Partagez | 
 

 La témérité est un vilain défaut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luce Shaen
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 16
Métier : Voleuse à son compte

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: La témérité est un vilain défaut   Mer 7 Mai 2014 - 19:42

Il faisait alors nuit noir, et elle ne voyait rien. Vraiment rien. A part une petite luciole qui voletait de temps à autres devant elle. Pourquoi était-elle là? Bah tant qu'à être en Oryenna, autant tout visiter, s'était elle dit innocemment. Un morceau de fromage volé dans une poche, elle s'était donc enfoncé dans le territoire humain avec la vive sensation de liberté, qui lui brûlait les entrailles. Elle voulait tout voir, tout faire, tout sentir. Chaque pas qu'elle faisait l'émerveillait presque. Luce s'était donc engagé sur un territoire qu'elle ne connaissait pas, mais étrangement, le ciel paraissait s'obscurcir au fur et à mesure.  La jeune lycane n'y accorda pas beaucoup d'importance, se concentrant plus sur le décor pour l'instant que sur la météo. Pourtant, le paysage n'était pas plus gai. Des arbres morts, le croassement d'un corbeau, ici ou là un terrier déserté . Alléchée par cette situation des plus sombres, elle n'hésita pas à s'y enfoncer un peu plus, comme attirée par le danger, par la peur qu'il produit, et ce stress était transformé en énergie chez elle.

Les feuilles crissaient sous ses pieds. Elle avait enfilé à la hâte deux morceaux de cuirs servant de chaussures, car si elle était pieds nus avant d'arriver ici, le vieux dicton d'un sage lui revenait en mémoire, et elle décida d'être un minimum prudente.  Tout ses instincts lupins se réveillaient, son nez tremblotait en sentant les effluves du lieu. Des odeurs animales lui parvenait. Mais toutes se mélanger, et trop impatiente, elle ne prit pas le temps d'en savoir plus sur les occupants de la Vallée Nocturne. Des empreintes au sol lui indiquait le passage d'humains, de chevaux ( étrangement, autour de ces empreintes, les arbres était légèrement roussis) et d'autres animaux plus communs. Intérieurement, Luce était toute fière d'être ici, même si elle ne le montrait pas. Ici, seule, dans un endroit qui ferait trembler plus d'une petite fillette.  C'était peut-être cet orgueil qui détourna son attention . Pourtant c'est une fille prudente, voire méfiante, surtout dans un lieu inconnu.
Alors qu'elle observait les alentours, à la recherche d'un petit animal à prendre en chasse pour s'amuser, ou même d'une quelconque caverne à explorer, son pied s'accrocha à une substance filandreuse, blanche, plus fine que du fil, mais aussi collante que du goudron chauffé. Automatiquement, son instinct fut décuplé. Elle se pencha, et examina la chose. Immédiatement, elle pensa savoir ce que cela voulait dire, et c'est ce qui la fit s'inquiéter. Elle se releva et tira dessus, marcha avec conviction pour s'en défaire, puis finit par courir: mais rien à faire, la chose ne lâchait pas. Epuisée, elle n'arriva plus à avancer, et avec l'élasticité de la chose, elle fut projetée en l'air, comme un effet boomerang. Sa chute , d'abord amortie par des arbustes, et craquement de branches, s'arrêta de façon plus confortable qu'elle ne l'aurait crue, mais son bonheur dura peu. Luce se rendit en effet compte qu'elle était tout simplement prise dans une énorme toile d'araignée, et la propriétaire de la toile ne devrait pas tarder.  
Le compte à rebours avait débuté, et il n'était pas question pour elle que cette petite sortie ne se finisse pas en happy end. Regardant autour d'elle, tirant sur ses bras collés à la toile, elle espéra de toutes ses forces que l'araignée soit rassasiée, ou qu'un miracle subvienne, mais elle avait du mal à y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luze Anderilis
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 95
Métier : Espion (et chirurgien)
Alignement : Neutre - Chaotique
En couple avec : No one
Ennemis : L''argent, les très vieux vampires

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Jeu 8 Mai 2014 - 7:19

Ils avaient marché à grand peine pendant plusieurs heures avant que le lourd corps meurtri de la jument ne s’effondre de nouveau. Pas encore remise de ses blessures et fortement perturbée par le rythme nocturne de son nouveau maître, l’animal au caractère bien affirmé s’était couchée sur un tapis de mousse fraîche, bien décidée à ne pas bouger tant qu’elle n’aurait pas eu ses trois heures de sommeil conventionnelles…
Luze passa sa main sur son visage et soupira fortement avant de se retourner pour faire face à l’animal, et lui murmurer avec agacement :


« C’est le zahir que j’aurais du sauver à ta place, stupide bestiole ! Si tu veux m’accompagner, tu vas devoir apprendre à dormir la journée… »

