Partagez | 
 

 A la veille de la guerre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: A la veille de la guerre...   Dim 9 Sep 2012 - 13:22

La veille de la guerre...
Effroyable instant, épouvantable moment...

Là où s'entrecroisent les idées divergentes ou émergent les questions existentielles mais où tout est à présent irréversible...
Torturé et tourmenté, écartelé et broyé, l'esprit du commandant de l'armée elfique n'avait jamais autant subit de dégâts de telles sortes, arrachant la fatigue de son être, il ne pouvait se reposer.

Alors, le Commandant descendit de sa tour, de ce donjon suprême faisant la fierté d'une capitale flamboyante qui ne le resterait peut-être pas par sa faute...
Il s'en alla rejoindre, dans les écuries, son faucon millénaire et s'envolèrent tout deux vers un endroit plus éloigné, plus calme mais non loin de ses hommes car seuls ceux-ci pouvaient le comprendre un minimum. L'elfe et la créature virevoltèrent à travers les nuages, contemplant la voûte céleste égayée de ses innombrables lanternes scintillantes. Les lueurs de l'astre lunaire éblouirent le guerrier meurtri et pour la première fois de la soirée, l'elfe ressentit un léger épanouissement jusqu'à esquisser un sourire.






Après deux heures de vols, sillonnant les hauteurs de la forêt de l'Eternel, ils arrivèrent au Poste-d'Avant Garde d'où les troupes de rangers faisaient leur ronde quotidienne. Plus de la moitié d'entre eux allaient partir en guerre dés le lever du soleil, tandis que l'autre se devait de rester pour protéger la contrée. C'est en cet endroit qu'Ayliän Faën, Commandant de l'armée elfique, décida de s'arrêter.

Le Poste d'Avant-Garde, une tour principale enracinée à la nature où de nombreux ponts suspendus y menés par les divers seconds postes situés dans les arbres. Un entremêlement de ficelles et de bois donnant à ce lieu, pourtant militaire, un charme sans nul autre pareil. L'air était doux en cette soirée des plus silencieuse, bien plus qu'à la normale, car les soldats, faucons d'Evanya, n'avaient de cesse à ressasser la guerre en leur esprit. Beaucoup allaient partir, beaucoup n'allaient y revenir et voilà la simple raison pour laquelle le silence était d'or ; la préservation d'un équilibre mental.

Tous avaient peur... même le commandant...

Celui-ci laissa libre Yalmenël, son faucon et entreprit l'ascension d'un escalier en colimaçon autour d'un tronc immense menant finalement à plus de 40 mètres de hauteurs avant d'en arriver à un petit baraquement en bois. L'elfe entra et salua ses hommes.

- Faucons d'Evanya!

Les trois soldats ne s'attendaient à une telle visite, le chef des armées lui même. Sur ce, ils se mirent rapidement debout et le saluèrent respectueusement en inclinant légèrement la tête. Aucun d'eux n'osaient parler, égarés dans le trouble et l'effarement.

- Est-ce que tout se passe bien, soldats?
- Oui, commandant Faën.... nous allions reprendre la ronde!
- Etes-vous de ceux à partir à la guerre, soldats?

Les trois faucons se regardèrent entre eux, et le meneur répondit fièrement.

- Oui, commandant, nous serons à vos côtés!
- Alors, allez vous reposer, fiers faucons.
- Mais commandant...
- Laissez aux troupes qui ne partent pas en guerre faire les rondes cette nuit.
J'ai besoin que mes hommes soient en forme pour combattre.

- Bien Commandant Faën! répondit-il avec un enthousiasme tel qu'il contamina les deux autres soldats.

La plupart des soldats avaient passé la journée, exceptionnellement, en compagnie de leur famille, d'autres s'y étaient refusé car cet acte semblait vouloir dire qu'ils n'en reviendraient pas et d'autres encore n'avaient comme famille que l'armée... mais tous se devaient d'être en paix mentalement pour être au-dessus de la souffrance psychologique lors de la guerre. Mais cela ne suffisait en réalité et le silence, régnant au sein des faucons d'Evanya, en disait long.

