Partagez | 
 

 Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Mar 2 Oct 2012 - 13:49

• Meurtrière ? Meurtrier ? Qu'en est-il ?

Haley marchait calmement dans les ruelles sombres de Mavreah. Vêtue de son uniforme qui se constituait d’une chemise, d’un bas noir et de bottines, armée jusqu’aux dents elle errait afin de venir en aide aux blessés. Sans destinations précises, elle voulait venir en aide à tous ceux qui méritaient son aide c’est-à-dire tout le monde sauf ceux qui s’en prenaient a des innocents.

La jeune femme était comme d’habitude merveilleusement belle mais aussi terriblement pâle. Son teint de poupée en porcelaine ressortait de plus belle par cette nuit de pleine lune. Ses cheveux brillaient légèrement lorsque quelques rayons incertains venaient se perdre sur sa douce chevelure nacrée. Ses doigts effleuraient avec douceur les murs des demeures devant lesquelles elle passait… Les marcheurs venaient tout juste d’être repoussés. Les vies perdues ne valaient surement pas le combat sanguinaire qui s’était déroulé quelques heures plus tôt.


La ville était relativement déserte ce soir-là. Enfin déserte était un mot faible… La ville était tout simplement morte.

Une rivière sanguinaire s’écoulait au centre même de Mavreah provoquant d’atroces frissons dans le dos de la belle…
C’était une vampire mais elle n’entrait pas dans les clichés de la méchante demoiselle avide de sexe et qui n’a qu’un seul but celui-ci étant de tuer avant d’être tué. Non, Haley n’entrait point dans ses clichées. Elle était douce, raffinée, élégante et attentionnée tout ce dont pouvait rêver un mari. Cependant les années s’écoulaient et Haley restait seule. Seule depuis la mort de son unique et vrai ami Nathaniel… Son regard vide se posait ici et là… Observant des choses qu’elle seule semblait voir.

Passant près des cadavres d’une centaine de personnes, la belle créature n’eut point de mal à déterminer lesquels de ces corps comprenaient encore du flux sanguin. Elle s’accroupit devant le corps à moitié étripé d’un homme. Celui-ci gémissait, braillaient et priait pour qu’on lui donne la mort. Haley passa une main sur sa nuque et lui murmura des mots doux espérant l’apaiser durant son dernier souffle :

« Chut chut chut … Ce n’est rien… La douleur n’est qu’éphémère… Calmez-vous… »


L’inconnu l’observait avec attention, buvant avec avidité les paroles de cet ange. Lorsqu’elle réussit enfin à l’apaiser elle lui brisa la nuque et murmura une prière à l’adresse des dieux pour qu’ils puissent l’accueillir sans problèmes.
Elle avait repris son chemin au milieu des cadavres et c’est alors qu’elle le vit. Plongé dans le néant, retenu par une chose inconnue au rythme incessant de la vie, son corps se souleva légèrement. Haley approcha avec précipitation et déposa deux de ses doigts froids sur sa nuque pour prendre son pouls : Faible.

Extrêmement faible même. S’il n’avait pas une source de chaleur et ceux rapidement, il risquerait fortement d’y rester.
La jeune créature le secoua doucement pour le faire réagir : En vain. Alors elle souleva doucement le corps de l’humain. Malgré le fait qu’elle soit éternelle, le fait qu’elle soit une vampire, la douce grimaça légèrement. Son corps n’était plus entrainé… Ainsi elle mit plusieurs minutes à ramener l’humain en lieu sûr. Dans une vieille ruine. Elle déposa son corps inanimé au sol et partit avec précipitation à sa demeure chercher du renfort…

[…]

Les gardes avaient installés avec prudence Eramos sur le lit. Il se situait dans une des nombreuses chambres au domaine Underwood. La pièce était relativement grande. La décoration était ancienne mais de goût. Au fond de la chambre se trouvait une cheminée dont le feu diffusait une douce chaleur.

