Partagez | 
 

 Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 11 Mai 2012 - 8:58

C'est avec une lourde valise que Maldrik entrait dans le quartier commerçant de la Cité de l'Aurore. Il avait créé de nouvelles étoffes, des robes de soie et de fourrure, des nobles pantalons, plein de vêtements étaient enfermés dans cette malle. Il avançait prudemment quand il se dirigeait près du quartier du Commerce, la place était vraiment pleine à craquer, les bruits et les odeurs nombreuses brouillaient tous ses sens. Il lui fallait énormément de concentration pour les distinguer toutes une par une. Il ne s'y attarderait pas.

Il ouvrait machinalement sa propre boutique qu'il avait loué pour le mois, voir plus si les affaires marchaient. Entrant à grand pas dans la salle vitrée. Il tirait soigneusement les rideaux laissant la porte ouverte. Un petit système au sol sous le paillasson tintait joyeusement quand on pose le pied dessus.

Il prépare les mannequins de bois, les habille des parures aux plus beaux effets et prépare la salle avec un bon thé au jasmin et quelques biscuits croquants. Il regardait passer les badauds, pris quelques mesures pour un client, notait sur son calepin et prenait enfin place entre deux dans son fauteuil de velours rouge qu'il affectionnait. Les affaires marchaient plutôt bien. Au point qu'une noble Elfe entrait gracieusement dans la boutique. Maldrik et sa tasse de thé en bouche se levait, reposant son mets sur la table basse:


" - Oh ! Je vous en prie! Finissez donc votre breuvage."

L'elfe était magnifique, comme toutes celles qu'il côtoyait. Un regard d'émeraude, un teint pâle, des traits fin et un corps à damner le diable en personne. Il lui sourit:

" - Ce ne serait pas convenable de faire attendre une cliente, surtout quand celle ci est Elfique, madame. A moins que ... Partageriez vous un thé avec un modeste marchant ?"

" - Avec plaisir, et au vue de vos merveilles, je doute que vous soyez si modeste que vous le prétendez cher monsieur. Puis connaître le nom de celui qui crée de telles oeuvres de couture ?"

Maldrik servit une seconde tasse bien chaude en ajoutant une pointe de miel. Il connait les Elfes sur le bout des doigts pour avoir vécu près de vingt quatre années auprès d'eux:

" - Son nom , Madame, est Maldrik Frodeew. Et celui-ci peut-il connaître celui de sa charmante cliente ? "

" - Heylin Foncombe ... Enchantée. Vous êtes donc le fameux fils adoptif du vieux Frodeew ? Je reconnais là son talent et vous l'amplifiez du votre, c'est purement magnifique ! Il doit être fier de vous. "

Il lui portait la tasse, elle glissait ses doigts intentionnellement contre les siens et se mit à sourire à son tour. Et quel sourire ? Celui qui vous arrache le coeur et le fait renaître de ses cendres.
Il en restait un court instant bouche béat, sentant les douces caresses des doigts de l'Elfe sur les siens. Chercherait-elle à le courtiser ? Lui ? Le lycan couturier ?
Il reprit ses esprit en levant un sourcil en autant ses mains délicatement de la tasse. Si elle connaissait son père, elle connaissait aussi sa condition de chien de chasse... Il en était certain. Alors pourquoi osait-elle ainsi ?

Il reprit aussi passible qu'à son habitude:


" - C'est bien cela. Je vois que la notoriété de mon cher père dépasse les frontières du royaume d'Ardamir. Pour ce qui est de sa fierté, Madame.."

" - Heylin" Le coupait-elle en souriant. Il inclinait sa tête respectueusement:

" - .. Helyn, je ne pense pas qu'il soit déçu. Il m'a tout appris certe, mais je dois aussi me faire connaître par ma marque personnelle."

" - Et vous le faite fort bien. Sachez cher Monsieur .."

" - Maldrik" Coupait-il à son tour avec un sourire de conquérant. A ce petit jeu, il était très fort aussi.

" - ... Maldrik, que ce sont des amies humaines qui m'ont conseillé votre boutique."

Elle mentait, sans aucun doute possible. Le lycan ayant clairement vu cela dans son esprit:

" - Ohhh ! Et bien .. J'en suis fort honoré Helyn. Et que cherchez-vous dans mon humble boutique ? "

Et ses pensées envers l'Elfe lui échappaient déjà... ** Ne me mentez pas, Helyn ... Vous ne le pouvez pas. **

Elle se mit à rougir, elle avait très bien compris. Et ses émeraudes croisaient l'acier du jeune Lycan en face d'elle. Elle détournait la tête:

" - Oui, je ..Pardonnez ma maladresse, Maldrik ... J'ai déjà entendu parler de vos parures à Ardamir. Veuillez m'excusez de vous avoir honteusement menti ainsi."

" - Voilà qui est mieux, Helyn... Et donc ? Vous cherchiez ?"

Elle but une gorgée, souriant, sans dire un mot, reposait la tasse sur la table en le frôlant, tous ses gestes étaient calculés pour s'approcher au plus près du Lycan.

" - Je reviendrais demain, je ne suis pas encore décidée. Mais je pensais à une robe de soie.."

" - Rose pâle, avec un voile de tulle, échancrée dans le dos, pur sûr qu'elle vous irait à merveille."

" - Oh .. Vous .. trichez !" Dit-elle d'un ton ironique. " - Maldrik ? Pouvez-vous me promettre que demain, vous ne me sonderez plus ainsi ? "

" - Non Helyn : j'aime vous lire comme un livre ouvert et votre esprit fusionne ... de robes dont je me ferais plaisir à vous faire. "

" - Et là c'est vous qui mentez, Maldrik ..."

Toujours aussi désinvolte, Maldrik se servait habilement de ses dons et s'en délectait au grand désespoir de ces dames. Il gloussait, sans rien répondre hormis de la revoir le lendemain. Elle acquiesçait simplement en sachant déjà que le Lycan avait vu clair en elle. Elle ne l'en désirait que plus encore, le voir ainsi froid. On lui avait pourtant dit que ce beau parti était célibataire, c'était d'ailleurs le cas. Mais il n'était pas de ceux qui se laissait ouvertement conquérir sans donner un peu de fil à retordre aux dames.
Elle partie aussi simplement qu'elle était entrée. Et Maldrik reprit sa position dans son fauteuil de velours rouge, son thé à la bouche, regardant le passage des badauds à travers les vitres de son échoppe. Les quelques bruits de l’extérieur attirant son regard acier, il scrutait au loin la Place et ses mouvements de foule.


Dernière édition par Maldrik Frodeew le Lun 18 Juin 2012 - 7:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 11 Mai 2012 - 23:34

Il fallait bien que ça arrive un jour. Assise sur le rebord du lit, dans l'auberge de la capitale où j'ai passé ma dernière nuit pour un moment, je regarde pensivement le haut de ma cape, complètement déchiré. La boucle de cuivre patinée par le temps qui servait d'attache pend tristement au bout de quelques effilochures. L'accroc était déjà là depuis plusieurs jours mais, comme le tissu tenait bon, je n'imaginais pas qu'il céderait d'un coup, simplement en se coinçant dans une porte. En soi, ce n'est pas bien grave. Je n'y étais pas spécialement attachée et de toute manière, avec le froid qui sévit toujours, je pensais en acheter une plus chaude et plus solide, peut-être avec de la fourrure. Comme j'ai soigné plusieurs personnes sur mon chemin, j'ai pu amasser un peu d'argent et je peux aisément me permettre quelques nouveaux vêtements. Ce qui me trouble est ailleurs, pas si loin que ça...

A l'intérieur de la boucle métallique, le petit lacet de cuir que j'y ai attaché des années auparavant est toujours là et supporte aisément son fardeau : un petit fragment de roche. Une opale, de la taille d'une petite amande, solidement arnachée. Une nouvelle cape serait peut-être l'occasion de m'en débarrasser. C'est ce que j'ai de mieux à faire, oui...

