Partagez | 
 

 Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 0:21

Plusieurs jours se sont écoulés depuis notre départ de la Cité de l'Aurore. Un départ des plus fracassants, nous avons laissé l'auberge de l'ami d'Aurore dans un sacré état. Il sera difficile d'y revenir à présent , mais pas impossible, devenir vampire ne veut pas forcement dire ne plus pouvoir se déplacer ailleurs. Mais notre projet de domicile va chambouler pas mal de chose de ma vie et mes habitudes. Fini les aventures à l'autre bout d'Ephaelya, les rencontres, les mésaventures … Cependant, j'ai beau être quelqu'un de nostalgique, je ne vais pas regretter cette ancienne vie devant celle qui se présente devant, je ne pouvais pas espérer mieux, grâce à elle.

Màvreah, notre prochain lieu de vie n'est plus très loin. La forêt commence à changer en quelque chose de plus sinistre, de plus sombre. Nous arrivons à destination, mais nous devons passer par le cimetière des endormis et je dois dire que je n'étais pas fan de ce genre d'endroit glauque. Enfin, c'était le chemin le plus court pour aller à la Cité d'Ambroisie pour faire notre demande de domaine. Je connaissais déjà les détails pour posséder un terrain, et notre pécule en or était suffisant pour avoir une simple maison.

Une brume commence à tomber à l'endroit où nous sommes, et des pierres tombales commencent à surgir à l'horizon. Nous poursuivons le chemin, mais je garde un œil sur Aurore qui était proche de moi, un vampire pourrait la sentir et l'attaquer à vu. Je reste attentif à tout mouvement, mais dans cette purée de pois, je ne voyais guère à un mètre de moi, je n'ose pas imaginer Aurore qui, de surcroît, ne pouvait pas voir dans le noir.

Je m'arrête quelques instant avant de me retourner vers elle.

«-Restons proche, Aurore …Cet endroit … N'est pas comme d'habitude.»

Je ne saurais l'expliquer, mais je me sentais épier, pas moyen de le savoir. Quelque chose dans l'air plane, mais je ne saurais dire quoi. Le peu de fois où je suis passé par ici, le cimetière n'était pas comme ça. Je reste tout de même perplexe face à mon ressentie, peut-être est-ce mon imagination qui me joue des tours ?

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 3:02



«Chacun a toujours, au plus profond de lui-même,
un désir secret,un désir plus fort que tout, un désir fou...»

Rencontres du troisième type


Il était temps de partir de tout abandonner, le temps était aux choix, et chaque décision est une difficulté. La vie est ainsi faite, vivre ou mourir, amour ou amitié, partir ou rester tant de questions qui restent en suspens jusqu’à ce qu’un acte, un événement ou une personne viennent tout bousculer. Les choses auraient pu se passer autrement c’est vrai, les deux amoureux auraient pu se laisser davantage de réflexions sur leurs avenirs, Aurore aurait peut-être du vraiment réfléchir à ce que représentait une transformation mais vous savez ce qu’on dit, le cœur a ses raisons que la raison ignore.  Naturellement, Aurore avait suivis Adrän silencieusement, restant dans ses pas, évitant le sujet de l’auberge et des sentiments qu’ils la parcouraient. Bien qu’Aurore devrait être heureuse de vivre avec la personne dont son cœur était follement amoureux, son esprit lui souffrait en silence de l’abandon de sa contrée, de sa cité, de ses habitudes et s’était une guerre froide qu’il se livrait en elle.

Après plusieurs journées enfermées –afin de dormir- dans des cavernes sombres, les deux compères finirent par arriver à la frontière de Màvreah. L’ambiance était glaciale et même les arbres avaient changés de revêtements, Aurore n’y voyait rien, strictement rien même, une épaisse brume accompagnée la noirceur de la nuit et les yeux de l’humaine ne lui permettait pas de voir la nuit. Attrapant la main du sang-froid, elle le colla afin de ne pas se perdre -surtout de ne pas le perdre lui en fait-. L’ambiance autour d’eux était pesante, particulièrement lourde et lui procurait des frissons sur tout le corps… Toujours silencieuse, Aurore hocha la tête à la réflexion d’Adrän, il était évident qu’elle ne voulait pas le lâcher, il faudrait être fou pour abandonner la seule personne qui lui permet de ne pas se perdre et de survivre dans un milieu hostile.

Comme à son habitude et avec sa maladresse légendaire –quoi ? Vous n’êtes pas habitué encore ?!- , la main du sang-froid lui échappa et trébuchant dans une pierre inconnue elle se retrouva face contre sol, en ouvrant les yeux elle put observer un crane l’observant, brusquement elle se recroquevilla reculant pour heurter une nouvelle pierre, relevant les yeux.. Elle put libre le nom d’une personne ainsi que la date de naissance et de mort, cette fois elle ne put s’empêcher de hurler, avant de se relever secouant par reflexe ses vêtements en appelant Adrän –avec qui elle avait perdu tout contact-, soupirant bruyamment cherchant à reprendre ses esprits et surtout à se calmer Aurore finit par regagner le silence…

- * Un cimetière, il m’a ramené dans un cimetière ?! Message subliminal ou ?!*

Tournant sur elle-même, la jeune femme cherchait à retrouver la silhouette de son amant, malheureusement pour elle sa vision n’était pas des plus performantes en pleine nuit, elle pesta intérieure. Son cœur battait la chamade suite à sa frayeur et elle avait cette étrange impression qu’on l’observait, les coassements des corbeaux, le bruit du vent sur les feuilles des arbres n’arrangeait rien, rendant l’atmosphère encore plus lugubre. D’une voix vibrante de panique elle finit par prendre la parole, forçant un peu sur son intensité :

- «  Adrän… Adrän…. Je vois rien, tu es ou ?! Ce n’est pas drôle vraiment…. »

Pensant apercevoir le vampire un peu plus loin, c’est les bras en avant –en guise de canne pour aveugle- qu’elle s’avança prudemment, faisant petit pas par petit pas.  Pour se donner du courage, la jeune femme fredonnait une berceuse que sa mère lui chantait quand elle était plus jeune, arrivant enfin face à la silhouette qui lui semblait étrangement petite contrairement à l’habitude, était-il à genoux ? Avait-il chuté ?

- «  Adrän… Ça va ? Tu t’es blessé ? …. Pourquoi tu ne me réponds pas ? Tu me fais peur là… Ce n’est vraiment pas drôle ! »

S’approchant légèrement inquiète, Aurore tenta de déposer sa main sur ce qui semblait être l’épaule de son sang-froid… Mais aussitôt l’ombre disparut, ce qui arracha un nouveau hurlement chez la jeune femme, qui cette fois-ci sombrait dans la panique.

- * Je préférerais mille fois me faire dévorer par un vampire plutôt que de revoir cette chose !!! Mais s’était quoi ?! *  «  Adrän !!!!!!!!! »

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 4:05

Je me rends compte qu'Aria avait littéralement disparu depuis que nous étions entrés dans le brouillard épais. Je ne m’inquiète pas pour elle, elle savait se débrouiller seule, le plus bel exemple est quand nous avons été enlevés et que nous sommes restés sur Omerïe pendant un sacré bout de temps.

Aurore me prit la main, ce qui me faisait sourire. Je serre sa main dans ma paume pour que nous restions en contact permanent jusqu'à ce qu'elle la lâche, sans doute par mégarde, je n'eus le temps de me retourner qu'avec un pas de plus, je trébuche également contre une pierre et tombe lourdement sur le sol, en n'oubliant pas de me fracasser salement le crâne contre une pierre tombale.

Je n'étais pas inconscient, non, mais pas mal sonner à cause du choc qui était tout sauf léger. Le temps que je récapitule ma vie dans les moindres détails, il s'est écoulé plusieurs minutes. Je me relève lentement en me tenant la tête, je devais avoir une sacré bosse maintenant. Je pris le temps de lire la sépulture sur laquelle j'ai perdu plusieurs neurones.

«-Il doit avoir la paix, lui au moins.»

Dis-je en murmurant alors que je me frotte le cuir chevelu, je ne pestais pas, bien que j'aurais eu des raisons pour le faire. Bref, plus une minute à perdre, je dois retrouver Aurore dans cette brume. Calmement, je tente de reprendre mes repère dans l'espace jusqu'à ce que j'entends un cri d'effroi, mon prénom a été hurlé, et par la seule personne qui me connaissait ici.

«-Aurore !»

Hurlais-je à mon tour, je me mets à courir dans la direction où j'avais entendu le cri. Une silhouette se dessine au loin, fine et élancée. Je souris, soulagé de l'avoir retrouvé en si peu de temps malgré ma poisse qui me colle à la peau. Elle était de dos, je m'arrête et pose ma main sur son épaule jusqu'à ce qu'un cri perçant émane de ce corps. Deux ailes noires se déploient brusquement de son dos. Je reste abasourdi devant se métamorphose, tellement que je ne la vois pas se retourner et me donner un coup de griffe sur mon bras. La douleur me fit revenir sur Ephaelya, je la regarde de nouveau.

«-Une Harpie.»

Dis-je cette fois-ci sans surprise en me tenant le bras qui a été victime de l'attaque, mais une seconde est portée jusqu'à moi mais que j'esquive aisément malgré ma blessure. Visiblement, elle m'en voulait et elle voulait en découdre, soit, je libère mon arme de son fourreau, prêt à me battre. J'allais devoir laisser Aurore encore une peu dans cette brume, en espérant qu'elle ne fasse pas une mauvaise rencontre comme moi.

