Partagez | 
 

 Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Ven 14 Juin 2013 - 20:13

«Hoo !»

C'est tout ce qu'on pouvait entendre après mon passage dans les rues de la Cité d'Aurore. Je sentais divers regards qui se tournaient vers moi. De la jalousie ? Du plaisir ? De l'indignation ? Seule Aurore pouvait le savoir grâce à son don. Je me demande pourquoi j'ai accepter cette sois-disant punition. Me voilà en train de pavaner mon corps dans la ville fortifiée. Heureusement que les gardes aux portes n'étaient pas là, je n'aurais sans doute pas pu rentrer.

Toujours est-il, je suis en train de déambuler dans une artère plutôt peuplée. Plutôt difficile de rester discret dans ce genre de situation et la gêne n'arrange. Je ne pensais pas que ça me gênerai à ce point là, me rendant mal à l'aise face à ses regards lourds de sens, surtout chez les femmes. Les auberges sont toujours dans les rues noirs de monde, même en pleine nuit, la cité a toujours été comme ça et j'aurais du le prévoir.

Qu'en est-il d'Aurore ? Aucun mot n'était sorti de sa bouche, il n'y avait que les bruits de l'environnement qui prônaient sagement, ainsi que l'air surpris des jeunes demoiselles qui me dévoraient du regard. Pourquoi ai-je accepté ça ? Pour une certaine réconciliation avec elle ? J'ai l'impression de faire l'inverse.

Le tout, ce de ne pas se sentir intéresser, marcher droit devant moi sans me soucier de tout ça. La jeune femme était à mes cotés, mais je n'avais pas osé la regarder jusqu'à maintenant, peur de voir une mine coléreuse, en proie à la jalousie. Je fais comme si de rien n'était, trouver une auberge rapidement et terminer ce défi qui pourrait virer au drame.

Toutefois, malgré ces regards libidineux qui se promènent sur mon corps, je glisse délicatement la main dans la sienne. Nos paumes se rapproches et nos doigts s'entrecroisent doucement. Je serre sa main dans la mienne puis je me tourne en souriant. Beaucoup penseront que c'est un geste anodin, sans signification particulière, mais la réalité est toute autre. Je voulais lui prouvé que je ne l'oubliais pas, malgré la situation délicate dans laquelle je me trouve.

A présent, tout ce que j’espérais c'est qu'on trouve une auberge qui accepterai une nudiste.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Sam 15 Juin 2013 - 20:54




Les deux amoureux venaient à peine de passer les portes de la cité de l’Aurore, que la chance était déjà avec eux, absence des gardes, population moins présente qu’habituellement, oui mais pour combien de temps ? Aurore laissait un sourire sur ses lèvres, tout en observant le corps terriblement attirant de son vampire. Oui cette fois, elle pouvait vraiment dire son vampire, puisque c’était la réalité, il lui appartenait comme elle lui appartenait et il venait de lui prouver une nouvelle fois –certes pour tenter de se faire pardonner, mais il le faisait quand même-. Elle le suivait du regard, tout en foudroyant ceux un peu trop insistant sur les parties du buveur d’hémoglobine, les sentiments qu’elle ressentait, finit par la faire douter sur l’intelligence de son défi.  Alors que la jeune femme s’était murée dans un silence profond, laissant l’environnement accompagner le silence de ses lèvres, elle s’arrêta dévisageant une autre humaine du regard, une multitude de sentiment négatif se dégager de son regard et si elle aurait pu la tuer d’un seul coup d’œil, celle-ci serait déjà morte depuis longtemps. Non mais c’est vrai, Aurore était d’accord sur le fait de voir Adrän se balader à moitié nu, en revanche voir des regards féminin se poser sur lui, là non.

La jeune femme se crispa, tout en poursuivant sa marche aux côtés d’Adrän restant dans un silence de marbre. Elle commençait à douter sur le bienfait de sa merveilleuse idée… A part lui prouver qu’elle était jalouse et possessive, rien d’autre n’était à tirer de l’expérience. Son sourire était sur le point de disparaître quand le sang-froid glissa sa main dans la sienne, laissant leurs doigts s’entrelacer, aussi elle reprit son dynamisme habituel, oubliant sa jalousie et les différents regards. J’avance sagement suivant son rythme de marche, sans briser le silence qui s’était installé. Cette fois-ci l’ambiance était beaucoup plus détendue, sans prise de tête intérieurement, Aurore se contentait de se dépêcher afin de parvenir à l’auberge rapidement.  Rapidement, les deux amoureux ne tardèrent pas à passer le pas d’un établissement bien connu d’Aurore.  L’aubergiste la reconnu immédiatement lui adressant un magnifique sourire avant d’ouvrir une bouche très grande en regardant le vampire, roulant des yeux Aurore finit par prendre la parole :

- «  Bonsoir, je m’excuse d’arrivé à l’improviste mais j’aurais voulu savoir si vous auriez une chambre pour nous. Je sais que mes parents et vous étiez proche, alors je me suis dit que venir me loger chez vous avant de partir pour une autre contrée vous ferez plaisir. »

L’aubergiste la regarde avec de gros yeux, avant de s’assoir tout en dévisageant le vampire, certaine du à sa tenue. Devant sa mine, Aurore se contenta de sourire sans lâcher la main d’Adrän. Elle poursuivit avant d’avoir des questions :

- «  Je vous présente Adrän, mon partenaire. Nous partons pour une contrée voisine d’ici peu afin…. Afin de voyager. Pour la chambre c’est bon alors ? »

Une nouvelle fois l’aubergiste ouvrit grand la bouche devant le couple, il ne reconnaissait en rien la jeune Aurore qui l’avait quitté après la mort de ses parents. Souvent indécise, fuyant la réalité et les autres, elle semblait avoir bien changé. Il mit un temps plutôt long avant de réagir à toutes ses déclarations, il déposa un verre qu’il remplit d’alcool fort, le descendit d’une traite avant d’enfin réagir :

- «  Oui pas de problème pour la chambre Aurore. Pour ton voyage, votre voyage, enchanté Adrän, je suis un peu surpris pardonne moi. Je vais vous préparer de quoi manger et je vous le monte dans la chambre, vous n’avez cas choisir celle qui vous plait le plus ! Je heu… Je dois avoir des vêtements pour vous Adrän dans une armoire… Si heu … Si vous voulez »

Aurore resta silencieuse, lançant un sourire complice à son sang-froid, avant de répondre d’un hochement de tête. Elle laissa Adrän réagir, finir les présentations écoutant d’une oreille distraite, elle passa derrière le bar, sortant un verre qu’elle se servit d’un alcool plutôt doux, prouvant qu’elle connaissait bien le lieu. L’aubergiste la laissa faire la regardant un sourire en coin. Attrapant ensuite la bouteille et terminant son verra elle se dirigea vers les escaliers annonçant qu’elle allait choisir la chambre, chambre qui était déjà toute choisi dans sa tête, celle tout au fond, celle qui donne sur le centre de la ville. L’aubergiste s’adresse alors à Adrän un sourire amical sur les lèvres :

- «  Vous pariez, elle va prendre la chambre tout au fond, c’est sa chambre préféré, étant jeune elle y était  tout le temps. Vous me l’avez changé la petite ! En bien je parle. »  



Dernière édition par Aurore Badry le Sam 22 Juin 2013 - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Ven 21 Juin 2013 - 19:53

Lorsque j'ai lié nos mains. Le contact fût des plus rassurants, autant pour elle que pour moi, c'était une certitude. A présent, il n'y avait plus que moi et Aurore dans notre petite bulle, ignorant complètement ses regards emplis de désir lugubre ou de jalousie et sans crier gare, nous voilà devant un établissement qu'elle devait connaître. Elle rentra sans hésiter à l'intérieur, je la suis sagement en espérant ne pas faire fuir les clients.


Après avoir passé la pas de la porte, je suis maintenant confronté à un autre regard, celui de la surprise du tenancier après avoir adressé un sourire à Aurore, me signalant qu'ils devaient se connaître. Je laisse Aurore faire les présentations, je baisse le buste sans dire un mot pour le saluer comme il se doit … Sans les habits qui vont avec.

Dans la conversation, il y a un mot qui m'interpelle … «Partenaire» Que voulait-elle dire par là ? C'était étrange, lui faisais-je honte dans cette tenue ? D'autant plus qu'elle avait confirmer que nous quittions la contrée pour s'installer ailleurs. Je mis quelques secondes à réfléchir avant de m’apercevoir qu'elle avait coupé les liens physiques entre nous et que l'aubergiste me parlait. Je me remets d'aplomb avant d'essayer de parler.

«-Non, ne vous inquiétez pas, j'ai déjà ce qu'il me faut avec moi.»


Lui dis-je d'un sourire avant de lui montrer mes affaires en boule. Je n'allais tout de même pas laisser mes haillons au lac de l'aube ! Je regarde Aurore se servir à boire avant d'aller dans une chambre au fond du couloir d'après l'homme qui me parla comme si elle l'a connaissait bien, et il faut croire qu'elle en savait plus que moi.


