Partagez | 
 

 Une chasse différente [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eréria Chenarimir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 52
Métier : archère - vagabonde
Age du personnage : 33
Alignement : chaotique bon

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Une chasse différente [Terminé]   Mer 10 Juil 2013 - 23:06

Eréria habitait dans l'une des chambres de l'auberge depuis plusieurs jours. Les services qu'elle rendait lui valant le gîte et le couvert. Ces derniers temps, le maître de l'établissement aimait donner à manger à ses clients des mets différents de d'habitude. Plus de poulets et de lapins d'élevage, mais de la chaire fraîche et tendre d'une biche et de son faon si la chance souriait à la chasseresse. Ou encore quelques lièvres attrapés au collet.
Pour une raison inconnue de la jeune femme, le tavernier avait décidé que le repas de demain serait composé de jeunes marcassins. Elle s'était bien gardé de lui poser quelques questions, après tout, elle s'en fichait royalement, et tout ce qu'elle souhaitait s'était de continuer à profiter de l'auberge sans rien devoir à personne. Puis il fallait l'avouer, le cuisinier de l'établissement n'était pas mauvais.

L'archère soupira un long moment, elle attendait la tombée de la nuit, l'heure était meilleure pour trouver cible à ses flèches. Les animaux sortaient se désaltérer à la rivière. Elle avait croisé les bras sous sa tête et regardait le plafond, s'ennuyant à mourir. C'est peut-être cette raison qui la poussa à sortir finalement de sa torpeur. Elle se leva d'un bond, enfila ses chausses puis s'équipa. Elle installa son carquois sur son dos, la sangle se croisant sur sa poitrine; se saisit d'une poignée de flèches dont elle examina la pointe de manière professionnelle, puis elle vérifia minutieusement les empennages. Quelconque erreur pouvait faire dévier la flèche de son but. Et cela n'était pas souhaitable. Surtout lorsqu'on chassait le marcassin. La jeune châtaine n'aimait pas tuer pour rien et elle ne souhaitait pas plus attiser la rage de la laie que celle du mâle. Elle passa enfin un bras au travers de son arc, puis l'installa de manière à ce qu'il ne gêne pas ses mouvements.

Elle sortit finalement de sa chambre sans prendre le soin de verrouiller: il n'y avait là aucun objet de valeur, et sa bourse était accrochée sur elle. Ses vêtements bien que jolis ne valaient pas un vol. Elle adressa à rapide salut au propriétaire de l'établissement, dont le visage s'éclaira: Eréria ne rentrait jamais bredouille de sa chasse, et il se frottait déjà les mains quand au futur succès du plat de marcassins, et de la jolie petite somme que lui ferait gagner la chasseresse.

Alors qu'elle parcourait les rues de la cité de l'Aurore, un bruit de lutte attira son attention dans une ruelle adjacente. Elle empoigna son arc et encocha une flèche. Silencieusement, elle s'approcha du lieu d'où provenait les bruits. Puis observa très brièvement la scène, il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre. Deux jeunes freluquets tenaient une jeune fille.


- Halte là, lâchez-la immédiatement ou je vous larde la couenne.

- Et tu vas faire quoi avec ton arc, fillette?


Eréria fronça légèrement les sourcils puis décocha une de ses flèches. Le projectile se ficha à quelques centimètres du pied d'un des deux hommes. Elle encocha très rapidement une seconde flèche prise dans son carquois au moment ou la première venait de quitter l'arc, qu'elle banda tout aussi rapidement.

- La prochaine fois, je ne viserais pas le sol, mais je vous arracherait une oreille avec plaisir. Je suis d'humeur magnanime aujourd'hui, lâchez-la, je ne le répéterais plus.

Les deux rustres obtempérèrent rapidement et la jeune fille se précipita pour se cacher derrière l'archère qui ne lui accorda même pas un regard.

- Allez à la taverne du sanglier, et dite au propriétaire que vous venez de la part de la chasseresse, il s'occupera de vous.

- Comment vous remercier? Que vous donner pour...

- Je ne veux rien et n'ai besoin de rien. Maintenant partez. Ttttt Tttt Tttt, vous deux vous restez là encore quelques minutes.


Eréria les fit patienter quelque peu, le temps de s'assurer que la jeune fille avait eu le temps de s'éloigner suffisamment.

- Déguerpissez maintenant, et que je ne vous revois plus dans le secteur. J'ai gaspillé une flèche à cause de vous, et cela me met de mauvaise humeur.

Les deux voyous ne demandèrent pas leur reste et disparurent rapidement. L'archère aux cheveux châtains garda son arc à la main jusqu'à la sortie de la cité de l'Aurore. Elle se dirigea alors vers la lisière de la forêt qui bordait la ville et se prépara à partir en chasse, elle avait remarqué de nombreuses traces au sol, témoignant du passage de quelques sangliers. Elle avança d'un pas sur vers l'endroit un peu plus reculé dans les bois et se posta à l'affût.
Au bout de quelques heures, elle entendit enfin une laie et ses petits se diriger vers elle, camouflée derrière un bosquet proche d'un point d'eau. Alors qu'elle allait laisser filer sa première flèche, elle entendit un craquement sur sa droite. Le bruit ne passa pas inaperçu pour la mère non plus qui donna le signal du départ. Toute la petite famille se dispersa brutalement, et pour une fois, la chasseresse rata sa proie. Elle se redressa et se retourna sans sourciller, son arme prête.


- Qui va là?

Elle voyait une forme humanoïde au loin, mais la pénombre l'empêchait de voir clairement qui pouvait être celui qui lui avait fait manquer sa proie. Menaçant par la même de perdre son toit actuel si elle rentrait bredouille.


Dernière édition par Eréria Chenarimir le Sam 26 Oct 2013 - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lathus Grethar
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 115
Métier : Apprenti mercenaire
Age du personnage : 26
Alignement : Mauvais
En couple avec : Attiré par deux femmes
Ennemis : - l'assassin de sa famille
- ceux qui s'en prennent à lui
Double Compte : Elaën Nerildillë

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Mar 16 Juil 2013 - 2:59





¤ LET'S A DIFFERENT HUNTING ¤






CITY OF AURORE – Human Country
Lathus & Eréria






Le beau temps était aux rendez-vous… Nulle trace de nuages, ni même de vent qui devait souffler à seulement cinq nœuds… Une journée parfaite pour s’entraîner, pour sortir etc mais pas le jeune Lathus… En effet, celui-ci était immobile, comparable aux statues qui ornaient les grands lieux, le regard inlassablement rivé sur l’objet sacré qui faisait la gloire et la puissance de sa défunte famille qui le narguait de sa toute puissance, posé sur une table de sa chambre... La Pierre d’Emeraude, qui était sur un pendentif d’or… L’un des derniers objets de sa famille ! Il maudissait cet artefact, tout comme il le chérissait et le craignait. Si grand était son pouvoir qu’il faisait perdre la raison à ceux qui s’y soumettaient et qui ne vivaient plus que par les visions qu’elle délivrait. Nombreux étaient ceux qui avaient appris aux dépends de leurs ancêtres à ne pas se servir de ce genre d’objet de magie noire, en effet dans cette pierre, on pouvait y voir toute sorte de choses et y localiser une partie de notre âme meurtrie… Cependant Lathus n’était pas de ceux là, il avait consenti à l’utiliser, mais avait également appris à se méfier d’elle. Si enchanteresse et si maléfique, cette pierre était une abomination autant qu’une bénédiction. Ce matin, il avait regardé en elle et avait vu ce qu’il désirait voir, se perdant dans les tréfonds de son esprit torturé. Il avait vu et s’était perdu à nouveau, désirant en voir toujours davantage. Tel était le fardeau des visionneurs, se damner pour observer encore et encore. Il avait passé sa journée à fixer son objet, pourtant aux alentours de dix-huit heures, il avait finalement repoussé l’attraction malsaine de cet artéfact audacieux, l’avait recouvert de son voile noir et le défiait désormais du regard. Il fit demi-tour et se dirigea vers la sortie, ses lourdes bottes martelant le sol parqué de l’auberge dans lequel il séjournait depuis quelques jours…

En effet, cela faisait quelques jours que le jeune homme voyageait au gré de ses envies au sein de la nation humaine, sa contrée de naissance. Bien que toujours avide de voyage et de découverte, le jeune Lathus avait décidé de retourner sur ses terres natales afin de retrouver son aimée mais malheureusement, il avait vite constaté qu’il ne la retrouverait guère en ces lieux… D’ailleurs, nul ne savait où elle était passée… Ce qui l’avait attristé d’où le fait qu’il n’avait toujours pas quitté le territoire d’Oryenna qui lui semblait tant un terrain d’incertitudes contrairement aux contrées ennemies et hostiles, comme la Nation Vampirique… Bref, il était sorti à l’extérieur de son auberge et se mêlait à la foule sans problème. N'aillant pas l'impression d'être de trop ou même d'être mal accueillis, personne ne semblait vraiment faire attention à lui, ce qui au final lui plaisait assez. N'étant pas timide Lathus n'aimait pas non plus être le centre d'attention. Mais ici ce n'était pas un problème, les gens semblaient ne pas vraiment prêter attention à son apparence. De son côté le jeune homme par contre ne se privait pas d'observer ceux qui l'entourait, tout en restant dans les limites de la politesse bien évidemment. Après tout ce n'était pas lui qui allait se mettre à dévisager les gens ouvertement, certainement pas. Non ce qui le distrayait pour le moment c'était d'observer, de s'imprégner de l'atmosphère ambiante et de la ressentir. Comprendre ce genre de chose, d'émotion ou même de façon d'être étaient de nombreux éléments qu'il pourrait ensuite tenter d'exprimer par sa magie qui était tellement basée sur une parfaite maîtrise des sentiments forts !

Alors qu'il lorgnait sur l'étal d'un marchand d'amulettes en forme d'aigle, il vit un petit bout de femme un peu plus loin, portant un arc ainsi qu’un carquois rempli de flèches… Tiens une archère. Elle fendit la foule dans sa direction. Mais soudain, elle s’était arrêtée… Intrigué, Lathus avança discrètement afin d’espionner la jeune femme qui semblait plus âgée que lui par contre… Elle était aux prises avec deux hommes qui semblaient être en passe de maltraiter une jeune fille… Aussitôt, il mit la main à la garde de son épée mais ce qu’il vit le surprit à un point qu’il aurait pu être démasqué ! En effet, devant ses yeux, il avait vu deux hommes même s’ils paraissaient plus bêtes qu’ils en avaient l’air, se faire remonter les bretelles par une femme… Elle les avait menacés avec son arc et d’ailleurs, elle avait tiré une de ses flèches afin de montrer qu’elle était prête à mettre sa menace à exécution s’ils n’obéissaient pas… Ce qui avait eu le don de faire réagir les idiots qui avaient aussitôt relâché la jeune fille… Excellente ! Après qu’elle eut renvoyé les deux rustres, la jeune femme s’était dirigée vers la forêt qui se trouvait proche de la Cité de l’Aurore… Il se mit à la suivre parce qu’elle l’intriguait de plus en plus… Il voulait connaître son nom et peut-être qu’elle avait des réponses à ses questions… Même s’il croyait qu’à moitié à cette dernière possibilité… Elle s’était profondément enfoncée dans la forêt, de ce fait, il l’avait perdue de vue et par conséquent, il s’était mis à la chercher partout pendant longtemps. Il s’était aidé de sa magie mais rien à faire, elle demeurait introuvable… Jusqu’à ce qu’il repéra une laie et sa famille… Il diminua aussitôt l’intensité de ses pas mais malheureusement, il marcha sur une branche morte…

CRACK !

Zut ! s’était-il dit alors qu’une voix s’était levée dans les airs… Il reconnut aussitôt la voix qui appartenait à la femme de tout à l’heure qui avait si brillamment mis hors d’état de nuire deux jeunes cancres et ce sans la moindre violence (sauf peut-être le fait qu’elle ait tiré une flèche…)… Il déglutit légèrement avant de se mettre à découvert, et avança vers la jeune femme, les mains en l’air afin de montrer que ses intentions étaient des plus honorables puis lorsqu’il fut à sa hauteur, il dit d’une voix calme :



« Bonsoir très chère, je me vois navré de vous avoir importunée dans votre chasse… Je ne pensais guère qu’une personne serait venue chasser en ces lieux à cette heure-ci… Et laissez-moi m’introduire : je m’appelle Lathus Grethar et je ne suis qu’un simple vagabond à la recherche de réponses ! »
 






¤ Crédit - Lackey-G ¤


                                                                                                                                                 




_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
♔ THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED ♔



Capture de creepox
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 283
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Mar 16 Juil 2013 - 19:17

La lumière sombre, teintée de carmin, se diffusait avec peine à travers une vitre sale. Le crépuscule. L'heure à laquelle les morts quittent leurs tombeaux pour emmener les vivants dans une danse endiablée jusqu'au bout de la nuit. Les yeux clos du vampire s’entrouvrirent délicatement, découvrant des iris azur. Il savait qu'il avait peu de temps pour accomplir la requête du bourgmestre, il séjournait dans le quartier résidentiel à cet effet. Dante McAllister écumait les contrées, paradait en villes et visitait les chaumières à la recherche de travail. Quiconque avait les moyens de se l'offrir pouvait requérir son aide. Mercenaire, assassin, chasseur de monstres, détective, garde et j'en passe. Telles étaient les diverses facettes de sa profession. Une récente enquête avait débouché sur la découverte d'une Arachnéa dans les égouts de la ville, entre le quartier résidentiel et le quartier commerçant. La garde clamait que ce n'était pas là son affaire et la milice semblait trop effrayée pour s'en occuper. Évidemment lorsqu'un colosse à la chevelure d'albâtre proposa de se charger de ce cas saugrenu, les arachnéas ne se trouvaient pas en villes mais plutôt dans des grottes, personne ne trouva rien à redire.

