Partagez | 
 

 Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   Dim 6 Mai 2012 - 20:01

Frederik, dés qu'il était parvenu à quitter le camp de l'horreur où il avait subi mille tortures, s'était empressé de retourner sur le territoire de Croc-Noir. L'attaque des mercenaires avait été annulée, et ce grâce à lui, lorsque l'un des dirigeants du mouvement s'était retrouvé démembré et brûlé de la main du lycanthrope. Le Silencieux ne méritait pas toujours son surnom, il avait créé en cette nuit sanglante une véritable symphonie de hurlements... Pour l'heure, l'image de ces hommes qu'il avait égorgé un par un avant de laisser les flammes dévorer leur campement ne lui effleurait pas l'esprit, il ne souhaitait que revoir Nina-Lou, sa belle, sa raison d'être, celle dont le souvenir lui avait permis de survivre, cloitré dans cette cage trop petite. Celle qui lui permettait de demeurer muet lorsque l'argent touchait son corps, rien qu'en imaginant son sourire radieux...

Vêtu de sa nouvelle armure, qu'il avait volé à ses victimes, Frederik était méconnaissable. Divers motifs représentant des crânes ornaient ses épaules, sa capuche, les contours singuliers du vêtements l'amincissaient et la fourrure qui couvrait ses épaules lui donnait l'apparence d'un rôdeur. Il portait son masque autour du cou, contrairement à l'accoutumée, sa cicatrice au visage venant totalement modifier ses traits. Seule une pensée lui permettait de tenir debout et de ne pas succomber à la fatigue, celle qu'il accordait à sa bien-aimée. Il huma l'air un instant, parvenant enfin au Rocher du Clair de Lune, et son coeur sembla bondir dans sa poitrine.

C'était elle... Ce parfum, il le reconnaissait.

Sa piste l'amena à un lac, il y entendit un bruit, celui d'une jeune femme sortant de l'eau. C'était elle. Son coeur battait si fort, il se risqua à contourner le tronc qui lui masquait la demoiselle et il la vit. Elle était toujours aussi belle, à la fois forte et fragile, un si doux paradoxe. Elle ne l'avait pas encore remarqué et se tenait là, au bord du lac, uniquement couverte d'un tissu. Frederik s'avança, au bord des larmes, tant sa joie était grande, et il souffla, le sourire aux lèvres :


"Je te retrouve enfin... Mon amour..."

Ne pouvant se retenir davantage de serrer dans ses bras le corps de son aimée, qui devait sans doute être énormément surprise de le voir revenir ainsi, il s'avança avec détermination. Cette dernière ne s'attendait sûrement pas à le voir revenir, du jour au lendemain, après une disparition si soudaine, le visage ensanglanté et l'air bêtement heureux. Mais il en était ici, il effectuait son retour et tout reviendrait comme avant. Il s'approcha du visage de Nina-Lou et, contre toute attente, elle esquissa un léger mouvement de recul avant qu'il ne puisse l'embrasser.

L'Enfer, terminé ? L'Enfer est éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   Dim 6 Mai 2012 - 21:00

Quand le rêve prend vie.

« Je marchais calmement en territoire neutre. Aillant quitté l’espace d’un instant ma meute, histoire de me détendre, je marchais en réfléchissant aux évènements récents :

Frederik… Avait disparu… Certains, à la maison me confirmaient sa mort…
J’étais seule. J’en avais souffert. Durant de nombreux cycles ; je n’avais pris la peine de les compter, rongé par la haine et le chagrin. Il me manquait terriblement. Penser à lui, me provoquait d’atroces souffrances au cœur : Celui-ci se serrait dans ma poitrine. Je m’étais juré intérieurement de ne plus jamais m’attacher à quelqu’un… Puis…Il y’a eu Cerrarë… Il m’avait prise au piège… Pour avoir des informations sur sa nature. J’avais souffert cette fois ci physiquement en étant blessée gravement. J’avais peur de lui. J’en avais pleuré terrorisée… Mais pas pleuré pour la perte d’un être cher. J’avais pleuré de peur… De douleur… Et voilà, qu’à présent je développais pour lui un attachement certain. Le fait de lui avoir offert une forme lupine me rattachait étroitement à lui… Nos loups étaient mutuellement attirés l’un envers l’autre. C’était… Inexplicable. Car moi-même je me sentais bien en sa compagnie. Nos débuts furent mouvementés, mais à présent, j’avais un réel baume au cœur de le savoir auprès de moi.

