Partagez | 
 

 Un réveil difficile - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un réveil difficile - Terminé   Dim 14 Nov 2010 - 20:43

L’obscurité régnait…loin, très loin d’ici, dans les sombres dédales des tunnels de la cité, les bruits sourds de combats résonnaient. L’œil aux aguets, Karnak jeta un regard rapide au dessus de son épaule… Les bruits se rapprochaient rapidement, trop rapidement, Karnak sentait qu’ils seraient sur lui dans très peu de temps. Un cri effrayé sortit de la gorge de l’enfant qu’il tenait par la main, une terreur sans nom émanant de ses petits yeux sombres. Les bruits étaient là, la colère de Karnak se transforma en un sentiment de peur immuable, son objectif était simple : protéger l’enfant au péril de sa vie, mais il savait que cela serai compliqué… Il avait reconnu l’un des attaquants de la cité, une bête des tréfonds, seuls ils ne représentaient pas une grande menace pour les nains mais aujourd’hui quelque chose était différent, quelque chose ne collait pas ; comme si les créatures étaient portées par une force invisible les rendant plus fortes, plus rapides et surtout plus meurtrières.
« Vas vite te cacher là-bas petit ! Et ne fais pas de bruit. » , dit Karnak en s’adressant à l’enfant qu’il tenait par la main.
Karnak empoigna sa fidèle Gasna et chuchotta :

« Et bien mon amie, il est temps pour toi de reprendre du service ! »
Se préparant au combat, Karnak ne remarqua pas la forme sombre qui s’approchai silencieusement dans son dos tel un serpent sur un tapis d’herbes. Karnak fini par sentir cette présence au dessus de son épaule mais il était trop tard… la créature fondit sur lui à une vitesse impressionnante, une masse d’obscurité s’abattant sur Karnak et sur l’enfant.

Karnak se réveilla en sueurs, l’esprit encore plus embrouillé que s’il avait vidé la cave de la taverne. Il scruta les alentours d’un rapide coup d’œil, la chambre était vide. Le soleil, déjà haut dans le ciel, filtrait à travers la petite fenêtre sur la gauche du lit. Un épais tapis de poussière se déposait sur les meubles, on pouvait même deviner que certains objets avaient été retirés des étagères…


*Ah bah… Les écuries de Kazad Dawi sont plus propres que cette foutue chambre ! * pensa Karnak.

Karnak se leva difficilement de son lit, ses jambes le portaient avec grande peine. Il se mit à faire une série d’exercices corporels constitués d’enchainements de mouvements symbolisant des passes parfois complexes du combat à la hache pour se remettre en forme. Bien qu’il ne sache pas d’où il tirai ce savoir, Karnak l’exécuta avec la précision d’un joaillier. Il fini par se retourner face à l’armure soigneusement posée sur le coffre a coté du lit.


*Elle est magnifique, j’aimerai bien avoir la même !*

Ne pouvant résister, Karnak enfila l’armure ; elle lui allait parfaitement, comme si elle avait été faite sur mesure pour lui, Karnak se rendit compte alors que cette armure lui appartenait belle et bien, tout comme la hache posée à coté dans son étui de cuir huilé.

« Alors comme ça je m’appelle Karnak Bugman … Et bien soit ! Mais avant tout, j’ai faim, ça doit bien faire un siécle que je n’ai rien mangé »

Sur ces mots Karnak sortit de sa chambre et descendit les escaliers. La salle principale de l’auberge était déjà pleine. Il y avait de tout : Guerriers, courtisanes, bardes et autres énergumènes. Karnak se dirigea instinctivement vers le comptoir, tenu par un humain à l’imposante bedaine.

« Hola Tavernier ! Je suis où là au juste ? »
« Hmm dans une taverne sans doute » répondit le tavernier avec un air moqueur.

Contenant une montée de colère pour cet humain pathétique, Karnak répondit :

« Merci pour l’information, mais cessez de me prendre pour un elfe si vous ne voulez pas finir avec un bras en moins ! Et puis qu’est-ce que je fais là hein ? Répondez un peu »
« Nous somme à la frontière entre Evannya et Angaïla, vous avez arrivés ici complétement désorienté il y a plusieurs jours. Alors qu’est-ce que j’vous sers ? »
« Un bière bien fraiche, de la viande séchée, du fromage et du pain ! »

Karnak alla s’assoir à la seule table encore libre dans un coin de la salle et se mit à étudier discrètement, enfin aussi discrètement que possible pour un nain , la population de la taverne qui l’observaient d’un œil curieux. Il commençait à peine à mâcher sa viande lorsque la porte de la taverne s’ouvrit, ébloui par la lumière extérieure, il ne put que distinguer une forme assez grande.

Karnak se renfrogna, il n’aimait pas les non-nains et encore moins les elfes… Et l’individu qui venait d’entrer faisait parti de la seconde catégorie…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 1:56

La porte grinça lorsque Astriol la poussa. Les gonds avaient besoins d'un bon coup d'huile...
La chaleur et le brouhaha de la taverne contrastaient avec le froid et le silence de l'extérieur. C'était dans ce genre de moment que l'elfe trouvait absurde de ne porter qu'une simple cape sur les épaules. Mais passons. La taverne était bruyante, l'air ambiant était pollué par les odeurs de sueur, d'alcool prêt a boire, et d'alcool déjà bu mais mal passé...Certains nains étaient debout sur les tables, à chanter des chansons sans queue ni tête sur la montagne, la bière et les pierres précieuses. Quelques humains riaient et chantaient avec eux, mais visiblement, l'alcool avait plus d'effet sur leur corps pourtant plus grands que sur ceux des nains. Un vampire était seul dans un coin, une bouteille de « sang de noble » (la boisson des vampires aux gouts de luxe!) à coté de son verre a moitié vide. Il ne semblait pas dans son élément, ce qui est normal lorsque l'on habite un manoir au milieu des bois.
Près de la cheminée,un vieux nain semblait déprimer devant une chopine de bière à peine entamée.


*Pour un nain, c'est peu commun...exactement le type de compagnon qui pourrait m'aider...*

Astriol s'approcha doucement de la table du petit être et s'installa en face de lui, sans un mot. L'aubergiste était venu à sa table afin de prendre commande:


« - Et bien messire elfe, pour vous ce sera quoi?
- Un jus de lys, s'il vous plait. »

L'elfe regarda le nain par dessus la chope. Ce dernier ne semblait même plus avoir la force de l'envoyer paître. Le visage lui était familier. Cet amas poisseux de cheveux blancs et sales, il avait tenté de le peigner, mais s'était résigné à laisser cette chevelure en état de décomposition avancée. Le nain qui était l'hôte de ce parasite capillaire avait été le seul nain qu'Astriol avait vu dans sa petite cité. Celui qui s'était empressé de partir en insultant copieusement ceux qui lui avaient redonné la vie. Il avait donc une dette envers l'elfe, et il comptait bien mettre ceci à profit afin de retrouver son père. Mais pour l'instant il fallait trouver un terrain qui ne soit pas propice à la discorde, et, lors d'une conversation entre un elfe et un nain, c'était chose rare, voir inexistante.

L'aubergiste amena la boisson de l'elfe qui commença à la siroter doucement. Décidément, le lys qu'utilisait ce tavernier n'était pas de la plus grande fraicheur...mais pour ce prix, il ne fallait pas s'attendre à un breuvage exceptionnel non plus. Avec une grimace de dégout, Astriol repoussa son verre, et s'intéressa au nain qui ne l'avait pas laché des yeux. Il avait un bout de viande dans la bouche et n'avait pas sorti un mot.


« - beau temps n'est-ce pas? La nuit serait des plus agréable pour aller cueillir des champignons. Il sont meilleurs lorsque le ciel est dégagé et que la lumière de la lune les berce! »

Aucune réponse de la part du nain qui mit un bout de pain dans sa bouche tout en bavant légèrement dans sa barbe répugnante.

« -ha oui, mais j'oubliais, les nains n'aiment pas vraiment la forêt, je me trompe? Ce n'est pas grave, oubliez ce que je viens de dire. Je me présente, je suis Astriol. Astriol Zenhan. Mais vous me connaissez déjà, j'étais de ceux qui vous ont recueilli après l'attaque des lycans. Vous vous souvenez? « L'espèce de lapin croisé avec un humain dissymétrique »? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 2:26

Il faut savoir que les nains ont une échelle de tolérance que l’on pourrait graduer de un à dix, un étant une bonne bière et dix un gobelin, et dans cette échelle deux races s’opposaient pour la légitimité du dixième barreau : les gobelins et les elfes. Karnak observait vaguement par-dessus sa choppe cet elfe qui venait d’entrer dans la salle.

*Comme si ma journée était pas assez pourrie comme ça il faut que ce bouffeur de pétunias se ramène dans mon auberge*

Karnak remarqua rapidement que l’elfe le regardai avec insistance, comme si il cherchai à comprendre comment un nain était fait à l’intérieur de son armure.

*Mais qu’est-ce qu’il a me regarder comme ca celui là ? Eh mais… il vient vers moi en plus, je suis maudit… Pitié achevez moi*

La mine de Karnak se décomposa derrière sa barbe soigneusement brossée, si bien qu’il était impossible de noter son changement d’humeur. Son cœur puissant rata un battement lorsque l’elfe lui adressa directement la parole.

« Beau temps n'est-ce pas? La nuit serait des plus agréable pour aller cueillir des champignons. Il sont meilleurs lorsque le ciel est dégagé et que la lumière de la lune les berce! »

Karnak n’en revenait pas

*En plus d’être moche et puant celui la en tien une couche, comme si ses histoires de champignons avaient une quelquonque importance…ces elfes !*

Karnak nourrissait le maigre espoir que cet elfe s’en aille pour qu’il puisse tranquillement finir sa bière qui était entrain de tiédir et décida de l’ignorer en enfournant une nouvelle bouchée de pain, malheureusement l’elfe poursuivi sa litanie .

« ha oui, mais j'oubliais, les nains n'aiment pas vraiment la forêt, je me trompe? Ce n'est pas grave, oubliez ce que je viens de dire. Je me présente, je suis Astriol. Astriol Zenhan. Mais vous me connaissez déjà, j'étais de ceux qui vous ont recueilli après l'attaque des lycans. Vous vous souvenez? « L'espèce de lapin croisé avec un humain dissymétrique »?

Karnak essaya de se remémorer toutes les erreurs qu’il avait fait sans comprendre pourquoi cet asticot filiforme venait le déranger pendant son repas et poussa un long soupir.

« Et bien Monsieur le lapin bouffeur de champignons, bien que ton nom me donne une soudaine envie de rigoler, il ne me semble pas que je t’ai convié à partager mon repas ! Maintenant si ta tronche de concombre, vu que t’as l’air bien porté sur les légumes, me rappelle quelque chose, je ne crois pas non. Vous autres les elfes êtes tellement laids qu’il est bien difficile de vous différencier et à l’odeur c’est encore pire! Quand à ta ville de singes et bien je dois avouer que je ne m’en souviens pas ! Vous semblez par contre bien renseigné sur mon passé, alors dites moi, qu’est-ce que vous me voulez?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 3:22

Astriol ne s'attendait pas à ce que le nain l'accueille à bras ouverts mais quand même, il y avait des limites à ne pas franchir, et malgré sa taille ridicule, ce microbe puant avait réussi à toutes les dépasser! Mais l'elfe ne pouvait pas se permettre de répondre sur le même ton, l'autre aurait été trop heureux de faire de lui un demi elfe après lui avoir offert une relation forcée avec sa hache. Il fallait donc rattraper son erreur en jouant sur sa perte de mémoire. Astriol ne savait pas ce qui avait eu lieu dans la forêt pour que l'avorton tombe dans un coma proche de la mort, mais il savait dans quel état il en était revenu.