«-Aurore ! Enfuie-toi !»

Lui criais-je dans une direction quelconque. Dans cette situation, j'aurais du mal à distinguer Aurore et cette Harpie, bien évidement, en plein jour, je le pourrais, mais là, les situation ne sont pas idéales, loin de là.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 18:13



"L'être humain est armé contre beaucoup de choses mais pas contre la solitude."
Desperate Housewives


Alors que la jeune femme tournait sur elle, posant son regard sur les différentes ombres qui semblaient l’entourer, la regarder, l’épier. La panique s’introduisait en elle avec une facilité déconcertante et le voyage paradisiaque qu’elle s’imaginait avec son tendre n’avait plus rien du paradis, bien au contraire. Le sinistre du lieu, le bruit de l’environnement tout est fait pour insérer la folie dans les esprits des voyageurs, elle en était certaine et d’ailleurs elle y sombrait sans aucune résistance. Alors que la jeune femme cherchait une explication rationnel à ce qu’elle venait de vivre avec l’ombre, la voix de son sang-froid raisonna au loin, elle se tourna dans la direction que ses sens semblait lui indiquer. C’est à ce moment qu’une voix à peine audible se fut entendre, comme un sifflement : «  Vous ne devriez pas y aller madame… Non, Non, Non. ». Sursautant, l’humaine retourna encore sur elle-même, battant des bras autours d’elle afin de trouver l’émetteur du son, mais rien juste un petit rire d’enfant que le vent semblait faire naître en raisonnant sur les tombes.

- «  Ma vieille… Tu commences à perdre la tête il faut te ressaisir. » se murmura-t-elle. 


Finissant par se mettre à quatre pattes, jugeant cette méthode d’avancement moins dangereuses, elle poursuit dans la direction de son amoureux –enfin de ce qu’elle pensait être la bonne direction-. Se cognant dans différente pierre, manquant de se blesser à plusieurs reprises, elle finit par se relever à l’aide d’un bâton trouvé pendant son parcourt du combattant.  Avançant cette fois-ci comme une véritable personne aveugle –ce qui au fond n’était pas forcement faux, au vu de la situation-, Aurore finit par entendre une nouvelle fois la voix de son bien aimé mais cette fois-ci au vu de la nouvelle qu’elle lui annonçait la jeune femme aurait pu s’en passer. En effet cette sonorité qu’elle aimait tant lui ordonner de courir de prendre la fuite pour x raisons… Super, comme-ci s’était dans ses habitudes de l’abandonner, alors qu’elle allait se précipiter vers la direction, elle fut stoppé par le même sifflement/parole :  «  C’est dangereux une harpie… Je n’ai pas eu le temps de lui dire. Vous devriez rester là, oui, oui oui… »

 Était-ce encore une hallucination ? Tombait-elle réellement dans la folie ? Ou une personne était vraiment présente autour d’elle ? Elle n’eut pas le temps de demander que cette fois-ci, une petite créature apparut devant elle, une forme humaine, de taille inférieure à la sienne elle recula de plusieurs pas avant de porter ses mains à sa bouches pour faire taire le hurlement qui s’était échapper de ses lèvres, elle recula avant de chuter une nouvelle fois, passant au-dessus d’une pierre tombale. La jeune femme resta sonnée un petit moment sur le sol, avant d’ouvrir doucement les yeux pour avoir face à elle un visage transparent d’enfant.


-«  Madame, pourquoi vous avez peur de moi ? Je ne suis pas si moche que ça !  Pourquoi vous ne m’écoutait pas ? Votre amis la bas il est avec une harpie il ne faut pas y aller, c’est dangereux une harpie, oui oui oui. » 


Aurore resta sur le sol froid du cimetière, sentant l’humidité qui recouvrait la terre imprégner ses membres, son cœur battait de plus en plus vite, sa respiration s’accéléraient aussi et même la peur était visible sur son visage, sa pâleur était accentué par le stress… Mais visiblement sa rencontre à elle était beaucoup moins désagréable que celle du vampire, elle soupira avant de porter ses bras autour de ses jambes, se laissant en boule contre une pierre sans nom.


-«  Si vous voulez l’aider il faut faire vite, oui oui oui… C’est dangereux une harpie, oh oui oh oui oh oui. Moi je n’aime pas les créatures là alors je me cache ici en attendant mes parents. » 

Pétrifié, Aurore était incapable de bouger, ses membres étaient engourdis par la peur, ses dents commençaient à claquer et son corps n’avait plus la force de lutter contre la froideur l’entourant, ses lèvres commencèrent à bleuir et ses yeux ne reflétaient que son état de choc. Elle en avait vu des monstres, des créatures, elle avait pu ressentir autant d’émotion atroce et contradictoire venant des autres… Mais voir des morts revenir à la vie, ou errer –tout dépend encore une fois du point de vue- ça ce n’était pas acceptable pour son esprit si terre à terre. Mais l’idée qu’Adrän pouvait être en danger accentua la crise. Aurore attrapa un morceau de la tombe – cassé pour x raisons-, regarda s’il était suffisamment coupant pour pouvoir perforer la chair, ce qui était visiblement le cas. L’enfant la regarda avec des yeux inquiets, précisant qu’il ne fallait pas qu’elle se blesse, que beaucoup de créature de la nuit vivait ici et que l’odeur du sang d’une humaine allait les attirés et en priorité la harpie. Mais vous vous doutez qu’il était déjà trop tard, qu’il n’avait pas eu le temps de terminer sa phrase que le sang d’Aurore recouvrait déjà en grande quantité le sol humide du cimetière, cette fois-ci elle  y avait peut-être été un peu fort sur l’entaille de son poignet, mais il était trop tard pour regretter… 


Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 20:02

La réaction de la Harpie ne se fait attendre, une fois mon arme dans la main, elle prend son envole dans un cri strident. Je n'eus le temps de lui porter un coup qu'elle était déjà en l'air et d'un battement d'aile, la créature se morfond littéralement dans le brouillard. J'étais à la limite de la cécité avec tout ses handicaps, mais ça ne devait pas gêner le monstre qui s'amuse à tourner autour de moi en hurlant. Je tourne sur moi même en espérant parr sa prochaine attaque, elle devait vraiment m'en vouloir. Je n'en attendais pas moins d'une Harpie, j'en avais déjà combattu une, lors d'une arène, et se fut ardu.

Ai-je perdu des réflexes pendant tout ce temps ? J'avoue avoir été négligent avec mon entraînement quotidien, je voulais être au plus près d'Aurore avec ce qu'il s'est passé aux Landes éternelles et à Omerïe. Mais cela va sans doute me porter préjudice. Les cris s'estompent brusquement, me signalant que la prochaine attaque sera imminente et furtive. Je serre le poing et grince des dents, j'espère qu'Aurore allait bien, mais je devais me charger de cette harpie avant de la rejoindre.

Je me mets en garde en écoutant les alentours essayant d'entendre une battement d'aile qui m’aiguillerait sur la direction de son attaque, rien n'y fait, je me prends un coup de griffe dans le dos. Déchirant mes vêtements et ma peau, je devais être dans un sacré état maintenant, le temps que je me retourne pour lui faire payer qu'elle avait déjà de nouveau disparu dans la brume. Elle se joue de moi, et ça ne me plaît pas des masses. Je retiens pour moi un juron que je voulais pousser envers cette créature.

Elle recommence son manège en me tournant autour et à m'attaquer lorsque j'ai le dos à vu. Mes cotes aussi ont eu le droit à leurs écorchures. J'entre progressivement dans une rage folle, je perdais mon temps ici, essayant d'esquiver cette abomination sans que je puisse y faire quelque chose, Aurore avait besoin de moi.

Alors que l'Harpie m'agace avec ses aller-retour, je renifle une étrange odeur qui plane silencieusement au dessus de moi, une fragrance que je connais bien et qui a le don de me rebuter comme me faire frémir de plaisir. Obsédé par l'odeur, je ne fis pas attention à mon adversaire qui en profite de m'attaquer de front, ses griffes viennent se planter dans ma cage thoracique, la douleur me fit lâcher mon arme qui tombe sur le sol. Par réflexe, j'attrape sa main pour éviter qu'elle aille plus loin, je la regarde droit dans les yeux et lui dit avec un sourire plutôt malsain.

«-Tu ne m'auras pas ce soir …. Saloperie !»

Cette fois, ma colère avait explosé, sortant un juron bien placé et justifié. Je serre sa main et la tort d'un coup sec, les os qui se brisent se font entendre, mais pas que, les hurlements de douleur de la Harpie devait résonner jusqu'à la cité d'ambroisie.

Mon adrénaline redescend progressivement, et la Harpie parvient à se libérer en m'y forçant à le faire. De nouveau, elle s'envole dans le brouillard pour ne pas changer, sauf que les cris horripilant s'accentuent. Je me maintiens à présent le buste qui n'est plus étanche. Cependant, je n'étais pas inquiet pour moi, mais pour Aurore, je pouvais sentir son sang d'ici, ce qui est un bon moyen pour la retrouver, mais l'a-t-elle fait exprès ou est-ce qu'autre chose était dans ce cimetière ?

Plus de temps à perdre, je devais tuer cette Harpie coûte que coûte. Malheureusement, mon arme avait disparu dans la dernière mêlée. Il ne me restait plus qu'un solution.

