Partagez | 
 

 Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Mer 2 Mar 2011 - 20:24

Màvreah, territoire hostile mais propice aux vampires. Briana s'y sentait chez elle. La journée s'était enfuie, pour laisser place à la nuit, à la vie des créatures maléfiques. La jeune blonde était enfin sortie de son bureau, pour aller se promener dans les rues de la cité d'Ambroisie, et peut-être même, faire des rencontres appétissantes ou intéressantes.
D'un pas léger et tranquille, elle s'avançait donc dans les rues sombres et lugubres de la bourgade. Les dernières échoppes étaient en train de fermer, et le calme commençait à s'installer. Il y avait deux mélopées que Briana aimait : les cris et le silence. Elle ferma les yeux, et sourit d'un air serein, qu'il était bon de vivre en tant que vampire. Elle était issue de la noblesse, et les nobles fuyaient le soleil, car il rendait la peau foncé, comme ces paysans qui travaillaient au soleil. Ressembler aux bouseux ? En voilà une drôle d'idée quand on est riche. Alors quoi de mieux que d'être une vampire ? Vivre la nuit, loin de ce soleil agressif, qui donne la vie à ces humains, qui les engraissent pour qu'elle puissent s'en sustenter. Tout semblait lier, et tout semblait lui sourire. Mais il manquait quelque chose à cette blondinette aux airs de nonne. En effet, elle était nouvelle dans la région, et hors des chasses, elle s'ennuyait terriblement de sa solitude, qui était quasiment omniprésente dans sa petite vie assommante. Alors, se disait-elle, peut-être qu'en marchant dans les rues d'une cité fréquentée par des vampires, peut-être qu'elle tomberait sur un de ses confrères, et ils chasseraient ensemble, partageraient leur nourriture ! Elle s'imaginait déjà, entourée de vampire, dans des orgies, des fêtes, où le sang coule à flot, les cris animant et déchirant des proies capturées la veille, tant dis que chacun s'occupait de son plaisir personnel. Tant dis que la brise devenait agressive, elle plaça son voile sur ses boucles blondes et soigneuses , et cacha légèrement son visage pâle, frais, qui lui donnait cet air humain et innocent.
Enfin, elle entendit des talons claqués sur la pavé. Le son régulier résonnait dans la ruelle, et s'amplifiait, Briana se prépara, se mit présentable, et vint s'adosser contre le mur d'un immeuble, fixant la venue de l'individu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Mer 2 Mar 2011 - 23:59

Les pas sans but de Lena la firent quitter l'épaisse forêt qui bordait la cité d'Ambroisie pour la mener dans cette ville où toutes les rues se ressemblaient et où chacune semblait pourtant guider vers un endroit différent. Toute l'agitation des villes n'avaient aucun charme pour la douce Lena qui préférait le calme de ses sous-bois. Pourtant, son instinct l'avait conduit jusqu'aux ruelles les plus profondes de la cité qui a cette heure étaient vides. Tous semblaient être partis vider quelques humains innocents, et les plus trouillards d'entre eux seraient aller s'attaquer à un écureuil. Lena sourit à cette pensée, c'était en effet la première proie qu'elle avait osée tuer après s'être rendue compte que son humanité ne lui appartenait plus. Depuis sa morsure elle n'avait encore jamais tué délibérément, par besoin ou par pulsion, une vie humaine. Il était important pour elle de préserver son humanité, elle lui appartenait malgré ce qu'elle était devenue et ce que son nouvel instinct lui susurrait chaque nuit à l'approche d'un village. Elle avait besoin de se sentir humaine et c'est pourquoi elle avait postulé au rang de Baronne. Ce statut lui donnait de l'importance presque humaine, il lui donnait des responsabilités qui l'empêchait de sombrer sous la pression de ses passions. Se noyer dans son travail ou dans une quelconque préoccupation dans importance prenait tout à coups de l'intérêt. Mais Lena en était consciente, c'était reculer pour mieux sauter.