Parait-il qu'elle a changé et bizarrement, je ne me rends pas compte. Peut-être est-elle plus dévergondée qu'avant ? … Mais qui a le plus changé entre nous deux ? Moi ou elle ? Ce qui est sûr, c'est que personne ne pourra le dire, aucun Ephaelien ne me connaissait assez pour savoir si mon caractère avait changé.

«-Si je l'ai changé en bien, tout va bien alors ! Enfin, il est bien difficile de comprendre une femme … Ses envies, ses besoins, ses émotions …»


C'était une réalité, et je l'avais dit calmement, comme si je me parlais à moi même. Lorsque nous serons enfin stable, je pourrais la connaître d'avantage, espérons. Je le salue de la main afin de la rejoindre dans sa chambre favorite. Les escaliers en bois craquent légèrement sous mon poids, ça en devenait presque horripilant. Me voilà dans le fameux couloir, cependant, un problème vient s'ajouter. Droite ou gauche ? Il y avait effectivement deux chambres au fond, mais laquelle ?


Il n'y avait pas 36 solutions à adopter. Je hume l'air environnant pour espérer entrapercevoir la douce fragrance d'Aurore que je saurais reconnaître facilement. Je me laisse porter doucement et avant que je m'en aperçoive, me voilà devant la porte.

Je m'apprête à ouvrir la porte lorsqu'une idée saugrenue surgit de mon esprit. Je me mets à tousser puis je toque à la porte.


«-C'est le service d'étage ... Est-ce que je peux ouvrir ?»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Sam 22 Juin 2013 - 20:15





Confortablement installé contre au bord de la fenêtre, Aurore contemplait le centre de la ville, la nuit ne faisait selon elle que sublimer le caractère de la cité de l'Aurore. Beaucoup pourrait croire que durant l'absence de soleil la cité était éteinte voir inanimé, mais c'était plus tôt tout le contraire. Les passants passaient encore et encore sans jamais faire de pause, les courtisanes surveillaient et imaginés déjà leurs prochains clients et les personnes importantes, profitaient de cette obscurité pour changer de lieu en toute discrétion. Voilà pourquoi la jeune femme appréciait cette chambre, ce petit espace caché derrière les arbres, mais lui permettant de tout voir sans rien ressentir et sans se faire voir, esquissant un sourire elle ne pouvait s'empêcher de se souvenir des événements de son passé, des différentes rencontres qu'elles avaient faites, mais aussi de ce qu'elle avait pu voir sur ce petit perchoir de commérage. Une brise légère se leva, frigorifiant Aurore, elle abandonna donc à contrecœur son centre d'observation pour revenir au centre de la chambre, fermant la porte avec délicatesse.

Ouvrant une armoire dans un grincement désagréable, elle y chercha de quoi se couvrir sans pour autant défaire le lit. Comme à son habitude, elle se servit récupérant un drap et une couverture, déposant la dernière sur le lit, elle retira ses vêtements sans bruits, avant de les déposer sur la chaise afin qu'ils sèchent. Complètement nue, elle récupéra le drap qu'elle aura soigneusement autour d'elle de façon à faire une robe longue plutôt moulante. Refermant dans le même grincement la porte de l'armoire, elle put apercevoir dans la glace de celle-ci son reflet, sa chevelure sans ordre, son teint pâle, ses cernes... Elle grimaça, prenant conscience du déchet qu'elle s'était laissé devenir pendant ce cycle d'absence. Entourant ses cheveux d'une main elle les remonta jusqu'à l'arrière de sa tête et les fixa avec une petite pince qu'elle prit la peine de récupérer dans ses affaires, cela n'arrangeait pas complètement sa tête mais c'était déjà ça. Une voix la sortie alors de son observation, une voix qu'elle

- «C'est le service d'étage ... Est-ce que je peux ouvrir ?»

Tournant la tête vers la porte, Aurore ne put s'empêcher de sourire alors que deux solutions se dressaient devant-elle. La première, remettre directement Adrän dans son contexte, lui répondant par son prénom. La seconde, jouer le jeu et faire comme-ci elle n'était pas capable de reconnaître la voix qui faisait chavirer son coeur. Après une réflexion d'une fraction de seconde, elle préféra prendre la deuxième solution, entrouvrant les lèvres, laissant entendre une voix douce et calme :

- « Une seconde, j'enfile un vêtement. *deux ou trois secondes passent* Voilà, entrez. »

Pendant ce temps, la jeune femme s'était installé contre le mur face à la porte, une jambe repliée contre celui-ci. Quand la porte s'ouvrit elle tacha de prendre un air étonné en voyant le sang-froid, avant de reprendre presque immédiatement son sourire habituel. Elle n'avait pas oublié le cycle d'absence qu'il lui avait fait endurer, loin de là. Mais Aurore préférait simplement penser au moment présent, profiter de ce retour qu'elle n'espérait plus. Sans détacher ses yeux de lui, ses lèvres s'entrouvrirent une deuxième fois :

- « Tiens, te revoilà. Alors monsieur le service d’étage qu’est-ce que vous me ramenez de bon ? De la nourriture ou autre chose de plus intéressant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Sam 22 Juin 2013 - 22:14

Je n'avais maintenant qu'un seul objectif sur le présent, lui faire oublier ce moment mauvais que nous avons passé. Lui faire comprendre qu'elle pouvait faire me faire confiance, et que mon absence n'avait pas pour but de la faire souffrir, bien au contraire. J'entends une réponse de l'autre coté de la porte me demandant de patienter puis aux bouts de quelques secondes, je rentre dans la chambre.

La pièce était tout juste éclairée par les rayons lunaires qui pénètrent à l’intérieur via la fenêtre fermée. Aurore était là, avec comme seule tenue un drap qu'elle avait enroulé soigneusement sur son corps. Contre le mur, elle attendait sans doute quelque chose. D'un air surpris en premier lieu, son sourire revient immédiatement juste après. Elle avait joué le jeu et je l'en remerciais silencieusement. Notre complicité n'était plus à démontrer et j'en étais comblé.

Je remarque que sa chevelure était attachée en arrière, c’était la première fois que je la voyais ainsi. Cela lui donnait un charme irrésistible, bien qu'à la base, son charme naturel est bien supérieur face aux femmes d'Ephaelya, sans aucun doute.

Je m'approche de la jeune femme adossée contre le mur porteur avec le sourire, en prenant garde de bien fermer la porte sans détacher mes yeux d'elle. Je me déplace lentement pour qu'elle prenne le temps de me regarder puis, elle me pose une question bien pertinente pour continuer ainsi ce jeu que j'avais mis en place.

Cependant, je ne réponds pas de suite. J'attends d'être en face d'elle pour lui donner aucune chance de s'échapper. Je pose une main délicatement sur le mur, juste à coté de sa tête et m'appuie dessus.  Je m'approche doucement et murmure doucement.

«-Ma présence suffira t-elle ?»

Lui dis-je avec le sourire. Je n'avais pas de but vraiment précis, juste de la divertir. Je savais qu'un échange serait impossible après cette tempête que nous avions subit un peu plutôt. De ma main libre, je la passe délicatement sur sa joue, me délectant de sa douceur. De près, je pouvais voir son teint diaphane et ses cernes. Elle n'a pas du beaucoup dormir, ce que je comprends aisément.

Stupide, j'étais stupide e partir avec comme seul indice un vulgaire mot sur une feuille comme un fuyard. Dans un élan de tendresse, je dépose mes lèvres sur son front pour y déposer un baiser. Pour me faire pardonner ? Pour lui dire que je l'aimais ? Je n'en sais trop rien … C'était un désir passager.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Dim 23 Juin 2013 - 0:50



Alors que la pièce est uniquement éclairé par les rayons de la lune, Aurore observait le sang-froid rentrer et prendre le soin de fermé la porte. La surprise qu’il affichait ne pouvait que lui faire plaisir et c’est dans le silence qu’il s’approcha d’elle. Alors qu’il s’appuya la main sur le mur, juste à côté de sa tête, elle le laisse le temps de la scruter. Il pouvait bien s’apercevoir de sa fatigue, de ses cernes ou autres, cela lui était égal. Il était coupable de la situation et de son état physique actuel, alors ce qu’il pouvait bien penser quant à son imagine ne lui importait plus. Il brisa enfin le silence, demandant si sa présence suffisait ? Que pouvait-elle lui répondre sans paraître complètement et définitivement dépendante de lui ? Que son unique présence suffisait à la rendre heureuse, qu’elle n’avait pas besoin que de ça pour être heureuse ? Non bien sûr que non. Alors afin de ne pas trop en dire, elle se contenta de lui sourire, soupirant doucement quand il lui embrasse le front. Sa deuxième main caresse avec douceur sa joue, alors que la jeune femme se contente de le regarder avec tendresse.