Le vampire se leva promptement, enfila une chemise, des chausses et ses bottes cirées reluisantes puis vérifia si son arsenal était complet. Sa ceinture en cuir épousa parfaitement son bassin. Il y enroula une longue chaîne d'acier lestée et y attacha précautionneusement le fourreau de son épée. Ce dernier pendait alors, suspendu à deux chaînes en or, fermement tenu par deux anneaux dorés. Le vampire dissimula habilement un fin stylet dans la tige de sa botte droite, une vieille habitude de vétéran. Des lanières de cuir servaient d'étui pour ranger son kriss en argent qu'il prenait, avec soin, par l’extrémité qui n'était pas faite du métal mortel. L'homme, dont le regard semblait se perdre sur le fouillis de la table, déballa un tissu épais que des rubans de lin ceignaient. L'objet que ce tissu enveloppait était d'une rare beauté. Une épée à la lame irréprochable, décorée de runes naines et elfiques entremêlées, et dont le pommeau serti de joailleries scintillait rappelant ces sculptures magnifiques d'avant la Grande Guerre. Il jeta un dernier regard sur sa lame. Dans un tintement métallique, le glaive trouva sa place dans le fourreau de cuir qui pendait le long de sa jambe gauche. Le bruissement de la brise automnale l’interpella. Il était l'heure. L'homme à la crinière laiteuse souffla la bougie sur la table et disparut dans l'obscurité.

Il se déplaçait en silence dans les rues désertes du quartier résidentiel. La nuit tombait, les honnêtes gens rentraient chez eux, les tueurs de monstres se baladaient. Il avait revêtu son long manteau pourpre, il évoquait pour lui le courage et la valeur d'un guerrier. Son seul compagnon jusqu'à présent fut le vent dont il souffrait les lamentions incessantes. Son nez se plissa, ses sens de vampires étaient en alerte. Pas besoin d'avoir un odorat extraordinaire pour repérer l'accès aux égouts. Un large grillage de barres de fer servait de grille. Le vampire soupira, il regrettait déjà amèrement cette requête. Si l'argent n'avait pas d'odeur, ces égouts sentaient la merde à plein nez et pas seulement. Le regard du vampire se durcit, il fronça les sourcils et un pli apparu sur son front. Il reconnu aisément parmi toutes les effluves toujours plus nauséabondes une odeur spécifique. Celle de la chair en décomposition. Un sifflement se fit entendre et profitant de réflexes qui dépassaient l'entendement, le vampire effectua une pirouette sur le côté. La grille venait d'être violemment projetée contre un mur adjacent dans un fracas qui brisa la tranquillité de la rue. Le vampire restait néanmoins calme. Il continuait de scruter l'obscurité de son regard félin. Ses yeux de mort-vivant lui permettait de distinguer très nettement l'arachnéa. Le mercenaire amena lentement sa main à sa ceinture, saisissant soigneusement la chaîne d'acier avec un poids à une extrémité. La longue chaîne enroulée dans une main, il battait le vent en effectuant des tours de poignet rapides et répétés. La bête se mit à émettre des sons inquiétants. Le vampire ne sourcilla pas. Il s'était légèrement accroupi et se déplaçait très lentement pour revenir face à la bouche d'égout. Une fois qu'il fut bien en face de l'arachnéa, il jeta avec précision le lest en direction du monstre. La chaîne s'enroula parfaitement autour du cou de la bête qui poussa un hurlement inhumain lorsque le vampire se mit à tirer de toutes ses forces pour la dégager de son trou. Doté d'une force herculéenne, Dante parvint à extirper de sa tanière la dévoreuse d'humains. Dès que le corps de cette dernière fut éclairé par la lueur de la lune, elle se mit à gémir de plus belle en activant ses ignobles membres pour tenter de quitter l'étreinte mortelle de la chaîne d'acier. Le vampire la tenait encore en respect, raccourcissant progressivement la distance entre les deux en enroulant la chaîne autour de sa main gauche. De sa main libre il saisit sa lame qui brillait d'un éclat inquiétant. Leurs yeux se croisèrent, Dante reconnu de la crainte dans le regard du monstre. Le monstre, lui, ne reconnut que de l'indifférence. Un éclair, un fracas, un seul pas suffit au tueur de monstre pour parcourir la distance qui les séparait. Dans un rugissement rauque étouffé par une gerbe de sang, l'arachnéa rendit son dernier souffle la gorge tranchée par un coup net, précis. Le vampire retira son glaive ensanglanté et la chaîne d'acier. Le sang de la bête inondait le sol et vint s'ajouter aux déchets à l'entrée des égouts. Le vampire laissa la chaîne sur place, il sorti un large bout de tissu propre puis s'en servit pour nettoyer son épée ruisselante de sang. La nuit était douce pour une nuit d'automne. Le vampire se remit en route, il savait que demain les habitants trouveraient le cadavre du monstre et lui apporterait son salaire au soir. Il décida donc d'aller se promener en forêt, à la recherche de nourriture.

Le vampire avait un aspect fantomatique, il se déplaçait sans émettre aucun bruit, comme s'il était étranger à ce monde. La forêt ne le craignait pas, lui ne la craignait pas non plus. Il avait appris à vivre en harmonie avec la nature des années auparavant, la vie avec les elfes avait certains avantages. Des souvenirs lui revinrent, il savait qu'il ne devait pas ressentir de culpabilité mais son surnom de «Boucher de la Rivière de Sang» et les souvenirs qui y étaient liés lui revinrent en mémoire. Il savait que sa dette ne concernait pas le peuple elfique mais seulement des gens qui l'avait accueilli lorsqu'il était jeune. Ces pensées nationalistes étaient bonnes pour les fanatiques. Lui se contentait de faire son travail, celui de mercenaire. Des voix vinrent troubler la sérénité de la nuit et le calme de la forêt. Ses yeux de vampire lui permirent de distinguer très clairement deux humains. Ce n'est qu'en se rapprochant plus tard qu'il comprendra que l'un d'eux était à moitié elfe. Pour l'heure, Dante se contentait d'observer les deux jeunes humains et réussit à percevoir le son de leur voix tel un murmure malgré la distance. Eux pour sûr, ne pouvait pas encore le voir. Lathus Grethar, ce nom lui disait vaguement quelque chose. Alors que l'autre femme s'apprêtait à lui répondre, la curiosité du vampire fut piquée au vif. Le seigneur de la nuit quitta les ténèbres pour se rapprocher d'eux, indiquant subtilement sa présence par des bruits de pas angoissants. Une fois qu'il fut à leur niveau, l'homme aux iris azur posa son regard tour à tour sur l'humain et sur l'humaine :

- Serait-ce là le petit déjeuner ?

Il dit cela d'un ton sarcastique, un large sourire narquois dessiné sur les lèvres qui découvrait ses canines plus longues que la normale. Dante était joueur, il se demandait à présent quelle serait la réaction de ces deux humains là.

_________________

Gripoil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eréria Chenarimir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 52
Métier : archère - vagabonde
Age du personnage : 33
Alignement : chaotique bon

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Mer 17 Juil 2013 - 16:24

Eréria dévisagea l'homme qui lui faisait face un petit moment. Elle nota qu'il était plus grand qu'elle, ce qui n'était guère difficile vu sa propre taille. Elle examina les cheveux noirs ébouriffés, la stature relativement svelte indiquait à la jeune femme qu'il semblait être relativement agile, une qualité de bon bretteur. Toute occupée à observer l'attitude de l'homme afin de jauger de sa sincérité, elle le fixa dans les yeux pour le sonder. Un être vivant est capable de mentir, par ses paroles, mais ni son corps, ni son regard.
Elle ne percevait rien de dangereux pour elle, sur le moment, aussi se détendit-elle, relâchant la corde de son arc.

Le guerrier affirmait se nomme Lathus Grethar et être un vagabond, comme elle à priori. Alors qu'elle allait se présenter à son tour, comme le voulait l'usage, elle entendit un bruit de pas se rapprocher. Décidément, les bois déserts habituellement avaient une fâcheuse tendance à ressembler à une agence de rencontre ce soir là. La chasseresse eu une brève pensée pour ses proies, loin désormais. Elle se tourna vers le nouvel arrivant, vampire de son état. Elle prit la parole à l'intention de Lathus, le nouvel arrivant ayant déjà probablement entendu les mots du guerrier aux cheveux noirs, révélant son nom, de manière succincte.


Eréria Chenarimir, la chasseresse.

Tout comme elle l'avait fait pour Lathus, elle dévisagea l'être vampirique en face d'eux, guère effrayée par l'idée de la mort, qui lui était relativement indifférente. Il était grand lui aussi, un peu plus que Lathus, et solidement charpenté. Ses cheveux argentés lui donnaient un air particulier, bien qu'ils soient aussi bien arrangés que ceux de Lathus. Eréria se demanda ironiquement si le genre masculin de ces contrées avaient oublié ce qu'était l'usage d'une brosse. Un sourire sur les lèvres, elle répondit au vampire ces quelques mots:

Dans mon monde, on appellerait cela plutôt le souper. Cependant, à titre personnel, je préférerais éviter d'être un repas actuellement, et je suppose que Lathus serait d'accord avec moi.

Avec une lenteur délibérée, elle replaça sa flèche inutile dans le carquois, tâtant les empennages des autres traits présents, trouvant enfin ceux qu'elle cherchait, en dégagea un et l'encocha dans son arc. Sans menacer directement le vampire, mais signifiant néanmoins qu'elle était prête à toute éventualité. L'archère ne possédait que peu de ses flèches spéciales: la pointe était faite d'argent. Elle regarda très brièvement l'humain qui se tenait à ses côtés, se demandant quelle serait sa propre réaction.

D'où je viens, on se présente également, même dans l'éventualité ou je pourrais devenir un repas.

Elle inspira légèrement, plissa le nez et ajouta, sans se démonter:

Et pardonnez, moi, je ne sais pas d'où vous venez, mais par tous les dieux! Vous empestez! Vous avez visité les égouts de la cité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lathus Grethar
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 115
Métier : Apprenti mercenaire
Age du personnage : 26
Alignement : Mauvais
En couple avec : Attiré par deux femmes
Ennemis : - l'assassin de sa famille
- ceux qui s'en prennent à lui
Double Compte : Elaën Nerildillë

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Mer 17 Juil 2013 - 19:17





¤ LET'S A DIFFERENT HUNTING ¤






CITY OF AURORE – Human Country
Lathus, Eréria & Dante






Lathus avait saisi le regard de cette jeune femme alors qu'il l'abordait. Il s'était senti percé de part en part, ce qui n'était pas une sensation très agréable. Finalement, elle n'était peut-être pas une simple chasseuse... Les personnes de cet âge ne ressentaient généralement pas le besoin de scruter l'âme de ceux qu'ils rencontraient. Elles se sentaient protégées par leur statut et négligeaient leur sécurité. Comme si les épées et les flèches étaient les seules armes capables de blesser un homme. Mais Lathus sentait qu'il n'en était pas de même de cet femme qui s’était présentée d’ailleurs comme étant Eréria Chenarimir... Ce nom résonnait dans sa mémoire sans trouver d'écho. D'où pouvait-il le connaître ? Peu importait, après tout. Il émanait d’elle une odeur de suspicion, voire de peur, même si cette peur n'avait pas la même texture que celle qu'on ressentait en fréquentant le commun des mortels. Cette jolie femme craignait moins le monde extérieur qu’elle-même. D’ailleurs l’une des preuves qui prouvaient qu’elle n’avait pas peur des autres était son affrontement avec les deux énergumènes quelques heures plus tôt… Il fut d’ailleurs soulagé qu’elle n'ait pas l'intention d'en découdre. Il pouvait se battre au besoin, voire même ôter la vie, mais n'y prenait aucun plaisir. En tout cas, il n'en n'aurait nul besoin ici. La personne devant lui était plutôt charmante et semblait capable de faire preuve d'esprit, ce qui le changeait agréablement des lourdauds qu'il avait l'habitude de fréquenter dans le cadre de ses périples de par le monde. Il la regardait intensément, quelque chose en elle le troublait sans qu'il pût expliquer pourquoi. Sans doute ne fallait-il chercher plus loin. Pourtant, il n'était pas homme à se laisser submerger par ses émotions, ce devait être autre chose. Il ne fallait pas qu’il se préoccupe de cela, surtout que des bruits de pas s’étaient faits entendre et que cela n’inaugurait rien de bon pour les deux humains…

