Partagez | 
 

 Le savoir est fait pour être partagé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashlyn Froñtaliem
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 36
Métier : Éleveuse
Age du personnage : 262
Alignement : Neutre strict
Double Compte : Kimaya Laraheris • Jayne Caldin

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Le savoir est fait pour être partagé   Mar 26 Fév 2013 - 20:35




••• Le savoir est fait pour être partagé •••



L’ancienne demeure des Froñtaliem était à présent abandonnée envahie par la végétation. Personne ne se charge de l’entretenir et parmi toutes les pièces, seules une seule n’est accessible que par toi, celle dans laquelle tu entreposes tous tes souvenirs. La porte qui mène à ta chambre n’est que très rarement ouverte et c’est certainement mieux ainsi. Ce jour-là, en faisant un rapide inventaire de ce que tu possèdes, il y a soudain quelque chose qui frappe ton esprit. Les réserves s’amenuisent petit à petit et les plantes curatives servant à la création de nombreux cataplasmes et de plusieurs infusions comment à manquer. En regardant le ciel, en sortant de ta maison et te fiant aux signes de la forêt, tu sais que tu peux partir sans aucune crainte, il ne se passera rien en ton absence.

Il ne te faut pas beaucoup de temps pour amasser ce qui est nécessaire pour ce voyage, une gourde, une besace dans laquelle il y a quelques vivres, même si sur le chemin il y aura bon nombres de plantes et de végétaux comestibles et une seconde besace dans laquelle sont regroupés plusieurs tiges permettant de relier entre eux les différents éléments que tu vas chercher. Une fois prête, le monde t’appartient et tu prends le chemin du Lac.

Au début, quitter les frondaisons n’est pas quelque chose que tu apprécies véritablement mais tu sais que c’est nécessaire pour ton voyage. Une petite fée a remarqué ta détresse et décide de t’accompagner un instant, réconfortant ton cœur soucieux par la même occasion. La journée passe rapidement mais pourtant, tu t’interdis la moindre pause. Ni la faim ni la fatigue ne sont présente et il est donc judicieux de continuer ce voyage pour retrouver au plus vite les tiens. Lorsque le soleil finit par se lever, la fée t’a abandonnée mais tu ne désespères pas, elle t’a suffisamment rassurée pour le moment. Ton regard se pose sur tout ce qui t’entoure. Les plaines sont immenses et semblent sans fins, même si le terrain est découvert, tout est merveilleux et vivre ici semble être plus qu’agréable. Tout est verdoyant et radieux, les effluves de certaines fleurs sont portées par le vent jusqu’à toi et tu ne peux que les apprécier.

Un cri déchire finalement le silence et tu lèves la tête vers le ciel, protégeant tes yeux du soleil éclatant. Tu parviens à distinguer une forme dans les cieux, un rapace que tu connais bien et qui t’apprécie en retour. Le fier oiseau des cieux se pose sur ton épaule, entaillant ta chaire au passage mais peu importe, tu sais que tu vas vite guérir. La première partie de ton voyage est terminée et tu entreprends déjà de ramasser ce dont tu as besoin.

La récolte est fructueuse mais il ne faut pas non plus s’attarder trop longtemps ici. Plus de la moitié de la besace est remplie et les réserves sont faites pour une Période entière en théorie, si ce n’est plus. Tu finis par te relever, tes mains sont recouvertes de terres et tu les frottes pour en retirer une partie. Tu t’étires finalement avant de décider de reprendre la route.

La journée est ensoleillée et ta silhouette se fond dans le paysage. Comme la tenue a été choisie en prévision de cette journée, tu es vêtue uniquement de ce bustier et de ce short élimé alliant plusieurs nuances de vert, pieds-nus comme toujours et mis à part tes deux besaces, tu ne portes que ce poignard qui te sert pour ta récolte. Les lieux sont silencieux et portant, tu as l’impression de ne pas être seule. En regardant les alentours, il s’avère que cette impression n’en était pas une et qu’il y a bel et bien quelqu’un dans ton champ de vision, à une dizaine de pas de toi peut-être. L’elfe semblait lui aussi récupérer quelques végétaux mais il avait en main quelque chose qu’il n’aurait jamais du avoir.

« Va chercher Elros. »

Pour le protéger, tu envoies ton compagnon de la journée chercher l’aliment mortel qu’il a dans ses mains. Tu t’avances vers lui, inquiète et le regarde dans les yeux.