Puis… Nous avons appris la mort de Sadko… Un elfe l’a tué. J’avais peur pour moi, tellement peur de frôler à nouveau la mort. J’ai décidé de jouer le tout pour le tout et je me suis présentée. Moi, Nina-Lou, frêle et si douce… Les évènements qui ont précédés mon élection en tant que chef de meute m’ont endurcie. Aujourd’hui, je n’ai peur de personne. Personne ne peut m’effrayer. La seule chose pouvant me faire peur, serait le retour de Frederik… Ses réactions… Ses attentions… Ses sentiments. Mais bon, il est mort… Hélas… Et une partie de mon cœur, était morte en même temps que lui. Je vis une petite source d’eau non loin. Continuant à marcher calmement, je retirais mes armes que je déposais a même le sol. Je retirais ma cape, ma robe et mes bottes. Je glissais mes cheveux sur une seule et même épaule, puis je me glissais dans l’eau. Froide… Gelée… Cette eau gelée ne me permit point de réfléchir. Je restais quelques minutes dans l’eau, avant d’en sortir. Je me penchais et saisit ma robe pour l’enfiler. Le vent froid caressa la peau de mes bras nus. Le vent m’amena une odeur familière… Quelques mots parvenaient a mes oreilles, un doux murmure :

« Je te retrouve enfin…Mon amour… »

Faisant volte-face je dévisage le concerné. Une armure, une cape rabattue, un masque… Non pas un masque. Ce masque. Ce masque que j’avais retiré de nombreuses fois pour apercevoir ce visage si plaisant. Ce visage déformé par une abominable cicatrice à présent. Non… Non c’était un rêve. Mon Frederik ne pleurerait pas… Il était si fort… Jamais il n’aurait accepté le fait d’être soumis, au point d’en être blessé. L’homme avança d’un pas sur vers moi. Son visage était profondément marqué. Des traces de sang, ici et là, rendaient ce visage si plaisant… Effrayant. Terrorisant… Je reculais d’un pas, alors qu’il me saisit avec douceur pour m’embrasser. Je pleurais bêtement.
J’en avais peur… Qui était-il ?! Pourquoi ressemblait-il autant à Frederik ? Dans un effort surhumain je le giflais. C’était rude… Je ne voulais jamais le gifler… Il avait souffert… Son visage était marqué.

Mais ce n’était qu’un rêve.
Oui un rêve.
Même si la texture douce de ses lèvres, son parfum enivrant me paraissait réel. J’hurlais, alors qu’avec lenteur ma voix se brisait dans de terrifiants sanglots… Sanglots que j’avais tant refoulés… :

« Arrêtez ! Je ne veux plus en rêver ! Je n’en ai plus le droit ! Il est mort ! Il n’est plus de ce monde ! J’ai assez donné en larmes ! Je veux plus que Sên m’envoi ces divines souffrances ! Ces apparitions, qui ne me mèneront à rien sauf à la folie ! Il n’est plus la … Frederik… Est… Est… Il est mort ! Ils me l’ont dit au camp ! Tout le monde confirme mes propos ! Ça fait longtemps qu’il est mort maintenant ! »