« -Et bien, messire nain, j'aimerais clarifier les choses de suite. Je n'aime pas trop que l'on m'agresse, surtout lorsque mon seul tort est de vous être agréable. Nous connaissons tout les deux la haine réciproque qui unie nos deux races, et j'avoue ne pas connaître son origine. Mais s'il vous plait, faites un effort. Si vous calmez vos ardeurs, proches de celles d'un gobelin, je vous raconterais ce que je sais de votre passé. Encore fallut-ce que vous puissiez vous contenir... »

Le nain ne répondit rien, mais son regard en disait long sur ses pensées, et sa moustache commençait à s'agiter d'une étrange façon.

« -très bien! Voilà un progrès vers la tolérance et le respect mon bonnain![HRP: à défaut de bonhomme...] Bon, tout ce que je peux te dire, c'est que mes amis t'ont retrouvé dans une clairière. Tu étais proche de la mort. Tout autour de ton corps, on a retrouvé des empreintes de lycans, on en a supposé que tu avais été l'amuse bouche marqué à la carte, mais personne ne sait pourquoi ils t'ont laissé là et ne t'ont pas dévoré. *personnellement je parierais que c'est l'odeur qui les a repoussé...Il est immonde ce nain...et...c'est quoi ce truc verdâtre qui coule sur sa moustache?!Oh mais par Morwën, qu'il est sale ce nain, il pourrait se moucher ailleurs que dans ses propres poils...* Excuse moi, je m'égarais dans mes pensées...Où en étais-je...ah oui! Donc, lorsque mes amis ont trouvé ton corps ensanglanté, percé de tous les cotés par les griffes des lycans, ils se sont empressés de te ramener dans notre belle cité, afin de te soigner. Ce qui n'a pas été chose simple, car il a fallu d'abord t'enlever ton armure. Et celle ci avait commencer à rouiller sur ton corps. Ensuite il a fallu enlever tes vêtements qui commençaient à être envahis par les champignons, et nous avons finit par laver ton corps des parasites divers et variés.* Il est tellement petit qu'on a retrouvé des morpions dans ses cheveux...*. Après t'avoir soigné, j'ai tenté de démêler ta barbe, mais en vain. Désolé de te dire ça, mais ta barbe, c'est raté. C'est rasta. A ton réveil, tu nous as tous copieusement insulté et tu es partis. Personne n'a su où, et personne ne s'en est soucié. Heureux?

Le nain semblait sous le choc. Mais à cause de quoi? Parce que des elfes l'avait mis à nu, ou parce qu'Astriol avait insulté son hirsutisme primitif?

Ce dernier tenta de percer la barrière mentale du nain afin de savoir ce qu'il pensait, mais tout ce qu'il pu sentir, ce fut un grand vide, un trou de mémoire tel que des dizaines d'années de souvenirs ne parviendraient à le remplir. L'elfe eu presque pitié de la pauvre petite créature, mais en voyant le liquide verdâtre se remettre à couler sur sa moustache, tout élan de compassion disparu, laissant la place à une expression de dégout.

Afin de s'éviter plus longtemps cet effroyable spectacle, Astriol se leva de sa chaise et alla jusqu'au bar. L'aubergiste était en train de nettoyer des choppes avec un torchon tellement sale qu'on pouvait se demander lesquels du torchon ou des choppes étaient les plus à plaindre. Après avoir poser l'horrible bout de tissus, l'humain s'avança :

« -oui? Il manque quelque chose?
- je voudrais simplement une écuelle de salade et de racines. Si vous pouviez trier les lombrics, dans la salades, je vous en serais reconnaissant.
- Très bien messire elfe. Tout de suite. »

Tandis que son repas se préparait, Astriol regarda le nain qui n'avait pas bougé. Les yeux toujours fixés sur sa choppe, et avec toujours cette affreuse substance visqueuse dégoulinant sur sa barbe...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 4:12

Karnak sentit un élan de rage sombre monter lorsqu’il entendit l’elfe le comparer à un gobelin à un tel point que sa moustache se mit à tresaillir.

*Je devrais tuer cet immonde vermisseau sur le champ, lui enfoncer ma hache au plus profond de son corps et aller pisser sur la tombe de ses ancêtres*

Karnak entama un mouvement imperceptible vers le manche de sa hache, le contact avec le noyer lui procura une sensation de bien être qu’il n’aurai pu soupçonner dans un tel moment de colère. Il voyait exactement comment l’attaquer, il savait que les elfes étaient rapides et agiles, mais il savait aussi que la surprise de son attaque le prendrait de cour et qu’a défaut de le tuer il arriverai néanmoins à le blesser, après cela ne serai qu’une question de temps avant qu’il se vide de son sang infâme. Mais l’elfe se remit à parler

« très bien! Voilà un progrès vers la tolérance et le respect mon bonnain! Bon, tout ce que je peux te dire, c'est que mes amis t'ont retrouvé dans une clairière. Tu étais proche de la mort. Tout autour de ton corps, on a retrouvé des empreintes de lycans, on en a supposé que tu avais été l'amuse bouche marqué à la carte, mais personne ne sait pourquoi ils t'ont laissé là et ne t'ont pas dévoré. Excuse-moi, je m'égarais dans mes pensées...Où en étais-je...ah oui! Donc, lorsque mes amis ont trouvé ton corps ensanglanté, percé de tous les cotés par les griffes des lycans, ils se sont empressés de te ramener dans notre belle cité, afin de te soigner. Ce qui n'a pas été chose simple, car il a fallu d'abord t'enlever ton armure. Et celle ci avait commencé à rouiller sur ton corps. Ensuite il a fallu enlever tes vêtements qui commençaient à être envahis par les champignons, et nous avons finit par laver ton corps des parasites divers et variés. Après t'avoir soigné, j'ai tenté de démêler ta barbe, mais en vain. Désolé de te dire ça, mais ta barbe, c'est raté. C'est rasta. A ton réveil, tu nous as tous copieusement insulté et tu es parti. Personne n'a su où, et personne ne s'en est soucié. Heureux ?

Le choc fut rude pour Karnak, un elfe avait touché à sa barbe, sa si belle barbe, il se sentait souillé, un vide immense s’empara de lui. Et en plus, il avait osé insulter le savoir faire de son peuple, les armures naines ne rouillent pas… Et encore moins les armures faites de thorium comme la sienne. C’était désormais clair pour Karnak, il devait tuer cet être immonde et le punir pour son insolence. Il sentit à ce moment là une pression dans son esprit, comme si quelque chose tentait de le pénétrer. Puisant dans un savoir qui lui était alors inconnu il fit place au vide dans son esprit sans savoir pourquoi il devait le faire… Il sentit cette présence disparait alors que l’elfe se levait pour commander quelque chose au comptoir. Karnak fixa sa choppe à moitié vide.

*Qu'est-ce que c'est que ces conneries ? Est-ce lui qui a tenté de pénétrer dans ma tête ? Oui je suis sur, c’est lui.. une raison de plus pour le tuer, ce bouffeur de limaces doit payer ses injures. En plus… tout ce qu’il a dit je le sais déjà comme tout le monde ici je suis sur ! *

Karnak attendit que l’elfe se retourne et attrapa sa hache, son contact était doux, elle était parfaitement équilibrée et elle avait été faite pour lui, par un certain Thorin, il devait être un maitre parmi les siens. Il s’aperçu soudain qu’il n’avait même pas fini sa choppe et la vida d’un trait avant de se lever pour se rapprocher de l’elfe. Il était prêt, l’elfe allait y passer cette fois ci.

« Tu as insulté mon peuple et touché ma barbe sale bouffeur de limaces et tu vas payer pour cela ! Au nom de Karnak Bugman tu est un lapin mort !

La réaction de l’elfe surprit Karnak, en se retournant, l’elfe avait trébuché et c’était affalé de tout son long au pied du comptoir. La hache de Karnak s’enfonça profondément dans le bois emportant avec elle une mèche de la chevelure de l’elfe. La réaction des autres clients de la taverne fut instantanée et rapidement la taverne entière se transforma en champ de bataille, il devint impossible de distinguer l’elfe et Karnak dans toute cette masse. Ils étaient en réalité un peu plus loin en proie à un combat à mort lorsqu’ils furent interrompus, 5 minutes plus tard, par un contingent de gardes de l’impératrice qui rentrait de patrouille. Karnak en profita pour s’éclipser discrètement par la porte de derrière rapidement suivi par son adversaire elfe, et ce… sans payer la note.

« Je crois que je vais oublier cet endroit pour un moment … » Se dit-il pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 12:00

*il est où cet immonde microbe?j'aurais jamais du lui rappeler qu'il avait une dette envers les miens...J'aurais du me souvenir qu'un nain qui a un créancier ferait tout pour s'en débarrasser...Si j'étais un nain...ou est-ce que j'irais me cacher?...Dans une autre taverne?*

Astriol en était à se demander quelle était la taverne la plus proche lorsqu'il aperçut une boule de poils blancs au raz du sol. C'était son nain. Il était appuyé sur sa hache, essoufflé. L'elfe s'avança donc avec précaution , sorti son arc et une flèche et le mit en joug. L'expression du nabot changea radicalement. Si cracher ses poumons devant un elfe est déjà désagréable pour un nain, lorsque cet elfe vous tient en joug, tout cela devient insoutenable. L'elfe était enfin en position de force face à le minuscule abruti borné et puant. Il se permit donc de savourer ce petit instant de gloire et observa, amusé, le regard meurtrier posé sur lui. Il fallait que le nain arrive à concentrer son attention sur autre chose que sur sa haine l'espace de quelques minutes. Mais utilisé le charme naturel des elfes serait une perte de temps, Karnak y étant insensible...

*qu'est-ce qui pourrait améliorer une relation avec un nain? Parce que là, c'est quand même mal partie cette affaire...Peut être qu'une choppe d'une bonne bière arriverait à calmer ses ardeurs...*


Astriol n'aimait pas la bière, cette boisson puante et brute était absolument répugnante lorsque l'on avait un palais elfique...Le nectar ou les sirops de fleurs étaient bien plus doux et agréable à boire. Encore fallait-il que les plantes utilisées soient fraiches et que la préparation soit basée sur une recette d'elfe. Mais s'il voulait tenter de regagner la confiance du nain, il allait devoir faire des concessions.