Environ une demi-heure plus tard, je suis dans les rues du quartier commerçant, à chercher une boutique qui me plaise. Je peux me contenter de peu lorsque je me déplace mais lorsque j'ai le choix, je tiens à être bien dans mes vêtements et il est hors de question pour moi de choisir le premier fripier venu, juste pour que ça aille plus vite. Au détour d'une ruelle, mes yeux tombe presque par hasard sur une enseigne que je ne connaissais pas. Je m'arrête pour aller observer la vitrine. Sans doute a-t-elle ouverte récemment, le quartier a tellement changé en 3 ans... Le peu que je peux voir est recherché et élégant sans être tapageur, semble de bonne facture. La qualité des tissus et la finesse du travail ne sera peut-être pas dans mes moyens, mais je me décide tout de même à entrer.

Une odeur de thé et de gâteaux m'accueille dès que je passe la porte et je me mets à sourire. Voilà une excellente première impression. Je cherche des yeux le vendeur et l'aperçoit près de la vitrine. Tout à mon examen des vêtements, je ne l'avais pas vu de l'extérieur. C'est un grand jeune homme brun et pâle, dont les vêtements sombres moulent parfaitement le corps mince et solide. Je m'attarde un instant sur ses yeux gris à l'éclat métallique, profond et néanmoins perçants. C'est peut-être parce que je l'ai surpris en pleine contemplation de l'extérieur mais le calme et l'assurance tranquille qui se dégage de sa personne lui donne un air désinvolte qui n'est pas déplaisant. Je lui adresse un sourire et un signe de tête :


"Bonjour. Pardonnez-moi si je vous dérange mais je suis à la recherche de quelque chose de précis. Peut-être pouvez-vous m'aider ?"

Je sais que c'est impoli mais je ne peux m'empêcher de jeter plusieurs coups d'oeil autour de moi. Les tissus délicats et les vêtements magnifiques qui s'offrent à mon regard ne cessent de me distraire. Même si je m'en passe aisément, j'ai toujours aimé les beaux vêtements...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Sam 12 Mai 2012 - 15:34

La petite clochette tintait sous la marche d'une humaine qui passait le pas de son échoppe, ce qui le fît sortir de sa rêverie. L’ingénieux système fonctionnait une fois sur deux, il allait vite y remédier avant de fermer la boutique, ce soir. La tête de Maldrik se tournait un peu, il se levait de son confortable fauteuil et s'inclinait légèrement devant l'humaine:

" - Bonjour et bienvenu à vous, dame. Je serais ravi de vous être utile mais laissez moi deviner ...."

Il se redressait, la scrutant de ses aciers, frottait son menton d'une main. Puis un large sourire s'affichait sur son visage:

" - Le froid ne semble pas vous être appréciable. Fourrure hivernale mais pas trop chic. Quelque chose d'assez léger sans toute fois laisser le froid pénétrer votre chair. Un tissus noble et résistant. Pour la couleur, vous n'êtes pas encore certaine, prune, violine, sans doute pourpre... Ais-je vu juste ?"

Il ramassait les deux tasses, pour les laver et ajoutait dans un brin renard, amusé de la situation :

" - Ha ! Un thé bien chaud.. Et si je pouvais fermer cette porte et faire tourner un peu plus mon poêle à bois ... Il est vrai que je ne crains pas cette fraîcheur, elle me fait même du bien. J'en oublie souvent que certains humains préfèrent le doux foyer des flammes. Mettez-vous à votre aise, Dame... Je m'occupe de tout ceci rapidement."

Il affichait un sourire des plus généreux, tout en tirant son fauteuil jusque devant le dit poêle crépitant, ajoutait une buche dans le foyer et posait sa bouilloire à peine tiédie par dessus, ses tasses dans une autre main. Ses gestes étaient précis, sans se soucier de comment ils allaient être épiés. Toute fois, la curiosité des humains était connue, pour sûr que la jeune femme allait analyser tout ceci avec soin.
Il s'absentait quelques minutes à peine, revenant avec deux tasses propres. Il avançait la petite table près du fauteuil, l'eau de la bouilloire frémissait à peine:


" - Un peu de miel ? Vous savez? Je peux aussi réparer l'ancienne si vous y tenez"

Il attendait droit et fier, qu'elle s'installe, qu'elle observe, qu'elle remette ses esprits en ordre. Comment faisait-il cela ? C'était un Lycan, un Drack, aucunes pensées ne lui échappaient. C'est à ce moment qu'il se mit à l'admirer plus ouvertement: Jeune, jolie, peau très mâte, des yeux soyeux. Elle ressemblait à une de ses femmes du Désert, son parfum était semblable aux oasis et sa grâce, celle des danseuses du ventre venues d'Orient. Une charmante humaine, il faut l'avouer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Dim 13 Mai 2012 - 23:16

Le vendeur se tourne vers moi et s'incline légèrement tout en me saluant avec politesse. Sa voix grave est agréable à l'oreille. Mais alors que je me réjouis d'être tombée sur un commerçant aussi aimable, son petit jeu de devinette m'étonne grandement. Je l'ai laissé me fixer pensivement, et j'en ai profité pour lui rendre son regard en me demandant si j'avais déjà vu une telle couleur d'yeux, mais je ne m'attendais absolument pas à ce qu'il énonce quasiment parfaitement chacune des idées que je m'étais faite quand à ma nouvelle cape. Je suis certes surprise mais pas effrayée. Au contraire, plutôt amusée. C'est bien la première fois que l'on me fait un tel coup, je ne savais pas qu'il était possible de lire ainsi dans les pensées des gens. Je me demande un moment ce qui se passerait si je ne pensais plus à rien, juste avant qu'un de ses mots m'interpelle, alors qu'il me propose du thé et une place au coin du poêle avec un sourire malicieux. Humains ? Cela signifie-t-il qu'il n'en est pas un lui-même ?

Je l'observe avec curiosité alors qu'il déplace le fauteuil et préparer la bouilloire. Un vampire ne serait pas ici en plein jour et ses oreilles ne sont pas pointues pour un sou. Mon coeur accélère légèrement, même si je demeure impassible. Un lycan... Maintenant que j'en ai pris conscience, j'ai l'impression de voir dans chacun de ses gestes la puissance tranquille et maîtrisée du chasseur, dans sa démarche et son regard la grâce et la noblesse sauvage du loup. Cette découverte me trouble légèrement. Je ne m'attendais pas à en revoir un, justement ce matin... Le poids de la petite opale se fait sentir dans ma poche et j'effleure du bout du doigt la sacoche dans laquelle je l'ai rangée. Pour ne pas y penser, je m'installe dans le fauteuil et le remercie d'un sourire lorsqu'il revient avec deux tasses pour le thé. Avec le froid qu'il fait, ce n'est pas de refus et j'ai tout mon temps.

"Oui, une touche de miel, s'il vous plaît. Et merci pour votre proposition mais vous avez deviné juste : je ne tiens pas à réparer l'ancienne, il m'en faut une nouvelle avant de reprendre ma route. Je compte m'aventurer dans les montagnes d'Angaila et j'aurai besoin quelque chose de chaud et résistant."

L'eau siffle dans la bouilloire. Je m'interromps le temps de le laisser préparer le thé et aussi pour trouver les bons mots :

"Il n'y a qu'une seule chose que je veuille conserver de l'ancienne."

Sur ces mots, je sors presque timidement l'attache de cuivre et son opale qui se balance légèrement au bout du lacet, captant la lueur du feu et jetant mille et un reflets irisés. Je pensais réellement la jeter mais je n'y suis pas parvenue. Cela ne me ressemble pas d'être aussi hésitante, ni d'être aussi attachée à un simple objet, fut-il un joli caillou. Mais je n'y peux rien. C'est le seul souvenir dont je ne sois pas encore capable de me défaire. Une légère émotion fait imperceptiblement trembler mes doigts alors que je la lui tends.