Elle marchait lentement dans ces rues vides, virant à gauche, tournant à droite, ne lâchant pas la lune d'un seul oeil comme si elle pourrait s'envoler avec l'humaine qu'elle avait été. Et pourtant elle sentait le souffle de cette voix intérieure lui glacer la colonne vertébrale, prenant petit à petit du terrain sur elle-même. Tantôt calme, tantôt agité, le Vampire qui l'habitait était toujours présent. Elle chassait ces pensées comme pour le chasser lui aussi, mais il revenait toujours au moment propice. La semaine dernière elle avait crus s'être assoupis et s'était réveillée dans une joyeuse mare de sang, le corps d'une jeune femme baignant dedans. Elle n'avait pas eu besoin de passer sa main sur ses lèvres d'où coulaient encore du sang chaud pour savoir qui était l'auteur de ce carnage. Horrifiée elle avait battu en retraire, refusant de croire qu'elle pouvait avoir eu un lien avec ce bain de sang. Se voilant la vérité, elle avait cependant évité tout contact avec un être humain.

Dans le silence de la nuit, seul le claquement de ses talons sur l'asphalte venait bercer ses songes et annoncer sa présence. Elle était cette nuit vêtue d'une robe légère de couleur noire qui contrastait à merveille avec le blond pétillant de ses longs cheveux qui lui tombaient dans le dos en suivant le mouvement régulier de ses pas. Une intuition probablement la tira de ses pensées, puisqu'elle regarda à sa hauteur et elle une charmante jeune femme adossée au mur, le visage à demi voilé par une capuche légère. La pâle lumière qui produisait la Lune vint éclairer cette silhouette qui la rendit moins dangereuse et plus accueillante.

Sans se laisser dominer par sa timidité, Lena s'avança, un charmant sourire dessiné sur les lèvres. Elle s'adossa elle aussi au mur aux côtés de la blondinette et reporta son regard sur la Lune.

C'est une belle soirée pour ne rien faire, n'est-ce pas?

Son timbre de voix était amusé, son visage souriant et calme. Elle prit une profonde inspiration pour refouler la mélancolie que faisait ressurgir cette si belle nuit et continua:

Lena giorme, Baronne de Mavreah, si le nom de celle qui brise un si beau silence vous intéresse.

Lena sentait chez cette femme quelque chose de particulier, d'indéfinissable. Peut-être cette nuit n'était-elle pas le fruit du hasard. Mais avant qu'elle ait pu demander son nom à l'inconnue, une nouvelle silhouette se découpa dans l'éclat de la lune. Plus grande, plus masculine, effrayante dans l'ombre. Lena sentit ses jambes trembler un peu, les prémices avant qu'elles ne cèdent. Un froncement de sourcil creusant son doux visage d'enfant elle attendit, loin d'être confiante.


Dernière édition par Lena Giorme le Jeu 17 Mar 2011 - 22:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Jeu 3 Mar 2011 - 17:48

*Astharoth Amarthlossë ! *

A la pensée d’un tel patronyme, un frisson me parcourut le long du dos, me faisant ainsi frémir de dégout. Tel était mon nom, plusieurs centaines d’années auparavant. J’éprouvais un certain mépris pour la race elfique qui m’avait, autrefois, lâchement abandonné, après avoir prit la vie de mes chers parents. J’essayais de me détacher de cette race, mais je ne le pouvais réellement. En effet, je dissimulais mes oreilles elfiques derrière ma chevelure blonde, laissant croire à une origine humaine, mais je ne parvenais pas guère à abandonner les symboles de mon appartenance à la noblesse de cette maudite race. Peut être n’en avais-je tout bonnement pas envie. Il était certain que j’en éprouvais une certaine satisfaction. Appartenir à la noblesse dans une autre vie, une noblesse elfique fière et pure, ne pouvait être pour moi que pur régal. C’est pour cela que j’arborais encore fièrement les armoiries de mon ancienne famille, ma première famille et encadrant celles des de Bellcross, sur l’étoffe de tissu rouge sang qui pendait devant moi, à la ceinture de mon armure, masquant quelque peu mes cuisses. De plus, l’or de mon armure et de ma lance étaient clairement liés à cette famille dans laquelle j’avais vu le jour. Vous l’aurez donc compris je présume… J’aimais ma famille elfe, mais pas ce peuple misérablement couard et trop fiéreux. Cependant, aussi bien chez les elfes que chez les vampires, très peu de personnes pouvaient prétendre reconnaitre les symboles de mon ascendance elfique. L’Impératrice le savait, la famille rivale de la mienne dont était issu mon seul et unique ami Teranix était aussi au courant, ainsi, que quelques autres qui spéculaient dessus sans aucune certitude tant mon aversion envers les elfes était profonde.