En effet, tout droit sorti de l’obscurité de la forêt afin de venir à leur rencontre, un inconnu avait fait son apparition et il donnait une mauvaise impression, celle d’un être capable de tuer sans la moindre pitié etc… D’ailleurs, il ne ressemblait guère à un être humain et cette constatation du jeune homme fut confirmée par les dires que prononça l’inconnu… « Repas… »… Lathus fronça aussitôt les sourcils parce qu’il comprit que sa compagne d’un soir et lui-même faisaient face à un être de la Nation Vampirique et le problème était qu’il se trouvait totalement dans son élément : l’Obscurité… En d’autres termes, les deux humains n’auraient certainement aucune chance d’échapper au vampire. Il déglutit tout en reprenant le contrôle de ses émotions tandis que sa compagne prenait la parole et disait des choses d’une façon très ironique à l’intention du vampire. Elle soulignait d’une voix très charmante qu’elle n’avait nullement l’intention de servir de repas ce soir, et elle avait même ajouté que le jeune homme était d’accord avec, ce qui se relevait être véridique : le jeune homme n’avait nullement l’intention d’être un dîner, ni ce soir ni jamais ! Il s’était discrètement tourné vers Eréria qui venait d’encocher une flèche (vu le temps qu’elle avait mis pour le prendre, il devait s’agir d’une flèche avec une pointe d’argent… Normal ! Quoi de plus efficace pour éliminer un vampire de la circulation…). Il sourit en coin avant de reporter son attention sur leur adversaire vampirique, il était admiratif, et il avait rarement l'occasion de l'être. Pourquoi l’était-il d’ailleurs ? Parce qu’Eréria avait une de ces audaces et qu’elle semblait vouloir titiller légèrement le vampire ; elle lui disait que dans sa contrée, on devait se présenter avant de faire quoique ce soit et la fin de sa prise de parole fit éclater de rire le jeune homme… Elle disait que le vampire empestait les souterrains de la Cité… Il reprit peu à peu ses esprits avant de regarder de nouveau le vampire…

Le jeune hybride savait qu’il allait devoir manœuvrer avec circonspection, parce que l'amabilité apparente du vampire dissimulait mal la froideur de ses manières. Cela se sentait et surtout se voyait à sa posture etc… Le jeune homme sentait que le vampire n’était point de ces vampires qu’il avait déjà côtoyés, affrontés par le passé ; en effet, plus les secondes passaient alors qu’il examinait en silence le vampire, plus il sentait qu’il n’était point un vampire comme les autres… Celui-ci empestait le sang, et non pas le sang habituel que les vampires faisaient couler afin d’assurer leur survie, en étanchant leur soif mais ce sang-là, c’était celui… Le sang versé par les meurtres ! Le jeune humain déglutit lorsqu’il constata cela… Ainsi donc, il faisait face à un vampire capable d’user d’un sang-froid terrible afin d’éliminer leurs adversaires… Il toussota légèrement, puis se mit à parler d’une voix calme :

« Bonsoir l’ami, je crains fort que ma charmante interlocutrice n’ait raison sur un point. Je ne souhaite guère servir de repas et j’ajouterais que je ne souhaite guère non plus devoir me servir de mon épée… Un affrontement ne fait guère parti de mes objectifs actuels… Bref, comment vous nommez-vous, Monsieur le Vampire ? »


Il s’interrompit tout en se tournant vers Eréria et il ajouta avec un sourire ainsi qu’un clin d’œil :

« Abaissez votre arme ma chère et discutons comme de personnes civilisées… Nous ne sommes guère des sauvages qui passent leur temps précieux à s’entretuer. »






¤ Crédit - Lackey-G ¤


                                                                                                                                                 




_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
♔ THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED ♔



Capture de creepox
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 283
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Jeu 18 Juil 2013 - 2:47

Eréria Chenarimir. Ainsi donc le repas avait un prénom très doux mais dont l'allitération, de nombreux «r», rendait le tout grossièrement âpre à l'oreille. Son visage perdu ce sourire narquois pour présenter une expression neutre, dénuée d'émotions. C'est avec audace que la jeune femme réprouva l'idée d'être servie en petit déjeuner au seigneur de la nuit, impliquant par la même occasion son congénère. Effectivement rares étaient les humains à accepter de devenir la nourriture de vampires mais plus rares encore étaient ceux qui manifestaient leur refus sans sourciller, cherchant une flèche à la pointe d'argent dans leurs carquois. Lorsque Dante perçut la lueur mortelle entre les doigts d'Eréria, il se mit à grimacer. La simple vue de cette flèche réveilla une douleur fantôme sur le torse de Dante, à l'endroit exact où une flèche de ce genre l'avait atteint il y a plusieurs décennies de cela. Un siècle quasiment. Il menait une troupe pour exterminer des elfes en bordure d'Evanya. Un commando, composés d'archer et de soldats de fortunes, les prirent en embuscade. Il sentait la douleur lancinante d'une flèche en argent qui vous perfore la poitrine, le sang qui coule sans s'arrêter, la rage qui vous fait grincer des dents. Les cicatrices laissées par l'argent étaient fort désagréables. La voix de la jeune femme le tira de sa torpeur car dans son esprit se rejouait le théâtre de la guerre. Elle exigeait qu'il se présente. Les histoires sur les vampires n'effrayaient donc plus les jeunes humains ? Et le méchant vampire qui viendra te rendre visite si tu n'es pas sage puis laissera ta dépouille, exsangue, sur le carrelage froid de ta chaumière, on en parlait plus aux enfants ? Mais c'est deux là semblait loin d'être des marmots, c'était de jeunes gens quelque peu aguerris par la vie même si de son point de vue ils restaient des marmots.


Puis la jeune femme fit une remarque désobligeante, lui demandant s'il s'était rendu dans les égouts. Si seulement elle savait. Le vampire soupira puis toisa de son regard azuré la jeune femme. Eréria était une femme aux cheveux châtains, au visage fin orné de petits cristaux d'émeraude qui s'agitaient. Son parfum était délicat, loin d'égaler celui de sa défunte femme, mais plaisant à sentir. Il couvrait l'odeur nauséabonde du manteau de Dante, mais l'or n'avait pas d'odeur. Il ne se plaignit pas d'avoir eu à combattre dans le purin. Ses yeux descendirent à présent vers les parties plus charnues de la jeune femme. Malgré sa petite taille, elle avait tout d'une femme respectable même si Dante préférait la démesure à la respectabilité. Ses vêtements sombres lui permettaient de se mouvoir discrètement dans la forêt. Une vraie chasseresse. Néanmoins cette dernière remarque prouva que son audace pouvait se muer en témérité. L'ardeur de la jeunesse se disait Dante. C'est ensuite l'humain qui reprit la parole, Lathus.


Dante décrocha avec une lenteur non feinte son regard d'Eréria pour observer l'interlocuteur qui lui faisait face. Il semblait assuré, parlait d'une manière diplomatique pour ne pas froisser le vampire sans pour autant en venir à la flagornerie. Lathus ne cherchait pas à l'amadouer, il voulait simplement pacifier la situation. Il était bien avisé, l'hybride conseilla à sa compagne de fortune de ranger son arc même si elle ne le pointait pas directement sur le vampire aux cheveux argentés. Dante McAllister ne répondit pas immédiatement à leurs questions. Il commença par scruter de ses prunelles bleues Lathus. Il avait à présent compris d'où pouvait lui provenir cette sagesse. Même si physiquement, ses caractéristiques le rapprochaient des humains de sang-purs, il y avait quelque chose d'indéniablement elfique dans son être. Dante avait côtoyé les elfes trop longtemps pour ne pas s'en apercevoir. Ce corps svelte, un visage fin mais aux traits marqués, une chevelure ondoyante. Dante lui même possédait une lointaine ascendance elfique, ses cheveux atypiques en était l'ultime héritage. Un rapide coup d’œil et il remarqua l'arme du jeune homme. Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres du vampire. La nuit s'épaissit.


- Je suis Dante McAllister, mercenaire répondit-il en tachant d'articuler chaque mot, d'une voix grave qui vint briser le silence nocturne de la forêt.


Il fit ensuite quelques pas, évitant soigneusement les branchages et les endroits où la terre était meuble. Le vampire s'arrêta à bonne distance des deux humains. Si elle voulait tirer, elle pouvait encore le faire quant à lui, un seul bond lui suffirait pour trancher sa carotide et laisser son corps mariner dans son propre sang. Le regard félin de Dante ne les quittait pas. C'est vrai qu'il ne s'était pas nourri récemment mais il était assez âgé pour totalement se maîtriser et attendre de trouver une proie moins réticente. Quel plaisir tirerait-il alors de ce repas ? Aucun. D'un œil espiègle, il observa le fourreau de Lathus puis arrangea délicatement son manteau de telle sorte que le pommeau de son propre glaive soit à présent visible. Les rumeurs racontent qu'il n'y avait pas meilleur épéiste que Dante dans l'ouest d'Ephaelya. Cet homme aux mèches de jais semblait connaître son affaire en escrime. La passion du combat commençait à le gagner, la ferveur d'un duel sanguinaire. Le vampire n'aimait pas salir inutilement son épée. Il sentait que ce garçon en valait la peine, il y avait là un potentiel certain. Le vampire détourna le regard de Lathus pour sourire à Eréria et répondre à sa pique précédente :


- En effet, j'ai visité les égouts du quartier résidentiel. On m'a engagé pour y déloger une bestiole qui terrifiait les rustres du coin.


Dante ne voyait pas l'intérêt de mentir à ce sujet ou de ne pas répondre. Son odeur l'indisposait lui même. Bientôt les effluves de la forêt arrachèrent ces relents des narines du vampire pour les remplacer. Posséder un odorat plus développé que la normale pouvait s'avérer gênant dans ce genre de situation. Le vampire soupira. Il était las de cette petite conversation qui ne menait nul part. Amenant sa main à son menton, il grattait sa fine barbe en faisant mine d'observer l'horizon puis il reprit rapidement la parole sur un ton posé:


- Je vais vous avouer un petit secret. Pour les vampires de mon âge, boire du sang se résume à boire un verre d'alcool si j'étais encore humain. Je pourrais parfaitement m'en passer et me nourrir d'animaux une fois par quinzaine sans être affaibli. Disons tout simplement que pour vous … un regard plein de mépris se posa sur les deux jeunes humains : j'ai un sérieux problème avec l'alcool.


Le vampire pressa avec une mollesse volontaire sa main vers le pommeau de son glaive. Il ne quittait pas des yeux les deux humains. Dans un tintement métallique, il dénuda sa lame chatoyante. Les écritures runiques brillaient d'une lumière carmin blafarde, une lueur sinistre annonciatrice de malheurs. Le vampire à la chevelure d'albâtre positionna ses jambes et tint son arme haute, les bras au-dessus des épaules et la pointe vers le bas. Eréria se trouvait à sa gauche, pour peu qu'elle décoche une flèche il lui trancherait le poignet ou dévierait le projectile. Lathus se tenait sur son flanc droit, Dante ne prit pas le temps de vérifier qu'il avait l'arme au poing mais cela ne le surprendrait guère. Le temps n'était plus aux discussions. Le vampire grinça des dents en effectuant des pas extrêmement lent. Il marchait vers sa gauche, pour réduire très progressivement la distance entre lui et l'archère afin de rendre son arme inefficace. Le mercenaire aguerri gardait également son attention sur l'autre bretteur. Des cris d'animaux déchiraient fréquemment le silence pesant qui s'était installé. Les trois protagonistes s'observaient sans piper mot. Le rire sardonique de Dante brisa le silence et imposa le respect aux bêtes sauvages qui cessèrent leurs sourds rugissements. Sa voix grave interrompit une nouvelle fois le calme mystique de la forêt :


- Je sais que tu disais ne pas vouloir te servir de ton arme et je peux le comprendre. Le glaive ne doit servir qu'en ultime recours, pour assurer la survie de son porteur. Alors tâche de survivre à ça.