Le commandant sortit du baraquement construit entre les énormes branches et emprunta l'un des longs ponts suspendus au-dessus de rivières et cascades, reliant le poste principale à cet arbre. Il s'arrêta finalement en plein milieu de celui-ci et empoigna de ses mains la corde soutenant l'un des côtés, faisant office de rambarde. Son regard vacilla ici et là, s'engouffrant dans le firmament étoilé, rêvassant à cette beauté éphémère qu'offrait la nuit. Les chants des oiseaux nocturnes emplissaient les lieux tout autant que ceux des crickets et autres insectes parvenant aux oreilles de l'elfe tant ils chantonnaient en chœur de manière si ordonnée. D'ici, on ne pouvait croire qu'une guerre allait éclater au lendemain... d'ici, tout semblait encore possible... et Ayliän ferma les yeux en caressant ce doux moment de quelques profondes respirations avant que la brise ne vienne à sa rencontre, l'enlaçant avec amour jusqu'à croire à la dernière étreinte de mère nature.







Quelques soldats passèrent derrière lui, le saluant non sans fierté, le remerciant furtivement de les relever de leur poste pour se reposer. A plusieurs reprises, Ayliän détourna le visage pour leur offrir un léger sourire avant que son attention ne se perde à nouveau dans le ciel scintillant.

A peine quelques secondes plus tard, les pas d'un autre soldat se firent sentir lorsque le pont se mit à tanguer très légèrement. Lorsqu'il passa derrière le Commandant, celui-ci l'interpella. Ayliän avait besoin de parler à l'un d'eux, un simple soldat comme tout un chacun, un peu en retrait, peut-être plus solitaire que les autres. Alors sans se retourner, le commandant laissa quelques mots à l'attention de celui-ci.

- Attendez, soldat...

Le faucon stoppa sa marche, restant silencieux. Sa présence apaisa étrangement le jeune commandant à l'armure bleutée.

- Il serait malheureux, voire égoïste de ma part, de ne pas partager un tel spectacle. dit-il en admirant le firmament prônant au-dessus de la forêt avec magnificence.

L'elfe se retourna finalement vers le soldat.

Les lueurs de l'astre de la nuit caressèrent son corps de jeune guerrière et flattèrent sa peau légèrement violette. Sa chevelure argentée et son doux visage ne pouvaient que mieux rendre folle de jalousie la beauté elle-même. Si bien que le commandant n'aurait pu l'imaginer combattre si elle ne portait cette armure lui allant parfaitement, exposant un corps fin mais marqué par les entrainements de tous soldats de la contrée. Le regard émeraude du commandant s'engouffra intensément en celui de la jeune elfe avant qu'il ne finisse par se retourner pour contempler à nouveau la beauté du paysage tout en espérant qu'elle le rejoigne.

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la veille de la guerre...   Dim 9 Sep 2012 - 21:03




Merci à Liam de m'avoir suggéré les codes pour la musique.

Ce soir là, elle jouait de la flûte de pan sous les étoiles, perchée sur une branche. Non pas qu'elle ne se présentait pas à son poste mais bien qu'elle ne devait y aller que dans quelques minutes, alors elle prenait l'occasion de vider toute la peur dans sa mélodie. Elle commença par un simple rythme doux et relaxant, évoquant une légère tristesse, le départ et peut-être la fin du chemin. Sa famille lui manquerait, mais son inquiétude était portée sur son frère qui lui de même allait être présent à la guerre, elle n'accepterait pas de le perdre. Soufflant les notes de manière lente et prononcée, elle ferma les yeux pour se laisser porter sur un tout autre monde. Balançant ses pieds suspendus dans le vide, elle sentit la braise venir tendrement caresser sa peau, tournoyer autour d'elle et finalement continuer son voyage. Son souffle cessa et la musique devint le silence, elle rangea sa flûte de pan et descendit de l'arbre. Le lac était magnifique, les étoiles illuminaient les environs et les plaines poussaient sous la beauté. Cette nuit là ne pouvait pas être la veille d'un combat sur nos terres. L'endroit était scellé sous le sang qui devait y passer, la jeune elfe posa son regard innocent sur tout l'endroit qui devait demain tout juste être dévasté.


