Partagez | 
 

 Le Tournoi des Maîtres [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Lun 14 Oct 2013 - 20:04

Il y avait un endroit en Oryenna que la plupart ne daignait visiter, préférant même les dunes infernales du désert du zénith à ces énormes montagnes sombres nues empêchant le soleil d'atteindre sa terre. La vallée nocturne était un endroit empli de désespoir où l'Humain côtoyait le néant. Elle se composait d'une immense portion de terres infertiles où rien ne pousse, la poussière ayant prise possession des lieux. La seule vie animale possible étant dans les montagnes où le soleil s'y réverbère en l'empêchant d'entrer. là-bas, des créatures étranges et belliqueuses y gitent et leur royaume de survie se veut prospère grâce à la violence et à la cruauté qui en découlent.

Néanmoins, c'était là qu'Eramos se dirigeait. Il savait son voyage risqué, voir peut-être sans retour, mais sa mission le lui ordonnait. La Guilde avait besoin d'effectifs afin qu'elle puisse renaître de ses cendres. Le sang avait peut-être coulée et de plusieurs membres la vie s'était peut-être échappée, mais l'injustice continuait à sévir et tant et aussi longtemps que cela serait le cas, il y aurait de la place pour l'espoir. Et c'est dans la vallée nocturne qu'il trouverait un atout digne de nom. Car aujourd'hui se préparait un évènement des plu attendu; le Tournoi des Maîtres.

En Oryenna, il était coutume chez les familles nobles et guerrières de prouver leur valeur au combat lors de joutes organisées. Les familles vainqueurs gagnaient des terres et de la renommée qui les rendaient respectables et effrayants pour les autres familles nobles. Les perdantes, pour leur part, devenaient la risée du moment et ainsi se creusait le creux entre les forts et les faibles, un outil indispensable pour quelconque noblesse que ce soit. La hiérarchie prenait alors forme.

Le tournoi des Maîtres était un peu comme le seuil final de ces joutes, là où les plus puissants combattants se livraient bataille afin d'en découvrir l'issue aussi attendue que dangereuse; qui serait le plus puissant guerrier du pays. La convoitise était forte pour ce titre et beaucoup rejoignait le Tournoi dans l'espoir de l'effleurer... Et beaucoup mourait en tentant de l'atteindre. Car, bien que le tournoi ne tolère aucun combat mortel, il arrive que l'on tue ''accidentellement'' son adversaire et là, si aucune preuve n'est trouvé pour accuser le fautif, celui-ci s'en sort sans litige et passe au palier suivant; un moyen des plus pratique pour n'importe quel assassin et donc de leurs clients de se débarrasser d'un individu leur créant problème.

De nuit, il était ardue pour Eramos de voler en compagnie de son griffon Torpeur. Mais il était obligé de le faire car l'attention porté sur lui en plein jour l'aurait grandement handicapé pour son projet. Parti de la cité d'aurore dans la soirée, cela faisait près de quatre heure qu'il volait il commençait à ressentir les douleur de la fatigue et celles dues à son âge avancé, et c'était la même chose pour son compagnon ailé qui lui aussi n'était plus de prime jeunesse. Le vieil homme lui tapota amicalement l'encolure.

« Courage, ami. Nous pourrons bientôt nous reposer, lui dit-il dans un elfique clair. »

Un point lumineux contrastait à l'horizon et Eramos sut qu'il était arrivé. Là étaient plantes près d'une centaine de tentes aux dimensions et aux couleurs représentant la renommée des familles les accueillant. Le vieil homme put en reconnaître quelque unes pour avoir partagée avec eux des repas diplomatiques en compagnie de ses parents au manoir d'Irifuse. Certaines avaient réussis à garder leur hautes places au sein de la hiérarchie, mais la plupart non, la grandeur ridicule de leur tente le démontrant. Là, marchés et boutiques de tous genres parsemaient l’entièreté du village temporaire, mais c'était les forgerons qui étaient les plus populaires, vendant au prix fort leurs meilleurs créations aux combattants.

