Partagez | 
 

 En quête de découvertes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: En quête de découvertes   Ven 27 Avr 2012 - 3:23

Une belle journée s’annonçait. Le soleil levant distillait avec sagesse ses premiers rayons. La nuit avait laissé la neige régner en maîtresse et ce matin, le lac se trouvait entièrement gelé, à quelques exceptions près. L'immense lac reflétait les premiers rayon de l'astre du jour éblouissant tout imprudent qui viendrait à le regarder.
Cerrarë approcha d'un coin où l'eau était encore à l'état liquide. Il se regarda dans le reflet et s'aspergea le visage de cette eau. Malgré le fait qu'elle ne soit pas encore gelée, l'eau était glaciale et réveilla sèchement le Lycan. Au moins, il avait débarrassé son visage des impuretés et des poussières du voyage.
Cela ferait bientôt une semaine qu'il était partit de Thaodia pour rejoindre la cité de l'Aube afin d'y retrouver Eramos. Cette semaine se serait au final révélée plutôt tranquille, n'ayant eu qu'un petit groupe de brigands malhabiles à défaire.
Au loin, au sud de là, la mythique cité se dessinait parmi les nuages gris qui apportaient la neige tombant encore en petits flocons, petites étoiles de l'aube. Cerrarë contempla un instant un flocon échoué sur son manteau qui dessinait une étoile parfaite. Quelle était belle. Et qu'est ce qu'elle était éphémère... Toutes les plus belles choses de ce monde sont éphémères. A croire qu'il n'y a que les montagnes qui soient immortelles...
Le Lycan prit sa forme animale et parcourait les bords du lac, blanchis par la neige, sous les traits d'un puissant loup blanc au yeux brillants comme deux petites citrines. Les longs poils de la bête la protégeait du froid et c'est avec une vitesse déconcertante qu'il faisait le tour de l'étendue gelée.. A cette allure, il serait arrivé dans la cité dans quelques heures. Il profiterait du gîte et des couverts d'une auberge avant d'aller trouver Eramos. Mais les loups n'étaient pas les bienvenus ici, et Cerrarë préférait profiter du fait que le lac était désert pour faire courir Anfauglir. Pour libérer la bête.

En lui, il sentait son démon lupin, Anfauglir renaître. Courir à travers ces vastes étendues sauvages et immaculées était un tel soulagement, un tel bonheur pour le loup qui n'avait vécu pareil moment depuis au bas mot cent quatre-vingt quatorze années. Presque deux siècles que le démon avait passé enfermé, incapable de quoi que ce soit, incapable de se réveiller, de se révéler à Cerrarë. Alors aujourd'hui, quand il s'était levé, le chasseur avait décidé de prendre sa forme lupine, malgré la dangerosité du territoire pour pareille créature, pareille "monstre" comme ils les appelaient.
La neige retenait délicatement les pattes du loup, craquant à leur contact, le faisant sauter pour se libérer du blanc manteau. Le soleil mettait en valeur l'éclatante blancheur du pelage du loup qui se confondait à la perfection sur l'immaculé manteau neigeux qui recouvrait le sol. Ce sont des petits moments comme ceux là que les deux âmes aimaient à partager. Seules, sans spectateur indésirable. Le bonheur de la liberté la plus totale. Combien de tour avait il pu faire autour du lac ? A présent, ils l'ignoraient, courant inlassablement autour du lac, mais Cerrarë ne laisserait le démon courir encore que quelques instants. Il faudrait bientôt reprendre la route, par la bipédie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Ven 27 Avr 2012 - 18:42

La neige avait enveloppé la vaste terre d’Ephaëlya sous un long manteau blanc. Le soleil éblouissait ces contrées toutes transformées. Par ce froid, je pensais revoir un peu ma tribu de Nord Bois. Avec une neige aussi épaisse, les enfants de mon clan doivent s’amuser en toute innocence. Je souris en pensant au vieux Rainos qui doit se préparer une soupe de poulet chaude pour ne pas attraper froid.

J’aurais pu passer saluer mon clan et partager un bol de soupe avec Rainos. Mais je me suis contenté de suivre ma route. Je n’ai pas donné signe de vie aux miens depuis près de 3 ans, durant toutes ces années j’ai voyagé en Angaïla et en Oryenna afin de me familiariser avec l’étrange civilisation des bipèdes. Mais aussi pour espérer découvrir qui ai-je été autrefois.


Je ne cesse d’être hanté par des rêves aussi incompréhensibles que violents. Rainos m’avait expliqué que lors de la première lune. Notre corps est soumis brutalement à l’esprit du loup, ceci à parfois des répercussions comme une amnésie par exemple. Pourquoi ai-je oublié qui été mon père ou ma mère ?

