Partagez | 
 

 Between vampires and elves...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uthann Somandil
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 64
Métier : Bisounours hippie - Sauvageon
Alignement : Chaotic bon
Double Compte : Elly Rosenbaum

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Between vampires and elves...   Sam 25 Jan 2014 - 17:01


Le ciel et les nuages étaient teintés de rose alors qu’un soleil timide se couchait à l’horizon derrière les montagnes lointaines. Ses rayons aux couleurs chaudes luisaient sur l’eau du lac Miriel, offrant à l’elfe une vision quasi féérique. Un vent du nord soufflait à la lisière de la forêt, ce qui soutira un frisson de la part du sauvageon qui resserra sa cape en fourrure d’ours autour de son corps, se lovant davantage par le fait-même contre Iko. Le tigre émit un léger rugissement alors qu’il bâillait à s’en décrocher la mâchoire, la langue légèrement sortie. Ainsi collés, l’un contre l’autre, ils étaient sûrs de ne pas avoir froid au courant de la nuit.

La journée avait été rude et longue. Ils avaient chassé pendant plusieurs heures et au final, Uthann s’était gavé de deux lièvres alors qu’Iko avait capturé une biche avec une facilité presque déconcertante. D’ailleurs, les vestiges de leur repas mutuel étaient enterrés, non loin de là, tout près des braises du feu de camp agonisant. Maintenant, ils étaient installés pour la nuit, se délectant d’un spectacle visuel des plus naturels aux couleurs enchanteresses. Le vent nordique se levait un peu plus, refroidissant encore davantage les lieux, mais l’elfe n’en n’avait cure. Les derniers rayons lumineux disparurent derrière l’immensité rocailleuse et la lune en profita pour montrer le bout nacré de son nez. La nuit était bel et bien tombée!

Doucement, le sauvageon ferma les yeux et en profita pour se blottir davantage contre l’immense félin. Quelques minutes s’écoulèrent quand soudain, un bruissement tira l’elfe de ses songes. Pendant un instant, il cru qu’il s’agissait du mouvement naturel des feuilles ballotées par la brise, toutefois, à voir la réaction d’Iko, il jugea que ce bruit méritait qu’on y prête davantage attention. Lentement, il se redressa et ses yeux elfiques se fixèrent à l’horizon, tout près du lac Miriel. Des individus s’y trouvaient. Ils étaient une dizaine. Iko ouvrit la gueule et feula alors que le souffle du vent lui faisait probablement parvenir l’odeur des intrus. Ce simple signal d’alarme était suffisant pour convaincre l’elfe de déguerpir au plus vite. Il ne savait pas qui étaient ces gens ni ce qu’ils voulaient, mais il n’avait pas envie d’en découvrir davantage à leur sujet.

Sans attendre, les deux compatriotes sautèrent en bas du chêne où ils avaient élu temporairement domicile et se mirent à courir à travers arbres. Après quelques pas de course, le sauvageon agrippa l’encolure de fourrure tigrée de l’animal et sauta sur son dos. Une fois bien niché sur son destrier félin, en position légèrement accroupie, l’elfe se pencha légèrement vers l’avant pour éviter les branches basses qui pourraient potentiellement lui fouetter le visage. Iko augmenta la cadence et le duo défila à toutes allures à travers les fourrés.

Leur course improvisée perdura quelques minutes quand soudain, des rires et des éclats de voix mélodieux se firent entendre droit devant eux. Cette manifestation soudaine de bipèdes aux longues oreilles ralentit la course du félin, l’arrêta même complètement. Le sauvageon était déconcerté. Comment se faisait-il qu’il n’ait pas remarqué la présence de ces individus plus tôt? Et à voir l’attitude inquiète du tigre géant, il se doutait bien que ceux-ci étaient en danger. Comment pourrait-il les avertir de ce danger inconnu imminent alors qu’il ne pouvait pas communiquer avec eux?

Descendant de monture, Uthann s’approcha doucement du campement et se terra dans les buissons. De part sa gestuel, il fit comprendre à Iko que ce dernier devait rester derrière, sous peine de faire paniquer les bipèdes de part sa simple présence. Ils étaient là, assit autour d’un feu, riant et buvant quelque chose dans leurs coupes en bois. Il y avait là des femelles et des mâles, certains ayant des cheveux très pâles, d’autres, des cheveux plutôt foncés, voir presque noirs. L’un d’entre eux porta un objet long à ses lèvres et une mélodie joyeuse s’en suivi. Bien sûr qu’Uthann appréciait cette sonorité, toutefois, la peur le tenaillait en sachant qu’un danger était imminent. Une femme à la chevelure argentée offrit un plateau rempli de fruits à une autre femme à la chevelure foncée. Pendant un simple instant, le sauvageon se perdit dans cette scène de pure camaraderie. Ces « Oreilles pointues » qui, pour lui étaient totalement inaccessibles, semblaient en pleine communion avec l'univers qui les entouraient. Chaque geste, chaque son qu'ils émettaient étaient empreint de respect. Somandil les admirait en les enviant légèrement.

