Partagez | 
 

 Il vaut mieux être marteau qu'enclume.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiaya Grundazan
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 32
Métier : Guerrière
Age du personnage : 124
Alignement : Loyal - Neutre

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Sam 4 Mai 2013 - 17:42




" L’aventure est dans chaque souffle de vent. "

Le soleil avait fait son apparition tôt ce matin-là, réchauffant déjà les terres d’Ephaëlya. La saison froide et les intempéries avaient enfin décidé de laisser place au beau temps et à la météo plaisante. Cependant, Kiaya se souciait peu du temps qu’il pouvait bien faire. Elle ne disait jamais non contre une belle journée ensoleillée mais le froid ne la dérangeait pas plus que cela, ne le ressentant que très rarement. La chaleur la rendait improductive, il valait donc mieux pour qu’elle qu’il ne fasse pas trop chaud. Heureusement, aujourd’hui, l’astre lumineux était bien là mais une légère brise flottait sur Angaïla, apportant un petit courant d’air frais sur les travailleurs des quartiers populaires.

Dans la forteresse de pierre et de fer qu’était Kazad Duraz, la plupart du peuple nain vivait dans les quartiers dits populaires. Qu’ils soient soldats de la milice ou bien forgerons, voir mineurs, les kazadiens étaient presque tous regroupés dans ces faubourgs. Même les nains de haut rang, vivant dans le quartier noble, prenaient la peine de descendre pour profiter de la chaleur de leur peuple et des établissements se trouvant un peu partout tels que les tavernes et auberges qui accueillaient les voyageurs et les aventuriers à la recherche de quêtes en tout genre.

Un grondement inhumain s’échappa d’une fenêtre d’une jolie maison. Dans la chambre, les draps du lit semblaient s’en prendre à leur propriétaire qui se débattait pour sortir de sa couche. Ronchonnant et les cheveux en bataille, la naine parvint enfin à se sortir de l’emprise qu’exerçait sur elle ce bien digne du diable, ce bien qui encourageait à la fainéantise quotidienne. Repoussant ses draps, Kiaya sortit de son lit d’un petit bond, déjà prête à commencer une nouvelle journée. Se faisant une toilette rapide, elle se refit ses tresses plaquées sur son crâne, accrochant de nouveaux petits anneaux au bout de celle-ci. Une fois sa tenue habituelle enfilée, la jeune femme regarda par la fenêtre. Il était encore tôt mais pourtant, le soleil semblait de bonne humeur pour réveiller de bonne heure les nains.

Descendant les marches de l’escalier, Kiaya fila vers la cuisine, saisissant ses armes et sa flasque au passage. Pour bien commencer la journée, il fallait manger d’après elle. Alors elle se servit, boulottant tout ce qui se trouvait sur son passage. Peut-importe si sa ligne en était touchée, dans tous les cas, ses entraînements quotidiens lui feraient perdre le peu de graisse qu’elle avait. Ses muscles se dessinaient sur son corps, marquant particulièrement son ventre. S’enfournant un dernier petit pain dans la bouche, la naine jeta un regard à son marteau, celui qui faisait sa fierté et qui lui rappelait à quelle famille elle appartenait. L’espace d’un instant, la bataille qu’elle avait menée avec ses frères lui revint en mémoire. Kiaya combattaient sans armure contrairement à ses frères et pourtant, ils avaient tous périt. Un jour, la mort l’emporterait elle aussi et elle espérait que cela se fasse sur un champ de combat mais la naine comptait garder toutes les chances de son côté et broyer encore quelques ennemis. Il lui fallait une protection en plus. Son don était déjà un précieux allié mais il avait ses limites, comme elle. La dernière des Grundazan devait avoir une armure…

Quittant la demeure familial qu’elle était la dernière à occuper, Kiaya se dirigea vers l’armurerie. Voilà une bonne résolution qu’elle avait prise. Son marteau dans son dos (on ne savait jamais ce qu’il pouvait bien arriver), la naine marchait dans les rues de la capitale naine, admirant toujours autant le travail qu’avait fait ses ancêtres pour construire cette véritable forteresse. Elle adressait des sourires à ceux qui lui en faisaient et n’hésitait pas à saluer ceux qui en valaient la peine pour elle. Non loin devant elle, l’armurerie trônait, des bruits de métal frappé s’en échappant. Quelques clients venaient de récupérer un heaume simple mais joli et payait le travail de l’armurier. Accélérant son allure, Kiaya se retrouva rapidement face au nain dans son tablier.

" Bonjour maître nain. Je souhaiterais que vous me fassiez, si vous en avez le temps bien entendu, une armure à ma taille. Je ne m'y connais pas trop mais je pense que votre savoir faire saura me combler... "

Adressant un sourire sympathique à l'armurier, Kiaya sortit sa bourse d'on ne sait où, prête à y mettre le prix...


Dernière édition par Kiaya Grundazan le Mer 17 Juil 2013 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick Marteaufoudre
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1333
Métier : Thane d'Angaïla
Age du personnage : 145
Alignement : Bon
Ennemis : Les gobelins et les golems

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Lun 6 Mai 2013 - 21:59

Deux beaux cerclages en fer entouraient la chope du nain qui fixait son contenu d’un regard distrait. Cela faisait une bonne demi-heure qu’Orick s’était assis sur sa chaise, s’était remplit une bière et la buvait lentement. Elle n’avait plus vraiment bon goût, le gaz s’étant lentement échappé. Il réfléchissait à cette nouvelle quête, une quête bien loin de chez lui dans des contrés peuplées par des hommes loups. Il n’y connaissait rien à cette race et se demandait encore pour quelle raison le Grand Molgor l’avait choisi. Il avait décidé de partir le lendemain et il devait retrouver le reste de sa troupe à la grande porte de la ville au levé du soleil. Son sac était déjà prêt. Il y avait une flasque de jus de raison, un tonnelet de bière, des cartes d’Angaïla et de Thaodia, des pierres aux formes étranges qui dataient de sa vie dans les anciennes mines. Il y avait aussi du pain et de la viande séchée. C’était bien comme ça se disait-il.

