Partagez | 
 

 Dante McAllister [MAJ Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante McAllister
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 71
Métier : Peintre/Mercenaire
Age du personnage : 282
Alignement : Chaotique neutre
Ennemis : Mes propres démons
Double Compte : Daniel L.Bryngrim

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Dante McAllister [MAJ Validée]   Dim 27 Oct 2013 - 22:19


Préambule  
Du personnage


Prénom & nom : Dante McAllister
Sexe : Masculin
Âge du personnage : 278
Race : Vampire
Meute/Tribu (pour les lycans/centaures) :

Compétence magique ? (Oui/Non) : Oui

Description
Physique




Dante est un homme d'une ambiguïté prononcée, cela se remarque dans son caractère mais également dans son physique. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix, son imposante musculature en fait un mastodonte terrifiant. Des muscles saillants, un corps sculpté par la guerre, la violence, l'envie de devenir une arme. C'est ainsi que le vampire s'est forgé, similaire à une lame affûtée qui taille la chair de ceux qui l'approchent d'un peu trop près. En réalité cette masse imposante est capable d'une douceur insoupçonnée, comme si ce corps n'était qu'un vaste fluide changeant prêt à s'adapter à toutes les situations. Si ses mains peuvent enserrer votre nuque puis la briser, elles peuvent également vous enlacer pour une valse endiablée. Si ses jambes semblent râblées, elles n'en sont pas moins longues et vigoureuses, assez pour lui permettre de fracasser une porte ou se déplacer avec une aisance remarquable. Si son visage peut se figer dans un rictus effroyable, il peut se parer d'un courtois sourire ou revêtir le masque de la colère. Attardons nous sur ce visage : une peau pâle légèrement hâlée par ses escapades diurnes, une barbe rasée ou faussement négligée, une coiffure grisonnante voire blanchâtre réellement négligée mais qui donne cet air si désordonné à ce terrible vampire. Des traits stricts, réguliers, un visage qui trouble par sa beauté mêlée à une sévérité aphrodisiaque. Ses yeux, avides et perçants, sont d'un bleu chatoyant. Friand d'ornements en tout genre, il lui arrive d'accrocher une babiole à quelques mèches, une boucle d'oreille exotique, des bagues, tout ce qui pourrait le distinguer un peu plus de ses pairs. Ses goûts vestimentaires se déclinent dans une gamme de rouge et de noir, du cuir à la soie. De longs manteaux de cuir couleur pourpre, des pantalons en lin ou en cuir, de nombreuses chemises coupées près du corps et des chaussures souvent sobres mais parfois une paire de bottes aux motifs improbables est envisagée par l'un des hommes le plus excentrique et mieux vêtu jamais vu.



Description
Mentale




La psychologie de Dante est extrêmement simple mais ne saurait se résumer à quelques mots. Cela rend sa description très ardue à faire. Il y a certains points essentiels à retenir : son profond égoïsme qui va de pair avec un égocentrisme sans limites. L'intérêt des autres n'est qu'un frein, ils ne sont là que pour être utilisés, ponctionnés jusqu'à la moelle puis jetés sans remords. Ses nombreuses, trop nombreuses, années passées à vivre dans l'opulence mais également la solitude sont parvenues à lui faire comprendre que s'il ne cherchait pas son propre bonheur personne ne s'en préoccuperait. Il n'en est pas mauvais pour autant, il ne fera pas souffrir pour rien un inconnu ou un proche. Mais il est possible qu'il vous fasse du tort pour très peu (contribuer à nourrir ses passions dérangées et entretenir sa manie est une raison suffisante). S'il veut que le sang d'un innocent coule pour son bon plaisir alors il le vous saignera à mort dans la joie et la bonne humeur. Cherchez à l'atteindre, psychologiquement ou physiquement, et il vous traquera dans les moindres recoins de l'Ephaëlya. Dangereux, imprévisible, Dante McAllister est un chien fou qui véhicule une rage infinie. Tout ce narcissisme possède son origine qui prend ses racines dans un homme viscéralement seul, atterré, incapable d'étancher sa soif d'amour pour lui et pour les autres. Son cœur n'est qu'un trou béant qu'il peine à remplir depuis des décennies. Désabusé, il est devenu cynique au point de rire de sa propre infortune d'immortel et d'envier la vivacité du commun des mortels. Jaloux et revanchard, c'est du monde qu'il cherche à se venger. Ce monde qui ne peut l'accepter tel qu'il souhaiterait réellement être : heureux, comblé et surtout mort. Son comportement auto-destructeur, versatile et joueur, lui vient de cette lassitude de la vie. Constamment à la recherche de nouveauté, il essait d'attiser la misérable flamme de la vie qui éclaire avec médiocrité son âme d'une noirceur comparable aux ténèbres au creux de la nuit. Les années l'ont rendu insensible à la flagornerie, parfois aigri, les femmes et les plaisirs les plus simples ou les plus fous qui lui permettent d'affronter les vicissitudes de la vie jusqu'à ce qu'il trouve enfin une raison à son existence. C'est donc la cause de son comportement ordalique, une recherche irréfrénable de sensations nouvelles, d'affirmer son existence. Malgré son égocentrisme, il souffre d'un dégoût de sa personne, foncièrement romantique c'est par amour du pittoresque qu'il a choisit sa vie de bohème. Faire plaisir aux autres, se faire plaisir, faire souffrir les autres, souffrir soi-même, pour Dante cela signifie continuer d'exister encore un peu …