Tout en regardant le petit être furibonds l'elfe lança:


« - Messire nain, Je crois que nous sommes partis d'un très mauvais pied. Donc je vous explique calmement ce qu'il va se passer. Je vais ranger mon arc, vous allez ranger votre hache, et je vous invite à boire une des meilleures bières de la région. Et pour vous montrer que je suis de confiance, je vous accompagnerai...à la bière également. Non pas que j'aime cette substance, mais je ne vois que ça pour vous prouver ma bonne foi... Cela vous convient-il? »

En disant cela, Astriol rangea son arc et la flèche qu'il avait sorti. De l'autre coté, ses paroles semblaient avoir eu de l'effet. Le nain n'avait plus ce regard noir, il commençait à ranger sa hache et...miracle...cette date serait gravée dans la mémoire de l'elfe comme le jours où il vit pour la première fois un nain...sourire. Enfin, c'était semble-t-il un sourire, bien qu'objectivement, cette grimace aurait plutôt fait peur à un enfant et l'aurait envoyé dans les jupes de sa mère. Mais Astriol sentait une bonne volonté derrière ce dépotoirs pileux de restes culinaires...

Astriol esquissa un sourire, et emboita le pas du nain, se préparant mentalement à boire une bière...


[HRP: désolé pour le post qui est un peu court à mon gout, mais la biologie animale, c'est pas un cours qui donne énormément d'inspiration ^^" ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 15 Nov 2010 - 14:03

Karnak avait le souffle court, il tentait de récupérer un peu avant de continuer le combat avec l’elfe en se reposant sur le manche de sa hache.

* Pfouah, j’aurais pas du faire la sieste aussi longtemps… On dirait bien que j’ai perdu l’habitude de me battre…*

C’est alors que Karnak remarqua qu’une flèche était directement pointée sur son visage, ce qu’il n’appréciait pas du tout. Les elfes étaient bien connus pour être d’excellents archers et Karnak n’était pas vraiment assez souple ni assez rapide pour esquiver l’un de ces projectiles, surtout à cette distance… Et l’ami Astriol Zenhan n’avait pas l’air du genre à rater une cible, mais celui-ci fit une proposition qu’un nain ne pouvait refuser.

« Je vous invite à boire une des meilleurs bières de la région »

Karnak ne put s’empêcher de sourire malgré la situation.

« Et bien Messire l’elfe se joue un progrès vers la pilosité ! Très bien... j’accepte ton offre Le lapin ! Mais il va falloir trouver un autre endroit que celui-ci pour aller la déguster, je doute que le patron soit enjoué à l’idée de revoir nos bouilles affamées et assoiffées dans sa taverne… Le problème étant que j’ai laissé trainer mon sac dans cette chambre crasseuse et je répugne à l’idée de l’y laisser ! Vous m’avez l’air agile l’ami, alors pourquoi n’iriez vous pas le récupérer pendant que je me remets de nos échanges musclés, qui d’ailleurs je dois l’avouer, m’ont surpris car je ne m’attendais pas a ce qu’un elfe aussi mal accoutré sache si bien se battre avec une épée !

Le visage de l’elfe se décomposa lorsqu’il entendit la requête du nain.

« Et bien messire l’elfe, seriez vous un couard ou décidez vous d’y aller ? Je ne donne pas cher de notre peau si vous trainez trop, à l’heure qu’il est les gardes impériaux doivent déjà demander à notre amis tavernier si je résidai ou non dans cette taverne et risquent de ne pas tarder pour récupérer mon bardas ! »

« Je vous attendrai là-bas, à l’orée de cette chose que l’on appelle un bois » dit Karnak en montrant un point éloigné d’une centaine de mètres
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 16 Nov 2010 - 0:27

De toute évidence, Astriol n'avait d'autre choix que d'accepter l'aide que lui demandait le nain, bien que cela ne l'enchante guère..Les gardes étaient dans les parages et allaient surement visiter la chambre de celui qui avait été à l'origine des évènements de l'auberge, c'est à dire le nain...Il allait devoir être rapide et discret...

«  Je vous attendrai là-bas, à l’orée de cette chose que l’on appelle un bois »

En plus de sous traiter pour les tâches de bas étage, Karnak était un lâche qui allait se mettre à l'abri pendant qu'il envoyait les autres au casse-pipe. Il espérait surement que l'elfe n'en revienne pas vivant. Astriol allait lui prouver la supériorité des elfes.

Pendant que le nabot allait se réfugier à l'orée du bois,l'elfe évalua la situation. La taverne avait deux entrées, celle par laquelle il était rentrée, la principale, était gardée par deux humains entrainés et prêt à en découdre avec quiconque forcerait le passage. Passer par là serait suicidaire. L'autre porte, celle par laquelle les deux combattants avaient fuis, aurait été la solution de facilité si les gardes et l'aubergiste ne s'étaient pas trouvés à l'intérieur, cherchant leur trace. Avec un soupir, Astriol se résigna à observer les fenêtres. Il y en avait deux de chaque coté de la porte et elles étaient protégées par des barreaux. Juste au dessus des fenêtres du rez de chaussé, se trouvaient celles du premier étage. D'après le nain, sa chambre s'y trouvait. Mais on ne pouvait exclure l'hypothèse que des gardes soient déjà en train de la fouiller.

Se dirigeant vers le fossé qui bordait le chemin menant à l'auberge, Astriol y déposa son arc ainsi que son carquois. Il allait devoir être le plus léger possible. Il ne garderait que sa dague au cas où...Puis, se dirigea à nouveau vers l'auberge. Au moment ou il allait grimper à une fenêtre du premier étage en s'aidant des barreaux de celles du premier, un garde sortit par derrière. Visiblement, il n'était plus totalement sobre. C'était le moment de mettre à profit toutes ces années à développer sa gûl naw, sa magie instinctive. Alors, ne faisant qu'un avec le mur contre lequel Astriol se trouvait, son esprit s'envola au dessus de son corps. Et à la place de ce qui avait été un elfe quelque secondes auparavant se trouvait désormais un plante grimpante accrochée au mur.

Le garde s'approcha de cette plante, la regarda, intrigué, puis, regardant autour de lui, commença à uriner face au mur...sur la plante. L'esprit de l'elfe ne pouvait réintégrer son corps, sans quoi l'alerte serait donnée, aussi fut-il forcé de subir cet arrosage forcé, se consolant en pensant que la scène aurait pu être pire si le nain y avait assisté. Après s'être vidé la vessie, le garde retourna à l'intérieur, soulagé d'un poids. Réintégrant son corps, Astriol ne pu que constater les dégâts qu'avaient subis ses vêtements : son pantalon était trempé et sentait le nain,donc horriblement mauvais. C'est donc ainsi qu'il grimpa au premier étage. Il jeta un coup d'œil rapide par la fenêtre ouverte. Personne ne semblait se trouver dans cette partie de l'auberge. Un coup de chance après sa mésaventure. Il rentra donc discrètement et alla inspecter la première chambre. Des habits très biens ouvragés étaient en vrac un peu partout. Sur une vieille commode se trouvait un pantalon propre et sec, l'elfe en profita pour se changer. L'idée de se retrouver souillé devant le nain hilare n'aurait pas arrangé son humeur...Il sorti donc de la chambre qui ne semblait pas être celle de son nouveau compagnon. En se dirigeant vers la seconde porte, il entendit la conversation qui se déroulait à l'étage inférieur :


« -Donc vous avez servi l'elfe, puis le nain l'a attaqué sans prévenir? Demanda un garde.

- non, il lui a dit qu'il avait insulté sa barbe et que ça, ça passait pas. Lui répondit le tavernier.

-Mais qui « lui »?qui « il »? soit plus clair l'aubergiste...Et ressert moi donc une choppe, J'irais me vider sur ta plante grimpante à l'entrée.

-Hein? Quelle plante?T'as déjà trop bu toi? Il y a pas de plante ici! »

Ayant l'oreille tendue pour écouter la conversation, Astriol ne vit pas le bout de parquet cassé qui sortait du sol et butta contre celui ci. Il perdit l'équilibre mais se rattrapa avant de tomber. Il n'avait pas fait plus de bruit qu'une souris mais cela suffit à attirer l'attention des gardes.

« - Il y a quelqu'un là haut?

- Mais non, ça doit être un rongeur, il y en a toujours un ou deux a l'étage.

-Mouais. Machin, et Truc, allez voir si tout va bien là haut. »

Astriol avait commit une faute. Si les gardes le surprenait ici, ils l'emmèneraient surement répondre de ses actes à la caserne...Et il n'avait pas besoin d'un contre temps maintenant. Il se glissa donc silencieusement dans la chambre devant laquelle il se trouvait, et se plaqua contre le mur, près de la porte. Il entendait les bruits des bottes des soldats monter l'escalier d'un pas nonchalant.

« -pfff, il nous fait toujours faire le sale boulot le patron...

-ouais...écoute, tu vas voir cette fois ci, je t'attend ici. La prochaine fois, on inversera les rôles.

-Pas de problème vieux! Ça évite la surcharge de travail ton idée! Tu sais que t'aurais pu finir général avec un esprit comme le tiens?

-Ouais ouais, je sais, mais je me suis toujours dit qu'une vie de richesse et de gloire, c'était pas pour moi, ça enlève tout le piment du boulot hein? Bon allez on va pas y coucher, va voir ce qu'il se passe. »

Les pas se rapprochaient, Astriol les entendaient dans la chambre jouxtant celle dans laquelle il était. Puis ils arrivèrent vers lui. Le garde entra dans la pièce, sans apercevoir l'elfe plaqué contre le mur. Ce dernier se précipita sur lui, lui couvrit la bouche d'une main, tandis que de l'autre il lui tranchait la gorge avec sa dague. Tout ceci n'avait prit que quelques secondes, Les yeux du soldats étaient toujours écarquillés, il était conscient qu'il était en train de rendre l'âme. L'assassin le posé délicatement sur le lit, à coté duquel se trouvait une commode ou trônait fièrement un sac en toile de jute à moitié pourri. Astriol s'empressa de s'en emparer et commença à se diriger vers la fenêtre de la chambre. Le sac sur une épaule, il sauta et atterrit sur ses deux pieds. Il était soulagé. Sa mission enfin menée à bien il pouvait maintenant rejoindre le nain. Il retourna à l'endroit où il avait déposé son arc, le prit et se mit en route. Direction l'orée du bois. Après sa mission, il avait la gorge tellement sèche que même une bière lui procurerait un minimum de plaisir. Ce qui épaterait surement l'affreux petit être qui l'accompagnait...

[heureux Karnak? :p]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 16 Nov 2010 - 1:19

La journée était belle, bien qu’un peu fraiche au gout de Karnak, il avait vu l’elfe disparaitre derrière l’auberge quelques secondes avant et avait donc décidé d’aller s’adosser à un arbre proche du point de rendez vous convenu un peu plus tôt avec l’elfe. Il se mit à sourire à l’idée qu’un elfe allait se tartiner le sale boulot pendant qu’il se reposerait tranquillement, encore une victoire pour Karnak, décidément cette journée était de plus en plus agréable. Une fois confortablement installé Karnak se mit à la recherche de la sacoche contenant de l’herbe à pipe, il l’avait repérée un peu plus tôt en enfilant avec grandes peines son armure. C’est avec un grognement de satisfaction qu’il trouva enfin la poche tant convoitée dont il s’échappait un délicat arome de sauge des cavernes et de quelques autres choses que seuls les nains connaissent. Il fourra donc sa précieuse herbe à fumer dans une pipe fait d’un métal brillant et d’un embout de bois soigneusement verni. Tandis que le nain s’afférai tranquillement au bourrage de sa pipe, un détail fut perçu par son œil avisé : un éclair lumineux venait de se produire suite à l’exposition de l’armure à une raie de lumière d’un garde qui se déplaçait dans la direction du nain. Karnak mit alors en œuvre sa plus belle ruse : il fit le nain bourré entrain de rendre son dernier repas, et cela fonctionna à la perfection. Le garde attiré par des bruits de violente régurgitation s’approcha rapidement du nain.