A la porte un nain venait de frapper. Orick se leva, alla ouvrir et vit Bombil Taillegorge, le diplomate qu’il devait accompagner. Celui-ci gardait un visage sérieux et annonça :
-Thane Orick, mes frères seront prêts pour demain comme convenu. Je venais pour savoir s’il ne vous manquait rien, ma famille pourrait vous apporter ce que vous souhaitez.
-Non ça devrait aller maître Bombil. Mes affaires sont prêtes.
-Vous avez de quoi manger ?
-Oui ça ira.
-J’ai réussi à me procurer deux mules pour le voyage, nous partagerons nos vivres si vous le voulez. Vous avez de quoi couper la nourriture ? Une dague ?
Orick n’avait pas de dague et cette idée n’était pas mauvaise mais accepter quelque chose d’un nain pouvait vite se transformer en un du et il n’était pas prêt à lier un pacte avec les Taillegorges.
-Oui j’ai une dague, tout ira bien Bombil.
Cette remarque était assez humiliante, on aurait dit qu’Orick tentait de rassurer Bombil. Celui-ci réagit alors d’un ton agacé.
-Bon bon… Je vous laisse alors, à demain matin. Ne soyez pas en retard !

Voyant Bombil s’éloigner, il ferma la porte et laissa quelques minutes de calme avant de se décider à remédier à son manque de dague. Il réfléchit alors à son équipement de combat et se demanda s’il ne manquait rien. Un heaume et une armure de mithril, cela manquait de bouclier. Son dernier bouclier avait été cassé lors d’une bataille. Il avait sa hache de Thane, une arme ornée qui pouvait servir d’arme de rechange au cas où il perdrait de vue son marteau runique. Il chuchota :
-Un bouclier résistant et léger puis une dague feront bien l’affaire.

Il avait ses vieux vêtements de l’Est, une armure de cuir et un casque à corne. Il prit sa hache de thane qu’il attacha à sa ceinture et laissa son marteau runique au foyer. Il avait une bourse avec quelques pièces pour ses achats futurs et commença à chercher une armurerie de qualité. Après avoir passé quelques armureries sans avoir été charmé par les lieux, il se décida à entrer dans une forge d’où allaient et venaient des nains paraissant satisfaits de leurs affaires. Il entra et vit l’armurier avec une naine. Celle-ci portait un marteau lourd qui ne trompait pas sur sa vocation guerrière. Orick s’avança et regarda les quelques équipements de protections qu’il y avait sur les établis. Il vit aussi quelques dagues, l’armurier devait s’approvisionner auprès d’un forgeron d’arme proche. Il y avait donc dague et bouclier, il s’avança prêt de la naine et attendit son tour. Elle souhaitait une armure, l’armurier avait rapidement jugé toutes les tailles de son corps afin d’en estimer la quantité de matière qu’il lui faudrait. Il prit son menton dans une main d’un air pensif et dit :
-Je pencherai plutôt sur quelques protections d’acier, le reste en cuir. Pour ne pas bloquer vos mouvements. Si vous avez le temps j’aimerai prendre vos mesures pour préparer l’armure, cela vous va ?
Tout en posant cette question, l’armurier vit Orick et s’attarda sur sa hache de thane. Il constata même assez rapidement qu’il portait un anneau en or symbolisant son rang. Il ne laissa pas vraiment le temps à la naine de répondre et reprit :
-Asseyez vous sur le tabouret là, je suis à vous dans quelques secondes. Thane ? Que désirez-vous ? Si c’est rapide je peux m’occuper de vous avant de prendre les mesures pour la dame.

Orick s’avança et dit :
-J’aimerai une dague assez courte avec sa gaine ainsi qu’une rondache légère et maniable. Bois et fer peut être.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiaya Grundazan
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 32
Métier : Guerrière
Age du personnage : 124
Alignement : Loyal - Neutre

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Mar 7 Mai 2013 - 16:46




" Une quête commence toujours par la chance du débutant.
Et s'achève toujours par l'épreuve du conquérant.
"

Kiaya s’imaginait déjà sur les champs de bataille, armée de son marteau de guerre et habillée d’une armure faîte sur mesure et spécialement pour elle. Elle se voyait déjà en première ligne comme sa famille l’avait toujours été, le marteau familial lui tenant compagnie comme leur meilleur ami qu’il était. Le regard dur et un air de fierté dessiné sur son visage, scrutant ses ennemis, elle se battrait pour son peuple et pour ses frères qui avaient péris lors de leur dernière bataille. Dernière survivante, là encore, elle les vengerait et ferait couler le sang ennemi qui avait emporté celui de ceux qui partageaient le même que le sien. Elle avait toujours eu un avantage considérable. Plus agile que les autres nains et protégée par un don lorsqu’elle en avait réellement besoins, la dernières des Grundazan ne demandait qu’à se battre encore et encore, rendre ce nom qu’elle portait encore plus respecté par les Kazadiens…

La naine pouvait sentir la foule passer dans son dos, entendre des bribes de conversations et percevoir des rires enjoués. D’ailleurs, la guerrière remarqua un autre nain qui s’approchait vers l’armurerie. Malheureusement, sa mémoire lui faisait faux bond car en effet, ce visage lui rappelait quelqu’un. Mais elle se contenta de se retourner et de faire à nouveau face à l’artisan. Celui-ci lâcha ses outils et s’approcha rapidement d’elle, la jugeant sous tous les angles, regardant sa carrure et ses attributs. Kiaya se sentit légèrement gênée, surtout que le nouvel arrivant se mit à ses côtés, attendant patiemment son tour. Voilà qu’elle était regardée comme une bête de foire. Mais après tout, c’était pour son bien… et pour sa nouvelle armure. Approchant son visage de celui de la naine, l’armurier prit son menton entre son index et son pouce, plantant son regard dans le sien d’une façon très étrange. Il était très étrange…

" Je pencherai plutôt sur quelques protections d’acier, le reste en cuir. Pour ne pas bloquer vos mouvements. Si vous avez le temps j’aimerai prendre vos mesures pour préparer l’armure, cela vous va ? "

Kiaya allait d’abord se reculer pour briser le contact physique avec le travailleur et ensuite répondre mais celui-ci posa son regard sur le nouveau client. Une lueur de surprise put se lire dans son regard alors qu’il observait le nain comme il l’avait fait peu de temps avant avec elle. Le petit bout de femme commençait à ouvrir la bouche pour répondre mais l’armurier prit la parole en premier, la coupant vite fait bien fait. Il lui dit de s’asseoir sur un tabouret qui se trouvait non loin. Elle haussa un sourcil, à la fois étonnée et vexée, s’essayant sans rechigner tout de même mais affichant une moue qui expliquait bien ce qu’elle ressentait. L’ouvrier s’adressa ensuite à l’autre client qui semblait beaucoup plus important que la petite. Thane ? Ha oui… Ceci expliquait cela mais le fameux Thane ne fit aucunement preuve de politesse, passant le tour de la belle sans même s’excuser ou la remercier.