- « Il est possible que ta présence suffise Adrän, alors qu’est-ce que tu penses du lieu ? Je venais souvent avec mes parents ici, le tavernier est un ami de longue date. Son père était le meilleur ami de mes parents, enfin une longue histoire de famille. Rien d’intéressant. »

Reprenant son sourire Aurore, laissant ses mains se balader sur le torse du vampire, remontant doucement avant de passer dans son dos pour faire des petits cercles du bout des doigts. Après tous ces cycles, elle l'avais vu vivre. Elle connaissait le rouge de ses joues quand il manquait de confiance en lui, sa passion pour les différents paysages, pour les objets les plus travaillés. Elle connaissait ses tics, ses manies, cette facilité à lui faire perdre ses moyens. Ses pertes de contrôles qui le rendaient vulnérable comme ses forces et son assurance. Cette façon qu'il avait de se réveiller ou cette facilité qu’il avait à la faire craquer... Elle aimait quand il lâchait prise au son de la musique, elle aimait le voir se perdre dans son regard, Aurore aimait le regarder dormir. Chaque jour un peu plus, elle avait découvert la vie ou plutôt la nuit à ses côtés. Elle aimait cette fraîcheur et son amour de la vie, son intérêt pour toutes ces petites choses du quotidien, son regard de tigre parfois. Il envoyait toute cette énergie en elle, qui donnait de la saveur à son réveil et à ses soirées... Elle aurait aimé qu'il n'y ait que ça entre eux... Juste cette collocation inattendue associée à ce désir partagé. Sans la partie vampire et humain, sans le reste de la journée, cette incapacité de sortir le jour, cette obligation de choisir la vie diurne ou nocturne. Mais tout ceci était impossible, elle devrait toujours faire un choix, la réalité les rattraperait forcement et cette volonté de le retrouver de rester avec lui serait toujours plus forte que toute. Déposant ses lèvres contre les siennes, elle lui offrit avec tendresse un échange langoureux et particulièrement tendre avant de rompre le contact sans grande douceur. Elle voulait le frustrer, lui donner l’envie de venir rechercher une suite, Aurore voulait observer sa réaction, elle cherchait simplement à l’analyser, le taquiner.

- « Parle-moi un peu de ton cycle, ce n’était pas trop difficile de retrouver ta vie de solitaire ? »

Le poussant doucement afin de faire basculer son corps sur le côté, elle sortit de son emprise et se dirigea vers le lit d’un déhanché séduisant. Une fois contre celui-ci, elle s’allongea de tout son long en observant le plafond, le regard perdu. Elle mourait d’envie de connaitre tous les moindres détails de ses occupations pendant ce cycle mais à la fois ne souhaitait pas trop en savoir. Situation complexe pour des envies contradictoires. Elle laissa une nouvelle fois entendre le son d’une voix chaude et douce :

- « Nous repartons déjà demain c’est ça ? »

Aurore avait besoin de temps, mais celui-ci semblait déjà contre elle. Tout observant le plafond et en laissant ses sens à l’affut du moindre bruit, la jeune femme laissait ses pensées s’imprégner de son esprit.


Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Dim 23 Juin 2013 - 4:11

«-Ton passé m’intéresse , Aurore. Il ne faut pas croire, tout ce qui en liaison avec toi … Je souhaite tout savoir.»

Quoi de plus normal que je m’intéresse à elle, je voulais en apprendre plus, bien plus, beaucoup plus. Non pas parce que mon caractère m'oblige à tout connaître, mais parce que je le voulais, tout simplement. Je la regarde droit dans les yeux, j'étais sincère et si elle le voulait, elle pouvait lire dans mon esprit pour être sûr de mes dires.

Je me noie dans ses iris, me rendant compte de la réalité une nouvelle fois. Sans elle, que serais-je devenu ? J'aurais sans doute continuer mes périples comme un sans-le-sous. Voyager de ville en ville, sans aucune perspective d'avenir. Si elle savait à quel point elle m'était précieuse, à présent, je ne pourrait pas passer une éternité sans sa présence.

Perdu dans mes pensées les plus profondes, je perçois ses lèvres sur les miennes ce qui a le don de me faire oublier le présent, comme si j'étais dans un autre espace-temps, un autre plan que celui-ci. Je ne pouvais que sourire face à ce baiser passionné mais qui se termine brutalement, je fis une petite moue avant de récupérer ce qui me manquait en l'embrassant de nouveau. Une fois ceci fait, le contact de nos lèvres s'arrête plus doucement cette fois. Aurore entrouvrit la bouche, me parlant de sa douce voix. Elle voulait savoir ce que j'avais fait pendant mon cycle d'absence.

J'aurais volontiers parlé d'autre chose, mais il fallait que je lui explique tout de même, en lui disant que ce n'était pas aussi facile qu'elle ne le pensait, loin de là. Alors que je m'apprête à lui répondre, elle s'échappe de notre vis-à-vis pour aller s'allonger sur le lit. Je l'inspecte silencieusement, je pouvais voir une once de mélancolie sur son visage. Cela devait être dur de quitter les terres qui nous aient propre. Cependant, je n'étais pas comme ça, j'aimais voyager comme j'aimais avoir un pied à terre. J'étais compréhensif de sa situation, vu que je l'ai vécu de toute pièce, comme si je voyais ma vie se réitérer une nouvelle fois. Cet amour coupé par le mur du temps, par la race, l'environnement. Tout nous oppose, et pourtant, nous ne pouvons plus vivre l'un sans l'autre.

Étrange ? Stupide ? Les gens qui verraient notre relation extérieurement la jugeraient ainsi probablement, que ce soit du coté humain, ou du coté vampire. Je m'approche du lit et m'assois juste au bord de celui-ci, le coté où Aurore est éloignée. 

«-Mon cycle d'absence n'était pas glorieux, je te rassure … Je voulais vite en finir, j'ai courru trois nuits pour atteindre l'ancien manoir que j'avais habité pour faire enfin mon deuil … Je suis revenu le plus rapidement possible. Et effectivement, cela m'a fait pensé à mon ancienne vie, celle qui était guidée par la vengeance pour oublier ma peine ...»

Je soupire en repensant à mon passé, celui où je passais mon temps à traquer sans relâche Oneria, même dans le monde des rêves, mais il faut croire que je suis encore faible pour pouvoir m'y mesurer. Je profiterai de notre stabilité pour m’entraîner, ne serait-ce que pour la protéger. Ce qui s'est passé aux Lande Éternelles ainsi qu'à Omerïe étaient du à mon manque de puissance flagrante.

Je pose une main en arrière sur le lit et me tourne vers aurore, tentant de sourire, malgré mes pensées négatives.

«-Nous avons notre temps Aurore. Nous pouvons rester un peu ici si tu le désires … Tout ce qui compte pour moi, c'est d'être avec toi, rien de plus. Nous sommes pas à un jour près tu sais ...»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Dim 23 Juin 2013 - 20:20



L'amour est une chose compliquée. Cela signifie faire passer l'autre en premier. Les gens parlent si souvent d'amour alors qu'en réalité, il est surtout question de besoin et de dépendance ; ils voudraient posséder l'autre, le soumettre à leur volonté. L'amour véritable s'accomplit par le sacrifice. Il implique de penser aux besoins de l'autre avant les siens. L’amour est une chose aussi belle que cruelle et personne ne peut y résister, malgré les efforts et toute la volonté du monde. On tombe indéniablement sous le charme d’une autre personne que soi, on en vient à s’oublier à pardonner trop facilement, beaucoup trop facilement et pourtant on ne regrette rien, jamais. Oh oui l’amour est un sentiment intense et démesuré, dans un fantasme irréalisable. On rêve de ce moment parfait ou nous retrouverons un idéal, une âme sœur et quand ses retrouvailles arrive enfin, on ne voudrait que cela s’arrête pour rien au monde, que le temps n’intervienne plus sur notre physique, que nos pensées ne se bouscule plus dans notre esprit, qu’un arrêt s’effectue et que plus rien n’affecte notre vision. C’est à ce moment précis que la dépendance arrive, cette état qui nous demande constamment et hurle dans tout notre être « encore », oh oui encore. Puis indéniablement suite à cette dépendance intervient le manque, la souffrance, la tristesse et tout le désarroi que cela implique et se « encore » se transforme en « qu’on en finisse ». C’est par cette dernière étape que la vie d’Aurore aurait dû se terminer, malheureusement ou heureusement pour elle, à présent la jeune femme avait retrouvé le confort dans un lit, un lieu qu’elle aimait tant mais surtout la raison de cette douleur qui s’était installé dans sa poitrine.