Haley veillait sur Eramos . Elle venait de panser toutes les plaies du guerrier avec grand soin. Le jour se levait avec lenteur et les rideaux étaient soigneusement tirés pour éviter que le soleil effleure la peau blanchâtre de la future impératrice. Son visage de petite poupée était déposé contre le matelas, elle s’était endormie en pressant une compresse contre le front chaud de l’homme pour en faire fuir la fièvre. Sa chevelure retombait en cascade sur son visage. Un courant-d’air les agita légèrement dévoilant ainsi ses traits doux mais légèrement tirés par la fatigue. Endormie, elle marmonnait quelques mots incompressibles dans lesquels se perdait de nombreuses fois le prénom Nathaniel.

En parallèle de cela, les gardes venaient tout juste de sauver un jeune guerrier.La vieille servante le soignait avec soin et elle dut s’absenter car le manque de compresses se fit ressentir… Elle abandonna l’inconnu à lui-même. Il entre-ouvrit un œil… Puis le second, aillant feint le malaise jusque ici : Il avait entendu les gardes sur le chemin qui parlait de la vampire. Il les avait entendu la décrire comme étant extrèmement pâle ce soir mais également extrèmement belle. Alors le chasseur blessé avait feint le malaise pour être transporté jusqu’à la demeure Underwood, se doutant bien que cette vampire était d'une gentillesse sans limites mais qu'il fallait quand même la tuer pour sa nature de vampire...

Avec précipitation l’homme se releva et boitilla dans le couloir à la recherche de Haley. Il voulait la voir, la tuer, il s’agissait simplement d’un énième chasseur de vampire. Ce dernier créait sur son passage un fin filet de sang… Il n’était pas complètement guérit. Une plaie –et pas des moindres- s’était créer derrière sa nuque. Cependant l’homme ne l’avait pas remarqué, car il semblerait qu’elle soit totalement indolore. Involontairement l’homme se vidait de son sang. Il faiblissait de plus en plus mais il voulait tuer cette vampire, il était complètement hantée par cette soif de combat, cette soif de mort. Ses pas le portèrent jusqu’à la chambre où reposait Eramos. L’homme chancela… Avant de s’écrouler aux pieds de la belle qui dormait toujours aussi paisiblement.

Le bruit ne semblait pas l’avoir réveillé mais qu’en était-il d’Eramos ?
Qu’allait-il penser de cette étrange scène et de cet homme qui gisait dans son propre sang ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Mar 2 Oct 2012 - 20:25

La lumière semblait transpercer les terres d’Ephaëlya, comme si ça n’avait été que de profondes ténèbres. C’est du moins ce que ressentit Eramos, maintenant couché au sol, ses membres inopérants. Bien qu’il ait vu le bien et ses servants sur cette terre, cela ressemblait aux limbes comparé aux magnifiques rayons de douceurs qui l’enveloppait. Chaque couleur était exponentiellement augmenté, comme si leur absence n’avait jamais existé. Soudainement, il sentit un étrange picotement dans tout son corps et il se rendit compte qu’il commençait à le quitter. Là, maintenant, en dessous de lui, gisait ce qui avait été son enveloppe charnelle qui l’avait transporté pendant un demi-siècle d’existence; un temps aussi long que difficile à supporter. Heureusement, aujourd’hui tout se terminait, il connaitrait la paix.

Cette monté vers la Lumière dura, ce qui lui sembla, des heures, voir des jours, mais il ne s’en plaint pas. Si c’était ça ce qu’on appelait l’Au-delà, il ne manquait plus que les gens qu’il avait aimé pour que ce soit parfait. À ce moment, l’angoisse l’étreignit; et s’il ne revoyait jamais Maëlia et les enfants ? Avait-il halluciné son apparition ? Était-il seulement fou ? Ce qui était certain, c’est que ces interrogation lui rappelait la vie terrestre et toute sa souffrance; tellement que la Lumière semblait moins rayonnant, moins transcendante, moins réelle.

Tout à coup, tout s’éteignit, le noir l’entoura et un sentiment de chute libre l’étreignit. Avait-il été refusé dans la Lumière ? Pour tous ses crimes, devait-il séjourner dans les limbes pendant son éternité ?

Il cria et chut.




Ouvrant les yeux, il vit se profiler des murs aux couleurs de sang et un odeur aussi métallique. C’était certain, il était arrivé dans les Limbes. Tout ce pourquoi il avait espéré était maintenant révolu. Jamais il ne reverrait ce pour qui il avait patienté. La solitude lui pesa de nouveau et il retomba dans l’inconscience.




