Partagez | 
 

 Un repos troublé... [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maëwel Seldir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 44
Métier : Alchimiste et Herboriste
Alignement : Chaotique Bon
En couple avec : /

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Un repos troublé... [En cours]   Dim 25 Aoû 2013 - 23:26

L’air commençait à se charger d’humidité, preuve que Maëwel s’approchait du lac. Elle avançait furtivement entre les troncs d’arbres, en prenant soin d’éviter les rayons du soleil les plus agressifs. La grosse étoile n’était pas encore à son zénith mais il ne devait pas être loin de midi. La jeune femme détestait devoir ainsi exposer sa peau cristalline à cette lumière transpercente. Elle avait toujours l’impression que ses membres s’embrasaient à son contact, comme si elle ne supportait pas ses rayons. Or ce n’était qu’une mauvaise sensation, rien de plus. Malheureusement pour Maëwel, c’était aussi le moment de la journée le plus propice à la récolte de plantes aquatiques. Le soleil se dissimulant de moitié derrière les branchages de la Forêt du Crépuscule, offrait une vue exceptionnelle sur les profondeurs du lac. Et il n’y avait qu’à cet instant que la jeune femme pouvait parfaitement percevoir les trésors aquatiques du Lac de l’Aube. Mais pour y accéder, elle devait affronter la chaleur du ciel qu’elle redoutait tant.

Alors qu’elle arrivait à la lisière de l’étrange forêt, elle se retourna délicatement et balaya les feuillages sombres d’un regard perçant, imitant celui d’un prédateur. Rare étaient ceux qui s’aventuraient dans cet endroit sinistre, rempli de créatures mystérieuses et dangereuses. Et plus rares encore étaient ceux qui en revenaient. Elle savoura une nouvelle fois cet instant de liberté, avec la sensation d’avoir échappé à une mort certaine. Comme à chaque fois qu’elle longeait la forêt ou parfois même y pénétrait. Elle n’était jamais allée bien loin, craignant les créatures qui s’y trouvent. Mais un jour, la personne qu’elle respectait le plus au monde lui confia qu’un herboriste accompli se devait d’étendre son savoir et devait toujours découvrir de nouveaux horizons, car les remèdes les plus efficaces se trouvent rarement dans les endroits les plus visités. Ce pourquoi chaque jour, elle se forçait d’avancer plus profondément dans l’ombre de la forêt. Mais quand elle était à l’intérieur, cramponnée à son arc, un sentiment d’oppression la faisait suffoquer. Elle n’y avait jamais croisé d’animaux aussi monstrueux que dans les légendes de ce lieu, mais elle sentait que ce qui s’y cachait était bien pire. La forêt du Crépuscule paraissait nous confronter à nos propres angoisses, nos propres démons intérieurs. Elle ne ressemblait à aucun autre lieu connu de Maëwel et il n’y a rien qui l’effrayait plus que cet endroit. Et pourtant, la jeune femme était une coriace…

Tournant le dos à cet endroit maudit, elle fit face au lac. Soulagée, un léger sourire se dessina sur son visage. Comme pour gâchée cet instant de légèreté, une douleur jaillit de son bras droit. D’un air dédaigneux, Maëwel observa l’entaille ensanglantée. Machinalement, elle y porta sa main gauche et fit pression dessus. Alors qu’elle était déconcentrée par l’angoisse de la forêt, la sauvageonnes avait éraflé un arbre étrangement tranchant, quelques instants plus tôt. La blessure était légèrement profonde, mais bénigne.
Heureusement, les plantes qui se trouvaient à quelques mètres d’elle étaient capable de l’aider.