« Ne bougez pas nain ! Au nom de l’impératrice Ancestry, vous êtes mis aux arrêts immédiatement suite à vos voies de fait dans la taverne ! »

Karnak continua la mise en application de sa ruse éructant de plus belle, un sourire dissimulé sous son épaisse barbe blanche. Le garde fit le pas de trop, celui qui le séparait de la mort, et d’un mouvement circulaire rapide et précis de sa hache il en enfonça la moitié dans le crane du pauvre bougre, pulvérisant au passage la moitié avant de son casque

* Bien! Au moins maintenant, j’ai un siège, je trouvais le sol un peu dur.*

Karnak fouilla habilement le garde récupérant ainsi quelques pièces de cuivre que le garde avait du gagner à un quelconque jeu de cartes la veille, ainsi qu’un ensemble d’allumage ce qui était parfait en l’occasion car il avait une pipe à allumer. Karnak s’asseyant donc sur le garde ,avec la hache toujours plantée dans le crâne, n’avait plus qu’à attendre que l’elfe lui ramène son sac. Il se mit à soupirer d’aise après sa première bouffée de tabac, sa pipe tirait merveilleusement tous les aromes du tabac nain, un réel plaisir pour tout connaisseur qui se respectai… Un fois sa pipe terminée, Karnak finit par se demander si l’elfe ne s’était pas fait attraper, et cette idée lui plaisait bien. D’un autre coté, il aurai fallu qu’il aille lui-même chercher son sac et cela ne le motivai guère… Par chance, c’est à ce moment là que l’elfe choisi d’apparaître, vêtu semblerai t’il d’un nouveau pantalon et le torse à moitié recouvert de sang .

« Et bien, je commençais justement à me demander si vous ne vous étiez pas perdu en chemin Messire Lapin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 16 Nov 2010 - 3:51

Astriol commençait à regretter d'avoir été si gentil avec le nain. Traiter avec ce peuple n'avait jamais rien apporté de bon aux elfes, maintenant il comprenait pourquoi. Ces petits êtres étaient mesquins. Et celui sur lequel était tombé Astriol était des plus abjecte. Lorsque l'elfe l'avait vu au loin, assis sur le corps d'un homme fraichement tué, il avait presque eu envie de faire demi tours, mais aux vues des évènements survenus dans la taverne, il ne pouvait pas dire qu'il valait mieux que son compagnon. Son torse était encore maculé de sang pas tout à fait coagulé. L'odeur métallique de l'hémoglobine emplie les narines de l'elfe, lui faisait presque tourner la tête. Arrivé à la hauteur de Karnak, il déposa le sac qui avait laissé des traces de moisissures couplées à une odeur putride sur son épaule. Celui la ouvrit celui ci, observant son contenu, en souriant béatement.

*ça doit être rempli de trucs inutiles pour qu'il ait cette expression d'idiot bienheureux...En plus il pesait une tonne son sac.*

S'arrachant à la vue de ce spectacle pathétique, Astriol regarda au loin le soleil qui commençait à rougeoyer, signe de l'arrivée proche de la nuit. Il allait falloir monter le camp, allumer un feu et chasser de quoi se nourrir pour le soir, car les deux compères ne pouvaient plus accéder à la taverne du fait de leurs exploits récents. En plus de cela, les gardes allaient bien remarquer qu'un des leurs avait été assassiner, ce n'était donc plus qu'une question de temps pour qu'ils rappliquent, l'épée hors du fourreau, prête à faire voler deux têtes. Il fallait qu'il mette le nain au courant de ses exploits meurtriers.


« -Heum, Karnak, dans la taverne, il y a eu un léger problème, j'ai assassiné un des gardes. Je pense qu'ils sont déjà en route pour venir chercher nos têtes. Je te propose donc d'aller monter le camp dans un coin de la forêt que je connais bien, et dans lequel les humains n'oseront s'aventurer. »

Le nain grommela quelque chose dans sa barbe, mais cette dernière était si épaisse qu'un vague grognement sorti du tas de poils si sale, qu'un instant, Astriol le crut vivant, avant de se rendre compte que ce qu'il avait prit pour les deux yeux brillants de la « bête capillaire » était en faite deux dents en argent dans la bouche nanesque. Puis il se leva du cadavre, posa un pied sur la tête du garde et empoigna sa hache, pour la déloger du crâne. Au moment où la hache quittait son fourreau improvisé, un petit jet de sang jailli et vint souiller le pantalon neuf de l'elfe.

Devinant que le nain était prêt à se mettre en route, il lui emboita le pas et l'emmena dans une petite clairière, situé à une demie heure de l'orée du bois. L'elfe parvenait sans peine a se mouvoir entre les arbres, les branches, sautillait par dessus les racines, tandis que le nabot qui suivait, habitué aux mines trébuchait à la moindre brindille dépassant du sol. Lorsqu'ils arrivèrent dans la clairière, Astriol était radieux, dans son élément, tandis que Karnak était éraflé sur chaque centimètre carré de sa peau n'étant pas recouverte de métal ou de poil.


« Je propose que tu allumes un feu pendant que j'irais cueillir des champ...J'irais chasser. Je reviens dans très peu de temps. »


Astriol laissa là son compagnon pour s'adonner à son activité favorite, la traque. Après une centaine de mètres, il commença à laisser ses sens s'éveiller, a ne faire qu'un avec la Nature. Il trouva enfin ce qu'il cherchait. Un lapin qui s'avançait, insouciant, vers l'elfe. Celui ci n'eut qu'à sortir une flèche,et après une brève excuse à l'âme du lapin, décocha. Lorsqu'il revint au campement, un feu crépitait joyeusement, déformant l'ombre du nain, le faisant paraître immense.

« -Tiens, avec ça, tu vas pouvoir te faire mijoter une bonne daube. Moi je vais chercher mes racines. Laisse moi juste un bout de lapin de coté, histoire que je puisse quand même y gouter. »


Après avoir ramassé ses quelques racines, Astriol retourna s'installer près du nain, en regardant le feu. Peut être finalement, n'était-il pas si mauvais que ça. Il semblait avoir un bon fond, encore fallait-il percer l'armure de pierre qui protégeait son esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 16 Nov 2010 - 15:21

Karnak trouvait cet elfe pathétique, le fait qu’il ai le torse couvert de sang n’était sans doute pas du à une relation passionnée avec une vierge… C’était un cœur tendre et Karnak n’aimait pas ça, tuer ou être tuer telle était sa nouvelle règle de vie et ce sans avoir besoin de se justifier. L’elfe fini par dire la première chose presque intelligente que Karnak pu relever : s’éloigner de la taverne et se cacher quelques temps… Presque car cela impliquai d’aller se cacher dans les bois, et le bois mis à part dans les fourneaux d’une forge ça servait à rien, mais il allait quand même pouvoir se reposer et cela le réconforta un peu.

« Dans un bois manquai plus que ça… Bon puisque c’est comme ca tu vas passer devant cœur de choux ! »

Karnak se leva pour récupérer sa hache toujours plantée dans le crane du garde et se mit à la nettoyer soigneusement grâce au pantalon du garde. La trouvaille de l’elfe ne fut pas non plus épargnée, ce qui fit sourire notre ami nain. Une fois sa hache rangée, il récupéra son sac et l’ouvrit, jetant les bouts de viande qui commençaient à pourrir là dedans empestant l’atmosphère d’une odeur nauséabonde…

* Bon bah j’aurai plus qu’à aller chasser pour manger ce soir*

Prêt à partir, Karnak attendit que l’elfe se décide à bouger. Ce dernier se déplaçait d’un pas léger, on sentait sans difficulté qu’il était enfin dans son élément… par contre, pour Karnak, c’était un autre affaire : son armure le gênait pour se déplacer entre les branches, les arbres semblaient l’attaquer de leur propre chef comme si il était inconcevable pour eux qu’un nain passe par là ; même un rocher se serai déplacé avec plus de facilité que notre nain. Heureusement le calvaire touchait à sa fin, la clairière était enfin en vue après ce qui avait semblé pour Karnak à une éternité.

« « Je propose que tu allumes un feu pendant que j'irais cueillir des champs...J'irais chasser. Je reviens dans très peu de temps. »

* En voilà une idée qu’elle est bien, ça m’évitera d’avoir à le faire et je suis sur de manger de la viande ce soir comme ça !*

Karnak regarda l’elfe s’éloigner l’arc à la main et se mit lui aussi à la tache. Il lui fallait trouver des mousses sèches pour lancer le feu, des brindilles et enfin des morceaux de bois plus épais pour faire durer la flamme le plus longtemps possible, avec cette température le risque d’hypothermie était élevé et ils avaient besoin de la chaleur du feu pour rester en vie. Il fallu à Karnak une bonne vingtaine de minutes le temps de trouver ce dont il avait besoin et d’allumer le feu et déjà une douce tiédeur réchauffait l’air environnant. Karnak profita de l’absence de l’elfe pour reconnaitre les environs : la forêt était dense tout autour de la clairière et cela ne sentait pas bon, en cas d’attaque les assaillants pourraient presque arriver jusqu'à eux sans qu’ils en aient la moindre idée, a condition que ce ne soient bien sur pas des nains. Karnak retourna au camp de fortune, le feu brulait bien et il en profita pour remettre un morceau de bois, la chaleur des flammes permirent à son armure de se réchauffer, éloignant la menace d’un cercueil glacé pour le nain. De meilleur humeur, il attendit tranquillement que son compagnon d’infortune rentre de sa chasse, ce qui arriva quelques secondes plus tard. Astriol tenait un lapin de belle taille dans la main.

« Tiens, avec ça, tu vas pouvoir te faire mijoter une bonne daube. Moi je vais chercher mes racines. Laisse moi juste un bout de lapin de coté, histoire que je puisse quand même y gouter. »

« Merci l’elfe ! Mais je croyais que les elfes ne tuaient pas les animaux… faudrait savoir ! »

L’elfe était déjà parti et il semblerai qu’il n’ai pas entendu la réponse de Karnak, tempis. Le nain sorti de son bardas une gamelle et de quoi vider, nettoyer et faire cuir le lapin. Il essuya ses mains pleines de sang dans l’herbe avant de se mettre à la recherche de branches suffisamment solides et droites pour faire cuir le lapin à la broche. Une fois fait, il s’appliqua consciencieusement à la cuisson du lapin, l’arrosant de temps à autres de bière tirée de son tonnelet et ajoutant quelques épices qu’il avait trouvé dans le sac. L’elfe revint peu après, les mains pleines de racines pleines de terre et de divers champignons et autres produits de la forêt

« Et bien, voilà qui confirme que vous les elfes méritiez vos surnoms de bouffeurs de salades ! »

Karnak se mit à rire.