Depuis que je connaissais Cerrarë, les visions s’étaient tues. Je ne voyais plus Frederik torturé, Frederik mort, je ne voyais plus la souffrance déformée son visage… Cerrarë était la… Et sa simple pensée réconfortait. Elle me réconfortait toujours. Sauf lorsque le rêve était plus que réaliste, comme en ce moment même. Mes efforts furent vains. Je reculais doucement, et manquais de tomber à la flotte. Son regard familier m’écorchait de plus belle mon petit cœur meurtrit. Une plaie a pif, qu’on venait de rouvrir. Qu’avais-je donc fait ? Fuir…
Fuir loin de lui, loin de cette vision…Fuir loin, toujours plus loin. Délaissant ma cape et mes armes, je pris forme animale. Ma robe se déchira dans une multitude de confettis blanches.

Sous ma forme animale j’étais plus rapide. Je courrais, sans m’arrêter lorsqu’un coup de feu retentit.

La balle frôla ma cuisse. Je roulais sur plusieurs mètres,évitant ainsi la balle. En bas de la légère pente, j'heurtais de plein fouet un tronc d’arbre. Sous la douleur bien trop fugace, je repris forme humaine. Je regrettais amèrement de ne pas avoir pris ma cape et mes armes. Ainsi, sans défenses, le rêve et les illusions pouvaient reprendre de plus belle. J’en avais peur… Je refoulais les larmes inspirais un bon coup et me relevais. C’est alors que je sentis un liquide couler le long de mon dos. Passant ma petite main sur ma colonne vertébrale, je ramassais un liquide rougeâtre… Je palpais de mon autre main l’arrière de mon crâne, et j’émis un grognement frustrée. J’étais une fois encore blessée.
Sên n’était point gentille avec moi aujourd’hui. Qui sait peut-être, prenait-t-elle un malin plaisir à me voir souffrir… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   Dim 6 Mai 2012 - 23:12

Le mouvement de recul fut suivi d'une gifle totalement imprévisible, Frederik la reçut de plein fouet, et son visage ainsi déplacé sur le côté par le coup porté resta immobile un moment. Semblable à une statue, Frederik distingua les sanglots de l'élue de son coeur. Elle s'était mis à pleurer frénétiquement. De joie ? Non, ces sanglots mêlant souffrance et peur dans une bien triste rythmique. La gifle avait été brêve, rapide, mais suffisament puissante pour faire couler le sang de la plaie qui ornait le visage de Frederik. Son oeil se referma lorsqu'une goutte menaça de tomber à sa surface, mais il se moquait de cette blessure. Ce n'était rien d'autre qu'une piqure, en comparaison de la fissure qui s'ouvrait dans le coeur du lycan.

La jeune femme, la voix noyée de sanglots, se mit à parler, lui assurant qu'il était mort, qu'il n'était pour ainsi dire qu'une apparition. Oh elle avait tant souffert, mais une part de vérité subsistait. D'une certaine manière, il n'était plus qu'un fantôme, l'ombre de lui-même... Frederik se risqua à orienter ses iris bleutés en direction de la belle, mais cette dernière s'était déjà changée en louve. Il la regarda s'éloigner, elle courait si vite, mais il ne cillait pas. La part du nordique qui demeurait inchangée lui intima de rester de marbre, de ne pas céder à la tentation. De toute évidence, elle avait tenté de l'oublier, et sa venue l'avait simplement condamnée à sombrer de nouveau. A cette pensée, le bloc de glace qu'il était finit par se rompre. Il tomba à genou, la tête basse, exténué aussi bien physiquement que moralement. Le sang perlait de son front et tombait irrégulièrement sur le sol, mais peu lui importait. Plus rien n'avait d'importance. Le regard vide, Frederik ne pensait plus...

Et soudain, le cri d'un dragon le sortit de sa torpeur. Un coup de feu venait de retentir, dans la direction où Nina-Lou s'était orientée dans sa fuite. Frederik releva la tête.

...