"L'attache n'est pas essentielle. Juste la pierre. C'est... je ne sais pas si c'est possible, mais j'aimerais vraiment qu'elle soit accrochée quelque part sur le vêtement. S'il vous plaît..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Lun 14 Mai 2012 - 19:09

Maldrik refermait la porte de l'échoppe, s’apercevant qu'effectivement le système tintant ne fonctionnait guère que quand il le voulait, il haussait les épaule tout en écoutant la jeune femme parler. La pièce allait vite se réchauffer, c'était une certitude. Il la regardait un instant, s'approchant d'elle. Elle tenait une petite pierre en main, non taillée, de la forme d'un caillou ovale. Il avait bien perçu comme une petite crainte de la part de l'humaine, elle venait de comprendre sa nature lycanthrope, il décidait de ne pas en faire cas, souriant simplement comme à son accoutumée.

Il prit avec deux doigts le caillou, s'installant jambes croisées devant la femme, faisant tourner cette pierre devant lui, intrigué. Après un court moment de silence, il dit enfin:


" - Et bien .. Je peux en faire une broche mais je le vois plutôt en boucle de cape. Il ne faudrait pas dénaturer cette pierre, ni la taillée. Je ne peux faire cela ici. Le seul forgeron digne de ce travail d'orfèvre se trouve dans le village des Nord-Bois et par chance .. Je le connais très bien. Lui seul sera en mesure de mettre votre pierre en valeur : Or blanc ou Argent.. Je n'aime guère l'argent. L'or blanc et l'or jaune ira à merveille avec. Ce sont certes des matières très précieuses mais ... Ne risquez pas pour votre bourse, nous ne demandons pas des fortunes pour ce genre de travail chez les Nord-Bois."

Il reposait la pierre dans la main de la jeune femme, se relevant, puis fit quelques pas en réflexion:

" - Cela prendra un peu de temps, il faut que je fasse l'aller-retour pour que vous l'ayez rapidement. Pourrez-vous me la laisser en attendant ? Je pense que quatre petits jours devrait me suffire, cinq au grand maximum."


Puis il sortit quelques étoffe: De la laine tissée, aussi légère que chaude, du feutre et du coton, dans des teintes prune légère. Il les disposait sur un petit mannequin de bois non loin, puis ajouta:

" - Pour ce qui est du vêtement, je pense combiné trois étoffes, pour que votre manteau soit aussi chaud qu'imperméable et aussi solide que le temps qui passe. Celui-ci devrait être prêt d'ici les cinq jours, broche comprise... Un peu de fourrure ? Hummmmm... Nous verrons au fur à mesure... En parlant de mesure ..."

Il sortit un ruban à couturier de sa poche, le faisant claquer comme un fouet:

" - ... J'ai besoin des vôtres, madame."

Ajouta-t-il avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Mar 15 Mai 2012 - 15:23

Je laisse le vendeur examiner ma pierre d'un air pensif. Elle n'est pas très travaillée mais pepeut-être y a-t-il moyen de faire quelque chose avec. Je l'espère secrètement. Il finit par me la rendre et m'expose ce qu'il pourrait en faire. Une boucle de cape... Oui, ça serait beau. Je hoche la tête en l'écoutant mais je m'alarme une fraction de seconde quand j'entends parler de la lui laisser. Je n'envisageais pas une seconde de m'en séparer. Mais, passée la 1ère impulsion, je prends quelques secondes pour observer mon mouvement de refus, trouver la racine de ce réflexe de peur. Des boucles brunes virevoltent un bref instant dans mon esprit, autour d'une paire d'yeux dorés et rieurs. Une petite voix claire...

*Maman !*

"Votre idée me plait, je vais vous faire confiance. Je vous la laisserai en partant."

Je bois une gorgée de thé pour sceller ma décision. C'est la meilleure chose à faire et maintenant que je m'y suis résolue, je me sens plus sereine. J'écoute attentivement ce que me dit le venduer, en hochant la tête de temps en temps. Ainsi, il est de Nord-Bois ? Je suis passée par leur territoire il y a quelques années. Leur forêt sombre et belle m'avait plu et j'y avais découvert des plantes que je ne connaissais pas. 5 jours... Pour moi qui mettrais facilement plus d'un cycle, c'est extrêmement rapide. Ce lycan est diligent.

"Attendre votre retour ne me dérange pas et si vous donnez une estimation du prix, je saurai m'arranger pour avoir la bonne somme. J'espère seulement que vous éloigner de votre boutique ne nuira pas à vos affaires. Et tant qu'à choisir, je préfère l'or jaune."

Je n'aime pas trop l'argent non plus. Je trouve ça très froid comme métal et je préfère la chaleur. Et je n'ai jamais eu peur des lycans. En fait, j'ai toujours été particulièrement imprudente. Le commerçant m'empêche à cet instant de replonger dans mes souvenirs (une vilaine habitude depuis ce matin) en faisant claquer son redoutable mètre-ruban, un sourire goguenard aux lèvres lorsqu'il demande à prendre mes mesures. Je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire. Voilà un homme pour le moins surprenant.

"Dans ces conditions, je ne me risquerai pas à vous les refuser. Vous feriez presque peur avec cette petite chose."

Rire m'a fait du bien et je me sens parfaitement disposée à le laisser faire. Moi qui pensais ressortir d'ici avec une simple cape neuve, je ne m'attendais pas à ce que l'on me propose un vêtement sur mesure avec une pièce d'orfèvrerie précieuse en supplément. J'ai bien fait d'entrer dans cette boutique. Je pose ma tasse de thé et me lève du fauteuil en dégageant mes cheveux de mon cou.

"Lesquelles vous faut-il ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Mar 15 Mai 2012 - 18:15

Maldrik avançait avec son ruban mais sentait bien l'inquiétude de la jeune femme. Il prit peine de pencher un peu la tête, ne cherchant pas à la sonder pour une fois mais plutôt à la rassurer:

" - Ohhh, je peux faire peur de différente manière, Madame... Mais passons.
Je vous fais le serment que votre pierre ne risque rien avec moi. Pour ce qui est du mode de règlement, nous aimons les échanges, si vous savez danser, offrez nous une danse, si vous savez chanter, ravivez nos oreilles. Si vous êtes cuisinière, offrez nous un bon repas, qu'importe ce que vous échangez, cela payera votre cape, madame. C'est aussi simple que cela.
Et pour les mesures, je vais en premier prendre celle de votre cou si vous le permettez."


Et il n'attendait pas d'affirmation de sa part, il faisait son travail. Passant le ruban délicatement derrière les cheveux de la jeune femme, il devait s'approcher. Il reculait pour noter puis écartait les bras sur les côtés:

" - Maintenant, restez droite, j'ai besoin de vos bras et de la longueur de votre buste."


Il passait, le ruban comme il l'indiquait: longueur de bras, tour de poignet, longueur de buste, tour de hanche et il notait tout au fur à mesure sur un petit calepin, léchant de temps à autre la mine du crayon.. Mauvaise habitude, il faut l'avouer. Puis il plaçait les bras de la jeune femme bien droit le long de son corps pour prendre la dernière mesure : Le tour d'épaules.
Voilà qui était parfait. Il semblait en pleine réflexion, regardant tout à tour son calepin qu'il griffonnait, puis l'humaine, puis les tissus.
Il expliquait enfin la suite:


" - Donc.. Je vais croiser ses trois étoffes. La laine tressée fera un très bon isolant thermique sans alourdir votre cape, le coton servira pour l'intérieur de la cape, beaucoup plus imperméable et le feutre sera le côté externe, chic, résistant. Cela ne devrait pas me poser de soucis."