Votre
Histoire




L'obscurité était maîtresse en ce lieu, elle régissait les moindres événements qui s'y produisaient, régnait sans partage. Tapis dans l'ombre, elle attendait, avoir conscience de sa présence était une connaissance inestimable. Il regardait à droite, à gauche, sans jamais saisir l'opportunité de fuir ce qui aller se dérouler. La même scène se jouait en boucle, jour après jour, sans jamais se modifier. Le vampire sentait ce même malaise qui s'emparait à chaque fois de lui, serrant ses tempes avec une violente délicatesse. Une douleur lancinante lui rappela un souvenir, une réminiscence désagréable. Il le voyait encore une fois, cet homme abject, ce père désenchanté par la rudesse de la vie. Ce primate dégénéré qui lui tordait sciemment chaque parcelle de son bras jusqu'à ce qu'il se brise une nouvelle fois. Dante rencontra une fois de plus les yeux désolés de cette femme naïve, qui pensait que l'homme qu'elle avait aimé resterait le même. Cette mère incapable de protéger son fils de la brutalité d'un triste soldat qui vivait dans les souvenirs de la guerre.
Il se revoit en train de sangloter sous la pluie, les mains pleines de sang. A cette époque il n'avait déjà plus rien à perdre. Puis une nouvelle image vint frapper sa conscience. Il voyait la verdure, l'espoir renaissait. Une époque faste s'approchait. Pourtant il continuait à sentir ce poids sur son cœur, un mauvais pressentiment qui ne l'avait jamais quitté. Il revoyait ses boucles d'or, ce galbe parfait que jalousaient les autres hommes. Cette épouse qu'il n'avait jamais eue non plus. Le vampire sentait une pression sur sa jambe, baissant les yeux il y rencontra une jeune enfant, ses grands yeux bleus lui rappelaient l'écume des jours, cette beauté ne devait jamais cesser d'exister car le reste n'était que laideur.
Mais rapidement, le visage de l'enfant se déchira en un rictus effrayant. Le visage crispé par la peur, les yeux embués par de chaudes larmes, elle pointait du doigt l'horizon. En relevant la tête, le vampire à la chevelure blanche ne vit qu'un océan de douleur, une mare de sang recouvra rapidement les terres verdoyantes et c'est le cadavre de sa femme et de son enfant qu'il aperçut au loin flottant parmi les nombreux macchabées. Sans y faire plus attention, le jeune homme continua sa marche vers une direction inconnue. Il s'éloigna de cette vague de souffrance pourpre pour s'enfoncer loin, très profondément, dans les ténèbres impalpables de la mort.
Il n'y avait plus rien, il ne ressentait plus rien. Les arbres autrefois colorés étaient flétris, les fleurs se décomposaient, les carcasses d'animaux morts jonchaient le sol que l'homme en plein désarroi foulait pied nu. Un corbeau se figea sur son épaule, quelques instants s'écoulèrent et son visage se métamorphosa.
Les joues creusées, une chevelure grisâtre, une barbe fournie, des yeux azurs remplis d'amertume. Une nouvelle douleur le saisit. Elle débute dans le cou avant de rapidement gagner tout le corps. Il se tord, son âme hurle sans retenu dans la pénombre et c'est à partir de cet instant précis que sa chair commença à réclamer le prix du sang ! Il percevait ce sentiment qui deviendrait dorénavant permanent. Cette violence qui attise le feu de la guerre. C'était la haine, c'était la colère. Il criait vengeance, il exigeait la mort d'autrui.
Fier de sa force, il s’enrôla. Vêtu d'une tenue qu'il a oubliée, le port altier, il se revoit marchant fièrement vers un ennemi dont il ignorait tout si ce n'est la haine qu'il lui vouait. Mais une fois de plus, ce fut la douleur qui lui rappela le pourquoi du comment. Il lâcha son épée, il suait à grosses gouttes. Le sang perlait de sa tempe et sa vision devenait imprécise tandis qu'il essayait de croiser du regard son adversaire.
C'est le visage de la mort qu'il a vu. Des yeux terrifiants, un regard de braise qui supprime la haine et apporte le désespoir. S'il désirait ardemment se venger, il ne souhaita plus qu'une chose et c'était de pouvoir survivre à cette rencontre fatale. Maintenant le nom de celui qui avait commis ces atrocités, qui l'avait poussé à devenir un vampire, lui revenait enfin en tête et il clama haut et fort :