La jeune femme avait l’habitude de ce genre d’incident. Avec une assurance et un calme impressionnant, Maëwel vint s’assoir en tailleur au bord de l’eau. Elle lâcha son bras pour sortir un petit couteau de sa ceinture, et scruta les profondeurs vitreuses. Apercevant de petites pousses violacées, elle plongea les mains dans l’eau. Pendant qu’elle coupait quelques racines, ses lèvres laissèrent échapper des prières discrètes. Elle sortit ensuite les plantes de l’eau. Satisfaite de sa récolte, elle plaça la majorité dans une des bourses de sa ceinture, et garda une petite poignée dans sa main. Elle tira une bande de lin qui était sur sa ceinture et y déposa sa poignée de pousses. Elle porta ensuite le tout sur sa blessure et banda son bras avec le lin. Le Botalïs bleu était une plante médicinale qui accélérait la cicatrisation des plaies et pouvait également être servie en tisane calmante.

Cela fait, elle s’autorisa un instant de contemplation du lac. Tout était extrêmement silencieux, seuls quelques remous à la surface de l’eau prouvaient la présence de poissons. Voilà pourquoi elle aimait cet endroit. Ici, elle ne croisait pas grand monde, les humains préférant vivre en société et aux abords des villages. Là, elle était tranquille. Maëwel tapota sa petite bourse préférée, celle qui était le plus à droite de sa ceinture et afficha un sourire. Le contenant était plein, elle n’avait donc pas besoin d’en refaire aujourd’hui. Elle retira son arc de son dos, signe qu’elle voulait se détendre. Puis elle piocha dans la fameuse bourse et en sortie une toute petite boule brune. Une mixture maison à base de plantes, qu’elle prit plaisir à avaler d’un coup.


* Ah… Un peu forte…*

La substance se répandit en elle et une douce chaleur la parcourue. Alors qu’elle s’apprêtait à mettre les pieds dans l’eau, elle retourna violemment la tête. Son ouïe étant très développée, elle aurait juré entendre un bruit caractéristique de pas à quelques mètres. Rapidement et sans un bruit, elle se releva, ramassa son arc et couru jusqu’à l’arbre le plus proche. Aussi agile qu’un habitant de la forêt, elle grimpa aux branches, se dissimula dans les feuillages et attendit…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un repos troublé... [En cours]   Lun 26 Aoû 2013 - 18:14

Essuyant sa lame sur le haut de l'homme couché par terre, sans vie, le jeune homme fixe de son regard vide les larmes perlant encore sur les joues de sa victime. Ce type l'a supplié à genoux, ne semblant pas vouloir accepter la mort, prétextant avoir une femme et des enfants.
Et alors? Ce n'est pas parce qu'il a une famille qu'il vaut mieux que d'autres...
Seulement voilà, il a encore hésité: faute grave dans la pratique de son métier sans compter que depuis plusieurs nuits, quelques sombres esprits viennent le hanter durant ses songes.
Certainement un juste châtiment.
Faire son boulot ne semble cependant plus aussi facile qu'avant, lorsqu'il n'arrivait pas à cesser de penser à sa seule motivation... la vengeance contre le monde entier. Plus le temps passe et moins son courroux se fait sentir...
Sans regrets. J'ai déjà pris une décision , je la tiens.
Alex ne peut s'empêcher de plonger son regard dans celui sans vie du brave père de famille. Qu'a-t-il fait celui-là? Comme d'habitude, le commanditaire est certainement un frère jaloux ou un autre homme intéressé par sa femme.

†♠†

Un cri.

Le son assez strident retentit dans toute la maisonnée, faisant rapidement réagir le tueur. Seulement, à peine a-t-il le temps de se retourner qu'il se prend une jeune femme sortant de l'adolescence en pleine face. Surpris, il se retrouve au sol.
Une grande et inattendue douleur au bas-côté.
L'assassin ne peut retenir un cri, la fille s'empresse de s'écarter sans doute écœurée par son propre geste. Le manteau du jeune homme s'imbibe peu à peu d'un liquide pourpre.
Son regard descend sur la dague enfoncée là où la douleur se fait le plus ressentir, il se relève... sous le coup de l'adrénaline certainement.
La jeune femme effrayée recule jusqu'à devoir s'arrêter, dos au mur.
La respiration de l'assassin s'accélère, constatant malgré lui que ses forces l'abandonnent rapidement.
La baraque était supposée être vide. Bordel de merde...
Sa lame longue sort rapidement de son fourreau, finissant une ou deux minutes plus tard par s'abreuver du sang de la fille de l'homme à qui elle a déjà pris la vie une dizaine de minutes plus tôt.