Il levait enfin la tête, la regardait en souriant tendrement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Jeu 17 Mai 2012 - 13:29

Je souris en entendant la réponse et la touche d'humour du vendeur. J'ignore s'il continue de mes pensées mais il me semble bien, dans son attitude et le ton de sa voix, qu'il cherche à dissiper mes inquiétudes. Je lui en suis intimement reconnaissante, aussi je lui réponds avec la même sollicitude :

"J'aimerais pouvoir vous faire profiter de ce genre de talents mais mes compétences se limitent aux plantes médicinales. Et il me semble que les lycans peuvent aisément se passer d'une guérisseuse. Toutefois, si d'autres idées vous viennent en tête, je serai ravie de pouvoir me rendre utile."

J'ai déjà constaté l'impressionnant pouvoir de récupération des lycans et il est vrai que je ne pourrai pas faire grand-chose pour seconder leur capacité naturelle. Seul l'argent leur est néfaste. Comme j'ai déjà soigné nombre de plaies ouvertes, ça ne me poserait aucun problème mais je ne souhaite à aucun d'entre eux d'être blessé juste pour pouvoir m'offrir une cape. Même si je m'occuperais sans hésiter de ce genre de blessures, je préfère encore largement alléger ma bourse. De toute façon, il n'est plus temps d'y penser puisque le jeune homme s'approche pour prendre mes mesures. Je le laisse faire en m'efforçant de ne pas le gêner tout en restant détendue. Ses gestes sont délicats et précis, façonnés par l'habitude et je me sens totalement en confiance. Je remarque bien entendu qui lèche son crayon à plusieurs reprises mais l'acuité de son regard témoigne de sa concentration et me dit qu'il n'a aucune arrière pensée. C'est sans doute une habitude...

Une fois qu'il a tout ce qu'il lui faut, il entreprend de m'expliquer la façon dont il va utiliser les trois étoffes étalées devant nous. Je l'écoute avec attention, un léger sourire aux lèvres. C'est un artisan très appliqué, soucieux de fournir le meilleur travail possible et je respecte cette qualité. Cela ne me le rend que plus sympathique, surtout lorsqu'il répond à mon sourire à la fin de ses explications.

"Ça me semble parfait. Vous connaissez bien mieux votre métier que moi et je m'en remets totalement à vous. Je suis sûre d'être satisfaite. Je vous remercie..."

Je décroche de ma ceinture la petite sacoche qui contient ma pierre et la lui tends, sans plus aucune inquiétude. Je n'ai jamais eu peur des lycans parce que j'ai toujours aimé leur côté authentique. Même si je ne le connais pas, celui qui se tient devant moi est emprunt du même naturel et je ne crains pas de lui remettre un souvenir de valeur. Et de toute façon, quoique je puisse y attacher, ce n'est jamais qu'un caillou. Je relève le visage pour croiser son regard métallique, pourtant chaleureux :

"Puisque je vous confie quelque chose qui m'appartient et que je devrais vous rendre service pour payer la cape, puis-je connaître votre nom ? Je saurai à qui m'adresser lors de mon passage à Nord-Bois. Quand à moi, je me nomme Opale Ischäand. Opale suffit amplement."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Jeu 17 Mai 2012 - 17:57

Maldrik sortit une petite boite d'épingles d'un tiroir, commençant à joindre les trois tissus tout en écoutant son interlocutrice.
Et bien qu'il arrivait clairement à lire les pensées, il se réservait de le faire par simple respect.
Il n'en usait que pour être sûr de ce que le client voulait, car chacun le sait : Un client ne sait jamais ce qu'il veut quand il le parle mais le pense si fort que cela est bien utile.

Ainsi la jeune femme disait connaître les plantes médicinales, tout en invoquant que ce ne serait guère utile, il gloussait doucement:


" - Il n'y a pas de limite à la connaissance. Vous savez, les Nord-Bois n'ont pas que des lycans dans leur meutes, ils ont aussi des centaures et quelques Elfes en quêtes de repos et de quiétude. Certains sont même très âgés, souffrent d’arthroses, de rhumatismes que même la lycanthropie ne peut soigner.
Nous possédons une plante très prisée par nos chers amis Elfiques, la Belladonne, qui ne pousse qu'à un endroit bien précis, dangereux, interdit pour les simples gens. Sans doute seriez-vous intéressée pour l'étudier ? Je tacherais de vous en offrir un brin."


Elle le remerciait pour un travail qu'il considérait comme normal entre un marchand et une cliente, il sourit d'avantage en acquiesçant simplement.
Il écoutait la suite en griffonnant encore son brouillon. Elle demandait son nom, récupérant la petite bourse avec soin, pour sûr qu'il y veillerait comme un trésor inestimable, il répondit en tout courtoisie, en lui offrant un baise main digne des grands séducteurs du vaste monde, s'inclinant avec grâce:


" - Maldrik Frodeew, à votre humble service, mademoiselle Opale. Mais appelez moi simplement Maldrik. Et les Nord-bois vous accueilleront dignement à l'évocation de mon nom, soyez-en sûr..."

Il n'en dirait pas plus que cela, se redressant fier et droit, ses aciers sondeurs.
Pour peu que le Lycan n'était pas qu'un simple marchand, ni qu'un couturier de talent.



Dernière édition par Maldrik Frodeew le Mar 22 Mai 2012 - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Dim 20 Mai 2012 - 1:00

"Vous dites vrai, je n'y avais pas songé..."

Toute à me remettre de la surprise que m'a causé la découverte de sa nature lycane, j'ai complètement oublié que la meute de Nord-Bois est en effet ouverte aux autres races. Heureusement qu'il vient de me le rappeler. Tandis qu'il pique des épingles aux endroits stratégiques dans les différentes couches de tissus, je prends en moi-même la résolution de me rendre à Nord-Bois prochainement. Puisque je peux payer ma cape tout en rendant service, j'aime autant ne pas faire traîner les choses. Un rapide inventaire mental de mes différentes sacoches m'apprend qu'il me reste de la poudre d'églantier en quantité plus que suffisante pour soigner l'arthrose et autres problèmes articulaires. J'aurais préféré de la griffe du diable, qui soulage plus rapidement mais je suis tombée à cours quelques jours auparavant et ce n'est pas encore la saison. C'est une plante qui a besoin de chaleur. D'ailleurs à ce sujet :

"Oui, je connais la belladone. Je l'utilise souvent contre les douleurs musculaires et votre cadeau me serait sans doute très utile. Mais je m'étonne que vous en ayez en ce moment. La neige et le froid qui persistent empêchent la plupart des plantes dont je me sers de pousser."

Je me souviens de ma rencontre avec Raven et Astralÿs une ou deux cycles plus tôt dans la cabane du lac et de notre discussion. Comme quoi les Marcheurs seraient responsables de cet hiver contre nature. Pour ma part, je ne sais trop qu'en penser mais plus "l'été" avance, plus cette hypothèse ne me semble pas invraisemblable. Enfin, ce n'est pas le moment d'y songer. Pour l'instant, je ne peux m'empêcher de sourire en contemplant le splendide baisemain auquel se livre le dénommé Maldrik. Je ne cache pas que cela me fait plutôt plaisir. C'est la première fois que j'ai droit à une telle marque de galanterie. Cependant, plus que sa délicatesse, ce sont ces derniers mots qui éveillent ma curiosité et je penche légèrement la tête sur le côté pour lui demander :

"Si la simple mention de votre nom m'assure un si bon accueil, dois-je présumer que vous n'êtes pas n'importe qui chez les Nord-Bois ?"