« Le lapin est cuit ! J’ai tenté une recette à la bière, on verra bien ce que ça donne ! De toute façon il y a de la bière dans la recette alors c’est forcément bon »

L’elfe afficha un visage de glace, aucun muscle facial n’avait bougé si bien qu’il était impossible pour Karnak de deviner si son compagnon était mort ou non malgré le fait qu’il se déplaçait. L’elfe finit par s’assoir prés du feu et se mit à préparer ses racines. Karnak profita du moment pour lui faire un état détaillé de sa reconnaissance des environs. Il expliqua aussi qu’il ferai la sentinelle durant la première partie de la nuit et cela paru convenir à l’elfe. Lorsque nos deux comparses finirent leur repas, la nuit était tombée et un silence de mort régnait dans la forêt alentour. Astriol alla se coucher à proximité du feu sur un tapis de feuille qu’il venait de confectionner. Karnak s’assit prés du feu, sa hache à portée de la main et les sens aux aguets, il allait enchainer quatre heures de veille et s’ennuyait déjà.

[ A toi Sëleucos, étonne nous Smile merci d'avance]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mer 17 Nov 2010 - 19:19

Alors que vous êtes tous les deux en train de savourer votre frugal repas, une rencontre inattendue vient soudainement vous pousser à la panique.

Attiré par le feu de camp, un Géant de forêt vous a trouvé.

Spoiler:
 


Celui-ci semble assez jeune. Il doit faire une douzaine de mètres de haut et semble inexpérimenté et presque aussi choqué que vous (apparemment, il ne s'attendait pas à ce qu'il y ait une présence à la source de la fumée, l'intelligence n'est pas la qualité première des géants).
Il a pour tout arme un arbre qu'il vient de déraciner sous vos yeux, quant au peu de vêtements qu'il porte, cela ne pourrait en aucun cas être considéré comme une protection. Au mieux, cela cache ses parties sensibles.

Face à un tel danger, quatre choix s'offrent à vous :




[Fuir, simplement, en risquant de tomber sur les compagnons des gardes que vous avez massacrés]


[Attirer le géant hors de la clairière et aviser ensuite]


[Combattre]


[Tenter de l'amadouer avec ce que vous avez sous la main]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 22 Nov 2010 - 19:22

Un bruit sourd faisait vibrer le sol, ce qui réveilla en sursaut l'elfe. Il chercha la source de son reveil, lorsque ces yeux se posèrent sur deux énormes jambes. Ébahit, il leva les yeux et vit la chose la plus horrible qu'il avait pu voir jusqu'ici (à part peut être Karnak). Un géant de 12 mètres de haut surplombait le camp de fortune des deux aventuriers. Le nain dormait à poing fermés, en ronflant bruyamment. On pouvait également voir un petit filet de bave dégouliner sur sa barbe pouilleuse.

*Ce nain est un désastre ambulant...Qu'est-ce que je fais moi maintenant...?Je pourrais laisser le nain comme appât et partir...Non j'ai besoin de lui. Et puis c'est contraire à mes principes...même si c'est un nain...*


Astriol se leva donc discrètement, et arriva aux cotés de Karnak. Il le secoua un peu et eu tout juste le temps d'éviter un coup de hache qui aurait tranché sa tête quelques secondes plus tôt.

« -Beau réflexe le gnome, mais on a un problème un peu plus urgent qu'une querelle nanesque. »

L'elfe désigna le géant du doigt. Il avait une tête énorme et une expression laissant deviner son niveau d'intelligence. Il avait gardé ses deux grands bras le long de son corps et au bout d'un des bras, dans une des mains de la taille du nain, il balançait un arbre qu'il venait, semblait-il, de déraciner. A la vue de l'arme de fortune (mais non moins meurtrière) du géant, Astriol exposa a son compagnon sa vision des choses:

« -On a pas beaucoup de solutions, soit on fuit, soit on le laisse nous écraser avec son arbre...Mais on aura pas le temps de reprendre nos affaires si on fuit. Donc voilà ce que je te propose, On essaie de l'attirer hors de la clairière, assez loin pour qu'il ne soit plus une menace pour notre camps, et une fois qu'on l'a éloigné, en fonction de la tournure des évènements, on sauve nos affaires, ou on sauve juste notre peau. Tu en dis quoi? »

Le nain avait les yeux tournés vers le visage de la créature, et ont pouvait y lire de la jalousie ainsi que de l'effroi. Ce qui était compréhensible compte tenu du rapport entre la taille de Karnak et celle du géant. Ce dernier n'avait pas bougé, n'attendant on ne savait quoi pour raser d'une pichenette le camps des deux malheureux.

« - Karnak...réagis, il peut faire exploser nos têtes entre deux de ses doigts, armure naine ou pas. Donc si tu pouvais te bouger, ça aurait surement une petite, que dis-je, une minuscule influence sur notre espérance de vie.... »


[Je sais que c'est bien court, mais on peut peu discuter lorsqu'un géant nous surprend en pleine nuit!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Lun 22 Nov 2010 - 20:43

[hrp:Choix: Attirer le géant hors de la clairière et aviser ensuite]


L’ennui avait finalement eu raison de Karnak, enfin finalement pas tant que ça vu que le nain s’était endormi une vingtaine de minutes seulement après l’elfe.
Karnak se trouvait à nouveau dans ce sombre tunnel, l’enfant terrorisé respirait à peine tellement la peur le prenait au corps ses petits yeux rivés sur cette chose obscure qui allait attaquer son protecteur d’un instant à l’autre. La créature était sur Karnak prête à en faire de la bouillie naine, mais le nain n’était pas du même avis. Karnak fit le vide dans son esprit et détendit son corps tout entier attendant le moment propice pour porter son attaque, il attendait que la créature soit suffisamment proche… Le moment se présenta rapidement et Karnak se retourna d’un mouvement relativement rapide pour un nain, sa hache Gasna décrivant un large arc de cercle. Cependant Karnak n’avait pas prévu que la dite créature soit si rapide, si bien que cette dernière esquiva le coup sans peine ce qui eut pour effet d’énerver le nain.

* Humpf, il est rapide cet enfoiré ! Ca ne va pas être facile…*

La créature fondit sur le nain qui para de justesse une attaque visant sa gorge. Les griffes de la créature étaient très acérées et n’eurent aucun mal à sectionner une belle partie de la barbe du nain…

« Salopard, tu payeras cela au centuple, par Thorin fils de Thorak je le jure sur la tombe de mes ancêtres que tu vas prendre une raclée qui fera trembler la montagne elle-même ! »

Le combat faisait rage, les deux adversaires avaient récolté un nombre important de blessures. Karnak avait une épaulette arrachée et le sang coulait de son épaule, rendant la prise de sa hache glissante, déplus il saignait abondamment au niveau du front et cela poserai rapidement un problème au nain qui risquait de devenir aveugle à cause du sang dans les yeux. La créature n’était pas mieux lotie car elle avait en effet perdu un bras au complet qui reposait plus loin trempant le sol rocailleux d’un épais liquide noirâtre dont il émanait une odeur pestilentielle. Karnak savait qu’il devait en finir vite car il se vidait de son sang et qu’il serait bientôt trop faible pour continuer le combat de façon aussi nerveuse. La créature profita de ce moment de réflexion du nain pour lancer une attaque rapide visant le bras du nain, Karnak agrippa sa fidèle amie à deux mains *Aides moi, au moins une dernière fois, fais moi ce plaisir !* et se laissa tomber à genoux au dernier moment. La créature fut surprise par ce mouvement, malheureusement pour elle, son élan l’emportait droit vers la double lame papillon de la hache du nain et celles-ci finirent leur course dans le cœur de la bête le sectionnant en deux. La créature mourut sur le coup et s’effondra de tout son poids sur le nain qui fut passablement écrasé au passage. Il finit, avec difficulté, par réussir à se dégager mais une force invisible se mit à le secouer dans tous les sens. Karnak eut comme simple réflexe de décrire un large mouvement avec sa hache, ce qui faillit bien découper Astriol en deux lorsque celui-ci le réveilla. Karnak fusilla l’elfe du regard


« Qu’est-ce… ? »

« Beau réflexe le gnome, mais on a un problème un peu plus urgent qu'une querelle nanesque. »

« Ah ouais? Et quel est ce problème qui va m’empêcher de te couper les oreilles ? »

L’elfe tendit un doigt vers une forme gigantesque située de l’autre coté du camp. Il avait le visage aussi amical qu’un couvercle de marmite et avait la fâcheuse tendance à utiliser un arbre en guise de gourdin …

« On n’a pas beaucoup de solutions, soit on fuit, soit on le laisse nous écraser avec son arbre...Mais on n’aura pas le temps de reprendre nos affaires si on fuit. Donc voilà ce que je te propose, On essaie de l'attirer hors de la clairière, assez loin pour qu'il ne soit plus une menace pour notre camps, et une fois qu'on l'a éloigné, en fonction de la tournure des évènements, on sauve nos affaires, ou on sauve juste notre peau. Tu en dis quoi? »

* Cet enfoiré fait le malin avec son arbre tout ça parcequ’il est grand, tu vas voir ce que je vais lui coller dans la tronche à celui là ! Cependant pour une fois l’autre il a raison, je suis pas d’humeur à me faire broyer dans une forêt.*

«Karnak...réagis, il peut faire exploser nos têtes entre deux de ses doigts, armure naine ou pas. Donc si tu pouvais te bouger, ça aurait surement une petite, que dis-je, une minuscule influence sur notre espérance de vie.... »

« Mouais, t’as p’têtre raison l’elfe, tu crois que ca cause ces machins là ? Personnellement j’ai comme un doute, mais si t’as envie de faire causette avec lui, te gêne pas je prends mon sac et te laisse discutailler jupons et champignons avec ton nouvel ami ! Faudrait déjà le faire sortir d’ici, il est dans son élément, toi aussi sans doute mais moi j’ai comme un problème de branches dans le coin ! J’ai repéré une région un peu plus rocailleuse dans le coin par là-bas, si on doit le combattre, je doute qu’avec sa taille il reste stable bien longtemps sur un tapis de galets ronds. Et si mes souvenirs sont bons y’a même un peu d’herbe pour toi et sans doute un ou deux arbres au cas ou l’envie lui prenne de changer d’arbre ! »

Sans demander son reste, ni le consentement de l’elfe d’ailleurs, Karnak se leva aussi rapidement que sa constitution lui accordait et se mit à courir dans la direction qu’il avait énoncé plus tôt. Il jeta un rapide coup d’œil par-dessus son épaule et vit que l’elfe s’était lui aussi mit à courir derrière le nain, en le maudissant, sans doute, de tous les noms qui lui passaient par la tête. Le géant n’avait pas encore bougé, il semblait réfléchir à la situation qui se présentait devant lui…

"Toi mon gros, tu perds rien pour attendre, t’as ma parole et par Thorin fils de Thorak, je le jure sur la tombe de mes ancêtres, que tu vas rétrécir un bon coup !"





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mer 1 Déc 2010 - 16:57

Le géant sembla réfléchir quelques instants. "Sembler" est le verbe, car en fait il se concentrait pour distinguer les traits des deux insectes qui s'étaient mis à fuir. Sa vue était loin d'être parfaite et il se trouvait à une bonne dizaine de mètres plus haut que le nain.