Allongé sur ce lit, le corps nu enroulé dans un drap, ses pensées se battaient en duel pour savoir si elle devait se protéger ou une nouvelle succombée. « Succombe » était le mot que son cœur lui hurlait toujours plus fort, alors que sa raison la suppliait de se protéger. Que faire, que dire quand deux parties importantes de notre être n’arrive pas à tomber d’accord sur la marche à suivre. Le temps de cette bataille l’avait sorti de la réalité et c’est avec surprise qu’elle se rendit compte qu’Adrän était installé proche d’elle, lui expliquant les événements durant le cycle, ses lèvres ne laissèrent échapper qu’un « hum » en guise de réponse ou de confirmation. La vengeance était un sentiment que Aurore ne connaissait pas, qui lui était complètement inconnu, jamais elle n’avait voulu se venger du comportement des autres, jamais elle en avait voulu à son père de la délaisser d’avoir cette multitude de sentiment négatif vis-à-vis d’elle. A peine avait-il terminé son explication, qu’une question insouciante lui échappa :


- « Qu’est-ce que tu as ressentis quand tu as voulu te venger ? Qu’est-ce que ça t’apporterait ? »

Se redressant calmement, elle remonte ses jambes jusqu’à sa poitrine avant de les encercler au niveau de ses bras. Laissant un petit silence s’installer sans pour autant qu’il soit pesant. Plus elle y réfléchissait plus l’idée que jamais elle n’avait vraiment voulu se venger de quoi que ce soit était une évidence. La jeune femme avait toujours trouvé une raison à chaque comportement. Pour elle aucune vie ne valait celle d’une autre et si mort il devait y avoir c’est que le destin l’avait décidé ainsi. Le regardant du coin de l’œil, elle poursuivit toujours aussi naïvement :

- « Montre-moi. »

Bien évidemment il était difficile de ressentir volontairement ou de provoquer des sentiments aussi puissants que la haine et la soif de vengeance, voire impossible. Bien qu’elle ne l’ignore pas, il lui semblait évident de ressentir par elle-même –ou plutôt à travers les autres, donc Adrän- ce sentiment. Ce besoin de comprendre était obligatoire chez Aurore, savoir, connaitre, analyser, autant de verbe qui la constituaient. Alors qu’elle ressent des émotions négatives chez son sang-froid il la regarde en souriant –se forçant à sourire- afin de la rassurer sur le temps qu’il possédait avant de partir.

- « Tu n’as pas besoin de te forcer à sourire avec moi. Au lieu de garder tes idées négatives pour toi, tu devrais m’en parler. Dis-moi Adrän, je veux une réponse honnête. Est-ce qu’il y a une chance qu’Oneria recommence ? Est-ce qu’il y a une chance qu’elle nous trouve ? »

Refermant ses lèvres dans un profond sourire, Aurore ferma volontairement chacune de ses émotions. Elle avait pour idée de travailler son don, de le rendre plus puissant, moins aléatoire et pour cela elle devait s’habituer à se fermer aux autres –même à Adrän- afin de pouvoir cibler chaque sentiment proche d’elle, afin de différencier ses sentiments de ceux des autres.

- « Est-ce que tu as peur ? »

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Dim 23 Juin 2013 - 21:13

La vengeance, une drôle de question qu'elle venait de me poser, mais je pouvais la comprendre. Elle était encore jeune, mais à force de la côtoyer, j'en oublie presque son innocence en terme d'animosité. Elle n'était pas rancunière et peut-être qu'avec un peu de chance, elle ne connaîtra pas ce sentiment tellement mesquin et tellement impure qu'il en est difficile de l'oublier.

Moi même, j'eus du mal à m'en défaire et il est impossible de le faire seul. Je détourne le regard lorsqu'elle me pose cette question et qu'elle souhaite que je lui montre la vengeance … Chose que je ne pourrais pas faire pour la préserver de sentiment négatif, je pense qu'elle a eu son quota pour ce cycle. Je soupire, m’apprêtant à lui répondre. Je tente de me souvenir cette sensation fort désagréable.

«-La vengeance n'est pas quelque chose qu'on souhaite lorsqu'on ne veut de mal à personne, elle nous tombe dessus. Le seul moyen de s'affranchir est d'aller jusqu'au bout pour l'assouvir. C'est un sentiment qui grossit avec le temps, nous donnant une soif intarissable. Lorsqu'on perd tout, cela devient notre seule moyen d'avancer, de vivre. La vengeance est un but, un objectif à atteindre … Mais la finalité n'est jamais rose.»

Je m'arrête un instant, le temps que je m'allonge sur le lit à ses cotés. Le regard fixe sur le plafond.

«-Je ne peux pas te montrer ce que c'est que la vengeance … Car elle n'existe plus, ou du moins, elle a évolué … Tout ce que je souhaite maintenant, c'est te protéger mais pas au péril de ma vie … Je ne veux plus te laisser seul, je veux qu'on reste ensemble, quoi qu'il advienne.»

Un héros sur son cheval blanc aurait dit à sa princesse qu'il l'a protégerai au péril de sa vie. Cependant, je n'étais pas comme ça. Non pas que je sois peureux de la mort, mais parce que je sais bien ce qu’entraîne la mort d'un être cher. Je vivrai tout en la protégeant, c'est ainsi que je fonctionne.

Elle me remet en place, sachant que j'avais été obligé de sourire pour la rassurer. A présent, elle me connaissait trop bien pour que je l'entourloupe aussi facilement. J'eus un petit sourire sincère cette fois, mais bien vite, il s'estompe rapidement lorsqu'elle aborde le sujet sur ma mère, Oneria. J'entre dans une profonde réflexion. C'était pas évident de répondre. Je ferme les yeux et commence à prendre la parole.

«-C'est compliqué, je ne la connais pas tant que ça en vérité. Elle a une force incommensurable. Je n'ai jamais réussi à la toucher ne serait-ce qu'avec un doigt. Il est probable qu'elle recommence oui, cela fait des années qu'elle s'immisce dans mes rêves pour un pouvoir que je ne connais pas … Elle serait sans doute capable de nous retrouver, mais nous avons sans doute du temps devant nous, nous voyageons de ville en ville,n il est difficile de nous localiser ainsi.»

Une nouvelle question est posée et cette fois-ci, je devais être sincère. Mettre ma virilité de coté et lui répondre.

«-Peur ? Cela serait un mensonge si je te disais que non. Oui, j'ai peur … Peur de te perdre en une fraction de seconde sans que je puisse faire quoi que ce soit ...»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Dim 23 Juin 2013 - 23:58



« Il faut souffrir pour comprendre la souffrance. »
Albertine Hallé


Ce qui était agréable avec Adrän c’est que peut-importe la question qu’elle pouvait bien lui poser, il prenait toujours le temps de lui répondre avec une simplicité flagrante. Cherchant toujours à la protéger, le vampire ne répondait jamais complètement mais n’évitait jamais vraiment un questionnement non plus, ce qui arrachait plus d’une fois un sourire à la jeune femme qui l’écoutait, comme elle écouterait une déesse. C’est donc naturellement qu’il répondit à sa première question sur la vengeance, la classant dans un sentiment non agréable voir nocif –une façon de voir les choses-, mais alors pourquoi s’acharner à vouloir obtenir vengeance en sachant que quoi qu’il en soit la fin ne sera pas au niveau de notre attente. Adrän venait de lui prouver que la vengeance était inutile, qu’elle s’en prenait au personne seul ayant tout perdu –naturellement ou non- et qu’elle devenait une façon de survivre. Hochant doucement la tête, Aurore laissa de nouveau entendre un « hum,hum » presque inaudible. Perplexe, elle refit défiler des événements passés dans son esprit afin de savoir si oui ou non elle avait déjà dû faire face à cette mauvaise rencontre. Heureusement –ou malheureusement- pour elle, jamais un tel sentiment ne s’était immiscé en elle, ni après la disparition de sa mère, ni après la haine de son père ni même après le départ du vampire. Se pinçant la lèvre inférieure elle laissa échapper un nouveau « huumm » un peu plus long.

Adrän s’allonge sur le lit, fixant le plafond alors que l’humaine le regarde le regard perdu. Il reprend, expliquant cette fois qu’à présent il ne ressent quasiment plus le besoin de se venger, que celle-ci à évoluer pour la protection d’Aurore, qu’il était prêt à tout pour la soutenir et la protéger mais quand même pas au péril de sa vie… Le regard de la jeune femme se refroidit sur cette déclaration, le trouvant lamentablement lâche. Elle retenue une phrase de mauvais gout, avant de laisser entendre un grognement de non approbation. Il était beau le vampire emplit de regret de l’avoir abandonné pendant un cycle sans donner de signe de vie, tu parles. Que des belles paroles pour éviter les foudres, s’étaient évident et elle était tombée –voir avait carrément sautée- dans le piège. La belle naïveté que voilà, trop de romantisme le tue certainement. Préférant garder le silence, la jeune femme conserva pour elle ses reproches, mémorisant simplement cette idée. Rejoindre un être égoïste dans son éternité n’avait tout à coup plus rien de très attirant, surtout en ayant conscience comme une femme complètement dérangé était à sa recherche avec l’objectif de la tuer juste pour le faire souffrir. D’ailleurs impossible pour elle de faire cette question qui lui brûle les lèvres depuis le début et c’est avec une certaine simplicité qu’elle lui demande si Oneria allait revenir et si il en avait peur.

