Partagez | 
 

 Arrivée mouvementée et compagnie inattendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 57
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Arrivée mouvementée et compagnie inattendue   Lun 7 Nov 2011 - 5:10

Il se voyait en train de sillonner les dunes infinies du désert du zénith, dans la contrée d'Oryenna. Il faisait si chaud et il avait si soif... Il aurait donné tout ce qu'il avait pour trouver ne serait qu'une goûte...

D'eau.

De l'eau, il y en avait seulement à quelques mètres à présent. Il n'avait qu'à faire qu'une dizaine de pas et il y serait avant d'y penser. Sottises ! Plus il avançait et plus la oasis s'éloignait. Il n'en voyait pas la fin mais il n'abandonna pas pour autant. Doublant d'ardeur, ses pieds lançaient littéralement le sable derrière lui tellement il mettait d'effort à avancer plus vite que l'oasis imprenable. Enfin, il l'atteignit. Maintenant rampant à quatre pattes, il n'avait cure de sa dignité. Tout ce qu'il voulait c'était s'abreuver et calmer sa soif. Il trempa ses mains et fut surprit à la trouver bouillante. Retirant ses membres brûlée de l'étendue, il vu du sang bouillant dans l'oasis si calme et claire il y a à peine quelques secondes. Il se releva empreint à une grande panique et ce qu'il vu ne diminua en rien son angoisse. Il saignait et le sang provenait de son cou. Il eut du mal à respirer et se mit à suffoquer. Autours de lui, il vu les gens qu'il connaissait, égorgés mais debout, tout comme lui. Ils l'imploraient de le sauver. Encore, et encore. Il n'était plus capable de les entendre, alors il cria mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il se boucha les oreilles et ferma les yeux, les priant de s'en aller. Puis soudainement...

La paix.

Ils avaient disparus et une femme les avaient remplacé. C'était une elfe et ses cheveux étaient en feu. Non, ils étaient rouge, comme en feu. Elle lui tendit la main, soufflant des murmures de réconfort. Il entendait mal, alors, il se rapprocha.

-Réveille-toi...


Eramos se redressa d'un coup sur son lit, empreint à un étrange sentiment d'angoisse qu'on avait après un cauchemar mélangé à un sentiment de paix. Il n'avait jamais fait de rêve aussi étrange. Il maudit alors le trop grand repas qu'il avait pris avant de se coucher. Son estomac s'était vengé sur sa gourmandise. Suant à grosses goûte, il se leva, nu comme un ver, se dirigeant vers la petite salle de bain. Tout y était propre, incluant la baignoire, remplie il y avait peu de temps. L'eau à l'intérieure fumait encore, laissant échapper un doux parfum qu'il ne pu reconnaître. Une fleur elfique, se dit-il. En effet, il avait loué cette chambre simple en plein quartier achalandé d'Ardamir, la cité des elfes. Malgré la grande population, Eramos ne se rappela pas la dernière fois où il avait aussi bien dormi dans une auberge. Il s'étira, faisant craquer les muscles de son corps. Il se regarda dans la glace et, avec une mince tristesse le vieillissement qui s'opérait lentement chez lui. Il semblait plus jeune pour son âge, même que plusieurs personnes lui donnaient dix ans moins vieux. Dommage, se dit-il, qu'un corps d'une dizaines d'années voulait dire pour lui un corps de quarante ans. Il examina le haut de son corps, foncé de nature, il restait athlétique et fort même si plusieurs poils gris se formait au creux de ses pectoraux. Dans son visage, plus en plus de rides s'installaient, mais il restait beau et séduisant, une barbe bien découpée entourant ses lèvres pâles. Il entra dans la baignoire, décidant qu'il était temps de s'arrêter de s'apitoyer sur son sort pour aujourd'hui.
-Demain est un autre jour, se dit-il.

L'air frais du dehors fit du bien au vieil homme sortant de l'auberge. Regardant à gauche, il vu le quartier marchand, déjà, en cette heure matinale, bondé d'elfes faisant leur emplettes ou cherchant quelque chose de beau à acheter. Il regarda à droite et vu que la route continuait, surement vers un autre quartier, plus tranquille. N'étant pas en Evanya pour acheter de belles perles sur de beaux colliers, il décida d'aller à droite, espérant débusquer une nouvelle recrue pour son Ordre en Oryenna. Il avait besoin de quelqu'un d'influent en la cité pour lui montrer les meilleurs atouts. À partir de ces informations, il pourrait repartir sur une piste.

Après quelques minutes de marche rapide, quelque chose attira l'attention du vieux guerrier. Deux elfes discutaient avec un autre, rien de bien alarmant en Ardamir. Cependant, avec un peu d'approche, il comprit que deux voyous, vraisemblablement de jeunes adultes, extorquaient un adolescent apeuré, tenant une bourse solidement agrippé entre ses mains.