Eramos demanda à Torpeur de faire le tour du campement et il remarqua que plusieurs sentinelles étaient postées autours des barricades de bois construites la veille. Tout était impeccablement ordonné et la garde semblait surentrainée. Pas étonnant vu qu'ils gardaient surement les meilleurs guerriers d'Oryenna. Le mentor de la Guilde savait qu'il ne pourrait atterrir près du Tournoi car on aurait tôt fait de le prendre pour un indésirable, les places de spectateurs étant données seulement sur invitation de la noblesse humaine. Il alla donc vers le pied des montagnes y fit atterrir Torpeur. Il monta ensuite un camp et alluma un feu afin de se réchauffer de son voyage aérien. Torpeur restait à une distance confortable de son maître, mais lui savait que son côté solitaire l'aurait normalement poussé à se réfugier dans les montagnes. Torpeur le respectait et Eramos ressentait la même chose. Ils n'étaient pas maîtres et montures, mais compagnons d'armes, des amis.  

La nuit était calme et sans nuage; les étoiles brillantes de milles feux. L'humain sourit en se remémorant ses cours d'astrologie lorsqu'il était enfant. Maître Julius avait été un professeur sévère, mais juste. Il s'amusa à se souvenir des innombrables tours qu'il lui avait joué plus jeune. Sa colère le faisant toujours bien rire.

« Et toi, qu'as-tu à m'apprendre, bel oiseau ? s'enquit-il. »

Torpeur s'approcha de lui et déposa sa tête gigantesque à ses peids. Il la caressa longuement avant de s’endormir, un sentiment de paix l'enveloppant.

« Oui, tu as raison, ami. Je m'en souviendrai. »

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Lolia Ambraleya
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 542
Métier : Aventurière intérimaire
Age du personnage : 127
Alignement : Bon
En couple avec : Célibataire
Ennemis : Tout ceux qui me prennent pour cible.
Double Compte : Thôrya Dwiline

Feuille de personnage
Réputation: 300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Lun 28 Oct 2013 - 20:00

La nuit était tombée, se marquant par une nuance fort peu remarquable en réalité. La vallée assombrie devint d’un noir plus profond et le ciel s’éteignit sur une lointaine lueur rosée. La voute qui surplombait le monde était entièrement dégagée, ne laissant aucun nuage dans le champ de vision. Et même si la vue des étoiles était appréciable de tous, on pouvait ressentir une tension électrique dans l’air, comme avant un gros orage.
Un vent frais effleurait la plaine mais une étrange chaleur régnait en ce lieu. Si la lumière avait tant de mal à entrer ici-bas, la chaleur accumulée par la foule amassée et les feux allumés ne voulait pas non plus passer l’infranchissable barrière des crêtes.

