Partagez | 
 

 Chasse gardée [abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grey Noire-fourrure
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 113
Alignement : Chaotique Bon
Double Compte : Sarah Melody Azariel

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Chasse gardée [abandonné]   Lun 12 Aoû 2013 - 14:30

Un souffle de vent réussi à traverser l’épaisse cime des arbres millénaires et majestueux et vint ébouriffer ma fourrure d’ébène tapis entre les fougères au pied d’un hêtre couvert de mousse humide et tiède. Mes pattes s’enfonçaient dans une terre sombre et douce, un humus chaud aux effluves douceâtres venant comme la marée au rythme de ma lente respiration. La forêt chantait et son écho portait le tambour régulier et sec d’un oiseau frappant son bec contre le tronc d’un chêne naît d’un autre chêne qui un jour donna un gland à la chaude couleur brune, gland qui s’enfonça à cause du passage d’une biche engrossée venu se nourrir des fougères épaisses pour lesquelles elle avait un faible se trouvant exactement à l’endroit où je me tenais aujourd’hui. Le fruit du vieux chêne, ainsi logé dans le sol noir et fertile, s’ouvrit pour donner naissance à une pousse qui grandit, vit des troupeaux de cerfs et de sangliers passaient près de lui, sentit des oiseaux aux couleurs chatoyantes dans ses branches, un couple de merles fit son nid dans un croisement de ses branches qu’il avait réalisé, au prix d’un peu moins de lumière sur ses feuilles pour ces étranges être à plumes à la vie si éphémère et mouvementée. Bien des années plus tard, un vieux corbeau perdant ses plumes en pagailles s’était posé sur une branche isolée que l’arbre avait un peu oublié à contempler avec émerveillement et intérêt un cycle solaire, le chêne aimait faire cela de temps à autre aussi, lors de sa neuf cents soixante-seizièmes observations de l’étoile, il ne remarqua pas cet oiseau étonnement grisonnant pour qui aurait sombré dans le cartésien et l’encyclopédique. Le corbeau soufflait presque aussi lentement que le loup qui n’en était pas un tapis dans les fougères dans l’instant que nous pouvons qualifier de présent, il reprenait son souffle à grande inspiration quand, enfin, l’arbre le remarqua. Plus tôt, dans sa jeunesse, ce corbeau avait était le familier d’une jeune femme buvant une coupe de sang dans une chambre aux teintures rouge sombre plus douce que la soie.
   Dans le présent, le corps du corbeau à nourri depuis longtemps les charognards et les insectes, un pivert s’use le bec contre ce chêne se demandant s’il doit le laisser faire et le descendant de la biche qui enfonça un gland dans le sol en marchant vers ces fougères me dissimulant broute inconscient de ma présence à quelques mètres devant moi, ignorant complètement le prédateur dissimulée au plus près du sol. L’animal leva la tête au moment où le vent souffla, étonné, puis reprit son activité nourricière en me tournant le dos.
   Une respiration, deux, lentes, peu à peu mes muscles se gonflent, ma tête arrive contre le sol, l’arrière-train un peu relevé. Puis je bondis, mon corps propulsé par la puissance de mes muscles arrières, le cerf a à peine le temps de réagir, il s’enfuit et je le poursuis de prés, les buissons fouettant parfois mes flancs quand il fait un écart que je n’ai pas le temps de préparé, mais je gagne son niveau, je le fais tourner en rond, et m’apprête à bondir sur son dos dans ma course quand quelque chose de très rapide passe sous mon museau, éraflant légèrement ma peau, me faisant manquer ma proie et me laissant retomber lourdement sur la racine d’un chêne sur lequel se débattait un pivert avec un écureuil qui pour une obscure raison lui lançait des noix. Je roulais sur le côté, accompagnant ma chute pour éviter de me tordre une patte.
   Je me relevai couvert de feuilles, guettant le moindre danger et après quelques secondes mon cerveau plein d’adrénaline enregistra l’information devant mes yeux, plus exactement un détail, une flèche enfoncée dans un tronc. Je me retournais vivement, ouvrant mes sens à la forêt pour trouver le propriétaire du trait.