Des flocons de neige commencent à tomber, certains semblent redonner la beauté d’en temps aux arbres morts de la Forêt des Sanglots. Lorsque je m’y promenais autrefois, cette forêt me donner un profond sentiment de mélancolie. Mais à cet instant, voir ainsi ces arbres revivre impose une ambiance poétique sur les terres lycans.
J’ai atteint Oryenna en une semaine, je vais sans doute devoir chasser. Le Lac de l’Aube gelé, semble refléter la beauté du ciel et du soleil. Je sens en moi l’envie de chasser sous ma forme bestiale. Je prépare le campement pour ce soir et un feu. Après ça, je laisse court à ma fougue et laisse le loup en moi sortir. Je peux sentir le vent glacial sur ma fourrure blanche se mêlant à la blancheur du sol enneigé, mon énergie me guide vers la Forêt du Crépuscule, où je trouverais une proie de choix.

La neige craque doucement sous mes pattes, la soulevant délicatement. Un lièvre se tient non loin de là, craintif et cherchant à se repaitre des baies sauvages. Je m’approche doucement, sentant mon instinct me taquiner sur la façon dont je dois tuer cette misérable proie. Dois-je faire durer le plaisir et lui laisser une marge d’avance ou bien lui bondir dessus et savourer son sang qui coulera dans ma bouche ? Je choisis de ne lui laisser aucune chance à ma victime et lui ôte la vie d’un puissant coup de mâchoire à la gorge. Peu à peu le lièvre se meurt entre mes crocs.

Pour fêter cette victoire, je chante ce chant commun à tous les lycans et craint des hommes. Je rapporte le lièvre vers mon campement. C’est alors que j’entrevois une silhouette canidé non loin du Lac de l’Aube. Je lâche ma proie, ma curiosité m’oblige à m’approcher avec méfiance bien sûr. Que fais un loup errant par ici ?
Je m’approche doucement de ce loup, les oreilles en arrière et prêt à bondir si ce dernier se montre agressif. Néanmoins en voyant son pelage similaire au mien et son regard calme plongé dans le mien. Je me sens étrangement étonné de cette rencontre ? Je me demande intérieurement : Qui es-tu donc étranger ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Sam 28 Avr 2012 - 3:20

Anfauglir avait stoppé net sa course. Un autre loup était apparu, le pelage d'un blanc similaire à celui de ce dernier. Il le regardait dans les yeux, surpris. Surpris d'avoir été surpris. Et surpris de trouver un Lycan en ces terres. Il s'approcha doucement de ce dernier, remuant la queue en signe de non-agressivité.
Les deux yeux du Lycan n'affichaient pas la même couleur. L'un était d'un rouge sanglant. A l’intérieur semblait y brûler un brasero infernal, les flammes du combat et de la violence. Alors que l'autre d'un vert pur, semblait refléter la bonté, la pureté et la force tranquille.
Anfauglir n'était pas tranquille lui. Il commençait à brûler intérieurement, Cerrarë le sentait. Il sentait les flammes du démon s'attiser sur les braises de la destruction. Il sentait le ciel enneigé s'obscurcir de noirs nuages, cachant définitivement les étoiles du ciel alors que la lune revêtait un manteau écarlate. Quelle était cette réaction ? Pourquoi était il tellement sur la défensive ?
Quoi qu'il en soit, le chasseur devait reprendre le contrôle sans perdre sa forme lupine. Cette épreuve lui était encore compliquée du fait du peu de temps d'apprentissage dont il avait bénéficié depuis sa morsure.
Mais après tout, il fallait bien qu'il apprenne à maîtriser sa forme de loup.
Le Lycan se concentra et prit lentement le contrôle, sentant ses oreilles rapetisser, ou ses griffes disparaître. Par moment, il cru qu'il était nu, devant l'autre. Finalement, Cerrarë se retrouva au commandes. Anfauglir était retourné à ses lourdes chaines qui le garderaient prisonnier jusqu'à son prochain appel.

Dans un long hurlement, il tenta d'entrer en contacte avec le loup qui se trouvait en face de lui.

-Qui es tu ? Que viens tu faire en ces terres ? Tu sembles bien loin de ta meute, bien égaré des tiens.

Méfiant mais calme, il s'approcha à une distance respectable de l'inconnu. Il le considérait sans arrière pensée, sans réflexion belliqueuse. De quelle meute pouvait il bien provenir ? Le chasseur n'en avait aucune idée, mais aussi loin de ses terres, le Lycan était venu chercher quelques chose de précis, c'en était obligé.
Quoi qu'il en était, l'autre ne semblait pas agressif non plus. Ses oreilles rabattues vers l'arrière indiquait sa méfiance, il état sur la défensive. Son pelage blanc était légèrement hérissé.

-Je ne te veux aucun mal, l'ami. Poursuivit-il dans un grognement amical.

Les Lycans avaient cette faculté à se comprendre instinctivement. Certaine appelaient cela de la télépathie. Il n'en était rien. Ils avaient beau être différents, tous les deux pouvaient se comprendre sans peine en saisissant les expression dans le regard, dans les attitudes, les mimiques de la gueule...
Ainsi, chaque loup, quelque soit son sang, quelque soit sa meute pouvait toujours engager la conversation avec un autre Lycan inconnu.