Le vampire ne se fit pas prier, alors qu'il feignait de réduire la distance entre lui et Eréria, il tourna brusquement vers le jeune homme et d'un bon coup de pied il projeta de la glaise vers son visage pour l'aveugler. Vif comme l'éclair, le bretteur fondit sur son adversaire et le cliquetis des armes se fit entendre. Un coup net et tranchant pour l'éventrer suivit d'une pirouette qui le fit passer derrière Lathus. Profitant de la rotation, il porta un coup au niveau de sa tempe et se dissimula habilement dans son dos pour ne laisser aucune ouverture entre lui et l'archère. Si elle voulait l'atteindre, elle devrait le faire à travers Lathus. Dante suivait infailliblement le jeu de jambe de son partenaire de danse, car c'est à cela que se résumait l'escrime pour Dante. Une danse endiablée jusqu'au bout de la nuit …

_________________

Gripoil



Dernière édition par Dante McAllister le Ven 19 Juil 2013 - 2:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eréria Chenarimir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 52
Métier : archère - vagabonde
Age du personnage : 33
Alignement : chaotique bon

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Ven 19 Juil 2013 - 1:35

Eréria capta le regard du vampire tandis que ce dernier l'examinait sans s'en cacher. Elle avait du mal à percevoir la couleur de ses yeux, mais ils semblaient relativement clairs, ce qui la mettait assez mal à l'aise. Elle le défia du regard tandis que les yeux de ce dernier s'attardait sur d'autres détails de son anatomie. Un comble, pour peu elle aurait pu rougir d'être ainsi inspectée, si elle n'avait pas une légère colère qui lui montait à l'esprit. Quoi? Non seulement monsieur le vampire  désirait manger, mais en plus il était regardant sur la viande? Elle plissa légèrement les yeux, guère heureuse d'être comparée à une pièce de marcassin, comme l'aurait fait le tenancier de l'auberge si elle avait eu l'occasion d'abattre ses propres proies. C'est du moins ainsi qu'elle interpréta l'examen insistant du mort-vivant. Elle resserra légèrement sa main sur son arme, lorsque le guerrier aux cheveux noir pris la parole à son tour. Les yeux émeraudes de la jeune femme se dirigèrent sur lui, de manière presque simultanée avec ceux, bleus clairs, du sang-froid.

La demande de Lathus l'interloqua au plus au point, lui faisant hausser les sourcils. Poser les armes? Devant un vampire ? Qui était réellement ce jeune homme, qui semblait si sur de lui? Le vampire se laisserait-il abuser par ces paroles amicales. Eréria en doutait sérieusement. Il faisait nuit, ils étaient relativement loin de toute âme qui vive,  et ce monsieur McAllister semblait bien plus dur à cuire que les deux hommes ridicules qu'elle avait mis en déroute facilement dans l’après-midi. Quel besoin aurait-il eu de se montrer condescendant? Il était dans son élément, et chacun connaissait la supériorité des vampires aux êtres humains.
L'archère avait pourtant envie de croire aux quelques mots lancés par son compagnon imprévu. Non qu'elle craigne pour sa sécurité, mais simplement parce qu'elle n'aimait pas réellement se battre, pas plus qu'elle aimait voir le sang couler, qu'il fût le sien ou celui d'un ennemi. Elle répondit par un léger sourire au vagabond qui était d'une sacrée trempe, il fallait le reconnaître. Elle reporta alors son regard sur Dante.



Ce dernier confirma alors ce que la jeune femme avait cru sentir, elle avait posé la question sur l'odeur par simple curiosité plutôt que pour se moquer de lui. Avec le recul, il était vrai que l'interrogation pouvait passer pour une bravade. Elle ne pouvait détacher ses yeux de lui, tandis qu'il continuait à converser. La force d'attraction des vampires, elle le savait. Quel atout stupide! Ainsi il s'avouait être... Elle chercha le mot un certain temps, alcoolisme, pour l'alcool, mais pour le sang? Sanguinolisme? Elle durcit son regard et haussa les épaules, s'il pensait l'impressionner oui lui faire peur, le sang-froid se mettait le doigt dans l’œil jusqu'à l'omoplate. Quand au mépris qu'il semblait éprouver pour les deux humains, elle en fut profondément agacée. Ce type d'attitude l'énervait, ces jugements hâtifs. Repas ou non, d'ailleurs. Elle ne méprisait jamais l'animal qu'elle allait abattre en tant que chasseresse, et ironiquement, Dante McAllister était actuellement le chasseur. Bien qu'à la réflexion, il semblait vouloir du sang plus par le plaisir que par faim.


Le reste se déroula très très vite. Elle n'avait pas vraiment prévu que le mort-vivant se jetterait l'arme levée sur son compagnon d'infortune - ou de fortune suivant la suite des événements - afin de croiser le fer avec lui. Elle avait observé les mouvements félins du géant aux cheveux blancs, mouvements en réelle contradiction avec son impressionnante carrure, il fallait l'admettre. Elle l'avait imaginé un peu plus lourdaud que ça... Et surtout qu'il l'attaquerait d'abord, elle devait sembler cible facile, avec sa petite taille face aux deux grands humanoïdes présents. Elle s'était préparée à un affront de plein fouet, et comptait bien apposer ses mains sur Dante.
Le ballet mortel des deux guerriers l'impressionnait. Ils étaient vifs et agiles tous deux, chacun cherchant une faille chez son adversaire. Les lames luisaient de temps à autre lorsque la lune venait les éclairer sous un angle particulier. Eréria se concentrait au maximum, elle voulait venir en aide au jeune humain, mais le vampire se dissimulait bien derrière lui. Elle guettait désespérément une faille, n'importe quoi qui puisse faire cesser le combat. Les deux "hommes" étaient totalement dissemblables, l'un si pâle avec ses cheveux gris clairs, fortement charpenté, l'autre, avec ses cheveux ailes de corbeaux, ses prunelles sombres et sa silhouette plus fine, plus agile. Deux frères ennemis.
Bien que les deux bretteurs soient à peu près à armes égales, la fin de combat était évidente pour la chasseresse: Combat truqué par avance, ainsi l'avait choisit la nature. L'être vampirique ne connaissait pas la fatigue. En outre, elle l'estimait relativement âgé, avec les avantages que cela impliquait... Elle profita d'un court instant ou enfin les deux combattants s'offrirent une courte pause, se regardant l'un l'autre, et avança d'un pas, lançant d'un ton provocateur :


Dante, si tu veux réellement t'offrir du sang humain, j'suis ta femme!

Elle espérait ainsi saisir une infime chance de pouvoir placer ses mains sur le sang-froid, pour laisser quelques minutes de répit aux deux humains. Si elle pouvait faire couler son pouvoir dans le corps de Dante, ils auraient cinq petites minutes pour trouver un plan quelconque. Elle n'avait pas peur de mourir, mais ne s'offrait pas non plus sans combattre à la mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lathus Grethar
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 115
Métier : Apprenti mercenaire
Age du personnage : 26
Alignement : Mauvais
En couple avec : Attiré par deux femmes
Ennemis : - l'assassin de sa famille
- ceux qui s'en prennent à lui
Double Compte : Elaën Nerildillë

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Ven 19 Juil 2013 - 12:16





¤ LET'S A DIFFERENT HUNTING ¤






CITY OF AURORE – Human Country
Lathus, Eréria & Dante






La peur, la colère, tous ces sentiments agressifs s'amplifiaient à mesure que Lathus sentait l’affrontement s’approcher. Il devrait rompre le lien dès qu'il pourrait engager le combat, il n'avait plus le choix. Le vampire qui leur faisait face était décidément un adversaire redoutable et puissant, bien trop puissant pour les simples exactions qu'il avait commises, si atroces soient-elles. Il le suspectait définitivement d'être un vampire encore plus puissant que ceux qu’il avait côtoyé jusqu’à présent. Lathus semblait bouillir de rage malgré le fait qu’il parlait avec diplomatie. La puissance de sa magie commençait à affluer en lui, mais il se demandait si la magie de l’eau était suffisante pour vaincre sans effort un tel adversaire. En effet, il doutait malgré tout que le combat soit une partie de plaisir. Le potentiel de Dante, c’était ainsi que se nommait le fameux vampire, était gigantesque, il le savait d'instinct et de plus celui-ci se trouvait dans son élément… Eh oui étant donné qu’ils étaient en pleine nuit, le vampire allait obligatoirement obtenir l’avantage dans leur affrontement… Mais le jeune hybride s’en moquait royalement, il ne se laissait pas faire. Il examinait son adversaire avec calme, mais également avec circonspection parce qu’il sentait que l’affrontement était de plus en plus inévitable…

La puissance du vampire était grande et le sang se faisait sentir sur lui… Il avait fait couler plus d’une goutte de sang de toute sa vie d’immortel et une autre force l’accompagnait également… Une force que le jeune homme avait déjà ressentie quelques semaines auparavant lorsqu’il avait rencontré un vampire de l’ancien temps… Il ne pouvait se tromper sur cela, il était trop finement observateur pour ne pas avoir remarqué que ce cadavre vivant qui lui faisait face et qui les menaçait sa compagne de fortune et lui faisait partie des vampires de l’ancien temps… Il était beaucoup trop puissant pour être un vampire actuel… A cette constatation, Lathus dévisagea encore plus profondément le vampire et d’ailleurs, celui-ci confirma sa constatation en disant qu’il était assez vieux et que boire du sang pour lui équivalait à boire de l’alcool… Le mépris qui se lisait dans son regard lorsqu’il avait achevé sa palabre sur le sang, n’avait nullement fait bronché le jeune hybride qui s’était contenté de soutenir son regard avec calme, tout en se préparant mentalement à l’inévitable affrontement… Bien qu’il soit un excellent bretteur, il sentait qu’il allait devoir jouer de tout son talent pour égaler son adversaire et il fallait qu’il l’affronte sans user de la magie de l’eau, qui était beaucoup trop contraignante bien que très efficace… Une petite voix lui disait : « Dommage que tu n’es point adepte du pouvoir du feu car tout le monde savait qu’il s’agissait de l’un des ennemis mortels des suceurs de sang… »… Oui c’était bien dommage !

Après ces dires, Dante se mit à caresser le pommeau de sa glaive, ce qui fit sourire le jeune humain parce qu’il savait ce que cela voulait dire et il était prêt à se battre… Il ferma les yeux pendant son adversaire se préparait à lancer à son attaque, en effet, celui-ci avait dégainé sa lame et se positionnait afin de prendre son élan… Lathus rouvrit les yeux lorsqu’il parvint à contrôler parfaitement ses émotions et lentement alors que le vampire se déplaçait vers Eréria, il dégaina Trooz, sa lame qui faisait partie de son âme… Le reflet même de sa vie ! Et une fois armée, il ne se mit guère en position de défense, en effet la pointe de sa lame se retrouvait dirigée vers le sol et il était toujours dans la même position qu’à la seconde précédente… Mais alors qu’il regardait son adversaire se diriger sa compagne, il sut sans le savoir réellement que cela n’était qu’une simple tactique de diversion et que la véritable cible du vampire, c’était lui ! Et comme si les Dieux avaient lu dans son esprit et confirmaient ses pensées, Dante s’était rapidement détourné d’Eréria afin de lui faire face et il disait quelque chose que le jeune homme ne chercha même pas à comprendre parce qu’il avait rapidement remarqué les intentions de son adversaire…

En effet, quelques secondes à peine plus tard, celui-ci chargea, avec toute la finesse que l'on attend d'un combattant de la Nuit… Dante fondait vers lui avec sa vitesse vampirique et au moment où il abattit sa glaive sur lui, Lathus para le coup avec difficulté parce qu’il l’avait anticipé mais par contre, il n’avait pas anticipé la force du coup… Donc il fut légèrement désarçonné… Il recula légèrement et se prépara à une seconde attaque qui ne tarda pas à arriver et alors que le jeune humain parait de nouveau le coup, le vampire se mit à l’entraîner dans une danse effrénée… Les coups du vampire étaient très puissants ! C’était un excellent bretteur comme il l’avait imaginé mais maintenant qu’ils s’affrontaient réellement, il était encore plus fort ! En plus du fait d’être un vampire, ce qui était l’avantage suprême, Dante était également un vieux bretteur donc le jeune Lathus n’avait guère de chance de le vaincre même s’il parvenait à suivre sa danse… Son adversaire s’était dissimulé derrière lui, ne laissant guère de chance à Eréria de l’abattre d’une de ses flèches d’argent sans faire de dommages collatéraux, en l’occurrence le jeune humain… D’ailleurs la jeune femme, dans une tentative de diversion, disait que s’il souhaitait vraiment du sang, le vampire n’avait qu’à la prendre elle… Non ! Elle ne devait pas faire cela… Et de toute façon, jusqu’à présent le jeune humain n’avait uniquement utilisé que ses aptitudes humaines donc désormais, il allait user de ses aptitudes elfiques et en premier lieu, il allait user de son agilité !

