Partagez | 
 

 Le lien du passé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Le lien du passé...   Ven 26 Aoû 2011 - 22:22


Les premières lueurs de l’aube illuminèrent la contrée naine alors que le guerrier quittait Kazad Duraz. L’imposante entrée de la capitale se voyait défigurée par la bataille qui eu lieu il y a de ça quelques jours à présent. Ayant renvoyé ses troupes en Evanya, donnant congé aux soldats d’Eléänya, ils repartirent en direction de leur terre. Le commandant se devait de continuer sa quête en tant qu’émissaire et ne pouvait rentrer maintenant chez lui, même si la guerre contre les gobelins avait certainement dû changer beaucoup de choses. Le mal n’était plus, les pertes furent nombreuses et les blessures profondes mais le cœur de l’elfe ne voulait interrompre ce pourquoi il était réellement venu en Angaïla.

Franchissant la majestueuse entrée de la capitale naine, ou plutôt ce qu’il en restait, il parcouru la grande allée de pierres tandis que Yalmenël survola celle-ci avant de se poser devant l’émissaire d’Evanya. Un sourire s’afficha à son visage, le guerrier n’avait d’autre compagnon que lui et une confiance aveugle en ses actes. Plus d’une fois, le faucon le sauva durant la guerre, les deux amis s’en voyaient liés à jamais bien que pour Yalmenël sa première rencontre avec l’elfe ne pouvait dépasser ce qu’il avait fait, à savoir lui sauver la vie des braconniers de Tarik qui furent pour la plupart tués et les faucons prisonniers de ceux-ci libérés.

Son armure bleutée avait était restaurée par les forgerons de Kazad Duraz et ses vêtements retravaillés sur mesure par quelques couturières naines. L’arc à son dos, la dague à la ceinture et le collier de son père autour du cou, dissimulé en dessous de son armure, il se retourna, déposant un dernier regard à la capitale naine… espérant que la paix s’y installe pour l’éternité.

Une main vint à s’entrelacer aux plumages du faucon.

- Parcourons Ephaëlya, mon beau!
Plus rien ne nous retient…


A ces mots, l’elfe chevaucha la créature mais celle-ci ne bougea sous les ordres du soldat. Un nain venait de crier son nom, courant à sa rencontre avec mal, il semblait vieux de par sa barbe et sa démarche. Il n’eu fallut longtemps à Ayliän pour reconnaître le vieux nain qui lui sauva la vie lors de la bataille du lac tout autant que lui avait sauvé la sienne durant la bataille de Kazad Duraz. Un lien se tissa entre les deux êtres, ne sachant pourquoi, Ayliän semblait voir en son regard beaucoup de compassion bien qu’ils ne s’étaient parlés durant la guerre.

Le soldat d’Ardamir resta sur son faucon, attendant que le vieux nain, dont le casque semblait étrangement appartenir aux faucons d’Evanya, ne le rejoigne…

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~


Dernière édition par Ayliän Faën le Lun 12 Déc 2011 - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Un départ précipité...   Sam 27 Aoû 2011 - 0:37

Allez, vieux crouton, rentrons chez nous!

Plusieurs jours passèrent depuis la guerre d’Angaïla et le vieux nain en avait assez de rester à Kazad Duraz. Depuis la fin de la bataille contre les gobelins, la fête battait son plein dans toute la cité, les tavernes qui n’avaient été détruites restèrent ouvertes de jours comme de nuit, offrant alcools et chants, proposant aux diverses races de fêter cela sans aucune tensions quelconques. Thrag était trop vieux pour ces choses là bien qu’il eu vent d’une grande fête qui allait se dérouler à l’auberge d’Azgal après sa rénovation… d’ici un cycle ou deux normalement…

Thrag avait sa propre idée, attendant que le commandant de l’armée elfique soit seul pour s’en approcher et peut-être lui parler quelques instants. Durant la bataille de la capitale naine, il comprit bien vite qu’il ne s’agissait donc pas de son vieil ami d’antan mais de son fils légitime et que les événements qui leur avait permis de se croiser durant la guerre s’en venait à être la volonté de son père, Khalän… son vieil ami... maléfice ou magie? Il se devait de comprendre pour soulager sa peine qu’il portait depuis de très longues années maintenant… de trop longues années…

Le vieux bougre eu vent durant une beuverie que l’elfe au faucon avait renvoyé une partie de ses troupes en Evanya tandis que d’autres restèrent pour faire la fête en Angaïla étant donné que le commandant leur donna congé. Si les dires alcoolisés des lycans et des elfes étaient vrais, Ayliän Faën, fils de Khalän Faën, quittera la capitale naine d’ici deux jours…

A cette nouvelle, Thrag se prépara, s’occupant de réparer sa vieille armure qui bien qu’encaissée de nombreux coup avait tenue bon. Un forgeron s’y attela, rehaussant son armure renfoncée par les coups d'assaults, remoulant les bordures de son casque et sa dague brisée qui ne l’était plus à présent. Son arbalète sur le dos n’avait connu trop de supplices et était encore bien solide et sa hache n’avait pour ainsi dire aucune faille, tranchant tant d’ennemis, elle se voyait bien plus importante encore aux yeux du nain qui la portait avec fierté. Il fit un dernier tour chez un armurier et s’y acheta quelques carreaux d’arbalète.