Au loin le chasseur de lycan qui se dissimulait dans les bois se frottait les mains. Le tir était manqué, mais la bête s'était jetée dans le vide et venait de se blesser. Elle n'avait aucune arme pour se défendre, et son fusil à verrou lui permettrait d'en finir. Cette fois, il ne la manquerait pas. L'homme rechargea, marcha tranquillement en direction de sa cible, et une dague aiguisée vint se planter dans son bras, lui arrachant un cri de stupeur. Lorsqu'il se retourna, il aperçut deux yeux de givre, puis une nouvelle lame, qui lui transperça le ventre et remonta ainsi jusqu'à sa gorge, venant lui briser la cage thoracique et répandre ses organes sur le sol. Le meurtrier, bien qu'il ne soit pas particulièrement de bonne humeur, consentit à lui enfoncer son épée dans la nuque, mettant fin à son supplice.

Frederik venait de tuer, une fois encore, au delà de l'horreur, il commençait sérieusement à être lassé, fatigué de vivre pour arracher la vie, en quelque sorte... Et lui qui voulait simplement chasser le cerf, voilà où cette anecdote l'avait mené. Son seul amour, nue et blessé, pleurait, tandis qu'il tranchait la gorge du premier venu d'un coup d'épée. Belle destinée... Sa conscience lui rappela de ne pas abandonner son arme ici, au cas où les agresseurs seraient plus nombreux, et il dévala la pente dans l'espoir de retrouver Nina-Lou, sauve.

Sans lui laisser le temps de réagir, il ôta la peau de bête qui couvrait le dos de son armure et l'enroula autour de la jeune femme, après s'être assuré que la blessure de la douce ne soit que superficielle. Son aptitude à la guérison était plus lente que la normale, il le savait, et c'était pourquoi il conservait ce réflexe malgré la nature de sa louve. Il resta silencieux un instant, elle ne le regardait pas, sans doute le prenait-elle réellement pour une illusion. Il posa son index sous le menton de Nina-Lou et, sans forcer, l'amena à le regarder dans les yeux.

"Ma douce, regarde-moi bien... Je n'ai rien d'une illusion. J'ai été enlevé, par un vampire du nom de Tristana, qui m'a torturé pour que je divulgue des informations sur notre Meute. Mais j'ai tenu bon, je suis en vie. Ce n'est plus leur cas. Je suis de retour, mon coeur."

Malgré ses belles paroles, il se doutait bien que quelque chose entre eux avait changé. Pire, quelque chose de merveilleux s'était brisé. Il ne restait plus que la souffrance, et rien d'autre. Bien qu'il refuse de l'admettre, Frederik avait le terrible pressentiment d'avoir raison. Il tenta de se convaincre du contraire, et se força à sourire de nouveau. Il devait rester fort, sage, comme il l'avait toujours été, inébranlable. Lui prouver qu'il était réel, lui prouver qu'il n'était pas mort.

Mais mort, il l'était en partie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   Lun 7 Mai 2012 - 14:19

Il est réel...

«
Je le regardais presque timidement. J’avais la vague impression que nous étions deux inconnus. Il venait vers moi. Je voulais ma cape… Mes armes… Mes mains tremblaient de rage, il ne pouvait pas exister… Frederik est mort ! Il ôta la peau de bête qui ornait son armure et l’enroula autour de moi. Un geste protecteur et inquiet se produisit : Ses doigts palpèrent l’arrière de mon crâne, vérifiant la plaie. Les larmes silencieuses, roulaient sur mes joues. Face à lui j’évitais soigneusement son regard… C’était impossible qu’il soit…En vie… Il glissa son index sous mon menton. Relevant ainsi mon visage vers le sien, je craignais un nouveau baiser alors que nos regards se croisèrent.
"Ma douce, regarde-moi bien... Je n'ai rien d'une illusion. J'ai été enlevé, par un vampire du nom de Tristana, qui m'a torturé pour que je divulgue des informations sur notre Meute. Mais j'ai tenu bon, je suis en vie. Ce n'est plus leur cas. Je suis de retour, mon coeur."