Lolia leva les yeux et offrit son visage à la brise rafraichissante. L’effet de la lune était encore à demi dissimulé derrière un escarpement rocheux. Mais d’ici peu de temps, l’astre offrirait son plein spectacle aux innombrables combattants et spectateurs courageux étant venus admirer le tournoi.
La jeune elfe sentait encore une forme d’appréhension la submerger à l’idée de se retrouver là. Quelque chose d’indescriptible, de trop subtil qui lui faisait comprendre qu’elle avait tort de trop s’engager. Elle savait aussi que ses chances de pouvoir se montrer ce soir étaient fortement compromises. Les inscriptions de dernières minutes pouvaient être validées mais uniquement lorsque vous étiez issu d’une noble et riche famille. Sans compter que la majorité des dignitaires présents ici étaient humains et n’accordaient que peu de crédit au peuple d’Evanya. A moins qu’ils aient eu le temps de faire leurs preuves par le passé ! C’était là-dessus que Lolia misait. Elle était persuadée que les quelques petites choses qu’elles avaient faites par le passé pourrait au moins lui permettre une audience auprès des jurés et peut-être même un essai. Cela lui suffirait pour obtenir le droit de participer. Sa participation aux jeux Ephaëlyens s’était tout de même fait remarquer par sa découverte de la relique des nains. Son combat dans le labyrinthe d’Amarth était resté dans les mystères de cet endroit mais elle le trouvait suffisamment éloquent à raconter. Mais son intervention contre le groupe de gobelins en Evanya avait eu un peu plus de reconnaissance. Sans compter sa participation, quoique avortée, à trois des donjons. Quelques échecs parcouraient sa route, tel que le refus de se voir attribuer le poste de gardienne de la nature. Néanmoins, elle se savait capable de mériter sa place dans le tournoi. C’était la seule solution de vraiment se faire remarquer.
Et puis, il y avait eu la guerre… C’était là que tout s’était enclenché, laissant béante une plaie dont elle n’avait même jamais imaginé l’existence. Une sœur qu’elle croyait morte faisait son apparition et l’horreur sans nom de cet enfer prenait une toute nouvelle consistance. Lolia s’était enfin et douloureusement rendu compte de l’ampleur inimaginable de ce que pouvait être un véritable combat en armure. Armure qu’elle avait emportée avec elle au tournoi mais qu’elle n’avait encore pu se résoudre à enfiler. Même si l’armistice avait été annoncé, la jeune elfe restait encore prostrée dans ce qu’elle avait vu et dans l’aberrante réalité du manque de conviction de certains. C’est là qu’elle avait compris que certains pouvaient lui mentir et d’autres ne jamais agir…


***
Mais c’est avec rage que Lolia s’éloigna de la tente principale quelque temps plus tard. Ses illusions détruites et elle-même ramenée à un piètre étage de la médiocrité. Les moqueries avaient fusées avant même que des mots cohérents puissent sortirent de sa bouche. La jeune elfe était d’abord restée de marbre mais elle avait bien vite perdu son sang-froid devant un tel affront. Préférant quitter les lieux avant de décocher une flèche dans la tête d’un des jurés, elle n’avait fait que s’attirer un peu plus de mépris.
Elle se retrouvait maintenant là, à la limite du champ couvert par les lanternes, ses hautes bottes boueuses, son épée au flan, son arc et son carquois se balançant dans son dos et les poings serrés. Une fois de plus, elle sentait comme une part non elfique d’elle-même prendre le dessus.
Elle jeta un regard par-dessus son épaule avant de franchir la limite et de pénétrer dans la pénombre qui bordait la centre de la vallée et l’arène principale. La lune était maintenant haute et éclairait suffisamment les lieux pour son regard elfique. Mais quelque chose couvait dans le ciel et elle sentait la noirceur des nuages approcher, encore indistincte.
Sa colère ne diminuant pas, Lolia s’avança d’un pas rapide vers nulle part. Elle marcha ainsi un long moment avant que ses pas ne la conduisent enfin vers un endroit plus boisé. Quelques arbres épars entouraient un amoncellement rocheux duquel jaillissait une cascade.
Lolia grommelait toujours quand elle s’approcha. Elle fit passer ses armes par-dessus elle et les flanqua sèchement à terre avec sa besace. Elle leva les yeux au ciel au moment où une goutte froide venait atterrir sur le bout de son nez. Le ciel avait fini par se couvrir, comme elle s’y attendait et une fine pluie commença à tomber. D’habitude, la pluie avait toujours un effet bénéfique sur l’elfe, la purgeant de toute mauvaise sensation. Mais cette fois-ci fut une exception. Son énervement en fut renforcer et elle ramassa son carquois qu’elle repassa à son dos. Elle attrapa ensuite son arc et jeta un regard circulaire autour d’elle. Elle aperçut un arbre mort et encocha une flèche.


***
Une pluie forte tombait à présent sur la vallée. Les vêtements de Lolia étaient noyés et ses cheveux lui collaient au visage. Si elle avait été humaine, elle en aurait eu les os glacés mais ce n’était pas le cas. Une dizaine de flèche étaient plantées dans le tronc creux de l’arbre mort et une nouvelle était encochée et ajustée le long de sa joue. Toutes les flèches étaient pratiquement une sur l’autre et l’elfe regretta de ne pas pouvoir montrer ça à ces foutus jurés. Même s’ils auraient pris ça pour un coup de chance !
Mais c’est alors que de curieux bruits se firent entendre malgré le tambourinement incessant de la pluie.
Elle tourna son visage trempé en direction du bruit, faisant voler ses cheveux dégoulinant avant qu’ils ne reviennent se plaquer contre sa joue.