Après deux jours d’attente, l’aube vint à plonger Angaïla dans un bain de lumière.
Ce matin là, Thrag n’avait vu l’heure passée et se réveilla en trombe.. le départ du commandant elfique était prévu aux premières lueurs du soleil. Il se prépara en un clin d’œil et quitta précipitamment la petite auberge où il s’y était installé. Ses pas furent lourds, il se mit à courir à travers les ruines de Kazad Duraz, se remémorant certains moments de la bataille qu’il valait mieux oublier. Après une course exténuante, le vieux bougre arriva à la grande porte de la capitale, la grille s’étend élevée depuis quelques temps déjà, il aperçu au loin, un peu avant la forêt Ancestrale, l’elfe et le faucon sur le chemin de pierre.
Le nain fut soulagé bien que paniqué lorsqu’il vu le commandant chevaucher sa monture.

Rattrape-le, vieux crouton, dépêche!

Le vieux nain se mit à courir non sans mal, ses pas vinrent à vaciller dû à son ancienne blessure à la bataille du lac mais le poids de son armure et de ses armes ne furent pas à son avantage également. Il laissa échapper un cri, espérant interpeller le guerrier.

- COMMANDANT FAËN!!

Bien joué, vieux crouton!

L’elfe se retourna en sa direction, attendant que celui-ci le rejoigne.
Arrivée à sa hauteur, le nain se courba mettant ses mains à ses genoux, essoufflé, il lui fallut quelques secondes pour se remettre de sa course. Il releva la tête en direction de l’elfe plutôt intrigué.

- Nous ne… nous ne nous connaissons pas mais j’aimerai beaucoup vous accompagner…

J’ai connu votre père…


Le regard de Thrag se perdit dans le bleu océan de celui de l’elfe qui semblait bien surpris à cette révélation pour le moins déstabilisante.
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Un nain bien étrange...   Sam 27 Aoû 2011 - 15:08

Une jolie matinée bien que le sang des morts de la guerre était encore présent à Kazad Duraz, à ses alentours et en direction du lac des mystères. Quelques familles naines vinrent à la capitale prendre les corps de leurs défunts, d’autres pleurer les disparus…
Il était dur de fêter cette victoire lorsqu’on y voyait toute l’horreur se propager après. Telles étaient les conséquences de la haine…

Pourtant la fête ne manquait depuis la fin de la guerre… hommages aux morts de toutes races…. hommages à la vie et à la contrée… à son indépendance et à sa fierté…

Le vieux nain venait de stopper sa course devant l’elfe et le faucon, il semblait bien épuisé, les forces le quittaient avec l’âge. Ayliän le regarda attentivement, il n’était comme ses autres confrères, vêtu dans un style bien plus elfique que nanique.
A en croire qu’il s’aimait à se croire être elfe…

- Reprenez-vous, maître nain! dit-il quelque peu inquiet.

Quelques secondes s’écoulèrent, laissant au silence régner un petit temps. Lorsque le nain se redressa, il prononça des paroles bien étranges. Les lèvres d’Ayliän formèrent un arc aux dires du nain et celui-ci poussa un petit rire plutôt surpris.

- Je pense que vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre! Mais je me souviens vous avoir vu à plusieurs reprises durant la guerre… vous êtes braves et savez combattre. Nous nous sommes sauvez la vie mutuellement… je ne l’oublierai… merci.

L’elfe fit une moue réfléchi en le regardant et reprit.

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de m’accompagner, vous semblez bien faible et votre endurance donne raison à votre âge. Je compte beaucoup voyager, vous savez… Retournez chez vous, maître nain… prenez soin de vous.

Ayliän inclina la tête au nain essoufflé et ordonna à Yalmenël de prendre son envol. Le faucon s’expulsa du sol de quelques battements d’ailes et s’éleva un peu plus haut. Quant au nain, il resta sur place ne sachant que faire pour retenir le commandant d’Evanya…

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Un nom familier...   Dim 28 Aoû 2011 - 19:18

Le vieux Thrag ne savait quoi répondre aux dires de l’elfe certain d’une erreur. Son franc parlé lui était tout aussi convaincant que le nain se demanda une demi-seconde s’il ne s’était réellement trompé… Il fut touché aux paroles du commandant lorsqu’il se souvint l’avoir vu durant la guerre, ce que Thrag n’avait de cesse de se ressasser depuis ces moments importants.

Les mots du guerrier ne renversèrent la situation, laissant Thrag dans une impasse sans pareille. Lorsque le faucon s’envola, abandonnant Kazad Duraz, Thrag resta immobile ne sachant que dire, perdu dans ses pensées… il s’essayait à retrouver un nom bien familier que seul le fils de Khalän et lui-même connaissait. Après tant de lettres envoyées, tant de mots entre son vieil ami et lui, il venait à en oublier le nom de la personne qui vint à bouleverser leur amitié et leur promesse… une personne qui n’avait d’autre arme que l’amour…

Bon sang, rattrape-le, vieux crouton!

Thrag leva la tête en direction du faucon à quelques mètres en hauteur et se mit à parler de plus en plus fort avec certitude.

- Elvëa Lómë…
Elvëa Lómë...
Elvëa Lómë!


