Partagez | 
 

 Le miracle [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Le miracle [Terminé]   Jeu 25 Oct 2012 - 13:56

Faolan avait la sensation de courir plus vite qu’auparavant. Ses pas semblaient suivre un ordre précis, maitrisé, à la manière d’un félin qui s’élance en direction d’une proie. Pourtant le jeune garçon n’avait rien d’un prédateur. Au contraire, c’était bien lui, la proie.

Il regrettait amèrement de ne pas avoir pu obtenir sa monture immédiatement. Elle lui serait bien utile en ce moment, grâce à sa vitesse et sa discrétion. Faolan allait vite, il filait comme le vent, mais chacun de ses pas s’inscrivaient sur le sol comme un témoignage certain de son passage. Pendant sa course effrénée, il sentait en lui ce grondement sourd qu’il avait déjà ressenti dans la réserve, cette sensation envahissante, bourdonnante, qui l’incitait à se muer en loup. Mais toujours effrayé par cette perspective, Faolan refoulait ce sentiment et se contentait de zigzaguer à travers les arbres en haletant.

Une odeur étrange semblait le suivre. Une odeur encrée, légère mais tenace, un peu métallique. Faolan humait l'air dans un réflexe presque animal. Il accéléra la cadence. Une angoisse étrange l'envahissait doucement, une angoisse sourde et diffuse, comme lorsque l'on pressent un danger. Mais peut-être n'était-ce que les derniers vestiges de la terreur qu'il avait ressenti quelques jours auparavant, lorsqu'il s'était retrouvé nez à nez avec ses poursuivants. Il ne pouvait s'empêcher de se demander où ils se trouvaient à présent. Et chaque fois qu'il tentait de chasser ces sombres pensées, elles revenaient à lui comme une mouche obstinée qu'on chasse d'un geste et qui revient toujours se poser sur notre épaule.

Faolan progressa ainsi tout le jour, alternant marche rapide et course folle dans la Forêt. Il ne s’arrêta, à bout de force, qu’à la tombée de la nuit. Il ne se nourrit que de quelques fruits et n’osa pas faire de feu.
Et soudain, le garçon ressentit une sensation inédite, pourtant si connue des autres races. Ses yeux étaient parsemés de picotements, ils étaient lourds, ses gestes plus désordonnés. Il avait une irrésistible envie de fermer ses paupières et de s'adosser contre un arbre. Une envie de se laisser aller, de s'abandonner à il ne savait quelle sensation sereine...
Faolan avait sommeil, pour la première fois de sa vie. Car à présent que du sang lycan parcourait ses veines, ses besoins changeaient. Et les loups, contrairement aux elfes, ont besoin de dormir. S’emmitouflant dans sa chaude cape noire, le petit lycan se roula en boule et s’endormit.

* * *

Le lendemain, Faolan se réveilla aux aurores. Fort heureusement, il n'avait pas à dormir beaucoup pour reprendre des forces. Malgré son corps endolori par le froid de la nuit et sa position figée, il se sentait plutôt en forme. La nuit semblait avoir dissipé quelque peu l’angoisse assommante qui l’avait assailli la veille. Elle n’était plus qu’un écho.

Encore plus qu’affamé, le jeune garçon était assoiffé. Chaque pas qu’il avait fait avait un peu plus asséché sa gorge et sa gourde était quasiment vide. Il se mit à la recherche d’un point d’eau qu’il était certain de trouver, puisque la Forêt en abritait en abondance. Faolan entendit le son d'un clapotis d'eau et il déboucha bientôt sur une sorte de tout petit lac surélevé nourri par une fine cascade d'eau fraîche. La bordure du lac était entourée d'une barrière de pierres ouvragées délibérément établie, sûrement par des elfes que ce point d'eau fournissait. Cela formait comme un bassin naturel. L'eau y était claire et d'un bleu magnifique, de plus en plus sombre à mesure que l'on s'approchait du centre, où l’eau était plus profonde. C'était un endroit élégant, calme et reposant. Faolan déposa ses affaires à ses pieds et ôta son bliaud de cuir, sa tunique et sa chemise elfique qu'il trempa dans l'eau afin de les laver. Il devait d'ores et déjà prendre les bonnes habitudes s'il ne voulait pas se transformer en bête sauvage. Et, en fait, il était assez fier de cette initiative. Le garçon était tout à fait conscient qu’il était à présent plus lycan qu’elfe, pourtant certaines caractéristiques de sa race demeuraient. Ainsi, il ne supportait guère la saleté inaccoutumée de ses vêtements. Ressentant une vive douleur à ses pieds, Faolan ôta ses bottines de cuir et découvrit sans surprises que ses plantes étaient meurtries. Ces jours de marche sans fin n’étaient pas sans conséquences. Il n’avait pas l’habitude de se voir si amoché, et affronter cela dans la solitude était d’autant plus difficile. Il ôta son pantalon et, s’asseyant sur le muret qui entourait le lac, il plongea ses jambes dans l’eau. Et finalement, il s’immergea complètement.

Il nagea longtemps, oubliant tout du temps et du lieu. Lorsqu’il mettait sa tête entièrement dans l’eau, une enveloppe surnaturelle paraissait le couvrir comme un cocon, le tenant à l’écart de la douleur et de la réalité. Faolan n’avait pas envie de sortir de l’eau. Son odeur de loup semblait se dissiper grâce à elle, comme s’il parvenait à s’en laver. Il ne sentait purifié. Mais il finit par grelotter de froid et consentit à s’extraire du bassin. Il se remit de  l’autre côté du muret et étala soigneusement ses habits pour les faire sécher.

Le bruit de la cascade qui dévalait d'un enchevêtrement de rochers pour s'écouler dans le bassin couvrait tout autre bruit de la forêt. Il sonnait comme une mélodie dans les oreilles pointues de Faolan. Pour la première fois depuis le début de son voyage, il se sentait en paix.

Cette sérénité fut de courte durée. Tout se passa très vite. Pourtant, dans l'esprit du garçon, la scène sembla se dérouler comme au ralenti. Faolan, qui n’avait revêtu que son pantalon, occupé à frotter sa chemise dans l'eau, entendit un craquement derrière lui. Il aperçut un lapin se redresser puis fuir en regardant derrière Faolan. Il eut à peine le temps de se retourner qu'une sensation dure et froide contre son dos le fit se raidir.

- Quel plaisir de te revoir,Tingilindë, siffla une voix grinçante. Quel dommage que cette belle chevelure blonde ne soit plus.

Faolan se retourna, le cœur battant. Icarius, le vampire, se tenait juste devant lui, recouvert d'une large cape noire. Il pointait un long sabre d'argent sur lui. Trois hommes l'encerclaient, menaçant l'enfant de leurs arbalètes. Ils portaient tous d'immenses épées à leur ceinture. Cette fois, Faolan était totalement seul. Et il faudrait probablement un miracle pour qu'il s'en sorte.




_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun






Dernière édition par Faolan Tingilindë le Sam 10 Nov 2012 - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Ven 2 Nov 2012 - 17:56

-Grande sœur regarde! J'ai fais ce bouquet pour maman!

Solena courant derrière sa sœur le sourire aux lèvres. C'était l'anniversaire de sa mère aujourd'hui! La petite elfe avait choisit de lui faire un bouquet avec des fleurs orange, puisque c'était la couleur préféré de sa mère. Alors qu'elle se dépêchait de rentrer avant que sa maman ne se réveille, Solena croisa Elenna, son amie, sa seule véritable amie qui lui lorsqu'elle la vu lui sauta dans les bras. Les deux petites filles se mirent à éclater de rire et se serrèrent l'une contre l'autre.

-Dis Sol, tu viens jouer avec moi au lac? J'aimerais attraper les libellules!

-Désolé Elenna je dois vite rentrer chez moi on va faire une fête de famille! Ma sœur m'a promit de m'apprendre à danser en plus!

Elenna se mit à rire, mais pas d'un rire qu'on pourrait s'attendre entendre dans la gorge d'une petite fille, un rire sadique. Un rire qui vous déchirait le cœur en milles morceaux tant il était chargé d'idée noir. La petite au visage si doux se mit à saigner du nez et des yeux. Elle continuait à rire, faisant peur à la petite Solena puis elle se mit à hurler:

-Oui offre se bouquet à celle qui va t'abandonner te réduisant à l'esclavage, te volant ta jeunesse!

Elenna se rua sur l'elfe apeuré et la frappa de toute des forces. Puis tout s'arrêta, tout s'envola. Solena était toute seule dans le noir, elle se mit à crier:

-Maman! Grande soeur! Elenna me laissez pas j'ai peur toute seule!!!

Le sol céda sous ses pieds, et la petite tomba dans le néant en hurlant de peur. Elle ferma les yeux quelques secondes et se retrouva attaché sur un cheval. Devant elle sa mère lui tournait le dos, elle venait de la vendre à un marchant d'esclave. Solena se mit a appeler sa mère de toute ses forces mais en seule réponse, la petite fille n'eut le droit qu'à l’étouffement d'un rire sadique.
Solena se réveilla en pleurant. La jeune femme se recroquevilla sur elle même et essaya de sa calmer. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas fais de cauchemars. Lorsque ses larmes s’arrêtèrent, l'Elfe se rendit compte que dans un cycle c'était l'anniversaire de sa mère. Mais aussi que ça faisait presque une période qu'elle n'était pas retourné dans sa terre natal. Solena se leva et partit alors que la lune était encore haute dans le ciel pour retourner en Evanya, elle avait besoin de s'y ressourcer, de retrouver ce lien avec la nature qu'elle perdait souvent en travaillant.

L'Elfe décida de voyager complètement seule, c'est pourquoi elle n’emprunta pas les grandes routes, même si cela lui allongea le voyage de quelques jours. Elle arriva ainsi au bout d'un cycle de voyage dans la forêt éternel. Un large sourire s'étendit sur le visage de Solena. Elle aperçu dans une petite clairière, un lac magnifique. La jeune femme s'assit sur un rocher et admira les reflets du soleil sur l'eau. Elle était déjà venue ici elle en était sur. La courtisane s'en souvenait, c'était ici qu'elle venait lorsqu'elle n'était pas plus grande que trois pommes pour attraper toutes sortes d'insectes.

- Quel plaisir de te revoir, Tingilindë, siffla une voix grinçante. Quel dommage que cette belle chevelure blonde ne soit plus...

L'Elfe sortit de ses pensées, en entendant une voix familière. Solena se pencha sur le coté pour découvrir que de l'eau coté d'un gros rocher se trouvait Icarius... La courtisane n'en revenait pas, ce vampire aimant tant les courtisanes mais infecte comme la peste était ici. L'Elfe se cru maudite et poursuivit. Puis en observant mieux elle découvrit un petit garçon au visage innocent et effrayé. Qu'est ce que c'est vampire voulait à ce pauvre elfe! Solena hésita quelques secondes entre laisser le petit avec les vampires ou venir à son aide. La courtisane se rendit compte qu'elle n'avait pas le droit de le laisser ainsi surtout que sur cette terre cet idiot d'Icarius n'avait aucun droit.

La courtisanes s’avança discrètement vers les groupes de vampire en souriant.


-Icarius ça faisait longtemps que je ne t'avais pas vu! Je ne t'ai pas trop manqué j'espère!

Le vampire baissa son arme surpris de voir sa nouvelle favorite ici et laissa l'enfant aux mains des trois autres vampires de toute façon il était mort si il bougeait d'un millimètre. La courtisane embrassa le vampire en observant les trois autres, se demandant pourquoi quatre vampires s'occupaient d'un petit garçon.

- Dis moi Solena, tu es bien loin du refuge, n'as tu pas peur de tomber sur le grand méchant loup?

- Si je peux survivre à une soirée avec toi, je peux survivre partout! Comme il est beau se petit!

Solena s'échappa des bras du vampire qui s'était déjà préparé à jouer avec le corps de la courtisane, et s'approcha du petit. Elle s'accroupit devant et caressa ses cheveux avant de le prendre dans ses bras. Les vampires se mirent à grogner comme des fauves prêt à bondir sur cette jeune femme qui essayait de leur voler leur jouer.

- Ne le touche pas!

- Pourquoi Icarus? Tu penses que je vais m'enfuir et me marier avec lui?

- Attention Solena dans ton refuge tu ne crains rien mais ici je peux faire ce que je veux avec toi petite courtisane!

- Tu n'es pas chez toi ici Icarus, moi oui, alors ne me menace pas. Elle s'approcha de l'oreille du petit inconnu et murmura, J'espère pour toi que tu sais nager.

-Lâche ce petit maintenant!

Solena lâcha l'inconnu et alla se blottir dans les bras d'Icarus avant de déposer de petits baiser dans son cou. Alors que se dernier se mit à rire, la jeune femme lui prit son sabre d'argent avant de le placer sous la gorge du vampire.

-Elle est belle ton arme Icarus! Est ce l'argent?

La courtisane posa le sabre sur le bras du vampire lui provoquant une grande douleur. Les trois vampires se jetèrent sur l'Elfe et lui arrachèrent le sabre des mains. Plus personne ne surveillait le petit, il avait sa chance de s'enfuir à présent...


_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 





Dernière édition par Solena Laurelin le Ven 9 Nov 2012 - 14:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Dim 4 Nov 2012 - 19:26




- Icarius ça faisait longtemps que je ne t'avais pas vu ! Je ne t'ai pas trop manqué j'espère !