Puis, l'un des bipèdes aux oreilles pointues se leva en soufflant quelques paroles tout bas et en observant l'horizon, plus loin sur la route de terre battue. Il se leva lentement et plissa des yeux pour bien voir. Instinctivement, Uthann suivit son regard et constata qu'un autre bipède se tenait sur la route sombre à l'endroit même où l'Oreilles Pointues regardait. Derrière le sauvageon, le tigre émit un nouveau feulement et Uthann comprit qu'il s'agissait de l'un des membres du groupe dangereux de tout à l'heure. Zut, ils étaient déjà là? Ils étaient rapides! L'homme solitaire, à l'écart du campement, émit un rire sinistre remplit de mépris, ce qui glaça le sang de Somandil. L'énergie qu'émettaient les Oreilles Pointues changea radicalement, ceux-ci passant de pur bonheur à une crainte viscérale.

Plusieurs se levèrent et certains tendirent même la corde de leur arc. Plusieurs prononcèrent le mot « vampire », mais Uthann ne connaissait pas sa signification. Puis soudain, Iko émit un rugissement puissant et, avant qu'Uthann puisse se retourner, un individu l'agrippa par derrière, lui ramenant les bras dans le dos avec une force extraordinaire et plaquant une dague sur sa gorge.


- On écoute aux portes, petit elfe? Que c'est vilain...

Uthann émit un grondement et tenta de se dégager, sans succès. Le tigre feulait bruyamment et des voix provenant de la forêt indiqua au sauvageon que d'autres sombres bipèdes approchaient. Finalement, le vampire qui tenait l'elfe sauvage s'exposa au grand jour avec son « farouche butin » sous les yeux étonnés des Oreilles pointues.

Et merde... il était dans une mauvaise posture... Il était entouré d'inconnus, dans une position le rendant vulnérable et l'empêchant de fuir. Qui était ces « vampires »? Que leurs voulaient-ils?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izilbêth R. Faelivri
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 938
Métier : Herboriste/Guérisseuse
Age du personnage : 125
Alignement : Neutre
En couple avec : Seule
Double Compte : Morwën S. Valyriën

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Between vampires and elves...   Dim 26 Jan 2014 - 5:47





Tout le monde choisissait en quelques sortes sa vie. Nous n'étions généralement pas contraint à une existence plutôt qu'une autre. Il était simple, de briser ses chaines dans un monde où l'esclavagisme était aboli, depuis un temps où les années n'étaient pas encore comptées. Il n'était pas rare de croiser nombre de personnes malheureuses, rêvant à meilleure condition, mais rares étaient les personnes qui rêvaient à pire. Il fallait admettre que le monde semblait se tourner vers une ère nouvelle. Après les déchirures de la grande guerre, tout s'était reformé. Le phénix renaquit de ses cendres, pour s'envoler toujours plus haut dans le ciel et ne plus jamais toucher terre. L'image de l'oiseau, incandescent ne quittait plus l'esprit de ceux qui pensaient un jour pouvoir s'assurer d'une vie paisible et calme. Mais jamais, ô grand jamais le calme ne s'était installé véritablement. Perpétuellement, les Hommes s'étaient sentis obliger de se trahir, de se mentir. Pour finalement atteindre une gloire qui ne leur était pas due. Tout le monde semblait vouloir la même chose, puissance et pouvoir. Alors que le simple fait de vivre était déjà une réjouissance dont tous auraient du s'accommoder.

Sans perdre d'esprit l'idée qu'il fallait sans doute avoir un but pour vivre, chacun cherchait une raison qui leur donnerait la véritable envie de défendre un honneur qui n'avait plus de sens. Il fallait désormais pour tout le monde appuyer un nom, revendiquer une descendance, dans un monde où tout n'était que tricheries, même les liens du sang. Des liens du sang qui ne voulaient plus rien dire. Trop de sang qui coulait chaque jour sans raison. Le sang du sang était la raison qui poussait tout le monde à fuir. A se retrancher dans leurs chaumières, pendant que les puissants guerriers se livraient bataille, pour défendre des hommes qui ne leur promettait rien d'autre que guerre. L'Homme était perverti. Perverti par l'envie, le désir et la jalousie. Toutes ces choses qui l'avaient détourné de son but premier, une vie en harmonie. Désormais, la solitude était le remède à l'ennui, de conversations trop longues et sans intérêt, qui amenaient souvent à des conflits. La simplicité de l'Homme était perdue. Celle de s'aimer, sans le moindre intérêt. Celle de croire qu'il fera beau, chaque jours de l'année. Celle de prendre soin de la nature, sans jamais la dégrader. L'Homme avait perdu de sa grandeur et désormais, les espoirs s'amenuisaient pour sa survie.

Il y avait de ces hommes qui n'appréciaient guère toutes ces fantaisies, de respect et de douceur. Ils préféraient le langage des lames à celui des âmes. La courtoisie s'était perdue et le désintérêt était révolu. Désormais, tout ne semblait que lubrique et sans la moindre fantaisie. C'est comme si le monde avait perdu de sa superbe. Comme si le coeur des Hommes s'était éteint. Non pas leur organe, mais bien cette petite lueur qui brillait en eux. Ou bien les chants étaient-ils tout simplement faux. Etait-ce une utopie qui jamais n'a existé ? Sans doute. Aucune certitude ne sera là pour le prouver. Tout ne restera que fantasme et pour cette femme aussi, l'espoir d'un jour croiser une humanité nouvelle fera parti des songes inavoués.