- Qui est là ?!



[ HRP : Je suis vraiment et sincèrement désolée pour le temps de réponse, je n'ai aps d'excuse :/]

_________________

Rp en cours

Roses
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Mer 30 Oct 2013 - 21:58

De là où il était, Eramos pouvait voir toute l'horreur que la guerre projetait sur le monde. Du haut des remparts, il voyait l'étendu de la cour extérieure du palais du Grand Molgor. Cette cour -pour l'avoir déjà visité auparavent- était magnifiquement ordonnée et somptueusement décorée par des statues de nobles ancêtres et de héros de toutes sortes. Mais aujourd'hui c'était le visage du chaos qu'il contemplait et cela l'attristait terriblement.

La dure réalité le rattrapa, il guerroyait et la mort le suivait de près. Là dans la cour se tenait une naine et sa progéniture collée à sa jambe, trop terrifiée -et surtout trop jeune- pour assister sa mère dans la bataille. Il la voyait, non pas apeurée, mais fière devant la dizaine de goblins l'assaillant de toutes parts, l'approchant lentement et savourant le moment prochain où ils mangeraient cette naine idiote à leurs yeux. Mais la mère n'avait pas encore renoncée à la vie et armée d'un marteau de guerre et munie d'une armure de plaque, elle chargea la première Verte-peau avec tant de rage dans la voix qu'elle fit reculer ses congères pendant qu'elle écrasait son lourd instrument de mort sur son crâne. L'hébètement ne dura guère pour les goblins qui ripostèrent.

Eramos chargea deux carreaux dans son arbalète et visa la tête du goblin le plus près de la naine.



Un sentiment de d'empressement réveilla le vieil homme qui se redressa, dague pointée vers un ennemi invisible. La pluie venait de s'amorcer et il su qu'il n'avait rien à craindre; il avait été réveillé par l'eau ou était-ce bien son cauchemar ? Secouant la tête pour chasser ces idées inutiles pour l'heure, il regarda Torpeur qui semblait lui aussi le dévisager.

- Tout va bien. Ce n'était qu'un rêve.

Mais le griffon ne semblait pas convaincu. Il arqua légèrement la tête sur le côté en continuant de fixer Eramos, assis sur le sol mouillé.

- J'admire ta sympathie, mais ce n'est pas l'heure d'en parler. La pluie va s'intensifier. Il te faut trouver un abris pour la nuit.

Cela ne plaisait guère au griffon, mais il savait que son maître avait raison. Ses plumes une fois mouillées, il lui serait impossible de voler. Il s'envola donc vers les montagnes. Eramos lui se leva et étouffa les quelques flammes restantes d'un coup de pied et roula sa tente en la cachant sous un arbre. Il y monta pour s'y coucher. Cela lui prit un peu plus de temps que cela aurait du habituellement, l'humidité froissant ses muscles et fragilisant ses os. Avec un cri étouffé, il réussit à grimper agilement jusqu'à une grosse branche bien solide de laquelle il pouvait voir une grande partie de la région boisée avoisinant le pied des montagnes. Une petite chute était également visible, ce qui plu au vieil homme trouvant cette vue réconfortante. Un mouvement alerta cependant le chasseur en lui et il comprit que cela ne pouvait être qu'une silhouette humanoïde. Non rassuré de dormir pendant qu'il y avait quelqu'un non loin de son campement, il décida d'aller jeter un coup pour s'assurer que cela n'était pas un groupe de gardes ou des chasseurs de prime, tous deux factions étant à sa recherche.

