Partagez | 
 

 Elënna Betràyëd [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elënna Betràyëd
Chef de Meute de Sang-Chaud
avatar

Messages : 425
Métier : Chef de Meute de Sang-Chaud
Age du personnage : 125
Alignement : Chaotique neutre
En couple avec : Ta soeur è.é
Double Compte : Abygaël & Kiaya

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Elënna Betràyëd [Validée]   Sam 9 Nov 2013 - 19:17


Préambule  
Du personnage


Prénom & nom : Elënna Bëtrayed
Sexe : Féminin
Âge du personnage : 120 ans
Race : Lycan (elfe mordue)
Meute : Chef de Sang-Chaud
Compétence Magique : Oui




Description
Physique


Beaucoup pourraient trouver qu'Elënna est une jeune femme excentrique, mais malgré cela un certain charme ne peut s'empêcher de l'entourer comme une aura. C’est une elfe, ou plutôt l’était avant de se faire mordre par un lycan. Elle n'est pas très grande pour un membre de sa race et son corps arbore une silhouette fine.  Une agilité et une souplesse certaine imprègnent ses mouvements pour lui donner une allure à la fois douce et sauvage. Ses yeux sont entourés de cils fins et longs. Cernés de maquillage noir, ils paraissent mystérieux. Dans ce regard étonnant, chaque émotion peut se lire sans grand mal. Pourtant, au fin fond des prunelles d'Elënna, une tristesse semble s'être encrée à tout jamais. Un mal être dissimulé derrière un sourire éblouissant et des yeux rieurs. Son front, souvent plissé, est légèrement marqué malgré son jeune âge. En effet, un mal de tête est toujours présent. Elle parvint à en faire abstraction à force d’y être habituée mais garde les sourcils froncés la plupart du temps.

Ses gestes élégants, son allure agile, elle a quelques atouts. Elen ne semble parfois ne pas s’apercevoir de sa jolie frimousse angélique. Depuis son enfance, elle s'est toujours différenciée des autres bien qu'elle parvienne à s'entendre avec n'importe qui. En effet, l'originalité et l'imagination ne semblaient jamais la quitter. Tenues extravagantes avec du cuir ou de la fourrure, la jeune femme se fera souvent remarquer de par ses habits. Elle aime beaucoup porter son gilet qui lui donne  une allure à la fois douce et sauvage. Sa démarche féline lui apporte un air détendu et nonchalant. Cependant, rien ne laisse paraître que derrière cette simplicité se cache un être beaucoup plus complexe. Malgré ce corps mince, elle possède une force étonnante, dû à ses nombreux talents cachés. Ses muscles roulent gracieusement sous sa peau lorsqu’elle est en plein effort. Sur son visage, on peut lire facilement que sous cette enveloppe charnelle se cache une guerrière. Dans son dos, deux sabres se croisent avec harmonie et un grand arc les accompagne. Bien que sa nouvelle nature suffise pour se défendre, l’elfe a gardé ses habitudes elfiques : toujours garder ses armes sur elle.

Dans ses mouvements amples, des cheveux mi-longs et blancs forment une cascade jusqu’au creux de ses omoplates. Leur couleur est du à son côté elfique.  Elle ne les attache que très rarement étant donné qu'ils ne tiennent pas en place. Des mèches rebelles encadrent son visage à la peau pâle. Les traits de son visage sont fins et semblent être faits de porcelaine. En effet, la jeune femme a une peau très claire sans être blafarde. Quelques tâches de rousseurs parsèment son visage, lui donnant un air tout à fait différent des autres elfes. Cachées sous ses doux cheveux, deux oreilles pointues sont dissimulées. De longs sourcils fins filent du milieu de sa figure jusqu’à ses tempes sur un front camouflé par une légère frange. Un petit nez rond et un peu relevé trône au milieu de son visage et des pommettes rondes l’encadrent à merveille. Son sourire est simple mais lui donne un air enfantin. Ses lèvres roses et en forme de cœur s’étirent en un sourire charmeur, laissant apparaître une parfaite ligne de dents blanches. Mais l’élément le plus beau de sa frimousse n’était autre que son regard qui fait souvent oublier le reste de sa petite personne. Ses grands yeux d'un gris envoûtant sont en amande et rappelle son habit fétiche, porte bonheur d'après elle. C'est une petite veste sans manche en fausse fourrure grise qui forme un léger col autour de son cou. Lorsque ses humeurs changent, son regard fait de même, elle tient ça se des ancêtres. Elënna aime aussi être pieds nus et laisser ses jambes à porter de la brise, c'est pourquoi elle porte souvent des shorts en cuirs, même s'il peut vous arriver de la croiser en pantalon durant la saison froide. Lors des saisons fraîches, un beau bonnet en laine avec un pompon au bout couvre sa tête, quelques mèches rebelles s'en échappant. Lors des soirées ou bals, la jeune femme change du tout au tout, s’habillant de longues robes moulantes. Attachant ses cheveux dans un chignon très perfectionné, elle est promise à être remarquée par au moins une personne.

