voyais pas, coyote ou loup, avait tiqué lorsqu'elle avait jeté son repas, signalant sa présent avant de détaler. Bien sur, ma charmante compagne l'avait entendu, et était sur le qui-vive à présent.
Et pourtant, elle ne se retournait toujours pas, droite et tendue, face au vide.

Mais il était évident que ma chance venait de passer, et mon seul avantage, j'allais devoir l'utiliser dans le vide. Tirant mon épée, je m'avançais vers elle avec lenteur. Je pouvais la surprendre puisque son attention était focalisée sur un point derrière elle alors que j'arrivais directement sur sa droite. Mais debout à présent, ma présence était immanquable.

D'un pas lent et laissant mon bras ballant derrière moi, mon épée avait tout le temps de traîner au sol, ne s'arrêtant que pour tinter agréablement contre une des nombreuses rocasse laissées au sol. J'étais sur de ne pas l’abîmer, mais en fait j'étais aussi un peu au dessus de ça.
En fait cette tenue de débraillé et cette posture nonchalante étaient naturelles depuis que j'étais lycan, car je n'avais recours qu'a la tension du combat... Seulement en combat. Le reste du temps, je prenais garde à laisser mon esprit et mon corps dans une relative brume pour en garder le contrôle le plus total.

D'une voix rauque et gutturale, je prononçais dans ma langues aux accents chantants les paroles nécessaire dans ce cas de figure. Après tout, n'étant ni humaine ni lycan, pourquoi aurait-elle compris les langues que ces races partageaient ?


-Naidye'i dfendia'rnt noljë, mye net yelesta'rs ? Nye net oïlo yelestar's ? Firend'm ö liers'm ?

Je n'étais pas spécialement dans une garde agressive.. Epée au poing, certes, mais mon bouclier restait dans mon dos et ma main libre ne faisait pas le moindre geste vers ma hache ou mes couteaux de chasse. Ici, la prudence était de mise. Cette femme avait des cheveux passablement long, cela signifiait sa valeur, pour moi. Et vu sa façon de manger la viande crue et sa race inconnue, elle était au moins dangereuse.

Mais si je n'étais pas spécialement menaçant encore que mon attitude excluait tout laxismes, mes yeux fous criaient toujours une envie de violence. Injectés de sangs, mes orbites tremblants étaient troubles et semblaient tout faire pour déclarer la guerre.
Une chose était sure.. Je n'étais pas d'humeur, et à présent, j'avais mis cette femme sur mon chemin. Restait à savoir comment elle en sortirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aux lames acérées [ Abandonné ]    Lun 13 Aoû 2012 - 11:47

HRP : Excuse moi du temps de réponse, je n'ai pas beaucoup de temps pour moi..... Je vais essayer de te répondre au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux lames acérées [ Abandonné ]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux lames acérées [ Abandonné ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» BENJI Shih tzu abandonné à 10 ans (02)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-