Partagez | 
 

 A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skul Sarihn
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 382
Métier : Guide Spirituelle de Sang-Chaud
Alignement : Neutre / Bon.
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : Moins de tensions ces derniers temps. La seule étant réellement présente : celle envers Croc-Noir.
Double Compte : Emrys Dalmore

Feuille de personnage
Réputation: 600
Avertissement: 0/3

MessageSujet: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    Mar 27 Déc 2011 - 4:08

La déchirure, un endroit qui empestait le sang à des kilomètres à la ronde. Ce n'était pas que le sang avait une sale odeur pour les lycans, c'était plutôt qu'à force, cette odeur pouvait monter à la tête parce qu'elle était forte, très forte. On pouvait même dire qu'elle était capable de donner mal au crâne à un animal n'étant pas habitué à subir l'odeur du sang continuellement. Moi, ca ne me déranngeait pas plus que cela, j'étais maintenant habituée et les premières migraines avaient fini par se dissiper presque totalement. Cette odeur était même devenue plaisante, surtout après la pluie : l'air était plus lourd et il émanait de là la même odeur que celle des entrailles d'une proie, c'était délicieux.

La raison pour laquelle je me trouvais ici était totalement hasardeuse, les louveteaux étaient restés aux côtés de leur mères et j'avais obtenu le droit de disposer à ma guise, j'avais donc entrepris d'aller admirer les Monts Hurleurs comme il m'arrivait de le faire durant les nuits de pleine lune. C'était magnifique, voir les montagnes escarpées se couvrir du voile léger et pourtant si fort de la lumière de la Lune. Il en était de même pour le soleil, les roches laissaient paraître un magnifique miroitement beige, mis en valeur par de nombreuses zones d'ombres, les quelques zones encore couvertes de neige étaient quant à elle luisante, comme si les étoiles avaient toutes élues domicile à leur surface. Ce spectacle était merveilleux et me faisait rêver, là assise sur mon rocher, un des seuls à ne pas être trop taillé par les vents et l'errosion. J'avais une vue imprenable sur l'ensemble de la montagne.
Rien ne semblait troubler son contemplation et le flux de mes pensées qui ciruclait à tout hasard, passant des louveteaux à la meute toute entière, puis aux Alphas, avant de se concentrer sur mon propre passé. Le même sourire triste apparaissait sur mon visage et je me noyais peu à peu dans mes souvenirs et mes songes les plus intimes. Un oiseau était passé dans le ciel, il s'enfuyait, il y avait quelque chose de peu habituel dans les parrages et c'était mon instinct d'ancienne solitaire qui me le dictait.

Je me débarrassais alors de mes vêtements avant de me transformer en loup, suivant une odeur qui se faisait de plus en plus prononcée. D'après mes instincts de chasseresse, il n'y avait qu'un seul intru, comment était-il parvenu à venir jusqu'ici ? Les loups qui surveillaient les alentours ne l'avaient pas détecté ? Peu importe, je me précipitais vers la source de l'odeur, peut-être même inconsciement, mais je ne pouvais pas me permettre de laisser entrer un fugitif sur nos terres. Je preais mon élan avant de me hisser sur un talu de gravats et de roches plus importantes probablement entassées suite à un éboulement et plaquait les oreilles en arrière tout en grognant doucement pour attirer l'attention de l'homme. Ca ne pouvait être qu'un humain : il était grand, de physique normal, sans oreilles pointues et survivait à la lumière du jour. Je grondais pour lui intimer l'ordre de ne pas bouger à ma manière, comme je l'aurais ordonné à un louveteau trop turbulent à mon goût, avant de faire demi tour et de retourner à mon rocher où étaient toujours entreposés mes vêtements. Je les enfilais en vitesse avant de retourner vers la source de l'odeur, débraillés et tout en me tortillant pour ajuster ma tunique et replacer correctement les quelques mèches de mes cheveux bruns qui encadraient mon visage, mes yeux argentés plantés dans les siens, je me demandais si il avait fait le rapprochement entre ceux de mon autre forme et ceux-ci. Bref, peu importait.