Son cœur poussa à prononcer ce nom avec tant de franchise qu’il s’aimait à se le dire tant le passé s’en voyait reprendre vie bien qu’il n’eu connu cette personne… Son coeur se mit à battre intensément en sa poitrine, espérant que l’elfe s’en vienne à entendre ses mots... car après son envol, il serait bien dur de le retrouver… et le nain ne pouvait accepter de le voir partir…
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Vibration troublante...   Lun 29 Aoû 2011 - 17:46

Le ciel était dégagé, une belle journée se voyait égayer la contrée d’Angaïla après le massacre de la guerre. Ayliän s’en aurait été allé si les dires du vieux nain ne l’interpellèrent comme une vibration troublante en son cœur. Les yeux de l’elfe s’écarquillèrent, les cadences de son cœur vinrent à être disproportionnées. Ne sachant comment rivaliser avec ce coup de masse qu’il venait de recevoir, il guida le faucon à reprendre pied à terre et descendit de celui-ci en s’avançant vers le nain.

Le nom de sa mère venait de retentir dans les airs, de la bouche du nain, elle s’en voyait ressurgir tant de souvenirs de son père lorsqu’il s’aimait à raconter quelques anecdotes sur son amour d’antan… Une moue confuse vint à esquisser le visage du commandant qui se mit à parler difficilement.

- Com… comme… comment connaissez-vous ce nom? Qui êtes-vous?

L’elfe se mit à ne plus savoir réfléchir, il était très rare que le doux nom de sa mère lui traverse l’esprit ne l’ayant pour ainsi dire jamais connu… morte en lui donnant la vie, il y a de ça 218 ans…

Le Gardien de la Nature resta à quelques pas du vieux nain, attendant une réaction avec impatience, contrairement à la normale. La détresse put se lire distinctement dans son regard, il lui fallait une réponse…

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Si lointain déjà...   Ven 2 Sep 2011 - 0:22

Le vent souffla en la faveur du vieux bougre, le soulagement put se lire à son visage lorsque l’elfe posa son faucon et mit de nouveau pied au sol. Ce nom ne lui était indifférent et cela était bien normal, peut-être un peu brusque, mais Thrag n’avait trouvé d’autre solution pour attirer son attention. Un peu confus, l’elfe bafouilla à en perdre la raison, pour le moins déstabilisé. Le vieux nain se devait de lui expliquer à présent. Ce qu’il fit après avoir reprit son souffle, encore une fois.

Allez, vieux crouton! Dis lui!

L’elfe se tenait face à lui de quelques pas seulement, Thrag leva les yeux au commandant et parla avec son cœur… un cœur qui n’avait plus battu depuis si longtemps maintenant…

- Votre père était un grand homme... et c'était aussi mon meilleur ami...

Il semblait perdu à ses pensées avant de reprendre.

- Il y a de ça fort longtemps, 237 ans pour être exact, votre père et moi nous sommes rencontrer…
Nous avons voyagé de longues années ensemble en Angaïla…


Thrag s’arrêta de parler, pensant en dire de trop d’un coup, se disant que Khalän n’avait dû lui parler de son existence.
Un peu déçu, le vieux nain baissa le visage, attendant que l’elfe ne réagisse à ses dires.
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Nylmö...   Dim 4 Sep 2011 - 2:09

Le visage du nain s’assombrit, se baissant inexorablement à la perte de ce qui semblait être un espoir tandis que celui de l’elfe s’illumina, surprit d’une telle révélation. Son cœur se noua, ses souvenirs s’en vinrent à revenir en son esprit lorsque son père s’aimait à parler de ses nombreuses aventures… Ayliän fit quelques pas non sans émotion et caressa du bout des doigts l’inscription elfique à la hache du vieux nain qui dépassait de son dos. Son regard se porta vers celui du nain qui s’en venait à relever le sien après son geste… la compassion et l’émotion purent se lire à travers le vert émeraude du Gardien de la Nature.

- Nylmö… le valeureux nain qui sauva la vie de mon père contre une fétide enflammée au cœur de Dum…

Un sourire se dessina à son visage et une larme perla à ses yeux sans pour autant qu’elle ne tombe, faisant étinceler son regard par la même occasion.

- Alors… tu existes vraiment…

Un soupir de soulagement, un sourire des plus sincères, son regard vacilla à l’admiration qu’il portait au vieux bougre…

- Ce n’étaient donc pas de simples histoires pour m’endormir… mon père m’a tant raconté sur toi…
Nous avons beaucoup à nous dire, je pense…


Ayliän releva les yeux au ciel avant de plonger son regard dans celui du nain.

- Mon voyage sera long et périlleux… mais un guide me serait très utile…

Ayliän sourit avant de s’en retourner à Yalmenël, caressant son doux plumage en y immisçant quelques mots à son oreille.

- Nous nous reverrons plus tard, mon ami… envoles-toi et profite à découvrir de nouveau horizon... tu l'as tant mérité...

Ses paroles furent douces et sans failles, sachant pertinemment que Yalmenël ne s’en irait bien loin, épiant son maître pour le protéger à chaque instant. Un léger coup de bec au visage de l’elfe en signe de compassion suivit d’un cri long et strident devant la majestueuse entrée de la capitale naine et le faucon millénaire s’envola.

Le commandant se retourna et fit face au vieux nain, il le regarda fièrement bien qu’avec beaucoup de sympathie.