Son regard lumineux plongea vers le sol, elle vint à se pencher pour toucher l'herbe, pleurer sous la nature, retirer tout la douleur qui se propageait à chaque seconde dans son corps, ses veines, son sang. Ses lèvres étaient si pâles depuis 3 jours, elle ne dormait que très peu et elle n'avait plus du tout le sens d'orientation parfois. Était-ce le malaise ? Elle ne devait pas rester dans cette pitoyable état, car sinon ce serait l'échec, elle comptait sur son frère comme il comptait sur elle pour éviter la mort et garder cet éternelle amour fraternelle. Elle caressa l'herbe, et vint frôle l'eau du lac, elle ferma les yeux en redressant son corps, prenant une grande inspiration en relevant son être. Debout, elle tournoya et se mit à danser avec et pour la nature, créant de grands mouvements d'air, suivant la mélodie dans son esprit. C'était le vide, son coeur était maintenant près à boire tout le malheur du monde. Son sourire s'étira doucement, la panique était passée. Menant ses pas légers jusqu'au petit village en jouant de sa flûte d'un air si joyeux, si changeant au précédent.


Elle laissa le silence s'abattre sur sa musique, et la nuit vibrer ses sens puis les reflets de la lune briller sur son petit corps féminin. Ses pas furent guidés vers le poste d'avant-garde, elle devait se mettre au boulot et préparer le futur. Une nuit de repos n'allait pas aider pour demain, elle ne cru pas un instant que du sommeil allait l'aider. Au poste d'avant-garde, elle fit le tour et trouva sur son chemin son frère, qui se dirigeait vers le village auprès de deux autres soldats, celui-ci venait tout juste de croiser le commandant et son devoir était maintenant le repos. Sur son passage, Gwen vint à l'interpeller et s'approcher.

« Grand frère, tu ne surveilles pas les horizons comme demandé ? »

L'homme sourit à sa petit soeur et mit la main sur son épaule.

« Plus maintenant Gwen, en tant que soldat, me reposer serait la plus fière décision. Le commandant nous a dit que nous devions prendre des forces pour demain, tu devrais en faire autant. »

La jeune femme hocha légèrement la tête en signe de respect et laissa son grand frère continuer son chemin et retrouver les bras de Morphée en espérant le croiser demain de nouveau. Son regard se porta sur les lieux, devait-elle vraiment aller se reposer elle aussi ? Non, elle devait encore savoir pour demain. Elle prit la marche jusqu'aux longs ponds suspendus, l'un d'eux. Le premier, elle ne vit personne et le traversa. La mort était quasiment présente, le silence et les soldats apeurés, tous, n'y avait-il que Gwen qui voyait le bon côté des choses à présent ? Elle pensait que les elfes devraient faire une cérémonie histoire de vider la peur à tous et propager la confiance pour une victoire absolue. Le commandant, la jeune femme n'avait jamais eu l'occasion de croiser cette personne si importante, si ce n'était de loin pendant les conseils ou alors d'un croisement rapide qui ne précisait même pas un seul regard. Il semblait occupé mais si passionnant, était-ce un admiration envers l'homme ou une simple raison d'être curieuse ? Ça devait être le mélange des deux selon elle.