Alors que son adversaire se trouvait derrière lui et sentant la lame de celui-ci lui titiller le corps, Lathus fit un revers avec son épée et dans son mouvement, il se retourna pour faire face au vampire et avant que la lame n’aille plus loin, il l’abattit sur son adversaire qui la para sans difficulté bien entendu mais la puissance qui émanait du choc engendré par la rencontre des deux lames les repoussa à quelques mètres l’un de l’autre… Lathus tachait de reprendre son souffle, il n’avait jamais rencontré d’adversaire aussi redoutable et malgré son habilité, il sentait qu’il ne parviendrait jamais à venir à bout de ce type… Il ressentit soudainement une cuisante douleur au niveau de son épaule droite… Il leva aussitôt sa main gauche afin de tâter son épaule et lorsqu’il retira, il vit qu’il saignait… Il n’avait même pas remarqué qu’il s’était blessé durant leur affrontement, tellement il était concentré par leur danse de lames… Profitant de ce petit moment de répit, le jeune homme lança à son adversaire d’un ton qui se voulait calme mais qui masquait mal sa légère douleur :

« Ton expérience en tant que bretteur était tout à ton honneur, Dante. Tu es l’un des adversaires les plus intéressants et redoutables que j’ai jamais affrontés ! Mais sache que grâce à ma double nature, je suis plus fort qu’un humain normal et même si tu es de loin plus fort que moi, je serais un adversaire que tu ne vaincras pas facilement… »
Il s’interrompit se tournant vers Eréria et lui dit avec un sourire légèrement douloureux : « Ne te donne pas en pâture ma Belle ! Il n’attend que ça, c’est un vrai prédateur qui joue si bien avec ses proies, n’est-ce pas Dante ? »
Ajouta-t-il à l’intention de celui-ci tout en souriant à Eréria !





¤ Crédit - Lackey-G ¤








_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
♔ THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED ♔



Capture de creepox
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 283
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Sam 20 Juil 2013 - 21:53

Strident, si bref et pourtant interminable, rempli d'émotion. Le cliquetis des épées faisait frémir le vieux vampire. Il vrillait les oreilles des deux bretteurs. Dante faisait vrombir son épée, parades et contre-attaques se succédaient naturellement. Le guerrier n'en était pas à son premier duel. Il avait élevé l'escrime au-delà du rang d'art, c'était pour lui une facette même de son existence. Imperceptiblement, un sourire se dessinait sur les lèvres du vampire. Un sourire empreint d'une sincérité naïve, il appréciait la danse qu'ils menaient. Ce Lathus avait de sacrées tripes pour garder une telle concentration alors que la nuit tombait. Le vampire décida de jauger son adversaire dans un premier temps, prenant ses marques avec un guerrier bien particulier. A mi-chemin entre elfe et humain, il possédait un talent indéniable. Ses coups étaient plus brutaux que ceux des elfes, son adresse et son agilité, elles, n'étaient assurément pas humaines. Le seigneur de la nuit effectuait de vifs  moulinets, l'acier de son épée rencontra une arme de qualité. Probablement un héritage, à première vue l'arme avait l'air d'excellente facture. Dante accéléra graduellement la cadence, les frappes approximative se faisaient de plus en plus précises, les esquives étaient effectuées de telle sorte que la lame frôlait le vampire, les parades et les contre-attaques devenaient agressives. La gorge, le cœur, le foie, les poumons, autant d'organes que le vampire ciblait à chacune de ses offensives. La brutalité de la rencontre avait monté d'un cran. Dante ne perdait pas de vue l'essentiel, jetant à la dérobée un coup d’œil vers l'archère qui ne pouvait toujours pas tirer sans risquer de toucher son compagnon. Ce dernier se battait encore plus sauvagement pour leurs vies. Tellement sauvagement qu'il commençait à ne plus faire attention à certains détails. Un coup à la verticale d'une puissance sans commune mesure, même si la parade était bonne elle était trop proche de l'épaule du bretteur. Dans un mouvement d'une vivacité insoupçonnée, le vampire retira son épée vers l'arrière, tranchant superficiellement l'épaule de Lathus. Sans s'arrêter là le vampire poursuivit son mouvement par une rotation vers la droite afin de gagner en vitesse. Une fois le tour rapidement effectué, il déversa une pluie d'acier sur le flanc de son adversaire, le martelant d'estocades promptes pour percer sa chair.


L'être hybride ne se laissait pas démonter par la situation et la seule blessure que parvint à lui infliger le vampire fut celle-ci. Un grognement sourd, les canines apparentes, Dante exprima son mécontentement. Lathus venait de frapper avec force et célérité après un élégant mouvement. Le vampire fit un subtil pas en arrière pour amortir le choc lors de la rencontre des deux lames. A présent ils se faisaient toujours face à face. Dante reprit une attitude neutre, ne la changeant pas tandis qu'il observait Lathus. Ce dernier venait de s'apercevoir de l'égratignure sur son épaule. La plaie était nette, assez étroite pour lui permettre de poursuivre ce combat un petit moment encore à n'en point douter. Le jeune homme semblait haletant, le vampire ne donnait pas l'impression d'avoir livré bataille si ce n'est les quelques gouttes de sang qui perlaient au bout de sa lame. Détendu, l'arme le long du corps, il posa un regard froid sur Eréria. Ses iris étaient glaciaux, aucune humanité ne s'en dégageait, c'était le regard d'un cadavre. Elle se dévouait, elle acceptait la fatalité de son sort et embrassait son funeste destin. Le vampire eut un sursaut de stupeur. La jeune humaine s’imaginait vraiment qu'au bout d'un quart de millénaire passé en tant que sang-froid, il ne savait pas reconnaître un mensonge quand il en voyait un? Quand bien même elle ne mentait pas, désireuse de nourrir le vieux vampire car après tout leur charme surnaturel était connu de tous, ce sang offert perdrait de sa saveur. Il n'aurait pas le goût de la victoire mais celui de la facilité. Vinrent ensuite les paroles de Lathus. Il ne comptait pas se rendre maintenant. Tant mieux, Dante n'avait pas non plus l'attention d'arrêter ce combat fort divertissant. Le problème c'est qu'il était exposé, malgré le coup de théâtre orchestré par Eréria, s'il ne faisait rien pour se dissimuler, il pourrait perdre l'avantage dans ce combat. Le vampire aux cheveux argentés soupira. Finalement le vrai problème dans ce duel, c'était l'archère. Elle apportait une pression supplémentaire. Après un court silence, le vampire cracha à terre et prit la parole de sa voix grave qui tranchait nettement avec celle des deux humains, il y avait en elle une résonance fantomatique :


- Foutaises. Tu tenais encore fermement l'arc il y a quelques instants et maintenant tu veux que je m'approche docilement de toi ? Je le ferai, dit-il en exhibant ses crocs dans un rictus mauvais, une fois que j'aurai tranché tes bras et tes jambes.


Si ces menaces étaient proférées à l'encontre de la jeune femme, Dante fondit une nouvelle fois sur le bretteur. Contrairement à lui, cette pause n'était en rien justifiée. Le vampire ne ressentait pas la fatigue et ses sens ne cessaient de s'éveiller au fur et à mesure que la nuit gagnait du terrain. Les ténèbres devenaient omniprésentes. Dante fit une nouvelle fois virevolter sa lame qui fendit l'air, dans un sifflement sourd, puis se mit à méchamment menacer Lathus. L'arme scintillait dans l'obscurité naissante, elle émettait même une faible lueur sanguine. Dante faisait attention à se positionner, son jeu de jambe était impeccable, si elle décochait une flèche ce ne serait pas depuis un angle mort. L'expérience était la meilleure arme de Dante. Le vampire ne connaissait pas que des bottes secrètes, des pirouettes et des esquives , il avait d'autres choses en réserve. Sa lame prit son élan au-dessus de la tête de Lathus, après une faible course elle heurta le métal de son glaive. Dante faisait en sorte de focaliser son attention sur l'échange entre les deux armes. D'un savant mouvement, il se rapprocha du bretteur et souleva son pied au-dessus du sol pour envoyer son genou dans les côtes de son adversaire sans diminuer la pression pour autant. La jambe encore en l'air pour un court instant, il abattit en un éclair son talon en direction du genou de Lathus pour le lui briser. Sans chercher à vérifier si son coup avait eu l'effet escompté, le vampire bondit avec une agilité féline en arrière. Il toisait dorénavant Lathus avec un sourire narquois aux lèvres. Il se mit alors à discuter :


- Tu sais ce qui arrive jeune homme ? Oui tu l'as sûrement déjà compris …


Dante aurait pu se montrer encore bien plus agressif, il aurait pu tenter d'acculer son adversaire ou bien se servir de moyens déloyaux pour en venir à bout. Pourtant il maintenait une certaine pression, suffisante pour que ce combat dure encore un peu. La nuit s'épaissit. Elle avait établi son royaume dans la forêt. Le vampire n'eut qu'à faire quelque pas en arrière pour que son imposante stature disparaisse comme par magie dans l'obscurité. Effectivement, le combat s'était éternisé et maintenant la seule source lumineuse dans le ciel était la nouvelle lune et quelques étoiles. Ce n'était guère assez pour mener un combat. A moins d'être nyctalope, ce qui était le cas du vampire. Le guerrier se déplaçait furtivement, les bruissements inquiétants de touffes d'herbes, le crissement des feuilles et des branches sous ses pieds. Autant de fausses pistes qui devaient maintenir en alerte les deux jeunes humains. Dante prit quelques précautions : l'hybride était sûrement capable de distinguer beaucoup de choses dans le noir, moins qu'un elfe ou un vampire pur-sang mais il n'était pas aveugle pour autant. En revanche l'humaine devait se focaliser sur ses autres sens pour rester dans la partie. A n'en pas douter, une chasseresse expérimentée en était capable. Après quelques minutes qui semblèrent durer des heures, durant lesquels les deux humains avaient conversé, le vampire décida de mettre fin à ce petit jeu. Ses yeux, luisant d'un éclat inquiétant, surplombaient la jeune humaine. Il prit le poignard fixé à sa cuisse par des lanières de cuir sans un bruit. Il se trouvait au-dessus d'eux, dans les branchages d'un vieux hêtre. Il bondit sur la jeune femme et jeta simultanément sa dague en direction de Lathus. Il cherchait à écraser de son poids la femme, ce qui n'était pas bien difficile étant donné la différence de corpulence entre les deux. Une fois plaquée au sol, tournée contre lui, un sourire mesquin s'afficha sur sa bouche. Il plongea son regard azur dans ses yeux et dans un silence mortel, enfonça brutalement ses crocs dans sa nuque.

_________________

Gripoil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eréria Chenarimir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 52
Métier : archère - vagabonde
Age du personnage : 33
Alignement : chaotique bon

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Lun 22 Juil 2013 - 23:11

Rien, elle ne pouvait rien faire. Elle n'avait pu trouver aucune faille sans risques pour Lathus. A la réflexion, elle avait eu une courte, très courte ouverture pour envoyer l'un de ses traits argentés, mais n'avait pas osé. Elle ne connaissait pas assez le jeune homme aux cheveux noirs pour savoir de quelle manière il allait réagir à la nouvelle attaque du vampire aux cheveux gris. Elle n'était guère versée dans l'art de danser avec le fer, et ces deux-là maîtrisaient leur affaire. Son hésitation leur avait fait perdre un avantage précieux: le vagabond avait été blessé à l'épaule, et elle ne pouvait songer qu'elle en était un peu responsable. Elle résista avec difficulté à ce moment là à se rapprocher des deux bretteurs afin d'offrir son aide au vagabond, son pouvoir devrait leur permettre de souffler un peu, d'élaborer une stratégie si cela était possible et peut-être de remettre les idées en place dans le cerveau tortueux de McAllister.

Elle avait vu son compagnon d'arme de ce soir pâlir lorsque Dante lui avait asséné son coup de talon au niveau du genou, pourtant, le vagabond n'avait pas courbé l'échine, sans aucun doute, il n'y avait eu aucune casse. Par contre une douleur certaine, à n'en pas douter. Le vampire se décida alors à profiter de l'avantage qu'il avait pour se fondre dans la noirceur de la forêt, cherchant sans nul doute à effrayer davantage les deux jeunes personnes qu'il avait choisies pour cibles. Eréria se rapprocha avec vivacité de l'homme qui s'était battu pour eux deux, tandis qu'il reprenait son souffle. Alors qu'elle raccourcissait la distance entre eux deux, elle ôta d'un même mouvement l'une de ses manches bracelet.


- Comment vas-tu Lathus? On regardera cette coupure tout à l'heure, plus en détail, pour le moment, un bandage de fortune fera l'affaire. Joignant le geste à la parole, elle enroula le tissu noir autour de l'épaule, passant le bandage improvisé dessous le bras, et fit un nœud derrière l'épaule touchée afin de ne pas en gêner les mouvements. Elle haussa le ton: Je pense que notre ami désire jouer un peu avec nos nerfs. J'en suis navrée, je ne crois pas être sensible à ce genre de passe-temps, elle adressa alors un clin d’œil au guerrier, cherchant à lui faire comprendre qu'elle n'était pas sans défense, et qu'elle avait peut-être une idée. Elle reprit en murmurant dans un souffle presque inaudible, j'ai de quoi le calmer quelques minutes, mais il nous faut une idée pour la suite. Elle augmenta à nouveau le volume sonore de ses paroles, tout en tenant le bas de son corset noir de sa main droite. Peux-tu voir où il se déplace? La pénombre m'empêche de distinguer quoi que ce soit. Dissimulées dans une petite cache intérieure se trouvait quelques pointes en argent de rechange. Elle en attrapa une discrètement et referma sa petite main dessus. Elle avait entendu un léger bruissement sur leur gauche, et à la manière proche dont se tenait les deux humains, il était impossible que Dante ai pu remarquer quoi que ce soit: la chasseresse était masquée par la stature de son compagnon.