Elle a les même yeux qu'elle...

Le cadavre de la jeune femme est empalé contre le mur.

†♠†

C'est à genoux qu'Alex essaye de reprendre son souffle malgré l'atroce douleur se faisant sentir lorsque ses poumons se gonflent de manière saccadée. Décidant qu'il ne veut pas que ce truc reste dans son bide, le jeune homme empoigne fermement le pommeau de la dague et la retire d'un coup, faisant un minimum attention à ne pas s'ouvrir la peau encore plus. Les dents serrées aussi fort que sa mâchoire le lui permet et au bord de l'évanouissement, l'assassin regarde son sang couler de sa plaie sa vision se troublant peu à peu. La blessure n'est cependant pas très profonde, la fille n'a pas planté la lame entièrement, avec un peu de chance et de volonté il a quelques chances de s'en sortir ...
Crever d'une manière aussi débile , je les enchaîne...
Une brume noire lui masque peu à peu la vue, juste le temps de plus ou moins compresser la plaie avec un bout de son manteau et il s'évanouit …



Welcome to my world of insanity...

Meurtre après meurtre, Alex s'est fait à l'idée que tuer n'est en fait pas grand chose, un acte serte mauvais mais pas aussi dramatique que ce que certains essayent de faire croire. C'est dans ce que l'on pourrait appeler un cauchemar que l'assassin se revoit pendant plusieurs heures commettre de nouveau les meurtres qu'il a déjà commis... de son premier à celui qu'il vient de finir. Une ou deux dizaines de visions plus tard, il entend enfin la voix grave d'un homme s'adresser à lui, alors qu'il se voit égorger un soldat... son regard aussi vide que le cadavre tombant bientôt à ses pieds.
- Tu ne réagis pas. Ça ne te fait rien?
- Je ne vois que du travail bien fait.
- Tu n'es qu'un monstre. Tu n'as d'humain que le corps dans lequel tu résides, tu mérites la mort qui t'attend.
- Je sais.
Les lèvres du tueur s'étirent en un léger sourire sans joie.

Pourpre.

Le visage de la fille la plus importante pour lui apparaît lentement. Elle qui s'est faite ôter la vie par le mentor de l'assassin sous ses yeux sans pouvoir rien faire.
- C'est bien, ton regard commence enfin à exprimer quelque chose. Dis-moi: elle aussi tu l'as tuée non? Indirectement du moins, tu n'as pas vraiment fait d'efforts pour la sauver elle qui pourtant pensait encore à toi et qui recevait ton argent sans savoir comment tu l'avais salement gagné. C'est bien, une fois morte tu n'avais plus à lui donner tout ce fric, ça en faisait plus pour toi.
- Je l'ai vengée.
- Et alors? Tu crois que faire couler du sang en son nom lui aurait plu? Et pourtant tu continues à tuer en pensant ne pas en sentir les conséquences. Tu en veux une de conséquence? Personne ne peut être un minimum proche de toi sans courir le risque de mourir à son tour.
- La ferme! Le meurtre est ma rédemption et je continuerai jusqu'à ce que je n'en sois plus capable.
- Je pense que tu ne dois pas mourir.. la vie est déjà un enfer pour toi, la mort te serait trop douce.
- Ferme la, tu ne sais rien!