« Tu as mangé ça ? »

Demandes-tu, rattrapant au vol l’aliment que l’aigle a laissé tomber dans ta main.
© POLLO


Dernière édition par Ashlyn Froñtaliem le Jeu 28 Fév 2013 - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhal Elwing
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 334
Métier : Mercenaire, archer, et meurtrier d'aprés certains
Age du personnage : 175
Alignement : Chaotique / bon
Ennemis : Peut-être les Rhaws, mais sinon personne.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Mar 26 Fév 2013 - 23:34

La route toujours la route... Cette dernière fut fatigante et longue. Marcher dans la fraicheur de la nuit ne faisait pas vraiment plaisir à Myrdhal. Même si pour oublier le froid de la lune il contemplait les arbres et les fleurs, le froid restait toujours présent dans sa tête et le dérangeait sur chaque centimètre de sa peau. Il laisse échapper des petits tremblements et des frissons qui lui hérisse les poils, une expression très peu elfique mais bien représentative de ce qu'il ressentait pendant sa marche. Marche qui d'ailleurs ne s'accompagne d'aucune halte, car Myrdhal sait bien qu'il ne faut pas s'arrêter de marcher pour ne pas que la température glacial le rattrape d'avantage. Perdu dans ses pensées, la moindre occupation ou petit jeu distrayant l'aide à ne pas s'arrêter, Et sa plus grande source d'énergie pour effectuer cette randonnée à travers tout Evanya n'est autre que l'appel de la détresse. La folle ou suicidaire envie de porter secours à un petit village humain.

Le soleil se lève lentement comme pour nous dire qu'il aurait aimé resté plus longtemps enfoui dans son sommeil. Ses rayons rouge orangés traversent les forêts et les plaines en y déposant sa chaleur si agréable. L'Elfe qui commence à être fatigué de marcher, continu sa route malgré tout, fermant ses yeux pour profiter au maximum de cette chaleur bienfaisant qui augmentait petit à petit. Il retire son immense écharpe qu'il avait enroulé autour de son cou et de son visage, dévoilant ainsi ses yeux verts émeraudes et ses longues et fines oreilles. Plus aucun doutes ne pouvait être prononcé sur ces origines, il s'agit bien d'un Elfe marchant dans la forêt. Il possède une petit besace qu'il range dans son dos avec son carquois et son arc, vêtu de plusieurs fines épaisseurs de teinte marron pour se préserver des vents glacials. Il possède également une dague accrochée à sa cuisse gauche et du matériel pour l'escalade accroché à sa cuisse droite, à savoir un piolet et une corde...

La faim se fait ressentir au fur et à mesure que l'Elfe avance dans sa quête de justice, un gargouillement vient même chantonner silencieusement quand il quitte les chemins de la forêt. Instantanément, sa fameuse quête devient moins importante, sa nouvelle mission est désormais de trouver de quoi subsister aux caprices de son estomac. Tel un prédateur il scrute le sol à la recherche de végétaux alimentaires et les buissons pour des baies. Mais son attention fut prise comme dans un étaux quand il aperçut se qui semble être un champignon, un champignon d'assez grand taille. Myrdhal s'approche de ce dernier, s'accroupit et le prend dans ses mains avant de l'arracher de la terre pour le mettre dans sa petite besace.

- Va chercher Elros.

Le faible son d'une voie féminine vient lui chatouiller les oreilles, il tourne la tête pour voir ce que c'est. Au même moment, une ombre noire passe à toute vitesse devant ses yeux, lui dérobant par la même occasion son futur repas. D'abord surpris il fit un bond en arrière. Ce volatil à la grâce majestueuse et la précision affutée devait surement obéir à cette voix anonyme... Son second réflex est de s'emparer de son arc en l'armant d'une flèche en visant le grand oiseau, puis en suivant la chute du champignon du regard, il remarque enfin la personne qui avait parlé. Vêtue du nécessaire et d'une besace, elle ne semble pas menaçante. C'est donc un peu confus que Myrdhal détend doucement la corde de son arc avant de l'abaisser.

Tu as mangé ça ?

pensées:
 
Myrdhal range son arc ainsi que sa flèche à sa place avant de commencer à avancer en direction de cette personne inconnu. Se méfiant un peu de ses futur réactions mais il semble disposé à faire le premiers pas pour une amitié.

- Je... comptais manger ce champignon oui...

_________________


~ Sa fiche ~ ~ Son carnet de notes ~
Son compagnon (pas encore en possession):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashlyn Froñtaliem
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 36
Métier : Éleveuse
Age du personnage : 262
Alignement : Neutre strict
Double Compte : Kimaya Laraheris • Jayne Caldin

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Mer 27 Fév 2013 - 1:34




••• Le savoir est fait pour être partagé •••



En s’approchant de l’individu, tu prends petit à petit le temps de l’observer, de le regarder plus en détail et tu apprends à le connaître. Plus grand que toi, la jeunesse marque ses traits et il semble surprit de te voir. Tu le regardes rapidement tu comprends qu’il est lui aussi en plein voyage, seulement, il semble mal préparé pour cette escapade alors, rejetant ta crainte des étrangés et de l’inconnu, tu te décides à lui prêter assistance.