Pas que j'y accorde de l'importance. Ce n'est pas son rang qui modifiera son attitude à mon égard. C'est simplement que ce jeune homme m'intrigue et que, maintenant que j'y prête attention, son port de tête fier et la noble assurance de ses prunelles d'acier au regard profond me disent que je n'ai peut-être pas affaire à un simple marchand. Mais je peux me tromper. C'est sans doute parce que je ne les fréquente pas assez pour y discerner les différences, mais tous les lycans que j'ai rencontrés avaient cette prestance abrupte. C'est sans doute leur part animale qui s'exprime...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Mar 22 Mai 2012 - 11:55

Maldrik gloussait légèrement au sujet des plantes qui ne poussaient pas en hiver, connaissant bien son territoire pour savoir que le laurier et le gui n'avait que faire de la neige et encore plus cette fameuse Belladone qui pousse dans un endroit bien particulier.
Il soulevait ce point en affichant un sourire courtois:


" - A vrai dire, cette plante pousse effectivement mieux au printemps et en été, mais étrangement, il semble que le lieu où elle a élue domicile ne l’empêche pas de foisonner même en plein hiver.
L'ancienne ruine qui se trouve là bas est dite "maudite" pour diverses raisons, et il semblerait que la Belladone se donne un coeur joie de pousser sur ces même ruines."


Et voilà que la douce humaine posait la question à laquelle il espérait ne pas répondre..
Pour ne pas l'effrayer, de peur qu'elle le voit comme un de ses nombreux congénères avides de sang et de pouvoir.
Il mit ses mains dans ses poches, fît quelques pas en la jaugeant de ses aciers.
Il claquait la langue avant de répondre:


" - Pas n'importe qui ? ... Cela dépend ... "

Il s'avançait un peu plus d'elle, sondant encore son esprit.
Pouvait-il seulement lui dire sans qu'elle ne se mette à genoux en suppliant grâce, comme si elle était devant un roi ?
Il n'en était pas un. Oui il était fier, il était droit et juste. Mais de là à voir une de ses cliente le traiter avec l'égard d'un chef, ça non, il le refusait.
Il était très simple et ici, au milieu des hommes, sur leurs terres, il n'était rien d'autre que Maldrik le couturier.
Si la chose venait à s'ébruiter parmi les hommes, pour sûr qu'il aurait quelques "ennuis".

Il décidait toute fois de lui faire un minimum confiance en s'approchant très près de sa joue.
Et dans un murmure délicieux il lui susurrait:


" - Sur mes terres, je porte le poids des miens car je suis celui qui les guide.
Et je vous prierais de garder cela pour vous."


Cette simple phrase énigmatique portait tout sons sens.
A elle d'en déchiffrer le code, il reculait sa tête en la regardant.
Un autre sourire aussi agréable se fixait sur son visage avant d'ajouter dans une voix quelque peu mielleuse:


" - Vous sentez le sable doucement caressé par la mer, c'est très agréable.. Savon d'huile de menthe poivrée, très intéressant."

Que dire des effluves de bois de Santal qu'il portait presque naturellement et se dégageait doucement quand il courtisait...
Maldrik restait ainsi à la contempler simplement en souriant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 25 Mai 2012 - 22:08

Je penche la tête avec curiosité en l'écoutant. Des ruines ? Fait-il allusion à cette crypte de la fièvre dont j'ai parfois entendu parlé ? Je pensais que les lycans ne s'en approchaient pas, sous peine de perdre le contrôle d'eux-mêmes. Celui que j'ai devant moi en serait capable ? Cette pensée m'arrache un sourire. Décidément, voilà un commerçant plein de mystères. Ce n'est pas déplaisant. Pourtant, quelque chose me dit que je ne suis pas au bout de mes surprises. Ma dernière question laisse Maldrik pensif. Il se rapproche de moi et me scrute de ses yeux d'acier de longs instants, comme pour juger si je suis digne de confiance ou pas. Je le laisse y réfléchir sans détourner le regard. Il est libre de me dire ce qu'il veut ou même de se taire, cela ne m'importe au final que peu. J'aime connaître les gens mais je respecte leur silence et il ne m'empêche pas d'échanger avec eux. Et puis, quoiqu'il décide de me dire, il est difficile de ne pas apprécier la compagnie de Maldrik.

Je le laisse se pencher vers moi et souris lorsque son souffle chaud sur ma joue et mon cou m'arrache un frisson. Cela fait longtemps qu'un homme ne m'a pas approché d'aussi près mais aussi agréable que soit cette sensation, je prête néanmoins attention aux paroles que me murmure sa belle voix grave. Ainsi, je m'adresse au chef de la meute de Nord-Bois. C'est plutôt surprenant. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit commerçant, surtout si loin des siens, au milieu des humains. Mais il est vrai que cette meute est un peu dispersée depuis quelques temps, je le sais pas des amis elfes. Sa présence en ces lieux n'est donc pas si incongrue que cela
.

"Ne vous en faites pas, je n'ai pas pour habitude de divulguer les secrets des autres. Mais vous cachez bien votre jeu. Je ne pensais pas que le chef des Nord-Bois tenait une boutique aussi élégante que lui."

Je me permets ce compliment, pour m'accorder au tempérament joueur de Maldrik. A vrai dire, son rang ne m'importe pas spécialement. C'était un homme simple et aimable quand je suis entrée, je ne vois pas pourquoi il en serait autrement maintenant qu'il m'a révélé cela. Ce qui risque de changer en revanche, c'est le tour que prend notre discussions. Je ris légèrement lorsque j'entends son compliment. Je sais que je ne le connais qu'à peine, mais ça me plait.

"Vous aussi vous avez un parfum agréable. Un bois exotique, non ? Je n'ai pas les sens aussi développés que les vôtres mais il me rappelle de doux souvenirs..."

Fa s'en servait pour calmer les nerfs et combattre la mélancolie. Je n'arrive pas à retrouver le nom de cette odeur suave et piquante mais je trouve qu'elle convient tout à fait à Maldrik. Sa compagnie aussi est charmante, enjôleuse... Pourtant, je ne bouge pas de ma place et me contente de lui rendre son regard pénétrant, un sourire presque mutin aux lèvres. Je m'avance peut-être mais je doute que ce cher lycan ne soit pas conscient de la séduction qu'il exerce. Son attitude calme et assurée montre qu'il a l'habitude de ce genre de galanterie et qu'il y prend plaisir. Non pas que je n'y prenne pas goût moi aussi mais...

"Vous faites d'aussi beaux compliments à toutes les clientes qui passent votre porte ? Vous devez avoir du succès auprès des dames."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Sam 26 Mai 2012 - 10:51

Maldrik sourit, elle soutenait son regard ce qui était rare.
Il servit les deux tasses de thé ajoutant une cuillère de miel dans chaque et les parfums du thé au jasmin emplissaient déjà ses narines.
La petite porcelaine sur sa coupelle se posait là, délicatement, comme un petit écrin au creux des mains d'Opale.
Elle posait des questions qu'il l'aurait certainement fait rougir, ne sachant pas vraiment pourquoi elle les posait à ce moment précis.
Il se complait alors à la confidence quelque peu cachée, n'aimant guère se dévoiler:


" - Mon odeur varie en fonction de comment la personne le reçoit mais on m'a souvent dit que je porte la douce marque des héritiers Dracks, bois de santal... pointe d'épices.
Je ne connais que trop peu mes aïeux pour vous le confirmer.
Elle est piquante comme tout Alfa dominant de meute au point que je pourrais vous imprégner sans même vous faire mienne."


Son visage portait une fine tristesse en trempant ses lèvres dans le thé.
Il se postait à la vitrine comme un gardien de chasse, le regard un peu perdu dans le vide:


" - Et non, mes compliments sont rares mais honnêtes. Et bien que mon père adoptif voudrait se voir couvert de petits chiots, j'ai bien peur de le décevoir sur ce point...
On me reproche bien assez de ne toucher aucune louve de ma propre meute ..."