Sa douleur au bas-ventre se fait de nouveau ressentir, de plus en plus fortement, il aperçoit peu à peu ses vêtement se salir de son propre sang. Sa respiration s'accélère devenant de plus en plus saccadée. Le jeune homme se réveille brusquement.

Voilà que je me mets à délirer. Le jugement dernier n'existe pas. J'ai rêvé, j'ai simplement déliré.



C'est après avoir brusquement ouvert d'un coup de pied la lourde porte de la maison isolée en foret que l'assassin au regard vide s'en va, s'appuyant sur son épée longue qu'il a durement récupéré pour réussir à marcher plus ou moins correctement. Son autre main plaquée contre sa plaie qui s'est arrêtée de saigner pour le moment, il s'enfonce dans la forêt malgré le fait que chaque pas soit plus douloureux.

†♠†

La notion du temps disparaît...

Alex ne sait pas vraiment s'il a marché plusieurs heures ou seulement quelques minutes, trop perdu dans ses sombres pensés et ses maudites douleurs. C'est à bout de souffle qu'il s'appuie contre un arbre près du lac, essayant de reprendre malgré tout quelques forces. Ses yeux se ferment, il repense à ce qu'il vient de faire.
Toujours pas de remords...
Une goutte d'eau lui tombe sur la joue, roulant le long de sa mâchoire pour doucement tomber sur le sol terreux de la forêt. Il se met à pleuvoir... Alors que le soleil est au plus haut dans le ciel.
Essuyant d'un revers de manche une autre larme coulant le long de sa joue, il jette un regard autour de lui.

Il ne rêve pas, il sent bien une présence au sommet d'un arbre non loin de lui. Essayant de se calmer malgré l'adrénaline montante, il reste immobile attendant de savoir ce qui s'y trouve.
Alex décide de s'approcher tout doucement jusqu'à apercevoir une silhouette accroupie derrière une certaine quantité de feuillage. Habitué à ce type de position, il finit par deviner que quelqu'un l'observe... Est-ce un arc dont il devine la forme?
S'écartant d'un bond de ce type, il ne peut s'empêcher de regarder si ses armes son bien à leur place.
Le jeune homme laisse échapper une grimace de douleur, sa main plaquée à nouveau sur sa plaie rouverte. Il hésite à dégainer sa lame longue même si de toutes façons il sait qu'il ne pourra rien faire de sérieux si la personne perchée décide de s'en prendre à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Maëwel Seldir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 44
Métier : Alchimiste et Herboriste
Alignement : Chaotique Bon
En couple avec : /

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un repos troublé... [En cours]   Lun 26 Aoû 2013 - 23:17

Alors qu’elle scrutait les horizons en silence, Maëwel commençait à appréhender le pire. Tout ce qui sortait de cette forêt maudite ne pouvait être que malsain. Et si un animal féroce l’observait depuis longtemps dans la pénombre et s’apprêtait à lui rompre le cou ? Par précaution, elle détacha son arc de son dos pour le tenir dans sa main. Elle sortit également une flèche de son fourreau pour préparer son arme. Pendant un instant elle s’imagina prise au piège par une créature démoniaque des bois. Jamais elle ne ferait le poids face à une telle puissance maléfique, aussi bonne archère soit-elle. La substance qu’elle venait d’absorber avait tendance à la rendre légèrement paranoïaque. Comme pour la séparer de ses pensées folles, une goutte d’eau tomba et ruissela sur son visage. Une averse commençait à s’abattre sur elle. Elle égara son regard sur le lac à sa droite. Les gouttes de pluie martelaient la surface de l’eau, créant une symphonie de sons apaisants et délicats. Maëwel huma l’air, remplissant ses poumons de cette fraicheur moite qu’elle appréciait tant.