Comme à son habitude le vampire ne tarda pas à lui répondre, expliquant qu’avec les déplacements il était impossible pour la créature –monstre, cinglé, tueuse en série, psychopathe..- de retrouver leur piste. Cette réponse ne convenait pas à Aurore qui n’avait pas envie de fuir toute sa vie sans point d’attache, si elle quittait ses habitudes, ses endroits préférés, ses repères, son mode de vie s’était pour en reconstruire d’autre ailleurs. Mais certainement pas pour fuir indéfiniment une espèce de furie qui n’avait qu’un objectif anéantir une vie paisible. Après un nouveau « hum » lâché avec froideur, la jeune femme finit par se relever du lit, resserrant le drap la recouvrant, elle se dirigea vers la fenêtre l’ouvra avant d’observer le paysage qui s’offrait à elle. Écoutant qu’à peine la crainte du vampire, les mêmes paroles qui revenaient mais qui cette fois lui semblait sonner fausse. Aurore prit une grande inspiration, savourant cet instant qui lui avait manqué, savourant avec joie ce retour aux sources.

- «  Tu sais pourquoi j’aime cet endroit ? C’est très simple en vérité, d’ici, de cette fenêtre je peux tout voir sans jamais être vue, sans rien ressentir et le silence qui s’échappe de cette pièce est un véritable plaisir. La cité de l’Aurore je ne l’aime pas parce qu’elle porte mon prénom non, mais parce que je la connais par cœur. Je connais ses lieux fréquentables comme ceux qui ne le sont pas, je sais qui sort quand comment et pourquoi. Et tout ceci m’a toujours donné l’impression qu’ici il ne pourrait jamais rien m’arriver, j’ai l’impression de tout maîtriser ici. »

Alors que des pas se font entendre dans le couloir, signe que l’aubergiste a tenu sa parole –à savoir de préparer de quoi restaurer l’appétit d’Aurore-, celle-ci l’ignore attendant sagement qu’il arrive jusqu’à la porte pour lui ouvrir. Une fois que trois coups raisonnèrent dans le bois, elle fit quelques pas silencieux avant d’ouvrir et de le remercier d’un large sourire, lui promettant de descendre discuter sur le petite matin. L’humain ne dérangea pas plus longtemps, s’excusant pour le dérangement avant de redescendre. Refermant la porte, Aurore alla déposer le plateau –parfaitement bien préparé d’ailleurs-, remplit d’une bouteille de vin rouge avec deux verres ainsi que deux assiettes plutôt copieuse –sans oublier les couverts évidemment- sur le petit bureau. Elle se servit un verre de vin rouge, attrapa l’assiette –avec deux couverts dessus- afin de se réinstaller contre la fenêtre et de commencer à s’alimenter.  Après plusieurs longues minutes de silence elle reprit la parole :

- «  Si je pars d’ici Adrän c’est pour retrouver la même chose ailleurs. Il est hors de question que je passe ma vie à fuir surtout en ayant parfaitement conscience que tu ne donneras jamais ta vie pour la mienne. Alors en attendant que je retrouve ma naïveté pour croire à tes belles paroles, arrête de me faire miroiter des choses que je n’aurais jamais. *elle porte le verre à ses lèvres avant de le reposer sur le bord de la fenêtre et de poursuivre* peut-être que toi tu as peur, mais moi je n’ai plus peur. J’ai connu cette absence, cette certitude de t’avoir perdu et le pire tu sais ce que c’est ? C’est que moi j’allais donner ma vie pour cette perte. »

Oui les dernières paroles de la jeune femme étaient particulière dur et remplit d’Amertume, mais les révélations qu’elles venaient d’entendre lui restait en travers de la gorge. Non elle ne doutait pas de ses sentiments, mais simplement de l’intensité de ceux-ci, non elle ne lui en voulait pas elle voulait simplement être honnête. Terminant son verre et voulant le re-déposer, elle loupa le rebord de la fenêtre, ne pouvant qu’observer le récipient se briser au contact du sol de la chambre.  Elle déposa l’assiette par terre avant de ramasser les différents morceaux et ce qui devait arriver, arriva elle s’entailla profondément le doigt qui réagit immédiatement en perlant de plusieurs gouttes de sang de plus en plus important. Instinctivement, elle porta la blessure à ses lèvres suçotant le tout sans penser une seul seconde que l’odeur pourrait déstabiliser Adrän, tout en gardant le doigt en bouche elle ajouta sans aucune méfiance :

- «  chu vois moi, chan toi, ma vie à pas d’impochante –Tu vois moi, sans toi, ma vie à pas d’importance- »

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 1:12

Je n'avais comme seule réponse que des «Hum» perplexe et peu convainquant. Me serais-je fait mal comprendre ? Il était difficile de le savoir avec le peu de sonorité que lâchait sa bouche de temps à autre. Après avoir fini, elle fini par se lever et à ouvrir la fenêtre , une légère brise emplie la pièce. Elle commence à m’expliquer pourquoi elle aimait cette cité qui portait son nom ainsi que cette fameuse chambre. Elle aimait voir sans être vue, sans rien ressentir. A l'époque, son don était vraiment un fardeau d'après ce que j'entends.

Je perçois des bruits de pas dans le couloir, je tends l'oreille pour capter le bruit pour savoir si il était plusieurs, mais il s'agissait que d'un seul homme. Je ne voulais plus me faire surprendre, comme à l'auberge où nous nous sommes fait capturer comme des bêtes. C'était le tenancier qui avait apporté de quoi nous sustenter, même pour moi. Je le remercie d'un hochement de tête malgré que je n'ai guère besoin de victuailles pour me nourrir, malheureusement. Il partit aussi vite qu'il est venu, je laisse Aurore manger tranquillement, pendant ce temps, je me relève du lit et fit quelques pas dans la chambrée avant qu'elle ne reprenne la parole.

Ses paroles étaient dures, mais je crois qu'elle m'a mal compris. Il était évident que j'étais prêt à donner ma vie pour elle et ce, sans la moindre hésitation. J'allais devoir lui faire comprendre au plus vite avant que ça ne tourne au vinaigre. Je la regarde, j'étais posté assez loin d'elle. Je prends un air sérieux malgré ma tenue légère puis croise les bras.

«-Aurore, il est évident que je donnerai ma vie pour la tienne … Mais je ne souhaite pas penser au sacrifice que cela engendre. Je t'ai donné ma vie, je t'ai donné mon présent et mon futur. Si tu n'es plus, alors moins non plus, je ne peux plus être … Je veux qu'une page se tourne, qu'on en écrive une ensemble. Je ne fuis pas, Aurore, je traque Oneria et je veux que cela cesse … Je veux l'oublier, ne plus en entendre parler, mais tant qu'elle sera encore vivante … Je n'aurais pas la conscience tranquille, non pas parce qu'elle a tué Hylianna, mais parce que je sais qui est sa prochaine cible.»

C'était une évidence que je parlais d'Aurore. Nous n'aurons pas une vie paisible tant que je n'entendrait pas son dernier souffle sortir de sa bouche. En voulant déposer son verre, elle rate le rebord et il finit par se briser sur le sol dans un bruit sourd. Je m'approche d'elle pour lui dire de faire attention, mais c'était trop tard, elle s'était déjà coupée avec les bris de verre. Le sang commence à perler sur son doigt. Je m'arrête promptement et fais quelques pas en arrière en espérant que l'odeur du sang ne m'atteigne pas, mais c'était déjà trop tard. Je pouvais humer l'hémoglobine dans l'air.

J'écoute à moitié ce qu'elle était en train de dire en essayant de combattre ma volonté vampirique qui me dicte de l'attaquer, mais, heureusement, comme elle a attrapé son doigt avec sa bouche, l'odeur fini par s'estomper. Je reprends le contrôle de moi même puis je fini par la regarder en essayant de comprendre ce qu'elle essayait de me dire. Une fois les mots en poche, je pouvais entamer une réponse correct. 

«-Moi aussi … Si tu devais disparaître, je n'aurais plus la force pour me venger, je n'aurais plus la force pour vivre … Mais je ne veux pas penser à cette possibilité. Nous avons le pouvoir de vivre paisiblement, j'en suis certain.»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 12:46



Pardonner ... On pardonne, de la plus petite bêtise à la plus grosse lorsque c'est à quelqu'un qu'on aime ... Mais est ce que pardonner c'est passer à autre chose ? Ne pas revenir sur la raison pour laquelle on a du pardonner ? Je pense plutôt que l'on pardonne pour soulager l'esprit de la personne qui a commis la faute et en espérant que ça nous aidera à passer à autre chose. Mais au fond de nous, nous savons tous qu'on ne pardonne jamais entièrement, que chacune de nos blessures reste toujours un peu ouverte. Mais elles nous forgent et le pardon nous aide à avancer, il est en quelque sorte le pansement de la blessure. Il faut laisser cicatriser la blessure sous le pansement et regarder souvent la cicatrice qu'elle a laissée pour ne pas revivre à nouveau la même situation. Il était évident que Aurore avait pardonné presque immédiatement au vampire son absence mais jamais elle ne l’oublierait ce qui expliquait certaine cette méfiance et cette violence verbale qu’elle venait de déverser sans aucun remord. Ses yeux se déposèrent sur lui si courtement vêtu, croissant les bras afin de lui répondre sincèrement. Elle se retint de rire tant la situation lui semblait comique, difficile de se concentrer sur une discussion sérieuse alors que tout le corps du vampire lui insuffle d’autre idée. Malheureusement –ou heureusement- pour elle, son esprit se refixa rapidement sur les paroles d’Adrän, il expliquait qu’elle avait mal compris les propos et qu’il était évident qu’une vie sans elle ne serait pas vivable.