-Donne-moi tout ton or, bambin. Maudit sans-mêlé sans cervelle, cria l'un des voyous !

-Je ne peux pas... C'est à ma mère, affirma l'enfant, agrippant encore plus fermement son bien.

-La catin qui t'a servi de génitrice ? Elle doit s'en faire plein les poche chaque soir dans les rues !

Les intimidateurs rirent à gorge déployé, essayant d'arracher la bourse du gamin, tentant désespérément de garder sa bourse.

-Donne, sale fils de pute !

La voix du vieil homme retentit derrière eux.

-Lâche-le, mon garçon.

Ils s'arrêtèrent mais pas par peur des représailles. Les délinquants voulaient savoir qui osait les défier.

-Barre-toi, oreilles-rondes, si tu tiens à garder tous tes membres en place.

-Ta mère ne t'a jamais apprit les bonne manières, effronté.

-Ma mère est morte, pauvre type !

Le jeune elfe dégaina un couteau à cran et le pointa en direction du vieil homme qui ne broncha pas.

-Tu n'es pas un meurtrier, dépose ça avant que tu ne te blesses avec.

- J'en ai tué pour moins que ça, cria l'elfe en chargeant Eramos.

Le guerrier humain évita avec une facilité arrogante l'estocade du jeune voyou. Son compagnon qui voulu s'en mêler n'en eut pas vraiment le temps. Un coup de poing sur la tempe le fit tomber, hors-combat. L'elfe au couteau hésita un instant. L'humain avait foutu une raclée à son ami en un seul coup de poing. Il se demanda même s'il n'était pas mort. Une voix lui cria de s'enfuir mais sa témérité eut le dessus sur son bon sens et eut raison de lui en même temps.

Tentant une autre estocade, il tenta de feinter vicieusement à l'horizontale qui n'eut pas le résultat escompté. Eramos attrapa le poignet du jeune au vol et d'un coup sec le tourna violemment. Le poignet cassé, le jeune n'eut d'autre choix que de lâcher son arme.
- Pitié mon seigneur, ne me tuez pas.

-Je ne sais pas ce qui me retient de le faire...

En fait, il savait. Une silhouette se découpait à l'horizon. C'était une femme, à la chevelure de flamme. Cette image ébranla Eramos jusqu'à son âme.

C'était l'elfe de son rêve.

_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée mouvementée et compagnie inattendue   Lun 7 Nov 2011 - 6:29

Les doux rayons du jour pénètrent lentement dans les carreaux vitrés à proximité du lit de Narya lorsque celle-ci ouvrit posément les yeux. Un sentiment de bien-être envahissait chaque parcelle de son corps. Son repos avait été délicieux et ses pensées agréables. D’un geste lent et inspirant une certaine tendresse, la femme de haut rang repoussa les draps blancs qui recouvraient son corps. Entièrement nue, elle se leva doucement afin d’observer la vue que lui offrait généreusement sa fenêtre. La prêtresse l’ouvrit, laissant le vent caresser chaque parcelle de son être fragile. Cet effleurement était froid, ce qui déclencha une série de frissons chez la victime. Narya se dirigea gracieusement vers une immense armoire brune et elle y prit une longue robe noire. Après l’avoir enfilé avec délicatesse, une envie soudaine d’aller se balader dans sa cité l’envahit.

( …)

Ses pas dans la cité étaient lents, la prêtresse observait les gens qui étaient autour d’elle. Les marchés elfiques était un endroit bondé le matin, plus qu’aux autres moments de la journée. Étrangement, son peuple ne la fascinait pas comme habituellement. La prêtresse désirait voir quelque chose de différent. Peut-être qu’emprunter des ruelles peu passantes lui apporterait ce qu’elle recherche ? L’elfe partit donc en direction d’une ruelle suivit, bien évidemment, des deux gardes qui ne la quittent jamais. Les pas de Narya résonnaient dans le silence vide et pesant de la ruelle. Les cliquetis faits par les armures des deux soldats brisaient également le silence. Mis à part leurs pas respectif il n’y avait rien. Soudainement, des bruits de bagarre virent importuner l’ouïe de la prêtresse. Elle sût rapidement d’où elle venait puisqu’elle possédait une audition très développé. Les hommes s’adonnant à une bataille n’étaient pas bien loin. En quelques minutes de pas rapides, la femme de haut rang et les deux êtres argent y étaient.


-Arrêtez-moi ces voyous messiers !


Le dernier mot de cette phrase mourût sur la bouche de l’elfe et les deux soldats se précipitaient vers les hommes ayant engendrés un combat. Le seul qui fût épargné était un gamin aux yeux brillants par les larmes. Un représentant de l’armée elfique tenait les deux adolescents et l’autre tenait Eramos. Le regard de la prêtresse était dur, contrairement à son habitude de douceur naturelle.