Un songe qu'elle faisait bien souvent, en imaginant quel aurait été sa vie si les Hommes n'avaient pas été si mauvais. Mais jamais elle ne parvenait à imaginer convenablement tout cela. Tout n'était qu'un vulgaire amas de mensonges qu'elle s'évertuait à croire pendant qu'à des lieux de ça, des Hommes s’entre-tuaient pour une bouchée de pain. Pain qui devenait une denrée rare pour ceux qui n'avait pas la bourse pour s'en offrir une miche chaque jour. La guerre avait décimé nombre d'hommes et de femmes innocentes, qui désormais n'étaient plus là pour remplir cette tâche qui leur était accordée. Certaines bâtisses, abandonnées avait des airs lugubres et il était difficile d'imaginer qu'un jour, une vie y ai été portée. C'est ainsi que s'organisaient les pensées de l'elfe qui, traversant un village sur le dos de son cheval, fut désolée de voir de nombreuses portes fermées. Sa capuche cachait son visage et lui donnait des airs lugubres. Tel une cavalière spectrale, l'elfe fendait la légère bise en une direction qui semblait inconnue à tout ceux qui la croisaient. Jamais personnes n'avait osé lui adresser la parole et quelques uns osaient parfois dire que quelques années auparavant, elle guérissait nombre d'Hommes atteint de la fièvre, leur évitant ainsi de succomber.

Martelant le sol de ses sabots, la monture prit la direction que lui indiquait sa cavalière, quittant le sentier pour s'enfoncer dans ces bois que tout le monde évitaient, à la nuit tombée. Il y avait certains lieux, à ne pas approcher, une fois le soleil caché. Même en terres elfes. Mêmes dans une contrée réputée pour son accueil chaleureux et ses immenses prairies verdoyantes. Ces bois avaient leur lot de coupes jarret et autres créatures à tendance carnivores. Tout ce que la silhouette noire ne semblait pas craindre. Pénétrant silencieusement les bois, elle s'enfonça lentement, parmi les branchages et autres feuilles mortes. La neige avait fondu partiellement, délaissant ainsi quelques instant le lit de feuilles mortes qui séchait aux derniers rayons du soleil de la journée. Établir un campement à même le sol était risqué, mais elle semblait en avoir l'habitude.

Sans même prendre le temps d'observer alentours, elle posa pied à terre et prit le soin de retirer à sa monture, tout harnachement inutile qui l'aurait encombré. Déposant le tout à même le sol, elle ne fut pas longue. En quelques minutes à peine, le campement de fortune était monté, le nécessaire reposant devant un feu qu'elle n'eut aucun mal à allumer. La rudesse de la vie en extérieur avait forgé cette femme qui allumait un feu plus vite que n'importe quel éclaireur aguerri. Toujours sans ôter sa capuche, celle qui semblait imperméable à tout ce qui l'entourait prit le temps d'un repas. Frugale et sans la moindre fantaisie, le strict nécessaire pour ne pas avoir faim durant la nuit et se procurer des forces pour le reste de la route. Une route qui la mènerait vers quelques endroit sans qu'elle ne sache trop lesquels. Mais tout près semblait s'agiter une énergie nouvelle. Une énergie qui semblait troubler la quiétude des bois.

Ne jamais se mêler des affaires qui ne la concernait pas était l'un des leitmotiv de cette femme qui restait prostrée devant son feu, les mains tendues pour les réchauffer. Mais les sifflements impatients d'hommes qui avançaient discrètement lui firent tendre l'oreille. Elle n'aimait pas les brigands, surtout ceux qui agissaient injustement et ôtaient la vie à quiconque oserait braver leur chemin. Non sans une once d'âme aventureuse, elle fut levée. Trottinant déjà derrière ces hommes qui avançaient tous à une vitesse qui traduisait leur détermination. Ils savaient où ils allaient et ce qu'ils cherchaient. Et c'était ce qui poussa l'ombre à les suivre. Une ombre silencieuse, qui connaissait déjà tous les stratagèmes pour ne pas être remarquée. Et surtout observer quel était le dessein de cette course nocturne. Ils n'étaient pas des elfes, les elfes s'adonnaient rarement au pillage et même s'ils en avaient été, ils auraient eu le pas plus léger. La lourdeur de leur démarche traduisait celle des Hommes.

Rapidement, ils atteignirent leur but et c'est dans de grand cris de stupéfaction qu'ils lancèrent leur attaque. Un banquet, nocturne qui plus est. Ces bois n'étaient pas surs et tout le monde le savait, mais il n'était pas rare que quelques elfes profitent de leur calme pour se retirer et s'adonner aux plaisirs de la fête, loin des villages. Les yeux rivés sur leurs actes, les traits de celle qui se cachait sous cette capuche se tendirent. Elle n'appréciait pas la tournure que prenaient les choses. Seule contre tous, elle n'avait quasiment aucune chance. Mais permettre à quelques un d'entre eux de se retourner contre leurs agresseur permettrait peut-être un équilibrage des chances de survie. C'était à croire qu'elle appréciait les actes dignes de bravoure, qui avaient tendance à la mettre en danger. La balafre sur son bras en témoignait, elle avait un certain goût du risque et du danger, depuis que son enfant l'avait quittée.