- MORT AUX TITANS !


Dans un soubresaut, Dante se réveilla. Le front humide, il poussa avec nonchalance la jambe nue qui obstruait le chemin de sa main vers son crâne. Il le prenait à pleine main, une fois de plus il avait fait ce rêve terrifiant. Devenu vampire pour venger sa famille, il ne savait pas s'il avait eu raison d'avoir commis cette terrible hérésie. Mais c'était la guerre qui exigeait ça de lui et par chance ou non, il y avait survécu. Incapable de retrouver sa famille, il ne pensa qu'à mettre fin à ses jours mais finalement il changea d'avis : vivre en immortel jusqu'à la fin des temps sera sa malédiction. La femme qu'il venait de pousser délicatement se réveilla. Le vampire ne se posa aucune question et se mit à enlacer le corps nue de celle qu'il venait d'inviter dans son tombeau. A partir de ce jour, chaque nuit et chaque jour ressembleront à celui ci et il sera damné pour l'éternité.


Atterré, le jeune vampire n'était pas encore au courant de toutes les mauvaises surprises qui l'attendaient. Alors qu'il enlaçait la plantureuse créature, son dos voûté et sa poitrine effleurant agréablement sa peau, Dante se mit à ressentir une sensation éprouvante qu'il commençait à trouver familière. En sueur, il repoussa la femme qui ne comprenait pas la réaction du vampire. Ce dernier se mit soudainement à hurler tandis que des visions macabres lui traversaient l'esprit. La jeune femme resta là, prostrée, sans voix. Et sans même qu'elle ne fasse le moindre mouvement il se jeta sur elle; brisant le silence qui venait de s'installer après ce cri et écrasa le corps de sa partenaire sur le sol humide et froid du refuge où il se terrait. Elle chercha à se débattre tandis que les crocs du vampire s'enfonçaient dans son cou, une peau si claire qu'on pouvait y voir les veines. Ce sang appelait Dante, il réveillait la bête qui sommeillait en lui. La belle inconnue à la peau claire et aux cheveux de jais se mit à convulser mais il la tenait fermement. Si on entendait uniquement les déglutitions de Dante qui buvait à grandes gorgées, des sanglots vinrent s'ajouter au fond sonore déjà sinistre.


Et alors qu'il poussait le corps inerte, cette dépouille encore bien vivante il y a quelques instants, il essuyait tout ce sang qui coulait de sa bouche. Les larmes coulaient à flot de ses yeux, l'expression de son extrême mélancolie. L'homme qui voulait venger sa famille, sa tendre épouse, sa chère enfant. Voilà ce qu'il était devenu. Il était à présent une bête assoiffée de sang, une créature de la nuit frappée d'hérésie, un immortel qui jamais ne connaitra le repos de la tombe plus d'une nuit. Tout ça il l'avait accepté à une seule condition : affronter les titans. Et qu'avait-il fait en réalité ? Il avait choisi de prendre la fuite après avoir vu le chaos qu'ils étaient capables de semer. Ils apportaient mort et destruction, ils annihilaient toutes formes de vie sur leur passage, ils réduisaient les paysages d'Ephaëlya en ruine, massacraient hommes et forêts comme si tout cela n'était qu'un vulgaire jeu. Que pouvait-il faire contre tout cela ?


- Si seulement ... si seulement ...


Il prit sa tête encore recouverte du sang de l'innocente dans ses mains. Le monde ne pouvait plus l'accepter tel qu'il était. Il devait changer ou mourir. Or il n'était plus capable de mourir. Alors en attendant de trouver un moyen de se supprimer dignement, il refusa de fuir à nouveau le combat. Si jamais il devait mourir, il le ferait dans un affrontement sanglant où il pourrait afficher autre chose que ses prouesses martiales : son courage. C'était là la voie qu'il avait choisie d'emprunter, mourir au combat. Maintenant allait-il réussir son entreprise ou continuer à se morfondre sur son funeste destin, seuls les prochains siècles nous le dirons.


