Partagez | 
 

 C'est la fin, la fin de nous.. Mais surtout de moi. [RP solo terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emerence De Gainbourd
Impératrice
avatar

Messages : 910
Métier : Impératrice
Age du personnage : 119
Alignement : Neutre/mauvais
En couple avec : Personne.
Double Compte : Aurore Badry ; Laurianna Machy

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

MessageSujet: C'est la fin, la fin de nous.. Mais surtout de moi. [RP solo terminé]   Sam 8 Mar 2014 - 13:21





Au revoir, il m'a dit, mais j'ai bien senti à son ton que ce n'était pas le "au revoir" que deux amis, deux amants se disent, s'échangent juste avant de se quitter, que ce n'était pas non plus celui qui incluait un "on se voit plus tard". Non, son au revoir à lui était ferme, décisif, et s'est gravé profondément, amèrement, salement dans ma pompe sanguine. Ces deux mots ont déclenché un tel ravage en moi que j'ai cru en mourir ; ils m'ont dévastée de fond en comble comme un vulgaire château de cartes qui se casse la gueule en un seul souffle. Seulement, ce n’est pas ma gueule qui s'est brisée, c'est moi toute entière. Et comme la reine des idiotes, j'ai rien vu venir, mais j'ai rien laissé transparaître sur mon visage, je ne voulais pas lui offrir ce plaisir sur un plateau d'argent, alors j'me suis contenté de le saluer d'la main, d'esquisser ce qui ressemblait le plus à un sourire et d'le regarder partir. Il ne s’est même pas retourné une seule fois ce sale con et j'ai compris. Compris que son "au revoir" sonnait aussi puissamment qu'un "adieu". Ouais, adieu, c'était bien, mais c'est fini maintenant, tu dois avancer sans moi, voilà, ce qu'il aurait dû me dire ce jour-là. Non, il ne m'a pas dit au revoir, il m'a juste dit à jamais. Moi dans tout ça ? J'avais juste envie de hurler, de lui dire de ne pas me laisser devenir un fusil sans cartouches, un cheval sans cavalier, une cavalière à pieds, une pestiférée, un chanteur de mariage, un pilier de bar, une barrière sans route, devenir une coquille vide, une prise d'otage qui foire. Oui c'est tout ça que j'aurai du lui dire, me laisse pas comme une horloge cassée, pendue au mur à prendre la poussière.

Pourtant, je restais là, inerte à regarder ce chemin vide, ce chemin qu'il n’emprunterait certainement plus jamais, à me demander pourquoi j'ai fais ça.. Oui pourquoi lui avais-je accorder un semblant d'importance, pourquoi être retombée dans l'inconscience, dans la faiblesse des sentiments. C'était à la fois effrayant et rassurant de se confronter à quelqu'un d'aussi extraordinairement abîmé par l'amour et les autres. Un monstre de mélancolie qui se fait peur au point d'accepter sa condition d'invincible. Nous avions en commun ces matériaux inflammables, cette prédisposition à la passion, pour le meilleur et pour le pire. J'aimais sentir que je lui ressemblais, mais son miroir me renvoyait également l'image du monstre que j'étais devenue. Comme lui, je présentais un terrain miné par l'explosion amoureuse. Peut-être que si il avait compris à quel point nos angoisses se rejoignaient, il serait resté encore un peu, a moins que ce soit ça qui est provoqué le contraire.

A présent, j'étais là, seule et je le haïssais de tout mon être, autant que je me haïssais moi même. Il connaissait mes blessures, mon passé et il en avait lamentablement joué. J'étais échec et mat, j'avais perdue la partie, la guerre et les futures batailles. Je n'étais plus rien, juste un vide, un corps mort qui ne souhaitait plus poursuivre, un cadavre en décomposition, une machine a tuer qui ne souhaitait plus tuer. Je n'étais plus moi, plus rien, plus personne. Je venais de perdre la dernière once d'humanité, la dernière lueur de vie et d’espoirs, qu'il me restait. Acceptant l'idée que personne ne pouvait rester avec moi, m'aimer vraiment, tenir réellement à une personne, que dis-je le monstre que j'étais devenue. Pourtant, je voulais encore croire qu'il reviendrait, alors j'attendais comme une ombre sans objet, un battement sans coeur, j'attendais des nuits entières... Avant d'enfin accepter que tout était réellement fini. Adieu.

Oui c'est ça " Adieu". Hippolyte avait raison, je n'étais, je ne suis qu'un jeu, un passe temps, un mouchoir qu'on jette une fois utilisé. Je vais terminer ce que j'ai à faire, oui je vais en finir avec tout ça avant de redevenir une ombre meurtrière, avant de disparaître.
A toi Dante, amant, ami, ennemi, que ton éternité soit aussi douloureuse que cette nouvelle cicatrice que tu m'offres. Ne reviens jamais.



_________________
Dans cette rue où se tapie la nuit, seules des ombres me frôlent dans un rire narquois, un bourdonnement résonnant tel un écho dansant. L'humanité a fait place au néant.


Merci  Elënna pour le kit ♥ !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

C'est la fin, la fin de nous.. Mais surtout de moi. [RP solo terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînons-nous, avant les choses sérieuses. [Solo-FB]
» arrêtons de nous voiler la face ▽ brynaël [Terminé]
» Comment nous en sommes arrivés là ? [Elendil][Terminé]
» Une fois de plus, nos valises cabossées s'empilaient sur le trottoir; on avait du chemin devant nous. Mais qu'importe : la route, c'est la vie.
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Màvreah - Contrée des Vampires :: • Domaines privés • :: Domaine de Gainbourd-