Il soupirait avant de reprendre, secouant légèrement la tête:

" - C'est un peu sa faute, ce bougre de vieil Elfe... Je n'ai pas connu l'instinct sauvage de mes semblables, il m'a trop bien éduqué pour que j'en vienne à les prendre toutes comme la plupart de mes congénères et je ne nie pas que certaines femmes tentent leur chance.
Peut-être que je ne suis pas prêt à cela ...
Me voir comme un simple reproducteur, c'est assez ... peu engageant. Vous comprenez ? "


Il baissait un peu la tête, le visage fermé, revenant un peu plus vers l'humaine.
Il levait les yeux lentement affichant enfin un sourire agréable:


" - J'aimerais avoir un autre choix que celui là. Mais là encore, ce serait sans doute apporter une certaine déception, à mon père, à ma meute.
Et je ne le peux pas. Du temps.. Il me faut simplement du temps que je n'ai malheureusement pas.
Mais passons... Voulez-vous que je vous imprègne avant de vous aventurer chez les Nord-Bois ?
Ce serait beaucoup plus efficace que de citer mon nom..."


Maldrik souriait d'un air plus que malicieux tout en sirotant son thé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Lun 28 Mai 2012 - 19:20

Le sourire charmeur de Maldrik semble ne devoir jamais le quitter. Je ne m'en plains d'ailleurs pas, j'aime voir les gens sourire et je suis heureuse qu'il accepte de répondre à ma question, malgré sa brutalité. Il est vrai que ma franchise n'est pas du goût de tout le monde et que l'on me l'a plus d'une fois reproché mais je n'ai jamais été douée pour parler à demi-mots. Je préfère dire les choses comme je les pense plutôt que de courir le risque d'être mal comprise. Bois de santal, oui c'est bien cela, je m'en souviens à présent. Une senteur plus ou moins commune à tous les mâles dominants, d'après les dires du lycan. Presque aussitôt après m'avoir informé de cela, son visage s'assombrit, voilé par une légère tristesse venue sans crier gare. Je penche légèrement la tête sur le côté, curieuse. Son statut lui pèserait-il ?

Maldrik retourne se poster près de la fenêtre, comme lorsque je suis arrivée et commence à parler. Je l'écoute en silence, en étudiant de plus près ses traits harmonieux et l'étrange beauté qui se dégage de son regard métallique, perdu au dehors. Une famille. Il est vrai qu'en tant que chef de meute, il se doit d'engendrer une progéniture nombreuse et solide, pour la survie de son clan. Cependant, je ne peux m'empêcher de comprendre son point de vue et de donner raison. C'est sans doute parce que je ne suis pas lycane mais je ne pense pas que cela changerait quelque chose. A mes yeux, Maldrik n'a pas à justifier sa conduite et je ne me retiens pas bien longtemps pour le lui dire :

"En ce qui me concerne et si vous me le permettez, je pense au contraire qu'il est tout à votre honneur de prendre votre temps ainsi. D'une part parce qu'il est aussi peu engageant pour une femme de n'être qu'une simple matrice mais aussi parce que les enfants ne sont pas de simples présents que l'on offre en cadeau à quelqu'un."

Je m'interromps, baissant les yeux un court instant pour reposer ma tasse vide sur la table. Je reconnais parfaitement Ishüen dans la description que fait Maldrik des autres lycans. Malgré tout ce qu'il pouvait ressentir pour moi, il ne me considérait pas autrement que comme une compagne et c'est sans doute pour cela qu'il m'a prise quasiment sans sommation, avant de disparaître sans prévenir. Je ne le regrette pas, tout comme je suis heureuse d'avoir pu mettre son enfant au monde mais je reste convaincue que la façon de penser de Maldrik est la bonne.

"Votre père a bien fait de vous élever ainsi. Prendre le temps d'apprendre à aimer une femme ne peut qu'être bénéfique pour vous, elle et vos éventuels enfants. Ce n'est pas quelque chose qui se fait en un jour et ce n'est pas parce que vous êtes à la tête des Nord-Bois que vous devriez être privé de ce bonheur. Fonder une famille est d'abord un bonheur avant d'être une responsabilité, du moins je le pense."

Je me tais en lui adressant un sourire. Je ne veux pas lui dicter sa conduite car jamais je n'aurai un tel poids sur les épaules, je ne peux donc pas le juger. Mais je suis contente qu'il m'ait écoutée, que mon conseil lui serve ou pas à l'avenir. Toutefois, je n'ai même pas le temps d'y penser car le lycan me fait alors une proposition qui me surprend à nouveau. Passé l'étonnement, je ne peux m'empêcher de rire doucement en observant la lueur taquine qui danse sans l'acier de ses iris. Décidément, il se fait de plus en plus entreprenant. M'imprégner de son parfum pour que je parvienne plus aisément à Nord-Bois... J'avoue que jamais je n'y aurais songé. Si l'on considère qu'il est dangereux pour une humaine de s'aventurer seule en Thaodia, c'est peut-être préférable. D'autant qu'il a dit pouvoir le faire sans nécessairement devoir me prendre. Une question traverse furtivement mon esprit à cette pensée. Cela fait plus de 10 ans alors ce n'est sans doute pas possible mais reste-il de l'odeur d'Ishüen sur moi ? Ce n'est pas le moment d'y penser.

"Vous êtes plein de surprise et votre compagnie n'en est que plus plaisantes. Mais, même si je doute pas qu'être imprégnée de votre parfum soit très agréable, je préfère avoir des sentiments pour ce genre de choses. Vous m'en voyez désolée."

Je n'ai pas dit cela pour le blesser. Même si je prends beaucoup de plaisir à discuter avec lui et que je serais curieuse de découvrir un peu plus de sa personnalité, je ne suis pas assez intime avec lui pour accepter, même si je perçois toute la courtoisie qu'il a mis dans sa proposition.

"Comment tenez-vous cette boutique quand vos fonctions vous rappellent à Thaodia ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Lun 28 Mai 2012 - 20:46

Maldrik gloussait à la réplique de la jeune femme qui pensait sans doute qu'il allait abuser d'elle.
Il passait une main sur son front, secouant sa tête de déception, gloussant de plus belle pour finir par un rire léger:


" - Par tous les loups ! Pour qui me prenez-vous ? Je ne vais certainement pas vous infliger une quelconque horreur ! Je pense que vous n'avez pas compris alors laissez moi vous expliquer deux petites choses..."

Il ôtait son manteau, la chaleur un peu trop vive du poêle commençait à l'agacer mais n'en disait rien, il se mettait simplement à l'aise.
Pour peu qu'il commençait à faire confiance à cette humaine pour lui avoir dévoilé ce qu'il était, il restait quelque peu outré qu'elle pense à de telles atrocités de lui, il reprit d'un ton très calme, comme toujours, sans une once de colère:


" - Premièrement, je ne suis pas ... attiré par les femmes. Cela semble quelque peu ... Contraire aux règles. Et bien que je me dois d'avoir une louve à mes côtés je ne peux défaire ce que je suis. Et malgré votre beauté, car vous êtes belle, Opale, n'en doutez pas un seul instant, je ne vous toucherais en aucun cas sans en éprouver du dégoût. C'est ainsi."

Cette révélation lui piquait la gorge mais autant être clair avec elle. Il était gai, il l'avouait, même si cela lui coûtait cher et l'imprégnait de honte.
Il baissait quelque peu les yeux avant de reprendre aussi calme en fronçant un peu les sourcils:


" - Deuxièmement, il y a deux façons d'imprégner une personne. La première consiste à la faire sienne, ce que vous semblez avoir déjà vécu si mon odorat ne me fait pas défaut. La seconde nécessite seulement à tenir la personne dans ses bras, pour un Alfa de meute en tout cas. Mon odeur est bien plus forte que le lycan qui vous a ... marqué."

Il soutenait à nouveau son regard et bien qu'il n'aimait guère avouer ce genre de choses, il le devait.
Qu'elle comprenne ou non lui était égale, l'important pour lui était qu'elle n'ai pas crainte de lui comme un monstre. Et même maintenant, il doutait.