Plusieurs soldats étaient passés tout près d'elle.Elle avait le regard vide, ses pensées plongées dans la mer bleue. Les reflets caressaient sa couleur violette, dessinant tout les détails, tout les formes et tout les courbes de la demoiselle. Ses pas l'avaient guidé beaucoup plus loin du poste, son regard se releva enfin, découvrant une souche, puis un début de pond. Son regard vu plus loin, le pond suspendu ? Il y avait quelqu'un de plus..C'était...C'était ?! Le commandant ! Depuis des lustres elle avait rêvé d'être en sa présence et ça devait être la veille de la guerre, évidemment ! Elle qui n'avait jamais croisé d'aussi près le commandant. Ses pas s'arrêtèrent au début du pond, pas question de renoncer à être près de l'elfe le plus connu de tout Evanya. Pas question ! D'un autre côté elle ne voulut pas le déranger, si calme, si posé devant le ciel étoilé. Une déferlante cascade de bonheur vint à faire trembler son frêle corps de femme. Elle s'avança, le fixa le temps qu'il ne la regardait pas puis passa lentement son chemin. Son corps frissonna sous le courant d'air qui vint réveiller les nerfs de sa peau tout en étant à ce moment près du général.

Ses oreilles légèrement abaissées s'étaient redressées au moment ou la sonorité merveilleuse vint à chatouillait son ouïe, miracle ? Certainement. Elle cessa ses pas, puis prit une bonne quinzaine de minutes avant de se retourner vers son interlocuteur. Soldat ? Oui, c'est vrai elle était soldat maintenant... Elle attendit que celui-ci ouvre les yeux à la présence de Gwen, pendant ce temps, elle continuait à le fixer inconsciemment. Le coeur battant la chamade, elle le détailla de tout son long. Sa longue chevelure de couleur orge dorée, une peau éclatante sous les reflets de la lune. Elle détailla ses fins traits masculins et ses muscles sculptés par les dieux malgré son armure tout aussi élégante et emplie de style. Elle attendit de voir son regard émeraude et de s'y noyer, la brillance fixant la demoiselle était assez puissante pour faire fondre son coeur, une admiration vous dites ? Pourquoi pas plus ? Elle se laissa choir dans son regard puis s'approcha lorsqu'il lui proposa de regarder le ciel en sa compagnie. Le rêve ? Elle s'était surement évanouie tout à l'heure puis depuis quelques minutes elle rêvait, à ce moment même son corps inerte était probablement tout près du pond alors qu'il n'y avait réellement personne en fait, c'était sûr. Elle prit une grande inspiration, elle se pinça subtilement et se rendit-compte que ceci était une réalité. Son coeur fit un bond, elle vint à s'approcher timidement tout en étant en conflit avec sa conscience. Elle finit par finalement s'asseoir à ses côtés avec un peu beaucoup de détermination puis fixa le ciel, prenant une posture droite en tant que soldat en compagnie de son commandant, elle devait être sous ses ordres, après-tout.

Elle posa son regard parfois sur lui mais la plupart du temps vers le ciel, les joues colorées d'une teinte pourpre, elle était épanouie pour sa vie entière. Cependant elle n'osa dire un mot, c'était toujours au commandant de donner le droit de parole et elle devait attendre à l'une de ses questions pour parler, que ce soit la plus importante ou la plus inutile des questions.


Dernière édition par Gwen Ashley le Dim 9 Sep 2012 - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Une présence réconfortante...   Dim 9 Sep 2012 - 22:27

Une merveille... un tableau idyllique d'un avenir sans le moindre bouleversement.
Voilà ce que contemplait l'elfe...

Quelques vagabondes traversèrent la voûte étoilée, disparaissant en un instant dans l'obscure voile de la nuit. Pour les quelques secondes permettant de l'admirer, le commandant y était présent. Son cœur se mit à battre bien plus qu'il ne l'aurait imaginé à ce spectacle des plus harmonieux... le dernier peut-être...

A cette simple idée, Ayliän baissa le regard et forma une triste moue.
Bien évidemment, il avait peur de mourir... de disparaître telle une étoile filante en un simple coup d'œil... et après... on l'oublierait. La tristesse gangréna son âme mais les larmes ne lui étaient guère permissent. Peut-être était t'il devenu le bourreau d'un monde qu'il chérissait tant jusqu'à lui interdire de verser la moindre goutte d'humanité...