Au loin, Elros s’est envolé et le fier rapace est à présent bien loin de votre champ de vision. Levant le champignon sous le nez de l’elfe, sa réponse t’a rassuré. Tu le considères comme un louveteau qui a encore beaucoup de choses apprendre mais tu es prête à lui accorder un peu de ton temps pour qu’il parvienne à survivre plus facilement sur les territoires qu’il s’apprête à traverser.

« Ça, c’est poison. Il fait des hallucinations et tu veux en manger toujours plus. Après tu deviens fou, mais champignon peut-être bon pour la chasse ou pour des soins. »

Parler n’est pas facile et pourtant, tu te forces à faire cet effort. Ton regard s’éclaire un instant, car tu es heureuse de pouvoir apporter ton aide à un être vivant autre que ceux que tu fréquentes habituellement. Cependant, son attitude envers le rapace ne t’as pas échappé, tu as fait mine de ne pas avoir remarqué mais c’est faux. Un soupçon de méfiance est né en toi et malgré tes airs de sauveuse, tu peux très bien te transformer en danger pour lui si jamais ses intentions ne sont pas pacifiques.

Laissant le champignon tomber au sol, tu fouilles dans tes affaires pour sortir les vivres que tu avais amenés. Sans en garder pour toi, tu donnes tout à ta nouvelle rencontre, tu sais te débrouiller et tu pourras trouver toi-même ta propre nourriture. Tu n’es de toute façon pas à cela prêt et tu n’as pas oublié que les elfes sont particulièrement sensibles au manque de nourriture. Lui laissant la nourriture, tu finis par prendre tes distances, cette proximité avec cet homme te dérange et les instincts que tu avais chassés à l’origine reviennent au grand galop. L’inconnu n’est jamais bénéfique et qui sait qui est réellement cet elfe.

Tes yeux perdent de leur éclat et tu deviens légèrement méfiante, pour le moment, tu n’oses plus poser de questions et tu le regardes uniquement. Qui est-il et que fait-il ici ? Les lieux sont certes à tout le monde mais c’est tout de même une étrange coïncidence de rencontrer un elfe ici.

« Que fais-tu ici ? »

La question est un peu étrange car ce lieu ne t’appartient pas, pas plus que la destination de cette personne te concerne et pourtant, tu laisses ta curiosité prendre les devants et te guider. Tu te demandes si cette rencontre est réellement un hasard ou s’il n’a pas été envoyé ici pour toi. Ta présence dans la forêt dérange peut-être certaines personnes, tu ne laisses personne approcher ta demeure sans autorisation, tu te montres hostiles lorsque l’on s’en prend aux tiens et tu ne supportes pas les intrus. Sur ton territoire la chasse est interdite et cela ne peut que déranger. Qui est réellement cet elfe que tu ne connais pas ?
© POLLO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhal Elwing
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 334
Métier : Mercenaire, archer, et meurtrier d'aprés certains
Age du personnage : 175
Alignement : Chaotique / bon
Ennemis : Peut-être les Rhaws, mais sinon personne.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Jeu 28 Fév 2013 - 2:05

Le rapace vole au loin, bien trop loin à présent pour que Myrdhal ou cette inconnu puisse le voir. De toute évidence elle devait être comme liée à cet oiseau, une véritable Elfe des bois. C'est de ça dont Myrdhal manque cruellement, à force de gambader sur tout Ephaëly pour n'y trouver que des horreurs, l'esprit change, même l'esprit d'un Elfe. Il faut dire qu'il cherche les ennuis à proprement parler, c'est lui qui s'impose volontairement ses quêtes. N'ayant pour seule récompense le résultat pour apaiser son coeur. Bien entendu il ne l'apaise pas avec n'importe quelles quêtes, le plus souvent possible il s'agit de donner son aider au gens. Il peut aller d'un simple coup de ballais jusqu'à un assassina pour porter son aide, il se fiche bien de ce qu'on lui demande de faire tant que ça reste dans le cadre de sa propre justice.

- Ça, c’est poison. Il fait des hallucinations et tu veux en manger toujours plus. Après tu deviens fou, mais champignon peut-être bon pour la chasse ou pour des soins.

Au moins Myrdhal est sûr d'une chose maintenant, cette personne ne lui veut absolument pas de mal, il en vient même à regretter d'avoir pointé son arc sur son oiseau. Il détecte également un petit manque de pratique dans le langage de cette adorable Elfe, peut être parce qu'elle n'avait pas l'habitude de la langue humaine... Il prononce un mot de sa langue natal pour voir si elle comprend.