«-Ôh grand dieu, apporte nous ton aide, guide notre destin.»

Une arme se matérialise dans ma main, une double lame en acier noir. Je souris en la voyant, Morwën a toujours été avec moi, comme Aurore d'ailleurs. Mon sourire s'estompe à présent, il était temps d'en finir. Je prends une pose offensive, les cris plaintifs de l'Harpie ne diminuent pas, je me mets à courir à travers le brouillard pour retrouver cette créature, à l'écoute, elle devait voler à basse altitude. Je l'ai enfin en visuel, elle ne devait pas s'attendre à me voir après ce qu'elle m'avait fait.

Je bondis une fois à porter et découpe une aile sans ménage. Elle s'écrase sur le sol une fois qu'elle n'avait plus l’aptitude pour pouvoir stagner dans les airs. Je m'approche d'elle tandis qu'elle reculait pour avoir la vie sauve, mais je ne pouvait pas la lui laisser. Je plante ma lame noircie dans son corps en visant le cœur.

Je devais reconnaître qu'elle était coriace la bougresse. Mais je ne devais pas attendre davantage, je prends la direction que m'indique l'odeur du sang et une fois devant elle, je me bouche le nez pour éviter d'être submergé par mes pulsions.

«-Tout va bien ?»

Lui dis-je alors que mes vêtements sont en lambeaux, et cette fois-ci, impossible de rattraper le coup.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Sam 6 Juil 2013 - 23:21



« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n'est pas la vôtre.  »
Steve Jobs


Aurore observait sa main ensanglanté qui déversait par grosse goute son nectar vital sur le sol humide du cimetière, elle plaça sa seconde main sur la plaie pour faire pression. Observant l’enfant semi-transparent dans les yeux, la jeune femme comprit qu’elle y avait été un peu trop fort, qu’elle avait sous-estimé la blessure qu’elle pouvait faire avec le morceau de la pierre. La jeune femme retira sa main afin de contempler l’étendue des dégâts, une ouverture profonde, large, qu’avait-elle bien pu toucher pour saigner autant ? Les yeux dans le vague, encore en état de choc l’humaine n’entendait plus rien autour d’elle, ni les corbeaux, ni le vent, ni les paroles prononcé par l’enfant qui pourtant bougeait les lèvres. Les gouttes rougeâtres continuaient à dévaler le long de sa main, l’odeur qui s’en dégageait devait être de plus en plus importante. Aurore prenait enfin conscience de son acte, du lieu où elle se trouvait et des conséquences que cela pouvait engendrer, et si un vampire la prenait en chasse, si elle terminait sa vie dans cet endroit lugubre ? Quoi que, le lieu pourrait-être bien choisi, il n’y aurait plus cas creuser un trou à côté de son cadavre et hop elle serait enterré et au bon endroit en plus.  

Les lèvres bleutées, le visage plus pâle qu’à son habitude sa positive attitude avait bien disparue, mais que pouvait-elle faire ? Il fallait se rendre à l’évidence elle était seule avec un truc ressemblant à un fantôme –ou avec le fruit de son imagination- discutant à voix haute avec elle-même, persuadé que la mort n’allait plus tarder à venir la voir, que ce soit dans d’atroce souffrance ou dans un doux sommeil.  Le gamin lui ? Il s’installa à côté d’elle, lui racontant –sans comprendre qu’elle n’écoutait pas- sa superbe vie, qu’il était heureux que ses parents allaient revenir le chercher et que cela faisait un long moment déjà qu’il attendait ici. Avait-il conscience au moins qu’il était mort, que la vie l’avait quitté et qu’il était temps pour lui de partir du monde des vivants ? Avait-il conscience que la jeune femme à côté de lui n’en avait strictement rien à faire, qu’elle sombrait dans la folie, qu’elle était persuadé que le vampire avait agi volontairement, qu’Adrän l’avait ramené ici pour nourrir ses congénères. La jeune femme voyait dans le cimetière un message subliminal, la fin de la vie voir peut-être le début d’une autre.  

Un cri strident la fit sortir de ses pensées, elle releva la tête, appuyant toujours plus fort sur la blessure qu’elle s’était elle-même infligé. Cette fois elle en était certaine, Adrän allait la tuer, au sens propre comme au sens figuré, comment allait-il pouvoir résister à autant de sang, comment les autres vampires allaient-il pouvoir ne pas sentir cette nourriture si douce à leurs narines… Impossible, elle allait payer très cher son geste impulsif. Justement, ses yeux se déposèrent sur son sang-froid qui se dressait enfin devant elle, les vêtements en lambeau, le corps en charpie, tiens lui aussi il avait fait mumuse avec son enveloppe charnelle ? Alors qu’elle fixait ses lèvres, elle n’entendit rien, sa vision était particulièrement trouble, son cœur battait de plus en plus vite pour combler la perte de sang.  Que pouvait-elle lui dire ? Tiens te voilà, je pensais à toi alors pour te faciliter les choses je me suis ouverte le poignet c’est sympa hein ? Maintenant tu es là et j’ai un peu trop forcé alors on fait quoi ?… Non il fallait se rendre à l’évidence elle n’avait aucune véritable excuse pour son geste complètement inconscient. Elle tenta de donner une explication mais aucun son ne sortit de ses lèvres, son état de choc était encore bien présent et pas moyen de sortir une phrase compréhensible. Elle déposa son regard sur l’endroit où était le gamin, mais il n’y avait plus rien, ce qui lui confirma qu’elle avait vraiment sombré dans la folie. Elle finit par laisser sortir de ses lèvres un rire nerveux, vraiment désagréable.


Retirant sa main de sa blessure, elle dévoila ainsi l’étendue des dégâts –qui il fallait l’admettre était relativement grand-, un magnifique trou de 2 cm de profondeur – au moins-, et plusieurs centimètre de largeur, vraiment elle ne s’était pas loupé et le hurlement qui avait accompagné l’acte n’avait pas été simulé. Malheureusement pour Adrän, il n’allait pas vraiment avoir le temps de réagir puisque c’est le moment que le petit être transparent choisit pour réapparaitre juste entre le couple. Sous la surprise, Aurore relâcha un hurlement avant d’enfouir sa tête dans ses mains, se tartinant le visage en même temps de son coloris rouge. Entrouvrant les doigts pour laisser un œil observer la situation elle remarqua enfin la lame étrange que le vampire avait avec lui, mais celle-ci disparut sous les yeux de l’humaine qui ne put retenir un « hiiiii » avant de refermer ses doigts afin de ne plus rien voir. Deux trois larmes vinrent laisser une trace sur son visage de porcelaine –retirant le sang sur leurs passages-

- «  Votre amie monsieur elle est pas folle. Mais je ne sais pas pourquoi elle ne m’aime pas !  Je ne sais plus mon nom, est-ce que vous le connaissez ? Vous n’auriez pas vu mes parents ? Vous devriez trouver des vêtements la harpie à bien abimé les vôtres… Vous êtes un vampire vous aussi ? Vous venez manger l’humaine ou c’est vraiment votre amie ? Même si elle ne m’aime pas moi je l’aime bien oui oui oui… Même si je ne sais pas pourquoi elle s’est tranchée le poignet… Elle a bien hurlé, vous croyez qu’elle a eu mal ? Pourquoi elle a fait ça monsieur ?  »

Comme tout  jeune enfant, il parlait encore et encore sans jamais s’arrêter, sans même se rendre compte de l’étrangeté de la situation. Alors qu’à chacune de ses phrases Aurore semblait s’enfoncer davantage dans son mutisme, le fantôme lui poursuivait la discussion avec le vampire visiblement bien décidé à avoir des réponses. L’unique chose que la jeune femme avait envie de hurler était un « mais ferme là débris fantomatique vas dans ta tombe et fou moi la paix » mais vous savez l’état de choc l’empêchait de véritablement réagir et finalement s’était peut-être mieux comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Dim 7 Juil 2013 - 1:16

Comme je le pensais, le cimetière n'était pas comme d'habitude. Il était menaçant et effrayant, plus que d'habitude. Lorsque j'arrive près d'Aurore, je pouvais remarquer la pâleur sur son visage et son air terrifié, comme si elle venait de voir un fantôme. Les flaques de sang au sol et sur une des pierre m'indiquent qu'elle s'est vraiment blessé, mais personne n'avait commis de forfait, je soupire de soulagement. Je pense qu'elle s'était coupée en se relevant.

Aurore voulait parlé, mais rien ne sorti de sa bouche, complètement embêtée. Je la regarde, surpris en me demandant ce que me valait ce mutisme inconsidéré. Un simple rire névrosé se fit alors entendre, perplexe j’arque un de mes sourcils en me demandant ce qu'il s'était passé par ici. Elle me montra alors son poignet salement amoché, j'eus un petit geste de dégoût en le voyant avant de soupirer lentement.

«-Aurore ...»

Je dois dire qu'elle ne s'était pas ratée la pauvre, sa maladresse risque de devenir légendaire. J'imagine déjà des contes et des chansons à son effigie. Alors que je m'approche toujours en me bouchant le nez, un être fantomatique apparaît entre moi et elle. Je réagis au quart de tour en laissant échapper un « Waouh ! » de surprise puis je recule immédiatement de quelques pas. Un fantôme ? C'était bien la première fois que j'en voyais un, et c'était l'endroit rêver pour en voir un

J'étais à la fois étonné et fasciné de cette apparition tandis qu'Aurore semblait au contraire, horrifié par celui-ci. Bah, j'avais déjà vu pire comme « monstre» et celui là ne semble pas hostile, mais clairement horripilant. L'enfant d’ectoplasme se mit alors à me poser des questions diverses, mais je n'écoutais pas, ou du moins qu'à moitié. Une seule chose vint résonner dans mon esprit, «Je ne sais pas pourquoi elle s'est tranchée le poignet.»