Quand il se réveilla il comprit qu’il s’était trompé. Bien que très faible, il pouvait encore remué les pieds sous une couverture allongée sur lui. Eramos était couché sur une surface molle et confortable. Autours de lui, il voyait les même lieux que dans les limbes, à moins que cela n’est jamais été ces lieux maudit, pensa-t-il. C’était néanmoins aussi tragique, il était vivant. La douleur l’enveloppa comme un linceul d’agonie. Pourquoi l’avait-on sauvé ? Il aurait été heureux pour la première fois de sa vie ! En même temps que la colère qu’il ressentait pour son hôte, il ne pouvait s’empêcher de ressentir un grand soulagement, la peur des limbes l’étreignant de plus belle. Il soupira intérieurement. Non seulement lui-même était en vie, mais Cœur d’aigle, son homonyme sauvage et chaotique, l’avait suivit. Retour au point de départ, pensa-t-il.

Une odeur âcre mélangé à un parfum sublime entra en contact avec son odorat. Il sentait un vampire non loin de lui. Normal, il était mort en Ambroisie. Jetant un œil sur le côté de sa couche, il vit dormir sur une chaise à son chevet une femme aussi belle que surnaturelle. Elle semblait figée dans le temps pendant qu’elle se reposait, même ses cheveux semblant immobiles. Il avait sûrement devant lui sa bienfaitrice, une vampire. Cela ne l’étonna pas, il savait maintenant que cette race était capable de bonté et même plus que certain humains, les membres de sa race ne pouvant pas vraiment savoir la réelle signification de la volonté d’une paix, leur vie trop courte leur évitant d’y penser, mais un immortel...

Un homme entra dans la chambre. Eramos crut avoir affaire un serviteur, mais lorsqu’il vu du sang s’écouler derrière lui et son visage emplit de haine, il ne put plus le croire. C’était un assassin venant tuer l’hôte de cette demeure.

Instinctivement, l’humain en convalescence tenta de poser sa main sur ses armes, mais elles n’étaient plus là, certainement rangées ailleurs. Sans réfléchir, il se mit debout, étonnant l’autre, mais pas pour longtemps. L’inconnu ne semblait pas se soucier vraiment de sa vie et il la détruirait s’il voulait se mettre sur son chemin. Eramos ne bougea pas d’un iota, son visage aussi dur qu’immobile jaugeant son adversaire. Celui-ci dégaina une dague en argent et s’apprêta à la planter dans la nuque de la vampire, mais il n’en eut jamais le temps. Eramos n’eut pas à faire d’effort pour lui enlever, les forces de l’inconnu étant presque épuisée. Tombant sur le sol, le meurtrier tenta de se relever, mais il comprit qu’il ne le pourrait plus jamais, trop de sang s’étend écoulé de son corps; une sérénité nouvelle s’inscrivant sur son visage.

- C’est comment là-bas?, demanda-t-il à Eramos en parlant de l’Au-delà.

- Je n’en sais rien, répondit-il vraiment peiné.

Le chasseur de vampire hocha la tête et mourut, son calvaire terrestre s’étend terminé. Plus capable de résister plus longtemps, Eramos s’écroula au sol, sans énergie. Cela lui avait tout prit pour sauver la vie à la vampire.

- Nous sommes quittes, annonça-t-il.

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Jeu 18 Oct 2012 - 22:30

• Qui est-il vraiment ?

Haley murmurait d’une voix faible dans son sommeil. Les propos étaient dénués de sens.Elle marmonnait sans s’en rendre compte bien évidemment, parlant ouvertement du titan, de Nathaniel et des sentiments qu’elle éprouvait pour lui.
Un bruit sourd se fit entendre. Ce bruit ? Ce n’était autre que celui de l’homme s’écrasant mort au sol ! Haley se réveilla en sursautant. Elle frotta ses magnifiques yeux et encore endormie écouta vaguement les paroles des deux hommes. Elle se redressa, se rendant compte qu’elle s’était endormie, au moment même où son petit protégé embrassa le sol. La réaction de la belle vampire ne se fit pas attendre et d’un pas précipité elle vint à sa rencontre, alors qu’il lança d’une voix frêle :

« Nous sommes quittes. »

Haley s’arrêta devant les deux corps, des deux hommes. Une dague légèrement taché par le sang jonchait au sol… Elle regarda Eramos et le releva doucement en l’aidant a marcher jusqu’au lit : Etait-il un assassin ?