" - Je comptais simplement vous offrir mes bras, rien de plus que cela, Opale.
Mais soit! Je comprends votre réticence.
En ce qui concerne la gestion de ma boutique, je ne sais pas encore. Sans doute devrais-je la fermer le temps de mon court voyage. Bien que cela ne me soit guère profitable.
Ceci dit, j'espère que vous aurez moins piètre oignon en ce qui me concerne. Comprenez bien que vous êtes la première et sans doute la seule à qui j'ai osé dire tout ceci."

Il se fermait à nouveau. Buvant simplement son thé. Il en avait sans doute trop dit, il s'en mordrait sans doute les doigts plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Mar 29 Mai 2012 - 23:11

Je hausse les sourcils en entendant Maldrik rire et plus encore lorsqu'il se défend de vouloir me faire subir quoi que ce soit. En fait, lorsque je comprends ma maladresse, je ne peux m'empêcher de rire avec lui. Il est vrai que la méprise est amusante mais j'espère tout de même que je ne l'ai pas vexé alors que je me suis simplement mal exprimée. Comme quoi, même la plus pure des franchises n'empêche pas ce genre de bévue. Après avoir retiré son manteau, libérant ainsi les effluves entêtant de son parfum dans la pièce, il entreprend donc de m'expliquer avec plus de détails sa proposition et me rassure quand à ses intentions de manière surprenante. Ainsi, il n'est pas attiré par les femmes... j'avoue que je ne m'y attendais pas mais d'un autre côté, cela explique sans doute le fait qu'il semble aussi à l'aise avec la gent féminine. Tout comme le fait qu'il soit réticent à prendre une compagne. Sans un mot, je plonge mon regard dans les prunelles grises du lycan qui, pour la première fois depuis mon entrée dans la boutique, rendent les armes et se détournent. A-t-il honte ? Craint-il mon jugement ou ma réaction ? Il est vrai que la plupart des gens trouvent parfois cela étrange, anormal, voire monstrueux. Maldrik a-t-il eu déjà eu à subir ce genre d'opprobre pour se méfier à ce point de ma réponse et instaurer cette distance prudente entre nous ? En tout cas, il reprend son explication là où l'a laissé sans trop attendre.

Une étreinte, il ne s'agissait donc que de cela. Je comprends mieux pourquoi ma réponse l'a vexé. Il est vrai que son parfum est suffisamment puissant pour s'en contenter. Hochant rapidement la tête, je le laisse terminer et je sens distinctement, alors qu'il boit son thé, cette étrange barrière qu'il érige entre nous pour se protéger de ce que je pourrais penser. Cela a du être dur pour lui de me faire cette confidence. Sans cesser de chercher son regard métallique, je prends le temps de réfléchir à ce qu'il vient de m'avouer. Maldrik préfère les hommes, soit. Est-ce que cela me surprend ? Oui, c'est un fait. Puis-je comprendre cette attirance si peu commune ? Je ne sais pas. Cela change-t-il la moindre chose à la personne qu'il est ou à la sympathie que j'éprouve pour lui ? Non. S'il y a bien une chose dont je sois sûre, c'est celle-là. Je n'ai pas besoin de songer au-delà pour lui répondre, avec un doux sourire :


"Je suis désolée si mes mots vous ont vexé tout à l'heure. Je crois que moi aussi je me suis mal fait comprendre."

Tranquillement, je m'approche de quelques pas vers lui, appuyé contre la fenêtre. Je m'arrête lorsque je juge que la distance est idéale, ni trop loin, ni trop près, pour le regarder en face.

"Ma réticence n'est pas due à votre personne, ni même à votre goût pour les hommes. Simplement, même si je ne doute pas de vos intentions, c'est le fait d'être marquée par l'odeur d'un homme dont je ne suis pas amoureuse, quel qu'il soit, que je refuse. Puisque vous l'avez senti, je peux vous dire les choses ainsi : je n'ai pas choisi le premier et même si je ne l'ai pas regretté par la suite, j'aimerais pouvoir choisir le second."

Avant de conclure, je pose une main amicale sur son avant-bras, pour qu'il comprenne qu'il ne me dégoûte en rien.

"Malgré tout, je suis touchée par la confiance que vous m'accordez, alors que nous ne nous connaissions pas il y a moins d'une heure. Je vous en remercie."

J'appuie mes paroles d'un sourire et je romps le contact, sans m'éloigner pour autant. J'espère que ma paroles suffiront à le rassurer. Inutile de préciser que rien de ce qu'il m'a confié ne sortira d'ici par ma bouche, je l'en ai déjà assuré tout à l'heure et je ne vois pas l'utilité de me répéter.

"Si cela peut vous être utile, mon père tenait lui aussi un commerce et comme il s'absentait une grande partie de l'année, il confiait son affaire à ses apprentis en son absence. Je ne sais pas si cela vous est possible ou même si vous le désirez mais..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 1 Juin 2012 - 8:31

Maldrik la regardait s'avancer et se rassurait à ses propos en affichant un petit sourire.
Écoutant la jeune femme qui finit par lui toucher le bras en le regardant bien en face, il tapotait sa main en gloussant:

" - Ne vous inquiétez pas. Je suis bien au delà de tout ceci et il m'en faut bien plus pour me vexer. Je suis bien placé pour comprendre vos dires. "

Quand elle le remerciait, il penchait la tête, un petit signe indiquant que ce n'était rien et écoutait la suite en se frottant le menton:

" - Un apprenti... C'est vrai que je n'y ai pas songé.
Écoutez Opale, quand je donne ma confiance, celle-ci reste pour longtemps.
Puis-je vous demander si vous serriez capable de faire ce modeste travail pour moi?
Vous n'auriez qu'à prendre les commandes pendant ces quelques jours, ce n'est guère reluisant mais au moins je n'aurais pas à m'inquiéter de chercher en si peu de temps un apprenti ..."


Il posait sa tasse et la regardait, sûr de lui.
A près tout, il avait vraiment confiance en elle, sans trop savoir pourquoi, même si cela ne faisait que peu de temps.
L'idée semblait judicieuse et ici, son odeur bien marqué sur les lieux, elle ne risquait pas grand chose.
Il repris en douceur une simple question en penchant sa tête sur le côté:


" - Qu'en pensez-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 8 Juin 2012 - 23:17

Je souris en entendant sa réponse et sa main sur la mienne, même brièvement, me fait chaud au coeur. Je suis heureuse que nous nous soyons compris. Et je peux sentir que l'imperceptible distance qui s'était immiscée entre nous s'est évanouie comme elle était venue. Tant mieux. Maldrik a écouté ma proposition avec attention et semble y réfléchir sérieusement en se frottant distraitement le menton. Si je peux lui être un tant soit peu utile... Toutefois, je ne vois pas non plus venir la nouvelle surprise qu'il me réserve. Une fois de plus, je hausse les sourcils, stupéfaite. Garder sa boutique ? Moi ? Je le regarde poser sa tasse sans rien dire, encore un peu sous le coup de l'étonnement. Ses prunelles grises ont retrouvé toute leur assurance et quelque chose me dit qu'il est quasiment sûr de ma réponse. Pourtant, j'hésite. Je ne m'y attendais pas...

"Décidément, j'étais encore à côté de la réalité lorsque je vous disais plein de surprises. Pour être franche, je ne sais trop que vous répondre."

D'après ce qu'il me dit, il suffirait de prendre les commandes durant les quelques jours que durerait son absence mais je ne me fais pas trop d'illusions. Certains clients viendront passer commande et je n'aurais qu'à noter, certes. Mais d'autres voudront un renseignement ou un conseil, discuter d'un prix ou d'une matière, que sais-je encore. Et auquel cas, n'y connaissant absolument rien à l'univers du textile, je serai bien incapable de répondre de façon satisfaisante.

"Je ne demanderai pas mieux que de vous rendre service mais je n'ai pas la moindre connaissance dans votre domaine. Je craindrais de faire des erreurs et de nuire à votre commerce..."