Dernière édition par Cerrarë Kel'Alanör le Sam 28 Avr 2012 - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Sam 28 Avr 2012 - 14:12

-Qui es tu ? Que viens tu faire en ces terres ? Tu sembles bien loin de ta meute, bien égaré des tiens.

La voix du loup résonne dans ma tête. Qui suis-je ? En général, c’est plutôt moi qui me pose ce genre de question. Je sais où mes pas me porteront à l’avenir, mais j’ignore d’où je viens. C’est alors, que je sens l’inquiétude et l’angoisse tarauder mon interlocuteur. Mon instinct me met en garde, il semble en proie à quelque chose de néfaste. Mes griffes sortent, mon dos se courbent et mes oreilles se mettent en arrière. Dès le moindre signe agressif, je serais prêt.

Mais peu à peu, je sens l’apaisement le gagner. Ses yeux, d’un bleu aussi froid que la glace recouvrant le Lac de l'Aube, me regardent avec une certaine sympathie. Devant un tel regard, ma méfiance semble s’effacer. Je n’ai aucune envie, ni aucune raison de me battre avec lui. Je n’y trouverais nul intérêt et satisfaction. J'entends de nouveau la voix de mon inconnu, cette fois elle est plus douce et apaisante :

-Je ne te veux aucun mal, l'ami. Poursuivit-il dans un grognement amical.

Ami ? Durant ces trois années je suis assez surpris de rencontrer un autre lycan. Pas un appartenant à une meute non, mais un loup maître de son destin et qui a ses propres ambitions. Nous n’avons échangé à peine un regard et pourtant, nous avons l’air si semblables lui et moi. Et ce dernier me nomme ami ? Moi qui suis si habitué à la solitude, je suis au final content de cette rencontre. Mes oreilles se redressent et je donne une lèche sur la truffe humide à mon interlocuteur en signe d’amitié et de respect. Je le regarde de mes yeux vairons avec sympathie. Puis je lui dis d’un ton amical bien qu’hésitant:

-Je… Je me nomme Ionos, sir lycan. Je suis comme toi, un loup vagabondant selon ses envies.

Mon interlocuteur continue de me regarder, attentif à mes mots. L'ambiance est devenu plus saine et chaleureuse. Bien que je ne crois pas réellement au destin, je me dis qu’il serait dommage de ne pas nouer contact avec cet homme loup. Qui sait, un peu de compagnie amicale ne me fera pas de mal. Je suis assez las d’être en tête à tête avec moi-même. Je décide de lui témoigner un peu plus de bienveillance en lui proposant :

- Si tu le désires, j’ai attrapé un lièvre suffisamment gros pour deux personnes. Il est plus agréable de discuter en toute sérénité autour d’un bon repas. N’y vois aucune vile intention de ma part, mais puis-je savoir ton nom ? Ce serait plus poli que de te nommer étranger sans cesse, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Dim 29 Avr 2012 - 18:50

Sir ? Un sourire se dessina sur sa gueule. Allons, il n'avait pas été adoubé qu'il sache ! Rien ne justifiait un tel titre pour le chasseur. Hormis son rang de Second de la meute Croc Noir, peut être, mais visiblement, le Lycan l'ignorait. Néanmoins, l'étranger lui paraissait sympathique, amical et... Il lui ressemblait un peu. Il était avide de solitude, préférant parcourir le monde accompagné simplement du vent, du soleil et de la lune, chérissant la pluie, et rêvant avec les étoiles. Le Lycan dénommé Ionos l'invita à partager le fruit de sa chasse, un lièvre bien gras qui avait la gorge sectionnée nettement et proprement, un peu de sang y coulant encore, et lui demanda son nom. Un peu de courtoisie ne ferait pas de mal, et comme lui aimait à savoir le nom de la personne à qui il s'adressait, il trouvait ça tout aussi normal de donner le sien au Lycan aux yeux vairons. La politesse était une vertu importante aux yeux du Lycan. Surement un héritage de son passage à Drack.
Le loup émit un nouveau grognement, toujours emprunt de calme et de paix.

-Je me nomme Cerrarë. Et oublie toute formule hiérarchique avec moi. La prochaine fois que tu prononce le mot 'Sir' tu t'en voudras toute ta vie ! Un rictus déforma à nouveau sa gueule. Le Lycan n'aimait pas ce genre de titre, souvent utilisés de facon hypocrite, et ce même s'il ne doutait pas de la franchise de son interlocuteur. Mais je ne pense pas que nous soyons solitaires pour les mêmes raisons. D'ailleurs, je me demande même si l'on peut dire que je suis solitaire. Mais nous parlerons de tout cela plus tard, c'est avec joie que j'accepte ta proposition.