- Eh bien... allons-y, maître nain!
Un peu de marche ne nous fera aucun tort… et je suppose qu’un faucon n’est pas des meilleures montures pour un nain?


Le destin venait d’offrir à Ayliän l’opportunité de rencontrer une personne dont son père aimait à parler en contant leurs nombreuses aventures… Aucune autre personne qu’eux ne pouvaient mieux connaître Khalän Faën… et de cela venait de naître une amitié bien plus importante qu’il n’y semblait. Chacun d’eux était le lien du passé de l’autre, s’unissant ensemble de par les souvenirs d’un père dévoué et aimant ou d’un ami fidèle et d’un frère d’antan…

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Gravures significatives...   Dim 4 Sep 2011 - 18:32

Comment ça, vieux crouton?!! Tu pleures!??

Au contraire du fils de Khalän, le vieux bougre lâcha quelques larmes… bien étrange pour un nain d’avoir autant de sentiments pour un elfe… eh bien soit… Thrag n’avait que faire des jugements… l’amitié importait bien plus…

Khalän ne l’avait donc pas délaissé dans un coin, racontant quelques périlleuses escapades d’antan à son fils à y conter leurs exploits comme de vieilles légendes… Thrag avait relevé la tête au surnom que son vieil ami s’aimait à l’appeler lorsque la mort venait souvent les frôler… un surnom qu’il ne cessa d’oublier et que l’émissaire elfique s’empressait de lui le redire dans les pires moments… pourtant sa réelle signification lui était inconnue…

Le jeune Faën semblait bien tourmenté de quelques émotions profondes, souriant au vieux nain qui ne put qu’accepter l’offre d’Ayliän à devenir guide… une subtile excuse pour l’inviter à marcher à ses côtés… Non sans mal, le nain se mit à parler, ému et triste à la fois, content et soulager de l’autre…

- Un.. un guide?? Oui.. oui oui, bien sûr! Je connais Angaïla comme ma poche!
Je ne serai un fardeau, je vous suivrais sans faillir, comme je l’ai fait avec votre père…


Le chasseur d’Okri reprit peu à peu ses esprits parlant avec un ton plus sûr.

- Bwarfff… un faucon.. oh non!
Les nains ont des pieds pour marcher!!
dit-il un poil prétentieux, ce qui sembla faire sourire l'elfe... un nain reste un nain, non?!

Oui, allons-y!





Quelques heures passèrent durant lesquelles les deux compagnons firent plus ample connaissance se ressassant entre eux de nombreux souvenirs, d’un côté en Angaïla avec Thrag, de l’autre en Evanya avec Ayliän… tout deux en compagnie de Khalän... Chacun en apprenait sur l’autre et tous deux devinrent très vite complices…

Ayliän lui expliqua l’origine du surnom « Nylmö » qui avait été gravé sur l’une des faces de la hache du nain par son père.
C’était un mot elfique profondément sincère qui n’était utilisé que très rarement et en la personne en qui on vouait un très grand respect. Khalän avait gravé ce mot lorsque Thrag s’était endormi un jour de pluie, quelques mois après leur rencontre. Ils s’étaient abrités dans une petite grotte le long de la chaîne de Huzhrung, Thrag s’en souvint très bien à savoir que le jour même, ils se sauvèrent la vie mutuellement face à quelques trolls des cavernes des plus violents. Thrag se réveilla le lendemain, tôt le matin et remarqua la gravure faite avec soin car comme à tous les elfes, ils étaient doués à l’art, le dessin et la gravure, mais aussi la confection d’arcs et de flèches… sauf que Khalän devait exceller vis à vis de ses confrères, sinon il n'aurait été choisit pour voyager en Evanya au compte de la Grandre Prêtresse, du Conseil de la garde et des Hauts-Elfes. Lorsque Khalän se réveilla et remarqua la confusion en Thrag, il se rapprocha de lui et posa sa main sur son épaule, prononçant des mots qui touchèrent le nain au plus haut point…

« Maintenant, nous sommes frères, Thrag Zagaz… »

L’elfe s’aimait à entendre ce genre d’anecdote sur son père, se voulant d’être aussi grand que lui, dans le cœur et dans l’esprit... Ayliän prit donc la peine de lui révéler que « Nylmö » signifie « Ami / frère », un mot tant profond que seuls les elfes pouvaient en comprendre toute l’étendue de son importance… mais Thrag semblait en connaître tout autant les vestiges émotionnelles…

Voilà bien 237 ans… et jamais, au non jamais, le vieux bougre ne lui avait demandé la signification, pensant comprendre le sens de celui-ci… dans un sens, il le savait en lui-même… mais les mots d’Ayliän, son fils, n’avait pu qu’entrouvrir une faille sentimentale bien plus imposante encore et non sans tristesse. A savoir que de l’autre face de la lame était gravé une autre inscription « Órë », que Khalän grava bien plus tard par compassion certainement. Cette inscription s’en suivait avec la précédente, se rattachant à elle pour approfondir le gouffre de l’amitié et le remplir de sincérité en abondance.
Selon Ayliän « Órë » signifie « Cœur » ce qui venait à dire « Nylmö Órë »« Frère de cœur »