La vampire l’aida aussi a s'assoir sur le lit et ramena les jambes de l’homme sous la couverture. La voix douce de la belle créature se fit entendre, un peu plus fort que d’habitude, elle appelait ainsi sa serviteuse. Des pas précipités se firent entendre dans le couloir, alors que Haley fixait silencieusement l'humain qui semblait a bout de force.

Lorsque la femme arriva, Haley lui demanda un bol de bouillon bien chaud ainsi qu’une tisane. Elle voulait prendre soin de cet homme, comme elle avait prit soin des autres aupparavent. Sauver des vies devenait une chose courante chez la nouvelle Impératrice. Chose inconnue chez l'ancienne au vu des rumeurs qui trainaient a son sujet.

Son regard bienveillant se posa sur l’humain qui semblait devenir de plus en plus fragile. La question qui prenait toutes les pensées d’Haley était la suivante : Avait-il tué l’homme ? Ou l’inverse allait se produire et il s’était défendu ? Ne se doutant pas qu’elle pouvait être la cible de l’homme mort, elle se contenta de fixer avec attention Eramos. Elle essayait de percer cette coquille qu’il semblait avoir formé autour de lui-même, cette barrière infranchissable qui devait surement cacher d'énormes secrets.

Un soupire s’échappa d’entre ses lèvres alors qu'elle tourna les talons : Haley n'arriverait pas a la percer cette coquille. Du moins pas tout de suite. Ses pas la portèrent jusqu'a la fenêtre. Elle entre-ouvrit alors légèrement le rideau. Lorsque le soleil effleura sa peau blanchâtre, elle émit un petit cri purement instinctif et le referma aussitôt. Qu'elle était sotte ! Haley aurait pu tout simplement attendre le retour de sa servante humaine pour lui demander s'il faisait jour ou nuit dehors !

Intérieurement elle se demanda combien de temps elle avait dormit… L'humain semblait toujours fatigué et elle en déduisit donc, que son sommeil fut de courte durée vu qu'il n'avait pas bénéficié d'un certain sommeil réparateur… Intérieurement elle se mit un holà : Si les vampires ne dormaient pas un minimum, c’était connu ils pouvaient aisément frôler la folie par la suite et pas question de tuer son protéger !

La vieille serviteuse revint en déposant le plateau sur la table de chevet. Mais en plus de cela, la vieille n’était pas seule. Elle avait ramené un homme afin de débarrasser au mieux le cadavre de l’homme qui trônait au milieu de la chambre. La belle vampire massa sa main qui semblait être légèrement brulée puis elle retourna auprès de Eramos.

Elle saisit le bol de bouillon et le porta au bord des lèvres de l’humain, lui laissant le choix de le boire ou non.
En retirant le bol, elle demanda de sa voix douce :

« Quel est donc ton prénom l’humain ? Je suis Haley B. Underwood, je suis la nouvelle Impératrice de Mavreah gérant le domaine Underwood depuis la triste mort de… Nathaniel.. » Elle afficha un petit sourire encourageant, signe qu’elle lui voulait rien de mal et posa son regard sur sa main brulée en grimaçant...

Flashback :
La gamine courrait vers sa mère en hurlant. Elle venait de se bruler la main droite, sa peau était en sang. Elle avait malencontreusement ouvert l'un des nombreux rideaux de la demeure. Elle pleurait, et n'arrivait pas à se calmer.
Sa mère embrassa sa main meurtrie, lui procura quelques soins et lui promit que cela ne serait qu'un vilain souvenir... Qu'il fallait qu'elle évite a tout prix ce soleil menaçant.
Le lendemain la gamine osa demander à l'une des femmes qui s'occupait de leur demeure ce qu'était le soleil. L'humaine, en bonne serviteuse lui dit que le soleil était grand, méchant, et tout rouge le soir ! Qu'il brulait la peau en après-midi et qu'il ne valait mieux pas s'y attarder. Elle lui montra une cicatrice qui barrait son bras en disant que ce soleil faisait vraiment mal. Bien évidemment l'humaine n'avait pas subit les brulures du soleil...