Une proposition en soi plutôt rare. Car rares étaient les chasseurs qui acceptaient de partager leur butin. A la manière d'un pirate, les chasseurs chérissaient leur pêche, surtout quand elle était bonne, et s'en réservaient la propriété. Mais encore plus rares étaient les chasseurs proposant à un inconnu leur gibier. Mais le Lycan avait accepté la proposition, n'oubliant pas certaines règles de politesse élémentaire qui intimait que l'on ne refuse sous aucun prétexte un cadeau, et ce repas sonnait comme tel. De plus, cela éviterait à Cerrarë de chasser sur ses terres où ils seraient chassés.
Seulement, avant de rallier le camps d'Ionos, il lui faudrait aller chercher ses effets personnels sur son campement.
Il s'adressa donc à nouveau au Lycan d'un grognement clair et autoritaire.

-Peux tu me dire où se trouve ton campement ? Je dois aller chercher mes affaires, qui sont restées au miens. Je le rejoindrais d'ici peu. J'arriverais probablement avant même que tu n'y soit revenu.

Un sourire déforma ses babines et le Lycan fit quelques pas en arrière, montrant à son congénère qu'il partirait sans lui. Après tout, qu'aurait il eu à gagner à l'accompagner à son campement ? Il y retournait pour prendre ses affaires. Il n'y avait rien d’intéressant à y voir et le chasseur ne désirait réellement pas dévoiler son campement ainsi à nu, voyant chacun d'eux comme une part de son travail, une intimité qu'il cherchait à protéger.

-Je t'écoute Ionos. Je connais les plaines d'Oryenna. J'y ai souvent voyagé. Elles n'ont plus aucun secret pour moi, je trouverais rapidement la piste de ton campement.

Il était arrivé souvent que le chasseur doive passer par les terres des hommes. Avant, cela ne posait aucun problème, de part son sang mêlé il n'avait pas un visage d'elfe mais restait incapable de se transformer. Aujourd'hui, le loup pouvait se réveiller, n'importe quand, n'importe où, et les hommes n'aimaient guère la présence de Lycans sur leurs terres. Il faudrait être vigilent, et ne pas emprunter les grands axes, préférer les petits sentiers, couper à travers les bois...
Eviter les hommes. A tout prix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Lun 30 Avr 2012 - 0:22

-Je me nomme Cerrarë. Et oublie toute formule hiérarchique avec moi. La prochaine fois que tu prononce le mot 'Sir' tu t'en voudras toute ta vie !

Me répondit mon interlocuteur. Ce dit Cerrarë, semble être un lycan goutant à la simplicité et sa franchise m'est plutôt agréable. Soit, je me contenterais de Cerrarë. Je réponds à son sourire d'un grognement amicale et le laisse continuer.

-Mais je ne pense pas que nous soyons solitaires pour les mêmes raisons. D'ailleurs, je me demande même si l'on peut dire que je suis solitaire. Mais nous parlerons de tout cela plus tard, c'est avec joie que j'accepte ta proposition.

Que de mystères semblent entourer cet intriguant Cerrarë. Pourtant ma curiosité ne semblae pas rassasiée après avoir entendu ce lycan parlé un peu des raisons de notre vagabondage. mais est il vraiment un vagabond comme moi ? Malgré tout, je suis très heureux de pouvoir partager mon repas avec cet individu, si amical à mon égard. Et qui sait, peut être avons nous quelque chose à apprendre de l’autre.

-Peux tu me dire où se trouve ton campement ? Je dois aller chercher mes affaires, qui sont restées au miens. Je le rejoindrais d'ici peu. J'arriverais probablement avant même que tu n'y soit revenu.

Il est évident que nous ne dégusterions pas ce civet dans nos formes animales respectives. De plus, l’idée de discuter avec ce lycan complètement nu bien qu’amusante, ne soit pas des plus appropriée ! Je ne tenais pas non plus à violer l’intimité de Cerrarë en l’accompagnant jusqu’à son campement. Ce serait lui manquer de respect. Il me dit alors d’un ton plus dominateur :

-Je t'écoute Ionos. Je connais les plaines d'Oryenna. J'y ai souvent voyagé. Elles n'ont plus aucun secret pour moi, je trouverais rapidement la piste de ton campement.

Je fus surpris de cette remarque. Lui, un fin connaisseur des terres d’Orennya ? Décidément, le lycan Cerrarë semble encore être entouré d'une brume énigmatique. Ceci accentue ma curiosité sur ce sympathique Cerrarë. Je tourne ma tête vers l’orée de la forêt du crépuscule et lui réponds d’un ton calme :

- Mon campement se trouve à l’orée de la forêt. Ce n'est pas très loin d'ici. Je me suis dit que de nuit et par ce temps, le lac de l’aube doit être magnifique à contempler sous une nuit étoilée.

