Partagez | 
 

 Une marche difficile pour un avenir meilleur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une marche difficile pour un avenir meilleur.   Lun 7 Jan 2013 - 1:22

En regardant, de ses grands yeux marron, Volantis semble être dans un autre monde. Ses yeux sont comme des miroirs je ne sais pas exactement ce qu'elle voit, mais son apparente joie doit découler de là. Le ciel c'est ce qu'elle regarde, un grand ciel bleu, vide de tout. Un ciel reflétant la couleur de la petite rivière que nous suivions, déjà, depuis quelques jours.

Pourtant, le reflet de la rivière elle renvoie la forêt nue. Cela fait déjà quelques mois que les entités sylvaines griffent ciel toujours aussi muet. Leurs branches nuent pendant mollement vers la surface glacée pendant que nous là longeons. De temps à autres on peut voir de petits rongeurs qui détalent devant nos pas frigorifiés. La forêt est plus claire sans son ramage de printemps, les feuilles au sol elles, dépassent à peine de manteau hivernale. Le petit groupe improvisé, lui avance lentement à cause du joug glacial de l'hiver. Malgré les précautions de chacun, grâce à d'énormes fourrures qui furent récupérées, cet été, sur des animaux morts, l'étreinte glaciale est bien présente. Myr et Volantis tentent d'oublier cette froide morsure avec diverses discussions, pendant que Jaherys et moi-même faisons connaissance.

Il vient de notre tribu et, suivant lui-même, c'est un excellent pisteur voir aussi un guide qui souvent accompagnait des centaures pour différentes tâches dans la forêt. à l'expression de son visage lorsqu'il passe sur le manteau neigeux au sol je savais qu'il ne pistait pas souvent pendant l'hiver. Qu'importe à l'heure actuelle nous ne pistons rien, nous faisons que suivre un chemin très vaguement visible à travers la forêt, un chemin d'une blancheur maladive, presque malsaine. En effet le simple fait de poser le regard sur cette marée blanchâtre vous renvoyez une luminosité telle, qu'elle vous frappait au visage vous faisant mal derrière les yeux. Ainsi sont les armes de l'hiver, dans certaines régions, on dit que l'hiver est plus mortel qu'une volée de flèches. C'est sûrement vrai, les déplacements sont ralentit, le manque de nourriture doit être un réel torture et lorsque le blizzard se lève c'est à peine si on peut voir nos pieds.

Heureusement pour le groupe, la forêt protège des vents et donc des rafales portant sur leurs ailes les crocs de l'hiver. La marche est ralentie dans cet enfer intact, cependant le fait de faire connaissance entre nous permet de réduire un peu cette impression fatigante. Au fur et à mesure que nous avançons j'apprends que les trois autres centaures se connaissent.

Ils ne sont pas une famille plus des amis, c'est bien pour la suite on pourra dépasser ce cadre beaucoup trop strict et confiné que sont les relations inter-familiales. Très vite je raconte ma vie aux trois autres, avec ma solitude l'attaque du nouveau-né et enfin ma vie courante après cet événement. Ressasser cela me rend nostalgique et visiblement cela se voit, car chacun y va de sa petite histoire personnelle.

Pendant que Volantis raconte son histoire la nuit tomba. En regardant la luminosité tomber, sous l'égide du discours de Volantis, on pouvait voir qu'elle apportait avec elle son lot de neige et de fraîcheur. Chacun voyait cela d'un oeil différent, nous décidons de chercher du bois sec pour le combiner avec nos réserves et créer un rempart fragile, mais avec du réconfort contre les affres de la nuit. Pendant que Volantis et moi allons dans la forêt pour trouver ceux dont nous avons besoin, les deux autres commencent à dresser le camp tout d'abord en essayant d'enlever la neige au sol...