" J’aimerai une dague assez courte avec sa gaine ainsi qu’une rondache légère et maniable. Bois et fer peut être. "

Rien que ça ? La naine faisait des grimaces dans son dos, l’imitant. Elle n’avait rien contre les personnes de hauts rangs, au contraire, elle leur accordait beaucoup de respect mais pas lorsqu’ils étaient irrespectueux à ses yeux. D’ailleurs, Kiaya aimait la politesse et nain ou pas, la personne qui n’en avait pas était bien souvent remise à sa place rapidement par le regard tueur qu’elle pouvait avoir. Contrairement à elle, le Thane savait exactement ce qu’il voulait. L’armurier hocha la tête rapidement.

" Bien sûr, Thane. Je pense que j’ai déjà ce qu’il vous faut. "

Sans un mot de plus, il disparut dans l’armurerie, se dirigeant certainement vers la réserve. Il avait exposé quelques modèles pour ces clients mais celui que voulait le nain de haut rang ne semblait pas être présenté à la vue de tous. Jouant avec deux petites pierres polies entre ses mains, la naine regardait le Thane, le détaillant de dos. Puis elle se racla doucement la gorge pour rappeler sa présente et bondit de son tabouret, s’avançant de quelques pas vers l’autre client.

" Vous partez en voyage Thane ? "

Il était dit dans les écrits que la curiosité était un vilain défaut, Kiaya pensait le contraire. Etre curieux voulait dire que l’on était avide de savoir et de connaissances et jamais cela n’avait été mal ou appelé comme un crime. De plus, elle n’avait pas sa langue dans sa poche et ne se gênait jamais de poser des questions, même si celles-ci pouvaient aborder un sujet fâcheux.

" Pardonnez-moi, j’ai oublié de me présenter. Kiaya, guerrière et dernière des Grundazan. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick Marteaufoudre
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1333
Métier : Thane d'Angaïla
Age du personnage : 145
Alignement : Bon
Ennemis : Les gobelins et les golems

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Jeu 9 Mai 2013 - 16:06

A peine avait-il demandé à l’armurier ce qu’il désirait que celui-ci s’empressa de rentrer, certainement pour lui rapporter quelques articles qu’il avait demandé et faire son choix. Il se mit à réfléchir afin de savoir s’il n’oubliait rien, s’imaginant des scènes du voyage comme une halte en forêt, un combat contre quelques loups, l’arrivé dans un village… A chaque cas, il se disait qu’il lui fallait son armure, une arme, de l’or et de la bière. Le reste lui semblait peu utile. Il n’avait jamais été un grand voyageur, il subissait les voyages plus qu’il ne les provoquait. Des voyages pour retrouver l’honneur perdu, un voyage au nom du Molgor, rien de tout ça n’était un voyage qu’il avait réellement décidé. Il se souvenait de son départ pour Oryenna, il avait fini par boire plus que de raison et avait été forcé de revenir en Angaïla. Il fut sortit de ses songes par la naine qui était assise sur un tabouret non loin de là. Elle fit un son pour attirer l’attention puis bondit pour se lever. Elle s’avança et demanda :
-Vous partez en voyage Thane ? Pardonnez-moi, j’ai oublié de me présenter. Kiaya, guerrière et dernière des Grundazan.

Une combattante et dernière représentante des Grundazan ? Orick savait bien qu’il passait trop de temps dans les souterrains et à créer ses cartes, il n’avait pas vraiment connaissance des familles de Kazad Duraz. Il fut surtout frappé de savoir que c’était la dernière représentante de sa famille, tout comme lui. Il était certain qu’ils avaient du partager des moments identiques dans leur vie. Il répondit rapidement :
-Bonjour Kiaya, je suis Orick, fils de Garrick Marteaufoudre. Vous avez bien deviné, je vais partir vers l’Est en terre de Thaodia. C’est un voyage qui pourrait être risqué, je viens faire les derniers préparatifs.

Il savait que l’événement diplomatique n’était pas un fait secret et il pouvait ainsi en parler librement. Orick ne savait pas vraiment si c’était son rang qui avait attiré la guerrière ou tout simplement une curiosité naturelle chez elle. Il remarqua alors que la naine avait en sa possession des pierres polies, il se rappela sa propre collection de pierres aux formes étranges qu’il gardait depuis les anciennes mines. Il n’avait pas vraiment continué à en collectionner depuis des années et cela piqua sa curiosité.
-Je vois que vous avez des petites pierres en votre possession, il semble que ce soit un trait particulier des nains d’avoir ce genre de caillasses sur soit. J’ai moi-même collectionné des pierres aux formes et aux couleurs très étrange par le passé. J’aimais surtout lorsque ces pierres ressemblaient à des choses que je connaissais. La forme de notre contrée, d’un gobelin, d’un marteau… Enfin, je dois vous semblez étrange de vous parler de ce genre de futilités. J’ai surtout entendu une chose qui me parle dans votre présentation. Vous seriez la dernière des Grundazan ? Je suis moi-même le dernier des Marteaufoudres. C’est un fardeau difficile à porter lorsque notre mort serait synonyme de la mort de toute une famille.