Et durant de longues heures à marcher à travers la forêt Ancestrale où quelques séquelles de la guerre s’en voyaient défigurer certaines parties, les deux compagnons se ressassèrent quelques bons souvenirs sans pour autant aller trop dans les détails tout en sachant qu’ils finiraient tous deux autour d'un feu pour discuter plus posément. C’est ce qu’ils prévoyaient d’ici peu, n’ayant pas fait de pause, ils s’installeront en pleine nature et termineront la journée ainsi. Une journée plutôt douce, la chaleur n'y était pesante de par les quelques coups de vent rafraîchissants...
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Feu de camp...   Dim 11 Sep 2011 - 0:29

Il était si agréable de parler du passé avec autant d’engouement et de plaisir... Ayliän s’aimait à rêvasser à celui-ci en ressassant quelques souvenirs de son père tout autant que le faisait son nouvel ami de voyage. Il lui avait expliqué le sens des mots gravés à sa hache par son père. Il eu également bien des explications aux nombreuses expériences que son père vécut avec Thrag. Le vieux nain reçut de nombreuses lettres de Khalän depuis qu’il était retourné en Evanya. Se disant pratiquement tout, ils écrivaient leur vie en détails. L’elfe informait le nain à ses nouvelles responsabilités, à la rencontre avec la jeune et belle Elvëa et bien évidemment à son fils, Ayliän. Le nain quant à lui, s’était posé à la colonie d’Okri et racontait sa vie paisible vacillant à l’ennuie… manquant d’action depuis le départ de son ami. Il aspirait à le revoir mais les événements en étaient contre… et le destin fut des plus tristes…
Après quelques heures de marche en plein nature, Ayliän scruta les lueurs du soleil s’affaiblirent au fur et à mesure du temps, ne pouvant que difficilement traverser l’épais feuillage des grands arbres de la forêt.

- Mon ami… nous devrions nous arrêter pour aujourd’hui, nous reprendrons la route dés l’aube.

Thrag ne déclina pas l’offre et tous deux cherchèrent un petit espace où s’installer et la recherche ne fut pas longue. Au pied d’un grand arbre dont le tronc semblait avoir plusieurs siècles déjà, ils posèrent leurs affaires à son pied sur une fine couche d’herbe et s’attelèrent à trouver du bois pour le feu. Après cela, Ayliän revint avec deux pierres de formes irrégulières et durant quelques minutes, les frappèrent l’une contre l’autre avant que celui-ci ne s’allume de par une étincelle. Le bois brûla bien vite et les flammes s'en suivirent de plus belles sous le regard émeraude de l'elfe.

Le ciel se voyait à présent orangé tandis qu'Ayliän attendait le nain qui était parti depuis quelques temps chercher un peu de bois sec… mais il en fut autrement à son arrivé plutôt déroutante. Le vieux nain sortit des bois en face de l’elfe, le sourire jusqu’aux oreilles, deux lapins morts dans chacune de ses mains.

- Ah Ah!!! A table!! dit-il en se précipitant vers le feu et se poser en face de l’elfe plutôt écœuré.

- Je suis un protecteur de la nature… ça ne serait convenu de ma part de manger ce genre de nourriture…

Le nain le regarda d’un air bête, il y sortit de son petit sac une bouteille de bière qui fit sourire Ayliän. Non pas qu’il se voulait en boire, loin de là, mais que cela lui fit penser à Orick lors de leur escapade dans le petit bois enchanté.

- Ah non! Ah non non! Ne fais pas comme ton père! Ah non pas ça!
Il faut fêter l'événement!! Et puis, nous sommes en Angaïla, par la barbe du Grand Molgor!!


Ayliän fit une moue plutôt embêtée, un peu soumise et se précipita sur l’occasion pour en savoir plus au sujet de son père, tout en espérant que Thrag l’oublie pour la nourriture…

- Thrag, pourrais-tu m’en dire un peu plus sur mon père? Quand vous êtes-vous rencontrés exactement?

Le feu crépitait entre les deux amis, la voute céleste apparut et les étoiles scintillèrent peu à peu…



_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Au fil du temps...   Ven 30 Sep 2011 - 18:40

Le vieux nain déposa la bouteille de bière à ses côtés et reprit un air sérieux à la question du jeune elfe en face de lui. Il embrocha les deux lapins par une longue branche assez solide et plaça celle-ci au-dessus du feu par un ingénieux système permettant de tenir les deux cadavres en suspension à quelques centimètres des flammes.

- Ton père… dit-il en inspirant profondément avant de plonger dans le regard d’Ayliän.

Thrag ne pouvait refuser les questions du commandant d’Evanya, l’unique fils de Khalän.
C’est avec émotion qu’il se mit à raconter leur histoire, enchainant les années.

- J’avais 48 ans quand j’ai rencontré pour la première fois ton père, nous étions en l’an 6 après la grande guerre qui dévasta ce monde. Je n’y avais participé, trop jeune et trop insouciant, tandis que ton père protégeait de toutes ses forces le sanctuaire des lucioles contre la menace grandissante. Il avait 229 ans quand il quitta les terres elfiques pour parcourir le monde en tant qu’émissaire d’Evanya, tout comme toi. La suite de notre rencontre, tu la connais déjà, j’étais jeune et courageux, peut-être un peu naïf aussi mais je décida de vivre seul et parti de mon cocoon familiale, quittant Kazad Duraz.
Je n’ai jamais regretté ce geste grâce à ton père, Ayliän… jamais.