Je passe ma tête sur le coté pour apercevoir Aurore enfouie dans ses mains. Elle avait de la chance, car je devais être aussi effrayant que le fantôme. Elle avait fait exprès de s'être charcutée le poignet, mais qu'est-ce qui s'est passé dans sa tête pour avoir eu une idée pareille ? Elle n'en loupe pas une, vraiment. Ça serait mentir de dire que je n'étais pas en colère contre elle, Aurore était du genre à agir sans réfléchir aux conséquences. Enfin, maintenant que le mal est fait, je montre ma paume à l'enfant pour qu'il arrête de parler puis lui dis sans le regarder.

«-Deux secondes ...»

Je m'approche d'Aurore qui avait toujours les mains sur son visage, puis je prends délicatement son bras qui était blessé. Je soupire en voyant de plus près la blessure. Je tente tant bien que mal à résister à mes pulsions. Je déchire un morceau de tissu sur ce qui me reste comme vêtement puis lui fait un bandage de fortune pour que le saignement cesse. Nous allons aussi devoir trouver un point d'eau pour nettoyer tout ça, pour éviter d'attirer des vampires … Moi le premier.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Dim 7 Juil 2013 - 2:29



« La vie est faite de tentation, à toi de choisir les bonnes...
Mais ne dit-on pas que la meilleur façon de résister et d'y céder ?  »



Les mains sur son visage Aurore ne voyait rien de ce qui se passait autour d’elle, perdue dans ses pensées les plus sombres. Son poignet lui, n’avait pas l’air de vouloir stopper l’hémorragie qui fragilisait l’être déjà faible qu’elle était, les blablas du gamin ne rendant qu’un bourdonnement insupportable à ses oreilles. Oh oui à ce moment si elle aurait eu une arme en main elle l’aurait égorgé enfant ou pas enfant, mort ou pas mort, pour elle il était grand temps qu’il retrouve sa paix ou plutôt son silence éternel. Recroquevillé sur elle-même, se sentant seule malgré la présence d’Adrän, l’humaine avait une réel impression de partir. Son corps lâchait dans son organisme autant d’endorphine que possible (–morphine naturel du corps humain-), afin de soulager sa douleur physique, mais rien n’y faisait son état de choc était impressionnant. La jeune femme avait été très loin dans les pensées négative, persuadé que le vampire avait agi volontairement, l’avait testé ou même pire l’avait amené ici pour qu’elle comprenne ce qui l’attendait dans sa vie de sang-froid, la mort. Face à tant de confrontation devant ce que personne n’aime, ses nerfs avaient fini par lâcher dû certainement à l’accumulation de tout, du passage d’Omërie à l’abandon d’Adrän, la totalité des sentiments négatifs qu’elle avait refoulés jusque-là lui revenaient en pleine figure. Ce qui rendait la douleur psychologique finalement plus douloureuse que celle physique. Cependant une chose était bien réelle, la perte d’autant de sang allait poser un véritable problème, tout comme le mutisme dans lequel la jeune femme s’était enfermée.

Alors que tout son être tremblé, que ses dents claquaient –plus d’angoisse que de peur-, elle sentit la peau froide du vampire se déposait sur elle, il tira son bras et banda son poignet à l’aide d’un bandage de fortune, réalisé à l’aide de ses restes de vêtements. Aucun mot ne sortirent des lèvres de l’humaine qui se contentait de regarder avec une pointe d’inquiétude, l’enfant continuait à parler sans s’arrêter provoquant un bourdonnement dans l’esprit d’Aurore qui avait l’impression que sa tête allait exploser. Alors qu’Adrän était proche et comprimait au maximum la plaie, la jeune femme le voyait étrangement flou et ne ressentait qu’à peine chacun de ses actes sur sa peau. Quand il eut fini elle se redressa en s’appuyant sur la tombe, le regardant avec insistance. Aurore mourrait d’envie de lui faire un million de reproche, de lui faire part de ce que son esprit fourbe la forçait à s’imaginer, mais rien ne sortit, absolument rien, juste du silence. Ses yeux le détaillèrent –enfin essayèrent- et c’est là que son état physique à lui, attira une nouvelle fois l’attention de la jeune, qu’est-ce qu’il avait bien pu faire pour être dans un état pareil. C’est donc sans parole qu’elle déposa ses mains, une à une sur le corps du vampire afin d’inspecter les différentes plaies à l’aide du toucher, il n’y avait pas à dire il était sacrément amoché lui aussi… Et son inquiétude pour lui, lui fit immédiatement oublier ses doutes –et par la même occasion l’enfant qui commençait à pester de colère face à l’ignorance du couple-, Aurore finit par effleurer la joue d’Adrän de sa main non blessé –mais recouverte de sang, tout comme le reste de son visage-. L’humaine n’était pas stupide et au vu du bandage qui était déjà imbibé à son maximum du nectar elle savait que la difficulté ne faisait que commencer. Elle aurait voulu que ces échanges visuels suffisent à le lui faire comprendre, elle était incapable de prendre la parole, de sortir une phrase cohérente –ou peut-être avait-elle simplement peur de dire des choses qu’elle regretterait- . La jeune femme se glissa alors dans les bras du vampire, fermant les yeux, elle inspira plusieurs fois, comme pour s’imprégner de son odeur de cette sensation.

Alors que tout semblait enfin calme, que même le gamin avait fini par se taire –trop occupé à observer le couple improbable qui se dressait devant lui-, le vent se leva se remettant à siffler dans les feuillages, ré-accompagnant à merveille le coassement atroce des corbeaux. L’humaine se crispa une nouvelle fois, serrant avec le peu de force qui lui restait le corps du vampire. Malgré la situation, Aurore n’en oubliait pas le garçon et peu à peu et grâce à la présence du vampire elle retrouvait la raison, il fallait lui dire, lui expliquer et surtout rapidement… Puisque son corps n’a pas une réserve de sang illimité. Oui, mais comment ? Relevant la tête vers Adrän qui semblait toujours en colère contre elle, la jeune femme cherchait une solution. Vu la tête de son vampire, il ne résisterait certainement plus beaucoup de temps à faire d’elle sa proie, une question vint alors chasser la raison d’Aurore, qui se demanda depuis combien de temps le vampire n’avait pas mangé… Depuis leurs départ de la cité, elle ne l’avait pas vu se nourrir, elle recula alors brusquement sortant de ses bras. Non pas qu’elle avait peur de lui, elle lui avait déjà offert son sang plus d’une fois, non s’était plus complexe que ça. Aurore venait de se souvenir d’une phrase qu’il lui avait dit en lui expliquant qu’il s’alimentait régulièrement pour ne pas que la « bête » prenne le contrôle et en repensant à ça, la jeune femme avait l’impression d’être un petit lapin face à un chasseur redoutable. C’est le moment qu’elle choisit pour retrouver l’usage de la parole, certes de manière toujours confuse, mais au moins elle retrouvait sa voix :

- «  Je heu.. Je… pense… Enfin… Le gamin… Faut pas le laisser là tout seul… »

Ses yeux rosés ne quittèrent pas son partenaire du regard, tous ses sens étaient en alerte, tous sauf son don qui comme à chaque fois que son physique était faible s’évaporait dans la nature comme-ci de rien n’était.  Mais ce qu’Aurore oubliait c’était qu’Adrän n’était certainement pas l’unique vampire parcourant le cimetière et qu’avec le vent, l’odeur de son sang avait déjà dû faire le tour des environs. A force de reculer elle buta contre une pierre tombale et avec la panique elle crut lire son nom, elle redéposa rapidement son regard paniqué dessus avant de comprendre que ce n’était que son esprit qui lui jouait des tours. Elle soupira bruyamment avant de se reprendre, elle devait se reprendre s’était obligatoire. Le gamin lui, tournait autour du vampire lâchant quelques mots qu’elle ne comprenait pas. Ses sens commençaient à s’affaiblir aussi et seul son cœur raisonnant dans son organisme pour combler le manque n’était réellement audible par Aurore, observant son poignet qui recommençait à gouter, elle comprit qu’elle allait devoir faire un choix plutôt rapidement. Mais ne voulant pas inquiéter son amant ou surtout ne voulant pas le faire se concentrer sur le sang qui devait déjà l’obnubiler son esprit.

- «  Il faut…heu.. lui expliquer… Je pense.. »

Aussitôt le fantôme tournoya plus rapidement autour du buveur d’hémoglobine posant mille et une questions sur le pourquoi du comment et sur ce qu’il fallait lui expliquer.  Aurore quant à elle continuait à reculer discrètement afin de conserver une distance raisonnable entre elle et son vampire. Elle avait des tas de choses à lui demander, à lui dire mais avant ça il fallait qu’elle s’assure qu’il ne craquerait pas, mais même si ça devait arriver la jeune femme savait que tout finirait bien, parce que tout finit toujours bien quand on est avec la personne qu’on aime et qui nous aime –enfin c’est ce qu’elle se répétait pour se rassurer-.