- Qui es-tu, humain ? Et que viens tu faire seul sur nos terres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    Mer 28 Déc 2011 - 15:32

Une nouvelle expédition, mais une grande première dans la contrée des Lycanthropes... Telle était la première pensée du jeune Dâl lorsqu'il avait programmé de mener cette petite expédition dans les territoires des loups. Sa mission était pour le compte de la Guilde, cependant elle était également personnellement car il espérait retrouver une personne chère à ses yeux et qui vivait en Thaodia depuis la transformation de celle-ci en lycanthrope. Cette personne n'était autre qu'un très vieil ami du père du jeune soldat et par conséquent le parrain du jeune homme; Dâl l'adorait et passait le plus clair de son temps en compagnie du guerrier qui lui apprenait des techniques interdites à l'académie militaire de l'Aurore. Malheureusement lors d'un affrontement contre un lycan, le parrain du jeune homme avait été mordu, ce qui l'avait transformé quelques temps après. Pour ne pas faire du mal à son filleul, il avait décidé de disparaître et nul depuis ce jour-là ne l'avait revu. Cependant aujourd'hui, le jeune soldat avait ouï prononcer le nom de son parrain qui selon les rumeurs, se cachait en Thaodia et il avait donc décidé de le retrouver. Il avait demandé de longues journées de permission qui lui furent accordées pour bonne conduite, donc il avait aussitôt rassemblé le maximum de vivres pour tenir plus de trois semaines de voyage. Il avait donc pris un cheval de l'écurie de la caserne après avoir demandé la permission auparavant et enfin il s'était élancé vers de nouvelles aventures...

Cela faisait des jours et des jours qu'il galopait sans relâche depuis la cité de l'Aurore. Il ne faisait que très brèves haltes avant de reprendre sa progression vers la contrée de Thaodia. Lorsqu’il était arrivé dans la contrée, il en était resté bouche bée car jamais auparavant il n’avait vu une contrée aussi étrange et aussi fascinante que celle qu’il avait devant les yeux. En effet Thaodia ne ressemblait pas du tout à Oryenna, ni même à la contrée elfique d’Evanya ; elle renfermait une histoire assez sanglante d’un peuple d’une violence animale. Cependant dès qu’il était arrivé en Thaodia, il avait aussitôt cessé de voyager de jour de peur de tomber sur un loup errant, donc il avait entrepris de continuer sa progression de nuit et avec le maximum de circonspection. Durant toute sa progression, il espérait ne pas atteindre le territoire d’une meute de lycanthropes car il ne souhaitait nullement se faire tuer par des patrouilleurs sadiques et nés, formés pour éliminer tout individu pénétrant dans leur zone de protection. Le jeune Dâl connaissait bien ce principe, étant donné qu’il était lui-même un soldat et qu’il accomplissait des patrouilles à longueur de journée.

Il s’était arrêté un moment et examinait sa carte de Thaodia. Il savait qu’il venait de passer le mont Hurleur et que désormais, il se trouvait à l’entrée d’une sorte de faille nauséabonde, en effet elle sentait la charogne et le sang. Il lut le nom sur la carte et regarda à nouveau l’entrée : « La déchirure ». Allait-il oser pénétrer à l’intérieur ? La réponse était évidente et elle se lisait dans ses yeux, en effet le jeune homme prit son courage à deux mains et pénétra à l’intérieur, puis commença sa progression avec le maximum de circonspection. Il remarqua rapidement que la réputation de la Déchirure était méritée, en effet il se fit une légère coupure mais il continua sa traversée. Il prit toutes les précautions pour avancer quand soudain il entendit un loup arriver. Le jeune homme s’arrêta aussitôt car le loup grognait comme s’il lui intimait l’ordre de ne pas bouger. Dâl était, comme qui le dirait, pétrifié mais pas de peur, seulement de surprise. Le loup repartit mais les jambes du jeune homme refusèrent de bouger donc il ne put s’enfuir donc il fut obligé d’attendre le retour du lycanthrope.

Celui-ci revint quelques minutes plus tard, cependant Dâl en fut frappé de stupeur car ce n’était pas un mais une lycane. En effet devant lui se tenait une jeune femme assez jolie, à la chevelure brune teintée d’une légère coloration blanche, puis elle repoussa quelques mèches de son visage et prit la parole d’une voix inquisitrice :


- Qui es-tu l’humain ? Et que viens-tu faire seul sur nos terres ?

Le jeune homme inspira longuement puis répondit d’un ton évasif mais amical en fixant longuement, intensément les yeux de la lycane :

- Ma présence sur vos terres n’est que le fruit du hasard car je me suis perdu en chemin. Cependant soyez en sûr, je ne suis pas venu jouer les troubles fêtes.