Dans son esprit, vous sembliez l'inviter à un jeu. Vous voyant courir, il fut persuadé que vous lui lanciez un défi : "Attrape nous si tu peux". Un immense sourire se dessina sur le visage de l'ingénu lorsqu'il commença à courir à son tour. La forêt tremblait, les arbres qu'il bousculait s'écrasaient sur son passage, bref, il s'amusait comme un petit fou.

Il arriva ensuite là où il préférait ne jamais mettre les pieds : un terrain rocailleux. Les roches pointues, même petites pour lui, lui entaillaient les pieds et les arrondies le faisaient glisser. Cependant, croyant que cela faisait encore partie du jeu, il vous suivit. Pour lui, un jeu de ce genre ne se finirait que lorsqu'il aurait touché ses deux adversaires. Vu que l'arbre lui accordait un peu d'allonge, aussi stupide soit-il il l'avait bien compris, il tenta de l'utilser à cette fin. Cependant, ayant une piètre connaissance de l'anatomie elfique et nanesque, en fait ayant une piètre connaissance d'à peu près tout ce qui constituait ce monde, il n'avait pas conscience qu'un coup d'arbre de la puissance à laquelle il le donnait aurait tôt fait de mettre fin au jeu définitivement. Pour vous, en tout cas.

Il vous fallait donc réfléchir suffisamment vite. Certes le géant était désavantagé par le terrain, mais il lui suffisait d'un coup pour vous faire visiter l'outre-monde. Que faire ?


[Fuir, le terrain diminuait grandement sa vitesse, c'était votre chance]


[Attaquer, les roches qui l'entouraient lui rendait l'esquive extrêmement difficile]


[Tenter de le faire tomber, après tout il pouvait s'empaler sur un des rochers pointus (même si cela semblait peu probable)]


[Revenir sur vos pas pour reprendre vos affaires et aviser ensuite]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mer 22 Déc 2010 - 17:21

Astriol et le nain avaient réussi à trouver un terrain qui leur donnait un peu plus d'avantage. Les rochers polis et pointus mettaient en difficulté le géant. Astriol profita du fait que leur assaillant faisait attention à l'endroit où il mettait les pieds pour évaluer la situation.
Sur ce terrain, le nain et l'elfe pouvaient se déplacer sans trop de soucis entre les pierres, mais pas leur ennemi qui avait des pieds trop imposants pour être glissés entre deux rochers dangereux. C'était le moment ou jamais pour tenter quelque chose contre la créature. Dans la forêt elle aurait l'avantage. Sur n'importe quel autre terrain elle aurait l'avantage. Ici, les deux voyageurs avaient une chance (minime certes, mais une chance quand même) de la faire tomber et de la tuer ou au moins de la blesser. Il fallait maintenant trouver comment. L'horrible bête était occupé à regarder ses pieds, Astriol prit le nain par un bras, et le fit s'aplatir au sol, à ses côtés.


« -écoute, il y a que maintenant qu'on pourra se débarrasser de celui là. Dans la forêt, nous sommes désavantager. Ce que je propose, c'est que tu te glisses discrètement jusqu'à lui sans te faire repérer, tandis que moi, je reste ici et je lui envoie deux trois flèches pour attirer son attention. Au moment où il passera près de toi, fait en sorte qu'il trébuche. Si il te remarque, crie et je décocherai autant de flèches que possible. Je te laisse aller devant pour deux raisons, la première c'est que je suis plus à l'aise à l'arc et toi à la hache, et la seconde, c'est que...Si le géant balance son tronc d'arbre, tu es plus résistant que moi. »


L'elfe vit que les yeux du nain s'étaient mis à luire d'une étrange façon, comme un chien à qui on promet une belle grosse entrecôte après une semaine de jeun. Bon, la différence, c'est que le chien sent moins mauvais et n'a pas une barbe hideuse. Karnak semblait visiblement heureux d'être lancé au front, d'attaquer la créature à lui seul. Surement un effet de son complexe vis à vis de sa taille.

Toujours était il que le géant gagnait de plus en plus de terrain et qu'il serait bientôt sur eux s'ils ne prenaient pas de décision rapidement. Le nain n'ayant toujours pas ouvert la bouche, il était impossible de connaître son véritable avis sur la situation. Pour couper court à l'attente et au stress qui commençait à l'envahir face à une créature aussi imposante, l'elfe tenta d'évaluer à nouveau la situation.


*De cette distance, un homme aurait du mal à atteindre sa cible...Mais je suis un elfe, je n'ai presque aucune chance de le rater. Encore faut il savoir quelle partie du corps viser. Il me semble que les géants ont une peau très épaisse. Le visage est peut être un peu plus vulnérable. J'ai très peu de chance de toucher un œil, et pourtant c'est l'endroit qui pourrait nous sauver...Un œil en moins, un faux pas, la mort assurée. Bref...Je vais essayer, de toute façon, si j'atteins le visage, ça ne pourra que le ralentir.*

Astriol sortit une flèche de son carquois. Une flèche qu'il avait faite lui même. Comme toutes celles qu'il utilisait. Une tige de bois d'orme, sans nœud. Une pointe en Ulgond, en forme de harpon, permettait au projectile de s'enfoncer facilement dans la chair, et de ne pas en ressortir sans un morceau de muscle. L'empennage était en plumes de chouettes, qui permettait aux flèches de se mouvoir sans bruit, telles ces chasseuses nocturnes.

L'elfe appuya le projectile contre la corde de son arc, banda ce dernier et tira. La flèche fit une belle trajectoire et vint se ficher dans l'œil gauche de leur assaillant qui se débattait comme un beau diable mais avait eu la présence d'esprit de ne pas avancer au risque de tomber.

Astriol se tourna vers Karnak:


« -C'est à ton tour il me semble. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Jeu 23 Déc 2010 - 20:02

Les choses s’annonçaient compliquées, un truc de 15 mètres de haut qui jouait à chasser les mouches avec un tronc d’arbre, et un autre truc, cette fois plus petit mais avec de grandes oreilles, qui n’arrêtait pas de jacasser comme un troupeau de gardes fortement imbibés. Si bien que Karnak n’écoutait pas ou peu ce que l’elfe avait à raconter.

« Ecoute, il y a que maintenant qu'on pourra se débarrasser de celui là. Dans la forêt, nous sommes désavantagés. Ce que je propose, c'est que tu te glisses discrètement jusqu'à lui sans te faire repérer, tandis que moi, je reste ici et je lui envoie deux trois flèches pour attirer son attention. Au moment où il passera près de toi, fait en sorte qu'il trébuche. S’il te remarque, crie et je décocherai autant de flèches que possible. Je te laisse aller devant pour deux raisons, la première c'est que je suis plus à l'aise à l'arc et toi à la hache, et la seconde, c'est que...Si le géant balance son tronc d'arbre, tu es plus résistant que moi. »

* Mais quelle tafiole celui là… Et vas-y que j’te balance les autres dans la mêlée et vas-y que je me tripotte la flèche pendant ce temps là ! Bon au moins, lui là-bas je vais l’avoir pour moi tout seul, je vais aller lui tailler un peu les orteils pour le faire rétrécir un peu ! *

« C'est à ton tour il me semble. » Lui sorti l’elfe.

« Mais ouais ! Ca va, ça va j’y vais ! Reste là un peu et admire l’artiste, et vu la distance on va essayer d’oublier l’aspect « je m’approche discrètement ». Je ne suis pas un elfe, l’elfe ! Oh et puis viens là Gasna, on va aller discuter un peu avec notre ami le passeur de ponts et chaussée !

Sur ces mots le nain empoigna sa hache et se dirigea fièrement vers le géant qui agitait son énorme brindille en essayant de retirer la flèche qui avait pénétré son globe oculaire sans son accord. Arrivé à quelques mètres du géant il arma son bras et donna un coup puissant… en plein sur l’ongle du gros orteil du géant qui était malheureusement pour notre ami le nain aussi solide qu’une pierre, si bien qu’il fut à moitié projeté en arrière à cause de la violence de l’impact.

« Hum, voilà qui complique un peu la chose, il a l’air costaud celui là ! Eh L’elfe, tu comptes prendre racine ici dans l’espoir de faire pousser des pommes au bout de tes orei…Umph ! »

Le géant avait lâchement profité que le nain ai déporté sa concentration pour coller un coup de tronc à Karnak, si bien que le nain vola sur une bonne trentaine de mètres avant de s’écraser mollement sur le sol rocailleux dans un tonnerre de bruits métalliques. Le nain se releva, complétement sonné et l'armure un peu cabossée.

"...lles! Pouah, faut avouer que ca secoue un peu! "

Le géant adopta un air stupide, enfin en admettant que ce soit possible qu'une créature de ce type et avec une flèche dans l'œil puisse paraitre plus stupide qu'elle ne l'est déjà, en voyant que le nain était toujours vivant, il avait cependant l'air décidé à en finir avec cette boite de conserve sur pattes qui lui faisait mal à l'œil, à cause des rayons de lune qui se reflétaient sur l'armure...

" Viens par là mon petit que j'attendrisse un peu ton cuir!"

Le géant se remit en marche droit vers le nain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 4 Jan 2011 - 16:59

Toute envie de jouer avait disparu de l'esprit du géant. Ces minuscules êtres étaient bien trop violents pour lui. Non mais vraiment, il s'amuse gentiment à envoyer des coups de troncs dans leur direction, un jeu célèbre chez les géants, et les voilà qui lui envoient des trucs pointus dans l'oeil, qui tentent de frapper son orteil, ...

Ils voulaient se battre eh bien, parfait, il était disposé à exaucer leur souhait. Après avoir, difficilement vu sa taille, arraché la flèche de son oeil dans un flot de sang, il envoya l'arbre qu'il tenait dans la direction de l'elfe. Dans un deuxième temps, il posa ses immenses mains sur les rochers pointus qui bordaient l'endroit et les arrachait, s'en servant comme projectiles.

Etrangement, et sans que personne n'ait encore la moindre explication à ce sujet, le sous-sol d'Ephaëlya était constitué d'eau, comme la guerre des Titans l'avait démontré. Aussi, en arrachant ces rochers, dont certains faisaient une ou deux fois la taille de ses adversaires, il découvrit une nappe phréatique. L'eau commençait à jaillir des trous creusés dans le sol et à entourer le géant, rendant chaque pierre plus glissante et cachant à moitié les obstacles face à lui.

Vous pouvez profiter de la situation. Mais comment ?


[Continuer votre tactique, l'elfe tire des flèches, le nain tente de le faire tomber]

[Utiliser l'eau à votre avantage, le conduire sur une surface plane, bien plus glissante]

[Utiliser l'eau à votre avantage, vous cacher dans celle-ci en espérant qu'il fasse une erreur en vous recherchant]

[Fuir de l'endroit à toute vitesse, l'eau empêchant le géant d'aller trop vite et sa blessure à l'oeil diminuant sa visibilité]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 4 Jan 2011 - 21:46

Karnak était encore a moitié sonné par le coup de tronc d’arbre que lui avait asséné le géant, si bien qu’il ne comprit pas spécialement ce qu’il se passa . Le géant qui était alors en marche vers lui pour sans doute porter le coup fatal s’arrêta subitement, il s’était finalement décidé à retirer la flèche plantée dans son œil… dans un flot de sang puant comme une charogne décrépie laissée en plein soleil. Il se passa alors un phénomène que le nain n’avait pas du tout prévu, le géant entra dans un état de fureur et lança son tronc d’arbre en plein sur l’elfe, encore occupé à récupérer du fou rire qui avait suivit le vol plané du nain, si bien que Messire l’elfe ne parvint pas à esquiver le tronc d’arbre et se le prit de plein fouet. N’étant pas d’aussi solide constitution que le nain et ne portant qu’une chemise et un pantalon de cuir moulant au lieu d’une armure de plaques, l’elfe ne se releva pas, savoir si il était mort ou tout bonnement assommé était impossible pour le nain, qui fut à son tour pris d’une forte envie de rire. Cette distraction lui avait laissé le temps de remettre ses idées en place, le problème désormais était qu’il se retrouvait seul face au géant qui avait entreprit de le noyer sous une masse de rochers deux fois plus gros que lui… Karnak remarqua cependant une chose surprenante, là ou se trouvaient jadis les rochers, s’échappait désormais des geysers d’eau.