Pour seule réponse, la jument ronfla bruyamment. De toute façon dans son état, il n’était nullement question de la brusquer et la colère du vampire retomba sitôt son avertissement terminé. Se sentant malgré tout un peu coupable, Luze s’approcha de l’animal et s’agenouilla à son chevet. Sa grand main glacée lissa plusieurs fois ses antérieurs meurtris alors qu’il l’observait silencieusement plonger dans un sommeil profond. L’inconsciente semblait lui faire suffisamment confiance pour veiller sur son repos, se rendant ainsi complètement vulnérable à son prédateur potentiel le plus immédiat… Luze songeait qu’il devait en effet s’inquiéter de la préserver du propre danger qu’il pourrait représenter, et une fois qu’il fut sûr que la jument dormait à… sabot fermé ? Il se releva sans un bruit et sauta agilement sur la branche de l’arbre le plus proche de lui.

Évoluant avec la grâce d’un écureuil, l’infant impie glissa de branches en branches, son passage uniquement marqué par quelques vibrations du bois et la chute des feuilles mortes qui n’attendaient que la caresse de ses cheveux pour s’échouer en un dernier ballet virevoltant au sol. Ses sens exacerbés sondaient la forêt à la recherche d’une proie suffisamment importante pour apaiser sa soif naissante, ses iris carmin luisants dans les ténèbres trahissaient seuls sa présence menaçante.
Quelques mètres au-dessous du chêne où il se trouvait perché, une jeune biche insomniaque tapotait le sol de ses frêles sabots, la tête haute visiblement alerte au moindre bruit suspect. La salive commençait déjà à monter aux babines d’un Luze qui se pendit par les mollets à la branche telle une chauve-souris en repos. Les pans de sa chemise de lin blanc remontèrent un peu, dévoilant ses abdominaux tendus par l’effort et sa petite dague de céramique immaculée fixée à la ceinture de son pantalon de toile noire. Un pendentif en forme de croix rattaché par une cordelette à son cou massif vint lui chatouiller l’oreille, provoquant un tintement léger qui fit redresser les oreilles à sa proie. Mais ce n’est ni le bruissement que provoqua sa chute contrôlée de l’arbre, ni son grognement carnassier qui fit bondir le quadrupède en avant, l’épargnant in extremis de l’emprisonnement des bras du vampire… Un craquement sinistre et un ruissellement reptilien retentirent soudain au-dessus de sa tête, et Luze eut juste le temps de faire une roulade sur le côté pour éviter de se faire empaler par une pique velue monstrueuse. Restant au sol dissimulé par un buisson, ce qu’il avait sous les yeux manqua de lui arracher un hoquet de stupeur. La pique fut bientôt suivie par une autre, et le jeune vampire en dénombra huit… Il était impressionnant qu’une créature aussi énorme pût se mouvoir aussi silencieusement parmi les bois étriqués. Peu importe l’endroit où elle allait, elle semblait s’y diriger avec détermination et Luze s’apprêta à déguerpir dans la direction parfaitement opposée quand un cri d’effroi déchira soudain le silence compact de la forêt endormie… Le vampire perçut une légère odeur d’humanoïde, puis une forte odeur canine qui le répugna proprement, et enfin… une odeur familière qui le fit devenir plus livide encore qu’il ne l’aurait cru possible… Snowflake.
Avant qu’il eût pu réfléchir à quoi faire, le hennissement affolé de la jument décida pour lui et l’instant d’après, il se balançait de nouveau dans les feuillages en suivant de haut, de très haut, l’immonde araignée.


Le monstre déboula soudain dans une clairière beaucoup plus découverte, mais tapissée de filins argentés qui dégageaient une odeur putrescente… Et tout se passa très vite. Luze aperçut un morceau d’homme à moitié empaqueté dans un cocon de toile remuer faiblement. Juste à sa gauche, une femelle humanoïde se débattait contre la toile, faisant vibrer les fils sur lesquels l’arachnide tenait en équilibre. Il repéra enfin son amie, les quatre membres imbriqués dans le maillage gluant, s’ébrouant comme un diable pour tenter de se dépêtrer. La bestiole sembla hésiter un instant quant au met à déguster en premier.
Les deux prédateurs bougèrent en même temps : l’araignée se jeta sur l’homme, Luze sur l’animal, non loin de la jeune fille. Le vampire dégaina sa dague et entreprit de découper les fils porteurs de la partie de la toile qui maintenait Snowflake et la lycaon prisonnières, en essayant de ne pas se laisser lui-même engluer. Sautant agilement de rocher en arbre, il sectionnait l’avant-dernier soutien quand l’odeur de l’humain disparut soudain, remplacée par la suave fragrance de la mort. L’araignée s’intéressa alors aux trois friandises restantes… Ses mandibules déjà au-dessus de la jeune femme commençait à sécréter son mélange filandreux pour l’en enfermer quand le vampire, mu par un élan d’altruisme improbable, lui jeta la dague en plein dans ses huits petits yeux avides qui déversèrent un liquide noirâtre sur sa toile, annulant instantanément son pouvoir collant.
Le monstre s’effondra et pesa de tout son poids sur la toile affaiblie qui céda, faisant chuter la jument, la lycaon et Luze d’un bon mètre. Si le vampire avait pu amortir sa chute en s’enroulant sur lui-même, son poignet s’était empêtré dans l’un des fils et il entreprit de le sectionner… à coup de crocs. Pendant ce temps, le montre aveuglé s’était redressé et titubait dangereusement en direction de la jument, qui était étrangement restée étendue au sol, inerte
.