Ayliän resta silencieux, écoutant comme un enfant l’histoire autour du feu que le vieux nain contait avec cœur.
Thrag continua donc avec plaisir.

- Durant 14 ans, nous avons vécu ensemble, tels des frères en quête de sensations fortes, bravant tous les dangers, sillonnant la contrée d’Angaïla… Rahhhh, nous en avions connu des choses… nous faillîmes mourir de nombreuses fois, mais chacun était là pour l’autre et rien ne pouvait nous arrêter… je.. je n’…

La voix de Thrag se mit à trembler, son cœur se fissura aux souvenirs de jadis mais continua avec persévérance.

- Je n’oublierai jamais cette période de ma vie, elle s’étala de l’an 6 à l’an 20 et passa bien trop vite à mon goût… J’ai eu beaucoup de mal à accepter le départ de ton père lorsqu’il dû quitter Angaïla pour repartir en Evanya, rappelé par les siens… dans un certain sens, je savais qu’il ne reviendrait pas de si tôt mais espérait le revoir… ce qui ne sait jamais plus produit...

Si j’avais su qu’il n’allait plus revenir, j’aurai certainement franchi les limites d’Angaïla pour le voir sur sa terre natale…
Il me manque terriblement et à présent, je ne peux que supporter son absence depuis de biens longs siècles…


Une larme vint finalement à dévaler, traçant un chemin à son visage, caressant quelques rides avant de disparaître.
Il se frotta la joue et reprit.

- Nous nous sommes envoyés de nombreuses lettres où il me parlait de sa vie en Evanya mais aussi qu’il lui manquait d’aventure, qu’il manquait d’être avec moi pour risquer sa vie dans les pires endroits qu’on puisse connaître… c’était une renaissance à chacun de nos périples… nous nous en sortions très souvent en piteuse état, mais toujours victorieux…

Finalement, en l’an 21, Khalän tomba amoureux d’une jeune elfe, aussi belle que le crépuscule, m’écrivait-il très souvent.
Elle faisait partie d’une troupe de troubadours et jouait de la flûte. Ils parcouraient Evanya pour égayer les villages et autres lieux sur leur chemin. Khalän rencontra Elvëa une nuit alors qu’elle et ses compagnons jouèrent au bord du lac Miriel. J’étais très heureux pour lui bien que lorsque je l’appris, je compris que nos aventures ne seraient comme avant s’il reviendrai.
Mais je ne pouvais lui en vouloir… il était si heureux.


Un léger sourire nostalgique se dessina à son visage mais la tristesse apparut de nouveau.

- Et puis, le 32 Akuanïa de Floryël de l’an 25, elle mourut en te mettant au monde. Khalän avait 248 ans en ce temps là et te chérissait avec tant d’amour que j’en étais parfois jaloux à lire ses lettres! Il était un bon père, j’en suis sûr… la preuve est que devant moi se trouve une personne hautement respectée de sa contrée… Khalän aurait été si fier de toi, Ayliän.

Le silence prit place quelques instants, le regard des deux compagnons s’entrelaça de souvenirs d’antan.
Tous deux se voyaient épris par la tristesse tout autant que la joie… il était dur de rire… il était dur de pleurer…

- Puis vint le jour où l’une de mes lettres adressées à Khalän s’en revint à moi, on ne l’avait ouverte mais une autre lettre y était accolée. Mon cœur se noua… je savais au fond de moi ce qu’il en était advenu… mais ne l’espérait. Khalän mourut deux cycles auparavant, le 3 Mortaeï du mois d’Imbériar de l’an 43… Il avait 266 ans, un jeune âge pour un elfe… j’avais pour ma part 85 ans… et toi, Ayliän, tu avais 18 ans, tu n’étais qu’un enfant.

Le regard de Thrag s’abaissa, essayant de contenir ses larmes, il déboucha la bouteille de bière et se prit une bonne gorgée avant de s’essuyer la bouche avec son bras et de la tendre au jeune elfe qui ne pu que s’y résoudre.

- Oh! J’ai quelque chose à te montrer!! reprit-il avec plus d’entrain en fouillant dans son sac.

Il y ressortit un parchemin du fond de celui-ci et le déroula avant de le tendre à Ayliän.

- Ton père était un grand artiste, il savait dessiner!
Il m’apprit à le faire, cela dura de nombreuses périodes mais finalement, je pense que je ne m’en sortais pas trop mal!

Ce dessin est de moi, je l’ai réalisé alors que nous étions dans les chemins abandonnés en direction des ruines de Mhornar.
Nous avions décidé de nous arrêter quelques heures pour nous reposer et j'ai donc profité qu’il regardait au loin pour le dessiner… il était plutôt fatigué et je lui demandai à plusieurs reprise s’il voulait se reposer mais il se le refusait tant que je n’avais fini!