____________

Sortant de ses rêveries, elle écouta avec attention l’inconnu et posa le bol sur le chevet à nouveau. L’humain avait de nombreux bandages sur lui. Haley espérait intérieurement qu’il ne lui faudrait pas de la rééducation pour remettre ses muscles en place. Qui sait ce qu’il avait subit face a l’attaque des Marcheurs ? La belle vampire voulait apprendre son histoire. Connaître ce petit homme qu’elle venait de sauver sur un énième élan de gentillesse.
Revenir en haut Aller en bas
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Ven 19 Oct 2012 - 11:02

Pendant qu'il était par terre, il aurait aimé être inconscient pour ne pas ressentir la cruelle sensation de faiblesse dont son corps était prisonnier. Il voyait le plancher, sentait sa respiration, voyait le sang encore chaud s'écouler du corps appartenant à l'homme qui venait de mourir et il ne pouvait rien pour l'en empêcher. Il entendit la chaise grincer très légèrement, signifiant que son utilisatrice s'était levée. Comme s'il n'avait été qu'oreiller, Eramos se sentit soulever du sol par la vampire et sa force extraordinaire. Il ne put s'empêcher de remarquer sa précarité en voyant le sang du chasseur s'écouler et en s'imaginant la vampire tomber dans une frénésie de sang, mais ce ne fut pas le cas. Ses traits étaient détendus et son regard bienveillant. Et d'une voix sans fausse note elle appela un serviteur. Le reste de la scène échappa à Eramos qui s'endormit sans le vouloir pendant quelques instants.

Il se réveilla quand lorsque qu'un duo de serviteurs s'étaient immiscés dans la chambre, leur maîtresse les remerciant. Eramos fit aller son regard de droit à gauche pour ne rien manquer de la scène. Malgré lui, son instinct de survie primait et sa confiance ne se gagnait jamais facilement, même si aux premiers abords on lui avait sauvé la vie. Il se gardait pour lui cette affirmation pour l'instant. Pourquoi des vampires l'aidait-il ? Bien entendu, Nathaniel était un bon vampire, mais était-ce le cas de tous ses congénères ? Certainement pas.

L'hôte approcha de son chevet et lui tendit un bol de bouillon fumant. La scène fut immobile pendant quelques instants, Eramos réfléchissant à son choix de boire ou non le bouillon. Son corps avait besoin de force même s'il ne ressentait pas la faim, il le savait, mais il craignait quand même qu'on ait mit quelque chose à l'intérieur. Il rejeta tout de suite cette idée, si les vampires avait voulu le tuer, ils l'auraient fait avant. Alors, il but.

« Quel est donc ton prénom l’humain ? Je suis Haley B. Underwood, je suis la nouvelle Impératrice de Mavreah gérant le domaine Underwood depuis la triste mort de… Nathaniel.. »

Beaucoup de choses semblait déranger l'assassin de profession. Premièrement, que cette vampire ne soit ni plus ni moins que l'Impératrice de Mavréah. Qu'était-il arrivé à Sophie-Anne Ancestry, celle dépeinte comme la tyran du peuple vampirique ? Deuxièmement, son nom de famille, mais pas plus que l'annonce de la mort de son ami: Nathaniel. Comment était-il mort ?

Après plusieurs secondes de silence, il brisa le silence.

- Vous m'avez révéler votre identité sans détour malgré votre rang et j'en ferai autant. Mon nom est Eramos d'Irifuse et je connaissais Nathaniel, il était mon ami. Dites-moi comment il est mort ?

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Ven 19 Oct 2012 - 11:37

Fragile, faible et sensible.

Les minutes s'écoulaient calmement avant qu'il prenne la parole :

- Vous m'avez révéler votre identité sans détour malgré votre rang et j'en ferai autant. Mon nom est Eramos d'Irifuse et je connaissais Nathaniel, il était mon ami. Dites-moi comment il est mort ?