Pourtant, tout en prononçant ces mots je réfléchis et observe une nouvelle fois le magasin, les vêtements sur les mannequins, les tissus sur les présentoirs et je jette même quelques coups d'oeil vers l'arrière-boutique, bien que je ne puisse pas la voir. Comme si je prenais déjà mes marques. Je souris intérieurement. Ce n'est pas très prudent, certes. Mais je mentirais si je disais qu'une petite expérience de quelques jours ne me tente pas.

"Toutefois, puisque vous me faites confiance... Peut-être que si vous prenez le temps de me donner quelques explications concernant la boutique avant votre départ, je pourrais m'en sortir, ou au moins ne pas vous conduire à la ruine. Enfin, si votre proposition tient toujours..."

Peu à peu, je reprends confiance. Je ne sais pas si je pourrais m'en sortir mais pour l'instant, il est inutile de se faire peur pour rien. Et puis, s'il me l'a proposé, c'est qu'il m'en estime capable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Dim 10 Juin 2012 - 10:44

Maldrik souriait comme un gosse devant une surprise pour peu qu'il lui était pas rare d'être aussi surprenant.
Et puis, de toute façon, il fallait bien faire tourner sa boutique.
En bon professeur, il montrait un peu en quoi consistait son antre de boutique, rien de bien surprenant, il était fier de son travail.
Cela se voyait surtout quand il touchait ses étoffes sans que la tristesse emprisonne son visage.
Il montrait avec joie le minimum à savoir concernant les habits déjà en vente, les quelques renseignements utiles et divers choses tout en finissant sa tasse de thé.
Il prenait le temps de tout noter soigneusement, une belle petite liste de choses à retenir puis rassurait Opale:


" - La plupart du temps, les clients achètent et ressortent. Ils ne s'attardent pas sur des questions trop exigeantes.
Pour ce qui est des retouches, il suffit de leurs spécifié qu'il faut attendre la fin de la semaine pour les avoir sans soucis particulier.
Ils ne sont guère regardant du moment que le travail est fait.
Pour les autres commandes, dîtes leurs de repasser en fin de semaine également.
Ne vous formalisez pas sur des questions qui vous semblent trop complexes."


Il se dressait bien droit, toujours aussi simple que d'ordinaire et ajoutait:


" - Cela vous semble hors de portée ?"

Pour peu que ce n'était guère compliqué de s'excuser devant un client et prétendre que le service n'est pas disponible avant les cinq jours qu'il avait besoin pour faire la broche d'Opale.
Il penchait sa tête sur le côté en la fixant et attendait un signe, une réponse ou que sais-je encore, enfin quelque chose qui indiquerait à Maldrik que ce travail n'avait rien d'insurmontable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Ven 15 Juin 2012 - 23:30

Je suis docilement Maldrik alors qu'il me fait découvrir son royaume d'étoffes moirées et de tissus soyeux. J'écoute attentivement toutes les informations qu'il me donne, sachant bien que je ne retiendrais pas tout aujourd'hui mais qu'elles me reviendront en temps utile. Mais surtout, je contemple son visage euphorique, son regard rayonnant. Sa joie sincère et enfantine est communicative et je souris aussi pendant qu'il me parle. Je suis contente d'avoir accepté sa proposition. Ça m'aura permis de faire une belle rencontre. Le lycan est très consciencieux malgré tout et me dresse une liste des choses auxquelles je dois penser pour faire tourner son magasin. Ça me sera très utile, en plus de tous ses conseils. Je hoche la tête, sans cesser de sourire pour lui répondre :

"Ça me le semblait il y a quelques minutes mais vous avez réussi à dissiper mes doutes. Je serai ravie de vous dépanner en tenant votre boutique pendant ces cinq jours."

Comme il me l'a dit, je devrais pouvoir m'en sortir. Il ne reste qu'à voir quand est-ce qu'il compte partir, que je sois prête le moment venu. Demain sans doute, ou même aujourd'hui. Je voudrais avoir le temps de régler certaines petites choses. Passer au quartier des herboristes, refaire un peu ma pharmacopée, prendre des nouvelles de la santé de Fa par un de ses apprentis, puisqu'il refuse toujours de me voir. Vu son grand âge, ce temps doit beaucoup l'affaiblir. Depuis 3 ans, chaque fois que je reviens à la Cité d'Aurore, j'essaie de renouer avec lui et chaque fois je ne suis pas admise à passer le seuil de sa boutique. Pourtant, je ne me décourage pas. Depuis que l'on m'a volé Nina, j'ai réalisé que mon père non plus n'était pas éternel et que si je venais à le perdre lui aussi, après plus de dix années de rejet, je le regretterais amèrement. J'aimerais pouvoir lui reparler, même une seule fois, avant que la mort ne l'emporte.

"Quand prendrez-vous la route de Nord-Bois ? Que je puisse être prête à prendre le relais jusqu'à votre retour."

[HRP : pourrait-on clore le rp bientôt ? J'aime beaucoup ton style d'écriture et ton personnage mais j'en ai promis un à quelqu'un d'autre et comme je ne veux pas en avoir plus de trois en cours... ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Sam 16 Juin 2012 - 10:05

Ravi d'entendre Opale aussi enjouée que lui, Maldrik lui tendit la feuille.

"Oh, je pense partir dans la nuit de demain voir l'aube du surlendemain.
Une dernière commande à régler.
Et bien.. Je crois que l'on s'est tout dit. Je vous laisse également un double des clef,
ne les perdez pas surtout."


Aussi tôt dit, aussi tôt fait. De toute façon, il n'y avait rien à voler dans cette
boutique à part quelques tissus sans grande importance.
Il lui donnait congé, le temps de ranger un peu et la guidait jusqu'à la sortie.


"-Tout ce passera bien, ne vous inquiétez pas et dans cinq jours ..
Vous aurez une parure digne de votre charme, Opale."


Il lui fît un petit clin d'oeil, riant légèrement.

[Hrp: No soucis. On peut clore maintenant, cela ne me dérange pas]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   Sam 16 Juin 2012 - 17:09

Je hoche la tête à la réponse de Maldrik. Demain ou après-demain, cela me laisse donc un peu de temps pour régler mes propres affaires avant de revenir m'occuper de son magasin pendant son absence. J'accepte la feuille et le double des clés, que je range aussitôt dans une des poches à ma ceinture en fermant solidement le cordon. Il faudra que je lui trouve un endroit un peu plus sûr plus tard mais pour l'instant ça conviendra très bien. J'y place également la petite liste de choses à faire. Je la relirai calmement quand je serai revenue à l'auberge. Pendant ce temps, le lycan a rangé quelque peu les reliefs de sa pause thé et me raccompagne galamment jusqu'à la porte. Je souris en réponse à son clin d’œil. Vraiment, quel adorable charmeur...

"Ne vous en faites pas, je n'ai plus d'inquiétude. Et je m'en voudrais de décevoir la confiance que vous placez en moi."

Sur le seuil de la porte, juste avant de retourner dans le froid du dehors, je prends ses mains dans les miennes et les serre brièvement, avec chaleur.

"Je ne doute pas que cette cape sera d'une excellente qualité. Je la porterai avec bonheur. Merci à vous, Maldrik."

Puis, après un dernier sourire, je tourne les talons et regagne la rue enneigée et glaciale. Un frisson me parcourt mais je le laisse passer. Même la rudesse du climat de cette pâle journée ne peut entacher la belle rencontre que j'ai faite aujourd'hui. Je reprends mon chemin vers la rue des herboristes, sereine.

[Partie. Merci beaucoup ! Au plaisir de rp avec toi de nouveau ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le couturier et l'Elfe (Partie 1) [Fini]
» Kaleï Niniel [Elfe, prédéfini jetable]
» Orfraie Ataliel, Elfe prédéfini [Terminée]
» Arinos, elfe
» Partie de plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-