Raahhhhhh! Il était d’une patience… je n’y comprenais rien!
Regarde en bas à gauche, il a signé…




Khalän Faën, père d'Ayliän Faën

Le vieux Thrag se tût, regardant Ayliän parcourir le dessin dans ses moindres détails comme à s’en dire qu’il ne l’avait jamais vu… Le vieux bougre avait tant à dire qu’il y pouvait passer la nuit et bien plus encore mais le descendant des Faëns devait s’y noyer à toute ces histoires, et bien plus de par ses émotions. Thrag laissa place au silence, attendant que le jeune elfe le brise…


Dernière édition par Thrag Zagaz le Ven 7 Oct 2011 - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
avatar

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 224
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Une mère inconnue... mais aimée...   Dim 2 Oct 2011 - 18:40

Ayliän écoutait le vieux nain avec beaucoup d’attention, chacun de ses mots se voyaient étreindre son âme, il savait ce qu’il disait et cela se voyait en son regard. Thrag était ému de tout ce qu’il racontait, de toutes ces dates qu’ils énumérées. Il n’était sans nul doute la personne la plus proche de son père avec lui, ils avaient tant vécu à deux, tant partagé, tant combattu… Ayliän en apprit beaucoup sur son père, tout comme lui, étant jeune, il parcourra Angaïla en tant qu’émissaire d’Evanya... le destin…

Toutes ces dates, elles étaient vraies… Le jeune elfe s’en rappela certaines que son père lui avait mentionné en lui racontant sa fougueuse jeunesse. Plus encore, Thrag connaissait le jour de sa naissance tout autant que l’âge qu’ils avaient tous, s’en était tant surprenant. Sa vie n’était vouée qu’à l’amitié avec son père… Une véritable encyclopédie de coeur. Par quelques moments, Thrag se contenait afin de ne laisser la tristesse s’emparer de lui mais dû s’y soumettre à quelques reprises, ce qui toucha l’elfe au plus profond de son cœur. Le Gardien de la Nature se sentait moins seul à présent, la tristesse s’abattit sur lui mais plus que ça, la joie d’avoir pu rencontrer Thrag Zagaz et d’écouter ses dires écrasa bien vite celle-ci.

Le nain lui tendit un dessin qu’il réalisa de lui-même… un dessin qui bouleversa le jeune commandant d’Evanya. Le portrait de son père prônait sur le vieux parchemin, une image qu’il parcourut dans les moindres détails jusqu’à la plus petite des imperfections. Il se souvenait de son visage, de son assurance et de sa force, de sa fierté et de son dévouement mais également de son amour… mais cette image lui était inconnue, un jeune guerrier elfe en quête d’aventures… Ayliän s’y voyait lui-même.
Un léger sourire esquissa à ses lèvres et ses doigts vinrent à caresser le vieux dessin.

- Il me manque…

Il se mordille les lèvres en espérant ne pas craquer et fouilla à son tour sa petite sacoche blanche à sa ceinture d’où il en sortit une feuille pliée en quatre. Il la déplia et la tendit à Thrag.

- C’est mon père qui a fait ce dessin bien avant que je naisse. Il me l’a donné afin que je n’oublie le visage de ma mère…
Que je n’ai pas connu.






Elvëa Lómë, mère d'Ayliän Faën

Le jeune elfe porta sa main à son collier qui enlacait son cou et le serra de toute ses forces.

- Je sais que mon père n’est jamais loin de moi… il m’aide à surmonter les épreuves… il communique avec moi de par ce collier… il m’a sauvé la vie bien des fois déjà…

Je ne sais si c’est un don ou une malédiction… mais son but est de me protéger de ces rêves affreux que je fais…


Il relâcha son collier, le laissant pendre par delà son armure bleutée et inspira profondément avant de poser une nouvelle fois les yeux au dessin de Thrag.

- Lors de la bataille du lac, il s’est illuminé, ce qui ne s’était jamais produit… Une lumière étrange y emana, elle était si apaisante, comme à voiler toutes mes souffrances d'un simple éclat... La voix de mon père retentit en ma tête, il m’a dit que je n’étais seul…
Et lorsque je me suis relevé, tu étais là, Thrag et tu m’as sauvé la vie…


Ayliän offrit un sourire au nain comme à le remercier bien plus sincèrement qu’il ne l’avait fait lorsqu’il le rencontra à l’entrée de la capitale naine, il y a de ça quelques heures.


Arrow ~ Angaïla ~ Lac des mystères ~ Auberge d'Azgal ~ Bienvenue chez les dépravés! ~

_________________

~ Livre de rapports d'Ayliän ~


Dernière édition par Ayliän Faën le Lun 12 Déc 2011 - 21:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: La luciole mourante...   Dim 11 Déc 2011 - 22:34

Un doux sourire vint à caresser le visage rabougri du vieux nain lorsqu’il posa son regard sur le joli dessin de Khalän.
La jeune femme était des plus magnifiques…

- Je comprends maintenant pourquoi mon ami ne voulait plus quitter Evanya… dit le vieux bougre un peu nostalgique.

Relevant doucement le visage, il regarda Ayliän étreindre le portrait de son père avec beaucoup de compassion et d’amour, bien plus qu’il n’en avait jamais vu auparavant en ce monde. Les crépitements du feu réchauffèrent les deux amis et la chaleur s’en venait à onduler l’air entre eux. Les deux lapins se mirent à émaner bien des délices…

Les dires d’Ayliän au sujet de son père n’étonna guère Thrag qui se décida à dévoiler lui aussi cette étrange sensation qu’il eu durant la bataille du lac attirant à nouveau l’attention de l’elfe.