Même si elle semble aux premiers abords sans trop de défauts, son physique en dissimule certains. Quelques petites cicatrices parcourent son corps. Allant d'un simple écorchement au genou à une légère balafre au-dessus d'un sourcil, son enfance de petite fille casse-cou a laissé des marques. Pourtant, la trace la moins discrète se situe sur son flanc gauche. En effet, le passage d'un lycan ne laisse jamais un corps intact, aussi une belle morsure se dessine sur le côté de son buste. Elen fit tout son possible pour la cacher aux regards indiscrets mais la marque ne disparut jamais. Développant une certaine pudeur, rares sont ceux qui pourront poser son regard sur sa blessure. Alors que le froid ne lui a jamais posé le moindre souci, au contraire la chaleur l’assomme et la rend improductive. De plus, cet état lui donne une terrible migraine, même si son mal de crâne constant ne la quitte jamais. Depuis son attaque, on ne peut pas dire qu'Elënna est une simple elfe...

Sous sa forme lupine, l’elfe-lycanne devenait une magnifique louve blanche. Corps élancé et silhouette svelte, comme sous sa forme humaine, elle cache très bien ses atouts. En effet, une force impressionnante se cache sous ce doux pelage couleur neige. Haute sur pattes, ses muscles roulent sous sa fourrure soyeuse. La bête a des crocs redoutables et une mâchoire puissante. Son corps se termine sur une longue queue touffue et sur de grosses pattes qui pourraient arracher une tête en un coup. Elles se finissent sur des griffes acérées. Le regard gris d’Elënna se transforme en un bleu saphir lorsqu’elle prend sa forme animale. Ne vous fiez pas à son regard d’ange, elle vous tuera.

Louve:
 
Description
Mentale


Elenna est une jeune lycanne au caractère bien étrange. Elle est têtue, dynamique, mais peut être aussi très calme et sereine, comme n'importe qu'elle personne peut l'être si elle le souhaite vraiment. Son fort caractère l’a toujours différencié ainsi que sa capacité à changer d'humeur rapidement.  Il n'est pas rare que l'on dise d'elle qu'elle est lunatique et cela a tendance à la vexer  Depuis qu’elle est toute petite, Elen n’a jamais été comme les autres. Quelque soit le contexte ou le sujet d’une discussion, elle dit toujours ce qu’elle pense. L’ancienne elfe préférerait être honnête et franche avec tout le monde. Cependant, elle connait tout de même la valeur d'un secret.  Qu'on l'aime ou qu'on la déteste, elle fait mine de ne pas y prêter attention. Même si les paroles blessantes la touchent, la demoiselle n'en montre rien. Elle s’est forgée une carapace à cause de ses expériences passées, celles qu'on préférerait à tous les coups oublier. La jeune femme préfère qu'on la croit forte même si sa vie n'est pas tous les jours facile.