Orick se rendait compte qu’il parlait beaucoup. Il termina alors sur quelques questions qui le travaillaient. Cela faisait certainement beaucoup d’un coup mais à quoi bon les poser plus tard dans la discussion pensait-il.
-Vous venez ici pour une armure si j’ai bien compris. Je me demandais, enfin… Je me pose plusieurs questions alors que vous n’avez pas vraiment parlé. Je me demande ce que représentent ces cailloux pour vous, si vous comptez partir en voyage après votre achat et aussi comment vous vivez le fait d’être la dernière des Grundazan. D’ailleurs, que veut bien dire Grundazan ? J’avoue ne pas être très fort en langue naine, comme beaucoup, je ne sais ni le lire ni l’écrire ! Je parle même mieux gobelin que nain…
De nouveau il s’était emporté… Orick avait cette tendance à être assez songeur et cela se traduisait souvent par des moments d’égarement. Il se tut et regarda Kiaya attendant des réponses à ses questions, espérant ne pas être trop curieux à son tour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiaya Grundazan
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 32
Métier : Guerrière
Age du personnage : 124
Alignement : Loyal - Neutre

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Jeu 9 Mai 2013 - 20:19




" Le sourire est la langue universelle de la bonté. "

Kiaya avait hésité à tendre sa main comme le font si bien les hommes ou à faire une accolade au nain. Mais finalement, il était Thane, alors elle garderait ses distances. Elle ne voulait pas risquer sa vie en touchant le nain gradé. Après tout, peut-être était-il surveillait ? Ou peut-être que lui-même était devenu paranoïaque en ayant accéder à ce poste. Alors la naine se contenta de lui adresser un simple sourire, les poings posés sur ses hanches légèrement décalées vers la droite. Bien qu’elle semblait avoir dérangé le Thane qui était plongé dans ses pensées, celui-ci posa son regard sur elle alors qu’elle s’était avancée. Comme chez beaucoup de nains, une lueur étrange, de surprise sûrement brilla dans les yeux du nain lorsqu’elle annonça qu’elle était la dernière de sa famille, la dernière guerrière des Grundazan. Chacun avait sa façon de voir les choses mais tous semblaient réagir à ce nom.

Le nain se présenta alors à son tour. Et ce fut au tour de Kiaya d’avoir cette étincelle de surprise dans ses yeux en amande et couleur noisette. Orick Marteaufoudre. Elle connaissait ce nom et connaissait son histoire. Lui aussi dernier de sa lignée ne connaissant pas son nom à ses débuts, il avait fini par apprendre que sa famille avait été déshonorée. Bien que la naine n’en sache pas plus sur cette histoire, elle avait entendu dire qu’il avait redonné cet honneur à sa famille grâce à des quêtes entreprises. D’un certain côté, elle l’admirait. Lui qui s’était battue pour que le nom de ses ancêtres ne soit plus souillé. Après tout, Kiaya était née avec un nom déjà connu de tous, elle n’avait rien eu à faire, aucun exploit à réaliser. Certes, elle s’était tout-de-même battue et avait fait perdurer cette légende qu’était sa famille mais elle n’avait pas eu à l’honorer d’elle-même…

Kiaya était tombée juste, le Thane partait. Les lycans, voilà sa destination. Il n’avait pas tort, on ne savait jamais sur quoi l’on pouvait tomber sur ces terres. Surtout avec la guerre qui faisait rage, les loups pouvaient ne pas vouloir coopérer. La naine l’écoutait, touchant la côte de gobelin qui permettait à sa brassière de cuir de tenir. Les petites pierres qui ornaient son corps, s’accrochaient à ses cheveux et ses vêtements et qui faisaient un peu de bruit lorsqu’elle marchait dans ses poches semblèrent attirer l’attention du nain qui reprit la parole. A priori, lui aussi partageaient sa passion des petits cailloux. Kiaya sourit, l’écoutant toujours attentivement, presque attendrie par les souvenirs passés qu’il lui racontait brièvement. Il revint ensuite sur son titre de dernière membre des Grundazan. La naine hocha de la tête en lui répondant.

" Je ne suis pas certaine que tous les nains aiment les pierres… Je n’avais jamais rencontré une personne qui collectionnait ce genre de choses comme moi auparavant. Je dois dire que j’en suis à la fois étonnée et ravie. Passion étrange mais qu’il est agréable de partager ce qui nous tient à cœur. Et oui, je vous confirme que je suis bien la dernière de cette lignée que l’on dit donner naissance qu’à de grands guerriers. J’espère encore et toujours faire honneur à mon nom. "

Le Thane parlait beaucoup mais c’était un vrai plaisir pou Kiaya. Elle adorait discuter et apprendre plus sur les gens. Qui plus est, c’était encore mieux lorsque la personne concernée avait des points en commun avec elle. Souriante, elle s’appuya à nouveau sur son tabouret, ne cherchant pas à se hisser dessus, plus petite que le moyenne des autres nains. Orick semblait aussi curieux qu’elle et continua sur sa lancée, lui posant des questions auxquelles elle répondrait sans détour. La franchise et l’honnêteté étaient importantes pour elle.

" Vous venez ici pour une armure si j’ai bien compris. Je me demandais, enfin… Je me pose plusieurs questions alors que vous n’avez pas vraiment parlé. Je me demande ce que représentent ces cailloux pour vous, si vous comptez partir en voyage après votre achat et aussi comment vous vivez le fait d’être la dernière des Grundazan. D’ailleurs, que veut bien dire Grundazan ? J’avoue ne pas être très fort en langue naine, comme beaucoup, je ne sais ni le lire ni l’écrire ! Je parle même mieux gobelin que nain… "

Kiaya rit doucement amusée par la curiosité d’un nain qui portait un haut rang. Etait-elle pareille lorsqu’elle se posait pleins de questions et en posaient pleins ? Le Thane arrêta enfin de parler, fixant la naine comme s’il la détaillait. Elle se surprit à rougir un peu, n’ayant pas l’habitude d’être scrutée ainsi et répondit à son tour.

" En effet, je cherche une armure. Je n’en ai jamais porté, même pour la bataille d’Ogzuk. Malheureusement, mes sept frères y ont laissé la vie, alors je me suis dit qu’il serait certainement bon de me protéger un peu plus. Pour ce qui est de ma collection de pierres… je dois vous avouer que je ne sais pas réellement ce que cela représente pour moi. Lorsque j’étais enfant, cela avait une véritable signification pour moi mais je ne parviens pas à me rappeler laquelle. Mais bien souvent, lors de mes quêtes, mes batailles ou mes rencontres, j’en ramasse une. Ce sont comme mes souvenirs, des petits cailloux qui renferment des fragments de ma mémoire certainement. "

En parlant, Kiaya avait sorti une pierre de sa poche et la faisait rouler entre ses doigts, la regardant, une légère mélancolie marquant son regard. Celle-ci avait été ramassée lors de cette dernière bataille, près du corps de son frère ainé et du marteau familial. La naine secoua légèrement la tête pour revenir sur la terre ferme et reprit la parole.