Écrit le 5 Vitaeï du mois de Ventusiar de l'an 3
Anonyme




Plus d'un siècle s'était écoulé depuis son réveil, 123 hivers précisément. Cela faisait quelques temps que Dante McAllister était parvenu à dompter la bête en lui. Les évènements les plus sordides de sa vie résonnaient encore dans son crâne. Il était là, impassible, chevauchant sa monture sombre comme les ténèbres au cœur même de la nuit. Il vivait une époque de troubles, il faut dire que les rumeurs colportées sur son impératrice n'étaient pas très flatteuses. Alors lorsqu'il fut embauché par un capitaine mal dégrossi pour faire le sale boulot - à savoir chasser un peu de longues-oreilles, il fit directement le lien entre la mort de cette prêtresse exécutée, Sophie-Anne et cette idylle que l'elfe et l'impératrice auraient vécue ensemble. Un amour fusionnel entre deux femmes, un sentiment d'une beauté immense ...


Le bellâtre avait déjà vu des elfes auparavant, et fréquentant de temps à autre les hautes sphères, il lui était arrivé d'apercevoir l'impératrice peut-être même de lui adresser la parole. En revanche c'est surtout de la duchesse dont il se souvenait, non pas que la charmante Sophie-Anne Ancestry ne soit pas à son goût, simplement que s'approcher de Mélancolie avec une pointe de bagou était plus aisé que de séduire l'impératrice.
Dans un soupir le vampire décida de s'arrêter à l'orée d'un bois. Il accrocha sa monture infernale à un tronc de bois, elle semblait bien agitée ce soir là, et s'adossa à ce dernier après avoir extrait de sa besace ses outils : un pinceau, de la peinture et une petite toile. Les heures passaient mais sa dextérité n'était plus à démontrer, une demie nuit suffit largement à peintre un petit cadre. Le tableau se séparait en deux parties distinctes, l'une plus sombre avec une femme à la longue chevelure dorée, au port altier et une autre bien plus lumineuse où se tenait avec rigueur une elfe à la prestance inégalée. Ce tableau, il comptait le revendre quelque part sur une étable à Ambroisie mais il le jeta rapidement à terre lorsqu'il vit une petite troupe d'elfes armés. D'un seul bond, le vampire se retrouva sur ses deux jambes, croisant son regard azur avec les yeux peu assurés de celui qui semblait mener les trois autres bougres qui l'accompagnaient :


- A...arrière guerrier ou nous serons forcés de t'abattre ici !


A première vue il s'agissait de simples civils qui cherchaient à épargner leurs vies face à la menace que les vampires représentaient. Il s'apprêtait donc à enfourcher son destrier et faire comme si il n'avait rien vu lorsque ce sentiment longuement réfréné refit surface : il était l'heure de se nourrir. Un léger sourire apparut sur le faciès du vampire, un sourire malsain. Il leva lentement les bras derrière la tête en signe de paix et fit quelques pas vers ses opposants, celui qui avait pris la parole pointait encore son épée vers lui en tremblant comme un épileptique :


- Hé ... Je ne suis rien d'autre qu'un pauvre hère qui cherche l'inspiration pour faire son travail.


Le vampire aux prunelles bleu océan fit un mouvement de tête en direction du tableau qu'il venait de peindre. Et alors que le petit groupe focalisait son attention vers l'arbre indiqué, Dante avait parcouru une distance suffisante pour fondre sur sa proie avec une grâce inégalable. D'un savant mouvement il se saisit du poignet de l'elfe pour le désarmer tout en lui brisant la nuque avec l'autre main. Il jeta le cadavre inerte avec force contre les trois elfes restant qui poussèrent des hurlements effrayés. Avec confiance, il enserra le pommeau de l'épée avant de la faire virevolter, effectuant une chorégraphie romantique qui lui permettait de faire couler une rivière de sang : une jugulaire tranchée, un bras qui roulait sur le sol, un œil percé ... Très rapidement l'altercation prit fin et seul un elfe était encore en vie, borgne et couvert de plaies. Affalé sur le sol, il tentait de ramper vers la lisière de la forêt lorsque Dante s'empara de sa cheville avant de le tirer extrêmement lentement vers lui. Le malheureux poussait des cris de peur, ce qui rendait l'instant uniquement plus jouissif pour le chasseur:


- Je suis également un vulgaire mercenaire. Mais sans rancune, ce n'est que la chaine alimentaire, le prédateur alpha qui chasse sa proie et ce genre de foutaises. N'y vois rien de personnel.