« Nooooooon ! Snowflake !!! »

Il fallait l’aider, il devait l’aider… Mais pourquoi ce fil ne se rompait-il pas ? L’araignée s’approchait, elle allait la sentir, la déchiqueter… A son tour, le vampire se mit à espérer qu’un miracle s’interpose entre les pattes meurtrières du monstre et son amie vulnérable, tandis qu’il se débattait avec violence contre la glue implacable qui le maintenait prisonnier.

_________________

Snowflake

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce Shaen
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 16
Métier : Voleuse à son compte

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Jeu 8 Mai 2014 - 12:53

Alors qu'elle priait pour que l'araignée ait changé de territoire pour prendre quelques vacances (avouons que la Vallée Nocturne n'est pas idéale, que diriez vous de me laisser sur votre toile et de partir pour un pays tropical ? Non ?), la propriétaire des liens gluants arriva. Luce ravala une demi-seconde sa fierté, face à ce monstre irréel qui lui faisait face. Huit énormes pattes s'avançaient vers elle, de grands yeux morbides la fixant. Elle connaissait ce regard, car elle prenait le même quand elle allait dévorer le fruit de sa chasse: mélange d'excitation, de faim, d'envie, mais aussi de supériorité. Or, la lycane ne supportait pas que quiconque se croie plus supérieur qu'elle, et face à ce regard, elle se jura intérieurement une chose: elle s'en sortirait vivante, et donnerait une bonne leçon à cette chose. On ne mange pas une lycane, c'est la lycane qui vous mange. Mais malgré toute sa volonté, il fallait bien avouer que se dépêtrer de cette toile n'était pas une mince affaire, et le temps d'y arriver, elle serait déjà entrain d'être digérée. Quelle mort affreuse, se dit-elle. Dans un endroit sombre, sans même avoir manger ce matin. Puis, elle entendit un buisson bouger. Au départ, elle crut à un malheureux lapin qui viendrait rejoindre sa toile, mais non, c'était quelque chose de plus gros. Et à en juger l'odeur, ce n'était pas qu'un simple humain. Elle fronça les sourcils, le coeur battant, les yeux qui passaient du monstre aux buissons. Toujours aussi méfiante, Luce se demandait si elle devait fuir ce bruit, ou au contraire crier à l'aide, même si c'est pas son genre, vous voyez, mais chacun a ses petits défauts.

Apparurent alors, d'entre les arbustes noirâtres de l'endroit, deux êtres au regard déterminé. L'un d'eux ressemblait rapidement à un humain, mais Luce savait bien que ce n'en était pas un. Cette odeur, c'était celle que son vieux maître lui avait apprit à fuir pendant son apprentissage, et cette peau pâle ne laissait pas de doute non plus. Le destin est parfois farceur, et il lui envoyait son ennemi naturel pour la sauver. Alors, elle pensait être cuite à point : sans aucun doute, il saurait qu'elle était lycane, et au nom des querelles entres races, il la laisserait pourrir sur sa toile. Et elle même hésitait quant à la marche à suivre: se faire aider par un vampire ! Tout de même ! Pourtant, elle était lycane par morsure seulement. Si elle tenait presque à remercier le lycan qui l'avait autrefois mordue, elle se dit que ses ancêtres étaient humains, les tensions avec les vampires n'était pas les mêmes. Personnellement, elle n'en connaissait aucun, et tout ce qu'on lui avait raconté sur eux n'était que des ignominies. Ce vampire, le précédait de plusieurs secondes un cheval, qui s'était retrouvé lui aussi empêtré dans la toile, et se débattait comme un diable. Bon sang, arrête de bouger ça ne changera rien ! Alors que Luce pensait se faire dévorer, le vampire vint à leur secours. Il entreprit de découper le cocon qui les maintenait ; pourtant il semblerait que la lycane était la plus appétissante des trois : l'araignée se dirigea vers elle, et sécréta un liquide visqueux au dessus de sa tête. Luce écarta la tête dans un mouvement de dégoût, mais reçut une goutte baveuse sur la joue, qu'elle ne pouvait pas essuyer d'un revers de main, étant prise dans la toile. Le vampire ne lui ayant toujours pas adressé la parole, elle ne connaissait pas ses intentions, mais heureusement pour elle, au moment qui aurait pu lui être fatal, il lança une dague dans les yeux de l'araignée. Du sang peut-être, ou du pus bien noir, se déversa des orbites, et au même moment, les trois êtres se libérèrent en chutant au sol. Luce tenta d'amortir sa chute avec les bras, mais resta quelques secondes inerte, le temps de reprendre ses esprits.