" Ensuite, non. Je n’ai rien de prévu après mon achat mais je dois dire que je suis un peu en manque d’aventures en ce moment… Peut-être auriez-vous besoin de guerriers qui vous accompagnerez pour votre voyage diplomatique ? Je serai ravie de vous accompagner si c’est le cas. "

Un nouveau sourire s’afficha sur son visage, ses dents blanches jurant légèrement avec sa peau tannée par le soleil des beaux jours. Appuyant ses mains sur le tabouret et son pied sur la barre de celui-ci, Kiaya se hissa de nouveau sur son tabouret, faisant maintenant à peu de choses près, la taille du Thane. Elle fit glisser son marteau de pierre noire et d’alliage en métal entre ses mains, posant son regard dessus, le couvant comme une relique.

" Grundazan signifie « Marteau de Sang ». C’est grâce à ce marteau que nous avons remporté tant de bataille et que notre nom est connu de tous. Dernière héritière, il est donc en ma possession maintenant pour ma plus grande fierté. Vous devriez apprendre la langue naine Thane, voilà qui n’est pas digne. " Elle posa un regard amusé sur le nain. " Pour ce qui est de ma façon de me voir comme la dernière des Grundazan… C’est difficile. Difficile de savoir que ce nom honoré finira oublié avec moi lorsque je serai morte et enterrée. J’ai encore espoir en l’avenir tout-de-même. Après tout, je suis jeune et une guerrière peut bien être mère aussi. Je ne me destine pas à l’être tout de suite mais pourquoi pas. De plus, je n’ai encore trouvé personne qui pouvait assez retenir mon attention et qui saurait parer mes coups de marteau. Et vous ? Comment le vivez-vous ? J’ai une autre question… Vouliez-vous devenir Thane avant de l'être ? "

Kiaya était amusée par ses propos mais posa aussi un regard curieux et émerveillé sur le nain. Pourquoi ne pourrait-elle pas le devenir elle aussi, un jour ? Son marteau entre ses bras, elle plongea son regard dans celui d’Orick…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick Marteaufoudre
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1333
Métier : Thane d'Angaïla
Age du personnage : 145
Alignement : Bon
Ennemis : Les gobelins et les golems

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Jeu 9 Mai 2013 - 21:01

Kiaya répondit avec une sincère franchise. Orick écouta avec attention ses explications et se retrouva dans son récit sur sa famille. Il se souvint aussi de la bataille du lac, les paroles de Kiaya ne faisaient pas remonter le meilleur de ses souvenirs. Il se rappela la dernière fois qu’il vit sa famille dans les mines il y a près d’un siècle mais aussi la mort de Karg lors de la guerre d’Ogzuk. Un ami de la famille Souroche qui avait remplit son cœur de tristesse. Il laissa échapper un léger soupire de désespoir et de fatalité. La guerrière demanda si Orick était intéressé par sa présence dans une quelconque aventure. Celui-ci se disait qu’en tant que Thane, il pouvait bien forcer la main au diplomate des Taillegorges afin d’avoir à ses côtés une combattante. Elle posa alors quelques questions dont la première concernait le fait d’être dernier représentant de sa famille.
-Et vous ? Comment le vivez-vous ? J’ai une autre question… Vouliez-vous devenir Thane pour l’être devenu ?

Orick allait répondre lorsque l’armurier revint avec quelques articles dans les mains. Le Thane se retourna tout en disant à Kiaya :
-Excusez-moi Kiaya, les affaires m’appellent, attendez un instant que je fasse mes courses.
L’armurier posa trois dagues et deux boucliers sur l’établi puis commença à expliquer les différentes particularités de chaque équipement.
-Alors vous avez ici une dague longue et droite, plutôt pour le combat ou la coupe précise. Pour les gros morceaux de viande sécher c’est idéal ! Sinon j’ai un couteau, petit, utile pour les voyages je pense. La dernière est légèrement inclinée, certains disent que les elfes en raffolent !
-Je vois, je vais prendre le couteau, il semble adapté à mes besoins. Pour les boucliers, je peux les tenir pour voir ?
-Oui allez-y.
Orick prit les boucliers l’un après l’autre et testa le poids et la maniabilité tandis que l’artisan commentait.
-Celui-ci est très fin mais en acier complet. C’est un article de guerre je dirais. Il aurait hélas un peu de mal à arrêter des armes perforantes comme l’arbalète. Celui-là est plus comme ce que vous demandiez, bois et cerclage en acier. En son centre un rond d’acier et des renforts attachés aux contours. Il me semble hélas un peu plus lourd.
-Oui je vois, je vais me rabattre sur le bouclier léger.
-Très bon choix. Cela fera six pièces d’or.
Orick sortit quelques pièces qu’il déposa et prit le bouclier en main gauche. Il attacha la dague par sa gaine à sa ceinture. L’armurier se déplaça vers Kiaya avec un fil de mesure. Il allait prendre toutes les mesures nécessaires de chaque forme de la naine. Il resta assez silencieux, chuchotant quelques chiffres de temps en temps. Il revenait parfois vers l’établit pour écrire quelques notes sur une feuille de papier. Orick profita de ce moment pour répondre à Kiaya.
-Dernier des Marteaufoudres est un fardeau et un honneur à la fois. Je suis un tunnelier et cartographe, combattant des gobelins et des golems si le besoin s’en fait. Je n’ai rien d’un forgeron et armurier comme la légende de mes ancêtres grands marteleurs. J’ai tout fait pour que mon nom soit honoré à nouveau, mais sans familles, j’avais l’impression parfois de ne pas être un nain, plutôt une taupe géante qui errait dans les sous-sols de notre terre. Mon histoire serait un peu longue à expliquer et je ne pense pas que vous ayez le temps. Disons que tout commence seul à l’Est d’Angaïla et se finit dans le palais du Molgor après une guerre sanglante. Afin de rendre honneur à mes différentes aventures, à ma quête d’honneur mais surtout aux combats menés au nom d’Angaïla contre Ogzuk, le Grand Molgor m’a nommé Thane d’Angaïla. C’est un rang qu’on peut difficilement refuser je pense. Depuis je sers les intérêts de la capitale. Même si à présent je me vois affecter à une mission bien loin de mes objectifs personnels. Pour votre proposition, si je peux vous avoir à mes côtés lors de ce voyage j’en serais honoré. Autour de moi j’ai l’impression qu’il n’y a que des inconnus aux ambitions obscurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiaya Grundazan
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 32
Métier : Guerrière
Age du personnage : 124
Alignement : Loyal - Neutre