- Mára aurë
[ bonjour ]

Mais une chose vient d'attendrir l'Elfe Myrdhal. Cette inconnu, qui comme son nom l'indique ne le connait pas, vient de lui offrir toutes ses réserves de baies. Myrdhal regarde le sac qu'elle pousse jusqu'à lui sans réagir, il n'ose plus parler et reste figé une ou deux minutes. Il ne sait pas du-tout comme il doit réagir face à une telle preuve de gentillesse, tout ce qui est dans le sac semble bon pour lui. Il devient en quelque seconde tout timide et n'ose pas vraiment lui répondre, une gêne assez grande pour ne pas oser lui dire merci tout de suite...
Il espère aussi que sa gêne ne se remarque pas sur sur son visage, la honte viendrait automatiquement par la suite, et ce n'est pas le genre de sentiments qu'il aime.

- Que fais-tu ici ?

- ... ... ... je ne fais que passer... désolé si je dérange.

Myrdhal ramasse le sac de vivre pour ne pas le laisser parterre, il ne voulait pas non plus refuser son offre. Il n'arrive même plus à penser convenablement, cette situation semble le troubler au plus haut point. Cette Elfe semble méfiante envers lui, elle a surement raison, la méfiance peut sauver des vies. Mais même en étant méfiante elle ne perd pas de sa gentillesse, c'est extraordinaire.
Myrdhal ne peut s'empêcher de lui sourire sincèrement, il ne pas faire autrement c'est plus fort que lui sur ce coup.
Il s'assoit en tailleur et pose le sac sur ses cuisses, l'ouvre et en sort de quoi soulager les demandes de son ventre. Quel soulagement. Cette jeune Elfe lui a sauvé la vie et lui donne un repas gratuitement... Même bien plus qu'un repas, il peux nourrie une famille entière avec toutes ces si belles choses. C'est bien trop pour lui tout seul.

_________________


~ Sa fiche ~ ~ Son carnet de notes ~
Son compagnon (pas encore en possession):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashlyn Froñtaliem
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 36
Métier : Éleveuse
Age du personnage : 262
Alignement : Neutre strict
Double Compte : Kimaya Laraheris • Jayne Caldin

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Ven 1 Mar 2013 - 23:56




••• Le savoir est fait pour être partagé •••



Màra aurë. Ces mots demeurent dans ton esprit, résonnant encore et toujours, comme s’ils ne peuvent pas trouver une place. Un lointain souvenir commence à revenir, il devient de plus en plus fort et une porte qui était restée fermée depuis plusieurs siècles finit par s’ouvrir brutalement. Tu reconnais sa voix, ses yeux, son sourire, sa douceur et sa bonté. Tu sens à nouveau son odeur et devant toi, grâce aux méandres de ta mémoire tu la voix revivre, tu revois ta mère, ce matin-là, le dernier matin paisible où tu as pu la voir heureuse.

« Màra aurë amme. »

Ces mots ne veulent se taire et continuent de marteler ton esprit, tu souhaiterais oublier à nouveau mais tu n’y parviens pas pour le moment. Sans le savoir, il vient d’ouvrir les vannes de ton passé et tout se libère avec brutalité et violence. Tu ne contrôle plus rien, tous tes souvenirs te reviennent en mémoire. Tes yeux s’assombrissent jusqu’à devenir noirs et tu fixes froidement cet elfe qui par ses paroles et son savoir viennent de changer bien des choses en toi.

Tu restes là, en silence à le regarder se repaître de ce qu’il vient d’obtenir de ta main. Les bruits de son ventre te confirment qu’il était véritablement affamé et qu’il est bien inconscient de se pousser ainsi à bout. Tu le regardes manger, attendant en silence. Tu ne sais même pas pourquoi tu fais cela, mais tu es là, à attendre. Tel un compagnon de voyage veillant sur ses confrères, tels certains de tes amis qui veillent sur toi durant ta méditation, tu es là pour lui, guettant un potentiel danger, surveillant toujours et encore les lieux. Tu restes cependant à une distance plus que respectable de lui car tu ne lui fais absolument pas confiance, tu préfères de loin conserver cette distance qui te permet d’agir en cas de mouvement brusques.

Le silence s’est installé depuis bien longtemps, tout ce que tu espères maintenant, c’est qu’il puisse survivre jusqu’à rencontrer des personnes aptes à lui enseigner la vie en dehors de sa demeure car les plaines sont loin d’être l’endroit le plus dangereux d’Evanya et encore moins du continent. Ce n’était peut-être qu’une erreur d’inattention mais pourtant, tu doutes encore et toujours. Peut- être que … non, c’est fou et insensé, tu ne peux proposer une telle chose et pourtant, tu en as presque envie. Autrefois, tu étais souriante et serviable, à présent, tu es renfermée sur toi-même et tu évites les autres. En te parlant dans ta langue, il ouvert des portes qui étaient restés fermées et qui t’empêchait d’aller vers les autres. Tu pensais être repartie de zéro mais tu te mentais à toi-même.