_________________
Le loup court sous la lune de Thaodia.

RP actuels:
Une rencontre inattendue

Forme lupine:
 




Dernière édition par Grey Noire-fourrure le Mer 23 Oct 2013 - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eärin Gloronwië
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 49
Métier : Garde-Chasse
Age du personnage : 220
Alignement : Chaotique/Bon
En couple avec : Une myrtille sauvage faute de mieux
Ennemis : Les arracheurs de champignons

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Lun 12 Aoû 2013 - 23:09

Les nuisibles se tenaient relativement tranquilles ses derniers temps. Oh bien sur, quelques farfadets ou d'autres bêtes nocturnes bien plus dangereuses venaient parfois bousculer la douce quiétude de la forêt de l'éternel, mais ses derniers temps, les prédateurs semblaient se faire un peu moins agressifs. Et de surcroit les animaux de la forêt prenaient de plus en plus leurs aises, n'hésitant plus à s'aventurer dans des lieux auparavant inexplorés, pour eux en tout cas. Bien sur, mon boulot était de permettre à ses bêtes innocentes de vivre leur vie sans se préoccuper de prédateurs qui n'avaient d'ailleurs rien à faire à l'ombre de ses branches. On aurait d'ailleurs pu penser que si je faisais bien mon boulot, plus aucune bête cupide et affamé ne sillonnerait la forêt. Mais nous, j'entends par là les garde-chasses, ne sommes qu'une vingtaine tout au plus, pour un territoire si immense qu'il en est même difficile d'en discerner les limites. Alors il était évident qu'un certain nombre de cibles passaient au travers des mailles, particulièrement large d'ailleurs, de nos patrouilles.


Aujourd'hui, j'avais décidé de me rendre dans le nord de la forêt, le gibier y était particulièrement développé, et attirés par la nourriture fraiche , les prédateurs y était aussi bien présents. Une parfaite destination pour aller y faire un tour aujourd'hui alors. J'étais parti de la capitale alors qu'il faisait encore nuit, j'avais couru sans m'arrêter jusqu'aux premières lueurs du jour, ma vision me permettait de me positionner rapidement dans l'espace, et surtout de me guider sur les chemins plus ou moins surs de l'antique forêt. L'arc bien en main et prêt à armer une flèche au moindre bruit ou mouvement suspect. Je me savais capable de placer une flèche sur mon arc en une seconde, mais il fallait encore viser puis tirer, ce qui me prenait bien une ou deux secondes supplémentaires selon la situation. Mais, si la menace arrivait tout de même assez proche, je pouvais encore dégainer ma dague elfique, accrochée à la cuisse. Mais bon la lame n'était pas bien longue, et je maniais de toute façon bien mieux l'arc que la dague, peu importe le temps que j'y consacrais à l'entrainement.

Soudain, j'entends un bruissement de feuille, puis le son d'un pas s'écrasant sur un paquet de feuilles mortes. Puis ce n'est plus un pas que j'entends mais une véritable cavalcade. Un gibier qui est chassé sans aucun doute, ses pas son beaucoup trop désordonnés pour qu'il ai décidé de simplement faire sa petite course matinale. Il doit être poursuivi par un ou plusieurs prédateurs, je ne peux pas le dire, le bruit de la fuite du gibier couvre tous les autres. Je le sens changer de direction, il viens vers moi maintenant, et à toute vitesse. J'ai à peine le temps de grimper sur la branche d'un arbre à quelques mètres de hauteurs, qu'une biche passe en dessous de ma branche, galopant à toute vitesse. J'ai juste le temps de remarquer l'écume blanche aux coins du museau de l'animal et ses yeux écarquillés, qu'un gigantesque loup surgit de nulle part, sans doute le prédateur qui chassait la pauvre bête inoffensive. Il allait plus vite et l'avance de la biche semblait diminuer à vu d'œil, le corps musculeux du loup ne laisserait aucune chance à l'animal.

Sans me perdre d'avantage en réflexions inutiles, j'arme ma flèche et relâche rapidement la corde. Le trait, aussi rapide que l'éclair vient se ficher quelques mètres devant le loup, emportant avec lui un peu de la peau de l'animal. Une mise en garde, les loups ne sont pas les bienvenus ici mais je ne tue pas par plaisir morbide. S'il accepte de renoncer à sa proie, je n'ai pas le droit d'abattre cet animal. Je me montre nettement moins clément lorsqu'il s'agit de créatures conscientes parfaitement informés de ce qu'elles font. Non, sur l'animal qui me fait face et qui me regarde fixement je décide d'employer une tout autre méthode, moins sanglante mais beaucoup plus instructive.