- Ma hache se mit à vibrer…elle semblait vouloir me guider… Elle n’avait jamais fait cela auparavant… jamais. Ensuite, il y eu le silence, une totale absence de vibration sonore… comme à l’intérieur d’un cocon protecteur, une sphère incandescente de vide. Pourtant, la tiédeur des gouttes déferlant sur moi me maintenait à la raison.

Le vieux Thrag raconta cela avec trouble, le regard à travers les flammes, enflammant le vide restant en son cœur.
Un sourire s’en suivit et il releva les yeux afin de s’immiscer au regard d’Ayliän intrigué par ses dires.

- Ma hache guida mon regard en ta direction… tu étais seul au milieu des trolls, allongé par terre sur le sol boueux. Tu n’étais pas des plus discrets avec ton armure dorée et l’un des trolls se précipita en ta direction. C’est alors qu’une voix bien familière se prononça dans ma tête… celle de ton père.

« Mon vieil ami… Sauve mon fils… » me dit-il…
J’ai tout de suite compris… tu t’étais alors relevé avec mal et tu m’as regardé… ton collier s’arrêta d’émaner de sa lumière et ma hache valsa dans les airs…


Thrag interrompit la discussion et reprit la broche de lapins. Décrochant le plus petit, il le tendit à l’elfe sachant qu’il n’était réellement friand de viande.

- Attention, c’est chaud! Et boit une goutte, t’en as besoin! reprit-il avec humour pour éloigner la tristesse qui semblait épier son âme.

Arrachant quelques morceaux de chairs, Thrag mâcha avec force tandis que l’elfe, plus maladroit, prenait à petites bouchées, essayant de ne pas se tâcher. Durant le repas, le vieux bougre scruta le collier d’Ayliän. Il savait à présent… Khalän avait réussi ce qu’il s’essaya de réaliser depuis la naissance de son fils… le protéger depuis l’au-delà…

Essuyant un filet de sang s’échappait de la chair délicieuse, il reprit.

- Je connais le secret de ton collier…
C’est ton père qui l'a réalisé afin de te protéger, mais ça je pense que tu le sais déjà!

Il m’en avait tant parlé dans ses lettres.

« Je me dois de le protéger bien au-delà de la mort, Thrag… ce collier m’y aidera… »
Ses mots étaient clairs, il se voulait de tout faire pour t’éviter de souffrir de toutes ses prédilections atroces emplissant tes songes quand le mal s’éprenait de ta vie.

Je ne pensais pas qu’il y arriverait… ton père était un grand elfe et il l'est toujours.

Tu sais par quels moyens ce collier à vu le jour, Ayliän?


Le jeune elfe ne savait que dire, désorienté et confus, troublé par tout ce que savait le vieux nain à son sujet.
Il hocha la tête légèrement afin que Thrag poursuive.



- Durant 10 ans, après ta naissance, ton père essaya de trouver une solution, s’acharnant à retourner tout Evanya à la recherche de gens qui puissent l’aider mais en vain. La famille Faën semblait être la seule à connaître une telle malédiction.

Ohhh… ton père en a fait des cauchemars durant nos périples… à chaque fois qu’il semblait être gravement blessé, ses songes n’en étaient que plus atroces, tourmentant ses réveils jusqu’à l'efrayer le jour. Mais j’étais là pour l’aider… et j’étais fier de le faire.

Il était devenu un grand soldat en Evanya, le chef de la garde du Sanctuaire aux lucioles, si je ne me trompe. Cela lui permettait entre autre de méditer très souvent à cet arbre si important aux yeux des elfes. Un jour, alors qu’il méditait, une luciole virevolta autour de lui, attirant son attention avant de chuter sur une écorce enduite de sève de l’arbre aux milles lumières. Elle semblait souffrir atrocement, battant des ailes avant de s’éteindre doucement sur le petit bout de bois. Celle-ci mourut et par je ne sais quel miracle, sa lumière s’étala sur l’écorce, le bois s’imprégna de sa douce chaleur avant qu’elle ne s’estompe finalement.
Ton père y a vu un présent que l'arbre lui offrit. Il reprit le bout de bois et en fit un collier, celui-là même que tu portes, Ayliän. Durant des années, il conserva ce trésor, l’emplissant d’amour et d’espoir durant ses méditations jusqu’à finalement te le remettre en main propre le jour de sa mort, avant qu’il ne parte à la bataille pour ne plus y revenir. Il savait ce qu’il allait advenir de lui et me l’écrivit avant que cela ne se passe, ce fut d’ailleurs sa dernière lettre de sa part. Bien évidemment, je n’y croyais que peu, mais la lettre que je reçu après me confirma qu’il avait eu raison…

Sachant qu’à 18 ans, tu ne comprendrais pas cela, ton père a préféré te l’offrir en tant que relique familiale.
Mais il en est bien autrement… Maintenant, tu le sais.



Le vieux bougre croqua dans un os et se cura les dents avec la langue avant de reprendre une autre bouchée.

- Ché bon hein, t’aimes cha!?

Thrag et Ayliän savaient tout deux intérieurement qu’ils ne s’étaient croisés par hasard.
La destinée les avait ralliés à présent pour la même cause… celle du passé et du futur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lien du passé...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le lien du passé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Le passé ressurgit, certaines histoires refont surface et un lien se rompt (Pv/ Carter)
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-