« Je pars. Tu veux venir ? Je vais au lac, et je t’apprendre à reconnaître les bons et les mauvais choses. »

Véritablement incapable de faire une phrase correcte, tu t’efforces pourtant de te faire comprendre, montrant du doigt la direction du lac, endroit auquel tu dois absolument passer avant de rentrer dans ta forêt, auprès des tiens.

© POLLO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhal Elwing
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 334
Métier : Mercenaire, archer, et meurtrier d'aprés certains
Age du personnage : 175
Alignement : Chaotique / bon
Ennemis : Peut-être les Rhaws, mais sinon personne.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Dim 3 Mar 2013 - 4:28

Un silence s'installe de lui même dans la conversation des deux Elfes, enfin si on peut oser appeler ça une conversation. Myrdhal grignote doucement les provisions qui se trouvent dans le sac et finit par regarder l'Elfe en face de lui. Il remarque enfin le silence pesant et stressant jusqu'à qu'elle réponde...

- Màra aurë amme.

Cette réponse lui remet un sourire... Même si cette inconnue montre clairement des signes de méfiance, elle n'en reste pas moins amical. Un effort peut largement se ressentir pour ce qui concerne son comportement amical distant à la fois. Deux émotions contradictoires mais qui allaient étrangement bien au charme de cette jeune Elfe des bois. Elle le regarde manger en silence et avec un soupçon de curiosité. Myrdhal la regarde dans les yeux en lui souriant pour la soulager de la méfiance qu'elle porte sur ses épaules, mais remarque très vite que cette méfiance ne paitra pas avec un simple jolie sourire. Il cesse donc de la regarder de peur qu'elle pense qu'il se force et reprend deux ou trois fines bouchées de son repas avant de se relever en gardant le sac dans ses mains. Myrdhal se sent de plus en plus à l'aise en compagnie de cette Elfe, même avec son comportement d'écueil apeuré il avait du mal à lui parler... Sans la regarder dans les yeux, il l'observe plus attentivement mais discrètement pour ne pas la gêner.

Je pars. Tu veux venir ? Je vais au lac, et je t’apprendre à reconnaître les bons et les mauvais choses.

pensées:
 
- J'accepte volontiers... Mais je ne voudrais pas non plus abuser de votre temps.

Il regarde dans le direction qu'elle avait pointé avec son doigt pour lui montrer le chemin... Mais il n'ose pas s'approcher d'elle, préférant la laisser commencer le pas. Si elle voulait garder une distance raisonnable, il serait sage ne pas lui briser. Autant pour elle que pour lui. Il attend donc qu'elle ouvre la marche en lui faisant sentir qu'il la suivrait une fois qu'elle aurait commencé le trajet.

-... Et ... Comment puis je vous appeler ?

_________________


~ Sa fiche ~ ~ Son carnet de notes ~
Son compagnon (pas encore en possession):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashlyn Froñtaliem
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 36
Métier : Éleveuse
Age du personnage : 262
Alignement : Neutre strict
Double Compte : Kimaya Laraheris • Jayne Caldin

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Dim 28 Avr 2013 - 12:31




••• Le savoir est fait pour être partagé •••



Après une brève conversation, vous vous mettez en route du lac, le but de ce voyage à l’origine. Elros est allé bien loin mais il veille encore sur toi, prêt à venir au moindre signe de ta part. Au début, aucun son ne vient briser votre chemin, jusqu’à ce qu’une question fuse. Comme peut-il t’appeler ? Te souviens-tu encore du nom que tes parents t‘ont offerts à ta naissance ? Ce n’est pas un prénom elfique, car ils ont toujours été atypique, préférant puiser les prénoms dans leur cœur plutôt que dans les traditions et leurs racines.

« Les gens m’appellent l’esprit d’Evanya, ou Furtive parfois. Mais je crois… mon vrai prénom est Ashlyn. »

La politesse est quelque chose d’oublié pour toi et tu ne lui retournes donc pas la question. Tu recommences à marcher en silence, t’arrêtant de temps à autre pour observer le sol, la flore mais la faune également. Pour une personne qui sait observer, même l’endroit le plus banal regorge de mystère et de traces de vies. Après une longue hésitation, tu finis par ramasser une herbe qui pousse entourée de plusieurs fleurs. Tu l’observes et tu finis par la montrer à ton partenaire de voyage.

La tige de ce végétal est longue et forme une spirale sur elle-même. Deux feuilles poussent de chaque côté de manière symétrique et les nervures de celle-ci sont très légèrement bleutées.

« Ça servir pour guérir poison ou fatigue. Couleur bleue veux dire soigne poison, couleur toute verte et trois feuilles vouloir dire contre fatigue. »

Tu lui laisses la plante pour qu’il puisse l’observer avant d’en recueillir plusieurs pour ta propre réserve. Il y a tellement de choses ici que tu peux récupérer mais tu n’auras pas assez de temps, tu le sais bien. Après en avoir récupéré une dizaine à plusieurs endroits, tu repars pour le lac, sans choisir de t’arrêter cette fois ci. Il ne faut pas plus de deux heures pour atteindre les lieux car ta démarche est rapide et que ces lieux te sont familiers. Une fois sur place, tu te retournes vers l’inconnu, désignant les eaux claires et profondes du lac.