Sachant voir les failles et les défauts de ceux qu'elle connait, la jeune femme sait aussi voir leurs qualités. Elle est assez turbulente, se mettant plusieurs fois dans le pétrin étant plus jeune, pourtant cette nature s'assagit progressivement avec l'âge tout en gardant malgré cela un côté enfantin et farceur.  Son fort caractère pourrait faire penser qu’elle n’a pas d’amis, qu’elle est froide.  Cependant, une fois qu'une personne a gagné sa confiance, la solitaire peut devenir une amie des plus fidèles. Elenna a un besoin important de protéger ceux qu'elle porte dans son cœur ou même dans son estime. S’énervant prestement, elle n'est pas rancunière et pardonne vite. Connaissant l’amitié, Elen n’a jamais approché le grand amour. Trop occupée à dans ses entrainement armés, elle n’a jamais connu ce sentiment parfait et idéal dont tout le monde parle mais que personne ne semble avoir ne serait-ce que caresser. A vrai dire, elle s’est promise, dans son passé, de ne jamais tomber amoureuse et de ne jamais avoir d’enfants. Son expérience et sa famille, qu'elle n'a jamais connue, ont beaucoup compté dans ce choix. En effet, l’abandon de ses parents a semblé la priver d’un sentiment important. L’amour. Elle ne veut pas en entendre parler. La jeune femme  ne veut pas se mettre dans les histoires des autres ce qui lui donne ce côté égoïste qui parfois lui a valu des remarques tranchantes.

Elen parvint parfois à déchiffrer une personne en un seul regard, mais pourtant, elle préfère avoir une discussion avec quelqu’un pour apprendre à le connaître. Comme elle le dit souvent, les yeux sont les fenêtres de l’âme, tout y est visible. Un peu trop naïve, elle ne remarque pas sa beauté, ou du moins en doute, et ne voit pas le regard de quelques hommes se détourner de leur projet sur son passage. La jeune femme sait parler en public et elle n’hésite pas à partager ses opinons. Son caractère fort est encore plus développé quand on l'a met en colère. Elle s’énerve extrêmement vite, étant trop impulsive, même si elle arrive de plus en plus à se contrôler.

Derrière ce caractère de dure à cuir, une âme en peine est parfaitement dissimulée. Jeune fille ayant grandi trop vite et sans ses parents, elle a dû mûrir très rapidement, l'enfance qu'elle n'a pas eu lui a laissé des côtés enfantins. Son sourire radieux et son regard rieur cachent une tristesse infinie. Lorsque ses nuits sont bouleversées par des cauchemars, tous les mauvais souvenirs remontent. L'absence parentale et le manque d'affection se font cruels. Le côté fort que la belle veut montrer n'est qu'un masque, une jeune femme sensible se cache derrière. Chaque parole blessante se pose dans un coin de sa tête pour lui planter un couteau dans le cœur quand elle est seule, quand son esprit n'est libre que pour ses pensées. Beaucoup des aspects de sa personnalité s'opposent et font d'elle une personne parfois instable émotionnellement La belle est comme tout le monde, aussi, la peur fait partie de sa vie. Ce qui l’effraie le plus, c’est d’être à nouveau abandonnée. C’est donc pour cela qu’elle a choisi de ne s’attacher à personne et repousse tous les sentiments contraires à ce point de vue. Le silence ne la rassure pas ainsi que la solitude. Même si elle n’a pas beaucoup d’amis, elle se retrouve souvent dans des lieux pleins de foule pour ne pas être seule.

Depuis qu'elle a été attaqué par un lycan, sa vie a pris quelques tournants et ses pensées ne sont plus les mêmes. Désormais, la jeune femme se sent plus forte, moins fragile. Elle était à fleur de peau, mais encore plus maintenant. Quelques fois, elle se surprend à avoir des envies de diriger et de soumettre les autres à ses opinions. Le regard des gens ne lui fait plus aussi peur. Les différentes fragrances présentes dans l'air ont commencé à influencer son comportement d'une manière inattendue. Les parfums que la louve appréciait se sont mis à lui faire froncer le nez et les odeurs plus naturelles déclenchent désormais chez Elen des réactions instinctives. Beaucoup la trouvaient anormalement bizarre, voir inquiétante et c'est d'autant plus vrai à présent.  Pour elle, être un lycan n'est pas une malédiction. C'est comme si la jeune femme avait toujours su qu'elle était et serait vraiment différente un jour...
Votre
Histoire




Chapitre 1 :  Ephaëlya ? Mmh… connais pas ! Découvrons !