Haley le fixait en silence… Nathaniel lui avait-il parlé une seule fois d’un certain Eramos ? Ce dernier connaissait-il vraiment Nathaniel ? Elle accorda sa confiance pour la énième fois… Laissant les souvenirs resurgir dans son esprit. Sa voix douce et fluette se fit entendre, a peine audible, tel un murmure :

'' Tu peux me tutoyer, nous sommes tous pareils. Et ... Nathaniel...Il est... Mort face au titan. Je... J'ai repris son manoir, suite a sa le...lettre. ''

Elle passa le bout de ses doigts sur le lambeau de la cape a Nathaniel qui était noué autour de son bras.Des larmes montèrent doucement a ses magnifiques yeux, roulant silencieusement sur ses joues. La perte de Nathaniel semblait être encore présente chez la belle : Elle ne l’oubliait pas non, elle enfilait simplement un masque qui disait (a qui voulait bien le voir)que tout allait au mieux… Dans le meilleur des mondes… La belle créature baissa le visage, quelque peu honteuse de pleurer devant lui. L’homme avait une réputation au sein même de chaque contrée et s’il parlait d’une Impératrice faible, au souvenir d’un certain Nathaniel, tout le monde la verrait comme une guignol.

D'un revers de la main, elle essuya les larmes et murmura :

'' L'ancienne Impératrice a fuit et j'ai pris sa place pour faire honneur a Nathan'. Il aurait surement été très fier de moi en apprenant que je veux une nouvelle ère pour Mavreah. Un monde de paix en quelques sortes, sans le marché aux esclaves, sans les gamins errants dans les rues et j’en passe.''

La douce créature releva son visage vers lui et afficha un petit sourire malgré que ses yeux brillent toujours sous les larmes:

'' Il te faut du repos. Ou plutôt devrais-je dire... Il nous faut du repos. Je reviendrais discuter avec toi a la tombée de la nuit. ''


Elle sourit à nouveau à l'humain puis s'empara du plateau pour le débarrasser : il valait mieux qu'il reprenne des forces plus tard. Pour le moment le sommeil devait primer. Il devait être beaucoup plus réparateur qu'un bol de soupe.

C'est en jetant un dernier regard à l'humain qu'elle s'éclipsa de sa chambre, fermant avec soin la porte derrière elle.

[...]

La jeune vampire se réveilla a la tombée de la nuit, poussant les lourdes couvertures de son lit : Avant de s’endormir elle avait ordonné a la servante de veiller sur l’humain, de la réveiller au moindre problème. Puisque personne ne l’avait réveillé elle en déduisit qu’il se portait plutôt bien. La belle se releva, enfila ses souvêtements, sa chemise, son bas noir, ainsi que ses bottes. Haley brossa avec soin sa douce chevelure et réajusta sa chemise. Elle noua à nouveau le morceau de cape autour de son bras et partit vers l’étage inférieur afin d’aller chercher le plateau repas qu’ils avaient du confectionner. Comme promis, elle se rendit à nouveau auprès de l'humain, plateau gavé de nourriture en main. La douce créature n’avait pas prit la peine de s’armer, confiante envers la créature.

Son regard bienveillant fixa l'humain qui semblait dormir profondément. Elle congédia la servante d’un vague geste de la main gauche et déposa sa main droite, en un geste bienveillant, sur son front histoire de prendre sa température. Tout se déroulait au mieux, la fière était tombée. D'une voix douce elle le réveilla :

'' Eramos, je vais changer tes bandages et puis il va falloir manger ! ''

Elle s’empara avec délicatesse de son bras, comme s’il était une poupée en porcelaine et défit les bandages petit a petit. L’odeur du sang se diffusa aussitôt dans la pièce et les yeux de la vampire prient une teinte rougeâtre. La couleur était machinale et Haley n’avait pas l’intention de le tuer en suivant son instinct. Prenant toujours soin de lui, elle défit tous les bandages qu’elle déposa sur la table de chevet. Elle saisit un petit pot qui comprenait une sorte de bouillie médicinale et appliqua avec douceur une nouvelle couche de ce topique sur toutes les blessures de l’homme.