« Toi savoir nager ? Je plonge pour récupérer herbes aquatiques puis voyage terminé. Mais eau dangereuse, gros poissons et grands carnivores dedans. »

Tu t’aventures à l’intérieur car tu n’as pas le choix mais tu n’hésites pas à le prévenir de ce qui peut l’attendre. Se protéger et récolter les plantes aquatique n’est pas une tâche aisée et tu ne peux te permettre de devoir en plus veiller sur lui. En attendant sa réponse, tu retires tes sacs et ton arc, ne gardant sur toi que tes vêtements sommaires ainsi que ton poignard fétiche. Tu te tournes vers lui, le regardant en silence et calmement, attendant de connaître sa décision.

© POLLO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhal Elwing
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 334
Métier : Mercenaire, archer, et meurtrier d'aprés certains
Age du personnage : 175
Alignement : Chaotique / bon
Ennemis : Peut-être les Rhaws, mais sinon personne.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Mer 1 Mai 2013 - 21:41

- Les gens m’appellent l’esprit d’Evanya, ou Furtive parfois. Mais je crois… mon vrai prénom est Ashlyn

La réponse fut donnée sans attente, mais non plus sans empressement distincte. Le calme et la simplicité règnent et deviennent les maitres des paroles de cette Elfe, ou est-ce tout simplement l'hésitation de se dévoiler plus en détail face à un inconnu. Être de la même race porte à croire que la communication doit être plus simple et avantageuse, cependant tout comme Myrdhal, cette personne semble être cosmopolite. Aussi sage d'esprit et à la fois dangereuse si elle se sent menacée.

- J'apprécie le nom Furtive.

La marche continue ensuite et retombe dans une lente et lassante symphonie où seule les chants des oiseaux et les différents végétaux offrent un spectacle suffisamment distrayant pour les yeux et les oreilles. Myrdhal pose son regard sur une plus attrayante chose, il se surprend à observer la démarche de l'Elfe qui ouvrait la voie en direction du lac, Observant avec finesse ses vêtements, son arc, et sa chevelure dans le but dans apprendre d'avantage. Ses envies de savoir fut aussitôt comblées quand elle ramassa une fleure pour le moins agréable à regarder et la lui montra en lui expliquant les bienfaits qu'elle pouvait procurer.

- Ça servir pour guérir poison ou fatigue. Couleur bleue veux dire soigne poison, couleur toute verte et trois feuilles vouloir dire contre fatigue

C'est alors qu'elle lui donne cette fameuse fleure aux si grands pouvoirs de guérison. Pour Myrdhal et ses activités, c'est la un cadeau en or qu'il se doit d’honorer, et comme la fois où elle lui avait offert le sac de baies, son visage neutre se fige, se montrer ainsi incapable de démontrer une quelconque réponse de remerciement. Non pas qu'il n'aime pas le cadeau ou qu'il oublie les bonnes manières, seulement le manque d'habitude d'autant recevoir d'une seule et même personne sans raison particulière le bloque sur sa façon de réagir et d'interagir avec. Il la prend doucement, faisant preuve d'une infime douceur pour ne pas abîmer se petit être végétal et la range soigneusement. Le désir de montrer son affection en lui offrant une bise sur la joue se fait ressentir, mais la tenue et le sérieux dont il doit faire preuve sont plus forts.

Le voyage reprend donc à travers la forêt, jusqu'à enfin entrevoir et même sentir la fin de ce dernier. Le lac tant attendu se rapproche à vitesse des pas des deux compagnons d'aventures. L'Elfe surnommé "Furtive" se tourne et fait face à Myrdhal en montrant le lac du doigt avant d'expliquer :

- Toi savoir nager ? Je plonge pour récupérer herbes aquatiques puis voyage terminé. Mais eau dangereuse, gros poissons et grands carnivores dedans.

Elle se prépare à rentrer dans l'eau de ce lac en prenant la peine de garder une lame, ce qui n'a pas pour effet de rassurer Myrdhal sur ce qu'il risque d'affronter s'il la suit. Il s'approche de l'eau et s'accroupit lentement pour y faire tremper ses doigts. Les douloureux souvenirs de son jeune age remonte dans ses pensée tel une violente vague, et il finit par s'assoir sur l'herbe juste en face de l'eau calme.

- Je sais nager oui, mais ne pense pas trouver la force de retourner dans les eaux... si vous voulez bien m'excuser je vous attendrais ici et surveillerais votre équipement et votre besace.