Un soir d’Eksíntia, alors que la journée avait été chaude, de gros nuages noirs avaient fini par prendre place dans le ciel, laissant une atmosphère lourde et épuisante. L’orage ne tarderait pas à éclater. Sur l’île d’Athël, lieu le plus dangereux des terres elfiques, plus aucun bruit ne se fit entendre, tous les animaux étaient rentrés dans leur trou, de peur de se faire mouiller par la pluie. Ils eurent bien raison, car bien vite, une averse torrentielle se mit à tomber. Pourtant, une silhouette se détacha rapidement de la végétation abondante. Un elfe courait à vive allure, ne semblant pas remarquer les gouttes qui tombaient avec fracas sur le sol et sur son corps mince. Ses yeux bleus étaient plissés et un air grave s’affichait sur les doux traits de son visage. Esquivant les branches et les racines qui paraissaient vouloir lui barrer la route, chacun de ses bonds et chacun de ses mouvements étaient d’une grâce étonnante. Quelques bêtes sortirent leur museau de leur cachette pour apercevoir l’être fou qui sortait par ce temps, mais lorsqu’un éclair zébra le ciel, toute trace de vie disparut à nouveau. L’elfe courrait toujours, puis il finit par déboucher sur une petite clairière où trônait une petite maison. Il ne guetta même pas les alentours et s’engouffra dans la maisonnette.

L’intérieur était sombre et seules quelques bougies et la cheminée éclairaient la pièce principale. Les ombres des flammes formaient une danse élégante sur les murs. L’elfe resta planté debout, dans l’encadrement de la porte.  Les gouttes de pluie perlaient sur son visage, il s’essuya de sa manche tout aussi mouillée et finit par s’avancer aux chevets de sa compagne. Celle-ci était une belle elfe mais la douleur tordait les traits de son visage cette fois-ci. La sueur sur son front montrait l’effort qu’elle fournissait. Recouverte d’un drap blanc, allongée sur un sofa, une forme ronde pouvait être aperçue au niveau du ventre de l’elfe. La belle allait donné naissance à un enfant, à son enfant. Le père caressa les cheveux de son épouse et sortit de sa sacoche une plante aux allures à la fois étranges et merveilleuses. D’un bleu saphir, la fleur était d’une beauté impressionnante, mais là n’était pas sa plus grande qualité. L’homme arracha quelques pétales et les tendit à sa femme avec un petit sourire en coin.

" Mange mon amour, la douleur diminuera ensuite… "



Chapitre 2 : Et si on restait enfant toute notre vie ?


Plusieurs années étaient passées depuis la naissance de la petite elfe, prénommée Elënna. Elle avait grandi avec peu de choses matérielles mais beaucoup d’amour.  Elle était une fillette très ouverte d’esprit et qui aimait tout ce qu’elle pouvait voir ou toucher de nouveau. L’île d’Athël était certainement l’endroit le plus dangereux du territoire elfique, aussi, son père lui apprit rapidement à utiliser un arc. Ce fut des entraînements durs, ses bras finissaient souvent brûlaient par la corde et ses muscles n’en pouvaient plus de tenir l’arc à bout de bras, mais elle aimait cela. Rapidement, la petite fille devint une vraie chasseuse, ne loupant aucune de ses proies. Pourtant, son père n’était pas satisfait, non pas du travail de sa fille mais de sa capacité à se défendre. Certes l’arc était un art compliqué mais en corps à corps, il ne servait à rien. Elen fut donc obligée d’apprendre aussi le combat à mains nues et par la suite, le maniement des armes, qui étaient de simples bouts de bois pour elle. Comme pour l’arc, elle devint très douée. Mais un soir, alors que la jeune elfe jouait devant la maisonnette, cinq farfadets enragés l’attaquèrent sans qu’elle ait le temps de se défendre. Battant l’air de ses mains et hurlant pour appeler ses parents, la fillette ressortit de cette cohue avec de multiples griffures et les petits monstres furent tués ou chassés par son père.
Quelques jours après cet incident, les trois elfes quittèrent leur maisonnette pour quitter cette île aux mille dangers.

Ardamir, citée des elfes. Ville construite au cœur des montagnes d’Evanya, elle est certainement le lieu le plus peuplé et actif de cette belle contrée. Son nom signifiant « Joyau du monde » exprime très bien l’allure de cette cité. Les maisons étaient faîtes de pierres beiges, reflétant la lumière du soleil ou de la lune et de grands toits en pointes rouge leurs font office de chapeau. La petite famille avait décidé de venir s’installer ici pour que leur fille soit plus en sécurité. La fillette avait rencontré une petite elfe avait qui elle s’était entendue de suite. Elle se prénommait Solena Laurelin. Bien que différentes, les deux petites filles partageaient tout et étaient devenues meilleures amies. Pourtant, un jour, la petite brune disparut, sans rien dire à personnes. Elen se retrouva seule, sans plus personne à qui raconter ses journées ou ses désirs les plus fous… Elle se promit de la retrouver un jour, car elle avait conclu un pacte :