Tapie derrière un tronc d'arbre épais, la silencieuse banda son arc. Il lui fallait agir vite et furtivement si elle voulait s'assurer le plus grand nombre d'épargnés. Au prix d'autres vies écourtées. Sa première flèche fit mouche. Désarmant l'attaquant, elle le fit se tordre de douleur sur le sol, une flèche plantée en travers de son épaule. Reprenant sa place derrière l'arbre, elle ne tarda pas à laisser suivre une seconde qui, atteignant la tête d'un homme qui semblait en menacer un autre, le stoppa dans sa course. Deux avaient déjà été mis hors d'état de nuire. Ils étaient encore quelques uns, mais déjà, les chances de s'en sortir semblaient moins restreintes. C'est alors qu'une masse sombre apparu depuis les branches. Toujours cachée de sa capuche, elle tira son épée, désormais, prête à donner aux brigands ce qu'ils avaient mérités. L'un d'eux, qui tenait à l'écart un elfe, bien que semblable à un sauvageon le lâcha pour fondre sur la silhouette noire. Sa grâce et sa rapidité lui permirent d'éviter l'attaque bien trop lente de cet homme ralenti par les effluves d'alcool. Le coup porté fut sec. Tranchant adroitement les tendons à l'arrière de son genoux, elle laissa l'homme s'étendre dans un hurlement de douleur pendant que les quelques autres elfes courroucés s'en prenaient à leur attaquant de toutes les manières qu'ils pouvaient. Sans relâche, celle qui sortait de nulle part combattait, pour la liberté des siens, qui avaient été attaqués sans vergogne.



Never fall down...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uthann Somandil
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 64
Métier : Bisounours hippie - Sauvageon
Alignement : Chaotic bon
Double Compte : Elly Rosenbaum

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Between vampires and elves...   Jeu 30 Jan 2014 - 3:26



    La poigne était d'acier et la peau de l'ennemi glaciale. Comment un être vivant pouvait-il être aussi froid? Certes, l'air ambiant s'était refroidi avec l'assaut incessant du vent du nord, mais jamais au point de glacer quelqu'un de la sorte. La lame de son poignard tenaillait la peau délicate et bronzée du cou du sauvageon, forçant ce dernier à calmer ses ardeurs sous peine de finir égorger comme un vulgaire animal de basse-cour.

    Les « Oreilles pointues » l'observaient, incrédules et la tension monta d'un cran dans leurs rangs alors qu'ils réalisaient qu'ils étaient à présent encerclés. Puis soudain, un hurlement de douleur déchirant envahit l'espace lourd et terrifiant. Ils tournèrent tous la tête et d'autres cris fusèrent. Que se passait-il? Cette manifestation de violence et de douleur incita les autres « vampires » à passer à l'action. L'un d'entre eux agrippa une femme par la chevelure et l'attira vers lui. Il dégaina son épée... mais ne pu jamais abattre cette dernière sur la jeune elfe, car une flèche lui transperça alors la tempe droite. Qui avait fait ça? Visiblement, l'agresseur du sauvageon repéra quelque chose dans la pénombre, car il posa un pied dans le dos de Somandil et le poussa loin de lui avec force pour ensuite s'élancer en direction d'une silhouette noire tapie sous un grand chêne.

    Le sauvageon tituba, mais reprit son équilibre, sévitant ainsi de s'étaler de tout son long. Des hurlements de douleur l'entouraient et les « Oreilles pointues » qui ne possédaient pas d'armes couraient dans tous les sens. Uthann jeta un regard vers le grand chêne et vu la silhouette se mouvoir agilement avec la grâce d'un félin. Elle pivota sur elle-même, puis trancha net les tendons derrière l'un des genoux de l'attaquant. Ce dernier, dans un hurlement, s'écroula au sol et porta ses mains à sa jambe blessée. Le cœur du sauvageon battait la chamade et d'où il était, il vit deux autres « vampires » s'approcher de la silhouette encapuchonnée. Cette personne lui avait sauvé la vie en détournant l'attention de son agresseur, il devait faire la même chose!

    Les dents serrés, Somandil contourna le grand chêne pour ensuite approcher de l'un des individus derrière son dos. Sans crier gare, l'elfe à la peau bronzée dégaina sa dague en os, puis bondit sur lui tel un tigre déchaîné. Avec force, il enfonça son arme de prédilection dans la gorge de son ennemi et ce dernier poussa un cri étouffé de gargouillis immondes. Sans plus tarder, Uthann le poussa au sol, puis attrapa sa lance qu'il lança de toutes ses forces sur le second individu, l'empalant contre un arbre.

    Son cœur battait la chamade et les hurlements en provenance du campement diminuaient d'intensité. Levant le regard vers la silhouette encapuchonnée, l'elfe croisa le regard couleur saphir d'une jeune femme dont le visage délicat était entouré de quelques mèches d'ébènes. Le sauvageon hocha de la tête en sa direction en guise de remerciement quand soudain, une poigne solide se saisit de ses épaules, le tirant vers l'arrière. Somandil bascula puis ressentit une douleur lancinante lui lacérer l'épaule gauche. Un hurlement jaillit de sa bouche au même moment où le vampire enfonça farouchement ses crocs dans sa chaire. Sa main droite se referma sur la chevelure courte de son agresseur et il tira sauvagement sur celle-ci, espérant lui faire lâcher prise. Cette technique, rustique bien qu'instinctive, échoua lamentablement, ce qui força le sauvageon à changer sa stratégie. En un mouvement féroce, l'elfe frappa l'abdomen du vampire à l'aide de sa dague en os. Le mort vivant grogna de douleur mais ne lâcha guère prise. Somandil frappa à plusieurs reprises, la dague en os répandant le liquide vital carmin un peu partout. Finalement, après acharnement, Uthann réussit à se débarrasser de son adversaire sanguinaire, ce dernier s'écroulant au sol dans un gargouillis immonde.