Je laissais mon regard dans le sien… Ma douce... Mon cœur... De simples surnoms affectifs qui me firent l'effet d'un poignard dans mon cœur... Mon cœur meurtrit souffrait un peu plus... La souffrance augmentait... Chez moi... Comme chez lui... La souffrance, la tristesse étaient clairement lisibles dans son regard…

~ Le regard... Le reflet de l'âme...

Il m’avait tant manqué… Il avait souffert… Pourquoi lui ? Pourquoi pas un autre ? Pourquoi pas un de ces misérables qui tuent pour le plaisir ? Pourquoi pas un fou ? Pourquoi lui, le doux sous les airs mystérieux ?
Un sourire forcé se dessina sur ses magnifiques lèvres… Ce qui eut le don de me faire pleurer encore plus. Il n’était plus joyeux, il était rongé par la tristesse. Son visage si angélique, si parfait, me paraissait irréel. Il était déformé par les cicatrices… Ô Sên…

Je plaquais d’une main la peau contre mon corps alors que je passais mon autre main sur son visage. Mes doigts effleuraient la plaie rouverte à vif… Mes doigts effleuraient ses pommettes…Sa mâchoire carrée… Son nez… Ses paupières… Ses lèvres… Mes doigts s’attardaient sur la ligne parfaite de ses lèvres… Elles m’avaient tant manquées… Mais je n’avais plus le droit d’y gouter… C’était un risque… Un risque auquel je ne céderais pas. Je ne voulais pas m’y aventurer… Je plongerais pour de bon dans la folie en y cédant. Le sang coulait dans mon dos, alors que je glissais mes bras autour du cou de Frederik murmurant :

« Tout…Tout a changé Frederik ! J’ai changé… J’ai souffert… La meute a changé… Tu as changé… Les gens ont changés… Tant d’évènements sont arrivés… Je veux plus, et j’ai plus le droit de t’aimer. Mon cœur est promis à un homme… A Cerrarë. Mon second. »

Le sang glissait toujours le long de mon dos, arrivant à présent au creux naissant de mes hanches. Ma vision se brouillait un peu plus, à cause de la fatigue mais également les larmes. Je murmurais d’une voix douce, légèrement brisée par les sanglots :

« Ta place… Elle est toujours libre à Croc-Noir. Je te veux au sein de la meute Frederik. J’ai une totale confiance en toi. Je suis la chef de meute. J’y j’aurais su… Que les lycans me dissimulaient ta disparition en me disant que tu étais mort… Je… Je te jure oui, que j’aurais agis. J’en suis si désolée… Tellement désolée… »

Je déposais mon visage humidifié par les larmes au creux de son cou et humais son doux parfum, tant recherché, tant enivrant… Je ne voulais plus le perdre. Mais je ne voulais plus une relation aussi fusionnelle qu’avant… J’espérais qu’il le comprendrait… J’espérais qu’il ne me voudrait aucun mal et qu’il ne voudrait aucun mal à Cerrarë… Si seulement… Il me comprendrait… Ma vision un peu plus brouillée, je fermais les yeux et m’abandonnait dans ses bras en émettant un grognement plaintif :

« Mal au crane… On devrait rentrer… Tu reviens à la maison dit moi ? » La neige s'écrasait avec lenteur sur ma chevelure... Le froid augmentait progressivement. Rester ici, pouvait être dangereux. De plus j'étais désarmée. Sên soit louée une fois encore, il n'avait pas sombrer dans la folie, du moins en apparence... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   Mar 8 Mai 2012 - 15:22

Son doux regard, embrumé par les larmes, réchauffait le coeur du lycan, qui n'avait pour compagnie que sa souffrance depuis bien trop longtemps déjà. Mais malgré le bonheur de la revoir, un poison se répandait dans leurs âmes, à chaque fois que l'un d'entre eux prononçait le moindre mot, à la manière d'une goutte d'encre plongée dans un verre d'eau.