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Dim 7 Juil 2013 - 5:33

Les premiers secours enfin effectués, il était temps de déguerpir rapidement pour s'occuper de sa blessure sérieusement, mais sans eau, nous n'irons pas loin, cependant, je crois me souvenir qu'une rivière n'était pas très loin d'ici. Alors que j'allais entreprendre notre départ, Aurore regarda mon torse où sont gravé les blessures que l'Harpie m'avait infligé. Ce n'était pas beau à voir, mais j'allais m'en remettre rapidement, c'est ce qui compte. Néanmoins, Aurore semblait inquiète, elle passa délicatement ses doigts sur mon corps légèrement perforé, j'eus un sourire crispé lorsqu'elle passa au dessus de mes plaies, j'étais certes, un vampire, mais je restais sensible à la douleur. Une des ses mains caressa ma joue tandis qu'elle était ensanglantée, le faisait-elle exprès ? Heureusement que je m'étais nourris juste avant la frontière, je me vois mal sucer le sang d'une Harpie, ou d'un écorcheur, rien que d'y penser, j'eus un frisson de dégoût.

Lorsque l'inspection fut fini, elle se glisse dans mes bras. D'abord surpris, je me laisse finalement attendrir par son geste. Je pose une main sur sa tête et caressa tendrement ses cheveux grisâtre qui la caractérisait plutôt bien. Je lui murmurais des mots tendre à l'oreille, que j'étais là, que je ne bougerai pas. Les coassements des corbeaux insomniaques n'arrangèrent pas les choses, elle me serra davantage, cependant, j'étais moi même blessé, la faible pression exercé par la jeune femme fit naître une douleur aiguë sur mes cotes, elles aussi griffées. Je tente de faire abstraction fasse à cette souffrance.

Je n'oubliais pas l'enfant, mais nous devons partir au plus vite avant que notre poisse commune ne fasse encore des siennes et fasse apparaître les monstres les plus improbables d'Ephaelya. La femme dont mon cœur était amoureux leva la tête vers moi et me regarda, j'étais encore fâché par son acte insouciant, et j'allais devoir lui dire de faire plus attention à l'avenir. Elle recula brusquement s'échappant de mes bras. Je reste surpris face à se geste inexpliquée, serait-elle gêné par la présence fantomatique de l'enfant ?

Elle bredouilla quelques mots, mais arrive tout de même à se faire comprendre, elle ne souhaitait pas laisser l'enfant ici … Je la regarde avec des grands yeux, elle souhaitait l’emmener avec nous ? Le prendre sous notre aile ? L'adopter ? Je serais le père d'un fantôme ? Mes jambes flagellent alors, je tente de reprendre raison, ce n'était pas possible qu'elle le voit de ce point de vu là, je la regarde, la bouche grande ouverte alors qu'elle recule toujours plus et manque de tomber une fois de plus. Je passe ma main devant les yeux, essayant de récapituler la scène dans mon esprit alors que le fantôme tourner autour de moi comme un vautour qui tournait au dessus d'une proie faiblissante en plein cagnard.

De nouveau, Aurore prit la parole me demandant qu'il fallait lui expliquer. Ce fut l'élément déclencheur pour que ma logique prit le relais de tout ce fourbie. L'enfant devait connaître le repos éternelle pour qu'il puisse ne plus être rattaché à Ephaelya. Une idée noble de la part d'Aurore, je devais le reconnaître. Soit, c’était son souhait et j'allais l'exhausser comme le ferais tout bon amant qui se respecte. Je me tourne vers l'ectoplasme et mis un genou à terre et me préparant psychologiquement à comment j’allais le formuler de façon à ne pas provoquer de tristesse

«-Ecoute mon petit ...»

J'accorde mes dires avec un geste, celui de poser ma main sur sa tête, cependant, elle passe littéralement au travers, surpris au départ, puis je me rends compte de mon erreur en soupirant.

«-Ha oui, c'est vrai … Bref, tes parents ne sont plus ici, ils t'attendent ailleurs, ce n'est plus sur ce monde. Comment dire … Ils ne sont plus sur Ephaelya, et toi, techniquement, non plus. Cependant, par un chose que je ne saurais l'expliquer, tu es toujours ici … Mais il est grand temps pour toi de les retrouver, tu ne crois pas ? »

C'était plus compliquer que je le croyais. D'autant plus, une étrange idée me traverse l'esprit, sur un future qui pourrait être plus ou moins loin. Est-ce que je serais père un jour moi aussi ? Je ne connaissais pas le désirs d'Aurore à ce sujet, mais si notre amour perdure, ce que je souhaite naturellement, un enfant pourrait naître de notre relation ?

L'avenir est bien incertain.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Dim 7 Juil 2013 - 13:37



« "L'incapacité à reconnaître ses propres erreurs est le signe qu'on ne sait pas en tirer les leçons."
Jack Campbell  »



Silencieusement et avec une bonne distance Aurore observait la scène plutôt cocasse qui se jouait devant-elle. Un vampire qui tentait d’expliquer à un gamin fantôme des plus insupportables qu’il était mort, chose visiblement plus complexe à faire qu’à dire. Les lèvres toujours fermés sur elle, la jeune femme contempla son poignet, son avant-bras recouvert de sang, cette fois-ci elle avait vraiment été trop loin et plus le temps passait plus la jeune femme était certaine qu’elle allait en payer le prix fort. Replaçant son membre le long du corps, elle attendit que le vampire termine son explication. En observant la scène Aurore ne put que le trouver plutôt doué avec les enfants, ce qui était très loin d’être son cas à elle, soupirant doucement elle se demanda ce que voulait Adrän à ce sujet, qui pour elle était très loin d’être d’actualité. Non pas qu’elle n’aimait pas les enfants, non, mais n’appréciait que ceux des autres, jamais l’humaine ne s’était imaginé en avoir, ni même s’occuper d’enfant d’ami. Et son acte la conforté dans cette idée, comment voulez-vous qu’elle s’occupe d’un enfant alors qu’elle passait la majorité partie de son temps à se blesser plus ou moins grièvement –quoi que cette nuit elle avait battu les records, mieux qu’une tentative de suicide, l’envie d’indiquer sa position à un vampire-. Enfin contemplant la scène encore et encore sans s’en lasser, elle finit par se rapprocher pour confirmer les dires de son partenaire. Elle l’imita se mettant à la hauteur du gnome, avant d’afficher un sourire fragile, elle reprit la parole d’une voix douce et beaucoup plus fluide, guidé par ce que certains appellerait sans doute l’instinct maternelle.

- «  Il a raison petit, tu veux retrouver tes parents et pour ça il faut que parte d’ici. Tu ne peux pas continuer à te cacher, ce n’est pas un endroit pour les enfants. Ferme les yeux, concentre toi, tu te souviens de ton nom ? De comment tu es mort ? Je sais que cela doit-être difficile mais tu n’es pas un être vivant, tu dois partir… »

Elle regarda Adrän avec sa quantité de blessures impressionnantes et finalement elle était beaucoup plus inquiète pour lui que pour elle-même. L’enfant lui resta étonnamment silencieux, les yeux humides –un fantôme pouvait-il pleurer ?- , la bouche grande ouverte devant cet quantité d’information impressionnante. Cependant, pour la première fois il avait vraiment écouté les deux personnes face à lui et semblait avoir compris. Enfin un peu de facilité, pas besoin de lutte, de recherche de corps, ouf. Il s’approcha des deux êtres de chairs fit un câlin fantomatique au vampire et à l’humaine avant de disparaître définitivement ou non personne ne le sera jamais. Aurore et Adrän se retrouvaient une nouvelle fois seul ensemble et presque encore vivant. La jeune femme regarda le buveur d’hémoglobine, elle devait lui dire, lui faire comprendre que la blessure était importante, oui mais comment ? Comment allait-elle surtout lui dire, qu’elle n’était pas certaine de pouvoir le suivre encore longtemps. Alors que tout aurait dû se passer dans une discussion simple et presque normal dans un couple, elle se contenta de se redresser et de lâcher d’une voix aussi sur d’elle que possible :

- «  Bon, une bonne chose de faite. En route, on a perdu suffisamment de temps ici. La citée d’Ambroisie nous attends ! »

Aurore ne parvenait pas à prendre de décision, ni même à trouver des mots sur son comportement et ses sentiments du moment. Elle préférait donc faire ce que toute femme savait particulièrement bien faire, ignorer. Même si elle était certaine de ne pas pouvoir ignorer le tout bien longtemps, elle commençait à le connaitre le sang-froid, il était certes gentil mais n’allait certainement pas laisser le tout sous silence. Déjà devant, Aurore avançait doucement laissant penser que sa lenteur n’était qu’uniquement due à sa vision défaillante –ce qui n’était ni tout à fait faux ni tout à fait vrai-. Enfermé de nouveau dans son mutisme ou plutôt dans ses pensées, elle tachait de passer outre les lancements dans son poignet, la douleur dans tout son corps, et le début de perte d’équilibre. Elle se répétait qu’un humain avait une bonne quantité de sang et qu’il arriverait à la ville pour trouver un médecin avant qu’elle ne se soit vidée de la totalité –l’insouciance et l’espoir fait vivre-. Elle espérait simplement que la situation resterait calme ou plutôt ne s’aggraverait pas avec d’autres rencontres inattendues.



Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Dim 7 Juil 2013 - 23:53

Je n'eus plus d'idée pour lui faire admettre qu'il n'était plus de ses monde, bien que ma gaffe avec mon geste aurait pu le mettre sur la voie. Aurore vint à mon secours , voyant que je peinais à lui expliquer avec le peu de tact que je possédais. La jeune femme avait sans doute une idée derrière la tête, elle lui demanda de réfléchir, à son nom, à sa mort. Visiblement, elle choisit d'être plus franc que moi et lui annonce sans buter qu'il n'était pas de ce monde.

Je regarde le fantôme qui était au bord des larmes, un spectacle aussi fascinant que triste. Qui aurait cru qu'un ectoplasme pouvait larmoyer ? L'enfant nous regardait, embêter par la révélation brutal, mais il semble avoir compris où on voulait en venir non pas sans mal. A vrai dire, je me suis mieux débrouiller face à cette harpie qu'avec le gamin, j'étais un homme de terrain, il ne fallait pas trop en demander non plus. Aurore était plus à l'aise en dirait, bien qu'au départ, la peur l'ébranlait, enfin, je pouvais comprendre qu'une apparition n'était pas d'un signe joyeux, mais c'était moins dangereux qu'une créature malfaisante.

Le fantôme nous fit un câlin, un geste des plus inattendu je devais le reconnaître. Étrangement, j'eus un pincement en cœur lorsque je le voyais disparaître. Bien qu'il était pénible, j'avais eu le temps de m'y attacher un peu. Toujours est-il, nous sommes à présent tout les deux enfin dans le calme, aucun monstre présent ni de fantôme hurlant, il était temps de fuir le Cimetière des Endormis qui ne l'était pas autant qu'il le disait. Les morts, certes, se tenaient un carreau, mais les créatures, ce n'était pas encore ça.

Sans perdre de temps, Aurore décida de partir aussi vite que possible, j'allais accepter lorsque je jette un œil à son bandage qui était déjà gorgé de sang. Il fallait que je résiste à la tentation, ne pas y penser est impossible, vu que je pense à sa blessure, donc à son sang qui coule.

Je me remets d'aplomb et remarque que sa démarche était fragile et lente, elle a perdu beaucoup trop de sang, mais elle tente tout de même marcher, ignorant tout de sa blessure et de sa douleur, à quoi elle pense en ce moment … J'aimerais bien le savoir. Je passe devant elle, lui barrant le chemin et lui dit d'un air sérieux.

«-Nous ne pouvons pas y aller comme ça, ça serait trop dangereux, nous allons à la Cité d'Ambroisie, les vampires y sont légions là haut, ça serait du suicide si nous y allons dans cet état.»

La blessure était vraiment profonde et ce que je doutait venait de se produire, un simple bandage ne suffira pas pour arrêter le saignement. Comment faire ? Les solutions s'épuisent une à une … sauf peut-être. Je tourne autour de moi même, et bien qu'il y avait du brouillard, je pouvais distinguer une forêt au loin.

Je pouvais concocter un remède que j'avais appris grave à la bibliothèque qu'Hylianna avait dans son manoir. Il fallait que je me souvienne des plantes utilisées. Enfin, j'y penserais lorsque nous serons sortis de ce cimetière maudit. Je me place devant elle et pose un genou à terre pour lui présenter mon dos, légèrement griffu, mais qui commençait déjà à guérir.

«-Grimpe, nous allons un peu plus loin que ce lieu sinistre.»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Lun 8 Juil 2013 - 12:56



« Certaine personne ne peuvent plus se passer de l'amour,
une fois qu'il y ont touché,
cela a le même effet qu'une drogue.  »



Alors que la jeune femme marchait de sa démarche sûre d’elle et n’avait pas l’intention de s’arrêter sur le moindre imprévue, elle fut dans l’obligation de se stopper et de lever le regard vers son sang-froid qui lui barrait la route. A quoi pensait-il ? Il n’avait pas le temps de faire une pause et de discuter en se regardant dans le blanc des yeux, le temps était compté et il fallait trouver un médecin, et le toubib il était à la cité d’Ambroisie s’était évident. Soupirant en croisant les bras, l’humaine attendait des explications sur la raison du ralentissement de la progression. Le vampire finit par expliquer –à juste titre- que la perte de sang était importante, que s’ils allaient dans cet état à Ambroisie les vampires allaient beaucoup trop apprécier leurs présences… - Hum un petit casse-croûte sur patte super !-. Aurore ne put qu’admettre sa défaite, elle n’avait en rien pensé que sa blessure pouvait être un problème dans Ambroisie et Adrän avait complètement raison, il fallait revenir à la réalité et trouver une solution. Alors que la jeune femme allait lui demander ce qu’il fallait faire, si il avait une idée, le vampire ce mit dos à elle et l’incita à monter, d’un petit « hum » Aurore s’exécuta.

Elle hésita un peu en observant les dernières griffures recouvrant le dos de son partenaire –et pour une fois elle n’était pas la fautive !-, mais finalement céda à la fatigue et à la raison. Elle plaça ses mains autour de son coup, enlaça ses jambes autour de sa taille et la laissa la porter dans une confiance aveugle. Les doutes étaient à présent très loin et Aurore ne pensait plus qu’à une chose, terminer le voyage et enfin s’installer dans un endroit calme. Des tas de questions s’immiscèrent dans son esprit, qu’est-ce qu’il allait faire, comment allait-il vivre ? Elle se demandait même si l’ennui et la lassitude n’allait pas finir par les gagner.  C’est dans cette montagne de question qu’elle se souvint de l’arme d’Adrän, elle entrouvrit les lèvres pour laisser entendre sa petite voix fluette :

- «  Elle est où ton arme Adrän ? Ne me dis pas que tu as la offert à ta maitresse volante ? »

L’humour restait toujours présent peut-importe la situation, pour Aurore s’était une façon de relativiser d’apaiser la situation. Elle resserra un peu son emprise sur son vampire, réellement heureuse d’être de nouveau proche de lui, même si elle se doutait bien qu’une fois la blessure « soigné », il allait lui faire la moral et pas qu’un peu. En même temps, cette fois, elle le méritait bien, même si elle ne regrettait rien –après tout si la blessure n’avait pas été là il ne l’aurait jamais retrouvé non ? Pas si stupide que ça l’idée-. Elle soupira doucement, observant les environs flous autour d’elle, laissant échapper une question ou plutôt une remarque qui lui brulait les lèvres :

- «  Heureusement qu’on n’a pas d’enfant avec  leurs 150 questions à la secondes. En tout cas tu t’en tire plutôt bien avec les p’tits, même les fantômes… *perplexe elle fit une pause avant de poursuivre* drôle de situation quand même… Peut-être que c’est notre esprit qui nous à jouer des tours… Un fantôme quand même… »

Elle soupira une nouvelle fois, avant de se taire enfin, elle ne savait pas où le vampire l’emmenait. Mais à présent ils étaient dans ce qui ressemblait à une forêt et le vampire semblait vouloir s’arrêter ici. Elle l’attendait sagement qu’il lui indique de descendre avant de le faire et d’attendre la suite des événements.



Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Lun 8 Juil 2013 - 21:11

Elle monta sur mon dos sans sourciller, bien que quand je l'avais arrêté, elle semblait légèrement irritée. Nous partons en direction de la l'orée du bois, nous n'étions plus très loin. Aurore prit la peine d’agrémenter notre voyage avec une discussion, elle me posa alors une question, ou plutôt deux, sur le ton de la rigolade, je me mets à rire doucement en essayant de ne pas en faire trop, mes cotes sont trop douloureuses pour que je puisse rire aux éclats.

«-Je l'ai perdu pendant mes ébats, tu me connais que trop bien, n'est-ce pas ? Mais ce ne collait pas trop avec elle, j'ai décidé de la quitter, elle avait trop … De plume à mon goût.»

Lui rétorquais-je en réponse à son humour, bien évidement, tout était absolument faux. Mise à part le début où j'avais vraiment perdu mon arme pendant mon affrontement avec cette bestiole volante. Je sens qu'elle resserre son étreinte autour de moi, je maintiens la moitié de son corps grâce à mes bras que j'avais mis derrière moi pour la soutenir.

Je remarque que j'étais épuisé, que ce soit physiquement que mentalement. Il s'est écoulé que très peu de temps depuis mon absence à ce que nous en sommes actuellement, six jours à courir comme un dératé pour finalement revenir à Màrvreah. Bien que ma constitution soit altéré par le fait que j'étais vampire, j'avais atteint ma limite, et cela se sentait. Elle recommença à reprendre ma parole alors que je commençais déjà à sombrer. Lorsque sa douce voix vint lentement résonner dans mes oreilles, mon moral fut de retour. Je l'écoute attentivement alors que ma marche et bien lente et fébrile, mais je devais tenir le coup.

«-Tu trouves ? Je ne suis pas particulièrement à l'aise avec les enfants, d'autant plus que les circonstances de la rencontre étaient des plus étranges, je ne pense pas que cela se reproduira …. Nous avons vu tout les deux cette apparition, je ne pense pas que ce soit une simple illusion de notre imagination ...»

Grâce à cette distraction, nous arrivons enfin dans la forêt en peu de temps. Alors que je m'apprête à l'adosser contre un arbre, je devais lui faire la moral, cependant, je n'avais plus la force nécessaire pour me fâcher. Je soupire avant de commencer à parler.

«-Aurore, je sais que tu t'es blessé dans notre intérêt commun, mais je ne souhaite plus que cela arrive … Tu as mis ta vie en danger, je ne pourrais pas supporter de te perdre … Ne recommence plus, s'il te plaît.»