    Les dents serrés, le sauvageon tituba puis porta une main à sa blessure, tâtant cette dernière du bout des doigts. Il grimaça de douleur au contact de la plaie et leva le regard vers le ciel, le temps que le paysage cesse de tourner autour de lui. La morsure semblait impressionnante et très profonde. Néanmoins, il n'avait pas vraiment le temps de s'apitoyer sur son sort. Regardant la jeune femme, il s'assura que cette dernière n'avait rien (même si elle pouvait très clairement s'occuper d'elle-même) puis jeta un coup d'œil vers le lieu du campement des « Oreilles pointues »...

    Un spectacle d'horreur s'étendait devant lui. Il y avait du sang partout! Des « Oreilles pointues » gisaient au sol, ci et là, vide de vie et couvert de l'essence vitale couleur vermeille. Quelques vampires gisaient aussi au sol, offrant une vision de carnage au sauvageon estomaqué. Iko revint vers son maître en trottant, le mâchoire et les pattes couvertes du sang de ses victimes. Pendant un bref instant, Uthann fut seul au monde. Il n'y avait personne d'autres que lui en ce lieu funeste. Il n'entendait rien, ne voyait rien. Trop d'horreur, trop de haine, trop de violence. Pourquoi avaient-ils fait ça ? Ces bipèdes aux oreilles pointues étaient heureux, il y avait à peine quelques minutes... et maintenant, ils gisaient dans un marais sanguin effroyable. Le sauvageon baissa la tête un instant laissant voguer ses pensées vers les pauvres victimes de ce raid nocturne.

    Un rire rauque le tira de ses songes. Tournant la tête, la mâchoire crispée, Somandil repéra rapidement le vampire empalé sur l'arbre par sa lance. Il était encore en vie? Ce dernier ricana sournoisement et toussota, de l'hémoglobine glissant hors de sa bouche. L'arme du sauvageon lui traversait la poitrine et la respiration saccadé de l'homme en disait long sur le temps qu'il lui restait sur la terre des mortels.


    - Vous êtes foutus, fit le mourant d'une voix rauque. Les autres arriveront d'une minute à l'autre. Petits petits elfes... délicieux petits elfes...

    Que disait-il? Uthann ne comprenait rien, mais le rictus qui trônait sur le visage meurtri du bipède à la peau nacrée en disait long sur la suite des événements. Ils étaient plus nombreux qu'ils n'y paraissaient... il en était certain. Tournant un regard agité vers la bipède encapuchonnée, il cherchait une façon de lui faire comprendre qu'ils devaient partir. Elle l'avait sauvé et il lui en était redevable. Jamais, il ne partirait sans elle. Il avait peur qu'elle finisse ses jours de la même façon que les autres « Oreilles pointues » qui gisaient plus loin. Certes, certains avaient probablement fui les lieux, mais rien ne lui assurait que c'était bel et bien le cas.

    Sans attendre, Uthann enfonça sa dague en os dans la tête du vampire agonisant, histoire d'abréger ses souffrances, puis s'approcha du tigre. En un mouvement fluide, il se hissa sur son dos et poussa une plainte de douleur. Son épaule... elle était réellement meurtrie. Il allait devoir s'en charger au plus vite. Les oreilles du tigre géant se plaquèrent de nouveau sur son crâne, signe que quelque chose clochait. Ils approchaient, ils devaient partir au plus vite!

    Rapidement, l'elfe sauvage tendit sa main vers la jeune femme pour l'inviter à grimper sur Iko avec lui. Une expression suppliante et pressante trônait sur son visage aux traits fins. Il n'y avait plus de temps à perdre!

    Une hésitation tout à fait naturelle se fit sentir de la part de la jeune femme et Uthann lui attrapa rapidement le poignet et l'attira afin qu'elle s'installe derrière lui. Des cris retentirent derrière eux. Somandil ne pigeait rien à leurs propos, mais vue la férocité de leur ton, il savait qu'ils étaient en colère et leur ferait passer un sale quart d'heure. Rapidement, le sauvageon tira sans grande force sur la fourrure de l'encolure de sa monture afin de lui faire savoir qu'il était temps de partir. Le tigre gronda puis détala entre les arbres, ses destriers étant solidement campés sur son dos.