Puis il avança en tendant à la jeune femme et ajouta d’une voix plus douce :

- Je m’appelle Dâl Ortog et vous, jeune louve ?
Revenir en haut Aller en bas
Skul Sarihn
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 382
Métier : Guide Spirituelle de Sang-Chaud
Alignement : Neutre / Bon.
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : Moins de tensions ces derniers temps. La seule étant réellement présente : celle envers Croc-Noir.
Double Compte : Emrys Dalmore

Feuille de personnage
Réputation: 600
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    Mer 28 Déc 2011 - 21:59

Le matin s'avançait de plus en plus et l'air se réchauffait, la température pouvait varier très facilement au cours de la journée dans ce type d'environnement. Les roches pouvaient être gelés puis absorber la chaleur du soleil rapidement, mais elles la perdaient aussi, d'ailleurs, c'était elles qui parvenaient à réguler la température à l'intérieur de la déchirure. Le plus souvent, les zones ombragées et les zones très ensoleillées pouvaient créer de petites déformation du paysage, comme des petits mirages, mais cela se produisait uniquement en période chaude.

Bien que je ne me se sois pas montrée agressive, le peu de méfiance et d'animosité que j'avais ressenti en le voyant se dissipait peu à peu. Si il disait vrai je n'avais rien à craindre de lui et pourrait même lui indiquer le chemin en espérant ne pas retourner à la meute avec son odeur sur moi. Je ne m'approchais pas, le regardant toujours sans le quitter des yeux. Il était armé et pourrait facilement m'attaquer si au final ses intentions étaient mauvaises. Heureusement, je connaissais presque parfaitement le territoire maintenant que j'avais intégré la meute et lui était obligé de s'aider d'une carte, sans compter qu'en un hurlement j'étais capable d'ameuter les sentinelles qui étaient occupées à surveiller les alentours.

Je me tenais toujours à distance et restais prête à me défendre si le besoin s'en faisait ressentir. Cependant, mon vis -à-vis ne semblait pas sujet à l'agressivité. Peu à peu, je me détendais et poussais un long soupir, cela ne changeait rien, il était tout de même sur notre territoire. S'il disait vrai, je ne savais pas si je devais le chasser ou si je devais l'aider.


"-Tu t'es perdu, hm ? Prends vers l'Est à la sortie de la Déchirure et tu pourras rejoindre les marécages. Je ne te conseille pas de continuer vers le sud si tu ne veux pas croiser la meute. Si tu veux quitter Thaodia, tu as deux solutions : gravir une nouvelle fois le Mont Hurleur ou bien traverser l'Égorgeur de Dragon pour rejoindre la chaîne de montagne à la frontière d'Angaïla.

Je sautais du rocher pour atterrir juste devant lui, sans jamais le quitter des yeux. Il était plutôt attirant pour un humain : Grand, fin, athlétique, les cheveux courts et les yeux clairs et brillants. Il avait presque le profil d'un loup, surtout avec ces yeux là qui me captivaient complètement. Cet accroche visuelle fut interrompue par le cri d'un griffon qui planait le long des flancs du Mont Hurleur, ses cris stridents étaient répétés et amplifiés par l'écho, ce qui me donnait mal au crâne, m'obligeant à clore mes paupières en respirant lentement. Par chance, la créature avait choisit de ne pas se répéter et je r'ouvrai les yeux. Le ciel s'était assombrit et je découvrait maintenant des yeux aussi noirs que la nuit qui me fixaient, sur ce même visage. Je devais perdre la tête, ou bien ce n'était qu'une impression que j'avais eu, certainement le reflet du glacier du Mont Hurleur ou bien la lueur du ciel qui se reflétait dans ses yeux. Je me repris immédiatement après m'en être rendue compte.

"- Au fait, je m'appelle Skul, je suppose que je dois te dire que je suis enchantée de te rencontrée, selon la coutume humaine ?"

Bien qu'elle ait croisé beaucoup d'humains dans sa vie, elle n'avait jamais vraiment conversé avec eux de près et les quelques petites choses qu'elle savait ne venait en fait que de sa capacité à reproduire les gestes et les paroles des autres, comme le ferait un enfant. Son regard se faisait de plus en plus insistant sur le jeune homme.