Et alors, la jeune louve prit la parole à nouveau, venant briser une fois encore le nordique sans le vouloir, à plusieurs reprises. Le changement, chose qui insupportait Frederik lorsqu'il ne le jugeait pas nécessaire, avait fait son entrée au sein de la meute. Son sourire mensonger s'effaçait à mesure que la belle parlait. C'est alors qu'elle fit allusion à un homme, un dénommé Cerrarë. La forteresse de glace du lycan s'effondra alors, d'un seul coup... Depuis, le coeur de Nina-Lou Knywett, était pris par un autre être. A cet instant, Frederik haïssait cet homme plus que tout au monde, mais sa rage fut balayée par l'incompréhension, rapidement. Frederik ressentait la désagréable impression de flotter au dessus de ce monde, que ces évènements cités par son amour lui étaient étrangers, dénués d'impact.

Frederik, immobile, écouta la suite. Tout en lui bouillonnait, il ne savait quoi dire ni quoi faire. Néanmoins, par pitié sans doute, Nina-Lou l'invita à reprendre sa place de lieutenant, ce poste qui faisait sa fierté par le passé. Elle déposa son visage au creux de l'épaule du nordique, qui ouvrit les bras pour l'accueillir mais ne parvint à les refermer, comme paralysé. Tremblant, il effleura la chevelure de son aimée qui sanglotait, sans oser lui rendre son étreinte. Elle l'invita à la suivre et il considéra cela comme la meilleure chose à faire. L'aidant à se relever, il la prit par la main et entreprit d'avancer à ses côtés.

Cerrarë, était-ce là le nom que le Malin avait endossé pour finir de ruiner la vie de Frederik ? Lui n'avait jamais pu remercier les Dieux d'être en vie, et pour une fois qu'il s'en remettait au destin, on lui ôtait ses seules raisons d'être, lui arrachant tout ce à quoi il tenait avec une telle violence qu'il en devint décadent. Après l'horreur de la surprise, le lycan commença à évaluer les faits. Elle était devenue chef de meute, cela signifiait irrémédiablement que Sheiz était mort, car jamais ce dernier n'aurait cédé sa place avant d'être sûr de ne jamais pouvoir retourner au combat, et Sheiz avait une fâcheuse tendance à se juger apte même quand il ne l'était pas... D'une certaine manière, ils se ressemblaient. Deux êtres instables pour qui les Dieux entretenaient une haine inconsidérée. Frederik n'en voulait à personne d'autre que lui-même, et c'est pourquoi il ne se mit pas à hurler de rage. Mais que faisait-il ? Allait-il réellement retourner au sein de Croc-Noir ? Serrer la main à ce fameux Cerrarë, lui tapotant amicalement l'épaule en lui souhaitant tout le bonheur du monde ? Frederik était déjà incapable de dire si il n'allait pas se jeter sur lui pour lui trancher la gorge d'un coup de dague... Il devait éviter cela, pour elle. Pour son amour.

Un éclair dans son esprit, et il abandonna les doigts délicats et froids de Nina-Lou. Elle orienta ses beaux yeux noyés par les larmes dans les siens, alors qu'il effectuait un pas en arrière, chancelant, et soutenir son regard fut l'une des chose les plus ardues qu'il eut à réaliser, de toute son existence. Un autre pas dans la direction opposée à celle qu'il chérissait tant, et il se retourna, fuyant dans la forêt sans un mot. Il disparut alors dans la nuit glacée, le hurlement du vent venant masquer le bruit de sa course... Une autre partie Frederik venait de s'éteindre, qu'était-il désormais ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prisonnier du passé [PV Nina-Lou Knywett] [ Clos ♥ ]
» Quand le passé refait surface [Pv. Kumbusho] [CLOS]
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Le reflet du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-