* Voilà qui est surprenant, on doit se trouver au dessus d’une grotte remplie d’eau ou un truc dans le genre, je vais peut-être pouvoir le faire tomber grâce à cela !*

Karnak se lança une nouvelle fois dans le combat, mais son humeur avait changé du tout au tout, il était passé d’un posture railleuse à un état d’esprit dans lequel il n’avait pas été depuis longtemps, tout droit sorti d’un entrainement et d’expériences de combat passés dont il ne se souvenait même pas, c’était instinctif. Tout en chargeant son gigantesque ennemi, Karnak prit soin d’évaluer le style de son adversaire, ses mouvements, sa posture, car désormais il ne le sous estimait plus.

* Je vais devoir jouer de ma petite taille et profiter de sa lenteur*

Le géant lança un nouveau rocher qui passa très près de Karnak, qui l’évita bien malgré lui en glissant sur le sol humide. Le regard de Karnak se concentra, il venait d’avoir une idée, il devait faire tomber le géant en profitant du sol rendu glissant par l’eau. Karnak se releva et se remit à courir en direction du géant, et plus il approchait, plus il se rendait compte que son adversaire était grand. Karnak se faufila entre les jambes du géant et asséna un violent coup de hache au niveau du tendon du géant, dans le but de le sectionner mais le bougre avait la peau dure, Karnak allait devoir frapper plusieurs fois au même endroit avant d’atteindre les couches inférieures. Manquant de se faire écraser à maintes reprises, Karnak réussit finalement à atteindre son but, après une vingtaine de minutes d’une danse qui était tout sauf romantique, en tranchant le plus salement possible le tendon d’achille droit du géant. Ce dernier avait de plus en mal à tenir debout, ses lancers étaient devenus plus qu’imprécis et sa fureur était à son paroxysme. Karnak se mit à courir dans le but de s’éloigner le plus rapidement possible du géant, il avait l’espoir que le géant se lance à sa poursuite, ce qui arriva effectivement. Le géant entama un mouvement pour s’élancer à la poursuite du nain qui était déjà loin, mais lorsqu’il pausa son pied meurtri qui n’était plus retenu à la jambe que par de la peau crasseuse et surtout plus en mesure de soutenir le poids du géant, il s’effondra de tout son long, provoquant un mini tremblement de terre. Le nain couvert de sang de la tête aux pieds était à bout de forces et reprenait son souffle à bonne distance du géant complètement sonné par sa chute.

« Aaah…. » ,gémit Astriol.

Les secousses entrainées par la chute du géant avaient réveillé l’elfe qui apparemment n’était pas mort…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Dim 16 Jan 2011 - 4:11

Astriol revenait a lui miraculeusement. Il s'était évanoui quelques instants, et, les seules choses dont il se souvienne était qu'un géant essayait de les écrabouiller avec le tronc d'un arbre centenaire et qu'il avait lancé ce même tronc dans la direction de l'elfe. Heureusement, l'arbre était encore pourvu de ses branches et de son feuillage, qui avaient bloqué la chute du projectile en s'enfonçant dans la terre. Heureusement...c'était un bien grand mot. L'elfe n'était pas mort,non, mais une branche s'était abattue sur sa jambe gauche, ce qui l'empêchait de bouger. En essayant de s'extraire de sous le tronc, une affreuse douleur lui parcouru tout le corps: sa jambe n'était pas que coincée, elle était également brisée. Une secousse brutale permit a l'arbre meurtrier de pénétrer un peu plus dans le sol, comprimant d'autant plus le membre inférieur de l'elfe, qui faillit perdre à nouveau connaissance en gémissant. Un coup d'œil à travers le feuillage lui permit de voir Karnak à plusieurs mètres, avachi sur sa hache, à regarder le temps passer, sans bouger d'un pouce.* Ces nains...tous les mêmes. Ils se vantent de leurs combats, mais quand ils se retrouvent face à une vraie créature dangereuse, il n'y a plus personne...Et bah mon pauvre Astri, tu vas devoir terminer le sale boulot seul on dirait...* Il chercha le corps du géant du regard et le vit, entre lui et le nain. Il était allongé de tout son long et sa cheville droite était parcourue de soubresauts au rythme desquels de petits geysers de sang jaillissaient. Il avait due glisser sur un caillou un peu tranchant et se sectionner lui même le tendon d'Achille, le nain étant incapable d'un tel exploit. Astriol essaya d'imaginer Karnak et sa hache en train de s'acharner sur le géant, et cette idée, en plus de donner à l'elfe une furieuse envie d'exploser de rire, était absolument irréaliste. Il fallait se rendre a l'évidence, Lorsque le géant avait envoyé le tronc d'arbre sur lui et qu'il s'était évanoui, Karnak avait surement due rester bien à l'écart, en attendant que la créature termine son travail. Saleté de nain.

Mais maintenant il fallait se dépêcher. Le mastodonte commençait a reprendre ses esprits et tentait d'arracher les rochers pour les envoyer sur ses ennemis. Astriol tenta tant bien que mal d'arracher les feuilles qui l'empêchaient de voir correctement son adversaire, de ses membres endoloris. Son arc était coincé sous son corps mais son carquois en revanche,était à ses côtés. Laborieusement, il gesticula dans l'espoir que son arc arrive à porté de main, en essayant d'oublier sa jambe douloureuse. Le géant avait réussi a arracher un rocher, qu'il lança dans sa direction. L'énorme caillou vint frapper le tronc d'arbre avec force, le tronc s'enfonça un peu plus, et un affreux « CRAC » en provenance de la jambe de l'elfe se fit entendre. Cette fois plus de doute, son tibia était bel et bien en miettes. De grosses gouttes de sueurs perlaient sur le front d'Astriol, qui commençait à pleurer de douleur
[Ça va Karnak, tu aura de quoi te moquer...]. L'avantage qu'avait eu le geste de son ennemi, c'était qu'avec la secousse, son arc s'était dégagé. Il s'en saisit, et attrapa une des flèches qui ne s'étaient pas brisées dans son carquois. Il était difficile de viser quand on était allongé, bloqué par un arbre, avec une jambe cassée et des larmes qui brouillaient la vision. Mais c'était un elfe, lorsqu'il était en pleine possession de ses capacités, il arrivait a tirer dans une feuille à une centaine de mètre. Il pourrait quand même réussir a tirer dans l'énorme tête du géant qui se trouvait à quelques mètres de lui. Il banda tant bien que mal son arc. Au même moment sa cible descella un autre rocher et se prépara à le lancer. S'il n'agissait pas maintenant, Astriol était mort. La flèche partie, en même temps que le rocher. Dans sa précipitation, le géant n'avait pas fait grande attention à la direction de son tir, et son projectile ne fut dangereux pour personne. La flèche quant à elle, s'était fichée dans l'œil encore valide de l'énorme créature, l'avait traversé avec facilité puis était venue titiller le cerveau, ou du moins, la cavité dans laquelle il était censé y en avoir un. En se raidissant, là bête s'affala à nouveau sur le sol. Morte.

Soulagé, Astriol se laissa également retomber, dos contre le sol. La seule chose qui l'importait à présent, c'était de s'extirper de sous l'arbre et surtout de retrouver l'usage de sa jambe. Pour cela il allait avoir besoin de l'aide de Karnak, toujours à bonne distance en train de regarder la scène.


« -Hé le nain, tu t'es bien battu, mais il faudra que je t'apprenne quelques petites astuces en combats tout de même. Ce n'est pas en restant affalé sur son arme qu'on abat les ennemis tu sais. Mais bon, même si aujourd'hui, la victoire est obtenue grâce à mes actions, je suis sur que la prochaine fois tu te rattrapera! Par contre...tu pourrais venir m'aider? Je suis coincé et j'ai une jambe brisée... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mer 19 Jan 2011 - 2:00

Karnak avait suivi toute la scène de loin, ne pouvant réprimer un fou rire qui manqua de le faire tomber, heureusement, sa hache était là pour le soutenir. Un sentiment fit place à son fou rire lorsqu’il vit qu’Astriol avait finalement eu raison de son grand adversaire d’une simple, enfin d’une nouvelle, flèche dans l’œil.

*Pff, il aurait pas pu se réveiller plus tard lui ? Ou même crever, ça m’aurait fait des vacances… Mais non ! Mr tafiole elfique s’est réveillé à ce moment là et m’a piqué mon jouet…*

De là ou il était, Karnak n’entendit que très vaguement ce que l’elfe lui dit, et pour tout dire n’y prêta même pas attention. Il entreprit de nettoyer sa hache et une fois fait, il la rangea. Puis il se dirigea d’un pas tranquille vers le géant, ou plutôt le cadavre du géant. Ce dernier baignait dans une eau rougie par son sang visqueux. La flèche de l’elfe avait pénétré profondément dans l’orbite du géant causant ainsi sa mort prématurée. Karnak entreprit d’arracher l’une des dents du géant à l’aide de l’une de ses dagues cachées sous son plastron. Ce fût avec le visage rougi par l’effort, et le sang, que Karnak exhiba fièrement son trophée.

* Vache, c’est gros. Boh, je trouverai bien un petit coin dans mon sac où la fourrer… Avec de la chance, j’pourrais peut être même la revendre !*

Karnak sourit à l’idée de remplir allégrement sa bourse de pièces d’or rondelettes. Il finit par accorder son attention à l’elfe et se dirigea d’un pas tranquille vers ce dernier, toujours coincé sous son arbre. Il finit par arriver devant l’elfe et la première chose qu’il remarqué fut sa figure. Les larmes avaient coulé.

« Oh bah alors, la petite princesse est toute tristounette ? Allons, allons, sèche tes larmes, Karnak est là ! »

Karnak ne put s’empêcher de rire de la scène qui se présentait devant lui. Il se demandait s’il devait ou non laisser l’elfe ici. Ce dernier était entrain de se débattre pour tenter de s’extirper de sous l’arbre qui le maintenait au sol, mais visiblement, son entreprise ne se couronnait pas d’un succès flagrant.
*Bon, ça va pas être facile de le sortir de là. Et puis, qui sait dans quel état c’est là-dessous…*

Karnak s’éloigna de l’elfe sans dire un mot, ce qui provoqua chez ce dernier une montée de colère et les insultes se mirent à pleuvoir, mais celles-ci ricochèrent sur le Nain comme des galets lancés sur un lac. Karnak retourna au campement, afin de regrouper et ramener toutes leurs affaires. Il mit du temps à ranger tout son matériel, par chance, son sac ne fut pas abimé par le passage du géant. Il en profita pour ranger la dent du géant dans son fourre-tout. L’elfe voyageait léger, et ses maigres affaires furent rapidement réunies et rangées plus ou moins en vrac dans le sac du Nain. Il revint vers l’endroit où se trouvait l’elfe. Il réfléchissait à un moyen de sortir l’elfe de son piège, lorsqu’il tomba nez à nez avec un fin tronc d’arbre qui avait été déraciné par le passage du géant.