J'arme tout de même une flèche dans le cas ou ma tentative de communication échouerait, je ne suis pas encore trop au point avec mon don. Première étape, fixer la bête dans les yeux. Seconde étape, accepter ce qu'elle est, ce qu'elle veut et aussi ses besoins. Et enfin, s'exprimer sans relâcher le contact visuel.

- "Abandonne cette proie, loup. Mon prochain trait t'atteindrait en plein cœur." Dis-je alors qu'un étrange son guttural sors de ma bouche. Je sens presque immédiatement une petite migraine pointer le bout de son nez, mais je ne suis pas inquiet, ses effets sont habituels. J'espère que ma tentative de communication va être couronnée de succès, je n'ai aucune envie d'abattre une bête qui n'obéit qu'à ses instincts.

_________________

- Si le bout d'homme tente de nous trahir, Shaga fils de Dolf lui coupera le membre viril et...
- Et le donnera à manger aux chèvres, oui je sais. [Tyrion Lannister]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grey Noire-fourrure
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 113
Alignement : Chaotique Bon
Double Compte : Sarah Melody Azariel

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Jeu 15 Aoû 2013 - 14:44

L’archer se tenait devant moi, armant rapidement une autre flèche à son arc. C’était un elfe, ses traits fins et ses oreilles allongées en pointes ne laissaient aucun doute, et je n’étais pas très au fait des mœurs elfiques. Il ne pouvait pas savoir que j’étais un lycan, malgré ma taille, bien que tous les canidés de Thaodia soit assez massif, j’espérais donc que la chasse au loup n’était pas une distraction ou une tradition guerrière pour eux parce qu’à cette distance, j’avais peu de chance d’échappé à son habileté à l’arc, du moins supposais-je qu’il l’était, je ne sous-estimes jamais un individu. Compter sur une action rapide et inattendue s’il pointait son arme vers moi était ma seule chance de survivre au moins encore quelques instants.
   Mais l’elfe ne me menaça en rien. Il semblait au contraire se concentrer, un grondement étrange quitta ses lèvres, même sous forme de loup, je comprenais le langage humain en me concentrant mais cette fois le son trouva son sens dans la partie animal de mon esprit, comme s’il parlait un langage de loup développer verbalement et non par la gestuelle habituelle des animaux.
 
« Abandonne cette proie, loup. Mon prochain trait t’atteindrait en plein cœur. »
 
   La voix-grondement était sûre, il ne doutait pas de ses compétences. Autant pour m’en sortir ! Je penchai la tête sur le côté, surpris par sa manière de communiquer et réfléchissant à toute allure. Me transformer à l’instant était une mauvaise idée, je serais on ne peut plus exposé, et en général j’évite de le faire devant des inconnus d’une autre espèce. Lui faire comprendre ma nature de lycan sous forme de loup était complexe et tout aussi risqué, surtout que les elfes ont développé une certaine aversion envers les miens ces derniers temps. J’imaginai que passer pour un loup normal assurerait ma survie, après tout, le guerrier elfe assurait me laisser si je laissais tomber le cerf qui était maintenant bien loin de toute façon.
 
   Je décidai donc de m’asseoir et posai mon arrière-train au sol, continuant de fixer l’elfe. Il portait des vêtements forestiers efficaces, une dague ceignait sa taille et il tenait son arc avec habitude et expérience. Et s’il m’avait été possible de manquer ce dernier point visuellement, la brûlure sous ma gorge n’aurait pas manqué de m’alarmer. Soit je lui faisais comprendre ma nature de lycan, soit je restais un loup pour lui et il m’oublierait sûrement. La plupart du temps la première solution prévalait mais face à un elfe… Je me mis à tracer des symboles dans la terre devant moi, les lignes n’avaient aucun sens pour le loup que j’étais mais la part humaine savait qu’elle formait un mot : lycan. Je ne me rappelais pas avoir appris à écrire mais pour avoir déjà essayé, je m’en savais capable, j’avais dû apprendre avant mon amnésie.
   Je reculai un peu  pour laisser l’elfe s’approcher et regarder les lettres au sol.