Elle tourna la tête sur sa droite imitant le geste instinctif de Lathus, qui avait du voir un mouvement. La jeune femme soupira: elle n'arriverait à rien comme ça. Elle ne percerait pas les ténèbres, elle ne l'avait jamais pu. Quitte à être momentanément aveugle, elle ferma les yeux afin de se focaliser sur ses autres sens, en particulier l'ouïe. Elle se mordit la joue, le sang-froid savait ce qu'il faisait, et elle se doutait que les quelques bruits qu'elle entendait n'étaient là que pour les distraire. Elle se concentra alors davantage, et sur des endroits absurdes: les lieux où elle n'entendait plus rien, le buveur de sang pouvait être là, n'importe où.

Le silence se fit plus pesant. On y était, le tueur avait probablement trouvé un endroit d'où lancer son attaque. L'archère avait toujours ses yeux fermés, à la recherche du moindre bruit sortant de l'ordinaire nocturne de son lieu de chasse habituel. Un déplacement d'air, n'importe quoi qui pourrait lui indiquer quelconque indication sur la cachette du mort-vivant. L'idée était excellente en elle-même, la seule chose qui trahit Dante fut son saut félin: soulagées de son poids, les branches qui le soutenait reprirent brutalement leur place. Eréria eu tout juste le temps de relever la tête que déjà le colosse était sur elle, gardant sa main droite le long de son corps, elle plaça sa gauche devant elle à hauteur de poitrine, dans un geste qu pouvait sembler pur réflexe de survie. La chasseresse fut par contre particulièrement étonnée par l'attitude et la manière de faire de son agresseur: celui-ci l'avait amenée au sol avec une rapidité et une implacabilité déconcertante, mais paradoxalement avec une certaine douceur. Elle eu tout de même le souffle coupé par la masse musculaire qui était installé au-dessus d'elle. Lorsque ses yeux se plongèrent dans les siens, elle en aperçut enfin la couleur. Elle lui rendit son regard sans sourciller, la commissure des lèvres se releva très légèrement. Elle le tenait enfin. Elle songea à Lathus, elle ne savait pas ce qu'il s'était passé pour lui, mais le temps qu'elle passait dans le regard du vampire lui fit comprendre que le vagabond devait avoir une difficulté quelconque.

Elle ne put réprimer un sursaut lorsque les pointes aiguisées pénétrèrent sa chaire. Elle n'avait jamais été mordue auparavant et s'était toujours imaginée que ce genre de pratique était sanglante, que le buveur perdait tout contrôle, déchiquetant l'épiderme de sa proie. Pourtant ce ne fut pas le cas ici. Hors les dents du vampire qui lui faisait un mal de chien, le reste ne se passait pas comme l'avait pensé. Les lèvres cadavériques épousaient son cou sans aucune sauvagerie, tandis que le colossal guerrier aspirait son fluide vital.Elle sentait sa force décliner à mesure qu'il la vidait de son sang. Elle saisit fermement sa pointe en argent, réussissant à faire un peu d'humour malgré la situation.

- Tu risquerais de t'apercevoir que je pique un peu...

Sur ces mots, elle planta la pointe aiguisée en argent entre les côtes de Dante. Pas aussi fort qu'elle l'aurait voulu au vu de sa faiblesse grandissante, ni aussi profondément qu'elle l'aurait souhaité. Ce genre d'arme n'était de toute manière pas faite pour être utilisée de la sorte. Mais suffisamment pour embêter un peu le sang froid qui étouffa un grognement dans son cou. Sa main tenait fermement la pointe et ne la lâchait pas. L'autre, la gauche était coincée entre leurs deux corps, sa paume presque au niveau du cœur de son adversaire.

- Ça devrait chatouiller un poil également.

Elle fut elle-même surprise de sa puissance. Ses forces déclinaient, et elle s'était concentrée pour laisser son pouvoir envahir ses mains, et électrocuter le vampire. Peut-être était-ce le contrecoup de l'attaque qu'elle subissait, mais elle avait senti que la décharge électrique avait été bien plus puissante que prévue.  L'ancien humain lâcha sa proie et disparu rapidement. En état de choc, Eréria était bien incapable de savoir si il était parti de lui-même ou si il avait été aidé, en l’occurrence par Lathus Grethar. Elle se remit sur son séant assez péniblement, portant une main à son cou, appuyant avec force afin de ralentir l'écoulement du sang.

- Lathus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lathus Grethar
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 115
Métier : Apprenti mercenaire
Age du personnage : 26
Alignement : Mauvais
En couple avec : Attiré par deux femmes
Ennemis : - l'assassin de sa famille
- ceux qui s'en prennent à lui
Double Compte : Elaën Nerildillë

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Sam 28 Sep 2013 - 15:32





¤ LET THE FIGHT BE CONTINUED ! ¤



••• THE BATTLE ENDS •••



HUMAN'S COUNTRY - CITY OF AURORE
Dante, Eréria & Lathus


THE FALL …




Lorsqu’il s’était rendu dans la forêt cette soirée, à la suite de la jeune femme qu’il avait eue mettre une semi-raclée à deux énergumènes, Lathus ne s’était guère attendu qu’il allait se battre en duel à mort avec un vampire… Un vampire qui demeurait très puissant d’ailleurs et qui semblait avoir une longue expérience du combat à l’épée… Quand bien même, le jeune hybride qu’était Lathus était un bon bretteur voire même il était excellent (vu qu’il alliait la férocité de l’homme et l’agilité de l’elfe, ce qui dans un duel contre de simples humains se révélait être très utile pour lui…), son adversaire le dominait largement dans tous les domaines… Il savait intérieurement qu’il ne pourrait guère gagner ce combat mais il allait donner tout ce qu’il avait afin que le vampire se rappelle de lui ! Le jeune homme n’avait guère peur de mourir des mains du vampire mais cela détruirait sa quête personnelle, donc il allait tout faire pour s’en sortir…

Inspirant légèrement alors que leur combat s’était légèrement estompé, Lathus avait aussitôt porté sa main à son épaule… L’épée du vampire l’avait touché grièvement mais il s’en moquait royalement, malgré la douleur qui commençait à devenir cuisante. Son adversaire, quant à lui, semblait guère ne point être fatigué. Pourtant le jeune homme avait mis dans toutes ses bottes énormément d’énergie et malheureusement, il commençait à ressentir les effets du combat… Il semblait de plus en plus fatigué et tôt ou tard, le coup fatal devrait être porté… Laissant lamentablement la pointe de son épée trainer au sol, Lathus commençait à sentir que sa vue se brouillait mais après plusieurs clignements, il parvint à recouvrir l’usage de sa vue. En entendant la voix de sa compagne du soir, Eréria qu’il avait rencontrée par hasard en ces lieux devenus le champ de bataille, il se tourna légèrement vers elle… Il dit d’une voix qui se voulait rassurante :

« Ne t’inquiète pas pour Eréria… Je vais bien, et je tiendrais le coup. Ce n’est pas cela qui va me tuer ! J’ai du sang elfique dans mes veines, ce qui veut dire que je suis un poil plus coriace que les humains de pure souche… »

Il s’interrompit et fixa son adversaire qui semblait prêt à réengager le combat ! Lathus se mit en garde et se prépara à l’éventuelle attaque. En effet, quelques secondes à peine alors qu’il tentait toujours de récupérer, il vit Dante s’élancer ce qui eut le don le faire s’élancer aussi mais soudain, il remarqua que le vampire avait changé de trajectoire et qu’au lieu de se diriger vers lui, il se dirigeait vers Eréria… Malheureusement avant qu’il n’ait eu le temps de se jeter entre les deux, il reçut la dague que le vampire avait prestement lancée (à une vitesse difficilement perceptible même pour le jeune Lathus), en plein cœur…


ARGHHHHHHHH

tout devint flou… Le néant total tandis qu’il s’effondrait lamentablement à même le sol… Il sentait qu’il commençait à avoir froid, sentant une force surnaturelle le mener à elle… Une force qu’on appelait plus communément la « mort »… Non impossible ! Il ne pouvait mourir maintenant, surtout de cette façon ! Il fallait qu’il se ressaisisse et qu’il réengage le combat, malheureusement, il ne parvenait guère à refaire surface… Il sentait que son sang se vidait lentement de son corps…

« Mon fils… Accroche-toi ! Ton heure n’est pas encore arrivée ! N’abandonne pas ! Tiens bon ! Tu es comme une plante qui ne cesserait de s’épanouir ! Relève toi mon fils et reprends le combat ! Tu es doté d’un don… Utilise-le ! »

Mère… Lathus pensait qu’il délirait mais cela eut tout de même le don de lui redonner des forces, il s’aida de son épée afin de se relever lentement mais avec énormément de difficultés… Il était extrêmement faible et de plus, il était mourant ; un dernier coup serait synonyme de « fatal » pour lui ! Il était maintenant sur ses pieds, il faisait face à Dante… Il ignorait ce qu’il s’était passé mais il sentait qu’il avait pris une décharge magique… Oui, malgré sa blessure, il ressentait la magie… Une puissante magie avait été usée… Ainsi, Eréria était dotée de dons magiques également… intéressant ! Mais pour le moment, Lathus ne se préoccupait guère de cela… Il avait un compte à régler avec le vampire ! Il ignora les mots d’Eréria pour se concentrer uniquement sur son adversaire ! Il dit d’une voix tremblante mais déterminée :

« Le combat n’est pas terminé, suceur de sang ! Je suis ton adversaire ! Je ne te laisserai pas gagner aussi facilement ! »

Il tenait fermement son épée tandis qu’il fermait lentement ses yeux laissant ses pouvoirs s’influencer dans son corps… Aussitôt, l’eau provenant des nappes souterraines commençait à se faire entendre pour enfin jaillir de terre et l’asperger. Il ne voyait guère le visage de son adversaire (qu’il soit surpris ou non, cela lui était totalement égal…) ! Il laissait l’eau lui redonner de la puissance ! Il était Maitre de l’Eau et il allait le prouver ! Alors que son énergie revenait petite à petit, il rouvrit soudainement les yeux, qui étaient devenus rouges sang, puis il arracha la dague d’un coup sec tout en retenant son cri de douleur alors que la lame qui était plantée dans son cœur venait d’être retirée brutalement… Il inspira par saccades et en fixant Dante d’un air assassin, il jeta la dague ensanglantée à son adversaire afin qu’il puisse récupérer son arme ! Puis de nouveau paré pour le combat, il se mit en garde et sans prévenir, il s’élança vers son adversaire et abattit sa lame sur celui-ci !

Bien entendu, celui-ci parvint à parer son coup et dès lors, une nouvelle série de croisements de fers de plus en plus violents et rapides s’engagea. Lathus, revigoré grâce à sa magie même cela ne serait que temporaire, commença à sortir ses bottes secrètes, sautillant, bougeant avec l’agilité qui lui était due… Comme un véritable Elfe ! Sans qu’il ne sache comment exactement, il parvint à toucher son adversaire sur le côté droit mais il ne put éviter le coup de Dante qui lui planta sa dague dans l’estomac cette fois-ci… Lathus tituba parvenant à s’extirper de l’emprise de son vampire d’adversaire… Néanmoins, il se mit tout de même en garde et se prépara à une éventuelle contre-attaque…

[HRP]: Veuillez m'excuser pour ce long retard... J'espère que cela ne vous a pas décourager de rp... J'ai eu trop de problèmes, difficilement explicables... Mais maintenant je suis de retour et je pourrais de nouveau reprendre mon activité d'antan !