Le commandant s'y soumit bien malgré lui et s'assit sur les planches en bois du pont suspendu. Enserrant fermement de ses mains les cordes de celui-ci, il ferma les yeux tristement. Il se refusait d'être l'un de ces hauts-placés à torturer le monde d'une nouvelle guerre, pourtant... il en était le protagoniste... et lui seul déclencha ce futur massacre.

Ayliän en était persuadé, il en paierait le prix jusqu'à en mourir... mais le plus douloureux dans tout ça n'était réellement sa mort mais tous les morts que cela engendrerait bien avant lui.

Et comme le soleil venant éblouir son cœur, la jeune guerrière s'assit à ses côtés. Son doux parfum naturel emplit l'air d'une aura réconfortante.
Le commandant en sourit, y voyant presque un espoir en elle.

Elle... cette jeune elfe d'une beauté plus que renversante. Que faisait-elle parmi les soldats?
Pourquoi d'une aussi belle créature émanait une volonté à combattre le mal aux côtés des guerriers d'Evanya? Triste réalité que celle-ci...

Elle aurait bien pu consacrer sa vie à la protection d'un mari aimant et de ses enfants... mais contre toute attente, elle se voyait être une guerrière parmi les Faucons d'Evanya. Le commandant détourna le regard en direction de la jeune femme à ses côtés, contemplant son visage fin et ses courbes gracieuses. Son corps émanait une chaleur qu'Ayliän aimait à préserver en lui. Et si cela lui aurait été permis, il aurait bien voulu que celle-ci soit à ses côtés tout au long de sa vie...

Il aurait tant voulu avoir un avenir... une famille... des enfants... une femme à aimer... mais cela lui était inaccessible à présent... alors, il contempla cette magnifique créature à côté de lui sans le moindre espoir de pouvoir lui accorder un amour durable.

Non, un commandant se doit d'être seul afin d'y préserver toute logique en son esprit...
De ce fait, Ayliän détourna le regard et contempla le ciel emplit d'étincelles...

- C'est magnifique, n'est-ce pas? dit-il sans attendre de réponse.

L'elfe inspira profondément avant de reprendre.

- Si le destin s'en vient à croiser votre regard en la bataille... soyez-sûr que je vous protégerai.

Ayliän caressa du regard le visage de la jeune inconnue, espérant la rassurer de ses mots sincères.

- Merci d'être là, avec moi... laissa t'il échapper.

Apercevant une flute de Pan à sa ceinture, Ayliän en sourit maladroitement.

- Pourriez-vous jouer de cette flûte pour moi? demanda t'il avec douceur.

Le commandant ne connaissait cette jeune elfe, ni son nom, ni son grade, mais la seule présence de celle-ci l'épanouissait tant qu'il ne voulait plus s'y détacher.




_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la veille de la guerre...   Dim 9 Sep 2012 - 23:37

Avant même de s'être installée à ses côtés, elle remarqua au passage l'air triste et les expressions inquiètes du général, avait-il lui aussi la même sensation face à la guerre qu'elle ? Si c'était le cas, elle devra remonter le moral du commandant, sinon, la chance sera moins belle.

Boum...Boum-boum..Boum...Boum-boum. Les battements de son coeur suivait le rythme, les couleurs dans le ciel reflétaient dans le regard du commandant, le bonheur reflétait nageait dans le sien. Elle remua en douceur ses oreilles puis ferma les yeux un instant pour respirer l'air fraîche et la douce odeur du commandant. Si élégant, attirant, beau et courageux, elle ne pouvait le décrire en entier, ce serait bien trop long, et ça en comptant seulement les qualités.

Cela faisait un moment qu'elle fixait le ciel sans détourner le regard, clignant des yeux plusieurs fois, elle pencha légèrement la tête et détourna son regard sur l'elfe. Laissant au passage quelques mèches argentées se glisser sur son front et son nez. Elle laissa un esquisse de sourire embellir son visage et rayonner l'endroit. La plus moment de tous, le commandant se retourna vers lui et la regarda de ses yeux émeraudes. Son coeur fit un bond, elle détourna le regard initialement, mais revint vers lui timidement. Ses oreilles remuaient constamment sous le stresse ainsi que ses joues pourpres.