Soudain, une ombre émergea des feuillages en contrebas. Sans-même être sûr de sa nature ou de sa forme, la jeune blonde braqua rapidement son arc vers la silhouette. Elle visa sa cible puis s’immobilisa. Malgré le mélange de plantes qu’elle avait prit plaisir à ingurgiter, ses membres ne tremblaient pas. Ses yeux persans étaient rivés sur ce qui s’agitait au sol et la pointe de sa flèche se déplaçait instinctivement en fonction des gestes de la créature. Quand la verdure qui cachait sa cible s’écarta, Maëwel écarquilla légèrement les yeux, surprise. Une silhouette humaine venait de se dégager péniblement des feuillages. Ou du moins si ça n’était pas humain, cela y ressemblait étrangement. Mais la pluie battante et la drogue qui s’agitait en elle l’empêchaient d’en voir plus à cette distance. Par sécurité, la jeune femme recentra sa flèche. L’homme semblait boiter, se cramponnant à une énorme épée pour tenter de rester debout. Son visage était dissimulé par une capuche et masse de mèches pourpres, mais Maëwel distinguait des traits jeunes et crispés. Sa musculature développée était mise à rude épreuve à cet instant précis, car il luttait pour avancer. Il s’agrippa désespérément à un arbre plus proche d’elle. Maëwel plissa les yeux, d’ici elle pouvait aisément distinguer le trou béant dans le bas-ventre de l’étranger. Du sang coulait à foison sur sa main qui tentait de presser sa plaie. Il était gravement blessé. Un léger sourire s’afficha sur le visage de la jeune fille, car ce détail prouvait qu’en cas d’affrontement, elle aurait l’avantage.

Mais alors que l’homme avançait péniblement, il s’immobilisa d’un coup. Maëwel se cramponna à sa flèche, car celui-ci avait sentit sa présence. Il cherchait à présent la jeune femme des yeux, son regard se dirigeant vers le haut de l’arbre où était perchée la sauvageonne. Celle-ci retint son souffle pendant que sa cible semblait vérifier son fourreau. Il s’attendait donc à être attaqué.

Durant le moment où il avait regardé vers le haut, Maëwel avait vu ses prunelles. Des abysses sombres et vides de toute expression firent parcourir un frisson dans le dos de la jeune femme. Cet homme ne semblait pas plus humain qu’un mort. Et il n’y avait que les créatures maléfiques pour posséder une telle caractéristique. Et Maëwel était bien décidé à exterminer chaque démon qu’elle croiserait de cette forêt maudite. Comme elle se savait repérée, elle s’avança légèrement sur la branche, sans baisser sa garde. Ainsi, elle ne se cachait plus derrière les feuilles et n’était plus à l’abri de la pluie qui commençait à inonder sa chevelure. Ceci ne troublant nullement la jeune blonde, en équilibre parfait sur une branche qui devrait normalement céder sous son poids. Avec le temps, son agilité lui avait permit d’apprendre de nouveaux tours.

Parfaitement consciente d’être à découvert, elle offrit un regard dédaigneux à l’étranger et lança d’une voix assurée :


- Toi ! Es-tu un démon de cette forêt maudite ?

Si l’homme n’était qu’un homme et non une créature malfaisante aux pouvoirs surpuissants, il était bien faible face à elle. Et si jamais celui-ci avait la langue fourchue et lui mentirait, Maëwel saurait précisément vers où pointer sa flèche. Sans prendre la peine de le laisser parler, elle enchaina :

- Répond ! Ou je te transperce une seconde fois !

Elle ne tremblait toujours pas. Ses mains se resserrèrent encore plus sur son arme, laissant apparaître ses cartilages derrière sa peau cristalline. L’attente de sa réponse lui sembla bien longue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un repos troublé... [En cours]   Dim 1 Sep 2013 - 18:45

