Partagez | 
 

 La perle grise [Acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 283
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: La perle grise [Acceptée]   Mer 23 Oct 2013 - 14:25

C'est au fil de ses pérégrinations que le vieux vampire trouva la réserve naturelle d'Ephaelya. Dante avait eu vent du fameux groupuscules nommé « Les dresseurs ». Des guerriers d'élites, des vétérans de la Titanomachie qui avaient reçu de Sên puis des maîtres de ce monde un sceptre au pouvoir fabuleux, celui de charmer et dompter n'importe quelle monture. Ce retour au haras pouvait sembler hasardeux or il n'en était rien. Le vampire savait parfaitement qu'il finirait par revenir ici. Sa dernière venue remontait à un siècle auparavant. Éclairé par la lueur blafarde de la lune, le vampire se faufila sans un bruit jusqu'à la porte. Il toqua plusieurs fois, de manière soutenue, afin de réveiller la compagnie qui séjournait dans la réserve. Un jeune elfe n'ayant même pas eu le temps de retirer son bonnet de nuit jeta un vif coup d’œil à travers le judas de la porte. Dante sentait son cœur palpiter de l'autre côté de la cloison, la peur tenaillait son interlocuteur :


- Qui … qui va là ?


Il était normal pour le jouvenceau d'être effrayé par pareille apparition en plein cœur de la nuit. Un mastodonte à la chevelure blanche, aux yeux d'un bleu inquiétant, à l'air mal dégrossi ça n'inspirait certainement pas confiance. Dante soupira. Sa voix grave et rude brisa la froideur de la nuit :


- Dante McAllister, le directeur me connaît.


Le verrou grinça, le loquet cliqueta et la seconde d'après les larges épaules du vampire peinaient à traverser le cadre de la porte. Il grommela quelques injures dans sa barbe puis suivit le jeune homme à travers la partie jouxtant les enclos et où résidaient le propriétaire. Après un escalier, le vampire se trouva dans le bureau du directeur qui avait sorti une panoplie de fiches et de dossiers sous les yeux écarquillés de son jeune apprenti. Ce dernier dévisagea Dante, la mine déconfite, il semblait surpris de ce qui se produisait. Le vampire ne parvint à retenir un mince sourire narquois car il savait de quoi il en retournait. Le directeur était absorbé par son travail de recherche, farfouillant dans ses classeurs et ses tiroirs. Une fois la bonne fiche en main, il la tendit à Dante qui se mit à la décrypter scrupuleusement. Ses yeux débordaient de malice, il avait l'air aux anges. Le mercenaire reprit rapidement contenance afin d'afficher un regard détaché et libre de toute émotion. Il reposa négligemment la fiche sur le bureau noueux puis lâcha sur un ton acerbe :


-C'est bien beau tout cela vieil homme … mais je ne veux pas de l'encre sur une feuille, je veux le voir.


L'apprenti sembla prompt à répliquer mais le directeur, un homme qui avait vécu le double de Dante, avait également bien plus de sagesse que ces deux là réunis. Il calma d'un regard le jeune elfe et fit signe à Dante de le suivre dans une quiétude qui embarrassa le vampire. Il s'était montré impoli pourtant il savait que ce genre de manœuvres ne fonctionnait pas sur les hommes dont la sapience avait atteint un tel degré. Il suivit le vieil elfe dans un silence quasi-religieux, talonné de près par cet apprenti mal dégourdi qui semblait lui tenir rancune. Effectivement, il savait de quoi ce dossier traitait. Il était question d'un cheval d'exception, un destrier des plus rares, issu d'un croisement novateur qui permettrait de donner naissance à un animal noble et puissant. Dante le savait, il avait jalousement gardé cela pour lui et vraisemblablement le jeune elfe n'était pas d'accord pour que ce mercenaire bourru, ce « bon sauvage », devienne le propriétaire de cette monture. Dante lui lançait quelques regards agrémentés d'un sourire sarcastique, prenant un malin plaisir à se délecter de cette situation. Après quelques minutes, ils parvinrent enfin au haras. Dans ce lieu, seuls les étalons les plus puissants, rapides et endurants avaient le droit de rester « entier » afin de se reproduire. C'est là que Dante fut frappé d'une stupeur sans égale, bouche bée, il ne put contenir sa surprise.


- Il est magnifique, n'est-ce pas demanda sur un ton affirmatif le vieux directeur de la caserne. J'ai fait comme tu m'as demandé, héritier des frisons, j'y ai ajouté du sang andalou pour parfaire son endurance. Certains qualifieraient cela d'hérésie mais d'après le résultat, on peut dire que le jeu en valait la chandelle.