Faolan sursauta. Une magnifique jeune femme émergea des bois. Elle avait de longs cheveux noirs qui ondulaient dans son dos, et une démarche souple et gracieuse. Faolan remarqua immédiatement qu’il s’agissait d’une elfe.
Icarius sembla troublé par cette apparition. Mais aussi charmé. La jeune femme, l’allure toujours ondulante tandis qu’elle se dirigeait vers cette étrange assemblée, s’approcha du vampire et l’embrassa sans plus de cérémonie. Néanmoins, c’est Faolan et ses agresseurs qu’elle observait tandis qu’elle usait de ses charmes. Le garçon lui rendit son regard, tâchant d’exprimer la détresse dans laquelle il se trouvait au creux de ses pupilles. Icarius dit en souriant, de sa voix mielleuse :

- Dis-moi Solena, tu es bien loin du refuge, n'as-tu pas peur de tomber sur le grand méchant loup?

Comment une jeune elfe comme elle pouvait-elle connaître un tel individu ? Faolan était déjà étonné du fait qu’une elfe connaisse un vampire, mais la jeune femme semblait en plus particulièrement proche d’Icarius. La bribe d’espoir que Faolan avait éprouvé en voyant approcher l’elfe s’était obscurcie par la proximité évidente qu’il y avait entre elle et son poursuivant. Si elle et Icarius étaient liés, il y avait peu de chances qu’elle vienne en aide à Faolan.

- Si je peux survivre à une soirée avec toi, je peux survivre partout ! reprit celle qu’il savait maintenant s’appeler Solena. Comme il est beau ce petit !

Icarius paraissait très excité par la présence de la jeune femme. Il ne remarquait pas la manière dont elle scrutait la scène qui s’était figée derrière eux. Il ne remarquait pas qu’elle fixait Faolan malgré l’air détaché et charmeur qu’elle présentait à celui qui, déjà, la convoitait. Profitant de l’état fébrile du vampire, elle s’échappa de son étreinte et s’avança vers Faolan qui vibrait de peur. Son cœur battait aussi fort qu’un roulement de tambour.

Elle lui caressa les cheveux et le prit dans ses bras. Faolan, pétrifié d’effroi et totalement dépassé par les évènements, observait tour à tour ses agresseurs et l’étrange inconnue qui le maintenait. Celle-ci semblait, même si elle le dissimulait, assez troublée par ce qui se passait autour d’eux. Comprendrait-elle ? Faolan l’implorait discrètement du regard, n’osant ni un geste ni un mot à son égard tant il craignait que son implacable poursuivant le remarque.

Les autres n’apprécièrent guère l’initiative de l’elfe, dévoilant leurs canines à l’adresse de Solena en signe de mécontentement. Même Icarius, reprenant l’expression dure et menaçante que Faolan lui connaissait, s’écria froidement :

- Ne le touche pas !


Elle le fixa avec affront :

- Pourquoi Icarius? Tu penses que je vais m'enfuir et me marier avec lui ?

- Attention Solena dans ton refuge tu ne crains rien mais ici je peux faire ce que je veux avec toi petite courtisane !

La fille était une courtisane ? Il n’y avait aucun établissement du genre en Evanya. Le garçon avait plus ou moins découvert l’existence de tels lieux avec le récit que lui avait fait son père. Faolan pensa à sa mère, à son passé trouble. La ressemblance était étonnante. Une elfe vivant loin des siens, gagnant sa vie via des occupations bien éloignées des professions communes des gens d’Evanya. A quel point sa condition de courtisane l’avait-elle changée ? Faolan avait-il une alliée ou une nouvelle ennemie ? L’ambivalence de la jeune femme empêchait toute certitude. Elle semblait tellement à part, tellement différente de ce qu’il connaissait, qu’il ne parvenait pas à deviner ses desseins.

- Tu n'es pas chez toi ici Icarius, moi oui, alors ne me menace pas, lança-t-elle froidement.

Faolan, interprétant cette réplique comme un signe de soutien, s’agrippa fébrilement aux épaules de Solena. Celle-ci, sans quitter le vampire des yeux, murmura à son oreille :

- J'espère pour toi que tu sais nager.

Faolan, assailli d’angoisse et de confusion, tenta de comprendre où Solena voulait en venir. Avait-elle l’intention de se jeter dans l’eau avec lui ?!

- Lâche ce petit maintenant ! ordonna le vampire, les traits crispés par la rage.

Faolan se sentit brutalement posé à terre et vit la jeune femme revenir dans les bras d’Icarius. Mais que faisait-elle ? Etait-ce une sorte de ruse ? Faolan profita de l’attention détournée de ses poursuivants pour reculer lentement, très lentement, en direction du muret de pierres qui encerclait le bassin. Solena était à présent en train de baiser le cou du vampire tandis que ce dernier se détendait progressivement. Elle profita de cette baisse de garde pour empoigner son épée d’argent et la brandir sous son cou. Son geste avait été aussi vif qu’un courant d’air.

- Elle est belle ton arme Icarius ! Est-ce de l'argent?

Faolan fut aussi pris de cours que ses assaillants. Il ne s’attendait pas à une telle action de la part de l’elfe. Elle dégageait quelque chose d’impressionnant, de puissant même. Icarius enrageait de s’être laissé prendre si naïvement. Faolan entendit un cri, suivi d’une agitation soudaine entre les hommes et la jeune femme. Il saisit cette occasion pour attraper son épée et son arc et plonger dans l’eau sombre du bassin. Personne n’avait fait attention à lui. Il demeura un moment sous l’eau, puis finit par émerger le sommet de son crâne, ne laissant à découvert que ses yeux et son nez.
Il vit que la jeune femme avait finalement été braquée par la bande de vampires. Elle ne tenait plus le sabre. Les autres la maintenaient fermement, croisant ses bras derrière son dos pour l’immobiliser. Icarius rôdait autour d’elle, l’air mauvais.

- Petite sotte ! Croyais-tu réellement pouvoir te jouer de moi avec un piège aussi grossier ?


Solena ne disait rien mais soutenait farouchement son regard.

- Je ferai couper ta langue et brûler ta chair ! Trainée ! Tu es bien moins fière à présent, n’est-ce pas ?

Il éclata d’un rire faux, dur, un rire grinçant comme les toitures d’une vieille maison.

- Dis-moi, Icarius le Magnifique, qu’est-ce qu’un vampire de ta condition trouve de si intéressant chez un enfant pour le poursuivre avec tant d’ardeur ?

Icarius donna une gifle violente à sa prisonnière. Elle claqua dans l’air et résonna aux oreilles de Faolan qui écarquilla les yeux devant la violence de son geste.

- Tais-toi !! rugit le vampire, avant de reprendre plus calmement. Cela ne te regarde en aucun cas et l’intérêt que je porte à cet enfant m’est tout à fait personnel. Je te conseille de reprendre tes activités sans t’immiscer dans les miennes. Tu as failli nous faire perdre la trace de notre proie.

Il avait accentué sur le mot « failli », insistant ainsi sur la tentative ratée de la courtisane. Un sourire de triomphe et de supériorité s’étalait déjà sur ses lèvres, jusqu’à ce que Solena, froide et provocatrice, réplique à voix basse :

- Et où est-elle, à présent, ta proie ?

Le sourire d’Icarius s’effaça peu à peu jusqu’à ce que son visage entier reprenne son expression tendue. Il se retourna vivement et chercha des yeux l’enfant qui, de toute évidence, lui avait échappé.

- Ce n’est pas possible ! Non !! Où est-il ? OU EST-IL ??!

Il se tourna vers ses hommes en vociférant, tandis que les vampires balayaient le paysage à la recherche de Faolan, dépités et impressionnés par la fureur de leur maître. Icarius se tourna à nouveau vers la courtisane, son visage pâle empourpré par la rage.

- Espèce de…

Sa main s’éleva dans les airs, prête à s’abattre sur la peau nacrée de la jeune femme, une seconde fois. Mais il n’eut pas le loisir de terminer sa phrase, ni même son geste. Un hurlement de douleur s’échappa de ses lèvres tandis que tous observaient la flèche qui venait de traverser sa main et restait plantée en travers de sa paume. Icarius, le visage baigné de sueur, abaissa son bras et extirpa la flèche de sa chair, la respiration saccadée.

Faolan s’immergea à nouveau sans bruit, scrutant la scène. Il commençait à être frigorifié. Mais il ne pouvait prendre le risque de sortir. Il replongea également son arc. C’était bien lui qui venait de tirer une flèche en plein dans la main levée du vampire, avec la discrétion et la précision propres aux elfes. Personne ne l’avait vu, personne ne l’avait entendu.
Icarius tenta de repérer l’origine de la flèche, sans succès. La panique et le trouble se lisaient à présent clairement sur son visage, et Faolan ne put retenir un sourire. Ce fut alors que, tandis qu’Icarius était au comble de la confusion, renonçant à découvrir qui l’avait blessé, un de ses hommes de main lui fit signe :

- Monseigneur…

Icarius le regarda puis observa ce qu’il désignait du doigt : l’arrière de la flèche. De fines gouttes d’eau s’égouttaient lentement de l’extrémité plumeuse avant de s’écraser sur le sol. Icarius caressa le bout humide tandis qu’un nouveau sourire sournois se dessinait sur ses lèvres. Il se redressa, jetant des regards furtifs en direction du bassin, et dit d’une voix forte, adressant un clin d’œil à ses comparses :

- Il semblerait que nous soyons dans une impasse, mes amis ! il ne nous reste plus qu’à fuir cette contrée, après avoir bien évidemment libéré notre charmante captive !

Solena avait vu clair dans son jeu et le lorgnait avec mépris. Faolan, encore trop jeune pour percevoir la fourberie qui se cachait sous cette déclaration, se réjouit intérieurement. Il avait gagné ! Le vampire allait s’en aller et relâcher la belle Solena…
Icarius saisit la chevelure de la courtisane et l’approcha brutalement de lui. Il s’approcha de son oreille et siffla entre ses dents, caressant le cou de la jeune femme :

- Fais-nous à présent la démonstration de tes dons de persuasion… Dans le cas contraire, je n’aurais aucun scrupule à prendre ta vie. Ou celle de… ta mère ?


Avant de laisser le temps à Solena de digérer cette menace, il la repoussa, fit signe à ses hommes d’encercler le bassin en se couvrant des arbres, et jeta la pauvre jeune femme en avant, en direction de la bordure du bassin. Il était aisé de comprendre l’entreprise du fourbe vampire. Solena n’avait qu’à mettre en confiance le jeune garçon, lui faire croire qu’ils étaient à présent hors de danger. Convaincu par les paroles de sa sauveuse, il aurait tôt fait de sortir de l’eau, s’exposant ainsi à la portée de ses poursuivants. Déjà, Icarius se réjouissait dans l’ombre de la réussite de son plan.

La jeune femme s’approchait de l’eau sombre, ondulante sous l’effet du vent. Faolan était toujours immergé, étreignant son épée et son arc, remuant faiblement dans l’eau froide. Il vit alors le reflet déformée de la jeune femme et, tout doucement, sa chevelure trempée émergea du bassin. Les vampires attendaient l’ordre de leur maitre pour le saisir. Il fallait qu’il sorte encore un peu, et il était à lui.







_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun






Dernière édition par Faolan Tingilindë le Sam 10 Nov 2012 - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Ven 9 Nov 2012 - 14:27

Solena était assez contente d'elle, la prise du sabre avait été rapide et fluide, ce qui avait permit au vampire de ne pas pouvoir réagir. C'était l'occasion idéale pour le petit de partir, l'Elfe se laissa faire lorsque les trois hommes de main d'icarius l'avait attrapa avec une force monstrueuse pour la forcer à lâcher l'arme en argent. L'Elfe avait calmé sa respiration et avait tendu l'oreille uniquement vers le petit sans s'occuper des diverses cris des vampires. Lorsqu'elle l'entendit sauter avec douceur dans l'eau, la jeune femme laissa un sourire s'étirer sur son visage, sourire qu'Icarius prit mal puisqu'il pensa que la courtisane se payait sa tête. Lorsqu'il commença à parler l'Elfe le fixa droit dans les yeux. Ce vampire avait des yeux de vipère, aussi fourbe qu'un serpent il n'avait pas l'air de connaître le bonheur d'éprouver le moindre petit sentiment, il n'était intéressé que par la gloire, l'argent, le délice charnel et ses actes étaient trop souvent poussé par sa fierté!

Solena réussit à se taire dans un premier temps, ne voulant pas que le vampire éclate de colère, elle voulait laisser du temps au petit de s'enfuir, s'enfuir très loin. En passant par l'eau il avait une chance de ne pas laisser de trace sur le début de son parcours, rendant sa traque plus dur pour les quatre vampires. Lorsqu'Icarius éclata d'un rire noir comme le rire du diable lui même. Il avait l'air trop fier de sa prise, ses yeux reflétait l'amusement, il était sur de lui, ce soir il allait jouer avec Solena pendant que son prisonnier mordrais la poussière. La jeune femme ne pu se retenir plus longtemps de parler pour prouver au vampire qu'elle n'était toujours pas soumise à ses ordres. Elle chercha à comprendre alors pourquoi ce stupide vampire en voulait au petit Elfe. Les mots de l'elfe eut à peine finit de quitter sa bouche que cette dernière fut frapper au visage avec une telle force qu'elle eut l'impression qu'elle allait s'écrouler sur le sol. La jeune femme regarda le sol quelques secondes, la joue rouge. Elle se laissa portait par les vampires tant sa tête tournait et sa peau brûlait mais aucun son sortit de sa bouche pas la moindre plainte, au plus grand malheur du vampire. Solena serra les dents en entendant le discours du vampire, non elle n'avait pas failli! Elle l'avait entendu, elle savait qu'il avait plongé. Le doute s'installa quelques secondes dans l'esprit de la courtisane, et si elle avait imaginé ce son pour se rassurer que le petit était parti, et qu'à présent il était loin, très loin ... Le doute passa et Solena releva doucement la tête avant de regarder Icarius avec un visage étrangement effrayant. La jeune femme qui lorsqu'elle était arrivé avait l'air douce et paisible avait troqué son doux visage, pour un masque de marbre un sourire sadique en guise de décoration. Elle dit alors avec la froideur des vents du nord.