 




© Crédit - Lackey_G ®



                                                                                                                                               




_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
♔ THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED ♔



Capture de creepox


Dernière édition par Lathus Grethar le Jeu 3 Oct 2013 - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 283
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Mer 2 Oct 2013 - 1:27

Le sang qui coule à flot, un parfum enivrant qui vous prend aux tripes, un arôme unique. Le vampire se délectait de la sève pourpre drainée à même la nuque de cette humaine. Sa peau alliait douceur et fermeté, sa chair était juste assez tendre pour laisser les crocs pénétrer sans résistance. Dante savourait chaque instant, le tressaillement de la jeune humaine, la découverte d'une sensation nouvelle pour elle, le cri de son compagnon d'infortune à l'agonie. Contre toute attente ses lèvres quittèrent prématurément le cou de sa proie. Extirpant à la hâte ses crocs en réponse à la vive douleur qui s'était emparée de son flanc, le vampire ne parvint à réprimer un grognement de colère. La pointe d'argent, même si elle n'avait causé qu'une blessure superficielle, provoqua une douleur que les mortels sont incapables d'imaginer. La simple vue de l'argent était parfois désagréable pour les vampires. Son contact était douloureux. Alors lorsqu'on vous l'enfonçait dans la chair, je puis vous assurer que la sensation était inqualifiable tant elle était insoutenable. Le mercenaire n'émit d'autres bruits que celui qui exprimait son désagrément. Malgré les années et l'expérience, il n'arriverait jamais à supporter le contact avec l'argent. Il avait au mieux réussi à développer une certaine résistance psychique à la souffrance physique. Le vampire n'en fut pas plus ébranlé. Il plongea un regard maléfique dans les yeux d'Eréria. Sans plus attendre, il leva la main au-dessus de sa tête, prêt à lui refaire le portrait à main nue afin de soulager sa frustration. Il se figea néanmoins lorsque sa proie posa une main sur son torse, son instinct lui hurlait de ne pas rester là. Pourtant, une fascination malsaine pour l'archère le convaincu de ne pas bouger. De sa main gauche, la chasseresse fit jaillir des éclairs si puissants que le colosse fut propulsé vers l'arrière tel un vulgaire fétu de paille. Il termina sa course plusieurs mètres plus loin, dans un état peu enviable mais dissimulé au cœur même d'un royaume d'obscurité. Dante se releva avec difficulté, il se dirigea vers l'arbre le plus proche en titubant. Une fois qu'il eut pris appui sur l'écorce humide d'un chêne, le vampire se laissa glisser dans un bruit sourd, s'adossant grossièrement contre l'énorme tronc.


Les bras ballants, des yeux aqueux perdus dans la pénombre, le vampire avait tout l'air d'un cadavre. « Peste ! De la magie … mon cœur a failli lâcher. Encore une décharge comme ça et je vais rejoindre mes ancêtres ... ». Le regard vitreux du vampire s'était mué en un océan de noirceur. Ses prunelles azurées scintillaient d'une lueur machiavélique. Le sang du vampire bouillait dans ses veines. Les gouttes luisantes perlaient de son flanc, quelques minutes n'avaient pas suffi à refermer la plaie encore fraîche. Arrachant sa chemise sans manière, il la banda autour de sa taille pour contenir l'hémorragie, son corps d'immortel ne tarderait pas à cicatriser Il devait éviter tout mouvement brusque pour ne pas risquer de l'ouvrir davantage et de souffrir d'une cicatrice disgracieuse de ce côté-ci. Dante murmurait toutes sortes de châtiments qu'il pourrait faire subir à l'impertinente, alignant juron sur juron à en faire pâlir de jalousie un fossoyeur nain. Au bout d'un moment, d'anciennes et sages paroles lui revinrent en mémoire. «Accepter l'idée d'une défaite, c'est être vaincu. ». Le vampire se tut. Il se redressa calmement, arborant le même visage sinistre dénué de sentiments que la plupart des immortels. Ses organes internes avaient été secoué par la décharge néanmoins tout semblait être rentré dans l'ordre à présent. Le vampire soupira, s'il n'avait pas épuisé l'archère en buvant son sang, elle aurait été capable de produire une électrocution létale. Tomber sur une mage, c'était bien sa veine. Peut-être son pouvoir était-il récent ou qu'elle avait agi sous le coup de l'émotion, car il n'y avait aucune raison de ne pas l'avoir utilisé plus tôt. Cela aurait considérablement changé la donne en leur faveur si elle pouvait maîtriser la foudre à sa guise. Le vampire se mit à sourire, déduisant de ses réflexions qu'elle n'avait pas atteint un  parfait  contrôle de sa magie. Les vampires possédaient des yeux démoniaques, capables de distinguer dans l'obscurité ce qui devrait être invisible. Il y vu une femme qui pressait fermement sa main contre son cou ensanglanté ainsi qu'un guerrier à terre, mortellement blessé, touché en plein cœur. Satisfait de sa chasse, le mercenaire décida qu'il était temps de mettre un terme à l'aventure nocturne de ces deux jeunes gens.


Une large silhouette se découpait parmi les ombres, son corps enveloppé par les ténèbres se découvrait graduellement. Sa démarche nonchalante et son port altier exhibaient toute la confiance, à la limite de l'arrogance, dont il faisait preuve. L'opacité de l'obscurité céda face à la clarté des rayons lunaires. Le visage du vampire, couvert de mèches blanches, surgit de la pénombre. Il se tenait à une distance raisonnable de ses deux adversaires. Le vent fouettait le cuir de son manteau, il le faisait virevolter de droite à gauche, le suspendait dans les airs à la manière d'un drapeau carmin, un drapeau couvert de sang. Éclairé par la lune dans son dos, le vampire avait un aspect démoniaque. Un mouvement, un seul. Naturellement, les lèvres du vampire se déformèrent dans un sourire mauvais. Le bretteur aux cheveux de jais était aux portes de la mort pourtant il se tenait debout, prêt à en découdre. D'une voix tremblante mais sans peur, Lathus lui fit savoir que le combat se poursuivrait tant que l'un des deux seraient debout. Le mercenaire perdit rapidement son sourire lorsque la réalité le rattrapa : lui aussi faisait parti des élus qui possédaient un don. L'eau se mit à abonder, provenant de multiples petites craquelures au sol. Ainsi donc, il régnait sur l'eau comme Eréria régnait sur la foudre. Un duo bien dangereux dont la synergie aurait pu mettre le bretteur à rude épreuve s'ils avaient eu l'idée de combiner leurs pouvoirs. Fort heureusement, l'un d'eux allait bientôt être expédié ad patres par Dante. Le vampire ne sourcilla pas au moment où l'hybride arracha hargneusement sa dague de son torse. Son adversaire jeta l'arme qui vint rebondir sur le sol une fois, soulevant terre et poussière. Dans un mouvement volontairement lent, le vampire se pencha pour ramasser son arme. La lame brilla l'espace d'un instant, s’agitant entre les doigts agiles de Dante puis  vint à la rencontre du fer de Lathus. Le vampire le toisait, le bras tendu tandis que son autre main s'approchait tranquillement du pommeau de son épée. Le son caractéristique du métal extirpé de son fourreau se fit entendre. Le mercenaire venait de dégainer son arme. S'engagea un duel qui défiait la nature humaine. Ces deux hommes s'étaient élevés un cran au-dessus. Les lames s'entrechoquaient, Dante pratiquait une danse assassine qui emmêlait coup de dague et taillade à l'épée. Saisi par l'ivresse du combat, il ne retint pas sa concentration assez longtemps. Le sang jaillit, une nouvelle fois, du corps de l'impitoyable mercenaire. Impitoyable car il venait de rendre coup sur coup à Lathus. Sans lui laisser le temps de savourer cette maigre victoire, véritable prouesse pour un guerrier blessé de la sorte, le vampire effectua un bond vers l'avant. S'ensuivit un enchaînement éclair : le vampire brisa la garde son adversaire d'un mouvement du poignet puis balançant sa hanche, il donna une impulsion fatale à son bras gauche afin d'enfoncer sa dague le plus loin possible dans les entrailles de son adversaire.


Le coup eut l'effet escompté. Le bretteur fit quelques pas en arrière avant de se mettre de nouveau en garde. « C'est qu'il est tenace » grinça Dante entre ses dents serrées. La plaie sous son aisselle droite se résorbait à vue d’œil, l'arme de Lathus n'étant pas en argent le vampire n'avait pas grand chose à craindre tant qu'il ne portait pas de coups mortels. Dante se montra impatient, il savait que tout pouvait arriver lors de cette confrontation. Tant qu'Eréria pourrait lancer des éclairs et que Lathus serait en mesure de l'asperger d'eau, il demeurerait en position de faiblesse. Dante soupira. Il allait donc devoir montrer l'étendue de son talent pour en finir le plus vite possible. Il posa un regard inquisiteur sur Eréria qui semblait préparer quelque chose puis sur son compagnon de danse qui tenait la garde haute malgré ses nombreuses blessures. Sa voix grave rompit le pesant silence de la nuit :


- Le sol se dérobe sous tes pieds, Lathus. Ce combat n'a plus aucun intérêt, je vais mettre fin à cette mascarade. Toi, apostropha-t-il en désignant Lathus d'un mouvement de tête, tu étais un excellent bretteur. Lorsque tu seras mort, tes rêves, tes idéaux et ton esprit s'évanouiront à jamais. Ton corps nourrira la terre, c'est la seule récompense dont nous pouvons jouir. C'est le destin des guerriers.


Sur ces froids propos, le vampire fondit sur son adversaire sans plus attendre. Son épée fétiche dans la main droite, sa dague tachée du sang de Lathus dans la main gauche. Malgré l'agilité féline de Lathus, il ne pouvait esquiver toutes les attaques du vampire ayant atteint un degré de virtuosité incomparable à l'épée. Lorsqu'il parait, la différence de force donnait l'avantage à Dante qui parvenait à repousser son adversaire. Ce dernier était épuisé, éreinté par un duel titanesque alors que le vampire avait conservé toute sa vigueur. Soudain, le dos de l'hybride vint se plaquer contre un arbre. Lorsque Lathus se rendit compte que le mercenaire s'était joué de lui, il était déjà trop tard. Dante l'avait repoussé jusqu'à ce qu'il rencontre un obstacle. Vif comme l'éclair, il jeta sa dague au sol et bondit sur sa proie puis empoigna le col de sa chemise de la main gauche, soulevant sur la pointe des pieds le bretteur frappé de stupeur mais pas seulement. En effet Dante lui asséna un premier, un second puis un troisième coup à la tempe avec le pommeau de son épée avant d'envoyer cogner ses phalanges contre la bouche et la mâchoire de Lathus. Ces coups ébranlèrent sûrement l'esprit combatif du guerrier qui chancelait. Il avait vu le scintillement de l'épée, pas assez tôt. La lame de Dante pénétra profondément la cuisse de son adversaire. Il retira sa lame aussi vite qu'il l'avait enfoncée dans sa chair. L'étau se resserrait autour de Lathus, il lui était impossible de garder un équilibre correct avec une jambe dans cette état. Même s'il donnait un coup à Dante, il n'y aurait plus assez de force pour qu'il soit fatal à moins de toucher directement le cœur ou le crâne. Le vampire détourna la tête de son adversaire, sûr de lui, afin de jeter un regard diabolique à Eréria :


- Inutile de songer à courir. Tu es la prochaine.


Son regard était terrifiant. La scène, macabre et dérangeante, qui se jouait sous ses yeux en tétaniserait plus d'un. Un homme baignant dans son propre sang, couvert de blessures, face à un véritable démon à forme humaine. Un démon à la chevelure d'albâtre. Le vampire se concentra sur Lathus qui peinait à tenir debout. Son épée décrivit un petit arc de cercle en entonnant un chant familier. Ce chant, Dante le connaissait par cœur. C'était celui qui accompagne les morts jusqu'au royaume des dieux. Un chant mortuaire qu'il aimait faire jouer à sa lame. D'un ton solennel, il ajouta à l'égard de Lathus :


- Puisses-tu te battre éternellement aux cieux et festoyer avec les dieux.


Il était rare que Dante fasse mention de déités et pour cause, sa religion était quelque peu différente de celles de nos jours. Si l'existence de ceux que nombreux appelaient « dieux » avant la grande guerre des titans a été confirmé par leur apparition il y a 250 ans, d'autres religions subsistaient et avaient existé auparavant. Dante évoquait rarement ses propres croyances. Dans sa patrie et sa famille, un panthéon de dieux guerriers étaient vénérés. On priait pour la bonne fortune, pour la chance au combat mais également pour son salut. Un salut qui était de pouvoir continuer le maniement de l'épée une fois envoyé dans l'au-delà. Le vampire eut une courte absence qui se dissipa rapidement. Un sifflement, le bruit du sang qui gicle, le goût ferrugineux de l'hémoglobine. Dante venait de trancher la gorge de son adversaire dont les jambes ne le soutenaient plus. Il tomba à terre, inerte mais pas encore mort. Le vampire regardait Lathus qui gisait sur le sol avec une expression qui s'apparenterait à de la pitié mêlée à de la frustration. L'esprit du vampire était en proie à de nombreuses interrogations. Dante ne pouvait se résoudre à mettre un terme à la vie d'un bretteur si prometteur. Avec plus d'expérience, il aurait pu le divertir encore un long moment… Des images commencèrent à assaillir son esprit. Il y voyait Emerence qui donnait son propre sang, entaillant son poignet pour permettre à sa servante de rester en vie.