_________________
Le loup court sous la lune de Thaodia.

RP actuels:
Une rencontre inattendue

Forme lupine:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eärin Gloronwië
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 49
Métier : Garde-Chasse
Age du personnage : 220
Alignement : Chaotique/Bon
En couple avec : Une myrtille sauvage faute de mieux
Ennemis : Les arracheurs de champignons

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Sam 17 Aoû 2013 - 1:29


Alors que l'on se faisait toujours face, l'animal semble avoir une nouvelle idée en tête puisqu'il se met à gratter la terre. Le tenant toujours en joue, je réfléchit rapidement sur la conduite du loup, pour le moins inhabituelle. En plus je pensais que vu la taille que la bête faisait, il m'aurait attaqué sans tarder. Il est vrai qu'une créature de cette taille ne devait pas rencontrer souvent de prédateurs. Sans compter que je l'avais interrompu en pleine chasse, ce que les animaux avaient souvent du mal à digérer, jeux de mots à part. Est-ce le fait de lui avoir parlé dans sa langue qui lui fait adopter cette conduite singulière? Je n'ai de toute façon pas le temps d'approfondir mes pensés que le loup se retire un peu pour me présenter son œuvre. Je le vois même s'assoir en me regardant tranquillement, depuis quand les loups se comportaient-ils comme ça? Je fais quelques pas dans sa direction, une flèche acérée bien armée pour parer à la moindre éventualité, il serait particulièrement idiot de perdre un bras ou un jambe dans un piège. Mais ce n'est pas un piège, du moins je ne le crois pas. Le loup a tracer des lettres avec ses pates, des lettres qui une fois assemblées formaient le mot "LYCAN".

Aussitôt mes sourcils se froncent, la corde de mon arc se tend encore plus si l'en était possible. Je suis à deux doigts de lâcher la corde mais une chose retient ma main. Il n'est pas agressif, c'est même tout le contraire. Il souhaite surement trouver un arrangement ou quelques chose du genre. Mais je connais mal les Lycans, à vrai dire je ne connais que les banalités, ils comprennent la langue commune même sous forme de loup et ils peuvent se transformer. Je ne comprends pas vraiment pourquoi il ne se transforme pas, peut-être pour que je ne lui décoche pas une flèche croyant à une attaque, ou alors pour ne pas me dévoiler son identité. Je ne sais pas, mais je lui laisse le bénéfice du doute, je ne serais pas celui qui cherche la confrontation. Mais il reste un problème de taille, il n'a rien à faire sur ses terres. Et il entre directement en collusion avec la mission qui m'a été confiée. Soit il accepte de chasser sur les terres de sa meute ou je ne me risquerais pas, ou il peut y avoir un gros problème. La migraine dû à l'utilisation de mon don disparait assez rapidement cette fois-ci, il faut dire que je ne l'ai utilisé que pour quelques mots, et depuis quelques temps je ressent moins les effets secondaires, est-ce le signe d'une évolution vers une possible évolution de mon don? Mais ce n'est pas le sujet et j'ai d'autres choses à penser pour l'heure.

- "Écoute moi bien, tu n'as rien à faire sur ses terres. Rejoint ta meute avant que je ne regrette ma clémence. Une seule chose joue en ta faveur, tu ne sembles pas être l'une de ses bêtes qui n'obéit qu'à ses instincts primaires." Je commence de ma voie grave et perçante.

Puis, une idée germe dans mon esprit, oui, le Lycan qui me fait face ne me semble pas particulièrement hostile. Il ne fait aucun doute que ce que je vais faire risque d'outrepasser largement mes fonctions mais bon, au moins aurais-je fait mon possible pour limiter l'escalade de haine entre deux peuples. J'aimerais que le Lycan qui me fait fasse puisse m'aider à arrondir les angles, au moins avec sa meute. Qui a envie de vivre dans un monde jonché de ruines et de cadavres? Car c'est bien le seul bénéfice de la guerre, une pluie de larme pour faire pousser les récoltes. Je hais la guerre du plus profond de mon être, elle n'est provoquée que par une seule chose : l'incompréhension. C'est d'ailleurs pour cela que les guerres concernent le plus souvent deux races différentes, les peuples ont du mal à comprendre des sociétés, des coutumes différentes. Mais avant cela, je dois lui demander de se transformer en humain. Je joue gros dans cette histoire mais je dois lui montrer que je ne le menacerais pas. Je l'espère sincère lorsqu'il semble se montrer pacifique, sinon, ma fin risque d'arriver plus tôt que je ne le croyais. Je m'avance de quelques pas vers lui, avant de m'agenouiller pour être à son niveau. Je pose mon arc à ma gauche. Nous ne sommes séparé que par un petit mètre.