Cerrarë penche la tête un peu surpris, mais je sentais qu'il semblait plutôt amusé par mon envolé lyrique. Gêné par mon propre lyrisme, je réponds d’un ton maladroit :

-Hum… enfin je penses que tu vois… Bon je vais attendre patiemment ton retour Cerrarë…


Je salue le lycanthrope et me dirige vers mon campement en longeant le lac de l’aube, semblable à un miroir de diamant. Lorsque j’atteins mon bivouac, je sens un sentiment d’apaisement et de sérénité m’envahir petit à petit. Ma forme de loup disparait peu à peu, mes poils se raccourcissent et mes griffes ainsi que mes crocs disparaissent. Je peux de nouveau sentir le froid glacial sur ma peau rose. J’enfile alors mon armure de cuir et mon chaud long manteau rouge, il serait désagréable de m’en-rhumée pour accueillir un invité.

Il me reste encore un peu de temps avant la venue de l’amical Cerrarë. Je prépare un feu de camp, puis déshabille le lièvre de sa peau. Peut-être pourrais-je la vendre à la cité d’Aurore dont j’ai ouïe dire les mérites d’une ville humaine sans vice. Mais peut-être n’est ce qu’hypocrisie camouflée dans un voile de corruption et de vice. Je pense que Cerrarë pourrait m’en apprendre sur cette intrigante cité, s’il le souhaite. J’embroche l’appétissant civet sur la broche, l’enduit de fines herbes épicées. La graisse s’écoule de l’animal et un fumet parfumé enivre mes narines.

Je m’assoie sur une pierre froide non loin du feu et tourna lentement la broche. La nuit allait bientôt jeter son long voile étoilé. Mais cette fois, je ne serais pas seul. Je me dis à moi-même d’un ton amusé :

« Je me demande si Cerrarë désirera boire un peu de vin avec le repas ? Il doit m'en rester un peu je crois...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Mar 1 Mai 2012 - 20:52

-Effectivement, si c'est un bon vin, j'en prendrais bien. Comme l'ours à la bière, le lapin au vin est un délice !

Il n'avait pas fallu longtemps à Cerrarë pour rejoindre son camp. Il avait récupéré ses affaires, sa longues cape doublée de fourrure, son haubert de cuir noir, sa cotte de maille qu'il cachait dessous, ses lames qu'il mit avec sa ceinture et le reste dans un grand sac qu'il porta en bandoulière, ainsi que son arc et son carquois, refermé par une petite lanière de cuir, empêchant ainsi les flèches de tomber durant la course.
Il avait prit sa forme lupine et partit en direction du point que lui avait indiqué Ionos au pas de course.
Arrivé rapidement sur les lieux, le campement désert, le chasseur partit se vêtir à l'orée du bois, à l'abris des regards indiscrets. Rapidement, il avait enfilé ce que, quelques minutes auparavant, il avait entassé dans son sac, maintenant caché sous sa longue cape.
Une fois vêtu il était ressortit du bois, trouvant Ionos au coin du feu, assit sur une pierre. Il faisait cuir le lapin qu'il avait capturé plutôt.

Ionos avait eu un leger sursaut à l'approche du Lycan qui était sortit des bois comme une apparition, ses longs habits d'un noir de geai tranchant nettement avec la blancheur du paysage. Un sourire amusé était apparu sur ses lèvres et il avait regardé le Lycan, intéressé de sa réaction avant de porter son regard du le lac de l'aube.
Devant eux, malgré une certaine distance, le lac apparaissait toujours, miroitant sous le couché d'un soleil pourpre. Partout autour, l'opale dominait, hormis autour du feu, où la chaleur avait fait fondre la couche de neige pour révéler une verdure absente. Quelques jeunes pousses tentaient timidement de sortir de terre, mais la neige les avait refroidit et le sol, dur comme un roc à cause de la chute de température, ne permettrait pas une repousse aussi belle que celle qu'il avait vu l'an dernier. Mais même privée de sa manteau herbeux, Oryenna restait magnifique et le resterait.

-Le lac de l'aube fait partit des merveilles de ce monde. Si l'endroit ne nous était pas aussi hostile, cela ferait bien longtemps que je me serais installé sur les berges. Mais la vie est ainsi faite et je me plais où je suis.

Sur le feu, une broche sur laquelle était embroché le dodu lapin exhalait une odeur appétissante. La graisse qui s'écoule lentement du gibier fait frémir les flammes et provoque un bruit caractéristique, celui du bon repas à venir.
Le chasseur s’assoit à même le sol gelé, sur sa chaude et épaisse cape, face à son hôte d'un soir, regardant avec appétit le met qui dorait rapidement, agrémenté de quelques herbes qu'avait du rajouter Ionos. Pour le goût surement.
Cerrarë leva les yeux vers le Lycan, occupé à retourner le met, et lui demanda :

-Si tu le permets... Je peux te tutoyer ? Dit-il, interrompant sa première idée. J'aimerais savoir pourquoi tu viens vagabonder par ici. En oubliant Màvreah, ces terres sont certainement les plus hostiles envers notre race. Que viens tu y chercher ? C'est une simple curiosité, ne vois aucune mauvaise intention dans ces propos...