Même si elle était sur le point de mourir, il y avait toujours la possibilité que je la transforme, mais je ne voulais pas le faire dans cette situation, pas comme ça, pas temps qu'elle ne sera pas prête. Je la dépose doucement sur le sol avant de lui sourire et d'embrasser délicatement son front qui semble avoir été épargné par son sang.

«-Je reviens, je vais chercher des herbes pour te soigner. Je ne serais pas très loin, ne t’inquiète pas … Je t'aime.»

Et par la même occasion, me nourrir de nouveau pour éviter de perdre la raison, ma volonté s’effrite, et je sens que la fatigue va m'emporter soudainement si je n'interviens pas immédiatement. Je m'enfonce dans la forêt qui ne semble pas être affectée par la brume inquiétante, ce qui m'arrange grandement. Je trouve rapidement les herbes qui me fallait, une chance dans un océan de malchance, quelle veine, sans vouloir faire de mauvais jeu de mot avec la blessure d'Aurore.

A présent, le moment de la chasse, je ne mis pas trop longtemps avant de trouver un sanglier inconscient qui était dans les parages. Ma bonne étoile se serait-elle enfin affolée ? Il était temps. Je reviens avec le cadavre du sanglier et mes herbes, je dépose le corps de l'animal inerte un peu plus loin, et m'installe juste en face d'Aurore. Je lui donne un autre morceau tissu provenant des mes haillons et une gourde d'eau tout en souriant.

«-Tiens, nettoie ta plaie pendant que je prépare le cataplasme.»

Cependant, pour la mixture, cela ne va pas être évident, pas de bock, et pas de pilon, me voilà dans de beau drap. Non loin de moi, je voyais des pierres, j'allais devoir faire avec pour écraser et mélanger les plantes. Je commence ma tambouille en évitant de renifler le sang qui émane de la blessure d'Aurore. J'aurais bien tenté de recoudre la blessure, mais l'odeur me déstabiliserai … Je n'ose pas imaginer si je perdais le contrôle.

Je parviens, non pas sans mal à faire le remède avec une méthode des plus primitifs. Je tends la main vers elle et lui dis doucement.

«-Donne moi ton bras, je vais appliquer le remède.»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Mar 9 Juil 2013 - 0:10



Doucement les pieds d’Aurore retrouvèrent la terre ferme, elle se recula relâchant le corps du vampire. S’installant sur la mousse recouvrant le sol de la forêt, elle s’appuya contre un tronc d’arbre et ferma les yeux un instant. Adrän déposa ses lèvres sur son front et la jeune femme esquissa un sourire plutôt satisfaite. Elle repensa au semblant de mise en garde que le buveur d’hémoglobine lui avait fait juste avant de la déposer. Décidément Adrän n’était pas du genre à la disputer ni même à lui en vouloir pour ses agissements. Pourtant cette fois il lui avait quand même fait part de son mécontentement. Elle n’eut pas le temps de lui répondre qu’il était déjà parti expliquant qu’il allait chercher des herbes… Aurore soupira ce n’était pas vraiment le temps de faire une infusion, mais soit pourquoi pas. Disparaissant de son champ de vision, la jeune femme se retrouvait une nouvelle fois seule et vulnérable.

Le temps passait à une vitesse impressionnante et l’humaine comme à son habitude s’était recroquevillé sur elle-même, cherchant à se réchauffer mais également à se rassurer. Les derniers événements lui avait fait prendre une grande décision, celle qu’une fois arrivé à Ambroisie d’annoncer à son partenaire qu’elle était prête à être transformer. Aurore ne voulait plus être un fardeau, elle voulait être capable d’aider Adrän, de le soutenir, de le défendre et non plus d’être un vulgaire boulet qu’on traîne et qu’on a envie de se débarrasser ou de dévorer en permanence. Oui, Aurore devait passer le cap de la transformation et elle s’en sentait capable, après cela plus rien ne pourrait les séparer et tous deux serait lié par le sang…. Drôle de façon de célébrer un amour quand on y pense, le lien du sang est généralement ce qui unit une famille des frères et des sœurs… Est-ce que leur relation serait tout comme ? A cette idée elle frissonna de dégoût, non il ne fallait pas comparer ce qui n’était pas comparable.

Adrän revint enfin avec un énorme sanglier mort… Fixant ses yeux sur la bestiole, l’humaine soupira la faim était loin d’être sa priorité. Il lui tendit une gourde afin qu’elle nettoie la plaie, ce qu’elle fit sans broncher. Aurore était particulièrement calme et obéissante, elle n’avait pas envie de lui tenir tête. Retirant le bandage l’humaine regarda sa blessure qui dégoulinait déjà… Elle versa l’eau dessus grimaçant légèrement, les différentes couches de la peau avaient été transpercées… Qui a dit que les morts étaient inoffensifs ? Enfin eux peut être mais leurs derniers abris non. Aurore finit par porter son attention sur Adrän, qui tachait de réduire en poudre les différentes herbes…. Quand il lui demanda –ou plutôt ordonna- de lui tendre le bras blessé, la jeune femme s’exécuta une nouvelle fois.

- « Je suis vraiment désolé Adrän… Je voulais juste que tu me retrouves et je sais qu’avec mon sang c’est plus simple… Je ne pensais vraiment pas que la pierre me couperait autant… Je n’étais pas dans mon état normal…. Et puis y avait la harpie… Alors je… *elle se stoppa changeant complètement de sujet sans savoir si le vampire allait la suivre* je suis prête. »

Tendant son poignet qui recommençait déjà à saigner légèrement, Aurore se renferma dans un silence, elle n’avait pas prévu de lui annoncer comme ça… La jeune femme chercha une nouvelle façon de changer de sujet, afin qu’il ne relève pas forcement sa phrase et qu’elle ne se concentre pas sur ce qu’il faisait sur sa main.

- « Tiens pendant que j’y pense ! Ton autre arme elle venait d’où ? Enfin je suis plus certaine mais j’ai cru voir une arme avec toi… Enfin je dois me tromper, ce n’est pas grave. C’est quoi les plantes ? »

Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Mar 9 Juil 2013 - 1:23

Elle semblait avoir compris ce qu'il en retournait. Elle me tend son poignet pour que je le récupère, l'odeur du sang me parvenait encore. Mes pulsions étaient moins fortes que précédemment, mais m'affectaient tout de même, je ne sais pas si j'allais tenir encore longtemps. Je devais faire vite.

Le sang coule encore, mais moins qu'auparavant signe qu'il y avait de l'amélioration. Alors que je m'apprête à étaler la mixture verdâtre, elle commença à parler, sans doute pour oublier ce mauvais moment, ce que j'accepte grandement. Elle me parla de mon arme que j'avais, c'est là que je tilte enfin de quoi elle parlait. Elle continua et me demande alors qu'elles sont ses plantes. Je commence a appliquer légèrement la pâte en faisant attention à ne pas trop lui faire mal, la délicatesse est de mise. Je commence à parler pour faire passer ce moment désagréable au plus vite.

«-Maintenant que j'y pense, je ne t'ai pas raconté ce moment de ma vie … C'était quelques mois après la mort d'Hylianna, lorsque je n'avais plus la force de combattre, de me venger … Un de mes voyages m'a amené à la région Naine, Angaïla.»

Une époque bien sombre de ma vie, l'une des plus sombres je crois. Je continue d'étaler le cataplasme et reprend la parole après quelques secondes de silence.

«-Là bas, j'ai rencontré un érudit qui priait en silence, intrigué, je lui demande ce qu'il faisait. C'était la première fois que je rencontrais un croyant … Et il vénérait le dieu Morwën. Il m'a expliqué son histoire, ses actes. Alors que j'étais seul et au fond du gouffre, je me suis mis à prier pour lui. Peut-être pour expier mes fautes, ou ne plus être seul. Ça peut semblait étrange, voir même stupide de ma part, mais c'est aussi grâce à lui que je suis ici … Mon arme provient de mes années de ferveur que je lui consacre … Il est d'ailleurs étrange que tu ne m’aie pas encore vu prier … Enfin, bref … Pour ce qui est des plantes, je ne connais pas leurs noms exactes, noms qui, d'ailleurs, sont sans doute beaucoup trop long à mon goût.»

J'eus fini de tartiner la blessure, c'était tout de même compliqué avec les sombre-saut qu'elle provoquait lorsque je touchais un peu trop fort la plaie, mais à présent, c'était de l'histoire ancienne. Je récupère de nouveau un bout de tissu de mes vêtements littéralement en charpie, je crois qu'à la fin de cette histoire, j'allais une nouvelle fois me retrouver torse nu à la vu des passant de la Cité d'Ambroisie.

Je soupire, voilà une bonne chose de faite. Je n'en pouvais plus, j'ai l'impression que j'allais tomber dans le coma. Je n'eus la force de lui sourire, bien que j'étais soulagé que sa vie était hors de danger, je passe fébrilement ma main sur mon front. Il fallait trouver un endroit pour se reposer et assez vite.

«-Trouvons un abri pour que nous soyons tranquille pour un moment … Je ne me sens pas la force de continuer pour le moment ...»