Le commandant reprit enfin parole, sa voix mélodieuse se créait facilement un chemin à chaque prononciation jusqu'au coeur de la jeune femme. Cette dernière vint à sourire de plus belle suite à sa question, qui ne lui donna point le temps de répondre, mais en effet, c'était magnifique. Surprise, elle ouvrit un peu plus les yeux aux dires précédents du commandant. Ses joues prirent une rougeur plus intense et elle n'eut aucune idée de quoi répondre face à ce genre de...Déclaration ? Non, ne poussons pas les choses. Son regard plongé dans le sien ne pouvait s'en détacher, elle entre-ouvrit les lèvres, tenta de dire quoi que ce soit mais referma celles-ci. Les rouvrant doucement, elle fit enfin preuve de courage et prit la parole d'une toute petite voix.

« Je vous protégerais aussi... S'il en coûte ma vie ou non, vous êtes plus important que moi, nous vous devons tous la vie. »

Son regard se dirigea vers le ciel, tentant de retirer le stresse qui s'était de nouveau installé en elle, pourquoi ? C'était si...Désagréable mais si agréable à la fois. Elle remit son attention sur le commandant, il était si...Merveilleux et ses paroles étaient si douces.

« C'est grâce à vous si je suis là. Au début, je croyais vous déranger. »

Finalement, le commandant mit son attention sur sa flûte de pan, évidemment qu'elle pouvait en jouer, c'était son talent, selon-elle, elle adorait faire ça. Un sourire dessina ses lèvres de plus belles, elle décrocha la flûte de pan de sa ceinture puis la porta à sa bouche. Fermant les yeux, elle vint à souffler délicatement dans les trous pour ainsi créer une mélodie.

Pendant quelques minutes, elle cessa de jouer, quelques pas s'approchèrent des deux jeunes gens. Elle tourna la tête et vit des soldats approcher le pont en groupes. Elle rangea sa flûte et se releva en vitesse.

« Commandant, je crois que nous devrions partir, ils veulent passer. »

Les soldats en questions étaient tous et sans exception des elfes, les faucons en autre. Elle se pencha légèrement et vint attraper en douceur la main du commandant puis elle le tira en douceur pour ainsi l'aider à se relever. Une fois les deux debout, elle vint à le tirer vers le sol puis plus loin, relâcha sa main.

« Pardonnez-moi.. Je ne pouvais résister à votre main. »

Elle gloussa légèrement, elle s'était fait rire elle-même sous son commentaire légèrement déplacé.
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Une rencontre bouleversante...   Lun 10 Sep 2012 - 1:06

Les mots de la jeune elfe embaumèrent les plaies du commandant, pansant les blessures de sa voix si apaisante. Une jolie mélodie s'en suivit, redonnant au commandant un sourire qu'il n'aurait cru ne jamais revoir.

Les fines lèvres de la jeune elfe se posèrent sur la flûte et quelques sons enivrants égayèrent les sens du commandant jusqu'à presque y vouloir conquérir cette bouche de ses propres lèvres. Le désir... la quête du plaisir... Ayliän se voulait tant d'étreindre la jeune elfe en cet instant bien précis... mais les choses ne pouvaient guère se passer ainsi... et le commandant s'attrista seul en écoutant chacune des notes s'échappant de la flûte.

Finalement, sans qu'il ne s'en rendre compte, la jeune et belle guerrière se remit debout et tendit la main au commandant. Quelques soldats se voulaient de passer et leur position n'était guère très avantageuse.

Ayliän enserra sa main et la serra avant de se remettre debout face à la jolie guerrière.
Les mots de la jeune elfe touchèrent le commandant, ne sachant réellement s'il s'agissait de sentiment ou d'une simple amitié. Ayliän l'a prit par la taille et l'enserra pour laisser passer les soldats le saluant. Après quoi, il relâcha de son étreinte la jolie guerrière.