A présent, j’appartenais à la famille de Bellcross, cette famille issue de la plus pure tradition vampirique, une famille très ancienne, voir même l’une des plus anciennes, ce dont on ne pouvait douter aux vues de mon millénaire. La particularité de ma famille résidait dans le fait que, de tout temps, les êtres vampirisés, étaient des nobles et en particulier, des elfes. J’étais le dernier elfe vampirisé par cette belle famille, le dernier mâle d’ascendance elfique. Les hommes qu’il restait, étaient des humains, mes cousins. 3 filles furent vampirisées après moi : mes cousines… Depuis lors, plus aucune adhésion n’avait été signalé dans notre clan. C’était désormais sur mes épaules que reposaient le nom, la fierté et l’honneur de cette famille fière à laquelle j’appartenais.

C’était emprunt de toutes ces émotions, mélange de fierté et de dégout, de mépris, de nostalgie et de joie, que j’arpentais les rues de la cité d’Ambroisie. Cette magnifique cité vampirique de laquelle émanait une certaine fierté vampirique. En effet, la cité était emplit d’être suceurs de sang et il y avait plus de vampires au kilomètre carré que partout ailleurs dans Mavreah. La grande majorité des nobles y vivaient, ainsi que l’Impératrice elle même. Je me sentais ici chez moi.

La nuit était douce et l’air transportait un léger parfum de sang qui m’emplit d’allégresse. J’aimais cette odeur. J’avais mis près de 250 ans à maîtriser mon instinct et les douleurs liées à ma transformation. Etant un elfe pur, à l’époque, il m’était extrêmement difficile d’assimiler ce changement d’état. C’était comme si mon corps rejetais cette… infection …

Les rues étaient calmes ce soir, quasi désertes même. Je sortais de chez le forgeron, celui-même qui avait forgé mon attirail, lorsque je fus intronisé membre à part entière de la famille De Bellcross. Je venais de récupérer ma chère lance, celle qui avait fait mon prestige à l’époque où j’étais elfe. Elle avait été reforgée et modifiée à mon intronisation et ne m’avait jamais quittée. Je l’avais faite réparée car lors de ma dernière mission, la lame s’était émoussée. Le forgeron lui avait fait une beauté et je lui avais passé commande d’un jeu de 6 dagues. Elles passeraient plus discrètement que mon arme, et je pourrai ainsi les utiliser comme arme de jet, étant donné que je ne possédais point d’arc. J’examinais un court instant le travail opéré par l’artisan.

*Quelle magnificence. Il fait vraiment un travail hors pair !*


Ainsi pensai-je. La lune se miroitait dans la lame. Je souris alors en pensant aux prochaines victimes que j’occirais. Je mis la lance, que je tenais jusque lors à la main, dans mon dos, tout en continuant ma promenade nonchalante à travers les rues de la cité. Teranix étant en déplacement je ne savais où, je m’ennuyais profondément. J’étais en manque d’action et assez à cran. Peut être espérais-je une quelconque rencontre en flânant ainsi.

Le calme régnait à présent en maître incontesté dans la partie où je me trouvais. J’étais complètement seul. Mes pas, aussi légers que ma condition elfe me l’imposait, résonnaient contre les murs des habitations, mais ils furent très vite enjoins par d’autres échos de pas. Ils venaient d’une rue adjacente à la mienne, mais ce stoppèrent. Peut que la personne qui avait créé cette mélodie de pas était rentrée chez elle. Poussé par ma curiosité, j’entrepris de passer là d’où provenait le son qui avait chatouillé les tympans. Je virais donc à droite. La rue était longue. Je m’y engageais, tout en gardant ma vitesse de croisière. Je crus, grâce à ma vision elfique, apercevoir au loin une forme adossée à un mur. Elle ne me regardait pas, semblant fixer un point devant elle ou du côté opposé au mien. Je continuais donc ma progression lorsque j’entendis d’autres bruits de pas. Visiblement ceux d’une femme car résonnaient les claquements de talons sur le sol. Très vite, la personne qui provoquait ce doux bruit apparut, débouchant d’une autre rue. Elle ne sembla pas non plus me remarquer, portant son attention sur la personne adossée au mur et prenant place à ses côtés. J’étais plus ou moins loin d’elles, mais juste assez prêt pour que le vent vienne rapporter les paroles prononcées, à mes oreilles.

-C’est une belle soirée pour ne rien faire, n’est-ce pas ?