-Et où est-elle, à présent, ta proie ?

Le visage d'Icarius perdit alors son sourire satisfait pour laisser place à une flamme de peur et de doute au fond de ses yeux. Lorsqu'il se mit à hurler telle une bête féroce qui avait perdu sa proie, les trois autres vampires lâchèrent la courtisane et se mirent à chercher le petit du regard peur de la punition que leur maître allait leur infligé si il ne retrouver ce gosse. La courtisane savait qu'elle allait encore être frappé, mais elle n'avait pas peur de ce vampire, elle savait au fond d'elle qu'il ne la tuerait pas puisque lui et ses autres amis avaient une faiblesse pour cette courtisane en particulier dans le refuge. De plus elle n'avait pas le temps de s'occuper de la douleur que la gifle allait lui procurer, elle devait trouver un moyen de s'éloigner le plus possible de ce quatuor de vampire pour essayer de retrouver le petit et de lui venir en aide. Lorsqu'elle sentit un liquide perler sur sa joue, la jeune femme se demanda si elle n'avait pas laissé une larme s'échapper de ses yeux, elle essuya alors son visage pour découvrir avec stupeur qu'il s’agissait d'une goûte de sang, la courtisane releva donc la tête pour voir qu'Icarus avait la main transpercer avec un flèche. Solena se mit à prier pour que le petit soit parti, elle espérait sincèrement qu'il soit loin, pour vu qu'il ne soit pas resté pour aider la jeune femme.

Lorsqu'elle regarda la flèche avec attention, l'Elfe remarqua sur l'arrière de la flèche des petites gouttes d'eau. Quel était la probabilité qu'il y ai deux elfes cachaient dans un même lac, au même moment, avec un arc? Malheureusement Solena ne fut pas la seule à remarquer ce détail. Un vampire le montra à Icarius. La jeune courtisane resta bouche bais sur le commentaire du vampire, partir? Impasse? Relâcher? Non se n'était pas du tout le genre de ce vampire manipulateur d'avouer qu'il avait perdu. Solena le savait mais est ce que le petit elfe le savait? La jeune femme en douta grandement, et avait peur que ce jeune garçon tombe dans le piège en sortant de l'eau sans prudence. L'Elfe se sentit partir en arrière, arracher au sol, le vampire l'avait prit par les cheveux pour lui parler. Ses paroles dignes d'un venin de serpent, rampa jusqu'aux oreilles de la jeune femme.


- Fais-nous à présent la démonstration de tes dons de persuasion… Dans le cas contraire, je n’aurais aucun scrupule à prendre ta vie. Ou celle de… ta mère ?

Sa vie? Solena s’empêcha de rire, elle se savait mortelle, mais la jeune femme savait pertinemment qu'elle n'allait pas mourir, premièrement elle savait courir, connaissait plus ou moins bien ses lieux, elle pourrait donc s'enfuir et se cacher, et même si elle risquait de voir Icarius dans le refuge de courtisane, elle savait qu'il n'oserait pas la tuer au milieu de tous. Deuxièmement, le vampire même sous ses allures de roi du monde avait la pire faiblesse du monde, il n'écoutait plus uniquement son cerveau lorsqu'il était en présence d'une courtisane, ce qui expliquer en outre le faite que Solena ait pu faire diversion pour que le petit puisse partir... Solena recula d'un pas lorsqu'il parla de sa mère. Il y avait quelques années de cela on lui avait dit que sa mère était probablement morte, c'est pourquoi Solena même libre n'avait jamais vraiment cherché à retrouver sa famille. Et même si elle continue à aimer d'un amour tendre ses grandes sœurs, la jeune femme n'éprouvait strictement rien pour sa mère sauf un peu de rancœur, puisque cette dernière lui avait volé son enfance.

La courtisane fut poussée vers le bassin pour son plus grand déplaisir. Elle avança doucement de peur que le petit sorte pour la remercier. Pourquoi était-il resté? Elle remarqua le haut de sa tête parmi les roseaux, la jeune femme ne savait pas si les autres vampires l'avaient également remarqué, elle espérait que non. Elle lança un regard noir au petit, qui l'aperçu immédiatement, ce dernier eu la brillante idée de replonger dans l'eau restant ainsi presque invisible parmi les roseaux. La jeune femme regarda derrière elle, Icarius était caché dans l'ombre avec un regard de chasseur et un large sourire digne d'un loin sachant qu'il allait pouvoir dévorer son pire ennemi. Solena chercha les trois autres vampires qui étaient partis se cacher autour du bassin, la jeune femme n'en trouva qu'un seul, les deux autres étaient trop bien caché. La jeune femme se laissa quelques secondes pour réfléchir, si elle faisait sortir le petit de l'eau il n'avait aucune chance, il serait prit par les vampires et serait certainement attacher à un arbre et surveiller en permanence de peur qu'il ne reparte encore une fois. Mais que faire ? Même si l'Elfe n'avait pas peur pour sa vie, elle se doutait que si elle restait planté devant le bassin sans rien faire Icarius risque de partir dans un excès de colère et de la tuer dans un élan de rage.

Des le début de son arrivé, le lac lui avait paru familier. Pourquoi? La jeune femme se souvenu qu'avec sa plus grande sœur, elle venait souvent se baigner dans un lac dans lequel elle avait trouvé un grotte remplit d'air et bien caché au fond de l'eau lorsqu'elle avait voulu échapper à une punition mérité pour avoir voler un ruban dans l'armoire de sa mère. Et si c'était ce même lac! La grotte devait certainement encore exister! Avait-elle un autre choix? La jeune femme respira profondément et plongea dans l'eau froide. Elle remarquer le corps du petit garçon à droit d'elle. L'Elfe attrapa sa jambe et le tira vers le fond de l'eau. Elle savait que par son geste elle avait du faire peur à ce petit mais le temps pressait il devait se dépêcher surtout si Icarius et ses sbires avaient la mauvaise idée de s'approcher du lac pour regarder où Solena nageait. La jeune femme lâcha la jambe du petit lorsqu'elle considéra qu'il avait du comprendre qu'il devait la suivre. La jeune femme avait toujours réussis à nager longtemps sous l'eau, mais la peur sinisa dans son regard lorsqu'elle ne trouva pas la grotte. Elle se mit à nager au fond du lac lorsqu'une pièce de monnaie attira son attention. Solena nagea vers elle, et derrière une barrière d'Algues elle trouva l'entré de cette grotte. La jeune femme aida le petit à remonter le tuyau amenant à la grotte. Lorsqu'ils arrivèrent à l'air pur de la grotte la jeune femme se laissa porter par l'eau en fermant les yeux. Puis elle se hissa hors de l'eau et regarda le petit qui tremblait de froid. Elle ne pu s'empêcher de sourire au visage de ce petit ange. D'une voix ferme tout de même la jeune femme lui dit:


- Je n'avais pas besoin d'aide, tu aurais du partir très loin de ce lac, même sans ta flèche j'aurais pu m'enfuir.

Le petit continuait de trembler de froid, la jeune femme était elle aussi trempé, elle cherche autour d'elle quelque chose pour se réchauffer. Mais que pouvait-on espérer trouver dans une grotte? Son regard s'arrêta sur quelques chose de blanc. L'Elfe s'en approcha et se rendit compte que c'était une longue couverture blanche. Solena l'attrapa et regarda l'inscription brodé dedans : " Pour ma petite soeur Solena ". Son regard se remplit de mélancolie, c'était bien dans cette grotte qu'elle avait joué avec sa soeur. La courtisane revenu vers le petit et posa cette couverture sur les épaules du petit inconnu avant de s'asseoir contre une des parois de la grotte.

-Alors comment t'appelles tu petit? Et tu vas m'expliquer pourquoi ce stupide Icarius t'en voulait autant.

L'Elfe se mit à sourire, il était en sécurité ici, enfin elle l'espérait. Lorsque qu'il ferait nuit, elle partirait de cette grotte pour voir ce que faisait les vampires, et surtout si le petit pouvait s'enfuir d'ici.


_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 





Dernière édition par Solena Laurelin le Jeu 6 Déc 2012 - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Jeu 22 Nov 2012 - 1:29



Icarius observait la courtisane penchée sur l’eau claire du bassin. Il se tenait droit et statique, ainsi dissimulé dans la pénombre des bois, tandis que la jeune femme semblait chercher des yeux la proie qu’il convoitait. Semblait, en effet, car Solena avait depuis longtemps repéré la silhouette chétive du garçon. Ce n'était pas lui qu’elle cherchait, mais bien un moyen de s’échapper de cette situation apparemment sans issue.

Faolan la fixait lui aussi, son regard seul dépassant de l’eau. Il ne savait rien de la conversation que la courtisane avait eu avec son poursuivant. Il avait vaguement entendu ce qui ressemblait à une menace, à propos d’une mère. Lui ne savait pas ce qu’était une mère, il n’en avait jamais eu. Mais ce mot sonnait comme une chose précieuse, irremplaçable, et il ne pouvait que deviner quelle lourde perte cela représenterait de renoncer à une telle chose. Et il ne supporterait guère d’en être la cause.

Impossible, encore une fois, de percevoir les desseins de Solena alors qu’elle plongeait son regard bleu dans le sien, sans ciller. Faolan remuait sans bruit dans l’eau afin de se maintenir à la surface. Un silence de plomb les encerclait, la scène semblait s’être figée. A nouveau.


* * *

Icarius ne soupçonnait même pas que la jeune femme pût défier ses plans. Il était certain de l’effet de sa menace. En vérité, le vampire était si peu sensible aux sentiments purs qu’il devinait maladroitement ce qu’un autre que lui pouvait ressentir. Pour lui, les êtres vivants étaient schématiques, évidents, dépourvus de complexités. Il avait connu Solena alors qu’elle n’était qu’une petite fille que l’on avait arrachée à sa mère au prix de quelques piécettes. Longtemps la fillette avait réclamé la présence de celle qui, pourtant, l’avait si cruellement abandonné. L’esprit macabre d’Icarius n’était pas en mesure d’imaginer que Solena, devenant femme, ait vu son cœur s’endurcir à mesure qu’elle prenait conscience de l’acte immoral de celle qui l’avait enfantée. Il ne pouvait pas imaginer que celle qu’il appelait « sa mère » n’était plus qu’un souvenir vaporeux, indifférent, obscurci par les ombres de la rancune qu’elle avait éprouvé malgré elle. Il ne pouvait pas imaginer qu’une fille n’aime plus sa mère.

Aussi fut-il totalement pris au dépourvu lorsqu’il vit Solena prendre sa respiration avant de plonger gracieusement dans le bassin qui lui faisait face. Il poussa un juron, fixant le lac de ses yeux mobiles qui s’effaraient d’un tel spectacle, aussi impuissants que lui.
Faolan, pour sa part, fut tout aussi surpris par ce revirement de situation. Il ne comprit pas tout de suite la manœuvre de la jeune elfe. Il demeura donc au milieu de l’eau froide, agitant ses jambes et ses bras nus en tentant d’apercevoir la silhouette pâle de Solena. Avant qu’il n’ait pu le faire, pourtant, il sentit une forte pression autour de sa cheville. Il poussa un petit cri et se débattit un moment, mais il était trop faible à force d’être resté si longtemps dans l’eau. Icarius n’avait pas manqué d’entendre sa petite exclamation, et sans même prendre la peine d’en donner l’ordre à ses gardes, il se rua sur le bassin.

Mais déjà Faolan avait sombré dans les eaux, plus profondes qu’il n’y paraissait, du bassin, emporté malgré lui par l’étreinte tenace de la jeune femme. Pour lui, cela ressemblait plus à une tentative de noyade qu’à un sauvetage. Solena n’avait en effet pas eu le temps de lui révéler le petit secret qu’elle seule savait à propos du lac. Faolan se laissait entrainer, l’esprit en feu, jusqu’à ce que finalement Solena relâche son étreinte et le libère. Ce fut à ce moment qu’il comprit que la jeune femme n’avait eu aucune intention de le noyer, au contraire elle semblait chercher une issue improbable au fond du lac. Elle nageait avec grâce et maitrise dans ces eaux obscures, ses yeux d’elfes perçant l’opacité du bassin afin de trouver ce passage qu’elle semblait sûre de trouver. Faolan restait derrière elle, statique malgré l’air qui lui manquait et cette terrible tentation de remonter à la surface pour emplir ses poumons d’oxygène. Il vit alors Solena s’approcher d’un amas d’algues qui ondulaient délicatement au rythme des courants. Elle écarta les algues et fit signe à Faolan de s’y engager.