"- Alors ? Tu sauras te débrouiller seul ou tu as besoin que je t'accompagne ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    Ven 30 Déc 2011 - 13:13

Dâl voyait bien que la jeune lycanthrope hésitait à lui serrer la main donc il ne poussa pas plus son avantage. Il attendit donc qu'elle daigne à lui parler tandis qu'il commençait à la dévisager calmement tout en restant le plus calme possible. Autrefois il avait toujours eu une peur bleue de rencontrer des loups car, étant enfant, on lui racontait souvent les horreurs soit-disant faites par ces "animaux ". Tout cela était du sûrement au fait que le Général haïssait les lycans au plus haut depuis ce fameux événement que relate en détail son histoire; néanmoins avec plusieurs années de recul, le jeune Dâl ne ressentait plus cette frayeur qui l'avait toujours empêché de partir en ces terres. Il se sentait comme libéré d'un poids imaginaire, pendant ce temps le soleil commençait à faire son apparition et inondait la déchirure de sa lumière orangée tamisée. Par ailleurs l'air se réchauffait également et le jeune humain ne put s'empêcher de frémir lorsqu'il sentit cette variation soudaine de température. Il avait longuement inspiré et continuait à admirer la silhouette de la jeune femme en face de lui.

Le jeune homme attendait toujours qu'elle daigne à reprendre la parole afin qu'il puisse lui assurer qu'il n'était point en ces terres de meute pour un quelconque objectif. Il lui sourit largement, comme s'il l'encourageait à parler et à retirer ce masque impassible qu'elle était en train d'arborer afin de mieux comprendre le jeune. D'un simple coup d'oeil, il n'était point compliqué de voir qu'elle était toujours sur ses gardes, bien qu'elle semblait avoir accepté son alibi. Quoi de plus normal, se disait-il en regardant ses armes qui pouvaient être utiles en cas d'attaque venant de la louve ou d'un de ses pairs. Le jeune homme respira normalement tandis qu'elle ouvrait enfin la bouche pour prendre la parole:

-Tu t'es perdu, hm ? Prends vers l'Est à la sortie de la Déchirure et tu pourras rejoindre les marécages. Je ne te conseille pas de continuer vers le sud si tu ne veux pas croiser la meute. Si tu veux quitter Thaodia, tu as deux solutions : gravir une nouvelle fois le Mont Hurleur ou bien traverser l'Égorgeur de Dragon pour rejoindre la chaîne de montagne à la frontière d'Angaïla.

Tout en parlant elle avait quitté son rocher et se dirigeait vers Dâl qui n'avait pas bronché soutenant son regard. Soudain il la vit tourner la tête vers on ne sait où, donc il fit de même tout en laissant travailler son ouïe. Il entendit un cri d'une bête dont il ne pourrait donner le nom, sans la voir de face, par conséquent il l'ignora et reporta son attention sur la jeune femme en posant ses yeux noirs sur elle tandis qu'elle reprenait la parole à la manière d'une personne qui venait de s'égarer dans ses pensées:

- Au fait, je m'appelle Skul, je suppose que je dois te dire que je suis enchantée de te rencontrée, selon la coutume humaine ?

Selon les coutumes humaines? Le jeune homme ne put s'empêcher de rire en coin, mais sans nulle moquerie tandis qu'elle continuait sur sa lancée:

- Alors ? Tu sauras te débrouiller seul ou tu as besoin que je t'accompagne ?

Le jeune homme avait remarqué son regard insistant lorsqu'elle posa cette question et il en déduisit avec un sourire qu'elle souhaitait l'accompagner mais elle n'osait pas l'avouer. Par conséquent Dâl se mit à rire et dit d'une voix enjouée afin de la mettre à l'aise:

- Eh bien, je suis enchanté de te rencontrer Skul. Je pourrai mettre me débrouiller seul en effet, néanmoins je ne voudrais pas m'aventurer un peu plus dans vos terres. Je ne souhaite nullement risquer ma vie alors que je ne suis qu'un simple passant. Il s'interrompit pour la regarder droit dans les yeux et lui sourit tendrement avant de reprendre d'un ton amusé: - Par conséquent ta compagnie serait des plus profitables et ainsi nous pourrions converser tout en marchant. Qu'en dis tu?