Marcher en forêt ne le contraignait pas, il était même plus à l'aise qu'en ville pour le faire. Il s'y déplaçait avec une telle prudence et un tel silence que même les animaux (quand il arrivait contre le vent) ne s’apercevait de sa présence. Il usa donc cette faculté pour s'approcher de la chute, le bruit de l'eau jouant en sa faveur. Car, si aucun humain ou animal ne pouvait entendre, il en était différent pour un elfe ou un vampire et le fait qu'il y ait un ou l'autre sur un territoire humain n'était pas à exclure.

Il était à un peu plus de deux cent mètres de la chute quand il décida de s'arrêter. Enlevant un de ses gants de cuir, il leva sa main nue au ciel ressentant la direction du vent, il allait contre lui. Parfait. Continuant sa route, le vieil homme s'arrêta aux abord de la petit chute et scruta les alentours. La pluie tombait de façon plus drue à présent et il était assez dur pour lui de bien voir. Mais, si c'était son cas, il en était aussi pour les potentiels ''autres''. Il y avait un barda déposé nonchalamment au milieu de l'endroit qui semblait n'appartenir qu'à une seule personne. Cette même seule personne qui encochait une flèche à son arc pour ensuite la tirer sur un tronc d'arbre décrépit. Étonnement, chaque flèches tirées (il y en avait une dizaine) étaient près des autres, comme si l'archer avait voulu recouvrir complétement l'écorce grisâtre de cet arbre, centimètre par centimètre. C'était impressionnant, même pour un tireur comme Eramos. Son regard fixa alors l'archer, qui était une femme, à n'en pas douter par sa fine taille athlétique et ses courbes féminine, dessinée à cause de la pluie ayant fait coller ses vêtements à sa peau. Quelque chose aussi lui disait qu'elle était une elfe. À part les oreilles pointues qui  étaient dures à apercevoir d'ici, sa position de tir rappelait quelque chose de quasi surnaturelle, en plus de la vitesse à laquelle elle tirait. Les humains étaient incapables de tels exploits.

Alors pourquoi une elfe, apparemment solitaire, étaient en train de s'entrainer au tir en pleine nuit, durant une tempête, en plein territoire humain ? Non elle ne s'entrainait pas, remarqua Eramos. Elle se défoulait. Ses traits faciaux rappelaient ceux d'une personne en colère et cela le choqua en plus de l'alerter. Était-elle dangereuse ? À ce moment, elle tourna la tête vers lui, sur ses gardes. Elle l'avait entendu, elle avait l'oreille fine.

- Qui est là ?!

Eramos s'exprima dans un elfique clair, mais avec des mots simples, présumant que ce n'était pas un elfe à qui elle s'adressait, mais un humain empruntant leur langage.

- Pas un ennemi. Du moins, si vous abaissez cette arme.

Il se leva et avança de trois pas. Son arbalète était en vue, accroché à sa ceinture et désamorcée. Encocher un carreau lui prendrait plus de temps qu'elle n'aurait pour l'abattre d'une flèche et il en était conscient. Levant à demi ses mains, l'ancien chasseur de prime savait qu'il était inutile d'avancer plus, L'elfe voulant certainement le questionner avant qu'il ne puisse plus être en danger. Calme, il continua en elfique pour la mettre en confiance.

- Je ne vous souhaite aucun mal. Par Sên vous avez ma parole.

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Lolia Ambraleya
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 542
Métier : Aventurière intérimaire
Age du personnage : 127
Alignement : Bon
En couple avec : Célibataire
Ennemis : Tout ceux qui me prennent pour cible.
Double Compte : Thôrya Dwiline

Feuille de personnage
Réputation: 300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Dim 3 Nov 2013 - 12:02

Un court silence s’installa. Lolia mit tous ses sens aux aguets, prête à réagir au moindre signe d’agression. Mais elle n’eut pas à attendre ni à s’inquiéter longtemps. Une silhouette émergea de l’ombre d’un arbre. La vision nocturne de l’elfe s’adapta rapidement à la distance et elle put discerner un homme. Ce dernier s’avança de quelques pas avant de parler. Lolia le regarda faire, l’arme à peine baissée. Étrangement, quelque chose chez cet homme lui semblait familier.