Le directeur se tourna vers Dante pour évaluer sa réaction. Ce dernier ne réussissait pas à détourner les yeux de son acquisition. Un cheval à la stature imposante, une large encolure, des jambes musculeuses, un poitrail puissant, un corps fort, compact mais élancé. Son port de tête lui donnait un aspect fier et le grandissait. Ses grands yeux bleus étaient expressifs, rappelant ceux de son futur cavalier. Disposant d'une robe grise pommelée, il ne faisait aucun doute que ce cheval était moreau à la naissance : son abondante crinière noire, ses fanons sombres très fournis et le bout de son nez en étaient l'héritage. Le vampire s'approcha lentement de la bête, tendit la main et caressa sa large tête de ses doigts gantés, plantant son regard dans celui de l'animal. Il ne faisait aucun doute qu'il était vif, courageux et intrépide. Ses origines le rendaient également doux et docile de nature, lui conférant une grande loyauté par la même occasion. D'un mouvement gracieux et serein, Dante grimpa sur la bête et la monta à cru. Il entendait le pouls de sa prochaine monture, il ressentait ses émotions, il ne faisait plus qu'un avec elle. Cambré sur son dos, il caressait sa crinière et lui chuchotait à l'oreille. L'apprenti se montra plus compréhensif après une telle démonstration d'affection. Dante remit pied à terre et se dirigea vers le directeur :


- Il y a un siècle, je t'ai apporté un cheval puissant et rude mais noble et élégant. Tu lui a apporté une descendance qui n'a rien à envier à ses ancêtres, qui a hérité de leur grâce et qui se trouve être plus rapide et endurant. Tu en as fait "le roi des chevaux", je ne te remercierai jamais assez.


Le vampire plongea sa main dans une de ses poches à la recherche de sa bourse mais le vieil elfe le stoppa net en apposant ses doigts chétifs sur son épaule. Un franc sourire se dessina sur ses lèvres. Le directeur alla chercher la selle et prépara la monture. Dante n'adressait plus de sourires narquois ou de regards sarcastiques, il se contentait de contenir l'euphorie qui le gagnait. « La perle grise », son cheval, sa monture, son destrier. Il le monterait fièrement chaque nuit, dans les forêts et les villes, au combat ou en temps de paix. Cela faisait longtemps que le mercenaire refusé de posséder une monture, las de voir chacune mourir tandis que sa propre vie se prolongeait indéfiniment. Cette fois, il sentait qu'il mourrait dignement aux côtés de celle-ci. Le directeur tira Dante de sa torpeur et lui tendit les rênes. Le vampire bondit sur sa monture qui se cambra et émit un puissant hennissement de satisfaction. Le directeur lui posa une dernière question :


- Comment comptes-tu l'appeler ?


Le vampire posa ses yeux d'un bleu surnaturel sur le vieux directeur de la caserne. Il réfléchit durant un certain laps de temps puis lâcha naturellement ces quelques mots :


- Crin-gris ou Gripoil dans le langage commun. « Midinvaerne », dans votre langue cela a une signification toute particulière.


Effectivement dans certains dialectes elfiques, ce mot voulait dire «Solstice d'hiver », une dénomination judicieuse en raison de la robe et des yeux clairs de sa monture mais également car il s'agissait de la nuit la plus longue de l'année, un jour de fête pour les vampires. Le mercenaire ajouta dans un elfique chanté, quasiment naturel bien qu'il écorcha les oreilles du vieil elfe :


- « Va faill hen Aén Seidhe »


L'elfe lui rendit son salut et Dante dévala l'étendue d'herbe sous le faisceau lumineux de la lune, galopant à vive allure sur Crin-gris qui donnait l'impression, non pas de galoper mais bien de glisser sur l'herbe.

Spoiler:
 

_________________

Gripoil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vendeur de Lëanya
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: La perle grise [Acceptée]   Mer 23 Oct 2013 - 17:04

Pièces d'or nécessitées: 0 pièces d'or
Capture: Acceptée

Félicitation Dante McAllister ! Tu viens d'apprivoiser un cheval !
N'oublie pas de rajouter le sigle correspondant dans ta signature ainsi que le lien du RP.
Pense à le nourrir, mais attention cheval de cette qualité doit être bien traité, sans quoi, il finira par s'enfuir pour trouver un autre maître.

A bientôt sur les terres de Lëanya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La perle grise [Acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La perle grise [Acceptée]
» Compagnie Grise
» Liste compagnie grise
» [500 pts] La compagnie grise: Full tir
» Minecraft, la perle du moment *_*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Gestion des personnages :: Montures et autres boutiques-