-"J'ai une requête à te demander. Une idée qui n'aboutira peut-être pas mais que je pense intéressante à creuser. Mais pour que je t'en parle, transforme toi en homme s'il te plait." Je lui dit de ma voie grave.

_________________

- Si le bout d'homme tente de nous trahir, Shaga fils de Dolf lui coupera le membre viril et...
- Et le donnera à manger aux chèvres, oui je sais. [Tyrion Lannister]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grey Noire-fourrure
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 113
Alignement : Chaotique Bon
Double Compte : Sarah Melody Azariel

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Ven 23 Aoû 2013 - 12:09

S’il m’était venu une autre idée, elle n’aurait pas eu de mal à être meilleure que celle que je venais d’avoir, le fait que l’arme dans les mains de l’elfe passa de simple mesure de sécurité à menace ostentatoire m’alarma mais je m’obligeai à restait calme tout de même, aucun geste brusque ne me sauverai. Aussi je restais assis devant la menace de la flèche vers ma poitrine tandis que son propriétaire m’invectivait sombrement.
                       
   « Ecoute-moi bien, tu n’as rien à faire sur ces terres. Rejoint ta meute avant que je ne regrette ma clémence, commença-t-il. Une seule chose joue en ta faveur, tu ne sembles pas être l’une de ses bêtes qui n’obéit qu’à ses instincts primaires. »
 
   Je me demandai ce qu’il voulait dire avec cette dernière phrase, j’obéissais pour l’heure à mes instincts primaires pour survivre et ceux-ci m’incitaient à rester immobile en attendant de prendre la tangente à toute allure aussitôt qu’il devra mettre plus d’une seconde à me viser. Pour l’instant ce n’était pas le cas, son arc était plus tendu que jamais. Puis soudain il relâcha lentement la tension et s’approcha, s’agenouille devant moi et pose son arc. Mes pensées défilèrent pendant ces quelques secondes, tonnant d’abord l’incompréhension, puis un plan de survie basé sur un futur où le sang de l’elfe coulerai, puis le soulagement. Il semblait soudain beaucoup moins menaçant et il m’eut était facile de me jeter sur lui mais s’il était aussi rapide avec une dague qu’avec un arc, nous nous entre-tuerions bêtement. Bon, il semblait ouvert à la discussion maintenant. L’adrénaline reflua dans mon sang comme la marée.
   L’elfe repris la parole :
 
« J’ai une requête à te demander. Une idée qui n’aboutira peut-être pas mais que je pense intéressante à creuser. Mais pour que je t’en parle, transforme-toi en homme s’il te plaît. »
 
   Les autres races avaient toujours une manière de nous demander ce genre de chose entre le dégoût et l’incompréhension. Bon… la situation s’améliorait grandement. Je me levai et me dirigeais derrière un arbre. La transformation est le moment où nous, lycans, sommes les plus vulnérables, alors nous évitons de le faire en publique. Plus ou moins éloigné et dissimulé à l’elfe, je laissai affluer l’idée de main, de doigts, de caractéristiques humaines et repoussait le loup peu à peu. Bientôt mes membres s’allongèrent, la fourrure disparue peu à peu, la transformation tirant sur mon dos me redressa tandis que mes pattes grandissaient et se divisaient en doigts. Mes os fondaient et se ressoudaient parfois violemment, enfin mon museau se brisa, s’aplatie peu à peu et s’arrêta pour former l’arrête d’un nez, des pommettes et un menton. Mes cheveux tombèrent devant mes yeux, et je les ramenai en arrière.
   Je fis jouer les muscles de ma nuque, de mes épaules, de mes bras et mes jambes, chaque articulation craquant sous l’exercice. Une fois à l’aise, je contournais à nouveau l’arbre et embrassait la forêt de mon regard d’humain, les couleurs apparaissant plus nombreuses, les odeurs plus faibles, les sons plus étouffés. La sensation, tout en n’était pas vraiment agréable quand on pouvait ressentir bien plus en étant un loup. Cette forme avait des limites parfois intolérables.
 