Quand elle releva la tête, le vampire rongeait quelque chose. Elle ne comprit pas tout de suite, et se dit qu'il était débile de pas s'enfuir, mais la réalité était plus dure : il était emprisonné par un fil gluant, surement touché sur son passage. Luce se releva, et s'apprêta à partir dans les buissons ; c'est pas le genre héroïque, elle veut juste sauver sa peau et profiter de la vie au sens littéral du terme. Pourtant, alors qu'elle allait se fondre dans les buissons, quelque chose la retint. Elle était fière d'être lycane, même par morsure, et un vampire, ennemi naturel, venait de lui porter secours, en mettant de côté les querelles entre races. Or, quelle image aurait-il de la race qu'elle représentait ? Se retournant, serrant les poings, elle aperçut le cheval de l'homme étendu par terre. L'araignée se dirigeait vers elle d'un pas rapide, apparemment affamée et énervée par ce combat. Luce se mordit la lèvre en pestant, puis dans un bon, prit son apparence lupine. Ses habits ne résistèrent pas et se déchirèrent en lambeaux pour la plupart, en retombant sur le sol. Elle ne pouvait à présent plus reculer. Sa masse dense de poils beiges se dirigea vers l'araignée, elle vint lui sauter dessus en s'accrochant avec ses griffes, puis mordit avec force l'épaule de l'arachnéa, détournant provisoirement son attention. La louve grogna avec force tandis que l'humaine-araignée tournait la tête vers elle. Elle l'attrapait d'une main humaine, enfonçant ses ongles dans le cou de la louve, mais cette dernière ne lâchait pas, jusqu'à ce que l'araignée l’envoie valser contre un rocher. Aussitôt, Luce se releva et repartit à l'attaque en voyant que l'araignée se dirigeait à nouveau vers le cheval, pensant en avoir finit avec la lycane. La louve s'interposa entre le monstre et le cheval, la tête basse, grognant en découvrant toutes ses dents, puis sauta sur le buste de l'araignée qui semblait à peine fatiguée. Elle souriait, même ; comme voulant lui faire comprendre que peu importe le temps que ça prendrait, elle finirait par la dévorer. Pourtant l'épaule du monstre saignait déjà, et Luce, bien déterminée, espérait prendre le dessus. Derrière l'araignée, elle perçut un mouvement du vampire, mais sa vision était obstruée par le combat et elle ne pouvait déterminer s'il s'était oui ou non libéré de la contrainte des fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luze Anderilis
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 95
Métier : Espion (et chirurgien)
Alignement : Neutre - Chaotique
En couple avec : No one
Ennemis : L''argent, les très vieux vampires

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Jeu 8 Mai 2014 - 19:21

Qu'est-ce qui l'avait poussé à laisser Snowflake seule, affaiblie ? Il savait maintenant que la jument avait ouvert l'œil et ne le voyant pas, s'était mise en quête de le suivre de peur qu'il l'eût abandonnée. Ses pas avaient juste croisé la route de l'araignée avant qu'elle n'ait pu le rattraper lui...
Si elle mourrait ici, jamais il ne pourrait se le pardonner. Cette pensée décupla ses forces et sa détermination, et il sentait déjà les tissus filandreux céder sous ses coups de crocs acharnés. Du coin de l'œil, il observa la distance se réduire irrémédiablement entre l'araignée et la jument, et désespéré, il tenta par tous les moyens de changer la priorité du monstre quand soudain, son attention fut attirée par un éclair doré filant à toute vitesse vers l'araignée. Il remarqua que l'odeur canine s'était amplifiée, et ajustant sa vision embuée par l'inquiétude, il distingua enfin les traits de la lycaon sous sa forme lupine...

Mu par un sentiment contradictoire de soulagement mêlé de haine ancestralement ancrée, il ne put qu'observer la bataille azimutée que menait la louve contre l'arachnide, rassurée que celle-ci ait changé de cible. Un sentiment grandissant de sympathie naquit en lui lorsqu'il se rendit compte qu'elle était restée pour protéger l'équidé.

Enfin, le fil rompit. Déstabilisé, le vampire tomba au sol en poussant un grognement irrité, mais se releva immédiatement en une roulade agile. Une ligne rouge encerclait son poignet là où le fil le retenait et le faisait atrocement souffrir, mais il ignora la douleur pour courir de toutes ses forces vers le combat qui faisait rage. Toutes ses pensées étaient dirigées vers la jument, jamais il n'avait ressenti ça pour un autre être dans sa vie. Il ne voyait plus la louve, bien que son odeur intense lui indiquait qu'elle était toujours dans les parages et n'étant plus qu'à trois mètres de la bête, il sauta du pied droit sur un tronc d'arbre qui plia sous la force de l'impact, puis profita de l'élan pour se jeter sur le dos du monstre.