Il ne peut que serrer les dents, sa mâchoire craquant légèrement sous cette forte pression. La douleur se fait de plus en plus forte et le sommeil pointe le bout de son nez. Seulement il le sait, dans ce cas précis dormir c’est mourir, surtout face à une inconnue qui le menace d’une flèche pointée vers lui. Sa vue devient légèrement floue, son regard n’a pas changé mais lui a du mal à discerner les traits de la femme inconnue, perchée en haut de l’arbre.
Peut-être est-ce le moment tant attendu, sa fin. Il ne regrette toujours pas.
Il n’aura suffi que de quelques minutes pour qu’il se retrouve trempé de la tête aux pieds, il a de plus en plus froid et il ne sait plus quoi faire. Paniquer n’est pas la solution il le sait, mais il n’arrive pas à savoir ce qu’il devrait faire. Sa blessure n’arrête pas de le lancer, il a beau serrer les dents, il sait aussi qu’il peut s’évanouir à tout moment. Il n’a pas peur.

♠️

Alex jette un autre regard à la jeune femme qui semble lui avoir parlé. Difficile de comprendre avec son état et toute cette pluie, mais sa voix est forte et pleine d’assurance. Lui, un démon de cette forêt ? Il ne peut retenir un petit sourire malgré la douleur atroce qui continue de le bouffer petit à petit. Elle le met sous pression, menaçante. S’il n’avait pas été blessé il serait déjà disparu depuis longtemps… C’est rageant.
Sans faire attention aux larmes tombant du ciel, il rabat doucement sa capuche, démasquant tous ses traits de visage sous quelques mèches pourpres. Sans un mot, il pose sa petite panoplie d’armes tranchantes sur le sol, gardant tout de même une dague dans sa manche gauche par sécurité. Abandonnant sa lame longue, plantée dans le sol non loin de lui, il décide de s’asseoir contre l’arbre en fixant cette fille de la forêt qui attend toujours sa réponse. Un sourire las se dessine sur ses lèvres, une main plaquée contre la plaie qui continue de saigner, l’autre main posée sur sa cuisse bien en évidence, au cas où la sauvageonne qui le vise soit nerveuse. Prenant une grande inspiration pour lui répondre, il se met à parler d’une voix saccadée, rauque et fatiguée.

- Je ne suis qu’un homme parmi tant d’autres.

La situation est absurde, s’il n’avait pas si mal il serait déjà en train de rire. Voilà que son sort est remis entre les mains de cette fille dont il ne connait rien et qui n’a pas l’air très charmante au premier abord. Surtout après ce qu’il vient de faire…
Quelle merde.
Alex continue de fixer la jeune femme, attendant son jugement, tâchant de faire pression sur sa plaie dont le sang ne semble pas vouloir cesser de couler. Une situation plutôt déplaisante.
Ses paupières se font lourdes, il tâche de se retenir de trembler mais le froid s’est emparé de tout son corps.
Vivement qu’elle prenne une décision, comme ça il sera fixé.
Ses yeux se ferment mais il est encore conscient, le noir fait tellement du bien dans ces moments-là…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maëwel Seldir
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 44
Métier : Alchimiste et Herboriste
Alignement : Chaotique Bon
En couple avec : /

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Un repos troublé... [En cours]   Lun 2 Sep 2013 - 12:03

En voyant l’étranger s’affaisser, Maëwel eut un doute. Il paraissait vraiment mal en point. Pendant quelques secondes, elle détendit légèrement la corde de son arc. Devant une créature blessée à ce point, elle ne craignait pas grand-chose. La main du jeune homme était pressée sur sa plaie qui ruisselait toujours de sang. En l’examinant plus attentivement, la sauvageonne constata qu’il était aux portes de la mort. Peu importe, s’il était dangereux, elle n’hésiterait pas à l’abattre. De plus qu’en entendant les paroles de la jeune femme, une once de moquerie apparut sur le visage meurtri de l’inconnu.