*Quelle douce et mélodieuse voix*

C’est ce qui me traversa l’esprit à ce moment là. La voix s’était stoppée un court instant et avait repris.

-Mary Spring, Baronne de Mavreah, si le nom de celle qui brise un aussi beau silence vous intéresse.

*Ainsi, pensais-je, cette douce voix appartient à Mary Spring ? Quelle merveilleuse appellation… MA-RY SPRING… Tâchons de voir quelles créatures sont Mary et l’inconnue voilée. *

Un sourire mêlé d’excitation et de malveillance s’était sculpté sur mon visage angélique d’elfe. Sans doute émanait de moi une aura sinistre car l’une d’elle avait les jambes flageolantes et me fixait anxieusement. Je me fis quelques peu désirer, prenant mon temps pour arriver à leur hauteur, sans pour autant diminuer ma cadence.

*Quelle attitude vais-je bien adopter ?*

J’étais enfin face à elles. Je les balayais brièvement du regard et décidais de porter mon attention à celle qui portait une robe noire.

« Mary Spring… Voilà un nom doux nom que je saurai conserver dans ma mémoire. Il vous sied à merveille, étant en harmonie avec votre angélique voix et auxquelles je rajouterai votre indéniable beauté. »

J’avais donc opté pour une attitude amicale et flatteuse, pacifiste, mais je restais alerte. Je passais machinalement ma main dans mes cheveux, profitant au passage pour vérifier que la pointe elfique de mes oreilles était bien cachée, ce qui était le cas. Je laissais alors apparaitre un radieux sourire sur mon visage et repris.

« Oh ! Veuillez pardonner mon impolitesse Mes Demoiselles… Je me prénomme Astharoth de Bellcross, pour vous servir. »

A ces mots, j’adjoins une courtoise révérence et mon plus doux et sincère sourire. J’accentuais ainsi la douceur des traits de mon visage juvénile. Les gens, me croyant humain, me donnait à peine la vingtaine, une petite vingtaine, entre 20 et 22 ans. En revanche, pour ceux qui me savaient elfe et connaissaient à peu prêt leur sujet, on me donnait entre 120 et 150 ans, car même pour un elfe, je paraissais jeune. En réalité, mon corps elfique avait 235 ans à ma mort.

« Qu’est ce que peuvent bien faire deux aussi belles demoiselles que vous par ici ? »

Je les regardais à présent toutes les deux, mon sourire toujours accroché à mon visage, mes yeux passant de l’une à l’autre. Que me réserverait donc cette délicieuse soirée qui s’annonçait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Ven 4 Mar 2011 - 3:58

Quand Mary Spring se présenta à elle, avançant d'un pas léger, et le sourire aux lèvres, Briana admirait sa beauté. Elle ne fit rien, ne dit rien, et la laissa prendre place à ses côtés. Un sourire poli se dessina alors sur les lèvres de la blondinette. Une humaine se serait-elle avancée tout sourire vers une étrangère, dans une ville réputée pour être fréquentée par les créatures sanguinaires que sont les vampires ? Elle en doutait. Ainsi elle en déduit que cette jeune femme était une de ses semblables, et ce n'était pas pour la déplaire. Elle était élégante dans sa démarche, et séduisante dans ses gestes, dans ses expressions. Elle avait sans doute les mêmes intentions que Briana : trouver une proie, chasser, manger. Mais cette idée fut balayée, quand celle-ci commença à prendre la parole :

C’est une belle soirée pour ne rien faire, n’est-ce pas ?