Ses griffes se plantèrent profondément dans la peau déjà meurtrie des épaules de la bestiole, lui arrachant un hurlement de douleur. Dans un effort inespéré, il élança son bras pour empoigner sa dague encore plantée dans la face de l'arachnide, c'est alors que son regard croisa celui de la louve toujours accrochée à son buste. L'expression du vampire n'avait quasiment plus rien d'humaine, ses orbites profondes cerclaient de noir ses iris brûlants de rage, ses cheveux hérissés sur son crâne animalisaient son profil, la faim et l'ire incontrôlée qui l'habitaient faisaient émerger ses crocs aiguisés à leur paroxysme, dévoilés avec indécence par un sourire sans joie démentiel déformant ses lèvres pâles, et c'est d'une voix rauque plus proche du grognement bestial qu'il invectiva à Luce :


" Ferme les yeux ! "

D'un mouvement brusque, il tira violemment sur sa dague. La céramique tranchante déchira en deux le crâne du monstre, un geyser de sang jaillit à plusieurs mètres en un arc de cercle vertical autour des trois combattants. Le vampire continua à exercer le levier sanguinaire jusqu'à ce que la lame parvienne à la naissance de la nuque de l'araignée, et que sa chair la relâche enfin. Un rugissement déchirant de douleur accompagna toute la tranche, se terminant en une longue plainte qui finit par s'évanouir en échos dans les ténèbres. Tandis que la femme-araignée tombait en avant, toute retenue avait quitté l'engeance impie que ses instincts contrôlaient totalement... pour la première fois depuis longtemps. Le vampire tordit brusquement le cou de la créature presque morte pour y planter ses canines tranchantes, et l'achever en un dernier râle mourant...

Un silence sinistre suivit le bruit lourd que provoqua la chute du cadavre, ponctué par les bruits de succion qu'émettait Luze se repaissant du sang encore tiède et liquide du monstre trépassé. Puis un faible hennissement plaintif retentit soudain... L'hémophage relâcha la gorge de l'arachnéa et redressa lentement la tête. Son regard encore obscurci par la folie se planta dans les prunelles bestiales de la louve, un sourire sardonique soulignant ses traits magnifiés de prédateur nocturne. Luze n'entendait plus rien qu'un sifflement strident. Son environnement avait la teinte et l'odeur rouge du sang. A mesure que le sang de la bête se mêlait au sien et que la rage diminuait, il reprenait doucement conscience de la réalité, et malgré l'expression menaçante dont il embrassait la lycaon sans sourciller, il lui dit de la même voix caverneuse que son ordre précédent.


" Merci, lycaone... Tu n'as rien à craindre de moi si tu ne m'attaques pas, et vu ce que tu as fait pour elle... " il pointa du doigt la jument encore inerte qui semblait se réveiller, " je vais considérer que tu n'es pas mon ennemie... pour l'instant. "

Un craquement au loin, puis l'envol d'un hibou et d'un banc de chauve-souris quelque part dans la forêt alentour lui fit tourner un regard inquiet vers les ténèbres des bois... Puis il reprit, plus pour lui-même que pour l'inconnue, en se dirigeant d'un pas vif vers Snowflake.

" Il y en a peut-être d'autres... Et le jour va se lever. "

Bien que dans la Vallée Nocturne, les rayons du soleil ne perçaient jamais et ne risquaient de lui être fatals, le coma pourrait le prendre à tout moment, et le rendre vulnérable à d'éventuels répliques des monstruosités qui peuplaient les lieux...


_________________

Snowflake

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce Shaen
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 16
Métier : Voleuse à son compte