Le garçon regarda à la surface. Il lui sembla apercevoir au travers des remous de l’eau une silhouette sombre et maigre, qui ne pouvait être qu’Icarius guettant les faits et gestes de ses victimes. Sans hésiter, il poussa sur ses jambes et s’engouffra dans le passage que lui montrait Solena. Celle-ci l’aida à remonter ce qui ressemblait à une embouchure. Le soulagement que ressentit Faolan lorsqu’il sentit l’air envahir sa bouche puis son corps tout entier, fut tel qu’il se mit à voir des étoiles scintiller autour de lui. L’épuisement avait raison de sa frêle personne. Repliant ses jambes contre lui, il s’assit sur le sol rocheux et regarda autour de lui.
Il se trouvait dans une grotte. Une grotte accessible directement par un passage creusé au fond du bassin. Comment la jeune elfe avait-elle pu savoir qu’une telle issue existait ? Elle flottait doucement à la surface de l’eau, à présent, aussi apaisée que lui par le calme ambiant et l’assurance d’être hors de danger. Faolan se mit à claquer des dents sans même s’en apercevoir, trop occupé qu’il était à observer le corps gracieux de Solena qui baignait dans l’eau clair de la grotte. Au loin, des clapotis résonnaient sur la surface rocheuse.

Finalement, la jeune femme consentit à s’extraire de l’eau et vint s’asseoir à ses côtés. Elle lui dit fermement :

- Je n'avais pas besoin d'aide, tu aurais dû partir très loin de ce lac, même sans ta flèche j'aurais pu m'enfuir.

Faolan la regarda sans rien dire, le corps secoué de tremblements. Ses lèvres étaient violettes et la peau de ses mains virait au bleu. Il savait que la jeune fille avait raison, pourtant il ne pouvait regretter de l’avoir secouru. Faolan, malgré qu’il fût aisément effrayé, avait une qualité primordiale : la bravoure. C’était un garçon chétif et faible comme beaucoup d’enfants, mais il était courageux. Il n’aurait pas supporté d’abandonner la jeune elfe à son sort, même en ayant la certitude qu’elle puisse s’en sortir. Et s’il n’avait pas tiré cette flèche dans la paume d’Icarius, ils ne seraient pas ici, à cet instant, entouré de ces murs minéraux qui dégageait une clarté bleutée. Il serait seul. Encore.

Solena semblait à nouveau chercher quelque chose. Elle avait l’air moins affecté par ce qui venait d’arriver que Faolan, qui lui se retrouvait complètement étourdi et affaibli par les évènements. Elle trouva miraculeusement une couverture blanche, très douce, dont elle le recouvrit. Faolan remarqua son regard très légèrement embué, comme si une émotion soudaine l’avait assailli, mais il ne dit rien. Ce fut l’elfe qui prit la parole, à nouveau :

- Alors comment t'appelles tu petit? Et tu vas m'expliquer pourquoi ce stupide Icarius t'en voulait autant.

A l’entente du qualificatif « stupide » une délicieuse petite flamme alluma le cœur de Faolan et il sourit fébrilement. Qu’il était plaisant d’entendre son ennemi redouté ainsi nommé! Stupide, oui, il était stupide ! Elle n’avait pas peur, cette femme, de le dire et de le clamer. Elle n’avait pas peur de lui. Et cela suffisait à Faolan pour être tout à fait impressionné.

Il attendit un moment, profitant de la chaleur de la couverture, et dit d’une voix un peu faible :

- Je m’appelle Faolan. Faolan Tingilindë. Je suis le fils du général… Je… Icarius me poursuit parce que… Parce que je…

Epuisé et incapable de dire l’indicible vérité, il se mit à pleurer très faiblement. Ses petites larmes se mêlèrent à l’eau qui recouvrait son visage. Il les essuya brusquement en reniflant et finit par déclarer d’une voix sourde, le visage assombri :

- Parce que ma mère Isil Morquendi lui a promis son âme en échange de ma transformation en vampire.

Un silence lourd surplomba les deux êtres. Solena demeurait la tête tournée vers lui, sa main délicatement posée sur la couverture qui le recouvrait. Faolan, avachi, avait la tête baissée, ses cheveux tombant sur ses yeux. L’atroce vérité enfin dite, elle prenait tout son sens. Toute sa gravité. C’était tellement violent qu’il n’eut même pas envie de pleurer.

On entendait des gouttes s’écouler au loin. L’eau miroitait devant eux. Tout était calme et froid. Comme cette révélation qu’il venait d’arracher à son cœur. Solena, par embarras, par surprise ou par respect, ne répondit pas tout de suite. Faolan eut tellement peur de sa réaction qu’il ajouta finalement :

- Solena. Pourquoi y a-t-il écrit ton nom sur cette couverture ?




_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Mer 12 Déc 2012 - 22:02

Solena regarda le petit sourire, il avait l'air si innocent, pur et remplit de bonté. Un enfant avec des yeux remplit de rêve et d'espoir. Cette enfance là, la jeune elfe ne l'avait jamais eu puisque ses maîtres humains lui avaient fait comprendre des son arrivée que les rêves ne se réalisaient jamais. Mais voir ce petit être si fragile presque collé contre lui, lui donna envie de sourire en se demandant ce que serait sa vie, si elle avait un enfant, une petite chose à protéger, un être qui l'obligerais à vivre avec une but précis. Faolan avait un prénom magnifique qui reflété à merveille ses origines elfiques. Ne vivant que très rarement en Evanya, Solena ne connaissait pas vraiment ses habitants c'est pourquoi lorsqu'il ajouta qu'il était le fils du général Tingilindë, l'Elfe ne peut mettre un nom sur son père. Lorsqu'elle entendu le petit pleurer, Solena le regarda avec un regard plein de compassion, elle prit le petit dans ses bras et le ramena contre elle et le laissa pleurer. On dit souvent que pleurer fait du bien, cette action libère l'esprit des différents poids qui peut l'assommer, c'est pourquoi l'Elfe ne bougea pas et ne parla pas. Elle laissa le temps au petit de se reprendre en main.

Isil Morquendi ... la courtisane avait déjà entendu ce nom. La jeune femme avait travaillé dans le refuge avant qu'elle n'arrive. Les premières semaines, beaucoup de courtisanes l'avaient comparé à cette elfe courtisane, mais au final elles se rendirent compte que les deux femmes elfes ne se ressemblaient pas du tout. La seule personne qui ne le voyait pas ainsi c'était Icarus, qui blessé d'avoir perdu son jouet avait vu en Solena une nouvelle elfe avec qui jouer et se détendre. Elle avait entendu tant de chose sur cette femme. Certaines disaient qu'elle était morte et qu'elle avait été jetée comme un vulgaire morceau de viande à des loups affamés. D'autres pensaient qu'elle c'était juste enfuit avec un vampire qui lui avait promit de la rendre riche mais qu'au final ce n'était qu'un petit vampire pauvre et au service de noble qui l'aurait vendu comme esclave. D'autres encore avait dit qu'elle était juste parti prendre sa retraite chez les lycans pour ne plus être dérangé par les vampires. Seule le barman avait une idée bien précise.

Un soir alors que Solena commençait à peine à prendre ses marques dans le refuge, le barman lui raconta l'histoire du refuge, et lorsqu'elle le questionna sur cette Isil, son visage se referma et il lui ordonna pour la première fois d'aller s'occuper des vampires présents. Elle le questionna ensuite chaque jour pendant un moins entier. Puis un beau jour alors qu'Icarus était dans la salle, le barman lui donna une gifle assez forte pour que la courtisane tomba sur le sol. Il l'attrapa par le bras et l'obligea à monter dans une chambre du premier étage. Il la regarda et s'excusa. L'homme lui raconta alors qu'elle ne devait jamais prononcer son nom lorsque le vampire Icarus était dans le refuge, lui raconta que ce vampire avait été très amoureux de cette courtisane mais que cette dernière avait dans son coeur le nom d'un lycan. Il finit alors par murmurer.


- Je pense qu'elle c'est enfuit chez les elfes votre grande famille. Et si tu veux mon avis elle est enceinte, ça se voyait tellement à la façon dont elle caressait son ventre. Mais bon ce n'est que l'hypothèse d'un petit homme qui ne sait que servir à boire.

Ce barman avait donc raison, elle était enceinte et ce petit souffrait à cause de ses dangereuses liaisons amoureuses... Lorsque le petit parla de la couverture, la jeune elfe sortit de ses pensées et eut un mouvement de recule. Sans réfléchir elle lui répondit :

-Ecoute petit, tu m'as sauvé, mais ce n'est pas pour autant que tu as le droit de me poser n'importe qu'elle question!

L'Elfe était furieuse, ses joues étaient rouge comme un coquelicot au printemps. Lorsqu'elle s'aperçu du regarde effrayé que le petit lui lança, la jeune femme baissa là tête et se calma en se demandant pourquoi elle avait été aussi agressive envers ce petit être qui n'avait rien avoir dans ses histoires de famille.

-Je suis désolée Faolan je ne voulais pas m'énerver ainsi sur toi. Il y a mon nom car c'est ma sœur qui me l'a fait lorsque j'étais -encore bébé. Tu devrais te reposer tu as l'air si fatigué. Lorsque la nuit tombera j'irais voir si les vampires sont partis ou dans ce cas nous prendrons la fuite.

L'Elfe sourit et fit allonger le petit en posant la tête de Faolan sur ses jambes. Elle ne regarda fermer les yeux en essayant de se réchauffer.

- Tu sais petit je n'ai jamais rencontré ta maman, mais j'en ai souvent entendu parler. Elle m'a été décrite comme une courtisane magnifique mais très fragile. J'aurais beaucoup voulu la rencontrer.

Solena sécha la dernière larme qui coulait sur la joue du petit et remonta la couverture jusqu'à son menton. Elle se mit à penser à cette elfe qui avait plongé la vie de son petit dans un véritable enfer, mais pourquoi Solena n'arrivait pas à lui en vouloir, elle pouvait presque la comprendre. Quelques minutes se passèrent puis Solena reprit en murmurant.

- Faolan tu as l'air différent des autres elfes ... Mais il faut de tout pour faire un monde, ne t'inquiète plus pour ces vampires maintenant je vais te protéger. Je sais ce que tu peux vivre ma mère m'a vendu pour pouvoir manger, comme toi je me suis retrouvée orpheline ...

L'Elfe baissa les yeux vers le petit et se rendit compte qu'elle dormait déjà. La jeune femme sourit et se laissa bercer par la respiration de faolan. Au bout de quelques minutes, la jeune femme plongea dans un sommeil qu'elle espérait sans cauchemars.

_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Ven 1 Fév 2013 - 15:00

Faolan s’était montré intrusif et son brusque changement de sujet avait manifestement perturbé la jeune femme. Elle le regarda d’un air vaguement courroucé et le garçon crut percevoir une blessure dans cet effarouchement soudain. Faolan, intimidé par ce revirement de situation, se replia un peu sur lui-même. Il n’avait pas la force de répliquer, et après tout, Solena avait raison. Il n’avait pas été bien délicat.

- Je suis désolée Faolan je ne voulais pas m'énerver ainsi sur toi. Il y a mon nom car c'est ma sœur qui me l'a fait lorsque j'étais -encore bébé. Tu devrais te reposer tu as l'air si fatigué. Lorsque la nuit tombera j'irais voir si les vampires sont partis ou dans ce cas nous prendrons la fuite.

Solena était si mystérieuse. Faolan avait l’impression que son passé était empli d’amertume et qu’en parler ne le ferait qu’exister davantage, ce qu’elle refusait manifestement. Ses réponses étaient expéditives, brèves. Faolan ne pouvait s’empêcher de s’interroger. Toutes ces questions amenèrent à la première qu’il s’était posée : comment une elfe aussi bienveillante que Solena avait-elle pu se retrouver dans la contrée d’Icarius ? Tout un monde les séparait, au-delà même de la distance. Il avait dû se passer quelque chose, quelque chose d’irréversible, pour qu’elle en arrive là. Mais quoi…

Il n’insista pas davantage. D’ailleurs, elle avait raison, il était exténué. La grotte était froide et peu confortable, mais les genoux de sa compagne lui offrirent une couche convenable. Cela le rassurait également car il craignait que Solena ne l’abandonne, que ce soit par lassitude ou par courage en allant trouver la bande de vampires. Posé ainsi contre elle, elle ne pourrait s’en aller sans qu’il s’en aperçoive.

- Tu sais petit je n'ai jamais rencontré ta maman, mais j'en ai souvent entendu parler. Elle m'a été décrite comme une courtisane magnifique mais très fragile. J'aurais beaucoup voulu la rencontrer.

Le cœur de Faolan se mit à battre plus fort, il le sentit même au bout de ses doigts repliés. Solena connaissait sa mère ?? Pas directement, mais elles avaient parcouru les mêmes lieux, connu la même existence… Deux femmes elfes perdues au milieu de ce paysage morbide, entre luxure et mort. Une femme magnifique mais très fragile… C’était une vision bien différente que celle que son père lui avait exposée. Faolan murmura en réponse un très faible « moi aussi » à peine audible, qui se mêla au son des gouttes d’eau s’écrasant sur le sol.

- Faolan tu as l'air différent des autres elfes... Mais il faut de tout pour faire un monde, ne t'inquiète plus pour ces vampires maintenant je vais te protéger. Je sais ce que tu peux vivre ma mère m'a vendu pour pouvoir manger, comme toi je me suis retrouvée orpheline …

Son corps se raidit. Lui qui pensait que sa mère était cruelle et inconsciente, il réalisait qu’elle n’était pas des pires. Ce destin si dramatique lui remuait l’intérieur, il ne parvenait même plus à bouger. Solena pensait peut-être qu’il dormait, puisqu’il demeurait immobile et muet. Vendue. Solena avait été vendue. Abandonnée, délaissée, orpheline, et vendue. C’était sa mère qui l’avait transformé en courtisane. Sa mère qui l’avait condamnée à vivre auprès de gens macabres comme Icarius. Que ressentait-elle à présent, en repensant à cette vérité si terrible qui avait scellé son enfance à jamais… Faolan ne pouvait même pas se l’imaginer. Il se recroquevilla encore un peu plus dans la couverture, observant l’écriture fine brodée sur le tissu. Il n’osait pas demander à la jeune femme où était sa sœur, à présent.