Elle s'agaçait d'elle-même, une fois de plus elle s'était trompée dans son jugement. Mais elle était persuadée que c'était une vampire, une telle prestance, une telle grâce, tous ces éléments annonçaient sa race. Mais elle avait l'impression que celle-ci cachait quelque chose, son regard disait tout, et la contredisait dans son attitude. Son sourire était gai, mais son regard était triste. Enfin elle se nomma, et elle put donner un nom à ce si joli minois. Elle inclina la tête, au moment ou elle voulut parler, pour se présenter aussi, et la complimenter sur son charme. Mais soudain, un homme en armure, blond et grand s'avança, commençant à prendre de la hauteur. La vampire dû même lever la tête pour détailler son visage. Elle lui adressa un sourire aimable, mais celui-ci se souciait plus de Mary que d'elle. Cela ne la gênait pas. Son petit tour de drague l'amusait, et elle ne pu s'empêcher de rire lorsqu'il fit ses trivialités; quelle trivialité ! Enfin, pas de doute non plus sur son statut, il était lui aussi un vampire, ce caractère enjôleur, raffiné et confiant, ce ne pouvait être que ça. Mais son personnage l'intriguait, il semblait assez dément, avec ce mélange de cruauté et d'innocence sur son visage. Elle sourit d'un air amusé, c'était son rôle aussi.
Avec ses boucles blondes et soigneuses, recouvertes d'un voile orangée, on pouvait croire que c'était encore une vierge innocente et naïve. Et sa peau pâle et douce, comme un teint de poupée de porcelaine, cela ne pouvait que renforcer l'image de pureté et de pudeur. Elle referma un peu son voile, pour éviter que la brise trop fraîche à son goût, ne vienne s'immiscer dans sa nuque ou derrière ses oreilles : cette sensation lui était désagréable. Elle remarqua lors de sa courbette, que Astharoth était inquiet, il avait cette manie de passer sa main dans sa chevelure blonde et fine. Elle plissa les yeux, essayant de distinguer la cause de son anxiété, mais elle abandonna très vite, quand il questionna les deux jeunes femmes, elle regarda la baronne d'un air interrogatif, mais finit par répondre :


Je voulais sortir, et faire des rencontres, je pense que c'est bien parti.

Elle sourit d'un air espiègle, tant dis que ses yeux se remplissaient d'autant de malice. Briana était satisfaite, et joyeuse d'avoir enfin rencontré des vampires, elle se sentait moins seule à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Ven 11 Mar 2011 - 0:34

Lena rougit devant les courbettes du beau vampire, c'est-à-dire qu'elle n'était pas habituée à tant d'usages en si peu de temps. Il se nomma Astharoth de Bellcross, et Lena se fit la réflexion que c'était un nom bien compliqué qu'elle s'amusa à balbutier un certain nombre de fois avant de réussir à le prononcer d'une traite. Elle sentit ses pommettes s'échauffer alors qu'elle trouvait sa situation ridicule. Dans une rue déserte an soir de lune pleine qui laissait assez de pénombre aux prédateurs pour chasser leur proie et terminer cette nuit dans un bain de sang, elle était en compagnie de deux parfaits inconnus qui étaient bien trop gentils pour n'avoir que de bonnes intentions envers elle. Cependant elle se ravie de leur présence et ne se questionna pas davantage.

Je ne crois toujours pas connaître votre nom,

Elle adressa un sourire à cette femme dont l'étoffe voletait au vent léger et perçu qu'émanait de cette inconnue quelque chose d'incroyablement fort. Contrôle, calme et animosité à la fois. Peut-être même une certaine cruauté, comme beaucoup de vampires, certes. Le vent amenait avec lui le doux parfum du sang frais qui semblait couler à flot dans les quatre coins de Mavreah. Elle se sentait bien dans cette ambiance douce et chaleureuse.

La chasse a-t-elle était bonne, compagnons?

Son ventre grognait encore de ne pas avoir été assez noyé d'un sang de qualité. Elle se demanda si ses camarades ressentait la même faim. Elle nourrissait l'espoir que peut-être voudraient-ils partir en chasse en groupe, chose exceptionnelle pour le Vampire, être froid et solitaire. Lena n'avait pas tant besoin de sang au final, ses espérances seuls pouvaient la combler. Mais Minaj, la chose en elle qu'elle avait nommé, n'était pas de cet avis. Elle la poussait à quitter le groupe et à se diriger vers un village pour commettre un quelconque crime horrible. Lena fronça des sourcils sous la pression de sa lutte intérieure. En relevant la tête, elle croisa le regard d'Astharoth et se détendit, souriant de nouveau.

Minaj, elle l'avait appelé ainsi pour la dissocier d'elle-même. Non, Lena n'était pas cet être cruel et dénué d'humanité. Minaj devait mourir. C'était l'une ou l'autre, et pourtant, Lena le savait: L'une ne pouvait vivre sans l'autre.


Dernière édition par Lena Giorme le Jeu 17 Mar 2011 - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Ven 11 Mar 2011 - 14:34

La demoiselle voilée avait osé rire. Je ne savais si c'était de la moquerie ou nerveux. Je la regardais à présent elle et seulement elle, une lueur démente dans yeux. Elle était blonde elle aussi et avait les cheveux bouclés. Son visage était innocent donnant l'impression qu'elle était fragile et son voile orangé accentuait le tout.