Ses crocs s'enfoncèrent dans sa nuque, voilà le triste récit de la guerre de la Rivière de sang. Des années qui avaient permis à Dante de se faire à sa nature de vampire mais également de développer ses capacités de bretteur à un niveau exceptionnel. Quel dommage que la guerre ne lui ait pas fourni cet ennemi qu'il attend encore, celui qui pourrait le mettre à mort. En attendant ce jour, il continue de retranscrire la beauté de la mort dans ses œuvres macabres




Présentation de
Votre don




Le retour de la magie en Ephaëlya

Dominus :


Ce pouvoir est le résultat de l'absorption du sang de la sorcière qui a saturé le corps du mercenaire en magie et a réveillé son don latent. Il est la manifestation de la psyché de Dante qui cherche à asseoir sa domination sur ses adversaires, ne l'a-t-on jamais entendu dire « les plus forts vivent en écrasant les faibles » ? Ce don entre dans la catégorie psychique et dispose d'une forme qualifiable de «passive » et une plus active bien que ce don soit purement actif. A l'état naturel, le pouvoir de Dante ne se manifeste pas. Lorsqu'il le déclenche (consciemment), sa magie s'insinue dans l'air et se propage dans une zone importante. La puissance du pouvoir diminue évidemment avec la distance. La magie de Dante se dégage par tous les pores de sa peau et va venir brouiller les liaisons nerveuses dans le cerveau des créatures douées d'intelligence. Les mages capables d'ériger des barrières mentales ont la capacité de se prémunir contre cette invasion psychique.


Pallier I : Dante peut activer son pouvoir sous une forme passive maintenue qui agit comme une aura. Les êtres autour de lui, sans distinction d'alliés ou d'ennemis, ressentent graduellement une inquiétude injustifiée. Des hésitations se font sentir, le moral diminue. Cette forme consomme peu de magie et renforce la peur qu'inspire le vampire. Dante peut également choisir de relâcher une vague plus forte qui elle nécessite une grande quantité d'énergie. Cette vague se propage rapidement dans le champ d'action du vampire et va tétaniser les plus faibles ou rendre confus des adversaires plus tenaces. Très utile pour faire courber l'échine à un preux chevalier ou calmer les ardeurs d'un fanfaron




Pallier II : La forme passive du pouvoir instille une crainte plus vivace au fil du temps, à tel point que le corps de ses adversaires commencent à les trahir au bout d'un certain moment (dents qui claquent, transpiration, rythme cardiaque en hausse). Le vampire peut à présent cibler les victimes de son aura. Si le vampire relâche son pouvoir, une forte angoisse prend d'assaut l'esprit de ses cibles qui cette fois peuvent détaler sans s'en apercevoir ou tomber au sol. Il peut alors créer une panique général, faire fuir même le plus noble des guerriers ou écraser sous le terrible joug de la peur les civils innocents.


Pallier III : Cette fois, le simple fait d'activer passivement son pouvoir entoure Dante d'une aura à la couleur changeante qui luit faiblement. Son pouvoir instaure un régime de terreur qui peut vite devenir insoutenable pour les plus faibles, les suggestions et les hésitations se multiplient dans l'esprit de ses adversaires. La peur tenaille l'estomac des plus courageux tandis que les faibles suffoquent et se mettent à délirer s'ils restent trop longtemps dans l'aire entourant le vampire. Dante peut choisir de relâcher son pouvoir ce qui se traduit par une déferlante de terreur et un halo lumineux émanant de tout son corps. Les cibles mentalement fragiles s'évanouissent, certains voient leur mort un instant, d'autres pleurent et tremblent sans comprendre pourquoi.  


Il est évident que le vampire ne peut pas relâcher son pouvoir plusieurs fois dans un court laps de temps ou maintenir son aura indéfiniment sans risquer l'épuisement psychique et corporel.




Complément
De la fiche



Code :
Comment es-tu arrivé ici ? Par hasard, sur un top site
Que penses-tu du forum pour le moment ? Eh eh
Voulez-vous un parrain? Non
Votre âge? toujours 18

Temps de présence possible sur le forum? ...


_________________

Gripoil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre d'Ephaëlya
PNJ
avatar

Messages : 326

MessageSujet: Re: Dante McAllister [MAJ Validée]   Dim 27 Oct 2013 - 22:55

Bonsoir Dante,

Rien à redire tout est ok. Ta maj est donc validée Smile

Bonne continuation parmi nous

Le staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dante McAllister [MAJ Validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Présentations validées :: Vampires-