    Le trio zigzaguait à un vitesse fulgurante entre les grands arbres de la forêt de l'Éternel. Heureusement, leurs yeux elfiques leur permettaient de pouvoir discerner les obstacles qui les entouraient dans la nuit noire. Le vent frigorifiant leur fouettait le visage, mais ce qui était le plus inquiétant, c'étaient les bruits de pas qui s'approchaient rapidement. Les vampires! Ils étaient si rapides! L'elfe sauvage ressentait leur présence, juste derrière eux! Tirant sur le pelage situé sur le côté droit de l'encolure du tigre géant, Uthann le fit pivoter dans cette direction afin d'éviter certains pièges qu'il avait lui-même installé afin de capturer le gibier. Les cris et les ricanements n'étaient plus très loin derrière eux, signe qu'ils n'arrivaient pas à semer leurs agresseurs. Après de longues minutes de poursuite folle, Somandil se raidit afin de ne pas être expulsé du tigre et agrippa la jeune femme par le fait-même. L'animal avait freiné sa course de façon très abrupte. Levant le regard, l'elfe à la chevelure marron écartilla les yeux : devant eux, se trouvait un ravin au fond duquel coulait une rivière calme. Jamais Iko ne pourrait parcourir cette distance en un simple bond!

    Les bruits de pas derrière eux s'estompèrent et les rires méprisants envahirent les lieux. Dans un mouvement rapide, Uthann se retourna pour faire face à ses adversaires. Ils étaient... nombreux! Ils se tenaient devant eux, un rictus mauvais au visage et dévoilant leurs dents drôlement acérées.

    Retroussant les babines, le sauvage montra les dents à son tour et gronda pour leur faire savoir son intention de se défendre. Il dégaina sa lance et opta pour une position rustique de combat.


    - Regardez moi ça, fit le premier vampire. Il pense pouvoir nous impressionner avec son bâton de bois. Oh et visez moi cette magnifique damoiselle! Dites moi, jeune femme mystérieuse, que faites-vous avec cet hurluberlu? Une dame de votre qualité mérite... des compagnons dignes de ce nom!

    Les autres individus derrière lui éclatèrent de rire. Somandil les observa alors qu'ils se faisaient encercler. Iko rugissait, feulait et fendait l'air de ses griffes acérées. Vif comme l'éclair, l'un des morts vivants fonça sur le sauvageon qui, pour sa part, fut surprit par tant de célérité. Un poing dur comme le marbre lui fracassa le visage et le projeta au sol. Grognant de douleur, il se redressa en titubant puis secoua la tête pour retrouver ses esprits. Du coin de l'œil, il vit un vampire à la chevelure dorée s'emparer de la jeune femme et humer sa peau, comme s'il s'agissait d'un repas particulièrement succulent. Uthann poussa un cri sauvage et bondit vers l'individu pour libérer la femme, mais fut intercepté par l'un de ses congénères vampires. L'elfe sauvage évita un crochet du droit ainsi qu'un coup de dague, mais hurla de douleur alors qu'une poigne solide lui agrippa l'épaule, les doigts s'enfonçant dans sa blessure fraîche. Dans un mouvement rapide, il mordit dans la peau blanche de son agresseur et celui-ci se contenta de grimacer de douleur pour ensuite frapper l'elfe dans les côtes, lui coupant le souffle par le fait-même.

    Uthann toussotait afin de retrouver son air. Néanmoins, il n'avait pas dit son dernier mot. Dans un mouvement agile, il se saisit de la dague de son adversaire immortel et le lança dans la direction du vampire blond qui osait s'en prendre à la jeune femme. C'est avec une certaine joie qu'il vit l'arme volée atteindre sa cible au niveau de la jugulaire. Il se redressa par la suite, puis rejoignit la jeune femme à la course afin de s'enquérir de son état. Iko les rejoignit rapidement, puis passa à l'action et bondit sur l'un des ennemis, le lacérant de ses griffes et de ses crocs.

    L'heure était à la bataille et Uthann avait bien l'intention d'en sortir vainqueur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izilbêth R. Faelivri
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 938
Métier : Herboriste/Guérisseuse
Age du personnage : 125
Alignement : Neutre
En couple avec : Seule
Double Compte : Morwën S. Valyriën

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Between vampires and elves...   Mer 28 Mai 2014 - 1:11

La bonté ne quittait jamais véritablement une âme. Même après s'être asséchée, elle ne faisait que perdre espoir. Une chose qui avait été dans sa nature ne pouvait être oubliée, même après avoir vécu les pires horreurs.

Il était souvent conté dans les livres que les elfes vivaient bien souvent une vie paisible. Au contact de la nature, il sentait souvent leur force leur revenir. Selon la légende, leur force leur serait tirée de l'arbre aux lucioles, unique source de vie de leur peuple tout entier. Une vie de quasi immortalité leur offrait ainsi la chance d'acquérir de nombreux savoirs et de comprendre à la perfection un monde qu'ils voyaient évoluer aux fils des siècles. Mais rares étaient les elfes qui avaient survécus à la grande guerre et désormais, il fallait reconstruire un monde nouveau, dans lequel, la magie semblait avoir fait son grand retour. Un monde qui dans les livres serait sans doute décris comme un monde merveilleux. Habité par des créatures toutes plus somptueuses les unes que les autres. Chevaux aîlés, dragons. Tout ce que les plus belles légendes avaient toujours racontées.