*Manque plus qu’une bonne pierre et je pourrais faire un levier pour soulever ce fichu bout de bois.*

Le Nain agrippa tant bien que mal le tronc et commença à le tirer, il mit presque une heure à rejoindre l’elfe qui le couvrit à nouveau d’insultes dés qu’il l’aperçut. Karnak avait les bras engourdis par le poids du petit arbre et prit le temps de souffler. Il prit tout de même le temps d’observer les environs, et il remarqua une chose forte intéressante. L’un des rochers lancé par le géant avait atterri non loin du tronc sous lequel était coincé l’elfe. Karnak amena son gros bout de bois jusqu’au caillou et le mit en place sous le gros tronc.
« Eh l’elfe, fermes la ou je te laisse pourrir ici, compris ? Bon quand je te le dis, tu dégage de sous le tronc en vitesse ! »

Il ne fit pas attention au grognement de l’elfe et se mit en place prés du bout du levier de fortune.

« Maintenant ! »

Joignant le mouvement à la parole, Karnak s’appuya de tout son poids et de toutes ses forces sur le levier, ce qui eut pour effet de soulever le gros tronc d’arbre de quelques centimètres. Et ce fut suffisant pour que l’elfe retire sa jambe prisonnière dans un nouveau gémissement de douleur.

*Quelle petite nature…*

Karnak abandonna son levier et rejoignit l’elfe, toujours au sol. Puis il entreprit d’inspecter sa blessure.

« Ca fait mal si j’appuie là ? Et là ? Et ici ? »

Un grognement de douleur de la part de l’elfe ponctua son dernier tâtonnement.

« Bon, bah, c’est cassé, bouge pas… Ca risque de picoter un peu !»

Karnak sortit une bande et une attelle de son sac. Puis il entreprit de comprimer la jambe de l’elfe, qui lâcha à nouveau une cascades de jurons elfiques, puis à la bander et enfin placer une attelle pour maintenir le tout immobile, au moins le temps que les os se ressoudent. Karnak savait que l’elfe n’était pas en mesure de marcher suite aux chocs importants qu’il avait subit. Karnak attrapa l’arc et le carquois, qu’il vida de ses flèches, toutes brisées, puis empoigna l’elfe qu’il chargea sur son épaule. La tête du pauvre bougre ballottait dans tous les sens et manquait de racler le sol à chaque instant. Il finit par déposer l’elfe sans aucune délicatesse dans un endroit qu’il jugeait bon pour un campement, et surtout à l’abri des regards indiscrets : une grotte. Ils avaient tous deux besoin de repos et Karnak avait besoin d’une bonne bière, qu’il sortit aussitôt du fond de son sac.

* Ah toi ma douce, je crois que je t’ai méritée ce coup-ce ! *

Karnak alluma un feu de façon à ce que ce dernier ne fasse pas de fumée, puis il tendit un morceau de viande séchée à l’elfe, qui fit la grimace.

« C’est pas le moment de faire la fine bouche ! Si tu veux guerir rapidement, tu dois manger, et j’ai que ça. Demain j’irai chercher de la nourriture, en attendant, prends ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Mar 1 Fév 2011 - 1:49

L'elfe avait la jambe en compote. Au sens propre du terme. Karnak lui avait posé une attèle qui n'était en rien utile puisque les elfes avaient un grand pouvoir régénérateur,mais son compagnon semblait ne pas être au courant de toutes les qualités du peuple d'Evanya. Mais Astriol ne dirait rien, l'attèle avait été posée avec une bonne intention, bien qu'il soit probable que le nain, voulant terminer au plus vite son voyage avec un « abruti de lapin aux oreilles aux proportions extra-planaires » fasse en sorte que ce dernier puisse à nouveau marcher le plus vite possible.

L'estropié était allongé sur le sol, près du feu, son bout de viande séchée à la main. L'odeur qu'il dégageait ne lui donnait en rien l'envie de le manger, et il préféra le laisser de coter pour le moment. Il avait besoin de se retrouver dans la forêt, là ou il pouvait puiser l'énergie de la nature pour se rétablir, mais voilà, si le nain le voyait ramper jusqu'à l'extérieur de la grotte, l'elfe pouvait dire adieu au peu de crédibilité qu'il avait auprès de son compagnon.


*Il faut attendre qu'il dorme, seulement ça peut prendre un moment avant qu'il se couche. Avec sa fierté naine, il voudra monter la garde lui même. Mais peut être que...Et si je l'invitais à boire?Il sort de la bière à volonté du fond de son sac, il doit surement en avoir assez pour que ça lui donne envie de dormir...*

Astriol devait tenter, dans tous les cas, le nain ne cracherait pas sur une petite bière, puis sur deux, trois,etc..

« -Hé, Karnak! Ça te dit pas qu'on trinque à la santé, ou plutôt à la mort, du géant? Il faisait pas le fier le bougre! »

Le nain grommela quelque chose d'inaudible, puis il sorti deux bières, lui en tendit une et vida la sienne en une rasade. Puis l'alcool appelant la soif, le nain eut bientôt plusieurs bières d'avances sur Astriol.

*Mais comment il fait pour boire ça, c'est répugnant...et pourquoi il se trimballe avec autant d'alcool sur lui...Aucun sens des priorités ces abrutis de gnomes...*


Puis la nuit tomba, la journée harassante et l'alcool eurent bientôt raison du nain qui s'endormit et se mit à ronfler. L'elfe avait le champ libre. Il attendit quelques minutes, et en rampant de façon ridicule, il réussit à sortir de la grotte et se retrouva bientôt entouré d'arbres. L'air vivifiant de la nuit lui convenait d'avantage à celui de la grotte à l'intérieur de laquelle il avait la sensation d'étouffer. Le sol était recouvert de mousse encore tiède de la chaleur accumulée pendant la journée. Comment les nains faisaient ils pour ne se sentir bien qu'enfermé dans leurs tunnels, sous terre? Leur deux races n'étaient définitivement pas les mêmes. Mais l'heure n'était pas à énumérer les différents points sur lesquels habitants d'evanya et d'angaïla n'étaient pas semblables. Même un siècle ne serait pas suffisant pour en faire la liste. Astriol était entouré d'arbres centenaires, il s'allongea au pied de l'un d'entre eux et commença sa transe. La mère de tous les elfes, la nature, répondrait à son appel afin de guérir sa jambe cassée. Et elle l'entendit. Aucune sensation n'est semblable à celle que l'on éprouve lorsque la Nature même vous envahit. Seul un membre de la communauté elfique peut savoir de quoi il s'agit. Toujours est-il que la puissance du monde était là, à sa portée. Lorsqu'il n'était qu'un enfant, on lui avait appris à se limiter soi même lorsque l'on invoque la puissance de La forêt, sans quoi, il était possible de rompre l'harmonie entre les êtres vivants. Aussi ne puisa -t-il qu'assez de puissance pour récupérer sa jambe en bon état. Mais rentrer en transe était fatiguant. Et il n'avait pas spécialement envie de retourner dans la grotte pour dormir. Il resta donc adossé à un arbre, retira l'attèle qui n'était désormais plus bonne à rien, et étira sa jambe neuve. Tout allait bien.

*Bon c'est déjà ça de fait. D'ici demain j'aurai récupéré toutes mes capacités.*

Puis l'elfe s'endormit. Sa blessure étant à peine guérie, la nuit fut agitée pour lui. Il rêva qu'il traquait une famille. Sa famille. Il devait les tuer, l'ordre lui en avait été donné, il ne voulait pas, mais s'il n'obéissait pas, il mourrait. Puis il tomba sur un de ses frères. Celui ci ne le reconnu pas, malgré le fait qu'Astriol lui dise de ne pas s'inquiéter. Puis il sauta au cou de son frère. Ses mains n'étaient pas celles d'un elfe, et il se rendit compte qu'il n'était pas maître de ses mouvements. Il mordit à plusieurs reprises le cou de sa victime et la laissa la sans vie. En son fort intérieur il ne voulait pas faire ce qu'il faisait mais il y était contraint, par une puissance encore plus grande que la sienne. Puis se réveilla, en sursaut.

Le soleil commençait à darder ses premiers rayons, les oiseaux s'éveillaient. Karnak allait s'inquiéter, ou du moins serait il inquiet de disparaître à son tours. Astriol ne se faisait pas d'illusion, s'il était accompagné de ce grossier personnage, c'était simplement parce qu'ils avaient besoin l'un de l'autre pour trouver les informations qu'ils cherchaient. Il retourna donc jusqu'à la grotte, sur ses deux jambes. Le nain était encore là, à ronfler, en grommelant. Même en dormant, il arrivait à râler. Autant le laisser dormir. Pendant ce temps, l'elfe pourrait penser à la route à prendre, puisqu'ils n'avaient aucun trajet prédéfinis. Ils se trouvaient actuellement à proximité de la tours de défense. S'il se souvenait de la cartographie d'ephaëlya, S'ils voulaient se rendre à Kazad Duraz, il fallait longer quelques temps le lac des mystères. Ce qui leur permettrait également de se baigner, pour se laver de toutes les crasses accumulées au cours de leur périple. Ensuite, Astriol comptait faire passer le nain par la forêt, dans laquelle il devrait compter sur l'elfe. En une semaine, ils devraient arriver dans la capitale d'angaïla. Le trajet étant préparé, Astriol se leva et réveilla son compagnon à coups de pieds dans le ventre. Le premier résultat qu'il obtenu fut un rot sonore, puis toujours en grommelant, le dormeur se leva.


« -On a de la route pour arriver à Kazad Duraz. Autant se mettre en chemin maintenant. En marchant vite, on peut y arriver en une semaine. Prépare toi. »


Karnak fixait la jambe réparée de l'elfe avec de grands yeux surpris.


« -Ha oui, j'ai fait une petite excursion cette nuit.On dirait bien que ma jambe est réparée...Tu as encore des choses à apprendre sur notre peuple, et peut être qu'au fil du temps tu arriveras à calmer tes pulsions meurtrières face au peuple d'Evanya...Allez en route mon gars, on a du chemin! »


Et sur ces bonnes paroles, Les deux aventuriers
(HRP: ici synonyme : bras cassés) prirent leurs affaires et se dirigèrent vers Kazad Duraz. Karnak allait enfin savoir qui il était, et Astriol lui, retrouverait peut être les traces du meurtre de sa famille...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   Ven 1 Avr 2011 - 12:18

La suite, c'est par ici!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un réveil difficile - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un réveil difficile - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un réveil difficile - Terminé
» Avalon | Un réveil difficile. [Terminé]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]
» Un réveil difficile
» Réveil Difficile et Perturbant [Abyss & Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-