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Ven 17 Mai 2013 - 22:11




" Le destin ne cesse de nous rattraper. "

Le beau temps était bien présent, pour le bonheur de la plupart des populations habitants d’Ephaëlya. La saison froide venait enfin de laisser place au soleil. D’ailleurs, celui-ci faisait briller de mille feux les armes et armures qui trônaient sur l’établi de l’armurerie. Assise sur son petit tabouret, les pieds croisés et le regard indiscret, Kiaya se fichait royalement du temps elle. Le Thane avait déclenché en elle une nouvelle curiosité. Il était à la fois si intéressant et si semblable à elle que la naine se retrouvait presque quand il parlait. Etonnant. Un inconnu aurait certainement pu les prendre pour des amis d’enfance ayant grandi ensemble ou pour des frère et sœur…

Orick l’avait écouté attentivement, son regard nain ne la lâchant pas pour l’espace d’une seconde. La guerrière se sentit légèrement flattée de l’attention que le Thane pouvait bien lui porter. Elle aimait cela, mais encore plus lorsqu’il s’agissait d’une haute tête, d’un nain ayant un rang. Le souvenir de la bataille d’Ogzuk sembla déclencher des moments passés aussi pour le nain. Kiaya n’était pas sûre, mais il lui sembla croiser une lueur de tristesse dans le regard qui se faisait de moins en moins inconnu. Pour elle aussi, ce combat avait été un instant douloureux et le dernier pour ses sept frères. La naine secoua légèrement la tête pour ne plus y penser et une idée vint percuter son esprit. Le nain avait dû lui aussi participer à la bataille vu sa réaction. Cependant, elle ne l’avait pas croisé ou ne se souvenait plus de lui. Ce serait certainement un gros moment de voir comment le Thane se battait. Si elle l’accompagnait, peut-être auraient-ils l’occasion de croiser leur marteau.

Il allait répondre aux nombreuses questions du petit bout de femme mais Orick fut coupé par le retour de l’armurier, les bras chargés de choses et d’autres. La Thane s’excusa auprès de Kiaya, retournant à ses affaires et souhaitant qu’elle l’attende. Elle rit doucement à cette réflexion. Elle n’irait pas bien loin. D’ailleurs, la naine devait rester ici car le grand manitou lui était passé devant sans grand scrupule. Elle ne partirait pas temps qu’elle ne serait pas servie ou au moins mesurée de haut en bas et de longueur en largeur. Balançant ses jambes d’avant en arrière dans le vide, Kia regardait le nain s’éloignait légèrement.

D’un air distrait, la naine écouta la conversation entre l’artisan et le Thane. Trois dagues et deux boucliers étaient les objets de leur discussion. L’armurier se mit alors à expliquer les caractéristiques de chacune de ses œuvres comme s’il parlait de ses enfants. Kiaya sourit. Elle aimait ceux qui pouvaient donner leur vie pour leur travail, surtout quand il s’agissait de leur passion. Orick choisit rapidement une des dagues, trouvant son bonheur assez rapidement à priori. Mais il semblait un peu plus perplexe pour les protections alors il les essaya après avoir demandé par pure politesse. Puis finalement, là aussi son choix fut vivement fait. Il ne devait pas être très compliqué et avoir un esprit contradictoire. Le Thane paya ses achats, saisissant ses nouveaux biens.

L’armurier s’approcha enfin de sa première cliente qui était passée seconde. Celle-ci bondit à nouveau de sa chaise, ayant l’impression de n’avoir fait que cela depuis son arrivée. Un fil de mesure entre ses doigts. Se tenant droite et ne bougeant plus, Kiaya se laissa faire. Le marchand marmonnait des chiffres, filant de temps en temps vers son établi pour gribouiller quelques notes. La naine le suivait du regard, ayant presque oublié Orick, qui le fit revenir sur terre en répondant enfin à ses questions. Et là encore, ils se ressemblaient beaucoup. Du moins sur leur ressentiment quant à être le dernier de sa famille. Le Thane savait faire beaucoup de choses et exerçait pas mal de métier, attirant toujours plus l’attention de la belle sur lui. Il voulait rendre honneur à sa famille, comme elle mais il semblait un peu désarçonné sans ses proches. Kiaya soupira discrètement, gênant légèrement l’armurier. Elle marmonna une excuse, écoutant toujours le nain à rang.

" Mon histoire serait un peu longue à expliquer et je ne pense pas que vous ayez le temps. "

" Si nous avons l’occasion de voyager ensemble, peut-être accepterez-vous de m’en dire plus… "

Orick continua alors sur sa lancée. Racontant brièvement son histoire, juste ce qu’il devait y avoir à savoir. Kiaya n’avait pourtant pas assouvi sa curiosité mais elle se contenta d’hocher la tête, l’écoutant parler de ses origines et du présent. C’était donc grâce à ses quêtes et au courage dont il avait fait preuve durant les différents combats où il avait participé pour son peuple qu’il en était là aujourd’hui. Le Grand Molgor lui-même lui avait offert son titre. Furtivement, la naine s’imagina à la place du Thane et ses joues rosirent légèrement. Devenir Thane d’Angaïla, nommée en personne par le Grand Molgor. Elle n’avait jamais songé à acquérir un rang mais il fallait dire qu’Orick lui offrait des rêves qu’elle ne pourrait certainement jamais atteindre. Après tout, la guerrière était juste…une guerrière. Bref, le nain termina sa tirade sur une phrase qui arracha un grand sourire à Kia.