Myrdhal pose ses affaires non loin de ceux de Furtive, son regard balayant l'horizon et perçant le faible brouillard au dessus de l'eau pour contempler la continuité de la forêt à l'autre bout. Puis rejette un regard sur la jeune Elfe, craignant un peu que son refus de l'accompagner soit pris comme une méprise ou une insulte. Difficile de prévoir les agissements de cette Elfe aussi libre qu'un animal.

_________________


~ Sa fiche ~ ~ Son carnet de notes ~
Son compagnon (pas encore en possession):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashlyn Froñtaliem
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 36
Métier : Éleveuse
Age du personnage : 262
Alignement : Neutre strict
Double Compte : Kimaya Laraheris • Jayne Caldin

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Lun 13 Jan 2014 - 21:27




••• Le savoir est fait pour être partagé •••




Malgré le refus de cet elfe, tu ne te méfies pas plus de lui. Durant ce cours voyage, tu as commencé à le connaître et par conséquent, tu ne t’inquiète pas trop. Certains pourraient dire que c’est un voleur et qu’une fois dans les flots, tes affaires seront subtilisées mais non, pour toi, le vol est une notion totalement étrangère et incompréhensible pour un esprit devenu si proche de la nature.

Trempant un pied dans les eaux paisibles du lac, tu ne te fais pourtant pas d’illusions, tu sais pertinemment ce qui se cache dans ces eaux trompeuses et aucune préparation n’est suffisante pour pouvoir se penser prêt à les affronter. Sans plus de préparation, tu finis par te glisser lentement dans ces eaux, totalement aux aguets, tous les sens en alerte. Une fois ce délai passé, tu prends une grande inspiration avant de plonger.  Des poissons, des plantes, et quelques créatures plus ou moins agréables sont présentes. Ta main n’est jamais bien loin de ton arme mais tes mouvements ne sont en rien agressifs. Tu te dépêches de faire ce pour quoi tu es venue pour éviter de déranger les habitants du lac. Par deux fois, tu te retrouves obligée de retourner à la surface pour reprendre l’oxygène vital.

Une fois ta tâche terminée, tu te hâtes de sortir de ces eaux, voyant que certains de ses habitants deviennent de plus en plus agités et de moins en moins paisibles. Une fois retournée sur la terre ferme, tu récupères tes affaires avant de t’éloigner des bords du lac, faisant signe à ton compagnon temporaire de faire de même.

« Viens. Danger. Ils sont énervés. Ils ne sont pas contents. »

Tu continues de demander à cet elfe de te suivre, avant de finalement regarder ta collecte à nouveau. Ces plantes ont besoin d’eau pour vivre et pas de n’importe laquelle, c’est pour cela que tu les places dans une bouteille emplie de l’eau que tu viens de quitter. Une fois fermée, tu la places dans ta besace avant de remettre tes habits et de reprendre toutes tes affaires. Tu ne cesses de guetter l’eau, non rassurée par ce que tu as vu dedans.

Ta tâche est à présent terminée pour aujourd’hui et il ne te reste plus qu’à rentrer. Tu regardes l’elfe qui t’accompagne avant de lui adresser à nouveau la parole.

« Je rentre. Toi venir ou rester ? »

Tu t’es énormément éloignée de là où tu l’as trouvé et pourtant, tu es prête à le laisser ici, malgré le fait qu’il soit incapable de se débrouiller seul. Il te l’a montré à plusieurs reprises et cet endroit est loin d’être sûr, pourtant tu es prête à le laisser ici sans plus de soucis, comme si toute solidarité t’avait abandonné depuis fort longtemps…

© POLLO
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhal Elwing
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 334
Métier : Mercenaire, archer, et meurtrier d'aprés certains
Age du personnage : 175
Alignement : Chaotique / bon
Ennemis : Peut-être les Rhaws, mais sinon personne.

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   Ven 17 Jan 2014 - 19:15



La vison décidément partagé entre la nature magnifique et verdoyante et la magnifique créature qui rentrait dans l'eau. Adossé contre le tronc d'un arbre, il la regarde s'engouffrer dans ce lac au grand périmètre. Elle s'avançait lentement pour les premiers pas comme pour s'adapter à la température si différente ou encore pour habituer les soit disant monstres de l'eau à sa présence. Cette courte étape une fois passée, la voilà qui plongeait sous les eaux étonnements calmes, une dague à la main pour se défendre contre une éventuelle attaque. L'Elfe assis contre l'arbre avait bien remarqué son visage avant qu'elle ne plonge, une expression pleine de questions trahissait ses traits, mais pourtant elle semblait également si neutre face à cet Elfe qu'elle ne connaissait même pas. On pouvait en dire autant de Myrdhal, il la regardait et l'analysait, souhaitant avoir des réponses au sujet de son passé par des questions qu'il ne posera jamais. Son fin corps fini par disparaitre entièrement de ses sens, il lui était devenu impossible de la détecter par la vue, le son et son odorat. Le doute prend peu à peu la place de la confiance, ce qui guidait la main de l'Elfe aux yeux émeraude sur son arc. Passant la main dans son dos, il se saisissait du bois de son arme à distance en le serrant fort dans sa main, se préparant à attaquer un monstre qu'il ne voyait pas encore. Une simple minute d'attente à regarder fixement l'eau tranquille du lac avant qu'elle ne soit troublée par la remontée fulgurante de l'Elfe qui reprenait son souffle bruyamment.