Mais personne ne parlait de la souffrance. De la peine qu'engendraient les années passant. Personne ne parlait des épreuves que devaient vivre les personnes qui n'étaient pas ce que les légendes décrivaient comme des elfes typiques. Non, Izilbêth n'avait rien de ces femmes vêtues de longues robes finement brodées. Elle ne jouait pas de harpe ni de flûte et n'avait pas passé le plus clair de son temps à étudier l'art de la bienséance. On ne lui avait jamais appris à faire de révérence et il était rare de la voir aux nombreux dîners mondains que pouvaient organiser la société elfique. Non, Izilbêth faisait partie de ceux qui se dressaient, aux champs de bataille le jour de la guerre que les elfes et les lycans se livrèrent.

Dans des yeux que quelques malheureux avaient tentés de vanter ne pouvait se lire aucune tendresse ni aucune naïveté. Izilbêth avait vu la mort. Elle avait senti son odeur. La poigne et la froideur de celle-ci l'avait traversé suffisamment de fois pour que son visage perde tout sourire. La couleur du sang avait tâché son visage plus d'une fois. Et l'odeur de cadavre continuait de la tourmenter les soirs où elle était seule. Mais... Elle était seule si souvent qu'il lui était difficile de savoir quand enfin, elle pourrait vivre avec ce qu'elle a vu.

De nombreuses fois elle avait subi, encaissé, sans jamais courber l'échine. Comprenant de nombreuses fois les raisons pour lesquelles elle avait fini par avoir cette vie, elle se devait maintenant d'honorer son nom. Un nom qu'elle ne portait que par acquisition, désormais elle le savait.  Mais jamais, elle n'oublierait, pourquoi elle portait ce médaillon autour du cou. Son père, celui qui l'avait sauvée des flammes serait la raison pour laquelle elle continuerait d'aider ceux qui le méritent. Faolan, celui qui était devenu son fils était l'une des principale raison pour laquelle elle continuait de se battre. Rien ne l'atteignait plus que l'injustice et c'était parfois à se demander si elle n'était pas lionne. Celle qui semblait si frêle était en réalité une puissante combattante, acharnée, déterminée. Derrière ce visage fermé se tenait une femme d'une robustesse telle qu'il n'était pas rare de se demander combien de fois elle avait posé le genoux à terre avant de se relever.

Toujours fièrement dressée sur ses jambes, elle continuait de se battre aux côtés de ceux qui le méritaient. Sans craindre ce qui allait bien pouvoir lui arriver. Et c'était au côté de cet homme qu'elle avait décidé de se battre ce soir, contre une menace qu'elle n'avait que trop rencontré.

Mais il fallait parfois accepter le fait que certaine bataille ne soit trop ardue pour soit. Et seuls face à ces vampires, il leur était difficile de faire le poids.  Mais abandonner ne faisait pas partie de leurs mots, à tout deux. Leur vie étaient en jeux et il fallait combattre, au moins jusqu'à ce que les renforts ne viennent leur porter main forte.

Sans même prendre le temps de répondre aux propos du vampire, l'elfe se contenta de rester silencieuse, quelques gouttes de sang perlant de ses lèvres alors qu'elle ne pouvait bouger. Sourcils froncés, elle ne perdait pas d'esprit l'idée de protéger le sauvageon avant de ne penser à sa propre survie. Avant même qu'elle ne puisse se dégager elle même de l'emprise du vampire, une attaque finement menée par son compagnon de bataille la libéra et c'est d'une roulade parfaitement maîtrisée qu'elle s'éloigna de la troupe qui semblait en train de fondre sur elle. Tirant alors sa dague d'argent de son fourreau, l'elfe la brandit en direction des hommes qui marquèrent un temps d'arrêt en voyant le métal scintiller face à la lune. Son visage avait perdu de sa splendeur elfique et déjà, elle semblait grogner à l'attention des hommes qui ricanaient en voyant la dague de la jeune femme.

- Voilà que cette damoiselle espère nous impressionner de son cure-dent ! Approche-donc, que je te montre comment on déguste des jeunes filles comme toi chez nous.

Fronçant les sourcils, Izilbêth senti tout son corps se tendre aux propos de l'homme. Gardant un oeil derrière afin de ne pas perdre toute potentielle attaque des autres hommes, la jeune femme plia les genoux alors qu'elle se tenait prête à attaquer. Déjà elle sentait Arcane approcher. Affichant alors un sourire presque malsain, la jeune femme se campa sur ses jambes alors qu'elle brandissait sa dague à l'encontre des hommes.

L'un des homme sembla penser judicieux d'attaquer l'elfe par derrière. Mais c'était sans compter sur sa vigilance. Se retournant alors brusquement vers son attaquant, elle ne tarda pas à courir à sa rencontre, lui sautant à la gorge alors qu'elle tranchait d'un coup sec ce cou blafard. Laissant le cadavre tomber au sol dans un dernier tressautement, elle n'eut pas vraiment le temps de comprendre ce qu'il se passait, que déjà le sous-bois se transformait de nouveau en un champ de bataille. Le voyage sous terrain de l'elfe avait provoqué quelque chose en elle, quelque chose d'étrange qui semblait avoir enfermé la malédiction qui l'habitait au fond de son âme. Désormais, les éléments ne s'agitaient plus lorsqu'il lui arrivait de perdre le contrôle. La nuit restait étoilée et aucun nuage ne semblait poindre au milieux de ce désastre sanglant.