Bienveillante, la belle créature ne lui laissait même pas le temps de se réveiller ! Ses yeux rougeâtres croisèrent le regard de l’homme. Elle baissa aussitôt les yeux, ne voulant pas l’inquiéter. Elle pensa les blessures avec attention.
Théoriquement l’Impératrice n’était pas censé guérir ses protégés, elle aurait du laisser cette tâche a ses serviteurs ou bien a des esclaves. Sauf que dans son domaine, tout le monde était traité au même rang. Ils se serraient les coudes, pour le pire et le meilleur. Et les esclaves qu’elle achetait, elle leur offrait un emploi, une nouvelle vie, afin de les libérer de la galère le temps de mettre fin aux multiples trafics.

Elle reposa le petit pot et ferma un maigre instant les yeux, massant ses paupières. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, ce n’était plus un regard rougeâtre mais un regard bleuté, bienveillant, qui fixait l’humain. La belle sourit et murmura :

« Je reviens. La soupe est a portée de main si tu peux la saisir la saisir dans le cas contraire a mon retour je te nourrirais alors. »

La belle s’empara des bandages souillés par le sang et fit quelques pas vers la porte. La Frêle,dos a Eramos, s’étira et sa chemise se releva légèrement laissant apercevoir une épaisse cicatrice. Elle réajusta aussitôt sa chemise et sortit de la pièce, se dirigeant vers la cuisine afin d’y trouver sa servante. Cette dernière lui indiqua qu'elle ferait de la soupe pour quelques longs jours, histoire de ne pas agresser l'estomac de l'humain. La vampirette hocha positivement la tête puis l’Impératrice lui confia les bandages souillés par le sang et retourna auprès d’Eramos, impatiente de savoir s'il avait la force ou non de soulever son bol mais aussi impatiente de pouvoir discuter avec lui : De Nathaniel et de tant d'autres choses qui devaient forcément les unir.
Revenir en haut Aller en bas
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    Mer 31 Oct 2012 - 22:52

Même s’il ne le laissait pas paraitre, Eramos était abasourdi par les propos que tenait l’Impératrice vampirique. Elle lui avait fait part de la mort de Nathaniel, ce qui l’avait bouleversé, et maintenant elle lui disait qu’il était mort durant la guerre des Titans, il y a plus de trois-cent ans ! L’assassin de profession regarda couler une larme sur sa joue et tout en remarquant le coup d’œil qu’elle avait jeté au bandeau rouge entourant son poignet. Au début, il n’avait pas fait attention, mais maintenant qu’il l’avait remarqué ce rouge lui rappelait drôlement un vêtement. En réfléchissant plus, il fit le lien avec le manteau que portait toujours Nathaniel. Les vampires étaient attachés aux vêtements de l’époque de leur mort en tant qu’humain. Les vêtements de l’impératrice ne trompèrent pas Eramos qui les imagina à la mode il y a trois-cent ans ; de très beaux vêtement d’aristocrates comme on en voyait rarement aujourd’hui.

Il lui brûla les lèvres de lui révéler la bonne nouvelle, tellement qu’il ouvrit la bouche pour ensuite la refermer. Ce n’était pas son rôle, c’était à Nathaniel de le faire. Peut-être pensait-il lui aussi que Haley avait succombé aux titans, des siècles plus tôt. Il devait trouver Nathaniel, c’était capital, mais avant: guérir. Pour toutes réponses au chagrin de la douce vampire, l’humain déposa une main sur son avant-bras tout en appliquant une légère pression qui se voulait rassurante. Après quoi, il retira lentement sa main, son regard sage croisant celui de l’impératrice en attendant sa réponse sur le pourquoi elle avait monté sur le trône.

« L’ancienne Impératrice a fuit et j’ai pris sa place pour faire honneur à Nathan’. Il aurait surement été très fier de moi en apprenant que je veux une nouvelle ère pour Mavréah. Un monde de paix en quelque sortes, sans le marché aux esclaves, sans les gamins errants dans les rues et j’en passe.

- Une noble, mais difficile tâche à réaliser seule, dit-il mystérieusement. »

Elle lui répondit qu’il lui fallait du repos et il acquiesça, il ne pouvait le nier. Elle le débarrassa elle-même et sen fut pour le laisser à lui-même. Avec une grimace de douleur, Eramos s’allongea et tenta en vain de trouver le sommeil. La peur du néant l’asseyant de nouveau.