Confirmant d’un sourire beaucoup plus sincère, Aurore chercha à déposer son verre sur le rebord afin de le rejoindre. Mais sa maladresse la rattrapa et le récipient vint éclater au contact du sol, déposant l’assiette sur le sol elle attaqua le ramassage des morceaux avant de s’entailler profondément le doigt qui commença à perler. Instinctivement elle porta le tout à sa bouche, suçotant la blessure pour ne pas mettre du sang partout. Tachant d’articuler une phrase en direction du vampire, c’est en terminant ses paroles qu’elle remarqua le comportement d’Adrän, reculant doucement, humant l’air… Comme-ci il rentrait en chasse… Soupirant, elle comprit enfin que le sang le déstabilisait, s’insultant intérieurement Aurore ne le quitta plus des yeux –tout en gardant le doigt en bouche-. Qu’allait-il se passer maintenant ? Une attaque, une lutte, la fin d’une vie ? Absolument rien. Le vampire répondit tout en gardant une distance entre eux, elle lui répondit d’un sourire avant de poursuivre le ramassage du verre d’une main. Par réflexe, elle retira le doigt blessé de ses lèvres afin de retirer les traces de sa maladresse sur le sol, recouvrant de plusieurs perle de son sang le sol. C’est en le voyant qu’elle comprit sa nouvelle erreur reportant immédiatement son doigt à ses lèvres, levant les yeux vers le sang-froid qui avait de nouveau reculé. Elle s’excusa à voix basse, pestant intérieurement contre son comportement de plus en plus inconscient.

Volontairement et afin de comprendre elle laissa quelques émotions du vampire venir jusqu’à elle, comprenant enfin la lutte qu’il effectuait contre ses propres pulsions. Grimaçant, la jeune femme se releva brisant cette distance qu’elle trouvait à présent désagréable. Elle retira sa blessure de ses lèvres, libérant cette fois-ci en ayant parfaitement conscience de son acte l’odeur de l’hémoglobine. Aurore tendit avec un sourire l’entaille au vampire avant d’accompagner la parole aux gestes :


- «  C’est de ma faute j’aurais dû faire attention en ramassant, tu veux bien résoudre mon problème de sang en trop ? »

Drôle de façon de lui proposer de s’alimenter je vous l’accorde. Mais la phrase lui était venue naturellement et au vu  du regard du vampire ainsi que la vue de ses canines se dévoilant il n’allait peut être pas réussir à résister. De toute façon ce n’est pas ce qu’elle voulait, partager son sang avec lui ne la dérangeait en rien. De plus, le souvenir de sa première morsure lui laissait une sensation agréable, renouveler l’expérience lui semblait donc une bonne idée –sans en parler au vampire et le mettant le pied en bas du mur oui.- Afin de donner l’illusion d’un choix à Adrän elle poursuivit en murmurant :

- «  Si tu n’en veux pas, je vais descendre pour trouver de quoi refermer… »



Dernière édition par Aurore Badry le Lun 24 Juin 2013 - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 14:16

A priori tout devrait bien se passer si elle garde son doigt entre ses lèvres. Cette odeur excitait grandement mes pulsions vampirique, mais, grâce à mes réflexes instinctifs, j'eus la bonne idée de reculer. La coupure n'était pas bien grande, mais quand même assez profonde. Je n'aurais pas la capacité de l'idée sans éveiller ce qui gronde en moi et commettre l'irréparable. Je me rends compte de l'importance qu'elle devienne vampire, au-delà de l'éternité que nous partagerons, cela sera invivable. Aux moindres faux-pas, écorchure, blessure mineure … Je devais mettre en place un stratagème pour éviter de lui sauter.    

Jusque là, tout aller bien, je réussis à résorber mes instincts grâce à son geste anodin, mais très vite, elle comprit que c'était elle qui me m'était dans tout mes états. Elle continua de ramasser les bouts de verre et je ne pouvais que regarder comme un malappris. J'aurais volontiers pris soins de l'aider pour éviter qu'elle se blesse à nouveau,  mais, par précaution, je préférai garder une certaine distance, ce qui me frustre énormément. J'en profite pour regarder la chambre qui semblait pimpante si on comparait à d'autre d'Auberge dans le même coin et j'en sais quelque chose. Combien de fois j'ai dormi sur des lits qui craquent, sans drap ni oreiller ?

Alors que mes yeux vagabondaient tranquillement pour essayer de penser à autre chose qu'au sang d'Aurore. Je renifle de nouveau une odeur d'hémoglobine, celui d'Aurore. La reconnaître me fit avoir une frisson dans le dos, de dégoût ou de plaisir ? Je ne saurais dire, peut-être les deux. Quelques gouttes étaient déjà tombées sur le sol et cela devenait difficile. Je recule de nouveau mais un mur me stoppa. Visiblement, elle remarqua que je m'étais reculé d'avantage et elle s'excusa à voix basse avant de remettre son doigt blessé dans la bouche, ce qui me provoqua un vif air de soulagement, je lui réponds par la même tonalité que ce n'était pas grave.

Après quelques secondes de silence, elle se releva et s'approcha de moi à grande pompe tout en me montrant son entaille. Je me demande ce qu'elle faisait, à tout moment, je pouvais perdre le contrôle et l'attaquer comme une bête. Et c'est ce qu'elle voulait apparemment. Elle me laisse le choix de m'alimenter avec son sang. Un choix bien difficile à faire si on se souvient d'Omerïe. Je continue à fixer le sang qui s'écoule le long de son doigt. Cette couleur, ce liquide vital, cela deviens une obsession, tellement, que je n'écoute qu'à moitié ses autres paroles. Je crois que si je ne voulais pas, elle s'en irait refermer la plaie elle même, mais c'était trop tard, à peine elle eut le temps de finir sa phrase que je viens l'embrasser langoureusement. Je ne pouvais pas résister à ses lèvres légèrement ensanglantées. Après cette échange plutôt long et intense, je la regarde droit dans les yeux, un peu fébrile à ce qui allait se passer, mais je ne pouvais plus lutter. Je pourrais partir en courant et laisser cour à mes pulsions, cependant, nous étions en pleine cité, la forêt en trop loin pour que je souhaite me nourrir sans causer du tort à personne. Aurore était ma solution.

Je passe mes lèvres sur son cou, embrassant délicatement sa peau, mais avant d'entamer mon œuvre, je lui murmure.

«-Si je vais trop loin, arrête moi ...Je t'aime, Aurore ...»

Je plante mes canines dans sa peau, essayant de viser là où j'avais déjà mordu pour lui éviter d'avoir trop de marque. Le sang s'écoule dans ma bouche, je suis à la fois comblé et horrifié. Quel compagnon irait faire souffrir sa compagne volontairement ?

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 18:47



Aurore venait à peine de terminer sa phrase que les lèvres du sang froid se déposèrent sur les siennes pour un échange intense et langoureux, frissonnant de plaisir la jeune femme ne put s’empêcher de profiter de cet instant qui malgré les circonstances lui semblait idyllique. Une fois le baiser terminé –ou plutôt interrompu par Adrän- un long échange visuel eu lieu et contrairement à ce que la situation laissait paraitre, ce n’était pas Aurore qui avait peur des prochains événements mais bien le vampire. Drôle de situation, l’humaine lui accorda un large sourire se voulant rassurante. Alors qu’il passe ses lèvres sur le cou de la jeune femme, celle-ci dégage sa chevelure de la main non blessé avant de la passé derrière la nuque du vampire, câlinant sa peau du bout des doigts. Frissonnant davantage au contact de ses lèvres sur sa peau, poursuivant ses caresses elle n’écouta qu’à peine sa crainte. Non elle n’avait pas peur, non il n’irait pas trop loin elle en était certaine. Juste avant la morsure, Aurore se glissa un peu plus contre lui, passant son autre main autour de taille. L’humaine venait de s’alimenter, par conséquence elle était certaine que cette fois-ci rien ne pouvait arriver de négatif. 