Quand elle le vit enlever sa capuche, Maëwel tendit à nouveau la corde de son arc jusqu’à ce qu’elle émette un grincement. A la place d’un monstre des forêts, elle découvrit un jeune homme aux cheveux rouge sang, le visage déformé par la douleur. Il était si faible. Puis celui-ci se démunie de toutes ses armes et les déposa au sol, en signe de capitulation. Même s’il venait de lui prouver qu’il n’avait pas l’intention de l’attaquer, Maëwel ne put s’empêcher de penser qu’il avait beaucoup d’armes pour un simple voyageur. Elle resta donc sur ses gardes, sa flèche suivant le moindre geste de l’étranger.  Péniblement, il alla s’assoir contre un arbre face à elle. Sa démarche fut pitoyable et le sourire qu’il lui lança ne rassura pas la jeune femme. Pourquoi souriait-il ainsi ? Il allait surement mourir ici, seul comme un pouilleux et il s’autorisait à afficher un rictus des plus narquois. Maëwel ne comprenait pas, pire même, cela l’agaçait fortement. Comme si l’étranger défiait la mort de venir le chercher. Soit il pensait être plus fort que sa fin qui approchait, soit il était heureux de pouvoir partir. Quoi qu’il en soit, Maëwel trouvait son attitude étrange. A présent qu’elle voyait aisément les traits de son visage, elle constata qu’il était encore plus jeune qu’elle ne pensait. Mourir à la fleur de l’âge, quelle tristesse. Pour le moment elle se contentait de le regarder, sans réagir. Mais aussi sage et bonne qu’elle était, elle songeait déjà à lui venir en aide. Tout dépendrait de la réponse à sa question. Elle resta immobile, les yeux braqués sur la plaie du garçon, pendant que celui-ci lui répondait.


« - Je ne suis qu’un homme parmi tant d’autres. »

Son souffle se faisait court et sa voix saccadé. Ses forces étaient de toutes évidences en train de la quitter. Malgré l’aura malsaine qui émanait de l’étranger, Maëwel sentit qu’il disait la vérité. Prudente, elle baissa doucement son arc. Décidément, la drogue la rendait vraiment nerveuse. A ce moment précis, elle se sentit honteuse d’avoir prit un jeune homme mourant pour un monstre. Mais le mal et la perversion étaient parfois bien plus présents dans le cœur des hommes que dans celui des créatures mystérieuses qui foulent ces terres. A l’aise sur sa branche, Maëwel rangea soigneusement son équipement, mais ne bougea pas de son perchoir. Elle fixa les paupières mi-closes du garçon, comme pour le sonder de l’intérieur.

- Le fait d’être un homme ne te rend pas plus innocent.

Ces paroles s’échappèrent avec légèreté de la jeune femme, comme si elle venait de penser à haute voix. Cependant elle ne connaissait rien de cet étranger, et elle ne passerait pas plus de temps à le juger. Le temps pressait pour le jeune homme, elle le savait parfaitement. Si elle voulait agir, elle devait le faire rapidement.

Consciente qu’il n’y aurait pas d’affrontement, Maëwel se redressa et sauta de son perchoir pour atterrir habilement sur le sol, tel un chat agile. Elle fit face à l’étranger, détaillant le trou qui trônait sur son bas ventre. Mais elle resta à distance de celui-ci.


- Je peux t’aider…

Elle lui désigna sa plaie du doigt, avant d’effleurer sa ceinture d’herboriste, afin de prouver ce qu’elle disait.

- Seulement tu dois me promettre de ne pas m’attaquer !

Elle croisa alors les bras, attendant la réponse du jeune homme. S’il voulait vivre, il devait se dépêcher de répondre. Maëwel ne le connaissait pas et se fichait bien de qui il était au fond, mais Nedric lui avait toujours répété d’aider ceux qui en on besoin. Alors c’est ce qu’elle s’apprêtait à faire.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un repos troublé... [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un repos troublé... [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harper serait-il un pyromane amoureux, troublé sous un certain charme?
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» Cours de naviguation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Oryenna - Contrée des Humains :: • Lac de l'Aube •-