Il avait tout bonnement fait exprès d'employer le tutoiement car elle l'avait usé elle aussi et par ailleurs, le jeune homme ne supportait point qu'on le vouvoie, du fait de son jeune âge...
Revenir en haut Aller en bas
Skul Sarihn
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 382
Métier : Guide Spirituelle de Sang-Chaud
Alignement : Neutre / Bon.
En couple avec : Ses souvenirs
Ennemis : Moins de tensions ces derniers temps. La seule étant réellement présente : celle envers Croc-Noir.
Double Compte : Emrys Dalmore

Feuille de personnage
Réputation: 600
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    Sam 31 Déc 2011 - 15:57

La conversation hm ? Et qu’allait-il en être si je me transformais ? Non, il semblait plutôt gentil comme humain, et puis je me disais surtout qu’il était dans le besoin, donc autant lui expliquer le chemin au cas où il viendrait à devoir repasser par là. Enfin, l’air se réchauffait, il ne devrait cependant pas continuer puisque la saison chaude était passée et qu’une légère brise fraîche descendait des flancs du Mont Hurleur. Ce n’était pas vraiment bon. Je levais le visage, le relief de la déchirure m’empêchait de porter un œil vers l’ouest mais je sentais que l’air était lourd. Le mélange de l’air froid et de l’air chaud n’était jamais quelque chose de positif et la roche témoignait de la force des vents sur ce territoire de désolation, heureusement, la paroi de la Déchirure nous protégeait, tout du moins, si le vent venait de l’ouest.

Le temps pressait si nous ne voulions pas connaître un éventuel orage dans ces terres. Je le regardais alors tout en poussant un léger grognement d’impatience, quelque peu honteuse de le brusquer ainsi ensachant qu’il n’avait visiblement pas l’habitude de côtoyer des loups.


- Où veux-tu aller ? Dépêche-toi, je pense qu’un orage se prépare.

Je le pensais oui. J’en étais même sure et comme pour confirmer mes propos une brise se levait, soulevant quelques nuages de poussières. Le griffon avait disparu. Plus aucun son à part le souffle du vent ne venait nous perturber, agressant parfois mes tympans. Le vent était un vent de Sud-ouest, ce léger décalage faisait qu’il s’engouffrait dans la vallée et ne parvenait pas à franchir la falaise, il soufflait alors droit sur nous me faisant doucement baisser la tête et plisser les yeux. Le seul problème était que nous devrions marcher face à ce vent qui pour le moment n’était pas très fort, seules quelques rafales s’avéraient parfois faire décoller ma cape de mon dos. Au loin un nuage de poussière commençait à s’agiter tandis que juste devant nous, de petits tourbillons naissaient au sol. Si cela empirait, j’allais devoir me transformer en loup, mais je pense qu’il ne refuserait pas que je l’aide plutôt que d’engager une simple conversation. Je me faisais de plus en plus pressante avant de m’imposer enfin à lui, sans lui laisser le temps de réagir :

- Écoute, prends ma fourrure dans ta main pour ne pas me perdre, je te guiderai à travers la poussière, un conseil, garde mes vêtements, tu me les rendras plus tard, quand je me transformerai de nouveau une fois que tout ceci sera fini.

Je disparaissais alors derrière un rocher, ôtant rapidement ma cape, mon corset et mes chaussures. Je lui portais mes affaires dans la gueule, lui donnant le corset et la cape et gardant mes bottes entre mes dents. J’avais pris soin de les attacher l’une à l’autre par leurs lacets de cuir, ce qui me permettait d’avoir une bonne prise afin de ne pas les perdre. Ma tête était maintenant plus proche du sol et j‘étais obligée de plisser les yeux, de baisser la tête et de coucher les oreilles pour me protéger des petits tourbillons de sable et de poussière. Mes pattes puissantes me piquaient de temps à autres, malgré la fourrure qui les protégeait, m‘arrachant parfois de légers grognements. J‘appuyais alors mon cou musclé sur le flanc de Dâl pour lui intimer d‘avancer plus vite sans pour autant paniquer. Après tout, ces tempêtes étaient courantes et la seule chose que nous risquions était de nous perdre. Un peu plus au Sud je parvenais à entendre les hurlements de la meute que le vent pouvait porter jusqu'à moi : tout le monde devait rester en alerte, les sentinelles devaient replier leur paramètre de ronde le temps de la tempête, libérant ainsi l‘Égorgeur de Dragon et nous permettant un passage sans être repérés, sauf si Denaro ordonnait ma recherche …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]    

Revenir en haut Aller en bas
 

A la croisée des Destins [PV Dâl Ortog] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Angie, adorable croisée caniche/terrier - ADOPTEE
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-