Reprenant les dires de la jeune elfe, le commandant s'exprima.

- Pardonnez-moi, je ne peux résister à votre présence...

L'elfe relâcha la main de la jeune femme et lui offrit un sourire qui n'était sans nul doute en provenance de son cœur.

- C'est étrange, mais en cet instant bien précis, ma plus grande frayeur serait de vous perdre...

Ayliän rabaissa le visage, meurtri par quelques émotions enivrantes, entraînant nombreux sentiments dévastateurs, corrompant son cœur de tendres douceurs. Puis, finalement porta sa main à la joue de la jeune et jolie guerrière. Posant délicatement la paume sur sa joue, il s'exprima de manière calme et posé mais non sans amour.

- Prenez soin de vous, jeune elfe...

Son regard émeraude s'immisça en celui de la jeune guerrière et un mélange de vert et d'argent s'entremêlèrent, s'accouplant presque à n'y former qu'une seule couleur, celle du bonheur.

- J'aurais tant voulu être un soldat...
Une simple personne accomplissant son devoir sous les ordres d'un haut placé...


L'elfe se ressassa ses paroles en son esprit en exprimant une vérité qu'elle ne saurait jamais.

J'aurai tant voulu être un elfe sans priorité ni responsabilité pour vous aimer...
J'aurai tant voulu n'être qu'un simple soldat... et vous promettre une vie emplie d'amour...
Peut-être suis-je en train de délirer... mais, j'aurais souhaité vous rendre heureuse au lieu de vous envoyer à la guerre... J'en suis tellement désolé...


Sa main se détacha de la douce joue de la belle elfe et son visage exprima une bouleversante tristesse.

- Je suis désolé...
Je suis désolé de vous connaître en cet instant... j'aurais du vous rencontrer avant...


Un maladroit et douloureux sourire s'afficha en son visage, celui d'un homme soumis à ses responsabilités, celui d'un homme se privant des plaisirs de la vie pour protéger son peuple... celui d'un homme se refusant l'amour... pour le bien de sa race.

- Merci pour cette jolie mélodie...

En cet instant bien précis, Yalmenël , son faucon millénaire se posa sur le rebord d'un baraquement de l'autre côté du pont, attendant que son maître ne monte dessus pour rentrer en Ardamir.

- J'aimerai vous revoir en d'autres circonstances. adressa t'il à la jolie guerrière.

Ayliän vacilla le regard de gauche à droite, ne sachant s'il devait rester avec la jeune elfe ou repartir avec Yalmenël. Un doux sourire éclaircit finalement son visage.

- Maintenant, je sais pourquoi nous nous battrons demain... pour la prospérité de notre peuple... et la liberté des elfes... pour qu'ils vivent en harmonie sans jamais craindre la douleur et la haine... pour qu'ils vivent l'amour sans peur... pour qu'ils ressentent le désir de vivre auprès de quelqu'un et de fonder une famille...

Ayliän se retourna et marcha vers Yalmenël avant de se retourner une dernière fois vers la jeune et belle elfe.

- J'en suis l'exemple même grâce à vous...
C'est peut-être inconscient de ma part, mais le désir d'être heureux semble tendre à vivre avec vous...

Dame...?
finit-il en demandant le nom de la jeune et belle elfe.




_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la veille de la guerre...   Lun 10 Sep 2012 - 2:08

Un clignement de paupières et elle sentit la chaleur enivrante de l'homme contre elle, autour d'elle, une prison de bonheur et de protection, elle s'y sentait si bien. Pendant un petit moment, elle sentit les battements de son coeur fusionner avec les siens, les paupières closes elle entre-ouvrit les lèvres en espérant sentir les siennes venir se presser. Il ne fallait pas trop rêver non plus c'était impossible, un commandant avec un simple soldat, ça ne marche même pas dans les contes de fées. Elle inspira un bon coup puis regarda le commandant de manière veloutée. Elle rêvait, c'était sûr maintenant. Ces mots lui firent frissonner de tout son long. Elle était aux anges et il était si romantique, il avait volé le coeur de la demoiselle, sans qu'elle ne puisse se défendre.