Dernière édition par Cerrarë Kel'Alanör le Mer 2 Mai 2012 - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Mer 2 Mai 2012 - 14:07

-Si tu le permets... Je peux te tutoyer ?

Me demande Cerrarë tandis que je tourne le lièvre sur la broche, dégoulinant de graisse et que le fumet aromatisé aux herbes enivre nos narines. Sans quitter des yeux notre repas, j’écoute attentivement mon invité :

-J'aimerais savoir pourquoi tu viens vagabonder par ici. En oubliant Màvreah, ces terres sont certainement les plus hostiles envers notre race. Que viens tu y chercher ? C'est une simple curiosité, ne vois aucune mauvaises intentions dans ces propos...

Je devais me douter que la curiosité de Cerrarë envers ma personne le pousserait à en savoir d’avantage sur son hôte. Sa question, bien que posé en toute sincérité et sans vils sous entendus, me fait l’effet d’une lame flamberge enfoncée avec force dans la poitrine. Pourquoi quitter les miens et me risquer ainsi chez les bipèdes où j’ai appris à connaitre leurs mauvais penchants ? Bien que ce lycan au regard d’acier m’est sympathique, je ne lui fais pas encore confiance pour lui parler de « mon but ». Néanmoins je ne peux lui mentir me ferait du mal face à quelqu’un d’aussi amical.

Je ne raconterai pas tout ce qui me motive à risquer ma peau chez les humains, mais je m’ouvrirai un peu à lui. Parce qu’il pourrait être le premier ami que je croise après 3 ans de solitude. Je lève les yeux du repas et sans arrêter de tourner la broche, je le regarde et lui affirme d’un ton bienséant :

-Ma famille est celle de Nord Bois. Nous pensons qu’il faut montrer aux bipèdes que nous, les lycans, ne sommes pas des monstres assoiffés de sang comme ces égocentriques vampires. J’ai fréquenté les humains assez longtemps pour voire combien ils sont égoïstes. Seule la guerre arrive à les rapprocher et à les unir. Leur bêtise est telle qu’elle en est presque drôle.

Je marque une pause, Cerrarë toujours attentif à mes paroles. Je reprends alors d’un ton plus calme :

-Mais j’admire cette race. Ils ont des défauts certes, mais c’est un peuple fier et fort. Je ne peux comprendre pourquoi ils s’en prennent aux nôtres, mais en même temps j’admire leur témérité face à l’adversité. J’ai décidé de ne pas être celui qui les tuera par vengeance, ce serait de l’hypocrisie. J’ai bon espoir que peut-être les lycans seront acceptés par les bipèdes.

J’arrête un bref instant de tourner l’appétissant civet et regarde Cerrarë dans les yeux et lui avoue du même ton :

-Néanmoins je ne pense pas que ce soit à moi de changer l’opinion des humains vis-à-vis des nôtres. Pour ma part, j’ai quelque chose de plus… disons, personnel à régler. Ça doit faire 3 ans que je voyage loin de ma meute. Bien qu’elle me manque, je vois dans mon périple une épreuve initiatique.

Le civet, d’une couleur dorée et à l’arôme alléchant, est enfin prêt à la dégustation. Je découpe l’animal et des tendres morceaux de viande viennent tomber dans la première assiette. Une fois remplie, je la tends à Cerrarë. Je remplis une coupe de vin et à lui tend. Après mettre servi en lapin et en vin, je demande à mon ami d’un ton cordial :

-J’espère avoir satisfait ta curiosité sur ce point. Mais dis moi, avant que nous trinquions et mangions, qu’en est-il de toi ? Que fais-tu en ces terres que tu juges si peu accueillantes envers notre peuple ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Ven 4 Mai 2012 - 2:20

Ainsi donc, le jeune Lycan voyageait loin de sa meute délibérément. C'était un choix qui se respectait pour Cerrarë. Lui même avait vécu près d'un siècle loin de tout, loin d'une meute, loin d'une famille. Mais ainsi exilé, on peut en oublier certains attributs naturels des Lycans, comme celui de vivre en meute. Que peuvent rechercher les Lycans sans meute, vagabondant seuls ? Rien d’intéressant conclut intérieurement le chasseur.
Ionos était de ces Lycans pacifiques, la tribu de Nord-Bois n'était pas réputé pour sa violence. Réconcilier Lycans et Humains... Une noble initiative, certes. Mais vouée à l'échec, d'un coté comme de l'autre.
Ni les loups, ni les hommes n'accepterons d'être traités comme des égaux vis à vis de l'autre. Personne n'accepterait de mettre un peu d'eau dans son vin.
Enfin, il n'était pas important de réfléchir à cela. Tout ce qu'avait dit le jeune Lycan était sans importance. Hormis cet aveu...
Il était là pour régler quelque chose de... Personnel comme il l'avait qualifié.