- Pas un ennemi. Du moins, si vous abaissez cette arme.

Les yeux de Lolia s’arrondirent sous le coup de l’étonnement. Elle tourna légèrement la tête de côté. L’homme venait de s’adresser à elle en elfique. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas entendu sa propre langue. Elle-même ne la pratiquait plus que rarement, lorsqu’elle se retrouvait seule. Depuis qu’elle avait quitté sa maison pour partir découvrir Ephaëlya, elle avait opté pour la langue commune. C’était beaucoup plus simple pour pouvoir communiquer avec toutes les races du continent. Entendre sa propre langue lui fit un bien fou, comme un baume apaisant. Elle sentit toute sa colère s’évaporer peu à peu alors qu’elle baissait un peu plus son arme. Un homme l’abordant de la sorte ne pouvait guère lui vouloir du mal. Confirmant ses dires, il répondit :

- Je ne vous souhaite aucun mal. Par Sên vous avez ma parole.

Cette fois-ci, Lolia baissa totalement son arme. La corde de son arc se détendit et elle remit sa flèche au carquois pour montrer sa bonne foi. Un sourire se peignit sur son visage et elle écarta les bras en posant son arc pour que ses mains soient bien visibles.
Elle s’avança alors d’un ou deux pas également, se rendant enfin compte de la quantité phénoménale d’eau dans laquelle elle pataugeait. Ses cheveux ruisselaient dans son dos et sa nuque mais elle chasse cette impression.
En s’approchant, le visage de l’homme qui se tenait là lui sembla encore plus familier. L’avait-elle déjà vu ? Si oui ; où, en quelle occasion ?


- Bonsoir. Pardonnez ma méfiance. Avec le tournoi dans le coin, je préfère faire attention.

Elle avait décidé d’opter pour l’elfique également. Reparler sa langue natale lui était si bénéfique. La première phrase de l’inconnu lui avait d’abord laissé penser qu’il ne maitrisait pas bien cette langue délicate. Mais sa seconde tirade semblait vouloir présager le contraire. Les notes chantantes et cristallines vous caressaient l’oreille d’une douce chaleur. Elle ne résista d’ailleurs pas à se présenter. Son nom avait toujours donné une mélodie très agréable en elfique.
Toute colère envolée et sa joie naturelle revenue, elle s’avança encore un peu et tendit la main vers la silhouette encapuchonnée :


- Au fait, je m’appelle Lolia Ambraleya.





[HRP : C'est un peu court, désolée.]

_________________

Rp en cours

Roses
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 56
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Dim 10 Nov 2013 - 20:47

La tension semblait disparaitre tranquillement à mesure qu'Eramos étalait ses pensées. On aurait presque cru qu'il pouvait contrôler la demoiselle grâce à la langue elfique, comme un serpent auquel on joue de la flûte. Mais l'humain comprit qu'elle était seulement surprise et peut-être même ravie d'entendre sa langue maternelle. L'elfique était déjà merveilleux à écouter lorsqu'on en comprenait rien, alors pour la race qui l'avait inventée c'était certainement le plus beau des cadeaux.

L'humain s'était détendu complétement lui aussi, pas un seul once de malveillance ne se voyait en lui et il n'en voyait pas non plus en l'elfe. Cette colère qui l'animait avait maintenant complétement disparue, remplacée même par un sourire chaleureux et poli. Eramos en fit de même, ce qui était plutôt rare. Son visage en habitude inexpressif et son regard froid s'étaient transformés momentanément en ce qu'ils avaient été jadis: l'avatar d'un homme doux et gentil.

- Bonsoir. Pardonnez ma méfiance. Avec le tournoi dans le coin, je préfère faire attention.

Le tournoi des maîtres, il avait presque oublié. Pourquoi avait-elle à être prudente à ce sujet ? La vallée nocturne à elle seule n'était-elle pas assez dangereuse ?

- Prévoyance est mère de sureté.