Solena avait l’air si forte mais si dure. Comme si cette vie déchirée l’avait endurcie. Elle ne montrait aucun signe de chagrin ou d’effroi, jamais. D’où lui venait cette force de caractère, cette impassibilité ? Elle avait l’air très tendre en même temps… Peut-être qu’on ne lui avait pas laissé le choix. Peut-être que cela avait été son unique moyen de survivre. Encaisser, résister, ne pas se laisser atteindre. Sans arriver au terme de ses interrogations, Faolan s’endormit finalement contre ses genoux, le visage tourmenté.



* * *



Faolan se réveilla à cause d’une odeur étrange qui lui titilla les narines. Il ouvrit faiblement les yeux en humant l’air et se redressa doucement. Solena était en méditation, adossée contre la paroi de la grotte. Elle avait fait abstraction de l’environnement extérieur comme il est d’usage de le faire. Faolan scruta le fond de la grotte, en particulier l’eau d’où il pressentait un danger, une anomalie. Un truc qui cloche. Il plissa les paupières afin de mieux distinguer l’eau trouble de la grotte, au fond. Il vit alors une sorte de nuage verdâtre se dissiper dans l’eau et progressant dans le bassin, remontant peu à peu la paroi. Les jambes de Solena, ballantes et exposées, étaient toujours immergées. Le nuage vaporeux au fond de l’eau continuait de remonter comme poussée par une force invisible.

- Solena ! Solena, il y a un problème ! s’écria-t-il en secouant la jeune femme.

Solena s’éveilla immédiatement et posa son regard bleu sur la forme suspecte qui avançait dans l’eau.

- Regarde ! glapit Faolan, de plus en plus angoissé. Qu’est-ce que c’est que ça ?
- C’est du poison. Il se distille dans l’eau et grandit au contact de l’humidité. Icarius veut nous piéger. L’eau va monter et son poison nous brûlera la chair. Il a tout prévu.
- Comment ?? Mais qu’est-ce qu’on peut faire ? On va mourir ?

Solena, toujours avec un grand sang-froid, observa le bout de la grotte, du côté opposé. L’eau était maintenant presque entièrement teintée de vert et une odeur insoutenable s’en dégageait. Faolan se mit le bras contre le nez. Solena lui dit qu’il y avait une autre sortie et qu’ils allaient l’emprunter. La panique embrouillait complètement l’esprit du garçon, il ne comprenait plus rien. Comme Solena l’avait prédit, l’eau se mit à monter, probablement sous l’influence d’un piège d’Icarius. Solena lui cria de s’écarter de l’eau et Faolan se plaqua contre la paroi. Solena semblait réfléchir très vite, comme si elle tentait de se souvenir de quelque chose d’important, sans quitter des yeux le fond de la grotte, à l’autre bout. Faolan se pencha pour observer l’endroit mais il glissa et tomba à quatre pattes, l’eau frôla sa main et lui infligea une brûlure fulgurante. Il poussa un cri qui résonna contre la pierre. Icarius l’avait certainement entendu. Solena le releva et lui indiqua le chemin qu’ils allaient emprunter. Il se laissa prendre par la main et entrainer vers le fond de la grotte. Comment Solena pouvait-elle connaitre les passages de cette grotte souterraine ? Peu importe après tout, quel autre espoir lui restait-il que de suivre aveuglément sa compagne de fortune…

Il courait en trébuchant à moitié, à bout de souffle et complètement paniqué. Solena le serrait très fort, à lui faire mal, mais sans elle il n’aurait pu marcher. L’épuisement et la peur avaient raison de lui. Des bruits de remous se firent entendre au loin, vers le bassin, alors qu’ils progressaient dans le tunnel sombre qui les mènerait, selon Solena, à l’extérieur. Faolan, sans cesser de se faire trainer par le bras, se retourna et aperçut une écume verdâtre s’agiter, semblant gagner sur eux.

- Solena je crois que… Je crois que l’eau arrive !

L’elfe se retourna vivement, sans laisser entrevoir la moindre trace de frayeur. Elle accéléra ensuite le pas, courant vivement sur le sol pierreux. La sortie qu’elle avait évoquée n’était pas celle que Faolan avait imaginée. Il s’agissait d’un haut mur constitué d’énormes pierres entassées, probablement le résultat d’un éboulis.

- Qu’est-ce qu’on fait ? demanda Faolan en jetant un œil à l’eau qui prenait du terrain, le bruit de l’écume qui se fracassait contre les parois prenant en intensité.
- On grimpe ! répondit Solena. Toi d’abord !

Faolan leva la tête jusqu’au minuscule interstice qu’on apercevait au sommet de cette montagne de rochers.

- Je n’y arriverai pas ! s’écria-t-il, couvrant le bruit fracassant de l’eau.
- Faolan, tu peux y arriver, fais-moi confiance !

La confiance en cette jeune femme qu’il connaissait depuis une heure, c’était bien la seule chose qui lui restait. Il s’agrippa aux rochers et commença son ascension. Il avait particulièrement du mal à s’accrocher à la pierre de sa main brûlé car chaque contact lui était douloureux. Mais l’espoir de gagner ce passage lumineux lui donnait l'énergie propre au désespoir. Il fallait qu’il soit courageux. Il dérapait parfois et manquait de tomber, mais Solena, qui se trouvait toujours au-dessous de lui, rattrapait ses chutes. Il l’entendit pousser un cri étouffé et vit que l’eau avait atteint la base du mur et qu’elle avait brûlé les pieds de la jeune elfe.

- Solena ! Est-ce que ça va ? demanda-t-il.
- Continue d’avancer Faolan, ne t’occupe pas de moi !

A la fin, les bras de Faolan étaient tellement engourdis qu’il n’arrivait plus à les bouger. L’angoisse le gagna à nouveau. Il n’y arriverait pas. Il n’était qu’à quelques dizaines de centimètres du passage à présent, mais il avait épuisé toutes ses forces.

- Je… Je n’y arrive plus, dit-il dans un souffle.

Alors, Solena le hissa de toute sa force et parvint à lui faire atteindre le passage, unique fenêtre vers l’extérieur. Il s’en extirpa avec effort et aida Solena à faire de même. Ils s’en étaient sortis. Ils avaient peine à y croire. Essoufflés, sales et épuisés, ils se regardaient d’un air étourdi en reprenant leur respiration. Ils se mirent alors à rire, un rire un peu faible et nerveux, un rire incrédule qui exprimait leur soulagement et leur état de choc d’être encore en vie. Puis, ils se jetèrent dans les bras l’un de l’autre. Faolan pleurait pour de bon cette fois, toute la pression retombait et il n’était plus capable de contrôle. C’était la chose la plus intense qu’il ait jamais vécu. Il ne sut pas combien de temps il resta ainsi collé contre le long corps de Solena, mais cela aurait certainement duré plus longtemps si une voix grinçante n’avait pas brisé ce moment :

- Oh, comme c’est touchant…



_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Dim 5 Mai 2013 - 15:25

Solena se réveilla quelques heures après. Elle n’avait pas rêvé ni fait de cauchemar, son corps criblé de fatigue avait été trop exténué pour s’intéresser aux souvenirs que la nuit avait fait remonter à la surface. L’Elfe regarda le petit dormir, il avait l’air si paisible ainsi. Loin de ses problèmes, loin d’icarius, plongé dans ses rêves le plus merveilleux. Les bras de Morphée étaient pour tous un morceau de paradis sur terre lorsqu’on était en sureté. La courtisane aurait aimé se lever pour vérifier que les vampires étaient partis mais l’enfant c’était accroché à sa robe comme pour ne pas tomber dans un précipice sans fond. Solena préféra alors ne pas bouger et se plonger dans une profonde méditation. Solena ne coupa alors de tout ce qui l’entourait. Elle oublia l’image des rochers qui l’entourait, l’odeur de moisissure, la sensation d’humidité et enfin la respiration de son protégé. Elle se sentait protéger et en paix dans son cocon de solitude.

Alors que la jeune Elfe reprenait des forces, elle se sentit rejeter de sa méditation et s’écrasa durement dans la vie réelle. Elle regarda Faolan qui avait l’air paniqué, angoissé, terrorisé. L’Elfe posa sa main sur le bras du petit comme pour l’apaiser et fixa l’eau. Elle vu alors l’eau changer de couleur. La couleur verte n’inspira pas confiance de l’Elfe qui sortit immédiatement ses pieds de l’eau. Lorsqu’elle vu un poisson remonter à la surface, l’elfe comprit que c’était du poison. Elle n’en revenait pas, Icarius avait eu l’audace de polluer tout un lac pour les faire sortir de leur cachette. L’Elfe rassembla ses idées et dit d’une voix la plus neutre possible pour ne pas affoler l’enfant sans toutefois lui cacher la vérité.

- C’est du poison. Il se distille dans l’eau et grandit au contact de l’humidité. Icarius veut nous piéger. L’eau va monter et son poison nous brûlera la chair. Il a tout prévu.

Solena chercha une solution. Elle se rappela alors qu’autre fois lorsqu’elle venait manger ici avec sa grande sœur, cette dernière faisait passer la nourriture par une brèche au fond de la grotte, l’elfe espéra alors que la nature ne l’avait pas rebouché. Alors que la courtisane cherchait où se trouvait l’entrée de la brèche, elle s’aperçu que le petit restait à coté de l’eau qui devenait de plus en plus nocif. L’Elfe se mit à hurler sur lui sans vraiment le vouloir.

-Bouge de là petit idiot !

L’Elfe n’avait pas voulu paraitre méchante, mais ses mots lui avaient échappé lorsqu’elle imagina le petit tomber dans ce bain de poison. Lorsqu’elle aperçut enfin la brèche, un cri de souffrance lui arracha les oreilles. Elle se retourna et aperçu le petit à quatre pattes sur la roche. Solena l’attrapa par le bras et le releva en regardant sa main. Le poison n’était pas encore très concentré, heureusement pour le petit sa main guérirait très rapidement. Elle ne poussa vers le fond de la grotte le plus rapidement possible. Lorsqu’ils arrivèrent à la sortie de secours, la courtisane fut sidérer par son état. A l’époque c’était un mur simple à escalader mais à présent les pierres avaient l’air en équilibre précaire. Mais c’était leur simple moyen de s’échapper. Le petit avait l’air effrayé mais Solena ne le laissa pas le temps de réfléchir. Elle le poussa et l’aida à escalader les premières roches en le hissant. L’Elfe préféra rester en bas en le voyant escalader avec difficulté. Si il tomber elle pourrait ainsi le rattraper. Lorsqu’il fut assez haut, l’Elfe commença à escalader. L’odeur du poison se fit de plus en plus forte. Lorsque la courtisane se retourna pour vérifier l’avancement de l’eau il était trop tard. L’eau s’échoua sur ses pieds et lui brûler la peau et la chair. La courtisane essaya de se retenir de crier pour ne pas effrayer l’enfant mais elle ne peut se retenir plus d’une seconde. Un cri de douleur sortit de sa bouche et quelques larmes se mirent à couler sur son visage. La courtisane avait l’impression que des milliers d’insectes lui dévorer la peau. Comme l’avait prédit, le petit s’arrêta d’avancer pour savoir ce qui arrivait à sa sauveuse. Solena se mit à crier en serrant les dents.

- Continue d’avancer Faolan, ne t’occupe pas de moi !


Malgré ses pieds blessés, l’Elfe rattrapa le petit garçon qui avait du mal à escalader. Lorsqu’elle l’entendit pleurnicher en disant qu’il n’y arriverait pas, Solena l’attrapa par ses vêtements et le poussa vers la sortie, ils devaient sortir. Le poison était à présent concentrer dans l’air et l’Elfe commencer à sentit son nez et sa bouche brûler. Lorsque le garçon fut en sûreté, la courtisane continua à grimper. Une roche céda sous son poids et l’Elfe manqua de tomber dans le bain de poison. Elle s’écorcha ainsi les genoux. Heureusement Faolan l’attrapa par les mains et l’aida à monter jusqu’à la surface. Lorsqu’ils purent voir le soleil, les deux jeunes gens s’écroulèrent dans l’eau et un rire nerveux sortit de la bouche de Solena sans qu’elle ne puisse le contenir. Le petit garçon se blottit rapidement dans les bras de l’Elfe et la serra fort. Elle posa ses mains sur son dos et frotta doucement la peau du petit pour le calmer, pour qu’il arrête de sangloter. L’Elfe avait affreusement mal aux pieds mais elle devait avoir tout trouvé un moyen de guérir la main de son protéger. Au bout de quelques minutes, l’’elfe ouvrit les yeux et aperçu des jambes, lorsqu’elle releva la tête, elle vu Icarius qui ricanait.

- Oh, comme c’est touchant…

L’Elfe n’eut pas le temps de protester qu’elle sentit un homme la soulever l’arrachant à l’étreinte de faolan. Un des vampires avait attrapé la courtisane comme un simple sac de viande et avait posé son énorme main sur la bouche de la jeune femme l’empêchant ainsi de parler. Elle essaya de se débattre, mais plus elle bougeait et plus l’étreinte était fort. Lorsqu’elle eut le souffle couper tant l’homme la serrait fort, l’Elfe baissa la tête et arrêta de bouger. Solena vu alors un autre vampire attraper le petit par sa main blesser, ce dernier se mit à hurler de douleur et quelques larmes glissèrent sur son visage. Elle avait échoué, le petit n’était pas en sécurité. De rage l’Elfe mordit la main du vampire aussi fort qu’elle le pouvait. Alors qu’elle regardait Icarius, elle sentit une douleur sourde s’abattre sur sa tête et tomba dans les pommes. Son gardien l’avait frappé si fort qu’elle s’était évanouit. Icarius regarda la courtisane et éclata de rire.