Un court moment d'inquiétude envers cette Elfe qui affrontait les profondeurs obscure du lac. Il l'avait regardé, ou plutôt surveillé en admirant sa façon de faire. La voyant remonter à la surface pour réclamer un besoin d'oxygène urgent, il manquait presque d'oxygène lui aussi, car Myrdhal l'avait déjà ressenti. Et aucune menace ou force aurait pu le pousser à revivre ça. Confondant sa peur avec de la faiblesse, il se dit jour après jour qu'un jour viendra où il devra faire face à cette peur. Troublé par ses pensées, il en avait presque oublié le danger dans lequel l'Elfe "Furtive" s'était mis volontairement. Quand, la crainte visiblement marquée sur le visage de cette Elfe, elle ressortit de l'eau avec une poignée d'herbe marine. « Viens. Danger. Ils sont énervés. Ils ne sont pas contents. » Lui avait-elle dit en rangeant ses affaires un peu précipitamment et en se rhabillant. De toute évidence elle ne semblait pas rassurée par ce qui se trouvait au fond de cette eau claire en surface mais sombre en profondeur.

Après une petite bouffée d'aire et de repos, Myrdhal finit par se redresser lentement sans pour autant quitter du regard ce lac étrange. Il avait la désagréable impression qu'en sortant de cette eau, elle avait réveillé un mal auquel ni lui ni elle ne semblait disposé à affronter. En se relevant il avait pris et mit sur ses épaules le sac rempli de quelques baies et champignons comestible qu'elle lui avait généreusement donné il y a déjà des heures. Le travail dur que cette Elfe faisait sans relâche ne méritait pas vraiment qu'elle se permette de partager ses biens. Même si Myrdhal savait qu'il avait besoin de son présent de provision, il n'aurait pas pu s'autoriser de tout conserver pour lui. Plus la journée avançait, plus il se résignait à abandonner cette besace à sa propriétaire par simple signe de respect. Le même respect qu'un invité offre à son hôte car, en effet, elle venait de l'inviter à la suivre une nouvelle fois. Une proposition qu'il avait tout bonnement accepté en lui faisant un signe d'affirmation de la tête.

- Je rentre. Toi venir ou rester ?

- Te suivre pour le reste de la journée s'avèrerait être plus prudent... Ou au moins jusqu'à la fin de ton voyage.

Enfin quasiment sèche, la voilà qui terminait de rassembler ses affaires pendant que Myrdhal répondait favorablement à sa proposition. Sans attendre plus longtemps que les craintes de "Furtive" ne prennent positions hors de l'eau, ils repartirent d'un pas un peu plus rapide quand venant. Le lac s'éloignait petit à petit et Myrdhal n'avait pas pu s'empêcher de jeter un dernier coup d'oeil derrière lui, comme s'il méfiait d'être suivi. Peu de temps de marche rapide avant de ralentir dans la forêt, optant pour une vitesse plus sereine, entouré par la végétation et les grands arbre, Myrdhal se sentait plus en sécurité. Quelques minutes s'écoulèrent dans un silence, le genre de silence que l'Elfe mercenaire appréciez. Tout en marchant il s'amusait à émettre le moins de bruit possible, faisant attention à là où il posait son pas, écoutant chaque son alentour. C'est au final, la curiosité prononcée de cet Elfe mercenaire qui avait brisé ce silence apaisant.

- Vis-tu seule dans se coin du pays ?

Regarder les gens auxquels il s'adressait, n'était guère dans ses habitudes, du moins il ne les regardait pas directement dans les yeux et pas en parlant. Il était donc naturellement difficile de savoir à qui il voulait faire parvenir son message lorsqu'il parlait face à un groupe. Mais dans cette situation, aucune illusion vague n'avait sa place.

_________________


~ Sa fiche ~ ~ Son carnet de notes ~
Son compagnon (pas encore en possession):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le savoir est fait pour être partagé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le savoir est fait pour être partagé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le savoir est fait pour être partagé
» L'argent, c'est fait pour être dépensé [PV Van Atha'lith]
» Y'a des gens qui sont pas fait pour s'entendre ... [PV : Ethan Valtena]
» Quel pays est fait pour moi ?
» "Quel crime avons-nous fait pour mériter de naître ?" [PV Tenshi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Evanya - Contrée des Elfes :: • Plaine infinie d'Evanya •-