" Pour votre proposition, si je peux vous avoir à mes côtés lors de ce voyage j’en serais honoré. Autour de moi j’ai l’impression qu’il n’y a que des inconnus aux ambitions obscurs. "

La joie sembla faire naître des papillons dans le ventre de la naine. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait de quête, mis-à-part cette histoire de bête dans une cave. En effet, après la mort de ses frères, Kiaya avait préféré se retirer quelques temps dans la maison familiale. Mais il était temps pour elle de reprendre du service. Son marteau de pierre noire et d’alliage en métal était posé à côté d’elle, adossé contre le mur. Posant son regard dessus, elle ne pouvait s’imaginer ne plus se battre.

" J’espère alors que ma requête sera accordée, mais croyez-moi, j'en serai certainement la plus honorée. Je peux vous assurer que vous connaîtrez tout de moi si vous souhaitez être rassuré par rapport à la personne qui vous tiendra compagnie si je suis celle-ci. "

La dernière des Grundazan inclina légèrement la tête par politesse, marquant un léger signe de respect envers le Thane. Elle allait reprendre la parole mais ce fut à son tour d’être coupé par l’armurier.

" J’en ai terminé avec vous. Je vais me mettre au travail, pourriez-vous repasser en fin de journée pour récupérer votre commande ? "

" Bien sûr maître nain. Je serai présente dix minutes avant la fermeture de votre armurerie. Merci. "

Lui adressant un sourire, Kiaya se recula, regagnant le bord de la rue, accompagnée par Orick. Son marteau dans sa main fut rapidement replacé dans son dos. Bien qu’elle se trémoussa un peu pour qu’il soit mis correctement, la naine reposa son regard sur le Thane. Elle ne savait plus quoi dire, adressant donc un sourire gêné au nain. D’une main, elle se mit à toucher les petites pierres qui terminaient ses nattes comme lorsqu’elle réfléchissait.

" Dîtes-moi… N’avez-vous pas trouvé de naine souhaitant faire sa vie avec un Thane et faire perdurer votre nom si glorieux ? Enfin... Pas que pour cela bien entendu, pour vous aussi. "

C’était une question forte étrange mais c’était tout ce qui lui était venu à l’esprit. Alors elle entreprit de marcher un peu, espérant être suivie par Orick et les joues légèrement rosies…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick Marteaufoudre
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1333
Métier : Thane d'Angaïla
Age du personnage : 145
Alignement : Bon
Ennemis : Les gobelins et les golems

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Jeu 30 Mai 2013 - 23:21

Les achats étaient terminés pour les deux nains. Kiaya devait retourner récupérer son armure en fin de journée. Elle se détourna de l’armurerie tout en questionnant Orick sur les éventuelles naines ayant pu prétendre à agrandir sa lignée. Orick avait régulièrement été questionné à ce sujet et il n’appréciait toujours pas cette idée. Il suivit Kiaya et lui indiqua d’une main une rue.
-J’habite par ici, si vous êtes prête demain à l’aube, nous partirons avec quelques troupes des Taillegorges vers les terres de l’Est. Je vais vous montrer ce n’est qu’à quelques minutes.

Kiaya suivit alors Orick qui en profita pour lui répondre.
-Seul à chercher une femme pouvant être la clé de la résurrection de ma famille, c’est une chose qui m’est étranger. Certaines familles m’ont approché afin de marier leurs cousines, un engagement sur le long terme, leurs descendances seraient des Marteaufoudre et leurs familles s’assureraient une alliance sereine à l’avenir… J’ai beaucoup de chance d’être Thane, sinon j’aurai certainement trouvé une femme et aucun des enfants n’auraient porté mon nom. Même si je doute vu le nombre de naines que j’en aurais trouvé une. Il y a encore deux ans j’étais Orick Lunefer, un cartographe reclus de l’Est d’Angaïla et aujourd’hui, on me questionne sur la stratégie, la politique, l’économie et même sur le devenir de ma famille.

Orick se rendait compte qu’il parlait beaucoup mais entre nains, parler de famille et d’Angaïla restait un sujet assez courant. Il avait beaucoup apprécié la spontanéité de la naine et voyait en elle une alliée pour son futur voyage. Il assura alors par quelques mots son intérêt pour elle puis la questionna.
-Vous être une combattante, on ne peut pas se tromper. Vous êtes aussi assez motivé par l’idée de partir en quête. Etes-vous prête à devenir compagne d’arme du Thane Marteaufoudre ?

Avant d’entendre la réponse de la naine, il abusa encore un peu de la discussion en ajoutant.
-Si vous en êtes, appelez-moi Orick. Pour le détail précis de la quête, c’est assez simple, on accompagne un diplomate et on tente de prendre contact avec des lycans. On partira vers le Nord-Est. Pour ce qui est des questions précises, le diplomate Krogan boispisse répondra à vos questions. C’est un nom bien étrange, j’ai entendu dire que le premier des Boispisses avait gagné son nom lors d’un concours, il avait bu la pisse d’un troll ! Enfin… Le reste de la troupe est composé des Taillegorges, ils n’ont pas très bonne réputation, votre présence sera pour moi un réconfort. Qu’en dites-vous ?

Il ralentit le pas, la maison était proche et il souhaitait encore discuter quelques instants à l’air libre avec Kiaya.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiaya Grundazan
Ephaëlyen débutant
avatar

Messages : 32
Métier : Guerrière
Age du personnage : 124
Alignement : Loyal - Neutre

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Lun 17 Juin 2013 - 6:11




" Nul ne sait ce que l’avenir nous réserve. "

Kiaya marchait de son pas vif et sûre d’elle sans pourtant avoir une cadence rapide. Petite parmi les nains, elle l’était encore plus quand la capitale était prise d’assauts par des aventuriers et demandeurs de quête. Et aujourd’hui, c’était le cas. Ronchonnant face à tous ces géants, le petit bout de femme continua sa route, le Thane marchant à ses côtés, pour son plus grand plaisir. Elle portait une attention particulière à ce nain au haut poste qui semblait n’être parti de rien. D’ailleurs elle ne devait pas être la seule à admirer le cartographe, les naines devaient être à la recherche d’un mari comme lui, d’où la question qu’elle lui avait posé.
 