   J’arrivais nu devant l’elfe, détail qui ne me gêne guère plus depuis longtemps, et les bras croisés sur le torse, j’attendis sa réponse. Après tout, c’est lui qui avait une idée "intéressante", moi j’espérais juste ne pas faire les frais de la différence des races.

_________________
Le loup court sous la lune de Thaodia.

RP actuels:
Une rencontre inattendue

Forme lupine:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eärin Gloronwië
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 49
Métier : Garde-Chasse
Age du personnage : 220
Alignement : Chaotique/Bon
En couple avec : Une myrtille sauvage faute de mieux
Ennemis : Les arracheurs de champignons

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Sam 31 Aoû 2013 - 0:13

Le loup parait assez surpris par ma demande, qui ne le serait pas de toute manière? Il prend un temps de réflexion, j'étais toujours agenouillé pour être à se hauteur. Il aurait pu me dévorer aisément à cette distance, l'avantage que me procurait la distance était alors complètement annulé. A ma plus grande joie, le loup se leva et se dirigea derrière un arbre au trot. Il avait donc choisi de ne pas me dévorer, merci mon dieu. Une petite minute plus tard, il ré émergea du petit fourré dans lequel il avait dû effectuer sa transformation. Un homme brun assez grand et nu comme un ver se mit en face de moi, pas gêné pour un sous. Il ne prit pas la parole, m'invitant ainsi implicitement à formuler mon idée, puisqu'après tout il n'avait pas profité de la situation pour fuir alors qu'il aurait pu le faire mille fois alors qu'il était à l'abris de mon regard.

- "Tu le sais comme moi, voilà de bien trop nombreuses lunes que la guerre entre Elfes et Lycans fait rage, de bien nombreuses vies ont été gâchés. Des Lycans comme des Elfes ont perdus la vie dans des affrontements dénués de sens. La sang à bien trop coulés, et il a remplit inutilement nos allées, il a nourri durant de trop nombreux cycles les arbres qui nous entourent. La vie à quitté de trop nombreux braves, dans un camp comme dans l'autre. De plus tu le sais surement mais les grands représentants de tous les peuples sont en ce moment même entrain de tenir une grande réunion, de laquelle dépendra le sort de toute notre terre. Je te propose de rentrer dans ta meute et de faire savoir à tous que la guerre est peut être bientôt finit, et que, dans l'attente des rapports nous annonçant la possible fin des hostilités, nos possible futurs rencontres ne se soldent pas par le décès précipité de l'une ou l'autre des partis. Il est possible de tolérer les autres, nul besoin de tuer. Aujourd'hui je fais preuve de clémence, quitte ses terres elfiques, tu as ma parole que je ne tenterais rien contre le tiens. Je sais que des elfes ont été mordus, je ne m'en prendrais pas à mes frères." Je termine, la voix grave et marqué par l'expérience, en soupirant de lassitude.

Comme pour appuyer mes paroles, un formidable bruit de tonnerre vint à nos oreilles. Sans que je ne m'en rende compte le ciel s'était rapidement couvert, et de nombreux nuages noirs, annonciateurs de tempêtes s'étaient amoncelés au dessus de nos têtes. Un nouveau coup de tonnerre donna le départ à une grande pluie. Celle-ci très intense, coucha rapidement l'herbe qui nous entourait. L'eau n'ayant pas le temps de pénétrer la terre, elle ruisselait, serpentait entre les grands arbres, jusqu'à atteindre un point moins haut que les autres, là où elle pourrait s'accumuler. Le pluie mouilla rapidement mes habits, et me cheveux sombres s'aplatirent sur ma tête. Un sourire étira mes lèvres. J'aimais lorsque la nature faisait des siennes, lorsqu'elle montrait toute l'étendue de sa puissance. Dans ses moments là, on se sentait tout petit. On reprenait conscience que la nature que nous avait apporté la vie pouvait tout aussi bien la reprendre lorsqu'elle le désirait. J'avais levé intuitivement le regard vers le ciel, mais je tournais à nouveau mes yeux vers le Lycan.

- "Alors, qu'en dis-tu?" Je lui demande de ma voix grave et empreinte de curiosité. Allait il accepter de faire un premier pas vers la paix?