-Va l’enfermer dans la cage et soigne lui les pieds avec le remède, il serait dommage que son sang soit contaminé ! Et enferme celui-là aussi dans l’autre cage, cette petite puce ne doit plus s’échapper !

Lorsque Solena reprit connaissance, elle se trouvait allongé dans une cage de métal. Sa tête lui faisait affreusement mal, Elle s’aperçu avec étonnement que ses pieds étaient bandé. Lorsqu’elle se releva, un petit cri de soulagement se fit entendre. Lorsqu’elle se tourna sur sa droite, elle aperçut le petit garçon. L’Elfe lui adressa un léger sourire et sortit sa main de sa cage pour toucher la cage du petit.

-Comment te sens tu petit ? Ils ne t’ont pas fait de mal.

Avant que Faolan de réponde, l’Elfe entendit le rire d’icarius. Il s’approcha des cages et attrapa la main de Solena.

-Pas touche Solena, sinon je serais obligée de te couper tes jolis bras. Tu vois je te l’avais dit que tu ne pouvais pas t’enfuir ou nous devancer, tu n’es qu’une petite courtisane. Regarde à cause de toi ce qui est advenu de ton petit lac

Solena remit son bras à l’intérieur de la cage en regardant avec dégout le vampire. Lorsqu’elle se tourna vers le lac, l’Elfe se mit à hurler. Le lac était dévasté, les poissons flottait à la surface, les plantes aquatique pourrissait, la végétation aux alentours étaient noir comme ci le feu de l’enfer était venu la détruire. L’Elfe qui avait toujours prit soin de la nature s’écroula sur elle-même en hurlant de douleur.

-Tu es un monstre !

-C’est toi qui nous a obligé de mettre du poison dans le lac ! Tu es la seule responsable de ce désastre ! Oh regarde, une biche va venir boire de l’eau, mais tu sais bien que le poison prend plusieurs jours à disparaitre !

Solena se mit à taper sur sa cage. Elle essaya d’hurler encore plus fort pour effrayer la biche mais elle était trop loin pour ça. Lorsque l’animal se mit à boire, le poison dévora son museau. La biche se mit à saigner et s’enfuit loin du lac. Icarius siffla et un de ses serviteurs partit à la recherche de la biche. Quelques minutes plus tard, il déposa l’animal agonisant devant la cage de la courtisane. L’Elfe se précipita vers elle et caressa doucement son flanc. Elle regarda le vampire et le supplia.

-Donne lui le remède je t’en supplie Icarius !

-Non te regarder la laisser mourir est si drôle !

Icarius se retourna et rejoignit les trois autres vampires. Il leur dit qu’il avait besoin de boire du sang, et qu’il serait partit jusqu’à demain matin. Il donna les clefs à des cages à l’un des gardiens et partit se nourrir du sang d’une pauvre elfe égaré dans la forêt en riant. Alors que la biche agonisait lentement, Solena prit l’initiative de la tuer plus rapidement pour lui épargner une atroce souffrance. L’Elfe attrapa la tête de l’animal et tira d’un coup sec dessus pour lui briser les os du cou. Lorsque le bruit des os brisait raisonna dans les oreilles de l’elfe, cette dernière pria pour l’âme de cette animal et recula jusqu’au fond de sa cage. Elle devait trouver un moyen de s’enfuir. La cage était si solide qu’elle ne pouvait pas la déformer, certainement une création naine. Les clefs étaient sur le gardien. Solena se tourna vers Faolan et murmura.

-On va s’en sortir ne t’inquiète pas nous allons trouver une idée.

Les heures passèrent, le soleil monta à son zénith. Solena fut sorti de ses pensées par le bruit d’une dispute entre les trois vampires. L’Elfe ne comprenait pas tout ce qu’ils disaient. Ils parlaient de nourriture, de sang, d’injustice et d’Icarius. L’Elfe se releva et fixa les gardiens. Leurs yeux étaient rouges, et des cernes très profondes gâcher leurs visages de séducteurs. C’était peut-être leur porte de sortit, si ces trois vampires était si affamés, avec un peu de chance ils laisseraient la courtisane sortir de sa cage pour qu’elle exerce son travail. L’Elfe les interpella rapidement et dit

-Pendant que vous vampires vous ne gardez, Icarius est en train de se régaler avec de jeunes elfes, ce n’était pas normal, pourquoi vous n’auriez pas le droit de vous abreuvez vous aussi. Si vous promettez de payer mon employeur je peux m’occuper de vous.

Une chose était sur avec les vampires, lorsqu’ils sont dans leur état normal, ils sont très intelligent et trouve souvent l’embuscade. Mais lorsque la soif prend le dessus, ils deviennent de simple bête dont les actions sont faites en fonction de leur instinct. Les trois vampires n’échappaient pas à la règle, ils s’approchèrent alors de la cage de la courtisane qui fixa Faolan pour le prévenir de se tenir prêt à intercepter la clef que la jeune femme essayerait de prend et de lui envoyer.

_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 





Dernière édition par Solena Laurelin le Ven 17 Mai 2013 - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Mer 15 Mai 2013 - 19:32



Faolan se sentit arraché à Solena avec force et violence. Les vampires les avaient rattrapés. Tous ces efforts n’avaient donc servis à rien ! Non ! Non, ce n’était pas possible ! Il en avait marre, il n’en pouvait plus. A chaque victoire, Icarius venait gâcher l’espoir naissant par sa présence nauséabonde. Sa voix grinçante au funeste présage devenait insupportable. Tandis qu’un de ses hommes maintenait fermement la jeune femme, bâillonnant sa bouche de sa paume, un autre l’empoigna par la main, réveillant sa blessure encore brûlante. Faolan, le visage crispé par la douleur, hurla en tentant de se dégager. Mais il n’avait plus de force après cette course endiablée.

Solena mordit alors la main de son assaillant qui grogna de douleur. Se pensant libérée, elle s’apprêtait à rejoindre Faolan, mais le vampire sortit une matraque de sa ceinture et l’abattit sur l’elfe, qui sombra dans l’inconscience.

- Solena ! hurla Faolan en la voyant étalée sur le sol. Solena ! Solena !!!

- Ferme-la ! éructa Icarius. Tu ne vois pas qu’elle ne peut pas t’entendre ? Cette trainée n’a eu que ce qu’elle mérite. Bien joué, Salzar. Vois-tu, mon loupiot, nous avons tout prévu à votre effet, de manière qu’aucun incident ne puisse se reproduire.

Faolan essuya des larmes rageuses du revers de sa manche. Il était toujours maintenu par l’un des sbires de son poursuivant. Sa main saignait à nouveau. Icarius s’adressa encore à celui qu’il nommait Salzar.

- Va l’enfermer dans la cage et soigne lui les pieds avec le remède, il serait dommage que son sang soit contaminé ! Et enferme celui-là aussi dans l’autre cage, cette petite puce ne doit plus s’échapper !

Salzar le souleva sans effort du sol et le balança dans une cage.

- Vous ne vous en tirerez pas comme ça ! lança Faolan en se cramponnant aux barreaux de métal. Vous n’avez pas le droit ! Solena…

- Quoi Solena ? coupa Icarius en s’approcha de lui aussi brusquement qu’un courant d’air. Tu crois que c’est elle qui te sauvera ? Tu sais ce qu’elle est, cette fille à laquelle tu t’accroches comme un faon à une mamelle ?

- Ne parlez pas comme ça !

Sa colère était telle qu’elle lui donnait le courage de se soulever contre celui qui, pourtant, représentait ses pires angoisses.

- Tais-toi, misérable cloporte ! s’insurgea Icarius en secouant la cage avec hargne. Je connaissais Solena avant que tu n’aies prononcé ton premier mot ! C’est une trainée, une cruche, une salope !

La violence de ces mots était si terrible que Faolan en fut bouleversé. Il sursauta à l’entente du dernier mot qu’Icarius prononça, semblant cracher son venin comme un serpent. Jamais encore Faolan n’avait eu affaire à de tels propos, lancés avec tant de rancœur.

- Te fier à elle est presque aussi sûr que de te fier à moi, poursuivit-il de sa voix sifflante. Tu es seul, mon garçon. Seul.

Icarus s’éloigna après un dernier regard acéré. Faolan se recroquevilla dans un coin, replia ses jambes contre lui et enfouit sa tête dans ses genoux. Il ne sut pas combien de temps il resta ainsi.


* * *


Au bout d’un moment, il entendit un soupir émaner de la silhouette inerte de son amie. Il releva la tête et s’approcha de sa cage, juste à côté de la sienne. Solena venait de se réveiller. Il ne put retenir une exclamation de soulagement. Elle se releva et s’approcha de lui. Son visage, comme devait l’être le sien, était défait.

- Comment te sens tu petit ? Ils ne t’ont pas fait de mal.

Faolan s’apprêta à répondre mais il fut interrompu par le rire macabre du chef vampire. Il vint à eux en attrapant la main délicate de la jeune femme.

- Pas touche Solena, sinon je serais obligée de te couper tes jolis bras. Tu vois je te l’avais dit que tu ne pouvais pas t’enfuir ou nous devancer, tu n’es qu’une petite courtisane. Regarde à cause de toi ce qui est advenu de ton petit lac !

Suivant le regard d’Icarius et Solena, Faolan regarda le lac dans lequel ils avaient plongé. Le cri déchira qui sortit de la gorge de la jeune elfe exprima à lui seul l’horreur de la situation. Incapable de supporter une telle vision, Faolan se cacha le visage dans les mains. Lorsque Icarius déclara qu’une biche venait de s’abreuver au lac infesté, se condamnant ainsi à une mort certaine, il sentit des larmes couler sur ses paumes meurtries.

- Non te regarder la laisser mourir est si drôle !

C’est ce qu’Icarius répondit malgré les supplications de Solena qui, oubliant tout orgueil, l’avait supplié de sauver l’animal. Une telle cruauté n’était pas imaginable. Comment sa mère, sa propre mère qu’on disait si douce et digne, avait-elle pu tomber sous le charme d’un tel être !

Icarius s’éloigna et Faolan sortit enfin son visage de ses mains, encore tout tremblant devant l’horreur qu’il venait de vivre. Il vit Solena s’approcher de la biche agonisant devant sa cache, tendre les bras puis lui donner le coup fatal qui lui éviterait une agonie de souffrance. Au moment où la nuque du cervidé craqua significativement, Faolan ferma les yeux.

- On va s’en sortir ne t’inquiète pas nous allons trouver une idée, lui dit-elle doucement.

Faolan hocha la tête, les yeux toujours embués. Il n’avait pas tellement la force de la croire.


* * *


Les heures suivantes, aucun d’eux ne dit un mot. Faolan était abattu, épuisé et désespéré. Il restait replié dans un coin de la cage, regardant le paysage sans le voir, le corps inerte et l’esprit dans le noir. Il ne se doutait pas que Solena, elle, cherchait la moindre occasion de ce sortir de là.

- Pendant que vous vampires vous ne gardez, Icarus est en train de se régaler avec de jeunes elfes, ce n’était pas normal, pourquoi vous n’auriez pas le droit de vous abreuvez vous aussi. Si vous promettez de payer mon employeur je peux m’occuper de vous.

Solena avait repris sa voix suave et son attitude charmeuse, invitant les vampires à la rejoindre. Leur comportement fébrile et agressif témoignait sans nul doute de leur avidité. Cela faisait-il partie d’un quelconque plan pour s’évader à nouveau ? Vu le regard entendu que lui lança Solena tandis que les trois vampires affamés fonçaient sur elle, la réponse était évidente. Faolan, de nouveau alerte et vif, resta accroupit dans l’attente de la suite.

Les gestes précipités et le rire goguenard, les vampires guidés par Salzar ouvrirent la porte de la cage de Solena dont ils laissèrent la porte ouverte. Ce dernier fut le premier à venir sur elle, aussi vorace qu’un sanglier. Solena refoula son dégout et s’occupa de lui, tout en attrapant les clefs à sa ceinture. Elle ne prêtait pas attention à ses gestes, mais elle les maitrisait cependant avec une parfaite dextérité. Ses mouvements n’attirèrent heureusement pas l’attention des vampires, car à cause du soleil qui affaiblissait leurs sens, aucun d’eux n’était capable de bien voir. Elle finit donc par obtenir ce qu’elle voulait, à savoir : les clefs de leur cage.

Sa cage étant déjà ouverte, celle de Faolan restait à déverrouiller. Toujours aussi habile, elle parvint à étendre son bras jusqu’à passer sa main à travers les barreaux de la cellule du garçon, lui transmettant ainsi la clef de sa liberté. Sans un bruit et sans un geste brusque, il attrapa l’objet métallique et se dirigea à quatre pattes vers la serrure. Il tourna la clef dans l’ouverture, mais ce n’était pas la bonne. Jetant un coup d’œil à Solena, il vit qu’elle faisait de son mieux pour retenir les pulsions du vampire, sans pour autant paraitre suspecte. Elle ne tiendrait pas longtemps. Il essayant une autre clef, qui fut miraculeusement efficace, et parvint à s’extraire de son piège.

- Allez, à mon tour, maintenant ! lança le vampire qui se trouvait derrière Salzar.
- Attends, la petite ne m’a encore rien montré !
- Tu en as assez profité !
- Chacun son tour ! Dégage !
- Laisse-moi la place !