Orick montra d’un geste évasif de la main une rue qui se trouvait non loin d’eux. Il expliqua que sa maison se trouvait vers le lieu qu’il indiquait. Enfin, il concrétisa la demande qu’elle lui avait faite en expliquant que si Kiaya était là à l’aube, le départ serait donné et qu’elle pourrait l’accompagner dans sa quête. Le Thane lui demanda indirectement de le suivre pour qu’il lui montre où il résidait et surtout où venir le lendemain matin. Docilement, contrairement à d’habitude, la guerrière suivit le nain. Elle ne l’aurait certainement pas fait avec d’autres mais celui-là était différent et elle aimait à penser que c’était à cause de son poste. Pourtant, ils semblaient faits pour s’entendre même si la femelle ne l’aurait certainement jamais avouée, trop fière. Bref, Orick en profita pour répondre à sa question. A priori, les femmes ne devaient pas l’intéresser tant que cela et la perspective de perpétuer la gloire de son nom n’était pas une raison suffisante pour qu’il se marie. Les familles étaient certainement nombreuses à vouloir comme beau-fils un Thane et cela n’étonna même pas la guerrière lorsque le nain raconta que celles- ci souhaitaient marier les cousines pour seulement créer une alliance. Si Kiaya devait avoir un compagnon, ce ne serait certainement pas pour de la politique ou pour continuer sa lignée. Elle épouserait un nain par amour et rien d’autre. Orick lui, même s’il semblait être fier de son rang, tous les aspects ne semblaient pas lui plaire.
 
La naine écoutait avec attention le Thane. C’était une habitude de parler famille parmi les nains alors elle n’était pas plus intriguée que cela mais Kiaya était tout-de-même fière d’avoir une si longue discussion avec le cartographe. D’habitude, c’était elle qui était la plus bavarde mais elle venait de trouver quelqu’un qui lui arrivait à plus haut que la cheville, et c’était plaisant. Les sujets de discussion ne devraient donc jamais manquer. Orick vint alors complimenter la guerrière. La traiter de combattante était le meilleur compliment qu’on pouvait lui donner, elle qui était accompagnée de son marteau de pierre noire. Il sembla alors lui faire une proposition ultime, comme s’ils signaient un pacte. Etre la compagne d’arme d’un Thane, du Thane Marteaufoudre. Kiaya ne savait si elle devait sauter partout, sourire ou se montrer digne mais elle était si heureuse de refaire enfin partie d’une quête. D’ailleurs, le nain enchaîna de suite, sans attendre la réponse à sa question.
 
" Si vous en êtes, appelez-moi Orick. Pour le détail précis de la quête, c’est assez simple, on accompagne un diplomate et on tente de prendre contact avec des lycans. On partira vers le Nord-Est. Pour ce qui est des questions précises, le diplomate Krogan boispisse répondra à vos questions. C’est un nom bien étrange, j’ai entendu dire que le premier des Boispisses avait gagné son nom lors d’un concours, il avait bu la pisse d’un troll ! Enfin… Le reste de la troupe est composé des Taillegorges, ils n’ont pas très bonne réputation, votre présence sera pour moi un réconfort. Qu’en dites-vous ? "

Kiaya rit doucement à la réflexion du Thane avant de prendre la parole.
 
" J’en suis Thane… Orick pardon. Je serai honorée d’être votre compagne d’arme. Quant à la quête, les informations que vous m’avez données suffiront amplement, je vous fais confiance… Les Boispisses vous dîtes ? Je connais leur histoire oui et je dois avouer que jamais je n’aurai eu le culot de porter ce nom et encore moins de boire de la pisse de troll… En ce qui concerne les Taillegorges, ne vous inquiétais pas si nous sommes deux, je suis persuadée que nous serons plus fort. De plus, je serai l’épaule sur laquelle vous pourrez vous appuyer si vous avez besoin d’aide. "
 
Les pas du Thane ralentissaient doucement comme si sa maison n’était plus très loin. Kiaya arrangea son marteau familial et sourit au nain. Non seulement elle était ravie d’entreprendre une nouvelle quête mais son compagnon d’aventures semblait parfait. Ils s’entendraient certainement bien et c’était plaisant de savoir que les chemins ne seraient pas animés par des engueulades mais plutôt des discussions animées et pourquoi pas des rires…
 
" Merci Orick. Cela me manquait. Il me tarde déjà demain matin... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orick Marteaufoudre
Ephaëlyen accompli
avatar

Messages : 1333
Métier : Thane d'Angaïla
Age du personnage : 145
Alignement : Bon
Ennemis : Les gobelins et les golems

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   Sam 29 Juin 2013 - 22:54

La maison était là, au bout de la rue. Collée aux autres bâtiments, elle semblait parfaite pour un honnête habitant de la capitale. Sa petite entrée et ses dimensions modestes ne donnaient pas l’impression du lieu où résidait un noble de Kazad Duraz mais c’était la manière de vivre du nain et les grandes habitations ne lui serviraient à rien. Le soleil peinait à rester dans le ciel qui avait une teinte orange qu’Orick fixa après les paroles de la naine. Il savait qu’il allait devoir voir ce ciel et ce soleil chacun des prochains jours de sa mission, lui qui aimait tant passer des mois sous terres. Il ne savait plus vraiment si ses choix avaient été les bons, qu’est ce qui pouvait rendre la puissance du clan Marteaufoudre ? Il devait d’abord penser à sa prochaine mission et le départ était à présent à quelques heures. Il regarda Kiaya et lui dit :
-Me voici arrivé, je vais finir mes préparations et me reposer avant le départ. Pensez à un sac et des rations, rien de trop lourd. J’ai été très heureux de cette rencontre et je sens que vous serez utile pour cette mission et pour Angaïla elle-même.

Il s’arrêta sur ces paroles et s’approcha de sa maison, il ouvrit la porte à l’aide d’une clé puis disparu de la rue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il vaut mieux être marteau qu'enclume.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il vaut mieux être marteau qu'enclume.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante
» Un mensonge vaut parfois mieux que la vérité [Feat Yvan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Angaïla - Contrée des Nains :: • Kazad Duraz • :: Quartiers populaires-