Le gibier embaumait délicatement l'air ambiant et le chasseur salivait de plaisir devant pareille odeur, pareille invitation au régal, devant pareille vision. Le lapin avait à présent prit les couleurs propres aux viandes blanches une fois délicatement cuites. Les fines herbes qui recouvraient le corps du défunt animal ajoutait une note savoureuse et subtile. Ce Lycan avait de réels talents de cuisinier.

Ionos tendit à Cerrarë une assiette, faite d'une sorte de pierre qui semble particulièrement résistante, dans laquelle plusieurs morceaux de lapin étaient disposés, et une coupe de vin. Cerrarë attendit que son hôte se serve pour trinquer avec ce dernier mais une question vint troubler le chasseur.

-J’espère avoir satisfait ta curiosité sur ce point. Mais dis moi, avant que nous trinquions et mangions, qu’en est-il de toi ? Que fais-tu en ces terres que tu juges si peu accueillantes envers notre peuple ?

L’Équilibre était un ordre secret, et même s'il ne doutait pas de la franche sympathie et de la compréhension du jeune Lycan, il fallait mieux que cela ne se sache pas. Il risquerait de la trahir une fois dans la ville, sans le vouloir, inconsciemment. Ainsi lui répondit il franchement...

-Je fais partit de la meute de Croc-Noir, dirigée par Nina Knywett, dont je suis le second. C'est grossièrement tout ce qui peux te révéler utile. Mes intentions sur le 'pourquoi je viens ici' ne peuvent malheureusement pas t'être dévoilée, l'ami. La seule chose que je peux te révéler est que l'on m'attend dans la cité de l'aurore. Et qu'il me reste un jour avant que je ne doive me présenter à mon rendre-vous.

Le Lycan regarda vers le ciel. Le soleil approchait de son firmament, et le message d'Eramos lui indiquait clairement qu'il lui faudrait attendre le firmament pour commencer sa mission. Ainsi pourrait il rester vingt quatre heures auprès de son nouveau compagnon.
La neige se calmait et le soleil reprenait ses droits, perçant au travers les blancs nuages. Oryenna possédait probablement certains lieux magiques comme l'était le lac de l'aube qui portait bien son nom. A l'aube, le soleil vient y faire miroiter ses rayons naissant, ce qui provoque sur le lac, une danse des plus belles couleurs de la création. Les hommes jouissaient d'un terrain somptueux, mais au fond, Cerrarë n'aimait pas les Bipèdes. Nus. Belliqueux. Courant à leur perte.
Mais au fond, ses intentions, ses plus intimes convictions n'étaient que de faire régner l'ordre ainsi qu'il se le représentait sur tous les territoires où il pouvait agir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Ven 4 Mai 2012 - 19:42

A ces mots, j'avais peur d'avoir enfreint une certaine limite à l'intimité de Cerrarë, d'avoir que trop abuser de ma curiosité. Je décide de ne plus importuner mon ami lycan sur ses secrets.

Inconsciemment, j'ai l'impression que l'un comme l'autre, nous ne désirons pas dépasser la frontière de notre intimité. C'est comme si nous nous contemplons tout en préservant nos secrets. Je découpe quelques tranches de lapin fumantes au sommet de mon assiette, la pose sur mes genoux et remplit mon gobelet de vin et affirme à Cerrarë d'un ton chaleureux:

-Qu'il en soit ainsi Cerrarë. Ce soir nous ne sommes plus des lycans de tribu adverses, mais deux amis festoyant et buvant. Sur ce je te souhaite bonne appétit mon ami et à ta santé!

Ce premier repas en compagnie d'un ami fut des plus agréable. Cerrarë et moi racontons certaines de nos
anecdotes ou exploits. Sans chercher à prouver notre supériorité par rapport à l'autre, juste par simple amusement et aussi par curiosité. Parfois je lui parle un peu des miens et de Rainos, mon père spirituelle. Je sens mon cœur se serrer, car dans ces moments la, je pense au nombre incalculable de fois où j'aurais aimé sentir les bras de mes vrais parents. A quoi ressemblai ma mère et que faisait mon père ?

J'ai eu beaucoup de chances de tomber sur la meute de Nord Bois, je n'échangerais pour rien au monde les moments que j'y ai passé.

Rainos bien qu'il soit grincheux m'a élevé avec attention et les autres lycans de la meute m'avait accepté . L'éducation que j'ai reçu, la chasse... J'aurais pu m'installer et former une famille. Mais ces cauchemars m'en empêchaient, je dois savoir d'où je viens.

C'est sans aucun doute futile de ma part, mais en suivant ma route. Peut être recroiserais je mes parents? Je m'accroche à cet idée, comme un naufragé à un bout de planche. Malheureusement, j'ai aussi peur de la réaction qu'il pourrait avoir s'ils apprennent que leur fils est un lycan.