Profitant de cette agitation, Faolan parvint à récupérer sa petite épée qu’ils avaient pris soin d’emporter avec eux. Il n’avait même pas eu le temps de se rhabiller depuis l’arrivée de ses poursuivants. Sans hésitation, car Solena était en danger, il brandit son arme maigre et fonça sur les hommes féroces qui s’acharnaient sur son amie. La force de son élan le propulsa dans l’abdomen d’un des vampires, un homme grand à la peau verdâtre et aux cheveux ocre, qui suffoqua sous le choc et tomba à genoux, l’épée toujours planté dans le ventre.

Ahuris par ce spectacle, les deux vampires eurent un moment de trouble durant lequel Solena en profita pour asséner un violent coup de pied à Salzar, l’envoyant ainsi valdinguer en arrière, écrasant dans sa volée son compagnon.

Sans plus de cérémonie, les deux amis décampèrent aussi vite que le vent.


* * *


- Par ici ! lança Faolan.

Ils couraient depuis longtemps maintenant, et aucun d’eux n’avait osé regarder derrière leur épaule. S’enfonçant dans la forêt, ils zigzaguaient parmi les arbres, espérant ainsi semer leurs traqueurs. Solena courait vite, de par sa condition elfique, et ce malgré ses pieds tuméfiés. Faolan tenait toujours son épée à la main, il n’avait même pas pris le temps de la remettre à sa ceinture dans la confusion de leur fuite. Il était à bout de souffle. Au bout de ce qui sembla une éternité, ils s’arrêtèrent enfin.

- Tu… tu crois qu’on… les a semés ? demanda Faolan, tâchant de reprendre son souffle le corps plié en deux.

Mais avant que Solena n’eût eu le loisir de répondre à sa question, une voix bien reconnaissable fit trembler les feuilles de la forêt, comme un vent violent.

- Ils sont passés par là ! Regardez ces traces de sang, c’est celui de la courtisane ! Avancez !

Ecarquillant les yeux d’horreur, Faolan prit la main de Solena et l’entraina plus loin. Les plaies de son amie ne lui permettraient pas de courir encore longtemps. Il fallait qu’ils trouvent un abri. Soudain, en dévalant un petit ravin, ils débouchèrent devant un grand chêne aux branches épaisses et touffues. La voix d’Icarius résonnait encore au loin. Ils ne tarderaient pas à les rejoindre. Faolan regarda attentivement le chêne, puis Solena :

- Tu sais grimper ?

Il espérait de tout cœur que la vie citadine n’aurait pas ôté à la jeune fille ses capacités d’elfe. S’ils pouvaient se cacher dans les feuillages de ce chêne jusqu’au matin, ils attendraient que les rayons du soleil éloignent les vampires jusqu’à ce que le chemin fût sans danger. Ainsi, ils quitteraient la forêt et rejoindraient un lieu plus paisible. Mais d’abord, il fallait pouvoir escalader le tronc de ce chêne. Les pieds blessés de Solena le lui permettraient-ils ?




_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Dim 11 Aoû 2013 - 17:32

Solena vu les vampires se ruer vers elle. La peur l'étrangla, brisa son cœur, serra son vente. La jeune Elfe avait de plus en plus de mal à tenir sur ses jambes. A la taverne elle avait l'habitude de s'occuper de ses vampires en les tenants au respect, mais à présent, emprisonnée, isolée devant ces créatures affamées, elle ne savait pas comment s'assurer que de garder suffisamment de sang dans son corps pour assurer sa survie. Même si, l'Elfe avait peur, son corps et son visage ne montra pas une seule goûtes d’inquiétude lorsqu'elle dut se jeter dans les bras du premier vampire et lui fait un tendre baiser dans le cou pendant qu'elle mordait telle une brute son bras.

Solena eut l'impression que le monde commençait à tourner autour d'elle. A présent elle était collée contre les barreaux de la cage pour se tenir debout. Son visage se déforma à cause d'un rictus de douleur lorsqu'un vampire qui en avait marre d'attendre, se coucha sur le sol et lui mordit la jambe. Puis le temps s'arrêta, un vampire s'écroula sur le sol dur et froid. L'Elfe le regarda en comparant sa chute à celle d'un humain dont le cœur s'arrête. Cependant le cœur des vampires étaient froid et ne battait plus depuis longtemps ça ne pouvait donc pas être la cause de cette chute. Lorsqu'elle vit une épée dans le ventre du vampire, Solena releva la tête et aperçu le petit Faolan. Encore une fois il n'était pas parti en courant comme elle l'avait espéré, mais il était venu l'aider. Dans un sursaut de lucidité, l'Elfe donna un coup de pied au vampire qui se trouvait devant elle pour se libérer. Lorsqu'un étroit passage se dessina entre l'Elfe et la sortie, celle-ci se mit à courir. Une fois sortit de sa prison, la jeune femme prit la main de Faolan et se mit à courir vers la forêt, dans la direction opposé à celle prise par Icarus.

Solena avait lâché la main du petit lorsqu'ils se retrouvèrent dans la forêt. Elle posa sa main sur son bras et essaya d'arrêter le sang qui continuait à couler. Cependant elle savait que sa blessure sur l'arrière de sa jambe laisser tomber quelques goûts de sang sur la terre. Et quelle meilleure piste pour les vampires qu'une traîné de sang? Alors qu'elle voyait le petit continuer tout droit devant elle, l'Elfe essaya de le semer sur la droite pour assurer sa survie en espérant que les vampires la suivraient elle. Malheureusement, le petit en voyant Solena tourner, tourna également et  reprit sa course juste à côté d'elle. La courtisane jura au plus profond d'elle et se demanda pourquoi ce petit tenait il autant à l'aider alors qu'elle cherchait seulement à l'éloigner des vampires?


Lorsque Faolan lui demanda s’il était possible qu'ils soient hors de danger, l'Elfe n'osa pas répondre immédiatement, elle cherchait pour une fois ses mots. Elle ne voulait pas effrayer le petit, mais elle savait parfaitement qu'ils étaient plus qu'en danger en restant ici. Elle qui avait créait involontairement une piste de sang frais sur le sol pour que les vampires les retrouves plus rapidement! Il n'y avait qu'une Solution pour se sortir de cette galère, ils devaient trouver un village d'Elfes. Si ils n'étaient plus seuls, et devant plusieurs témoins, Icarus les laisseraient obligatoirement tranquille pour ne pas causer  un incident diplomatique ! Alors qu’elle s’apprêtait à dire au petit qu’il était favorable dans le cas où les vampires c’étaient mis à plusieurs à leur recherche, mais que leur course à présent ne serait que « par sécurité », la voix dure et énervée  d’Icarus fit trembler les feuilles de la forêt, les oiseaux s’arrêtèrent de chanter, même le doux chant de la rivière s’arrêta. Un Silence de mort, voilà ce qui c’était abattu sur la forêt autour des deux jeunes victimes.

Pour ne pas arranger les choses Solena, recommençait  à être pris de vertiges et elle avait beaucoup de mal à tenir debout. Faolan avait raison il fallait qu’ils montent dans un arbre pour se mettre en sécurité. Faolan pensait certainement qu’en haut d’un arbre, les vampires ne les verraient pas. Mais Solena savait au fond d’elle, que ses blessures les trahiraient, mais en montant à un arbre il serait possible de voir plus loin et avec un peu de chance apercevoir un village non loin d’eux. La courtisane laissa le gosse monter en premier puis commença la plus difficile des escalades qu’elle n’avait jamais entrepris.  Lorsqu’elle regarda où poser ses pieds, Solena s’aperçu que leur marche forcer sans chaussures avaient encore un peu plus détruit ses pieds, déjà abimé par le poison. Par chance, enfin vu la situation, le poison avait formé de grosse croute sur ses pieds, si bien que Solena n’avait pas senti les branches et autres déchets de la forêt lui arracher un peu plus la peau. Malheureusement non soigner ses plaies c’étaient infecter, si bien que chaque fois qu’elle prenait appuie sur ses jambes pour lever ses bras, Solena avait l’impression qu’elle allait s’évanouir à cause de la douleur.

Heureusement, l’Elfe avait depuis toute petite pris l’habitude de monter sur les arbres les plus hauts qui se trouvaient à côté d’elle. Si bien qu’elle réussit à monter et s’allongea sur une branche la plus haute, mais assez résistante pour son poids, qu’elle trouva.  Faolan était à côté d’elle et il la regardait. Le visage de Solena était couvert de sueur et déformé par la douleur. Lorsque la courtisane réussit à rouvrir les  yeux,  cette dernière aperçu à quelques mètres au nord d’eux un Village.  L’Elfe tendit le bras vers Faolan en souriant, un sourire qui se voulait le plus rassurant possible.

- Petit tu vois le village là-bas ? Tu dois trouver le courage en toi et y aller le plus vite possible, là-bas tu dois trouver absolument de l’aide.  Je t’attends ici je ne bouge pas.

L’Elfe montra plusieurs arbres allant vers le nord et qui étaient très proches les uns des autres, elle lui conseilla alors de continuer pour l’instant le chemin vers le village en passant par les arbres puis de redescendre et de courir le plus vite qu’il le pouvait vers le village. Lorsque Faolan se mit en route, Solena posa sa tête sur la branche et laissa ses bras pendre dans le vide. Sa tête était affreusement douloureuse. Les yeux fermaient, elle entendait le petit partir en suivant le chemin dans les arbres qu’elle lui avait conseillé. Puis le Silence retomba. Ce Silence effroyable, digne de celui qu’on peut trouver dans un village avant un massacre.  La courtisane savait au fond d’elle que si elle restait ainsi trop longtemps, elle perdrait rapidement connaissance.

Un rire raisonna alors dans la tête de Solena comme le venin d’un serpent peut courir dans les veines de sa victime. L’Elfe ouvrit à moitié les yeux et aperçu Icarus juste en dessous d’elle. Ses mains étaient couvertes de sang ! Qu’avait-il fait ? Solena se mit à trembler de peur, avait-il attrapé Faolan et l’avait tué ? En observant mieux, la jeune femme s’aperçu qu’il n’y avait plus que 2 vampires avec lui et qu’ils avaient été blessé au visage, certainement par une dague en argent. Icarus c’était donc énervé sur les vampires et en avait tué un. Il cracha quelques choses à l’un des vampires que Solena ne compris pas tant le bourdonnement dans ses oreilles était fort. Elle vu alors un vampire, dont elle ne distingué que très peu les traits commencer à monter sur l’arbre. Espérait-il trouver Faolan caché dans les feuilles de l’arbre ?

- Oh tu peux la balancer par terre, ce n’est pas grave si elle meurt cette moins que rien !

Solena se mit à pousser une plainte sourde, elle savait qu’elle n’aura pas la force de se défendre. Elle pria donc pour que Faolan se dépêche un peu et qu’il arrive avec des secours ! Le vampire était presqu’arrivé à sa hauteur, il leva la main et attrapa la jambe de Solena et tira dessus pour la faire descendre de l’arbre.  La courtisane s’accrocha aussi fort qu’elle le pouvait. Puisant sur ses dernières forces, l’Elfe réussit à rester entièrement sur la branche quelques secondes. Puis son corps  commença à glisser dans le vide. Lorsque le vampire cru que Solena tomberait d’elle-même, il la lâcha et continua à monter pour trouver le petit qui devait se cacher plus haut dans les feuilles. L’Elfe glissait encore un peu plus, bientôt elle se retrouva le corps complet dans le vide, elle se tenait plus que grâce à ses mains. L’écorce de l’arbre habituellement dure et rugueuse, semblait à présent lisse comme du marbre, glissante comme de la glace.

- Monsieur messieurs vous avez besoin d’aide ?

Une voix étrangère s’éleva dans les airs, Solena ne pouvait pas tourner la tête pour regarder d’où elle provenait puisque toute son attention était portée sur ses mains pour qu’elles ne lâchent pas. L’Elfe sentit ses yeux se fermer. Il ne fallait pas ! Rester éveiller pour ne pas lâcher, rester éveiller pour ne pas chuter, rester éveiller pour sa survie ! En dessous d’elle, Solena entendit une vague discussion, mais au fur et à mesure que les mots parvenaient à ses oreilles, l’Elfe se rendit compte que les mots avaient un sens pour elle, mais qu’elle ne comprenait aucune des phrases prononcées.  C’était comme si son cerveau perdait petit à petit son intelligence, et toute l’éducation qu’il avait acquis lors des années.  Le Seul mot qu’elle comprit réellement c’était un cri de détresse.

- Solenaaaaaa !!!  

C’était la voix de Faolan, il avait trouvé du secours, il était sauvé. L’Elfe sourit légèrement et sans qu’elle ne s’en rende compte lâcha l’arbre et tomba dans le vide. Elle n’avait plus la force pour crier ou se débattre ou même pour essayer d’attraper une autre branche, elle se laissa tout simplement tomber dans le vide.  La fin de sa chute fut cependant bien moins dure qu’elle ne l’aurait cru. Lorsqu’elle réussit à entre ouvrir les yeux, la courtisane se rendit compte qu’elle se trouvait dans les bras d’un homme. Pensant que c’était Icarus, elle commença à bouger pour qu’il l’a lâche. Elle entendit alors une autre voix étrangère lui murmurer à l’oreille.