Sentant ses canines déchirer petit à petit sa chair, Aurore lâcha un petit soupire de satisfaction. Contrairement à ce que beaucoup pouvez penser, une morsure n’avait rien de désagréable, bien au contraire. Rapidement, les deux aiguilles trouvèrent l’artère et aspirèrent son liquide vital, provoquant une multitude d’émotion chez la jeune femme. Sentir son corps se contracter involontairement, ses mains resserraient le corps du vampire avant de le caresser calmement, des petits gémissements qui s’échappaient involontairement de ses lèvres, mais encore une fois rien de négatif. Peu à peu, le calme la gagna, stoppant ainsi toute ses pensées, il n’y avait plus que le moment présent dans son esprit et rien d’autre. La main derrière la nuque du vampire était remonté à ses cheveux les ébouriffants légèrement, l’autre main -dont le saignement du doigt venait de s’arrêter- câlinait le bas du dos du sang-froid. Elle lui murmura alors doucement, prouvant par la même occasion que cette fois-ci elle était restée parfaitement consciente :

- «  Je t’aime aussi, ne t’inquiète pas, moi j'ai confiance en toi. »

Les minutes ou alors les secondes s’écoulèrent sans que jamais la jeune femme ne cesse ses gestes d’affection, parfois un peu maternelle. Jamais le sentiment de regret ne lui avait effleuré l’esprit, jamais. Alors qu’elle sentait ses forces s’amoindrirent peu à peu au rythme des aspirations d’Adrän, la jeune femme ne montrait aucun signe de résistance ou d’alerte, certainement parce qu’elle n’avait pas envie que ce silence et les sensations que provoquait la morsure de son amant ne s’arrête. Doucement toujours davantage, toujours plus profondément, les deux aiguillons récupéraient une quantité grandissante du nectar d’Aurore, ne lui donnant jamais l’impression de vouloir s’arrêter. Sentant son corps fébrile, elle resserra ses mains sur la peau du vampire afin de lui signifier, qu’elle n’allait plus  tarder à éteindre ses limites –ou ce qu’elle pensait être ses limites-. Au même moment des bruits de pas se firent entendre une nouvelle fois dans le couloir, plus rapide que précédemment, trois coups raisonnèrent dans la porte afin qu’une voix à présent familière se fit entendre :

- «  Aurore, monsieur Adrän, j’ai entendu un bruit est-ce que tout vas bien ? Vous avez besoin d’aide ? »

Etant dans l’incapacité de répondre actuellement –ou n’ayant simplement pas envie de répondre-, un léger grognement raisonna dans la gorge de l’humaine, contrarié qu’on vienne interrompre cet échange qu’elle appréciait tant. L’aubergiste et l’ami de la jeune femme n’ayant pas de réponse annonça qu’il allait entrer afin de vérifier que tout allait bien –et ayant l’habitude des situations incongrus avec la Aurore, il préférait prévenir de sa futur présence dans la pièce-, le bruit d’une main se posant sur la poignée de la porte se fit donc entendre…. La curiosité des humains n’avait visiblement pas de limite […]



Dernière édition par Aurore Badry le Lun 24 Juin 2013 - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 20:55

[…] La curiosité n'avait certes pas de limite, cependant, la raison l'importe souvent sur ce trait de caractère. Je voulais de nouveau goûter à son sang et une fois que le liquide dévale le long de ma gorge. Je me sentais comblé, mais ma soif était long d'être inépuisable. Cependant, ce n'était pas comme la première fois que je l'avais mordu. J'avais encore conscience de ce que je faisait, au-delà de prendre du plaisir, je gardais un œil sur sa pulsation cardiaque.

Je parviens à entendre ses dires, ce qui me fit un choc … Surtout sur le «Je t'aime», cela faisait un cycle complet que je n'avais pas entendu ses mots qui me rassurait et que je j'aimais entendre. Cela me tira un léger sourire alors que je pompais toujours son sang.

Le temps passe, je ne serais dire combien de temps il s'est écoulé depuis que je l'ai mordu. Bien que ma conscience était toujours là, bien que je lutte pour ne pas la perdre, j'ai une fâcheuse tendance à perdre la notion du temps. Son rythme commence à diminuer légèrement, mais je pouvais encore prendre quelques gouttes de son délicieux nectar vital.

Au même moment, je perçois une voix à travers la porte, celle du tenancier. Il avait entendu un bruit et il se demande ce qu'il se passe, si on allait bien. Mais qu'est-ce qu'il raconte ? Je n'avais rien entendu … Bon sang, le verre. Je retire mes canines rapidement alors que la poignet de la porte commence à bouger. Je maintiens Aurore contre moi pour éviter qu'elle ne tombe à cause de l'anémie que je viens de lui provoquer puis d'un air paniqué, je me jette sur la poignet de porte pour éviter qu'il ne l'ouvre. Une fois la porte sous mon contrôle, je reprends mon calme et entrouvre mes lèvres ensanglantées.
 
«-Ne vous inquiétez pas, c'est juste un verre qui est tombé par terre … Je m'en occupe … Par contre, n'entrez pas. Nous ne somme pas … Présentable.»

C'était clairement la vérité. J'avais la bouche couvert du sang d'Aurore jusqu'au menton. Si il rentrait qu'il me voyait ainsi, j'allais avoir du mal à partir de la cité de l'Aurore sans avoir la garde sur le dos sans aucune chance de m'expliquer.
 
«-Bon très bien … Si vous avez b'soin d'autre chose, faites moi signe.»

Il n'avait pas l'air d'être très convaincu, mais il ne chercha pas plus loin forte heureusement. Je l'entends descendre les escaliers doucement, pendant ce temps, je reste figé en gardant la main sur la poignet pour éviter toute entrée intempestive. Une fois le calme revenu, je soupire de soulagement puis je me tourne vers Aurore que je maintenais d'un bras.
  
«-Est-ce que ça va aller ?»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 22:39



Brusquement tout se stoppe, les canines sortent de la chair d’Aurore sans aucune délicatesse, elle se sent presque immédiatement tomber mais Adrän la rattrape et la maintient contre lui avant de se jeter sur la poignée de la porte, donnant une explication…. Attend il vient de dire quoi là ? Fronçant les sourcils Aurore se refait la phrase dans sa tête « nous ne sommes pas… présentable » Quoi ? Elle grogna il venait de tirer le gros lot avec son excuse à côté de la plaque. Le pauvre allait maintenant s’imaginer qu’elle avait pris son auberge pour une auberge de courtisane et que le respect était une valeur qu’elle avait perdue. Alors qu’elle allait répondre une phrase complètement stupide afin de rattraper la parole du sang-froid son ami répondit presque aussitôt et redescendit au son de sa voix il n’avait pas l’air convaincu. Soupirant à la fois de soulagement et d’agacement Aurore lança un regard noir à Adrän qui lui demande si elle va bien.

Si elle va bien, non mais quelle question franchement, elle vient de se faire pomper la moitié de son sang par ses deux aiguillons vampiriques et en prime de passer pour une courtisane de bas étage qui s’envoie en l’air et qui l’admet en plus –le tout sans être payer ; vraiment !- Alors que son regard annonçait déjà la couleur et qu’elle s’apprêtait à le lui dire, elle sentit son corps fragile manquer de céder. Pestant intérieurement de ce manque de résistance elle tenta de se calmer laissant passer plusieurs longues secondes avant d’enfin prendre la parole d’une voix tremblante.

- «  Tu avais pas d’autre excuse non ? Il va me prendre pour quoi maintenant…. Comme-ci on aurait pu … ici … Oui bon d’accord, mais ce n’est pas une raison pour l’admettre devant mon ami. Y a des choses qu’il n’a pas besoin de savoir. La prochaine fois tu as cas lui dire la vérité juste la vérité, que tu étais en train de t’alimenter. »

L’insouciance un trait de caractère particulièrement appréciable pour Aurore qui ne voyait jamais le mal nul part. Déposant un ses lèvres contre celle de son vampire afin de lui montrer qu’elle n’était pas vraiment en colère mais  regrettait simplement la tournure de la situation, elle se dégagea vacillant une fois à droite, une fois à gauche avant de retrouver un équilibre convenable.  

- «  Je vais descendre pour… *observant son doigt ouvert mais ne saignant plus* refermer la plaie avant que le sang ne réapparaisse. Toi tu restes là, je vais rattraper ta bêtise. »

Elle se rapprocha de lui un sourire taquin sur les lèvres, l’embrassa une nouvelle fois beaucoup plus longuement avant de glisser jusqu’à son oreille «  finalement ta bêtise pourrait devenir réalité par la suite ». Esquissant un large sourire et se déplaçant comme une personne ivre, elle finit par sortir avant d’appeler son ami, lui expliquant –en hurlant du haut des escaliers- que le vin lui avait fait tourner la tête et qu’elle avait besoin d’aide pour descendre, ce qui était bien avec la discrétion de la jeune femme, c’est qu’à présent tous les autres clients –si ils y en avaient- étaient au courant de situation. Une fois en bas à l’aide du jeune homme elle s’installa ou plutôt s’affala sur le comptoir et prit la parole :

- «  Je ne supporte plus le vin, qu’est-ce que j’ai chaud… Mais chaud… Alors bien sûr ma maladresse et l’alcool tu imagines bien le résultat, désolé de te le dire mais tu as un verre en moins. »

Devant la tête complètement incrédule de son ami, Aurore descendit enfin les yeux sur sa propre personne pour s’apercevoir qu’elle était descendu nue enroulé dans son drap qui devenait légèrement transparent sous les différentes bougies de l’auberge. Elle sentit immédiatement ses joues devenir rouge tomate et elle étouffa un « oh » gênée avant de se lancer dans des explications plus tordu les unes que les autres afin d’admettre :