Son désir à elle, était qu'il ne parte pas, que la guerre ne commence jamais, il était son destin, mais pourquoi devait-elle le connaître aussi tard ?! Pourquoi ?! Elle avait l'envie de pleurer toutes les larmes de son corps pour lui. Le commandant, il n'était pas qu'une curiosité, ni un admiration, il était tout et elle voulait tout savoir de lui. Prendre soin d'elle ? ...Elle voulait prendre soin de lui aussi, mais il était trop tard la guerre allait commencer le jour suivant. Quel malheur ! Elle avait envie de crier sa peine et l'amour qu'elle portait pour l'elfe, elle voulait le crier haut et fort jusqu'à en perdre la voix. Son coeur voulait exploser et ses larmes menaçaient de sortir d'une minute à l'autre.

Ses paroles engendraient la tristesse, il aurait voulu être moins occupé.. Moins important et il était difficile pour lui de soutenir le poids de tout le peuple et c'était compréhensif. De son côté, elle avait envie de s'enfuir quelque part avec lui et remédier à son problème puis devenir sa femme. C'était impossible, un rêve impossible et peut-être qu'en plus, la guerre voulait dire la mort, elle allait tout faire pour protéger son frère, le commandant et le peuple ! Elle se dit que..Si elle y croit, ils vont gagner ! Ils vont gagner oui ! Elle y croit..Ce sera ça et pas autre chose.

« Nous allons gagner commandant ! J'en suis sûre ! La victoire est à nous et ça grâce à vous ! Vous êtes...Vous êtes celui qui fera gagner et régner la paix, notre paix ! »

Dit-elle fièrement, l'espoir dans les yeux. Elle aussi, elle aurait aimer le connaître avant, mais maintenant, c'était maintenant, la seule solution était de ne pas baisser les bras.

« Le destin à choisi que nous nous rencontrions ici et maintenant, pour la raison que nous devons avoir la passion de combattre à nos côtés ou non, nous devons gagner et vivre heureux ! Vous n'avez pas à être désolé, je vous remercie même de m'avoir appelé tout à l'heure. »

Elle sourit, sentant une immense joie l'envahir. Le grand oiseau était venu chercher le vaillant combattant et cela devait être la fin de leur joie à tout les deux. Gwen perdu un instant son sourire mais eut une idée. Elle parvint à décrocher une anneau de son oreille et venir poser celle-ci dans le creux de la main du général, ainsi, il pourrait l'accrocher à son pendentif et se souvenir d'elle, cela devrait le soutenir dans sa tristesse, comme ça elle viendrait à son secours le moment venu.

Spoiler:
 

Avant de partir, l'homme lui demanda son prénom, elle allait partir de son côté car le repos l'appelait pour la guerre demain même si elle n'allait probablement pas dormir mais plutôt rêver à l'homme devant elle.

« Je suis Gwen. »

Sur-ce, elle tourna les talons et s'apprêta à partir, mais se stoppa et se retourna pour retrouver l'homme et s'approcher de lui, se redresser sur la pointe des pieds et embrasser sa joue. Elle se retourna par la suite, décidée à repartir, mais quelque chose la stoppa une fois de plus, quoi encore ? Ah oui..Elle se retourna de plus belle, s'approcha du commandant et..Pour un espoir infini, vint à s'accrocher à son cou et venir presser ses lèvres contre les siennes. Sous le baiser brûlant des deux jeunes tourtereaux, elle brisa la courte échange et vint à se retourner en vitesse avant de partir les jambes à son cou le plus rapidement possible, les joues rouges pourpres, c'était peut-être le dernier de tous mais un regain d'espoir et d'énergie. À présent, elle devait se préparer pour demain, une fois qu'elle fut éloignée du général.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la veille de la guerre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la veille de la guerre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» "La vidéo qui réveille^^"
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-