Réagissant rapidement, l'elfe ne tarda pas à effectuer un bond afin d'éviter l'attaque d'un des hommes qui fondait droit sur elle. Sourcils froncés, elle roula sur le sol, la dague toujours solidement ancrée dans la main. Sans attendre plus longtemps, elle tenta de porter secours à son compagnon d'infortune qui semblait en péril. Mais rapidement, un uppercut envoyé par l'un des vampire la sonna alors qu'elle retombait lourdement sur le sol. Agile et rapide, elle n'avait jamais été vraiment solide face aux coups portés par les hommes. Fendant un peu plus sa lèvre, le sang ne cessa de couler le long de sa gorge alors qu'elle tentait de se relever. Attrapée à la gorge par l'un des vampire qui la dévorait du regard, elle tentait vainement de se débattre, agitant ses pieds alors qu'elle tirait sur les doigts du vampire qui écrasaient sa gorge.

Le tigre de l'homme qui semblait avoir remarqué sa situation ne tarda pas à se jeter sur son assaillant, la sauvant ainsi d'une mort certaine. Retombant au sol dans un gémissement, la jeune femme attrapa sa dague alors qu'elle tentait de reprendre ses esprits. Ils étaient bien trop nombreux, ils ne pouvaient s'en sortir seuls. Se levant d'un bond, elle fondit de nouveau sur un homme qui était en train de ruer de coups le sauvageon. Plantant alors sa dague dans son dos, elle le regarda s'effondrer alors que déjà d'autres hommes arrivaient et se jetaient sur eux, les ruant de coups pendant qu'Iko tentait de se débattre des vampires, les lacérant de ses puissantes griffes.


Soudain, un cri perçant brisa le silence de la nuit. Des puissantes ailes agitaient la cime des arbres alors que le grondement sourd de la créature enragée faisait cesser le combat. Ce qui fondait droit sur eux n'avait rien d'un oiseau. C'était bien plus gros. Bien plus féroce. Izilbêth qui se débattait toujours comme elle le pouvait profita d'un instant de distraction de la part de l'homme pour enfoncer sa dague dans son oeil, transperçant son crâne. Les arbres n'avaient de cesse de s'agiter à mesure que la créature s'approchait. Sourcils froncés, Izilbêth leva les yeux avant de ne se diriger vers l'homme qui se débattait toujours férocement de son attaquant. Sans perdre un instant, elle courut à toute vitesse vers lui alors que déjà un arbre tombait sous la puissance du vent que provoquait la bête. Le tirant par le bras, elle lui faisait signe de la suivre alors que tous les vampires tentaient de voir d'où provenait cette créature.  Pointant leurs armes vers le ciel, il semblait espérer pouvoir combattre cet animal. Vérifiant que le tigre n'était pas à portée, l'elfe hurla alors, tirant l'elfe avec elle derrière un arbre afin de les cacher.

- Dracarys !

Soudain, le sous bois ne devint qu'une torche. Une vive lumière bleu éclaira la nuit et la chaleur du brasier ne tarda pas à se faire sentir. Ils étaient tout proche. N'ayant pu s'éloigner plus, l'elfe tenta comme elle le pouvait de cacher l'homme derrière sa cape alors qu'elle se recroquevillait avec lui derrière l'arbre. Les hurlements des vampires ne tardèrent pas à faire comprendre à Izilbêth qu'ils étaient vainqueur de ce combat. Mais sa plus grande crainte était désormais pour le tigre de son compagnon d'infortune. Tournant les yeux, elle remarqua la créature qui, aussi féroce qu'elle pouvait l'être, ne pouvait cacher sa terreur face à un aussi redoutable dragon. Reculant en cherchant son maître du regard, Iko semblait terrifié, tout aussi terrifié que les hommes qui venaient tout juste de voir leur vie réduite en cendre.

Dans un grognement, la créature cherchait sa maîtresse du regard, comme afin de s'assurer qu'elle ne l'avait pas blessée. Izilbêth desserra alors son emprise sur le sauvageon qu'elle avait protégé comme elle le pouvait et se redressa, cherchant un instant un quelconque survivant à cette fournaise. Arcane avait remplis sa tâche à merveille, plus aucun ne tenait debout, ils étaient tous retournés à l'état de poussière. Esquissant un sourire malgré sa mine abîmée par les coups, la jeune femme se dirigea vers l'immense créature et glissa une main contre sa tête écailleuse. Lui adressant une tendre caresse, elle murmura quelques mots en sa langue natale, posant son front contre la tête de la créature. Encore une fois, cette créature légendaire venait de la sortir de salles draps. Sans elle, ils auraient sans doute fini en souper de vampire. Profitant de quelques instants d'un répit bien mérité, l'elfe en oublia même le sauvageon quelques temps. Mais bien rapidement, elle se souvint qu'il l'avait aidée et surtout qu'il était blessé. Se tournant vers lui, elle s'approcha, lentement. Après tout, il devait la prendre pour une sorcière à caresser une créature aussi dangereuse que la dragonne.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Between vampires and elves...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Between vampires and elves...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Cercle Bilderberg ou le bal des vampires ?
» 2- Les vampires pour les nuls
» Vampires & Défis
» Les Vampires
» La chasse aux vampires ! [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Evanya - Contrée des Elfes :: • Arbre aux Lucioles • :: Forêt de l'éternel-