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Sam 10 Mai 2014 - 23:47

Luce tentait de tenir bon, mais l'araignée avait de la force, et ses ongles enfonçaient dans la peau lupine , mélés à ses poils, tentaient de la faire lâcher. Impliquée corps et âme dans le combat, elle était bien décidée à le remporter haut la main. Elle entendit un grognement provenant de l'endroit où se trouvait le vampire, et elle eut très rapidement la confirmation de sa présence: surgit de nulle part, il vînt atterrir sur l'araignée, qui lâcha un effroyable cri que la louve n'était pas prête d'oublier. Du sang gicla encore, et la scène qui suivit fut tout aussi violente. Le vampire, arrachant la dague d'un coup sec, s'apprétait à porter le coup de grâce. Pourtant, à cet instant, l'homme s'arrêta, scrutant Luce. Elle, la téméraire, la courageuse, celle qui n'avait peur de rien, fut surprise par ce qu'elle vit. Elle avait entendu parler des vampires, un d'eux venait de la sauver, et pourtant, la vision qu'elle eut lui glaça le sang. De longs crocs, des yeux injectés de sang, on aurait dit qu'il... oui , il avait faim. Sous le feu de l'action, il eut juste le temps de crier à la louve: " Ferme les yeux ! "  Instinctivement, sans réfléchir alors qu'elle était normalement assez méfiante, elle ferma les yeux. Plus tard, elle se trouva abrutie d'avoir réagi comme ça, face à un vampire assoiffé de sang, mais s'il l'avait sauvé une fois, il n'allait pas la tuer maintenant.
L'araignée se débattait de façon brusque, incontrôlée. Et le vampire abattait sur elle sa dague implacable. Luce, les yeux fermés, toujours aggripée au monstre, sentit sur son pelage le sang coulait. Ses poils s'entremèlérent, et adoptèrent une teinte rougeatre, pateuse.  Sentant la faim proche, la lyane bondit au sol et s'éloigna de la scène pour pouvoir observer ce qu'il se passait, fasciner par cette morbide tuerie. Comme dans un monde parallèle, elle perçut les crocs s'ancraient dans le cou de l'araignée, qui même si elle continuait à se débattre, était à présent innofensive. Sa vie s'écoulait, elle n'en avait plus que pour quelques secondes. Enfin, le corps tomba, et le vampire finit tranquillement son repas. Luce, assez troublée par ce qui venait de se passer, entreprit de nettoyer son poil de façon nerveuse. La flaque de sang lui semblait démesurer, et lui coupait toute faim. Elle entendait son cœur battre, et si elle avait plus d'une fois ne jamais revoir le soleil, une partie d'elle même rêvait de reprendre le combat. Le feu de l'action, ce stress, transformé en énergie débordante, cette envie de gagner coûte que coûte, et l'étrange goût de la victoire. Le vampire face à elle , qui lui avait parut si noble il y a quelques instants, avait tout à présent d'une bête, surtout en voyant son sourire carnassier, et des crocs légèrements rougeoyants. Comparable à un loup sur certains points. Elle devait l'avoir fixé de façon trop obstiné car il dit :
" Merci, lycaone... Tu n'as rien à craindre de moi si tu ne m'attaques pas, et vu ce que tu as fait pour elle... je vais considérer que tu n'es pas mon ennemie... pour l'instant. "

Il pointa le cheval. Raah. Qu'est ce qu'ils ont tous à avoir des ptites bêtes de compagnies ? Peut-être histoire d'avoir un repas à porter de main. En revanche , le « pour l'instant » était presque menaçant, comme un avertissement. Elle ne répondit rien. De toute façon, il ne comprenait pas, et si elle reprenait sa forme humaine, elle serait à poil et pour l'instant, la journée est assez étrange. Un craquement se fit entendre, et elle surprit le vampire en deviant une étincelle de peur dans ses yeux. Elle observait tout cela avec une forme d'étonnement lointain.
" Il y en a peut-être d'autres... Et le jour va se lever. "
Elle ne comprit pas le problème tout de suite, et ce n'est que sur le chemin du retour qu'elle se rappela que la lumière du soleil était presque meurtrière pour les vampires. Elle hôcha la tête en émettant un petit grognement, comme pour signifier qu'elle comprenait. Puis de toutes façons, elle n'avait pas particulièrement envie de passer sa vie dans ce coin sombre.
Luce hésita à partir de façon totalement sauvage, mais avoir partagé un combat avec quelqu'un, ce n'était pas rien, il lui avait tout de même sauvé la vie. Comment le remercier sous cette forme lupine ? Suivant son instinct, elle trottina vers le cadavre de l'araignée, s'assit dessus et hurla sous le ciel obscur. Il n'y avait pas de pleine lune, certes, mais sans le vampire, elle serait morte. Ne s'attardant pas pour ne pas attirer de vilaines bêtes ( même si elle se doutait que peu s'approcheraient d'un loup), elle redescendit, et passa tout près du vampire en lui lançant un regard appuyé. Elle s'arrêta un instant près de la jument, hésitant à partir. L'homme (dont elle ne connaissait d'ailleurs pas le prénom) n'avait peut-être pas forcément envie de profiter de sa lupine compagnie. Elle décida pourtant de rester, car elle croyait deviner qu'il avait une idée derrière la tête. Luce conserva sa forme lupine, c'était sa meilleure défense et dans cet endroit dangereux, elle ne tenait pas particulièrement à se retrouver acculée sous sa forme humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luze Anderilis
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 95
Métier : Espion (et chirurgien)
Alignement : Neutre - Chaotique
En couple avec : No one
Ennemis : L''argent, les très vieux vampires

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Mar 13 Mai 2014 - 2:54

Du revers de la main, le vampire essuya le mince filet de sang d'arachnide qui sillonnait le long d'une de ses commissures tandis que son regard inquisiteur suivait le manège de la louve. Celle-ci alla se placer sur le cadavre de leur adversaire, qu'elle avait certes bien aidé à terrasser, lui fallait-il reconnaître. Peu lui importait qu'elle s'en attribuât tout le mérite après tout, ils étaient tous trois en vie et c'était là l'important.
Lorsque la louve passa à quelques centimètres de lui, Luze soutint son insistant regard pour tenter d'y sonder la moindre pensée. Il ne s'était jamais trouvé si proche d'un lycaon et sa présence devait sans doute contribuer au fait que malgré le combat terminé, tous ses sens restaient en alerte et ses instincts sauvages les plus primitifs le laissaient dans une transe bestiale... même repu. Il la regarda s'approcher de Snowflake avec méfiance, puis son regard tomba sur les frusques déchiquetées par sa transformation non anticipée. Il valait sans doute mieux qu'elle conserve pour l'instant la relative protection de son pelage lupin, qui outre l'immonde odeur qu'il dégageait, n'était pas sans lui donner une certaine grâce aux reflets dorés.