- «  Non mais ce n’est pas ce que tu crois … On à pas… Non hein surtout pas ici ! T’imagine bien ! J’avais chaud avec le vin et mes vêtements étaient humides parce que j’ai voulu me noyer dans le lac… Enfin me noyer non, non pas me noyer NAGER dans le lac donc bah je me suis dit que je pouvais t’emprunter un drap pour… Enfin tu vois quoi. »

A ce moment précis… C’était le plus long moment de solitude de la jeune femme qui priait pour qu’Adrän n’est pas entendu la conversation et cette lamentable explication. La tête de son ami était magnifique, rouge en scrutant le corps de la jeune femme qui se dressait sous ses yeux, les yeux sortant des orbites du certainement l’explication et un léger sourire amusé par la situation… Une chose était sur il n’existait pas deux Aurore dans ce monde. Il la regarda laissant passer plusieurs interminables minutes avant de répondre :

- «  Le vin ne te réussit vraisemblablement plus en effet. Je… heu… *une femme entra dans l’auberge ce qui coupa l’échange* Bonsoir Madame. »

Immédiatement l’aubergiste se plaça devant Aurore afin de la diriger vers les escaliers, lui murmurant qu’il poursuivrait l’échange le lendemain matin –la jeune femme n’allait donc pas encore beaucoup dormir-. Obéissante ou surtout particulièrement gênée de la situation qu’elle avait fait passer de gênante à catastrophique elle remonta les marches avant de rentrer dans la chambre rouge tomate…. Observant Adrän elle se contenta de lui dire :

- «  Ne me laisse plus jamais, jamais agir sans réfléchir. Heureusement que cette femme est rentré, elle m’a épargné le pire. Tu me feras penser à la remercier, demain. »

Refermant la porte et tournant la clé –oups elle avait oublié de lui dire qu’ici on pouvait verrouiller les portes-, elle fit tomber le drap par terre sans prendre la peine de le ramasser avant de s’allonger correctement sur le lit et se glisser sous les draps. Observant Adrän elle admit enfin :

- «  Mieux que l’alcool se faire sucer le sang ! Si jamais tu descends ne t’inquiète pas tu peux pas empirer la situation ! »


Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 35
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Lun 24 Juin 2013 - 23:36

Au moment où je lui demande si cela allait, son regard noir me foudroie de part en part. Qu'ai-je fait encore ? Je la regarde d'un air surpris en cherchant longuement ce que j'avais encore pour la mettre dans cet état là. J'ai beau réfléchir, me remémorer ce qu'il s'est passé en long, en large et en travers, pas moyen de le savoir. Elle entrouvre les lèvres, m’enguirlandant de mon excuse que j'avais trouvé pour faire fuir l'aubergiste et ami d'Aurore. Je reste pantois face à ses dires, d'habitude, j'arrive à toujours savoir ce que j'avais fait de mal. Un regard malencontreux sur une centaure, une absence d'un cycle, mais là, je suis interloquée face à cette situation inattendue. 
 
«-Hein ? Non mais ...»

C'est tout ce que j'arrive à bredouiller avant qu'elle ne se dégage en m'embrassant. Cependant, je reste tout autant étonné. Aurait-elle mal compris ce que je voulais dire ? A quoi était-elle en train de penser ? Avant que je ne comprenne je reçois un autre élan de tendresse ainsi que des mots doux sensuellement prononcés. A ce moment, je compris ce qu'elle était en train de penser. Est-ce moi qui pensais qu'elle était innocente ? Je rigole intérieurement et avant que je ne me rende compte, elle était déjà descendue, mais ces vêtements étaient toujours là. Tête en l'air, comme toujours. Enfin, ce n'est pas à moi de lui mettre ça sur son dos, vu que je suis exactement pareil.

Cependant, cela me fait penser qu'elle était descendue en tenue drapée. Quelle sera sa réaction face à ça ? Ma curiosité l'emporte sur ma raison, je décide de faire ma petite souris pour regarder Aurore dans cette situation délicate. Un pas de loup, je me déplace discrètement jusque dans le couloir pour ne pas éveiller les soupçons sur un craquement de bois illégitime, j'arrive en haut des escalier comme si je marchais sur un nuage sur la pointe des pieds. Je pouvais entendre les conversations, mais je ne pouvais rien voir …. Ce n'est pas bien grave, je m'en contenterai.

Visiblement, elle ne supporte plus le vin. Peut-être était-ce du à ma succion vampirique, vu que l'alcool passe par le sang, ici, il voyage forcement moins bien. La discussion semble bien engagée, la gêne ne l'a pas gagné ? C'était étonnant de sa part. Cependant, son «Ho» de surprise vint me donner un fou rire presque immédiat Je tente de l'étouffer en mettant ma main devant la bouche. J’écoute toujours d'une oreille attentive et j'entends ma pauvre Aurore s'embarquer dans des explications balbutiantes ce qui nourrissent d'autant plus mon rire. Cette jeune femme me ressemblait tellement. Comme quoi, la race n'était qu'une étiquette, un vampire et une humaine peuvent très bien se ressembler et s'aimer, nous étions des preuves vivantes, enfin pour elle.

Je parviens à me calmer tandis qu'elle s'apprête à remonter alors que j'entendais un autre client arriver. Je rentre dans la chambre aussi vite que possible en gardant les même pas pour pas me faire repérer, parce que sinon, c'était le savon assuré. Je regrette à ce moment de ne pas avoir les même pouvoirs qu'aria, disparaître sans un bruit malgré sa taille et son poids.

Je rejoins la chambre in extrémis puis je vais sur le rebord de la fenêtre pour faire semblant de regarder dehors. Elle rentre dans la pièce et m'observe, pendant un instant, j'ai cru que je m'étais fait repérer mais ces paroles me disaient l'inverse, elle admet qu'elle était tête en l'air … Je lui souris mais ne dit mot.

Elle laisse tomber son drap et fini par se glisser dans le lit. Son corps était attirant, je pus me rincer l'oeil quelques secondes avant de voir ses courbes se voiler par un autre drap banc. Elle m'observe toujours et elle finit par me dire que je ne pouvais pas empirer la situation. J'étais sûr de l'inverse, je fini par rire doucement. Elle ne me connaissait pas, en ce qui concerne la poisse, je peux toujours empirer la situation, même si elle avait déjà atteint son paroxysme … Ce n'était pas un talent, mais plutôt un don, comme celui d'Aurore. Je me demande d'ailleurs si ca n'a pas une source magique qui produit ça. Le temps passant, le doute s’accroît.

Je ferme la fenêtre puis les volets pour plonger la pièce dans le noir. J'enlève mon sous-vêtement qui n'a était que mon seul habit pour cette soirée puis je me glisse à mon tour sous les draps pour la rejoindre. Je passe délicatement mes bras autour d'elle et la rapproche puis je lui susurre à l'oreille.    
 
«-C'est comme ça que je t'aime … Ma douce.»

C'était la première fois que je l'appelais autrement que par son prénom. Une envie passagère, sans doute, mais est-ce que ça allait passer ? Je n'étais pas du genre à donné des sobriquets à tout va, mais cette fois-ci, c'était mon désir de l'appeler ainsi.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   Mar 25 Juin 2013 - 0:13



Adrän va fermer les volets puis le noir devient complet, la jeune femme s’installa convenablement dans un coin du lit. Le vampire venait de la rejoindre passant derrière elle, se glissant confortablement contre lui, Aurore ne put s’empêcher de soupirer de bien-être et de sourire aux mots doux de son vampire. Elle ne lui répondit pas de-suite, câlinant ses mains autours d’elle, tout en frissonnant au contact de sa peau froide contre sa peau brulante. Cette fois-ci la nuit venait de lui permettre de tourner la page de ce cycle de souffrance, préférant garder les bons moments en mémoire et uniquement les choses positives. Elle finit par répondre d’une voix particulière douce :

- « Je t’aime aussi mon vampire. »

Fermant les yeux et s’installant le plus proche de lui possible, Aurore ne tarda plus à sombrer dans un sommeil profond. Cela faisait un cycle qu’elle n’avait pas dormis et cette première nuit de sommeil allait lui être particulièrement bénéfique. Durant son sommeil elle maintenait fermement les mains du vampire voulant s’assurer de sa présence et du faite qu’il ne partirait pas. Son sommeil fut légèrement agité par moment, ses lèvres s’entrouvraient de temps en temps pour laisser échapper des « hums » inquiets et angoissés. Cette absence l’avait profondément marqué et malgré sa volonté d’oublier, elle continuait à hanter les rêves d’un sommeil qu’elle venait enfin de retrouver.

Rp terminé

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un vampire qui n'a rien à cacher. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La couverture d'un livre peut être jolie mais l'interieur peut souvent cacher une surprise....
» Fiction , qui na rien a avoir avec Vampire Knight.
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» UN RESPONSABLE EST VENU SE CACHER A ORLANDO
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Oryenna - Contrée des Humains :: • Cité de l'aurore • :: Quartier commerçant-