Puis-je savoir ce que tout ceci veut dire ?

Le ton de la jeune femme était sévère et fort. Son regard passa rapidement sur les deux adolescents, mais il se termina sur Eramos. Pourquoi est-ce qu’un homme pouvait bien vouloir frapper deux êtres qui n’étaient que des enfants. Narya s’approcha doucement de lui, son regard soutenant le sien.

-Sir ?


La prêtresse s’adonna alors à la contemplation du visage de l’être humain qui se tenait maintenant à quelques centimètres de son visage. Il n’était pas vieux et il n’était pas jeune. Un juste milieu semblait exister. Cet être humain était un bel homme et le regard qui était pointé sur l’elfe à la chevelure de feu était magnifique. Ce fût le mot qui s’échappa de ses lèvres lorsque son regard émeraude était plongé dans celui de l’humain : ‘’Magnifique.’’ Peut-être un jours, cette fâcheuse tendance à se perdre dans ses pensées allait disparaître…
Revenir en haut Aller en bas
Eramos d'Irifuse
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 818
Métier : Vagabond
Age du personnage : 57
Alignement : Vigilant
Ennemis : « Chacun est l'ennemi de soi-même. » Anarchisis
Double Compte : Rangdor d'Irifuse

Feuille de personnage
Réputation: 1750
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Arrivée mouvementée et compagnie inattendue   Lun 7 Nov 2011 - 18:08

En moins de deux, les gardes de la femme elfe fut sur Eramos et les deux elfes. Tenant encore le jeune par le poignet, il reçu un mémorable revers de main en plein visage. Lâchant le jeune délinquant, Eramos ne riposta cependant pas contre la garde qui, savait-il, ne faisait qu'obéir aux ordres de sa supérieure. L'un deux empoigna Eramos durement, l'empêchant de bouger, encore une fois, il ne répliqua pas à l'agression. Malgré les apparences, il n'était pas là pour semer la pagaille. Un autre garde s'occupait des deux jeune elfes.

-Puis-je savoir ce que tout ceci veut dire ?, demanda la femme haut placée.

Personne ne répondu à la question qui resta en suspend. Les jeunes ne voulaient pas se ridiculiser, battus par un vieillard et, dans son cas, regarda que la prêtresse sans rien dire, un sourire poli au visage. La scène était quelque peu frustrante mais l'elfe à la tête des deux gardes resta calme, ce qui démontrait une grande sagesse chez elle. Eramos croisa enfin son regard.

-Sir ?

Une fois de plus il resta silencieux mais pas d'en l'intention de brimer l'autorité de la femme. En fait, il vu quelque chose briller dans son oeil lorsqu'elle le regarda. Il trouva au début étrange qu'elle le fixe ainsi mais peut-être savait-elle reconnaître la vraie intention des gens. Après tout, les elfes étaient beaucoup plus âgés que les humains et par définition possédait une plus grande expérience de la vie. Elle se libéra enfin de ses pensées et Eramos s'apprêta à amorcer la conversation quand le jeune tenant encore sa bourse s'avança vers son interlocutrice. D'une voix sans hésitation il prit parole.

-Première prêtresse, cette humain m'a sauvé de ces deux malfrats ! Sans lui, j'aurais mangé quelques coups et perdu les économies de ma maman. Laissez-le partir, je vous en prie.

Le jeune au poignet cassé s'agita dans les bras du garde du corps le tenant.

-Espèce de sale ramassis … Aïe !

Le garde avait resserré son étreinte, le faisant taire. Eramos sourit vers le jeune garçon et lui montra la rue d'un signe de tête.

-Va, ta mère doit t'attendre.

Le garde le tenant resserra aussi son emprise sur lui, lui arrachant un rictus de douleur mais ne broncha pas. Il fit un clin d'oeil au jeune demi-elfe qui fila après un hochement de tête vers l'inconnu en signe de remerciement.

-La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on. Peut-être pourrions-nous discuter dans un contexte moins violent, si madame la prêtresse le veut bien.

Ses mots avaient été prononcé avec grande humilité et respect. Eramos savait qu'il était en face d'une personnalité forte de la cité et il ne voulait pas gacher ses plans en si bon chemin.


_________________

« C'est des plus denses ténèbres que nait la plus plus pure des bontés. »
Eramos d'Irifuse dit le Cœur d'aigle, né le 2ème cycle de Ventusiar, Terrïa 6 de l'an 193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ildir.purforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée mouvementée et compagnie inattendue   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée mouvementée et compagnie inattendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivée mouvementée et compagnie inattendue
» Arrivée mouvementée
» Compagnie inattendue pour un temps indéterminé [PV Aleïsha & Jahia]
» Arrivée de la compagnie de bois doré et de ses compagnons
» La compagnie Gildan ira-t-elle en Haiti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-