*Bute là Atsarûth !!! Elle se moque de nous j'en suis sûr ! Laisse moi sortir. Je vais lui apprendre moi ! Ne faisons plus qu'un comme on l'a toujours fait ! Laisse toi aller à ta folie meurtière. En plus, tu es en mal de sang, n'est-ce pas? Cède ! Tue et abreuve toi ! ATSA !!!!*

Je tentais de restais maître de moi même, ne laissant rien paraitre de ma démence, hormis la lueur dans mon regard provoqué par son rire. Rire ainsi lorsque je m'annonçais ? Etait-elle suicidaire ? Bien sûr que non. C'était-un vampire. Aucune jeune fille humaine ne se serait mise ainsi en évidence dans les rues de cette cité à cette heure-ci et se serait encore moins permis de rire aussi ouvertement en présence de deux inconnus. J'étais bel et bien tombé sur deux vampires. La flamme démente qui semblait gagner en intensité dans mon regard s'éteint alors, douchée par son sourire amusé. C'était une consœur, je n'avais pas vocation à tuer mes semblables sans aucune raison plus profonde qu'une envie de meurtre dictée par la folie qui m'habitait. Elle regarda un instant la jeune baronne d'un air interrogateur puis pris l'initiative. Je fus donc totalement calmé lorsqu'elle prit la parole et ma curiosité reprit le dessus.

Je voulais sortir, et faire des rencontres, je pense que c'est bien parti.

Je perçu de l'espièglerie dans son sourire et un pointe de malice. Elle semblait s'ennuyer elle aussi et était sortie pour trouver quelque divertissement que ce soit. Je ne pus m'empêcher de ressentir une pointe de compassion pour elle. Je savais ce qu'était l'ennui, après tout, c'est ce qui m'avait poussé à flâner dans les rues ce soir et qui avait guidé mes pas jusqu'à elles. Elle avait l'air heureuse de nos présences. Je lui adressais donc un sourire chaleureux.

Je me concentrais de nouveau sur Mary. Elle avait rougi de mes paroles et cela me fit sourire de plus belle.

Je ne crois toujours pas connaître votre nom,

Elle adressa alors un sourire à l'inconnue voilée. Je sentis une odeur de sang me chatouiller les narines alors qu'elle poursuivait ses dires.

La chasse a-t-elle était bonne, compagnons?

Son ventre grogna et elle fronça les sourcils. Je l'observais alors attentivement. Elle semblait en lutte intérieur avec quelque chose. J'eus la sensation qu'elle et moi étions à peu prêt pareil. Non ! Moi je mettais juste en stand by cette part obscure de mon être afin de pouvoir atteindre l'objectif que Teranix et moi nous étions fixés. Elle... Elle, c'était autre chose... Je ne savais pas ce que c'était. Cependant, je ne laissais rien paraitre de mes pensées. Je pris alors l'initiative de la parole.

"Pour ma part, je ne chassais point du tout, mon terrain de chasse de prédilection étant à l'opposé d'ici... Je m'en viens tout simplement de chez monsieur le forgeron à qui j'avais confié le soin de réparer ma chère lance. Et pour votre part Demoiselle Spring et chère Demoiselle à l'identité encore secrète ?"

Mes paroles étaient sincères et amicales. Aucune ironie ni autre sentiment négatif n'était à signaler. Je me sentais juste bien, parmi les miens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Jeu 17 Mar 2011 - 0:57