Détournant le regard avant qu'elle ne s'aperçoive qu'il la matait avec impudeur, le jeune vampire allait rejoindre les deux quadrupèdes quand soudain le sol de la vallée toute entière se mit à trembler. Un grondement semblant provenir du sol s'éleva de plus en plus tonitruant, puis au loin, d'immenses formes équines se révélèrent en grand nombre, mues dans un galop effréné qui filait droit dans leur direction. Luze rejoignit la jument et la louve en quelques enjambées et se plaça face à la déferlante. Un grognement sourd s'échappa de ses poumons et ses mains se tordirent de manière inquiétantes, toutes griffes dehors prêtes à intercepter la première créature qui tenteraient de les écraser... En quelques minutes, leur clairière fut envahie par...


" Des centaures ? "

L'une d'entre eux, au pelage aussi sombre que la nuit, ralentit la cadence jusqu'à s'arrêter face aux deux carnivores. Deux autres s'affairaient autour du cadavre de l'arachnéa, quelques uns s'étaient postés à l'orée des bois tandis que le reste de la harde s'y était enfoncée, le bruit de leur course s'évanouissant progressivement. La femme-jument au pelage sombre regarda alternativement Luze, Luce et Snowflake, tentant de déduire des hypothèses sûrement erronées sur la situation. Le vampire se détendit un peu, les hybrides ne semblaient pas hostiles et s'il n'avait entendu que des contes à leur sujet, il n'en avait pas peur... à vrai dire, en cet instant bien peu de chose aurait pu l'effrayer.

" Que s'est-il passé ici ? " Demanda-t-elle d'une voix dégoulinante de suspicion. Luze osa un coup d'œil en direction de la louve, puis croisant les bras sur son torse, il répondit en haussant le menton afin de soutenir l'écrasant regard de l'immense créature.

" L'araignée est passée ici... Elle avait capturé ma jument et la louve.
Vous savez quelque chose ? "
Ajouta-t-il en désignant d'un signe de tête les deux enquêteurs près du cadavre.

Théâtrale, la centaure laissa une pause dramatique suivre la question de l'infant nocturne avant d'à son tour observer ses congénères s'affairer.


" C'est la troisième attaque ce mois-ci... Il y a un nid quelque part. Nous ne connaissons pas exactement son emplacement, mes ces créatures représentent un danger pour la forêt. "

La centaure alla s'agenouiller près de Snowflake toujours alitée au sol, et Luze n'y vit pas d'inconvénients pour une fois. La créature herbivore devait sans doute en connaître plus sur son amie que lui, comme elle le lui prouva en passant ses mains humaines sur la robe blessées de l'équidé.

" C'est l'araignée qui a fait ça ? "

" En partie... Elle a été blessée par un zahir il y a deux jours. "

" Ca serait dangereux pour elle de reprendre la route dans cet état. Nous pouvons la soigner jusqu'à ce qu'elle se rétablisse si vous voulez. Je n'y mettrai pas la condition que vous nous aidiez... mais sachez que votre aide ne serait vraiment pas de refus. "

L'hybride appela trois de ses pairs qui apportèrent ce qui ressemblaient à une civière de bois et de feuilles. Luze se massa un moment son menton imberbe de la pulpe du pouce. Bien que son regard ne décolérait pas, les centaures ne semblaient pas plus effrayés par lui qu'il ne l'était par eux. Le vampire s'agenouilla enfin pour passer sa grande main blafarde le long de la joue de la jument qui ronfla faiblement à ce contact glacé, puis il se tourna vers la louve, à présent à sa hauteur.

" Qu'en dis-tu ? Je vais de toute façon y retourner récupérer mes affaires. J'ai des vêtements pour toi là-bas si tu veux... " Il s'apprêta à préciser qu'ils seraient peut-être un peu grand, mais du peu qu'il avait vu de sa forme humaine, il ne pouvait bien se souvenir de sa taille, aussi s'abstint-il et se relevant, il commença à se diriger vers l'orée des bois.