Mais je décide de laisser ma mélancolie de côté pour ce soir et de profiter de la gaieté de mon nouvel ami. C'est qu'il a bon appétit ! Je fouille dans mon sac à victuailles et lui tend un morceau de pain :

-Ce sera plus pratique pour saucer le fond de ton assiette non ?

En guise de dessert je peux lui proposer une pomme s'il a encore faim.


Dernière édition par Ionos Selherand le Mar 8 Mai 2012 - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Mar 8 Mai 2012 - 17:03

Le repas se termina dans le silence. Les deux Lycans avaient partagé quelques unes de leurs aventures, quelques anecdotes et ils s'étaient rapprochés par la force des choses.
Cerrarë voyait en ce Lycan le compagnon de route idéal pour finir le voyage qu'il avait entreprit jusqu'à la cité de l'aurore. Puisque leurs destinations étaient sensiblement la même, ils continueraient leur bout de chemin ensemble, jusqu'à ce qu'ils doivent se séparer.
Le repas avait été un régal. Du lapin ne restait plus que quelques os carbonisés qui gisaient dans le feu fatigué. Ionos lui avait proposé une pomme en guise de dessert mais le chasseur avait poliment refusé. La viande. Pour Cerrarë, et encore plus depuis qu'il avait été mordu, la viande représentait sa seule nourriture. Il faisait quelques exceptions de temps en temps mais elles restaient rares.
Le repas était resté bercé par un silence presque religieux, entrecoupé des os déchirés, des muscles découpés et du vin qui coulait dans les verres. Aucun mot n'avait filtré hormis quand le Lycan aux yeux vairons avait proposé à Cerrarë un morceau de pain qu'il avait accepté.

Une fois son assiette terminée, le chasseur se leva, remerciant son hôte.

-Je te remercie de ton accueil, Ionos. Mais sache que je ne suis pas l'ennemi de ta meute. Je ne juge pas un Lycan sur sa meute.

Il adressa un franc sourire à son interlocuteur avant de marcher vers la forêt.

-Je reprends ma route sur le champs Ionos. Si tu souhaites me suivre, je ne m'y opposerais pas, sinon, je te souhaite bon courage pour la suite de ton voyage. Puisses tu trouver ce que tu es venu chercher ici.

Il faisait toujours dos à son hôte, regardant avec passion le lac qui s'étendait au loin. Il lança un regard vers la merveilleuse cité de l'aurore qui se dessinait au loin. il n'en était plus très loin et aurait rallier son lieu de destination à temps s'il partait maintenant. L’Équilibre n'attendrait pas.
Il fit quelques pas dans la neige, prit son sac au passage, et fit un signe d'au revoir à Ionos.

-Nous nous reverrons jeune homme...


HRP :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En quête de découvertes   Jeu 10 Mai 2012 - 19:52

Après ce repas frugal, je nettoie les couverts et plats. Ce premier repas en compagnie d'un camarade a été véritablement plaisant. Ça me change de mes soirées en solitaire et Cerrarë est quelqu'un d'agréable. Il a beau avoir ses secrets, je l'apprécie beaucoup. Et en ce monde, qui n'a pas de secrets? Alors que je range mes affaires dans mon sac, mon ami m'affirme d'un ton chaleureux:

-Nous nous reverrons jeune homme...

Il était en effet plus que temps l'un pour l'autre de reprendre notre route. Cerrarë a des obligations et j'ai les miennes. Nous pouvons faire route ensemble, mais au final nous ne nous reverrons peut être plus. Au fond de moi, je ne désire pas que nous nous séparions aussi brutalement. Manger à ses côtés et raconter quelques contes de nos périples.

Je prends la décision de l'accompagner jusqu'à la cité d'Aurore, de toute façon c'est ma destination et la faire avec Cerrarë ne me fera que plus plaisir. Bien qu'il semble prendre un peu d'avance et que je peine à le suivre. Mon instinct est aussi persuadé que ma route croisera de nouveau celle de Cerrarë, alors que je marche derrière lui j'ai une drôle d'impression en le regardant de dos. Il semble plus grand et dégage une aura à la fois triste et mystérieuse.

Quel que soit son histoire je me demande encore ce qui semble nous rapprocher, un sentiment étrange m'envahit depuis que je l'ai rencontré. Je me sens si triste et ennuyé de le voir partir. Mais peut être est ce ça, l'amitié. Puisse l'avenir t'être favorable Cerrarë Kel'Alanör et Reste maître de tes propres ambitions.

Ce jour-là je Cerrarë devint un ami, peut-être pas celui auquel je m'attendais mais le vie est comme ça. J'attendrais te partager un repas ou une pinte avec grande impatience.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En quête de découvertes   

Revenir en haut Aller en bas
 

En quête de découvertes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]
» [bureau d'Ambre] Découvertes fâcheuses (pv Ange et Carna)
» Quatrième chapitre ; Course poursuite, découvertes et drames.
» Lianes et découvertes [Zéphyr]
» Les grandes découvertes ne se font jamais seul [Fury, Neigy, Fumy, Aigly]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-