Les souvenirs et la réalité s'épousèrent et prirent une forme similaire. Sans trop savoir pourquoi, le vampire ouvrit les veines de son poignet avec ses canines puis pris une quantité non négligeable d'hémoglobine dans sa bouche. Il mit genoux à terre, souleva avec rudesse la tête de son adversaire au-dessus du sol en le tenant par les cheveux puis il lui entrouvrit la bouche de sa main libre. Le surplombant, il laissa couler le sang de sa bouche entre les lèvres tuméfiées du jeune hybride. Ce dernier s'abreuva du sang de l'immortel, consciemment ou non. En tout cas c'était là sa seule chance de survivre, ce qui n'était pas une certitude après une telle perte de sang. Lathus et Dante ressentir une sensation indescriptible, le sentiment qu'un lien dépassant l'humanité se créait, quelque chose que les autres créatures ne pouvaient comprendre. Dante, en retirant volontairement sa source vitale de son corps, donnait naissance à Lathus. Il lui offrait une seconde chance mais également le poids de l'éternité. Une scène d'une intense rareté, où vie et mort se côtoyaient pour ne faire plus qu'une. Une créature sans égale sur les terres ephaelyennes allait surgir des ténèbres. Le vampire laissa le corps étalé sur le sol, s'il devait vivre alors il vivra. Sinon, il aura au moins essayer de le garder en vie. Encore surpris par son propre acte, le vampire passa sa main sur son visage pour essuyer tout le sang qui s'y trouvait. Les deux trous sur son poignet s'étaient déjà refermés, la blessure n'était que superficielle. En revanche, celle que l'archère lui avait infligé saignait encore mais en faible quantité. Le vampire reprit son arme, laissant ses bras le long de son corps. Il jaugeait du regard Eréria. Rien n'indiquait qu'il venait de prendre part à un affrontement épique si ce n'est les nombreuses taches de sang qui parsemaient ses vêtements. Il reprit la parole :


- Lathus Grethar est mort dit-il en pourléchant ses lèvres maculées de sang. Je vais te donner une chance unique de survivre. Contre une once d'abnégation ajouta-t-il théâtralement.


Il rangea son épée dans le but de signifier que l'heure n'était plus à la violence. Du moins pas avec des armes. Le vampire s'étira de tout son long, rappelant vaguement un chat qui viendrait de sortir d'une agréable sieste. Ses prunelles bleues se posèrent sur le visage livide de l'archère. Il fallait un peu de temps pour que la transformation réussisse, pour peu qu'elle réussisse. Il poursuivit alors ses explications :


- Si jamais Lathus parvenait à triompher de la mort, lui et moi serions de la même espèce. En fait, pas totalement. Pour finaliser le rituel et assurer la survie du nouveau-né, il faut le nourrir. D'après les légendes, le sang des vierges est fameux, il n'y a pas meilleur pour un rejeton vampirique précisa-t-il dans un rire sardonique, se gaussant de cette invention humaine. S'il se relève, je veux que tu le laisse étancher sa soif sans résister et tu auras ma parole que ta vie sera sauve. Si tu refuses …


Il regarda le cadavre du bretteur à terre puis afficha un sourire effroyable qui découvrit ses féroces canines de tueur :


- Tu auras affaire à un vampire affamé, de la pire espèce qui soit, un bretteur réduit à l'état de tueur assoiffé de sang. Qu'en dis-tu ?


Dante attendait la réponse de la jeune femme. Il voulait voir si elle était prête à prendre un risque calculé sur la seule base qu'un seigneur de la nuit lui donnait sa parole. Le mercenaire se mit à réfléchir à son comportement. Il ne comprenait pas encore pourquoi il avait tenté de maintenir cet homme en vie. Le vampire s'était juré de ne jamais infliger une telle malédiction à quiconque car lui-même avait atrocement souffert de sa condition d'immortel, voyant tous les proches autour de lui mourir, disparaître. C'était peut-être là une ultime tentative pour vaincre l'ennui et la solitude, qui sait ? Sans prévenir, la vision du vampire se troubla. Il ne le montra pas mais une vive douleur s'empara de lui. Il subissait le contre-coup pour avoir continué un duel d'une telle intensité alors que la plupart de ses organes avaient manqué d'être grillés. «Quel puissant pouvoir ...» pensa-t-il, essayant de reprendre ses esprits. Devait-il la transformer également, la rallier à sa cause ? Elle ferait un vampire tout aussi dangereux que Lathus. En tout cas ses réflexions et celles d'Eréria furent interrompues par Lathus Grethar. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du vampire.

_________________

Gripoil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eréria Chenarimir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 52
Métier : archère - vagabonde
Age du personnage : 33
Alignement : chaotique bon

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Jeu 3 Oct 2013 - 0:32

L'affrontement avait été rapide, pourtant il lui avait semblé durer une éternité. La jeune femme aurait pu, si elle l'avait souhaité prêter main forte à Lathus, sa magie électrique semblait avoir gagné en puissance et elle savait pertinemment qu'elle pourrait à nouveau lancer une attaque contre le vampire. Pourtant, elle ne pu, elle était tétanisée, non par la peur, non par la violence, mais par la beauté du ballet mortel qui se jouait sous ses yeux. Confusément, elle avait également le sentiment que Lathus ne souhaitait pas de son aide, qu'il désirait mener ce combat seul, d'homme à homme si toutefois elle pouvait exprimer les choses ainsi. Leurs mouvements fluides et vifs, surs et francs.  La Chasseresse savait qu'elle assistait à une chose rare en ces terres qu'il n'était pas donné de voir tous les jours, même si cela se solderait inévitablement par une mort certaine pour l'un des deux et elle savait qui serait inévitablement le perdant: celui qui se fatiguerait le premier. Hors chacun connaissait la résistance des vampires. Elle se fit violence plus d'une fois pour ne pas approcher et ne pas coller ses deux mains sur les tempes de Dante McAllistair, elle n'était pas sure de toute façon d'y parvenir sans se faire tuer auparavant.

Dante s'adressa alors brièvement à la jeune femme lui signifiant qu'il était inutile de fuir. Comme si elle en avait eu l'intention. Pour quoi faire après tout? Elle n'avait personne qui l'attendait vraiment, personne qui s'inquiétait pour elle et pas de demeure fixe. Sa disparition ne toucherait personne bien que les habitants de la cité de l'Aurore aient l'habitude de ses allées et venues; bien qu'ils apprécient La Chasseresse pour ce qu'elle était. Elle n'était pas dupe, et à vrai dire ne craignait pas la mort. Il ne fallait pas y voir l'impétuosité de la jeunesse ou autres idées loufoques. Simplement sa propre existence n'avait que peu d'intérêt pour elle même. Elle se contenta de croiser les bras sur sa poitrine et de retourner un regard froid au buveur de sang. Elle ne fuirait pas, elle ne lui donnerait pas cette joie. Devenir un jouet affolé, courant sans but et trébuchant dans la forêt sombre. Elle connaissait, pour l'avoir déjà vu sur ses propres proies animales. Non, elle ne lui ferait pas ce plaisir, à ce vampire qui ne demandait que ça. Elle mourrait s'il le fallait, mais avec dignité. Elle figea son visage dans un masque neutre, empêchant le sourire qu'elle avait senti monter à ses lèvres alors qu'elle avait senti son pouvoir affluer à nouveau dans ses paumes. Elle aurait le loisir de piquer encore un peu son agresseur.

L'affrontement s'acheva avec brutalité et de manière plus rapide que la jeune mage ne l'avait pensé, elle eu tout juste le temps de croiser le dernier regard humain du jeune bretteur. Elle inspira un grand coup prête à affronter brièvement Dante, elle n'aurait pas d'autre chance, soit elle l’électrocutait pour de bon et l'envoyait ad patres avant qu'il ne lui porte un coup fatal, sinon elle ne donnait pas cher de sa peau. L'autre solution consistait à embrasser la mort en emmenant le géant aux cheveux blancs avec elle, dans une décharge mortelle. Mais elle ne faiblirait pas, à n'en pas douter le vampire sera déçu. Elle s'était mise en garde, ses mains bien en évidence devant elle...

Elle se redressa, laissant tomber ses mains le long de son corps. Elle ne s'attendait pas à ça. Elle voyait un vampire transférer son sang sur un moribond, un geste plein de sens pour elle, car elle connaissait les mœurs de ces êtres de la nuit. Mais elle ne comprenait pas. Quelle raison avait bien pu pousser Dante à faire de Lathus un immortel, si il survivait au processus de transformation, et si son corps n'était pas trop amoché. Elle sentit son visage se décomposer. La donne était désormais tout autre. Seule, contre deux vampires, dont un nouveau-né? Ses chances étaient nulles, elle le savait. D'autre part la présence d'un vampire neuf si près de la cité de l'Aurore la dérangeait.

Dans un songe, elle peinait à entendre les paroles que Dante lui adressait, perturbée par ses propres pensées. Les derniers mots prononcés par la voix grave du vampire à la carrure d'athlète lui remit les pieds sur Terre.


- Tu auras affaire à un vampire affamé, de la pire espèce qui soit, un bretteur réduit à l'état de tueur assoiffé de sang. Qu'en dis-tu ?

Un peu d'humour, toujours. Elle avait pris sa décision avant même qu'il ne termine sa phrase.

Ce que j'en pense? Je regrette de ne pas être sortie ce soir avec mon chapelet et mes gousses d'ails. Le coin droit de sa bouche se releva vers le haut, expliquant implicitement au vampire qu'elle ne portait que peu de foi à ces racontars, ainsi qu'aux stupidités sur les jeunes vierges.
Elle jeta un regard au corps semblant sans vie de Lathus, puis fixa à nouveau Dante. Le ciel s'était découvert et la lune basse et ronde les éclairait désormais suffisamment, pour peu ils auraient pu se croire en plein jour. Elle plongea ses yeux émeraudes dans le regard azur de Dante, cherchant un semblant de sincérité chez cet être qui avait un côté fascinant qu'il ne devait pas qu'à sa nature vampirique. Sa manière d'être peut-être? Où son improbable assurance.
Pour l'heure, elle reprit la parole, se centrant sur son objectif.


Je ne fuirais pas. Si il y a une chose que je ne supporte pas c'est d'être prise pour une idiote. Ceci est ton oeuvre - elle pointa du doigt son cou qui saignait encore légèrement - Je sais ce qu'est un vampire nouveau-né et ai une vague idée de ce qu'ils peuvent faire, je n'aurais aucune chance de lui échapper. Tu veux? Tu veux que je le laisse boire sans résister? NON. Tu me proposes la vie sauve? Ma vie m'importe peu, ton marché ne m'intéresse pas.
Elle se mordit pensivement les lèvres.
Ce qui m'intéresse, c'est notre proximité avec la Cité. C'est la seule raison pour laquelle je le laisserais faire. Et Toi! Elle pointa du doigt le musculeux guerrier. Toi tu as intérêt à faire en sorte qu'il n'approche pas de la cité, où crois moi je ferais de ton éternité un enfer sur terre.

Eréria ne pensait pas finir sa nuit, elle était persuadée que sa vie prendrait fin après l'assaut de Lathus, si les fantômes existaient, elle comptait bien mettre sa dernière bravade à exécution. Il fallait cependant être honnête avec elle-même, elle avait la trouille, mais il ne le saurait jamais. Si l'humain se relevait, il serait tel une bête, un animal incontrôlable excité par le sang frais de l'humaine qui sortait encore de temps à autre se sa blessure. Il ne serait pas doux comme le vieux vampire, et userait de violence gratuite.

Elle perdit toute notion du temps lorsqu'un violent impact sur le côté droit la cloua au sol. Sa tête heurta avec dureté la terre encore chaude de la journée et des crocs se plantèrent avec rage dans son bras tandis qu'un étau de fer se resserrait autour de sa gorge. Le nouveau-né l'asphyxiait d'une seule main qui lui donnait l'impression de broyer son cou. Son autre main lui tenait le poignet afin de l’immobiliser. Probablement également pour trouver le meilleur endroit ou mordre. Comme si il était utile de la tenir ainsi, le poids de l'ancien humain suffisait à la maintenir en place. Si elle avait voulu, elle n'aurait de toute façon pas pu crier. Il lui semblait entendre la voix de Dante, mais elle ne comprenait rien, plus rien n'atteignait son esprit. Elle perdit pied. Le noir, le néant. Elle allait mourir, mais elle espérait donner un répit aux habitants de la Cité de l'Aurore. Alors qu'elle chutait, elle senti quelque chose traverser son corps sans en déchiffrer la signification, un recoin de son esprit défaillant luttait pour survivre. Une vague de puissance magique se répandit dans son être électrisant Lathus qui lâcha son emprise laissant la jeune femme toute seule. Elle perdit alors totalement connaissance.

Son pouvoir avait pris une nouvelle forme, qu'il lui faudrait explorer si elle survivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lathus Grethar
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 115
Métier : Apprenti mercenaire
Age du personnage : 26
Alignement : Mauvais
En couple avec : Attiré par deux femmes
Ennemis : - l'assassin de sa famille
- ceux qui s'en prennent à lui
Double Compte : Elaën Nerildillë

MessageSujet: Re: Une chasse différente [Terminé]   Jeu 3 Oct 2013 - 13:56





¤ THE END OF THE BATTLE IS NEAR ! ¤



••• THE REBIRTH OF A HERO •••