Quoi que la louve décide, Luze s'était plus ou moins décidé à aider les centaures... Ces créatures qu'il découvrait le fascinaient déjà. Il leur avait confié aveuglément la sauvegarde de son amie récemment acquise... Mais surtout, du fait du vivier que représentait la forêt pour ses découvertes, il avait également tout intérêt à en préserver la sûreté et la croissance. Il devait cela dit bien avouer qu'il serait content que la lycaon décide de l'accompagner. Elle semblait taillée pour le combat, agile et vive, d'un coup de croc mortellement précis, et malgré le fait qu'elle fût son ennemie naturelle, le statut quo qui semblait s'être instauré lui permettait de découvrir de nouvelle facette de ces créatures qu'il connaissait bien peu... ce qui attisait sa curiosité scientifique.


_________________

Snowflake

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce Shaen
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 16
Métier : Voleuse à son compte

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   Dim 29 Juin 2014 - 12:48

Luce commença à lécher sa patte imprégnée de sang, en songeant que le répit n'était peut-être que momentané, et son instinct ne la trompait d'ailleurs pas. Des bruits de galopades firent tremblés le sol, et la louve qui hésitait quand à la marche à suivre, bondit sur un rocher en hauteur. Apparurent alors les centaures. La louve n'en connaissait pas personnellement, et elle n'osait pas s'avouer qu'ils l'intimidaient un peu. Parce que s'il fallait hypothétiquement les combattre, si elle avait des armes non négligeables telles que ses crocs , eux possédaient une taille bien supérieur et de puissants sabots qui pouvaient aisément l'éjecter. Elle suivit donc d'un air méfiant ce qu'il se passait devant ses yeux, en émettant des grognements plus ou moins sourds en fonction de ce qui se disait. Sentant que la conversation se terminait, elle redescendit vers eux. Le vampire lui demanda donc si elle était partante ou non pour dénicher ce nid d'araignées ; et lui proposa aussi des vêtements, mais elle ne prit en compte que la proposition de quête improvisée. Ce vampire lui avait sauvé la vie, alors si il avait besoin d'aide pour dénicher ce nid, ce serait avec elle. Elle émit un grognement court pour dire qu'elle le suivait, en reprenant sa toilette de la patte d'un air tranquille, en observant du coin de l'oeil le vampire. Elle aurait aimé lui poser quelques questions ( et c'est rare pour Luce!) mais son statut actuelle ne lui permettait pas d'avoir une conversation normale avec lui. Observant les centaures s'approchaient de la jument, Luce se releva, s'ébroua de façon énergique en se disant qu'il était temps qu'elle trouve une source d'eau pour nettoyer son pelage à l'eau fraîche, puis se mit en route en lançant un regard vers le vampire. Elle ne savait pas exactement où elle allait , mais suivait son instinct. Truffe au sol, ouïe en alerte. Elle suit son but sans vraiment regarder si Luze suit ou non lui aussi, mais de toutes façons elle l'estime assez grand pour savoir s'il doit la suivre ou non . Elle connait maintenant l'odeur caractéristique des arachnées, elle sait ce qu'elle cherche, et les empreintes au sol ne trompent pas. Il y en a très peu, les araignées ne doivent pas sortir beaucoup. Pourtant, ça et là, la terre boueuse est lacérée par de grandes stries plutôt profondes, mais elles ne sont pas récentes, la terre est en train de sécher. Elle lève la tête, plisse les yeux. Une odeur aigre atteint son museau. Assez dérangeante, presque similaire au poivre, mais pas tout à fais. C'est l'odeur caractéristique des sécrétions qui permettent de tisser la toile. L'odeur est d'abord tout à fait diffuse, presque imperceptible, Luce avance donc rapidement mais furtivement. Elle trottine le long de l'ombre des arbres, s'arrête au moindre bruit, puis vérifie enfin que Luze la suit. Pourtant à ce même moment l'odeur s'accentue. Elle se tapit au sol en continuant à avancer. Ses pattes , propres au départ, étaient maintenant entièrement recouvertes de boues. L'odeur poivrée s'accentue en même temps que l'humidité des lieux. A un moment précis, un buisson bouge, la louve se tourne vers Luze pour émettre un grognement d'avertissement, mais elle est violemment projetée contre un arbre par une araignée qui lance un rugissement strident. Aussitôt, Luce répond par un grognement un peu plus bruyant qu'elle ne l'aurait voulu, puis plante ses crocs dans une des pattes du monstre pour se défaire d'abord de son emprise. Déja l'attaquante prépare une sécrétion afin de l'immobiliser complètement, et tente de planter une de ses pattes dans l'épaule lupine. Luce couine violemment, mais arrive tout de même à reprendre le dessus au même moment où elle voit apparaître une deuxième arachnée d'entre deux imposants arbres qui la cachaient aisément jusqu'ici. Elle lance un regard confiant vers Luze car elle est loin de s'avouer vaincu, malgré son épaule qui se met doucement à saigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La témérité est un vilain défaut   

Revenir en haut Aller en bas
 

La témérité est un vilain défaut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La sagesse est un vilain Défaut [LIBRE]
» La curiosité est-elle un vilain défaut ?
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Oryenna - Contrée des Humains :: • Vallée nocturne •-