L'elfe fit quelque pas vers lui qui se décida à en faire de même. Elle tendit sa main et se présenta à lui. Eramos lui prit la main et abaissa légèrement la tête vers l'avant, salutation de coutume en Evanya voulant promouvoir une nouvelle rencontre fortuite.

- C'est à la chance et la fortune que je dois votre rencontre Lolia Ambraleya.

Puis d'une manière plus humaine, il enchaîna en se présentant.

- Je suis Eramos d'Irifuse. Enchanté de faire votre connaissance... De nouveau.

En effet, il n'avait pas oublié la brève  discussion qu'ils avaient échangés au moulin des vieux temps. Chasseur de prime, il traquait un lieutenant de la garde corrompu. Jamais il n'avait mit à bien cette mission, l'homme avait été introuvable.

Le regard du vieil homme se tourna vers le tronc mort qui servait de cible à Lolia. Puis, de nouveau vers elle.

- Peut-être pourrions-nous continuer la discussion que nous n'avions pas terminé dans un endroit plus sec. Qu'en dites-vous ?

L'elfe était trempée jusqu'aux os. L'humain avait conscience que les elfes étaient plus résistant au froid et aux intempéries, mais il doutait que Lolia soit des plus confortables. Détachant son manteau, il le tenait devant lui, de façon à pouvoir l'enfiler à l'elfe.

- Vous permettez ?

La question plana quelques secondes dans les airs, révélant un véritable arsenal d'épées, dagues et couteaux dissimulés accrochées à des endroits stratégiques de l'armure d'Eramos pour ne pas l'handicaper dans ses mouvements. En comptant également l'arbalète double qui lui avait donné la sombre réputation d'assassin durant sa jeunesse. Cœur d'aigle le Tueur.

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Lolia Ambraleya
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 542
Métier : Aventurière intérimaire
Age du personnage : 127
Alignement : Bon
En couple avec : Célibataire
Ennemis : Tout ceux qui me prennent pour cible.
Double Compte : Thôrya Dwiline

Feuille de personnage
Réputation: 300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Mer 27 Nov 2013 - 4:50

L'homme s'avança également et ils se serrèrent la main.

- C'est à la chance et la fortune que je dois votre rencontre Lolia Ambraleya. Je suis Eramos d'Irifuse. Enchanté de faire votre connaissance... De nouveau.

Lolia tiqua enfin ; Eramos, Eramos d'Irifuse ! Bien sûr qu'elle l'avait déjà rencontré. Dans la grande plaine, la taverne des deux moulins quelque chose comme cela. Elle n'y avait fait qu'un bref passage, préférant profiter de la nuit dans la plaine. Mais elle se souvenait de cet homme mystérieux qui cherchait vainement à tirer des informations de la bouche des clients. Elle se souvenait avoir échangé quelques mots au cours desquels ils avaient manqué de travailler ensemble sur une mission que menait Eramos. Elle avait appris par la suite que ce dernier ne travaillait pas sur n'importe quoi puisqu'il n'était pas moins que le chef de la Guilde de l'Équilibre. Lolia avait eu pas mal de difficulté à trouver cette information, il semblait vouloir garder au maximum son anonymat. Et la Guilde, malgré sa récente popularisation, gardait toujours de ses débuts son aspect secret, elle ne livrait donc pas facilement des informations. Par la suite, Lolia avait tenter de se joindre à eux, mais la vie étant ce qu'elle était, elle en avait vite été détournée par d'autres obligations.
Sa mémoire elfique lui permettait de se rappeler de presque toute leur conversation. Ce qui est étrange quand on pense que quelques instants plus tôt, elle ne se rappelait même pas de l'endroit où ils avaient pu se rencontrer. Mais les mots avaient tendance à se graver éternellement dans la tête de la jeune elfe. Elle se souvenait même du surnom qu'il lui avait donné...


- Peut-être pourrions-nous continuer la discussion que nous n'avions pas terminé dans un endroit plus sec. Qu'en dites-vous ?