-C’est finit vous êtes en sécurité…

Ces quelques mots sur  Solena eurent plus d’impact qu’une vague d’apaisement. Ne cherchant plus à lutter, l’Elfe se laisser tomber dans un sommeil profond. Elle ne rêva pas, elle ne sentit pas les hommes la transporter dans le Village au nord de la forêt que Faolan avait trouvé.  Ni même les Elfes qui s’activé autour d’elle pour la soigner. Lorsqu’elle retrouva une partie de ses forces, la jeune femme ouvrit les yeux doucement. Elle était installée dans un lit, la lumière lui brula les yeux, et il lui fallut un long moment pour ouvrir complètement  les yeux. Elle s’aperçu alors qu’elle était allongée juste à côté d’un feu de cheminé.

Solena bougea alors un peu la tête, et une jeune Elfe s’empressa de la rejoindre en lui expliquant qu’elle était dans un petit village Elfique qu’on venait de la soigner et qu’elle ne devait pas avoir peur qu’il fallait qu’elle se repose. La jeune Elfe répondant au doux nom de Jade, fit alors manger la blesser, une soupe étrange mais qui avait été préparé par un guérisseur.  A base de plante elle permettrait à la courtisane de retrouver plus rapidement ses forces. Lorsque Solena réussit à mettre ses pensées en ordre elle regarda jade et lui dit d’une voix si faible qu’il fallait se pencher pour la comprendre.

- Où est le petit ? Il va bien ?

Jade lui dit qu’elle devait se reposer et qu’ils se verraient plus tard. Au bout de quelques secondes Solena se rendormit pour se réveiller le lendemain matin. Elle sentait bien mieux, seul quelques muscles douloureux et ses pieds lui rappelaient ce triste incident. Doucement, l’Elfe réussit à s’asseoir sur son lit, elle était seule cette fois, peut-être la jeune guérisseuse était partie faire ses achats.

_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faolan Tingilindë
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 48
Métier : enfant en fuite
Alignement : neutre bon
Ennemis : Un vampire et un lycan à sa poursuite.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Dim 15 Sep 2013 - 16:41



Faolan, tout en martelant le sol dans sa course effrénée, entendait en lui-même les battements sourds de son cœur. Son souffle rauque devenait râle à mesure qu’il s’épuisait, le corps en vrac après tant d’effort. Il lui semblait que jamais encore il n’avait subi tant d’épreuves en une seule journée – en vérité en sa vie entière. Et encore, qu’aurait-il été sans la présence de Solena…

Solena. Faolan ne pouvait se débarrasser de cette culpabilité brûlante qui assaillait ses entrailles. Il l’avait abandonné. Elle qui s’était sacrifié pour lui, qui avait payé de sa chair pour lui, il l’avait simplement laissé à la merci d’un des plus redoutables vampires de tout Ephaëlya. Des larmes amères perlèrent au bord de ses yeux bruns, le cœur serré.
Oh certes, c’était Solena elle-même qui avait insisté pour qu’il fuît. Lui ne voulait pas. Il l’avait fixé de ce regard ferme et résolu, ce regard qui disait « Non, jamais ». Mais Solena lui avait rendu un regard plus déterminé encore, et Faolan, affaibli qu’il était, n’avait pas eu la force d’y résister. Il filait parmi les arbres, son épée toujours à la main, guettant tout en courant le moindre son qui évoquerait un vampire – ou Solena. Il avait mal, il avait peur, il ressemblait à une petite bête pourchassée par des braconniers. N’était-ce pas ce qu’il était finalement ? Une proie. Il n’était rien d’autre.

La vue perçante de Solena avait vu juste. Là, juste à la lisière des troncs minces et élégants, un village. Un village d’elfes. Pourvu qu’ils ne fussent pas rebutés par l’aspect singulier de Faolan ! Il ne pouvait se permettre de lâcher Solena. Déboulant dans le village tel un renard dans un poulailler, confus et dispersé, Faolan ne sut où trouver de l’aide et se contenta de courir sans s’arrêter dans le but d’apercevoir une silhouette engageante.
Dans sa dissipation, il trébucha sur son propre pied et s’étala de tout son long dans la boue. Un cri aigu ensuivit cette chute, mais Faolan n’en était pas l’origine. Une petite fille, des cheveux dorés tombant délicatement en cascade dans son dos, l’avait vu tomber et se précipitait vers lui. Relevant la tête en dévoilant son visage souillé de terre, Faolan grogna par instinct – qu’il ne contrôlait pas encore – lorsque la jeune elfe effleura son épaule. Elle s’écarta, apeurée.  
Ce fut alors que Faolan, au bord de l’exténuement et choqué par sa propre réaction, se mit à pleurer. La petite fille alla chercher de l’aide. Enfin.


♣    ♣    ♣


Faolan fut recueilli par un éminent sage du village. Il n’était pas si vieux mais paraissait riche d’un savoir millénaire, et surtout d’une infinie bienveillance. Faolan avait failli perdre connaissance, mais il avait résisté aux abysses de l’inconscience grâce à cette idée tenace : Il. FAUT. SAUVER. SOLENA.
Son discours éparpillé et décousu n’aida pas les elfes du village à comprendre ce dont il avait besoin. Tous demeuraient obnubilés par son apparition soudaine et sa drôle d’allure. Lorsqu’on lui demanda sa race et que le garçon répondit « Je suis un elfe », quelques exclamations suspicieuses, teintés de mépris, fusèrent. Par chance, le sage aux cheveux argentés ne parut pas éprouver les mêmes doutes. Il tâcha d’apaiser Faolan afin qu’il pût se calmer et expliquer la situation avec sang-froid. Lorsque ce fut chose faite, il rassembla un groupe d’hommes et leur commanda de se rendre dans la forêt à la recherche d’un vampire et d’une congénère en détresse…

– Je viens avec vous.

Le sage le repoussa doucement.

– C’est inutile. Ma fille Jade va prendre soin de toi. Et la cadette Chloris est là aussi. C’est la petite fille qui t’a secouru. Tu as besoin de repos, mon enfant.

– Je viens avec vous, insista Faolan, et son air était si résolu que personne n’osa s’élever contre cette déclaration.

Ils arrivèrent juste à temps. Solena résistait à l’emprise acérée d’Icarius lui-même, lorsque les elfes débouchèrent à l’endroit désigné par Faolan – son flair, premier avantage notable de sa nouvelle nature, l’avait aidé à retrouver la trace de son amie. L’affreux vampire entreprenait de déloger Solena de l’arbre dans lequel elle avait trouvé refuge. La peau blanche de la courtisane était meurtrie à plusieurs endroits. Elle semblait à bout de force. En fait, c’était pratiquement un miracle qu’elle fût encore consciente – voire simplement en vie – après avoir subi tant d’injures.

– Solenaaaaa !!! hurla-t-il en se ruant sur elle, mais un des elfes le retint, maintenant son corps déchainé.

Une haine féroce, nouvelle et étrangère, envahit son cœur. A la vue du vampire agressant Solena, toute trace de peur disparut, laissant place à une fureur sans nom. Il aurait pu le déchiqueter sur place. Faolan grondait malgré lui, comme un chien effarouché…  Comme un loup.

Il apparut que sa voix fut l’ultime son que Solena entendit avant de perdre connaissance. Tandis que le groupe d’elfes, plus nombreux et avantagés par les éléments naturels des alentours, intimida assez Icarius pour le faire quitter les lieux. Jetant un dernier regard, mauvais et avide, en direction de Faolan, le vampire s’inclina et déserta sans attendre. Cela ne suffit pas, cependant, à rassurer Faolan qui ne pensait qu’à l’état critique de la jeune fille. S’extrayant de l’étreinte de celui qui le maintenait, le garçon se précipita vers le corps inanimé de Solena. Il s’accroupit près d’elle et repoussa les mèches de cheveux qui encombraient son visage. De nouvelles larmes embuèrent ses prunelles. Solena…

Mais il s’avéra que la jeune fille était plus résistante qu’elle n’y paraissait. Elle fut transportée avec soin au sein du village. Le sage, qui se nommait Tumna, tranquillisa Faolan lorsqu’il lui fut interdit de rester au chevet de Solena. Ce fut Jade, jeune guérisseuse, qui fut chargée de son rétablissement. Et aucune présence ne serait permise.
Pire encore, Faolan ne pouvait rester. Les elfes du village craignait que sa présence n’attirât des vampires – Icarius n’était pas homme à se laisser battre sans réagir – et certains même étaient tout simplement méfiants quant à son origine. Son odeur et son aspect tout entier laissaient penser qu’il était tout sauf un elfe. Seul Tumna, finalement, semblait le croire et lui faire confiance. Cependant, il n’avait pas le pouvoir d’imposer la présence d’un jeune lycan en proie au danger à son village. Faolan n’avait pas le choix. Il devait s’en aller, et vite. Ce fut un déchirement pour le petit garçon. Non seulement il eut à peine le temps de profiter de la protection des siens – ils l’étaient toujours à son cœur – mais en plus de ne pas pouvoir se reposer, il était contraint de délaisser Solena sans même lui avoir dit au revoir.

Il partit dans la nuit, à pied. Tumna et sa fille Jade lui avaient préparé des affaires pour remplacer celles qu’il avait du abandonner lors de sa fuite. Il partait propre, vêtu, le ventre rempli. Mais l’âme déchirée.
Avant de s’enfuir, il fut autorisé à déposer un dernier baiser sur le front pâle de Solena. Il lui adressa une bénédiction elfique en espérant que dans son sommeil, ses paroles infiltreraient sa conscience. Il tâcha de ne pas pleurer. Au revoir, Solena. Je ne t’oublierai jamais.



_________________



Draug Hina ~ L'enfant loup

Fiche de Faolan / Histoire de Faolan




Forme lupine :
 




Mirage l'Ombrun




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solena Laurelin
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1995
Métier : Ancienne Courtisane
Age du personnage : 84
Alignement : Neutre.
En couple avec : Sa protectrice: Elënna Betràyëd.
Ennemis : Ses propres angoisses.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   Jeu 3 Oct 2013 - 22:31

Solena attendit une longue heure interminable. Elle se sentit horriblement seule mais ses jambes refusaient de bouger encore. Elle fut rapidement prit d'une nouvelle vague de fatigue, mais elle se  battit ses envies de repos, trop inquiète pour le petit Faolan pour re-dormir. Elle devait le voir, s'assurer qu'il allait bien. De telles pensées étonnèrent l'Elfe qui n'avait plus eu l'habitude de s'inquiéter autant pour quelqu'un qu'elle ne connaissait pas vraiment. C'était elle attaché à ce petit garçon parce qu'elle avait l'impression de vivre la même chose, un rejet des autres et l'obligation de partir loin de chez lui? Ou était-ce parce que sa mère était courtisane comme l'Elfe et qu'elle avait eut pitié pour ce pauvre petit dont la mère n'avait jamais vraiment eux de chance par le passé? Aucune des questions-réponses qu'elle se posait ne lui allait.
Elle se disait au fond d'elle que si elle c'était attachée à ce petit c'était uniquement qu'elle était nostalgique du temps passé, du véritable amour qu'elle avait pu offrir aux autres êtres vivants.

Lorsque sa guérisseuse revenue, cette dernière lui offrit un large sourire. Venait-elle lui annoncé que le petit garçon était de l'autre côté de la porte? Lorsque Solena redemanda après Faolan, la jeune Elfe perdit son sourire et lui expliqua toute la vérité. Faolan était un lycan et il était recherchée par des vampires, dans de telle condition ce petit village isolé dans la forêt ne pouvait se permettre de le laisser vivre avec eux. Solena se mit dans une colère telle que la guérisseuse recula par peur de se prendre un coup.

- Vous l'avez laissé partir comme ça?! Ce n'est qu'un pauvre petit garçon! Vous l'avez laissé se perdre dans votre... notre forum? Mais c'était un elfe ! Il était née de l'amour d'une Elfe! Il c'était peut-être fait mordre mais il n'y peut rien!

La guérisseuse ajouta qu'en temps de guerre avec les lycans ils ne pouvaient tout simplement pas se le permettre et qu'à présent il devait être déjà loin avec un peu de chance. Elle lui annonça ensuite qu'il était venu la voir pour lui dire au revoir mais qu'elle était toujours inconsciente. Solena se rallongea et ferma les yeux sachant qu'elle ne pourrait rien faire à présent pour lui et même si elle voulait partir à sa recherche son corps refuserait de bouger. Lorsqu'elle tomba ans les bras de Morphée, l'Elfe vu Faolan dormir contre elle comme la nuit qu'ils avaient passé dans la grotte, ou encore le regard qu'il lui avait lancé lorsqu'il avait dû laisser Solena dans l'arbre pour chercher du secours. Ce regard montrait que Faolan avait un coeur généreux et doux, qu'il était juste apeuré et seul dans ce monde d'adultes se faisant la guerre sans arrêt en laissant à leurs enfants les pots cassés. Elle espéra alors un jour revoir cet enfant qu'elle apprécié réellement pour l'aider et le consoler.

Après plus de deux semaines de convalescence, Solena eut enfin le droit de sortir de la maison de la guérisseuse. Et deux jours après alors que ces hôtes lui avaient préparé un sac remplit de provision elle peut reprendre sa route. Elle remercia énormément ses elfes, offrit à la jeune guérisseuse un bijou qu'elle avait eu chez les humains, ce qu'elle apprécia énormément étant très curieuse sur les autres cultures. Solena n'avait plus la tête à faire la fête. Elle se souvenu alors de la couverture qu'ils avaient trouvé dans la grotte. Alors pourquoi ne pas faire un détour faire son village natal...


Fin.

_________________


Merci Elenna pour le Kit ♥♥


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le miracle [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le miracle [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Evanya - Contrée des Elfes :: • Arbre aux Lucioles • :: Forêt de l'éternel-