Il s’était réveillé en sentant une main effleuré son front. L’humain avait bien faillit avoir un réflexe défensif, mais la vue de la vampire le lui interdit. Il remarqua par la lumière bleutée s’échappant de la fenêtre que la nuit était tombé sur la contrée vampirique et qu’il avait du dormir quelques heures. Pour témoigner, il se sentait reposé et n’avait presque plus mal à son entaille au flanc ; les soins que lui avait prodigué l’impératrice lui avait été plus que bénéfique et il aurait une dette envers elle pour cela. Il se promit une nouvelle fois de retrouver Nathaniel afin que leur tristesse s’estompe. Il fixa son visage calme pendant qu’elle s’affaira à la tâche de lui nettoyer ses blessures. Un petit sourire naquit sur le visage de l’homme d’âge mur.

« Bien que j’aie beaucoup lu dans ma courte existence, il ne m’est jamais arrivé de lire les aventures d’une impératrice vampirique soignant elle-même ses hôtes. »

Leurs regards se croisèrent de nouveau brièvement et l’Impératrice continua à le panser.

« Je suis certain que vous réaliserez ce que vous souhaitez pour Mavréah, affirma-t-il solennellement. »

Quand elle eut terminé, elle lui dit qu’elle avait de la soupe pour lui et qu’elle devait aller la chercher. S’étirant, l’assassin put voir dans son dos une énorme cicatrice qu’elle s’empressa de cacher ; certainement le seul vestige de l’abominable temps des titans. Finalement, elle referma la porte pour le laisser de nouveau se reposer.

Eramos ne sentait pas à l’aise et il décida que Haley en avait assez fait pour sa vieille carcasse. Se levant prudemment, il fut soulager de ne rencontrer aucune réticence de la part de son corps. Puis, il s’habilla, enfilant premièrement sa tunique et son pantalon pour ensuite mettre ses bottes. C’est ensuite, que le guerrier revêtit sa chemise de maille noire et son armure de cuir clouté. Enfin, son manteau gris et ses armes accroché, il alla à la fenêtre et y ouvrit les volet. La douce brise nocturne l’accueillit aussitôt. Tout à coup, la portes’ouvrit sur l’Impératrice portant sa soupe. Il se retourna vers elle, et lui sourit.

« Vous avez été plus que bonne avec moi, votre imminence. Maintenant c’est à moi de vous rendre la pareille.

Il posa une botte sur le rebord de la fenêtre et regarda vers le bas pour repérer les endroits où il pourrait s’accrocher pour amorcer sa descente. Une dernière fois, il sourit à la magnifique vampirique le regardant.

« Ne perdez jamais espoir. »

Après quoi, il se laissa tomber dos au vide, les bras ouverts, pareil à un aigle s’apprêtant à s’envoler. Il s’accrocha à un pan du revêtement mural pour ensuite entamer sa descente de façon plus lente. Il se devait, à présent, d’être plus prudent car il ne possédait plus la protection de l’impératrice et les autres vampires n’auraient certainement pas sa bienveillance qu’il n’oublierait jamais.

Soudain, il vit une plume tomber lui faisant hausser le regard vers le ciel. Il sourit en voyant arriver Torpeur à ses côté, son immense et vieux griffon, compagnon de ses aventures.

« Que c’est bon de te revoir, ami, dit-il en elfique, la langue natale du griffon. »

Celui-ci lui répondit en se frottant la tête sur son épaule, heureux de retrouver son compagnon d’arme.

« Rien n’est terminé, ami. Nous devons encore voyager jusqu’en Oryenna. Es-tu prêt ? »

Le griffon abaissa sa tête, invitant son cavalier à le chevaucher, ce qu’il fit. Pendant qu’il montait vers le firmament, il regarda une dernière fois le manoir Underwood où vivait la vampire la plus attentionnée de tout Ephaëlya,

« Au revoir Impératrice. »


HRP:
Spoiler:
 

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui le sauvera ... Car ... Au final la vie n'est pas un long fleuve tranquille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Photoshop] Final Fantasy - Fang
» Cherche joomla template final fantasy 7
» Discussion autour de Final Fantasy + Sondage !
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» Final Fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-