En silence, Briana écoutait simplement, et observait les nouveaux visages qu'elle avait en face d'elle. Mais c'est surtout à Mary Spring qu'elle donnait toute son attention. Son sourire était serein, presque figé, comme si sa bouge avait toujours été comme telle, et qu'elle ne souriait pas réellement. Cependant, on pouvait lire dans son regard une admiration et une passion pour son interlocutrice qui semblait gênée par les silences qui s'installaient brièvement entre les trois inconnus. Elle tentait d'animer la conversation en lui posant des questions, et en alternant les regards entre elle et Astaroth. Quand Mary ne la regardait plus, elle suivait aussi le regard de cette dernière, qui se posait donc sur Sire De Bellcross. Ainsi, les regards s'échangeaient furtivement, et Briana aimait ça ; elle avait l'impression d'être complice de ces deux étrangers, comme si les vampires étaient connectés ensemble par un lien invisible, qu'elle ne savait discerner. Enfin, elle se rendit compte rapidement que le futur vicomte la fixait d'un air étrange, comme s'il était absent, perdu dans ses pensées. Alors elle pencha la tête en avant pour tenter de comprendre ce qu'il avait, mais cela ne dura que quelques secondes, ainsi personne ne put s'apercevoir de ce qu'elle venait de faire. Elle se redressa assez vite, et remarqua alors qu'il était revenu "sur terre". Ainsi, elle put une nouvelle fois esquiver la question sur son identité, quand la baronne reprit la parole tant dis que son estomac criait famine. Alors son sourire se transforma, comme si elle était émue de cette jeune femme si spontanée et ouverte. Alors ce fut au tour d'Astaroth de parler, enfin, Briana trouvait qu'il se vantait, surtout. Confier le soin de réparer sa chère lance, encore une fois elle s'empêcha de rire, ce qui produisit un pincement de lèvre et une grimace assez pittoresque, qui cependant, arrivait à cacher sa raillerie. Toutefois, elle ne voyait pas dans ses moqueries une onde de méchanceté, simplement de la taquinerie. Car, en réalité, elle appréciait les petites manies de cet homme, qui semblait un peu pompeux sur les bords, mais elle se persuadait que c'était une caractéristique de la noblesse, et qu'il avait sûrement été élevé avec une éducation fondée sur la politesse et les manières courtoises ; elle avait aussi connu ça. Mais elle se disait qu'entre vampires, il n'y avait pas de manière à avoir, surtout pas en soirée dans une cité fréquentée par ses semblables, elle voulait juste être sur le même pied d'égalité, et ne pas paraitre trop supérieure, ou trop zélée par toutes ses manières qu'elle se servait souvent. Puis elle tourna la tête après le discours de sire De Bellcross, et répondit simplement :

Elle l'est toujours.

Après cela, elle reprit son sourire bienveillant et doux, tant dis que ses yeux continuaient de montrer qu'elle était impatiente de continuer d'admirer la baronne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    Jeu 17 Mar 2011 - 19:17

Mary était à la fois gênée et excitée par ces brefs échanges entrecoupés de silence qui en disaient plus long que leurs paroles. Elle ne cessait de sautiller sur place d'appréhension, la faim lui dévorant ce qu'il restait de son estomac. Plus une soif qu'une faim, d'ailleurs. Mary lança un regard furtif vers la vampire voilée et voulu la secouer en lui hurlant « c'est quoooi ton nooom?! » Mais elle se ravisa et se dit que ce n'était peut-être pas une manière d'agir en tant que Baronne autant qu'en tant que vampire. Quoique l'idée de voir la jeune femme secouée comme un poirier ne lui était pas désagréable et la fit même rire.

La faim grommelait maintenant, incessante, lui tapant sur les nerfs de toutes ses forces. Minaj réclamait le petit déjeuner que Mary ne pouvait lui apporter. Elle ne voulait pas quitter la bien trop charmante compagnie de ses confrères. Pour une fois qu'elle trouvait une créature qu'elle ne veuille pas abattre. Peut-être était-ce seulement la menace qui émanait d'eux qui doubla sa crainte. Elle pressentait avec justesse que si elle tentait une quelconque agression elle se ferait ouvrir toutes les veines et artères avant qu'elle n'ai eu le temps d'avoir mal.

Soudain, un parfum floral parvint jusqu'à ses narines. Elle huma le doux parfum qu'elle avait déjà senti quelque part. Une odeur d'elfe. Elle s'humecta instinctivement les lèvres alors que la peur suintait de chaque pore de cette peau elfique qui ne devait pas être bien loin. Elle scruta la pénombre d'où se découpait déjà la silhouette fine et élancée d'une créature complètement perdue.

[HRP: j'ai pas réussi à contacter un de vous avant, au prochain tour, je vais faire rentrer mon 2e personnage, Keri, une elfe, et on va s'la bouffer dans les règles de l'art Smile Si vous êtes d'accord! Sinon envoyez moi un message et je modifie ce post Wink]

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenez-vous de cette nuit. [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Souvenez-vous... l'été dernier
» [JOUR 5] - "Le ciel est rouge, beaucoup de sang a coulé cette nuit."
» Souvenez-vous, il y a 220 ans...
» Que pensez vous de l'oeuvre en elle-même?
» Mais vous êtes qui vous ? (Pv : M-A)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-