_________________

- Si le bout d'homme tente de nous trahir, Shaga fils de Dolf lui coupera le membre viril et...
- Et le donnera à manger aux chèvres, oui je sais. [Tyrion Lannister]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grey Noire-fourrure
Ephaëlyen indépendant
avatar

Messages : 113
Alignement : Chaotique Bon
Double Compte : Sarah Melody Azariel

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   Mar 10 Sep 2013 - 14:21

La pluie tomba, fracassante et lourde, trempant la terre et ruisselant sur mon visage levé vers les cimes du monde. Les gouttes chargées étaient tiède et agréable malgré leur martèlement violent. Les tissus que portait l’elfe furent bientôt gonflés d’eau tandis qu’elle coulait sur mon corps. Le tonnerre gronda et roula dans les nuages assombrissant le ciel comme si une bataille se livrait entre entités de l’orage, fracassant les cieux. Dans mes yeux gris passa l’image la plus ancienne de mes souvenirs, les sons violents et des mises à mort avant mon réveil et les cascades de liquide écarlate.
   Je ne m’étais jamais attaché à qui que ce soit depuis. Des morts, j’en avais vu d’autres, provoqué même certaines. Et puis les chasses, mes crocs dans le cou des cerfs ou fouillant les entrailles d’un sanglier. La mort et le sang faisaient parti de ma vie. Mais je ne supportais pas qu’un loup meurt à cause de la haine d’une autre race. Les elfes eux-même nous livraient bataille, et les meutes s’entretuait en plus de cela. Ma poitrine se gonfla et je reportais mon attention sur l’archer.
 
« La guerre reprendra forcément tôt ou tard. Je n’ai qu’un souhait, que ceux qui veulent la faire laisse ceux qui ne veulent pas en paix. Toi-même tu as failli me tuer en apprenant ma nature, et si tu l’avais fait, l’Histoire aurait continué quand même. Je n’ai pas de meute à prévenir, mais je protégerais les loups contre les armées leur voulant du mal. Thaodia a suffisamment de luttes intestines sans que les autres races nous exterminent. Je ne me mêle pas des premières mais dans le second cas, ma propre vie est en jeu. Tu dis faire preuve de clémence en m’épargnant, tu nous prouves ainsi a tous deux que tu chasserais les lycans sans remords car la haine de la différence est ancrée dans ta race.
   Je ne me fais pas d’illusion, j’ai tué aussi sans remord, mais pas parce que l’autre était différent. »
 
   Mes mots sortaient, lourds et calme, comme un tonnerre lointain. Si les débuts tendus de notre rencontre étaient maintenant dissipés, la résolution du conflit était loin d’être fait, car elle portait, non plus sur deux individus, mais sur deux races entières. Je pensai que ni lui ni moi ne nous bercions de fausses idées, mais si quelques individus pouvaient rallier les autres à leurs idées, ce serait une bonne chose. Mais les blessures de la guerre sont rarement faciles à oublier, et la rancœur va grandissant avec le temps sans compter que la loi du sang et plus forte que tout autre. Je repris mon discours.
 
« Il y a quelques années, je me suis réveillé au milieu de cadavres de lycans, sans doute tuer par des chasseurs de têtes humains, je n’avais et n’ai encore aujourd’hui aucun moyen de les retrouver, et je ne cherche pas à le faire. Mais s’ils s’en reprenaient aux loups, je leur ferai regretter, car nous sommes une race libre de vivre sans le dégoût des autres. Nous ne changerons pas les mentalités, ni toi ni moi, mais nous pouvons protéger sans attaquer. »
 
   La pluie continuai de tomber et le ciel de s’obscurcirent. La Nature déchaînait un de ses plus violents orages et je restais là, sous l’averse sans m’en soucier plus que comme de l’eau tombant du ciel, comme n’importe quel animal. L’eau dans ma barbe de quelques jours me chatouillait et je souris intérieurement.

_________________
Le loup court sous la lune de Thaodia.

RP actuels:
Une rencontre inattendue

Forme lupine:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse gardée [abandonné]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse gardée [abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chasse gardée (Maddy)
» Chasse gardée dans les Monts Brumeux.
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» Chasse aux trésors dans un vieux Manoir abandonné [Jared]
» Le triste passé du chaton abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Evanya - Contrée des Elfes :: • Arbre aux Lucioles • :: Forêt de l'éternel-