" Amies pour la vie… "

Elënna n’était pas tout à fait comblée dans cette grande ville. En effet, la nature lui manquait. Alors bien souvent, elle sortait de la capitale des elfes et allait traîner dans les bois sans l’accord de ses parents. Chose qu’elle regrettera amèrement dans plusieurs années…



Chapitre 3 :  Comment tout a basculé…


A peine âgée de 117 ans, Elënna était encore une adolescente, pas encore prête à devenir jeune adulte, quand sa vie bascula du tout au tout. Elle avait beaucoup grandi depuis son arrivée à Ardamir et ses parents la laissaient aller et venir comme bon lui semblait maintenant. La jeune elfe passait ses journées soit dans la forêt, soit avec son père à s’entraîner. Comme celui-ci l’avait prédit, sa fille devint très douée dans le maniement des armes, l’une des meilleures même. Il envisageait déjà un avenir pour elle : les Faucons d’Evanya. Malheureusement pour lui, tout allait changer du jour au lendemain.

Un soir, alors la jeune elfe ne parvenait pas à dormir, elle s’éclipsa de la maison, et comme à son habitude fila retrouver les arbres. Les bois étaient le seul endroit où elle se sentait vraiment chez elle. Elen pouvait passer des heures à écouter le sifflement du vent, le bruissement des feuilles et les animaux nocturnes qui cherchaient leur proie. Mais elle n’avait pas prévu que cette nuit-là, ce serait-elle la victime… Elle s’assoupit donc, la tête appuyée contre l’écorce d’un arbre, éclairée par la lune. Les minutes passèrent, ainsi que les heures, mais au milieu de la nuit, quelque chose avait changé. La jeune elfe ouvrit un œil. La tension était présente dans l’air, les animaux s’étaient tus et le chant des arbres n’était plus que lointain. Quelqu’un venait de déranger la nature, quelqu’un ou quelque chose. Elënna se redressa lentement, scrutant les alentours. Elle sentait une présence, mais elle ne parvenait pas à décrire ce que c’était. Un sentiment oppressant vint naître au creux de son ventre. Elle n’était pas en sécurité et le savait. Bondissant sur ses pieds, elle se releva espérant fuir le plus rapidement possible. Mais il était déjà trop tard, devant elle, dans l’obscurité des ombres, un grognement sourd se mit à résonner dans le silence pesant. La belle recula d’un pas puis d’un autre, pour finir par trébucher sur une racine qui lui faisait obstacle. La bête en profita pour sortir de sa cachette. Face à l’elfe, un loup énorme montrait les crocs…

La demoiselle fit des yeux ronds, effrayée par le monstre qu’elle avait face à elle. C’était la première fois qu’elle voyait un loup de cette taille. Il était énorme et d’un noir ébène magnifique. Pourtant, elle n’avait pas de temps à accorder à son inspection, le prédateur avançait déjà à pas de velours. Elënna se mit à reculer lentement sur le sol, et d’un coup, elle se leva et partit en courant. Des larmes se formèrent au coin de ses yeux alors que les branches fouettaient son visage durant sa course folle. Jamais elle n’avait couru aussi rapidement, jamais elle n’avait eu aussi peur. Une seule question envahissait son esprit : passerait-elle la nuit vivante ? Derrière elle, les bruits de pas du loup, qui l’avait prise en chasse, se rapprochaient dangereusement. Elen en vint à se maudire, se maudire d’aimer tant la nature, se maudire d’avoir quitté sa maison en pleine nuit. Elle fit l’erreur de se retourner et la bête lui sauta dessus. Le choc fut tel que l’elfe eut la respiration coupé et la vue floue pendant quelques instants. Son dos au sol, le monstre au-dessus d’elle les crocs à découvert, la chasseuse ne bougea plus, paralysée par la peur. Dans les yeux du prédateur, une certaine angoisse semblait y briller, comme si son âme luttait contre sa nature. Elënna perdit son regard dans celui du loup qui lui parut humain un court instant. Malheureusement, il se ressaisit et d’un geste rapide, planta ses crocs dans le flanc de sa victime. La belle elfe échappa un cri de douleur qui fit trembler toute la forêt alors que les traits de son visage se tordaient sous la douleur.