Au petit matin nous nous réveillons dans une brume compacte, cela donne une impression mystique. Se rajoute à cela la pâle lumière du matin filtrant doucement à travers la neige ainsi que les arbres griffant de leurs branches nuent, la brume pour s'aménager un espace dans le but vitale de respirer. Une atmosphère malsaine ici chacun le voit et c'est avec une rapidité léonine que nous décampons de cet endroit.

Les jours suivants sont les mêmes : nous faisons connaissance, enfin moi plus qu'eux, car ils se connaissent déjà. Sous les crocs toujours plus pointus de l'hiver, cependant sa poigne en quittant la forêt se desserre, laissant au groupe une vision plus grande sur l'avancée qu'ils font au jour le jour. Cependant, ce n'est que quitter un problème pour qu'un second vient vous frapper instantanément. Oui le blizzard encore inconnue jusqu'alors, vient à la rencontre des quatre ambassadeurs. Cinglant le visage de chacun d'un fouet glacial et de murmures suraigus le blizzard ralentit le groupe comme s'ils étaient toujours dans une forêt. Chaque soir, le groupe doit se trouver un endroit pour se cacher du vent moqueur et chaque jour c'est la même torture. Le fait de masquer son visage dans des fourrures ne réglait pas le problème bien au contraire, la neige vient s'accrocher sur le pelage créant petit à petit comme un serpent de glace autour du cou de chacun. Un serpent pernicieux, mais qui ne vous attaquera jamais, enfin jamais directement.

C'est seulement après des jours et des jours de marches, je ne serais combien exactement, que le blizzard se dissipait. Enfin ! Enfin depuis le début de la marche nous avons un rythme normal voire rapide ! Enfin notre but ne nous parait pas infaisable ! Nos pas sont désormais sûr, nous rions nous jouons nous pensons à différent moyen de se nourrir, car nos réserves diminuent à grande vitesse. Nous n'avons pas prévue les ravages de la faim que causerait une longue marche dans le blizzard. La viande est gelée...

C'est avec mon grand étonnement que nous ne croisons personne. Aucune forme de vie si ce n'est que les rongeurs qui détalent de peur devant nous. Cependant, les discussions reviennent avec le bon temps et le ciel bleu. Notre rythme s'accélère encore. Plus rien ne nous gêne. À l'est par rapport à nous se trouve une large forêt compacte et sombre, loin devant nous les hautes montagnes viennent, de leurs sommets, transpercer en son sein le ciel bleu dominait lui-même par le soleil flamboyant. Volantis dit que les sommets sont comme des lances gelées projetant au loin l'astre solaire de leur terre glaciale. Elle est très poétique quand elle le veut, ses phrases laissent souvent Jaherys pantois, ne savant quoi répondre à ses discours très imagés il se contente de lancer un « Oui tu as sûrement raison » sans vraiment croire à ce qu'il dit.

Après notre passage le manteau neigeux du sol porte notre trace comme une infamie, il ne cesse de nous jouer des tours lors de notre marche. En effet sous son apparente beauté il cache des trous dont quelquefois nous tombons dedans. C'est de bonne guerre, car chaque soir nous le chassons avant de nous coucher. Alors que les jours s'enchaînent au rythme de notre marche le temps se radoucit faisant céder la cage de glace de certains lacs ici et là, tomber des tas de neige fondues des arbres au loin et tomber des sortes de pluies mi neige-mi eau. Myr dit que c'était de la bruine et n'étant pas experte dans le domaine météorologique je pense qu'elle a raison. Rapidement on apprend à éviter les « trous de neige » quand on en aperçoit un. Le fait d'être frigorifié fait que nous assimilons très vite la chose.

Finalement après cette marche nous arrivons sur notre tronçon délimité par une sorte d'auberge ...
Revenir en haut Aller en bas
 

Une marche difficile pour un avenir meilleur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour un avenir meilleur || With Elizabeth
» Allons implorer dieu pour un avenir meilleur [Katherine Grey]
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» L'avenir de la VPC GW
» Une discussion pour l'avenir [pv Horus Vahalor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-