Lolia jeta un coup d'oeil autour d'elle. En effet, la pluie ne semblait pas vouloir s'arrêter de si tôt. Et quand elle y pensait, elle n'aurait même pas su dire depuis combien de temps elle se trouvait là, à s'acharner vainement sous la pluie et la noirceur. Ça ne lui ressemblait tellement pas...
Eramos enleva alors son manteau et le présenta à l'elfe qui le dévisagea d'un air perplexe. Il est vrai que, autant qu'elle se souvienne sur leur courte rencontre, l'homme avait toujours été d'une grande galanterie. Elle était heureuse qu'il se souvienne d'elle après autant de temps.


- Vous permettez ?

Lolia baissa la tête sur ses vêtements trempés, se rendant enfin compte de la désagréable sensation que cela lui procurait. Ses cheveux collés à son visage commencèrent à la gênée et elle se demanda comment elle avait fait pour ne pas s'en rendre compte plus tôt. La colère probablement.
Elle offrit un grand sourire et releva la tête pour accepter. Son regard capta alors l'éclat familier des armes fixées sur les vêtements d'Eramos. De nombreuses lames brillaient avec cruauté sous la lune. La jeune elfe comprit qu'elle en aurait plus à apprendre qu'elle ne le pensait à propos de cet homme. Mais elle se souvint surtout des derniers mots qu'ils aient échangés à la taverne avant qu'Eramos ne doivent la quitter prestement. Il lui avait demander ce qu'elle connaissait du maniement des armes. A l'époque, elle venait à peine de quitter son foyer et avait timidement répondu qu'elle se débrouillait à l'arc et au poignard. Mais maintenant... elle avait presque honte de ses performances de l'époque, elle s'était tellement améliorée depuis. Elle avait connu la guerre de l'Alliance contre Croc-Noir, elle avait combattu nombres d'ennemis dont les gobelins en Evanya, les lutins maléfiques du labyrinthe d'Amarth et même un dragon sur les terres vampiriques. Son aptitude au maniement de l'épée était presque aussi poussé que celui de l'arc.
Elle ne put s'empêcher d'éclater de rire, un rire frais et chantant, accentué par la note elfique qui avait envahi son être.
Elle regarda Eramos, le rire éteint mais toujours aux lèvres tandis qu'elle parlait.


- Pardonnez-moi, je ne me moque pas mais un souvenir de notre première rencontre m'est revenu en mémoire. Mais en effet, parlons-en dans un endroit plus agréable.

Elle sourit tendrement à l'homme et enfila le manteau qu'il lui tendait. Pas qu'elle ai froid, même si ses vêtements la gênaient quelque peu, la pluie elle-même lui était bénéfique. Mais elle ne voulait pas froisser la gentillesse d'Eramos.

- Permettez juste que je récupère mes flèches.

Elle ramassa son carquois et son arc qu'elle repassa à son dos, sur le long manteau dont elle releva le capuchon. Elle sentit un couteau dissimulé dans la doublure qui vint lui frotter le flan. Il n'avait certainement plus dû y penser. Elle courut d'un pas léger jusqu'à l'arbre mort et sortit ses flèches une à unes, les rangeant dans son carquois. Elle alla ensuite ramasser son épée et son sac avant de rejoindre Eramos qui l'attendait.

- Allons-y.

_________________

Rp en cours

Roses
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lolia Ambraleya
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 542
Métier : Aventurière intérimaire
Age du personnage : 127
Alignement : Bon
En couple avec : Célibataire
Ennemis : Tout ceux qui me prennent pour cible.
Double Compte : Thôrya Dwiline

Feuille de personnage
Réputation: 300
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   Mer 30 Avr 2014 - 18:08

[ Ce rp est terminé, la suite est à lire dans ce lien : http://www.ephaelya.com/t6686-l-enquete-sur-un-homme-nomme-eramos#95788]

_________________

Rp en cours

Roses
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Tournoi des Maîtres [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Tournoi des Maîtres [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haânkhès Rhadamante - En Orient, tout ne peut être que clair entre deux êtres [Terminé]
» Les médailles
» Le tournoi de Lavanville [Terminé]
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Oryenna - Contrée des Humains :: • Vallée nocturne •-