Alors qu’elle voyait son heure arriver, l’animal au pelage noir se recula lâchant sa proie et secouant la tête comme pour sortir quelque chose de sa tête. La vue de la jeune elfe se troubla. Elle se sentait tomber dans l’inconscience sous le poids de la douleur mais lutta de toutes ses forces pour voir ce qui allait se passer. Le loup se colla au sol et dans un dernier hurlement à la lune, se tordit pour prendre forme humaine. Elënna n’en croyait pas ses yeux, l’homme face à elle était le loup qui l’avait attaqué. Elle crut d’abord à un simple rêve mais se souvint des légendes qu’elle avait lu à la bibliothèque de la cité. Un lycan, voilà qui était cet inconnu. Pourtant, ses réflexions furent coupées par sa vue qui baissait et son attaquant qui s’avançait vers elle, nu. Il s’accroupit à côté d’elle et murmura d’une voix emplie de tristesse.

" Excusez-moi, belle elfe… J’espère qu’un jour vous me pardonnerez ce que je vous ai fait sans le vouloir… "

Que disait-il ? De quoi parlait-il ? La blessure disparaitrait, elle n’était pas morte, c’est ce qui importait le plus. Elle n’eut pas le temps de répondre, s’évanouissant dans un sommeil qui allait changer sa vie…



Chapitre 4 :  Mi-elfe, mi-lycanne… On peut appeler ça un monstre ?


Elënna se réveilla quelques jours plus tard, l’esprit embrumé comme après un mauvais cauchemar. Un mal de crâne lui donna l’impression que quelqu’un compressait sa tête entre ses mains. Depuis combien de temps était-elle inconsciente ? Elle passa une main sur son visage et grimaça en sentant un tiraillement le long de son buste. Elle avait quelques courbatures mais n’avait plus vraiment mal. Enfin, la nuit passée revint dans la mémoire de la blessée. Tout cela n’avait pas dû se dérouler, c’était un rêve. Peu convaincue, elle baissa doucement le drap qui couvrait son corps nu jusqu’au bas de son ventre. Sur son flanc gauche, l’horrible morsure était bien là. La jeune elfe se retint de hurler, pleurer ou autre réaction stupide… Elen effleura la cicatrice du bout de ses doigts tremblants, les larmes se formant peu à peu dans son regard. Puis elle serra la mâchoire comme pour retenir une colère monstre et se redressa sur son lit, lâchant des yeux la marque. Elle savait ce que signifiait cette marque. Elle l’avait lu, elle savait ce qu’elle était devenue…

Les jours passèrent sans passer lentement, sans passer à une vitesse déconcertante. Ils passèrent juste, alors qu’Elënna se trouvait de plus en plus différente des autres. Ce qui lui fit le plus mal était le regard de ses parents. Ceux qui l’avaient chéri, avaient dit l’aimer pour toute la vie, ils la regardaient comme si elle était devenue… un monstre. Quand la jeune lycanne avait surpris leurs regards assassins, une chose c’était brisé dans son cœur. L’amour. Elle qui portait tant d’importance à ce sentiment des plus forts, en était privée aujourd’hui. Pour finir de l’achever, un soir, ses parents vinrent la voir dans sa chambre alors qu’elle lisait sur son lit. D’une voix neutre, presque froide, ils lui demandèrent de quitter leur maison. La belle avait d’abord cru à une plaisanterie, qui n’en fut finalement pas une. Quelques larmes roulèrent sur ses joues, elle prit ce qu’elle avait de plus cher à son cœur et passa la porte sans leur accorder un dernier regard. Ils ne le méritaient plus. Ses parents ne méritaient pas l’amour qu’elle leur portait, ils ne la méritaient pas…



Chapitre 5 :  Et je fais quoi maintenant ?