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Mar 9 Juil 2013 - 20:38



Aurore resta silencieuse écoutant avec beaucoup d’intérêt chaque parole du vampire, sursautant à chaque fois qu’il passait la pâte sur la blessure, se retenant de retirer son bras. Difficile pour elle d’exprimait le fond de sa pensée, la jeune femme découvrait de nouveaux traits de la personnalité de son sang. Si elle le connaissait croyant ? Absolument pas, si elle appréciait la croyance rien n’était moins sûr. C’est ce qui expliquait le silence qui découlait des dernières révélations. Aurore comme à chaque fois que Adrän lui parlait de son ancienne compagne et la souffrance que la perte de celle-ci lui avait infligé, se sentait terriblement mal à l’aise. L’humaine grimaçait, mais cela devait certainement être dû à la douleur de son poignet –ou autre chose-. De plus le vampire ne reflétait plus rien de joyeux, les souvenirs de son passé n’avaient fait qu’instaurer une ambiance des plus froides. La jeune femme se sentit responsable des événements, d’une part elle avait agis sans aucune réflexion en se coupant le poignet et d’autre part elle le faisait évoquer des événements passer emplis de douleur. Se pinçant la lèvre inférieure, elle eut cette irrésistible envie de le serrer dans ses bras et de lui murmurer des mots mais rien ne fut effectué.

Rapidement, il termina le cataplasme et entoura le tout d’un nouveau morceau de tissu. Les yeux de l’humaine se fixèrent sur le torse de son vampire qui il fallait l’avouer ferait perdre plus d’une fois la tête à une femme. Elle récupéra son poignet, l’observant enfin, il était encore douloureux mais le saignement n’existait plus, ce qui était plutôt rassurant. Adrän annonça qu’il était épuisé et qu’il fallait trouver un abri pour la journée à venir, il avait besoin de repos. Est-ce qu’il avait encore faim ? Si ce n’était que ça, il n’avait cas lui demander, Aurore ne lui refuserait pas. Elle se leva, esquissant un sourire puis parti fièrement à la recherche d’une caverne pour dormir, elle passa sous une branche, au-dessus d’un tronc, puis montra de la main une sorte de caverne, rien de bien impressionnant, mais elle était certainement que ça suffirait.

- « La bas tu devrais avoir de quoi te reposer…. Je suis désolé Adrän…C’est de ma faute… Mais bientôt tu ne seras plus embêté, je te le promets. »

Même si les futurs événements angoissaient particulièrement Aurore, elle savait qu’il était grand temps de passer à l’acte. La cité d’Ambroisie n’hébergeait que des vampires…. Et avec elle ça serait comme mettre un bébé mouton dans un enclos de carnivore… La bestiole n’aurait aucune chance. Malgré la présence d’Adrän, cela ne suffirait certainement pas. Elle s’approcha enfin de lui, mais garda une certaine distance, elle ne savait plus vraiment comment se comporter vis-à-vis de lui. Est-ce qu’il lui en voulait encore ? Est-ce qu’il était toujours certain des futurs événements, est-ce qu’il avait des regrets ou pas ? Trop de question se bousculèrent dans tête, et l’unique phrase qui sortit de ses lèvres fut :

- « Cela te convient comme abri ? »


Revenir en haut Aller en bas
Adrän Lockwood
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 574
Métier : Musicien Itinérant.
Age du personnage : 34
Alignement : Bienveillant.
En couple avec : Aurore Badry
Ennemis : L'ombre qui est tapis dans mon âme.
Double Compte : Valarhän Rhauwyr ; Néfur Hurlefeu

Feuille de personnage
Réputation: 1300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Mer 10 Juil 2013 - 17:37

Aurore fût la première à se lever, et cela m'arrange. J'étais à la limite de l'inconscience, mon corps ne répondait qu'à moitié et mon mental s’effrite à vu d’œil. Je me relève tout de même, mais pas sans difficulté. Je me maintiens à un tronc d'arbre et m'aide de ce dernier pour me relever. C'était la première fois que je résiste aussi longtemps à la vu du sang, ce qui m'épate moi même. L'amour que je porte à Aurore devait jouer énormément, sinon, je pense que je l'aurais déjà sauté dessus.

Je me déplace avec une marche des plus fébriles, manquant de tomber à chaque racine un peu trop haute. La jeune femme semble avoir trouver un abri, qu'importe sa nature, j'irais me reposer à l’intérieur. Cache, grotte, caverne, maison hantée … Qu'importe tant que je peux dormir. Mes paupières s’alourdissent à chaque fois que j'use d’effort pour surmonter un obstacle. Il y a bien longtemps que je ne m'étais pas retrouvé dans un tel état. Cela devait être une première pour Aurore de me voir comme ça.

J'observe difficilement le fameux abri qu'Aurore avait réussi à débusquer. Puis, sans un mot, je prends sa main et l’entraîne à l’intérieur, je devais m'asseoir rapidement avec de tomber littéralement par terre. Je la libère une fois assez profondément dans la grotte puis je m'assois lourdement sur la pierre froide et pas très confortable. Je garde une position pour qu'elle puisse se glisser tout contre moi.

«-Prenons notre temps Aurore … Nous avons le temps d'y penser, d'y réfléchir … Je souhaite passer le plus … De temps que possible en ta compagnie … Car je t'aime, ma douce ...»

Mon dernier mot fut chuchoté et longuement expiré, ma tête pendouille, j'étais déjà en train de dormir alors que j'étais en train de converser avec elle, signe que je ne pouvais plus conserver ma fatigue corporelle et psychique pour moi.

Cette soirée a été mouvementée, enfin, avec Aurore, c'était devenu une habitude. Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas, c'est ce qui faisait son charme de cette vie et je ne pense pas que cela changera de sitôt, ça me convenait parfaitement

Alors que je dormais, j'affiche un large sourire en y pensant inconsciemment, signe qu'au final, je ne pouvais pas être plus heureux.

_________________
«Aurore et moi sommes les erreurs des erreurs de la nature.» Adrän Lockwood.



Le pouvoir de revivre.


Je me suis échappé de ce monde qu'on appelle Solitude, je te le dois, Aurore.

Aira.
Une amie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Mer 10 Juil 2013 - 18:11



Alors que la jeune femme observait le sang-froid avec de gros yeux remplis d’inquiétude, celui-ci vint attraper sa main pour l’entrainer au fin de fond de la grotte. Les gestes du vampire étaient fragiles, instable il semblait vider de toute force physique ce qui entraine quelques pertes d’équilibre –et faisait particulièrement culpabiliser Aurore-. La jeune femme se demandait en permanence ce qui avait pu lui prendre pour s’abimer autant le poignet, ce qu’elle avait bien pu louper dans sa vie pour être aussi stupide… A sa connaissance elle n’était pas souvent tombé sur la tête –visiblement il y aurait peut-être fallu, qui sait cela aurait peut-être arrangé les choses-. Sans bruits et sans aucunes paroles, elle se laissa entrainer avec son partenaire, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir lui faire… La transformer dans cette grotte froide et humide ? Elle ne préféra pas y penser, elle méritait bien une bonne correction pour toujours les mettre dans des situations improbables. Une fois au plus profond de la grotte, Adrän relâcha son emprise sur l’humaine et se laissa glisser le long de la paroi, toujours sans bruits la jeune femme le regarda de plus en plus inquiète. C’était la première fois qu’elle le « voyait » -oui parce que là au fond d’une grotte en pleine nuit elle ne voit rien- dans un état de fatigue aussi avancé, alors qu’elle touche les murs de pierres l’entourant pour le rejoindre, elle comprit qu’il lui avait laissé une petite place contre lui, esquissant un sourire invisible elle vint se glisser dans ses bras plutôt soulagé de comprendre qu’il ne lui en voulait visiblement pas tant que ça.

Le sang-froid prit ensuite la parole mais sombra rapidement dans le sommeil, elle n’eut même pas le temps de lui répondre qu’il dormait déjà. Se blottissant davantage, Aurore ne put s’empêcher de se souvenir de la patience  qu’il avait toujours fait face à elle, jamais il ne l’avait disputé –et les disputes étaient quasiment inexistantes d’ailleurs-, comment pouvait-elle alors lui refuser ce signe d’engagement qu’elle voyait dans sa transformation. Jamais elle le lui refuserait et pour elle il était inutile de discuter davantage sur le sujet, son choix était déjà tout fait. Adrän pouvait bien tout lui demander elle le suivrait sans poser de questions, et les divinités pouvaient être témoins de l’affection toujours grandissante que l’humaine portait au vampire.

Se resserrant contre lui, elle finit par fermer les yeux avant de sombrer dans le sommeil, pour une journée beaucoup moins agités qu’avant. La jeune femme retrouvait enfin un sommeil calme, sans cauchemars, sans mauvais rêves. L’humaine était enfin certaine –ou presque- que la vie, l’éternité qui s’annonçait devant eux ne pourrait être qu’agréable.


[Fini, histoire à suivre Very Happy]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   Jeu 18 Juil 2013 - 17:09

Le droit au repos Bonsoir,

Je viens vous confirmer la réussite de votre quête. Félicitation jeune nouveau né et ancien vampire, vous avez réussi à renvoyer un être fantomatique.

Que les vents d'Ephaëlya vous portent vers la réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sans repos. [Pv : Aurore Badry] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les morts sans repos de Dec
» Les jambes sans repos
» Bande de morts sans repos
» Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)
» Alexander E. Jefferson ~ "Le médisant secret est un serpent qui mord sans faire de bruit." (Terminé !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Màvreah - Contrée des Vampires :: • Cimetière des Endormis •-