Elënna apprit rapidement à vivre seule, parcourant les terres d’Ephaëlya, traversant différentes contrées et rencontrant d’autres peuples. Pourtant, elle n’avait encore croisé quelqu’un qui était comme elle. Les nains et les humains l’avaient accueilli plusieurs fois chez eux mais elle était toujours à la recherche du peuple des lycans. Elle avait entendu parler de meutes, qui se faisaient la guerre et qui avait chacune un territoire bien défini. Que devait-elle faire ? Allez à leur rencontre ou bien attendre qu’ils viennent à elle ? Elen décida de continuer sa route, son destin déciderait quand elle devrait croiser ses semblables…
Présentation de
Votre don

Don faisant son apparition suite à ce sujet-ci.

Quelques minutes auparavant, le visage de Folker se trouvait non loin de la chef de meute, s’approchant pour regarder ses blessures. Pourtant, Elënna ne se sentait pas bien et les forces semblaient quitter son corps peu à peu. Essayant de se tenir un minimum droite, assise sur le sol, elle inspira doucement comme pour se calmer. La belle se souvint avoir dit quelques mots puis plus rien. Le trou noir. Son corps venait de s’écrouler au sol, inerte alors que son âme tentait de s’échapper de son enveloppe charnelle. Il ne restait plus qu’à attendre, qu’à espérer que l’anatomie de la louve rejette rapidement le sang vampirique qu’elle avait ingéré. Bu en trop grande quantité, le sang des cadavres pouvait être mortelle pour les lycans, et inversement. La chef de meute de Sang-Chaud était maintenant entre la vie et la mort…



Perception des pensées et du passé :

Premier pallier : Suite à ce surplus de sang vampire ingéré, Elënna va développer un don particulier. En premier temps, lorsqu’elle aura un contact physique avec une personne qui ressent une émotion forte ou qui est hanté par quelque chose, elle recevra de plein fouet, comme une claque, une seule et unique image qui passera en boucle devant ses yeux. Sa vue se troublera et une fois la « vision » terminée, la lycanne perdra toute énergie le temps de quelques minutes, pouvant même sombrer dans l’inconscience. Cela ne se passera que de temps en temps, elle ne contrôle pas le moment où cela va arriver.

Second pallier : Un peu plus tard, la chef de meute apprendra à gérer son don avec plus de facilité. Elle pourra choisir ou non de « voir » dans les pensées ou dans le passé de la personne avec qu’elle touchera, bien que cela échappe à son contrôle quelque fois. Cependant, ce ne seront que deux ou trois images qui seront perceptibles. Après cet exercice, il lui faudra s’asseoir pour reprendre ses esprits et un mal de crâne s’installera durant plusieurs heures. Là encore, sa vue sera troublée le temps de la vision et pour ceux qui la regarderaient, elle paraîtrait en train de fixer le vide, le regard dénué de toute émotion. Cela ne peut se produire pas plus d’une fois par jour.

Troisième pallier : Pour finir, Elënna pourra percevoir une flot de pensées, d’images, accompagnées de quelques mots qui résonneront dans son esprit. La personne touchée ne sait pas ce que la louve voit. Cela ne lui retirera plus d’énergie physique mais le symptôme du mal de crâne étant toujours présent, il est quand même conseillé que la jeune femme se repose après avoir usé de son don. Là encore, vue troublée et regard vide seront la seule chose que pourront voir ceux qui l’entourent. Personne ne peut se douter de ce qui se passe dans sa tête à ce moment-là. Elle gère parfaitement le moment où elle peut avoir une vision à présent mais il se peut qu’elle oublie de « bloquer » son don lors d’une émotion forte et que celui-ci refasse surface. Cela ne peut se produire que deux ou trois fois dans une seule journée.
Complément
De la fiche

Code : Validé par Emeuh
Comment es-tu arrivé ici ? Je suis là depuis pas mal de temps...
Que penses-tu du forum pour le moment ? ... ♥
Votre âge? 18 ans
Temps de présence possible sur le forum ? Je peux passer tous les jours normalement. Pour le rp, il faut de la patience...


_________________


Présentation Ϟ Suivi des rp's

Roses:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ephaelya.com/
Maitre d'Ephaëlya
PNJ
avatar

Messages : 326

MessageSujet: Re: Elënna Betràyëd [Validée]   Sam 9 Nov 2013 - 20:12

Bonsoir,

Félicitation pour la présentation très agréable. Après concertation avec un membre du staff, ton don est validé. Fais en bon usage jeune louve.

En espérant que le sort te soit favorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Elënna Betràyëd [Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Présentations validées :: Lycans-